Partagez|

hello kitty — (billie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
❉ i choose my own destiny
avatar
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 28/06/2017
›› Love letters written : 1041
›› It's crazy, I look like : karen beautiful gillan
MessageSujet: Re: hello kitty — (billie) Jeu 6 Sep - 11:06

Pourquoi est-ce qu'elle ne lui avait pas dit, pourquoi est-ce qu'elle avait gardé ça pour elle malgré tout le temps qu'ils passaient ensemble. « parce que c'est pas à toi de t'inquiéter pour moi. » Mais aussi parce que ce n'était pas quelque chose dont on parle tout le temps et surtout Billie n'aime pas gâcher les bons moments qu'elle passe avec lui en lui parlant de ses dépressions, des moments qu'elle a passés affalés dans son lit, trop déprimée pour même mettre les pieds par terre. Et puis elle avait raison c'était pas son rôle à lui de s'inquiéter pour elle parce que lui son rôle principal c'est de la taquiner et de la faire rire jusqu'à en pleurer. Mais effectivement la conversation actuelle était loin d'être des plus joyeuses, parler de dépressions et de médicaments c'était loin d'être le sujet préféré de Miss Bennett. Elle le voyait s'agiter, s'inquiéter et elle n'aimait pas ça alors elle décidait de lui répondre avec toute la sincérité qu'elle avait « Minime dans le sens que je suis encore moi et que je choisis de prendre mes médicaments, mais en même temps...assez pour ne pas passer la journée dans mon lit à rien faire. » Billie avait eu la chance de ne pas jamais avoir perdue sa personnalité malgré les différents médicaments, malgré ses changements d'humeurs elle avait gardé son sarcasme, sa plus grande qualité. Mais avec le dosage si peu puissant elle restait elle-même, sans avoir à pleurer tous les soirs, sans souffrir de sa solitude. Elle était simplement elle et elle s'était habituée à tout ça. A prendre chaque jour ses médicaments, à aller deux fois par semaine voir son psychologue et à aller chercher ses médicaments. Elle soupirait, elle regardait par terre avant de saisir la main d'Elie pour le conduire sur le canapé. Il devait être assis pour ce qu'elle avait à lui dire. Elle se mordit l'intérieur de la joue, trop inquiète, soupira un bon coup avant de devoir tout dire. Elle entrelaça ses mains. « j'étais enceinte de six mois quand ... j'ai eu l'accident. » elle grimaça et regarda son frère. Elle avait caché sa grossesse à son frère pendant six mois, ça a été tellement simple parce que tu peux cacher tout ce que tu veux à travers un écran de téléphone, elle ne montrait jamais son corps juste son visage. Elle ne lui avait jamais parce qu'elle avait toujours eu ce sentiment que quelque chose allait se passer. « c'est pour ça que j'avais besoin de pilules»et voilà le secret était sorti, elle avait relevé une des parties les plus sombres de son passé. Elle avait mis du temps à pouvoir exprimer ça à haute voix, pas seulement à Elie, mais en général. L'annoncer à Eoghan avait été si difficile, ils avaient tous les deux pleuré et il s'était presque enfui, mais là Elie n'allait pas pouvoir s'enfuir il vit ici. Elle ne savait pas vraiment comment il allait réagir à cette annonce, elle baissa la tête pour regarder ses genoux et laisser tomber ses cheveux qui formaient un rideau protégeant son visage du regard de son frère. Et puis elle finit par relever sa tête et prendre les mains de son frère, elle le regardait. « et toi alors ? quand est-ce que tu vas m'avouer que t'as des troubles de l'alimentation? » elle en avait déjà parlé avec Eddie et avait même demandé l'avis médical d'Eoghan mais elle n'avait jamais vraiment comment parler sur ce sujet avec lui, elle ne connait, il va nier, il va dire qu'elle se fait des idées, qu'il mange mais elle l'a observé, elle l'a toujours observé elle sait comment il fonctionne et ce n'est pas si difficile à voir.
Revenir en haut Aller en bas
❉ i choose my own destiny
avatar
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 04/02/2018
›› Love letters written : 214
›› It's crazy, I look like : thomas b. sangster
MessageSujet: Re: hello kitty — (billie) Sam 8 Sep - 11:35

hello kitty — billie
Billie reste factuelle, réplique une réponse implacable et imparable -- parce que ce n'est pas dans l'ordre des choses, parce que c'est à Billie de s'occuper d'Elie et non pas l'inverse. Le petit frère, le dernier d'une tribu éparpillée telle une traînée de poudre, c'est lui. C'est pour lui qu'on s'inquiète, c'est lui qu'on surveille et qu'on supporte telles les petites roues d'une bicyclette. Sauf qu'à son arrivée à Los Angeles, paumé, incapable de se fixer un but plus loin qu'une semaine, Elie s'est juré -- cette promesse indélébile dans son esprit encore peut-être trop jeune pour en assumer les conséquences -- il ne veut plus que Billie s'inquiète pour lui. Tous ses problèmes, il ne les enverra plus vers elle. Mais ce soir, alors qu'elle pose un regard mêlant tristesse et sincérité, il sait qu'il a encore échoué. Ce rôle qu'il voudrait tenter, il n'en a pour le moment ni la carrure, ni la force. Elie est encore trop petit. « Minime dans le sens que je suis encore moi et que je choisis de prendre mes médicaments, mais en même temps... assez pour ne pas passer la journée dans mon lit à rien faire » -- il la regarde, plonge son regard chocolat dans les iris brillantes de sa sœur. Comme à chaque fois, à travers des mots soigneusement choisis, Billie réussit à le rassurer. Pas totalement, il ne peut empêcher son cœur de se serrer, son souffle d'être saccadé mais le sentiment amer des reproches se dissipe légèrement. « T'as intérêt à rester toi, Bee » -- t'as intérêt à rester telle que t'es parce que moi, j'ai besoin de toi. De son sarcasme, de sa détermination, de sa volonté indéfectible. Il a dit ça sans réfléchir, c'est sorti naturellement. Et la minute suivante, lorsqu'il lui demande si elle ne lui cache pas autre chose (car il a cette impression qu'une zone d'ombre entoure celle qui à ses yeux rayonne comme un soleil), elle lâche un soupir et saisit sa main pour les amener à prendre place sur le canapé. C'est plus solennel, ça l'angoisse en vérité. Il entend vaguement Olympe leur adresser un miaulement avant de reporter son attention sur sa sœur. Le chat, ça sera plus tard ; l'important maintenant, c'est Billie. Billie a toujours su manier éducation et moment de détente tout au long de la vie d'Elie : un mélange délicat de leçon de morale et de partage familial. Leur mère étant peu présente (pour ne pas dire absente) de leur enseignement, Elie a énormément appris de Billie ; alors en cet instant, il a l'impression d'avoir de nouveau huit ans. Il la revoit lui expliquer la tolérance, le pardon mais en même temps la volonté de ne jamais se laisser faire et de ne pas baisser le regard face aux autres. « Billie ? » (elle entrelace ses mains, il retient son souffle) ; « J'étais enceinte de six mois quand... j'ai eu l'accident » « Quoi ? » -- c'est dit sur le même ton, c'est sorti sans aucun filtre ni aucune réflexion.

Pardon Billie ?
un souffle
un murmure
la brise entre les murs

Il écarquille les yeux, ouvre la bouche pour ne finalement rien dire. C'est un rêve -- un rêve éveillé, pour ne pas dire un cauchemar. Billie était enceinte et de surcroît, avait perdu l'enfant lors de l'accident. Au-delà du secret de sa grossesse, Elie réalise qu'elle lui a caché une détresse sans nom, une douleur indescriptible. Elle ne sait pas simplement remise d'un choc mais d'un véritable traumatisme. Elie n'a pas d'enfant, ne peut pas comprendre cette perte mais il peut la supposer : immense, effrayante, un gouffre béant dans une vie détruite. Comment sa sœur avait-elle fait ? Comment avait-elle pu tenir, tous ces mois au téléphone et répondre aussi calmement à ses ça va à LA ? lors de leurs appels quasiment quotidiens ? « C'est pour ça que j'avais besoin de pilules » -- voilà, c'est dit. Il sent au son de sa voix qu'elle semble soulagée d'avoir enfin avoué ce qu'elle lui cachait depuis tout ce temps. Un soulagement mais une appréhension -- une appréhension sur la réaction d'Elie. Il reste muré dans un silence (ce qui n'annonce rien de bon), se mord la lèvre : il lui en veut, terriblement. Pourquoi lui a-t-elle caché ? Il sait qu'elle va lui sortir sa phrase favorite, sa vérité non négociable -- c'est à elle de s'occuper de lui et non pas l'inverse. Mais elle ne peut pas, elle n'a pas le droit. C'est interdit, c'est pas juste. Elle n'a pas le droit de lui cacher des trucs comme ça. C'est parce qu'elle n'a pas confiance en lui ? C'est parce qu'elle ne se sent pas si proche que ça de lui ?

le château s'effondre
le vent emporte la poussière d'un monde


« Eddie est au courant ? » -- pas de commentaire sur la grossesse, d'abord savoir ; est-ce qu'il est le seul a avoir été laissé sur le côté ? Eddie est probablement au courant, c'est même certain. Et puis, brusquement -- toutes les questions sortent, sans filtre, comme lorsqu'il était enfant. Curieux, Elie n'a jamais cessé de demander, de vouloir comprendre ce qui l'entourait. Mais ce soir, ses questions sont incisives et sa voix tremblante. Ses yeux brillent d'un éclat infiniment triste. Ses rendez-vous avec la psychiatre n'ont jamais été aussi intenses ni éprouvants. « C'était Max le père ? Il le sait aussi ? Et tu vois quelqu'un par rapport à -- à tout ça ? » (elle baisse la tête, cache son visage derrière ses longs cheveux roux et finalement relève le regard pour saisir les mains de son frère, dont le teint est livide) -- changement de sujet ; « Et toi alors ? Quand est-ce que tu vas m'avouer que t'as des troubles de l'alimentation ? » -- choc thermique ; l'eau est brûlante, le vent glacial. Il lâche la main de Billie, coupe le contact physique et se lève brusquement. Ses lèvres sont tremblantes, ses joues rouges -- elle lui annonce la perte de son enfant et la seconde suivante, lui avoue avoir remarqué ce qu'il essaye tant bien que mal et d'une façon pitoyable de cacher. Il prend une inspiration, répond trop sèchement (parce qu'il a mal, parce que ça lui pourrit tant son quotidien et parce que c'est exactement pour ça qu'il est ici) « J'vois pas de quoi tu parles » ; déni le plus total, incapacité complète à lui avouer. Pas maintenant, pas ce soir -- jamais même, s'il le faut. « Le pro-- le sujet, c'est toi, Bee » (il tourne la tête, fait quelques pas dans le salon) « Pendant six mois, alors que je te demandais s'il y avait du nouveau dans ta vie, toutes les fois où tu m'as répondu que non, en fait t-- t'étais enceinte » ; il a besoin de poser, de mettre des mots. « Et j'étais pas là » (il passe sa main sur son visage) -- il était pas là. Ni pour l'avant, ni pour l'après accident.

-- Elie était totalement absent

BY MITZI
Revenir en haut Aller en bas
❉ i choose my own destiny
avatar
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 28/06/2017
›› Love letters written : 1041
›› It's crazy, I look like : karen beautiful gillan
MessageSujet: Re: hello kitty — (billie) Lun 10 Sep - 19:26

C'était normal que le plus jeune des Bennett ait des questions quant à l'accident et la grossesse de sa soeur, il était sous le choc et Billie se sentait mal pour l'avoir gardé secret si longtemps, mais elle allait répondre à toutes les questions qu'il aurait. « Eddie m'a retrouvé à l'hôpital, on l'a appelé parce qu'il y avait une écossaise sans famille avec le nom de Bennett et il est venu. » Il était venu alors qu'il n'était même pas sûr que c'était Billie, des Bennett y en a pas mal en écosse mais c'était la gentillesse d'Eddie de venir voir et même si cela n'avait pas été Beatrice, il aurait surement parlé avec les gens qui auraient été dans la salle à les réconforter, il est comme ça Eddie, bien trop généreux. Mais il l'avait retrouvé elle et à son réveil Billie n'avait pas tout compris quand elle a vu son frère pour la première fois en dix ans. « Max, n'a jamais su... Quand il a rompu il a coupé tous les ponts et ... hm... j'aurai dû demander à Neal ... mais je m'étais faite à l'idée de l'élever toute seule, je n'étais pas seule au pire y avait les garçons » D'où l'importance des hommes dans sa vie, Beatrice a eu de la chance d'être si bien entourée, ses garçons comme elle les appelle c'était bien évidemment Neal et Eoghan, les deux qui sont restés à ses côtés malgré toutes les âneries et les vacheries qu'elle avait pu leur dire en étant en pleine dépression, ils ne sont jamais partis. Il avait le droit d'être en colère, bien évidemment, mais en aucun cas il n'avait pas le droit de se mettre une part de responsabilité sur le dos, ce n'était pas de sa faute à lui. Billie en a jamais voulu à Elie de ne pas être là, de faire sa vie en Ecosse, bien au contraire lui et ses appels ont toujours joué un rôle primordial dans sa santé morale. « T'es là maintenant El. C'est tout ce qui compte. Et je vais bien. Je suis sortie du fond de mon trou maintenant c'est à toi de le faire. » elle avait posé sa main sur son visage et le regardait dans les yeux, elle voulait qu'il puisse comprendre tout l'espoir qu'elle avait pour lui, pour eux, de finir tous les deux en bonne santé physique et mental. Mais il fallait qu'il arrête de se voiler la face, qu'il arrête de cacher son problème parce que Billie était là et qu'elle avait déjà essayé de trouver des solutions pour l'aider. Billie prit Olympe dans ses bras et le mis devant son visage et elle s'approcha d'Elie « parce qu'on veut que tu ailles mieux et qu'on t'aime fort » elle avait parlé avec une voix plus aigüe, plus théâtrale avant de dégager le chat de son visage la gardant toujours dans ses bras. « parce que je t'aime. Peut être plus que n'importe qui. Faut juste que tu acceptes mon aide. » Billie était déterminée à l'aider, ce n'était plus une question de si on parle d'elle parce qu'il n'y avait réellement plus grand-chose à dire sur elle maintenant, mais lui, son petit frère, était clairement en train de nier tout alors qu'il fallait être idiot pour ne pas voir qu'il était maigre comme un clou et ne mangeait presque jamais rien. Elle lui tendit la main et le regarda dans les yeux encore une fois. « Laisses-moi t'aider Elie. »
Revenir en haut Aller en bas
❉ i choose my own destiny
avatar
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 04/02/2018
›› Love letters written : 214
›› It's crazy, I look like : thomas b. sangster
MessageSujet: Re: hello kitty — (billie) Sam 15 Sep - 19:40

hello kitty — billie
Et comme à chaque fois, comme si brusquement, ils étaient de nouveau en Ecosse, dans ce manoir qu'ils n'ont jamais vraiment considéré comme un cocon mais qui avait le mérite d'être leur maison -- comme à chaque fois, Billie répond. Sa voix est douce, son regard rassurant : elle minimise mais explique cependant les faits. Ces moments où lui n'était pas là, cet après-accident dont il n'avait aucune connaissance. A toute cette confidence, à chaque de ses phrases dont il sait pertinemment qu'elle en choisit les mots avec soin, Elie hoche silencieusement la tête.

quoi dire
que faire
devant cet enfer
qu'a vécu sa sœur et qu'il veut maudire


Il comprend alors comment Eddie et Billie se sont croisés, les raisons exactes de leur retrouvaille -- de cette rencontre entre deux Bennett dans cette chambre d'hôpital au mur blanc et à l'atmosphère froid. Eddie, qui avait disparu des années auparavant. Elle continue, lui précise qu'elle était prête à garder l'enfant. Max ne serait pas présent mais qu'importe -- il y avait désormais Eddie, Neal ; tous ces hommes dans la vie de sa sœur qui aurait été le repère masculin de ce gamin s'il avait survécu. Son cœur se serre, sa gorge est sèche : il ne trouve pas les mots. Contrairement à Billie, Elie est loin d'avoir cette capacité à rassurer ; il manie la langue dans ses poèmes et ses écrits mais pas à l'oral. Comme si elle lisait dans ses pensées, elle précise « T'es là maintenant El. C'est tout ce qui compte. Et je vais bien. Je suis sortie du fond de mon trou maintenant c'est à toi de le faire » -- ah ; il a oublié un instant à qui il a affaire -- Billie ne lâche jamais, sur n'importe quel sujet. Elle a retiré son masque quelques minutes, elle lui a parlé d'elle et de son histoire personnelle, de ce qu'elle a vécu pendant toutes ces années mais à présent, elle reprend son rôle de seconde maman, cette figure maternelle toujours disponible. Il se rappelle l'avoir appelée une fois en pleine nuit, parce qu'il ne retrouvait pas une photo d'eux dans un parc durant leur enfance. Deux heures au téléphone à retracer le trajet de ce morceau de papier et même si des piques et des taquineries ont été envoyées durant toute la durée de l'appel, Billie n'a pas raccroché. Jamais -- Billie ne part jamais. Elle pose sa main sur son visage et il fuit son regard tout en murmurant sarcastiquement « T'as une échelle ? » -- Billie saisit Olympe dans ses bras (le petit chat avait quitté sa caisse depuis déjà plusieurs minutes) et dans un geste théâtral en approchant l'animal du visage de son frère ajoute d'une voix plus aiguë « Parce qu'on veut que tu ailles mieux et qu'on t'aime fort » (elle éloigne le chaton, se concentre sur son frère et lui dit l'aimer et qu'il doit accepter son aide). Dans la tête du jeune homme, c'est le bordel -- littéralement. Mais dans ce noir complet, dans les méandres d'un avenir qu'il n'arrive pas encore à bien dessiner, il voit de nouveau la lumière si vive et si blanche de Billie. Sa psychiatre lui avait sous-entendu : c'est elle qui vous aidera ; pas les conneries, pas vos frères et encore moins votre mère et probablement pas vos flirts incertains. Celle qui vous permettra de guérir, c'est Billie Bennett.

et lui qui d'habitude refuse tout contact physique
s'approche de sa sœur pour la serrer dans ses bras
(ou plutôt pour qu'elle le sert dans ses bras)
moi aussi, je t'aime Billie

Olympe est un peu coincée entre les deux mais il s'en fiche. Tout frêle, bien trop maigre pour être en bonne santé, il enlace (ou s'accroche presque désespéramment) à sa sœur. « J-je » -- il bégaye, ne termine pas sa phrase, tente de retenir un sanglot. « Je pensais vraiment -- » (il déglutit) « -- y arriver tout seul » et les larmes glissent silencieusement sur les joues pâles de ce grand garçon. Sans un mot et parce qu'il est incapable d'exprimer à haute voix ses émotions, il sait que Billie perçoit sa détresse, ses mois si longs à combattre un mal si dur. Ces journées sur la balance, ses nuits dans les toilettes -- ces matins à enchaîner les malaises, ces soirs à enchaîner les crises. Ce quotidien, il n'en veut plus. Plus de rendez-vous avec la psychiatre ni avec le groupe de soutien ; plus de privation, plus de calcul de calories. Quelques minutes plus tard, après un long moment où Elie laisse exprimer tout ce qu'il contient depuis son arrivée à Los Angeles à travers ses pleurs et sa respiration saccadée, il finit par s'éloigner de sa sœur. Olympe est terriblement en colère et il lâche un rire à travers un dernier sanglot ; « Elle est jalouse, regarde-la » dit-il en caressant rapidement la tête du chaton. Ses iris chocolat croisent le regard de Billie -- il doit lui dire lui aussi. Il doit lui expliquer, il doit se confier. « J'vois une psy, c'est pour ça que je rentre tard le soir parfois » lâche-t-il d'une traite (Elie qui ne supporte pas parler de lui) « Des fois, j'participe à des sessions en commun avec d'autres mais j'ai l'impression de perdre mon temps. Ils disent -- l'infirmière et la psy -- que je suis en phase de guérison et que c'est en net amélioration par rapport à l'Ecosse » (il prend une inspiration, se racle la gorge) « J'voulais m'en sortir tout seul mais faut croire que j'ai toujours besoin de toi » -- il esquisse un sourire ; il s'en veut, de ne pas y arriver sans elle mais cette confession, il le sait, ne pourra que l'aider à avancer. Après tout, il a Billie avec lui --

-- désormais, ça ira forcément mieux

BY MITZI
Revenir en haut Aller en bas
❉ i choose my own destiny
avatar
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 28/06/2017
›› Love letters written : 1041
›› It's crazy, I look like : karen beautiful gillan
MessageSujet: Re: hello kitty — (billie) Lun 17 Sep - 8:27

Il s'était approché d'elle et elle l'avait saisi dans ses bras sans trop lui demander son avis et il s'accrochait à elle et dans chaque mot, chaque petit bout de phrase, Beatrice pouvait entendre la détresse de son frère. Des larmes c'était bien la première fois qu'elle voyait des larmes qui coulaient sur les joues de son frère. Ça lui fend le coeur de voir celui qu'elle aime tant, celui qu'elle voulait protéger à tout prix pleurer. Les larmes lui montaient aussi aux yeux. Son frère qu'elle aimait plus que tout au monde souffrait tellement, mais il était enfin en train de s'ouvrir de tout laisser s'échapper et au final ça risquerait de lui faire du bien de ne plus avoir à cacher cette part de sa vie à sa soeur. Elle passait sa main dans son dos pour le rassurer ce qu'elle faisait quand ils étaient tous les deux des enfants qu'Elie n'allait pas, ou avec son bout du doigt elle dessinait dans le dos de son frère. Ils sont restés comme ça un moment, il fallait aussi que Billie comprenne ce qui était en train de se passer. Il était en train d'ouvrir son coeur et d'accepter l'aide de Billie. Olympe qui avait été coincé entre les deux Bennett et qui n'avait pas reçu d'attention depuis quelques minutes, se mit à gémir de colère et les deux écossais finirent par lâcher un petit rire. Elle était jalouse ce qui fit rire Bee. Et puis Elie continua dans sa lancée à parler de sa psychologue, de ses sessions de groupe comme quoi c'est mieux qu'avant et il répéta une nouvelle fois qu'il aurait voulu s'en sortir tout seul, Billie sourit légèrement. « J'espère que t'auras toujours besoin de moi Elijah. Tu vas pas te débarrasser de moi si facilement, tu le sais ça non? » Elle déposa un baiser sur la joue de son frère après avoir essayé ses larmes. La rousse finit par se lever du canapé et de courir rapidement dans sa chambre et de revenir avec trois bouquins dans les mains tous sur les sujets de l'anorexie et de la boulimie. Elle les dépose sur la table avant de dire « faut bien que je m'occupe quand j'arrive pas à dormir. » Bee avait toujours eu des problèmes pour dormir, mais depuis la fusillade ça c'était empiré alors elle utilisait ce temps pour faire des recherches. Elle s'était rassis sur le canapé et entre les bouquins il y avait des brochures pour des centres de réhabilitation, elle en montre un à Elie. « On m'a dit que c'était efficace mais ... je sais pas si personnellement je suis prête à vivre quelques semaines sans mon humain préféré, mais si tu veux ... je peux venir à une séance avec ton psy pour qu'on puisse trouver un moyen de t'aider tout en restant dans ta zone de confort et que je puisse t'embêter. ». Embêter dans ce contexte était synonyme de surveiller mais c'était beaucoup plus rassurant pour elle comme pour lui de faire ça à la maison, de l'aider ensemble. Sans oublier que ça fait des mois qu'ils vivent ensemble et elle n'a plus envie de vivre seule, elle a l'habitude de l'entendre marcher ou marmonner dans sa barbe non existante. Elle regardait son frère un instant et puis elle passait sa main dans son dos, lui frottant légèrement afin de le rassurer encore un peu et de lui montrer qu'il pouvait encore une fois compter sur elle. « Je suis contente que tu m'en ai enfin parlé. Et je suis fière de toi pour t'être ouvert et ensemble, on va réussir à te faire remonter la pente. J'en suis certaine. Si y a deux personnes qui arrivent à tout ensemble, c'est bien nous. » elle lui sourit et déposait sur sa joue un énième baiser. C'est vrai qu'ils forment une équipe de tonnerre, ils avaient réussi à surmonter une greffe de coeur, les harceleurs au collège, leurs parents en général alors il n'y avait aucun doute qu'ensemble ils parviendraient à tout faire, à remonter la pente tout en gardant leur relation aussi forte que possible.
Revenir en haut Aller en bas
❉ i choose my own destiny
avatar
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 04/02/2018
›› Love letters written : 214
›› It's crazy, I look like : thomas b. sangster
MessageSujet: Re: hello kitty — (billie) Mar 2 Oct - 22:44

hello kitty — billie
c'est comme
lire la dernière
page d'un livre
tout s'explique


A travers ses larmes, à travers cet océan d'émotion et de douleur qui s'écoule de cet être, Elie s'ouvre entièrement à Billie. Tout devient si clair, si évident et il a beau se sentir si fragile et si faible, il se sent plus léger. C'est dit, c'est avoué -- désormais, il n'est plus seul. Il revoit sa psychiatre en Ecosse lui faire la remarque, lui supposer (plusieurs fois) qu'il allait avoir besoin d'elle -- pas d'un médecin, pas de séance de thérapie de groupe et encore moins des activités collage et dessins. Non, celle dont il aurait besoin pour guérir, c'est Billie. Comme à chaque fois, comme d'habitude ; Billie est liée à sa vie. « J'espère que t'auras toujours besoin de moi Elijah. Tu vas pas te débarrasser de moi si facilement, tu le sais ça, non ? » -- il laisse échapper un rire, essuie vaguement ses joues du revers de la main. « C'est un défi ? » réplique-t-il alors qu'elle dépose un baiser sur sa joue. Elle se lève brusquement du canapé et pendant ces quelques secondes où Elie se retrouve tout seul dans ce salon avec le chaton dans ses bras, un sentiment de culpabilité lui traverse l'esprit. Il a encore entraîné Billie dans ses ennuis ; il se pince les lèvres, ferme les yeux. C'est raté -- tant pis, pas cette fois-ci. Il doit s'accrocher à ce qu'elle lui répète, sans cesse : c'est elle la grande sœur, c'est elle qui le protège. Il rouvre les yeux lorsqu'il sent qu'elle s'est rassis à ses côtés. Il y a trois livres posés sur la table alors qu'elle glisse ironiquement qu'elle doit bien s'occuper pendant ses insomnies. Elie déglutit, gêné mais en même temps soulagé. Il ne capte pas immédiatement la raison de la présence de ces livres. Des dizaines et des dizaines de questions lui traversent l'esprit, des sentiments complexes le parcourent en entier --

il a encore
un peu peur
mais ça ira forcément
mieux
avec sa sœur

Elle lui explique, calmement et choisissant ses mots avec soin, qu'elle est prête à l'accompagner à une séance avec le psychiatre, qu'elle est prête à le soutenir sans empiéter dans sa bulle, sa bulle qu'elle connaît si bien et qu'elle est probablement la seule à pouvoir franchir. Il hoche la tête en silence et le sentiment de culpabilité persistent semble légèrement s'atténuer lorsque Billie lui assure être soulagée qu'il lui en ait enfin parlé et qu'ensemble, ils vont forcément y arriver. « Je -- » (il détourne légèrement le regard, se gratte l'arrière de la nuque -- il hésite entre plein de chose ; il voudrait s'excuser, il voudrait lui dire qu'il regrette d'avoir tout gardé pour lui, d'avoir cru naïvement qu'il pourrait s'en sortir sans elle -- pourtant, rien de tout cela ne traverse ses lèvres fines) « Je veux juste pas aller à l'hôpital ». On dirait un enfant qui refuse d'aller à l'école mais Elie sait que sa sœur va comprendre -- tout mais pas l'hôpital. « Je -- j'sais que c'est ce que ma psy voudrait mais je veux pas. Mais -- » (sa voix se fait beaucoup plus basse, comme un murmure, le souffle d'une requête qu'il ose à peine formuler) « Mais tu voudrais bien venir ? » -- tu voudrais bien venir avec moi à une séance parce que tout seul, c'est horrible mais avec toi, ça sera forcément mieux. Elie n'a pas l'habitude, Elie a toujours été maladroit pour exprimer ses émotions et son désarroi. Alors, il espère sincèrement qu'à travers son regard, ses expressions et ce qu'il renvoie, Billie va saisir ce qu'il ressent.

m e r c i
merci d'enchanter ma vie

Billie a raison ; elle a raison en disant qu'à deux, ils peuvent tout affronter. Il a conscience que ce refus de lui en parler était aussi un stade de sa maladie, qu'il a mis des mois et des mois avant de reconnaître avoir un problème, des mois et des mois avant d'essayer de le combattre. Il glisse ses iris chocolat sur les livres posés en face deux et il comprend -- il comprend alors brutalement que si ces livres sont là, s'ils sont sur cette table basse juste en face de lui, c'est pour une raison. Une raison bien particulière. Dans un murmure, en se raclant la gorge, il demande alors à sa sœur aîné « Depuis quand tu sais ? » -- parce que c'est désormais évident --

-- Billie l'avait deviné bien avant

BY MITZI
Revenir en haut Aller en bas
❉ i choose my own destiny
avatar
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 28/06/2017
›› Love letters written : 1041
›› It's crazy, I look like : karen beautiful gillan
MessageSujet: Re: hello kitty — (billie) Sam 13 Oct - 21:33

Elle était attendrie de voir Elie si timide, si réservé, lui qui d'habitude est une boule d'énergie et de sarcasme. Il avait peur, elle le voyait. Elle hocha la tête. « bien sûr, ce que tu veux El. » oui, ce que tu veux pour que tu ailles mieux, c'était ça qu'elle voulait dire, elle serait de nouveau capable de tout pour lui. Beatrice n'est pas naïve, elle sait que la guérison n'est pas un procès qui va se passer en quelques jours, ou en quelques semaines, mais plus en termes de mois, voire année. Qu'importe la longueur de son traitement Billie sera là pour Elie parce que c'est son rôle parce que c'est aussi comme ça qu'elle peut lui montrer qu'elle l'aime. « tu sais que je ferai tout pour toi. Donc c'est pas une séance de thérapie qui me fait peur. Ce n'est qu'une de plus. » rajouta-elle avec un petit sourire aux lèvres, un petit sourire rassurant.
Depuis quand est-ce qu'elle savait que son frère n'allait pas bien. Elle le regarda, grimaça et souffla avant de lâcher un petit souffle. « à partir du moment où t'as débarqué. » oui, elle n'avait pas été aveugle à tous les signes d'un problème. Les vêtements trop grands, le frigo toujours plein, les repas où elle ne fait que discuter et il regarde son assiette. Mais elle avait voulu qu'il lui avoue le problème et non pas que ça sorte comme aujourd'hui, un peu forcé. Elle avait voulu être compréhensive et lui montrer qu'il pouvait lui faire confiance, mais ça commençait à devenir beaucoup trop dangereux, elle le savait bien et il fallait faire quelque chose. Puisqu'ils étaient dans un moment de confessions, elle allait lui poser une question qui lui trottait dans la tête depuis quelques jours maintenant. Elle le regardait et posa doucement sa main sur la sienne pour le rassurer et pour se rassurer elle avant de lui demander. « t'es venu parce que t'avais réellement envie de me retrouver ou parce que tu voulais que je t'aide avec ça ? » Elle savait très bien qu'elle avait eu avec son petit frère un rôle très protecteur, toujours là pour l'aider, toujours là pour lui et elle se demandait si quand il s'est rendu compte que cela n'allait pas, s'il n'avait pas simplement pris un billet dans l'espoir que Billie veille sur lui et l'aide aussi. Mais de toute façon, Billie serait là pour l'aider et elle ne faillira pas à son job de grande sœur et à sa réputation qui la suit, celle qu'elle arrive toujours à résoudre les problèmes. De toute façon, ensemble, les Bennett peuvent tout survivre, s'ils peuvent survivre de tout perdre, ils peuvent surmonter beaucoup de choses, mais seulement, s'ils sont ensemble. Elle se rendit compte que sa question pouvait paraître un peu trop honnête, comme si elle regrettait qu'il soit là alors que ce n'était pas le cas, elle se justifia alors très rapidement parce qu'elle ne voulait pas qu'il ne le prenne mal. « bref, de toute façon, moi je suis contente que tu sois là. On dit que c'est qu'une fois qu'on a retrouvé quelqu'un qu'on se rend compte à quel point cette personne nous a manqué… et bien c'est vrai » c'était la vérité, maintenant imaginer sa vie sans Elie était inconcevable. Il lui avait fallu du temps à s'habituer à vivre avec lui, c'était plus le même mode de vie, il fallait qu'il apprenne à faire les choses sans personnel de maison, sans personne à son service et il y avait eu quelques petites disputes mais il y avait toujours de bons moments, des moments de tendresse et d'amour.
Revenir en haut Aller en bas
❉ i choose my own destiny
avatar
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 04/02/2018
›› Love letters written : 214
›› It's crazy, I look like : thomas b. sangster
MessageSujet: Re: hello kitty — (billie) Mer 24 Oct - 22:27

hello kitty — billie
« Bien sûr, ce que tu veux El »

Elie sourit -- il se rappelle une scène, un souvenir dans son enfance, presque dix ans plus tôt. Ecosse, manoir des Bennett en fin d'après-midi. Billie l'a encore sauvé d'une mauvaise passe, probablement d'un groupe de jeunes qui l'emmerdaient en le traitant de Frankenstein -- un classique dans le quotidien de cet enfant à la grande cicatrice sur le torse. Elle l'a encore sauvé et du haut de ses treize ans, il se revoit dire à sa sœur aînée « J'ai dû faire un truc génial dans ma vie d'avant pour t'avoir dans celle-ci » ; un peu maladroit, un peu tiré d'un livre mais il ne se souvient plus duquel -- mais cette phrase avait le mérite d'être sincère. Elie le pense toujours, alors qu'il est assis sur ce canapé face à cette femme qui, sans la moindre hésitation, accepte de l'accompagner.

elle le sait
depuis
qu'il est arrivé

Evidemment ; comment a-t-il pu être aussi stupide pour penser qu'il pourrait lui cacher ça ? « Inspecteur Bennett » murmure-t-il dans un souffle empli de sarcasme mais d'une certaine admiration. Personne en Ecosse ne l'a remarqué -- absolument personne. Certes, Elie peut être une véritable ombre s'il le souhaite, muré dans ses livres et dans une bulle interdite au monde entier. Pourtant, certains signes le trahissaient au quotidien -- ses malaises à répétition, son addiction aux laxatifs, son incapacité à manger en public. Mais de ces signes, personne ne vit rien. Personne, sauf Billie. Elle pose sa main sur la sienne et finit par poser la question, cette question que lui-même n'a cessé de se répéter en boucle : pourquoi t'es venu à Los Angeles ? « Pour t'retrouver » réplique-t-il du tac au tac mais il laisse un silence de quelques secondes avant de continuer. « J'voulais pas t'emmerder avec mes --» (il hésite sur le terme à utiliser, se ravise) «-- avec tout ça » (il prend une inspiration) « J'pensais qu'en quittant l'Ecosse, ça se réglerait tout seul et que je m'en sortirai sans toi sauf que ça s'est pas vraiment passé comme prévu » ajoute-t-il en esquissant un sourire amer. Il a vraiment pensé y arriver mais il devait se rendre à l'évidence : c'était impossible sans Billie. Comme si elle lisait dans ses pensées, elle enchaîne « Bref, de toute façon, moi je suis contente que tu sois là. On dit que c'est qu'une fois qu'on a retrouvé quelqu'un qu'on se rend compte à quel point cette personne nous a manqué… et bien c'est vrai » « Et les appels pour l'étranger commençaient à m'revenir beaucoup trop chers, j'm'apprêtais à faire un emprunt à la banque » réplique-t-il, malicieux (il n'a pas pu s'empêcher de la taquiner, encore). Son visage a repris des couleurs, son regard est de nouveau rieur. Billie a un don, un talent inné pour le remettre sur pied.

parfois
ça lui fait peur
d'imaginer une vie
sans Billie


Un quotidien sans elle, une routine sans sa présence. Il a beau passer son temps à ne pas songer au futur, il n'a pas pu résister à l'idée d'y réfléchir, de songer à un avenir mais dans toutes ses options et réflexions, il y a toujours Billie. « Personne est au courant » lâche-t-il brusquement. Il garde une expression un peu plus sérieuse, essaye de retirer de son visage d'enfant les traces d'un rire, comme pour montrer l'importance de ses propos. « Billie, c'était con de ma part de penser te le cacher. J'te promets de pas le refaire » -- promis, Billie, je te cacherai plus des trucs aussi douloureux, des secrets aussi lourds à porter. « Mais c'est valable pour toi aussi » -- mais Billie, promets-moi de ne plus rien me cacher non plus. Max, l'enfant, il refuse qu'elle lui masque autant de sa vie. Comme pour détendre légèrement l’atmosphère, il ajoute, regard mêlant défi et amusement ; « Donc si t'as encore un truc à m'dire, c'est maintenant, Billie Bennett » --

-- imaginer sa vie sans elle est inconcevable

BY MITZI
Revenir en haut Aller en bas
❉ i choose my own destiny
avatar
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 28/06/2017
›› Love letters written : 1041
›› It's crazy, I look like : karen beautiful gillan
MessageSujet: Re: hello kitty — (billie) Dim 4 Nov - 14:54

Même si lorsqu'il est arrivé cela faisait des années qu'ils n'avaient pas passé du temps ensemble, en vrai et non pas à travers un écran ça n'avait pas été difficile pour Billie de voir que quelque chose n'allait pas. Il lui avait fallu quelques jours pour comprendre, elle avait prêté attention à chaque geste que son petit frère faisait et elle avait remarqué sa façon de la divertir à table, de tourner sa fourchette dans sa nourriture pour donner l'impression qu'il avait mangé. Au début elle s'était dit que c'était parce qu'il n'aimait pas ce qu'elle lui faisait et puis quand il a utilisé la même méthode pour ne pas manger des pâtes, elle savait que ce n'était pas ça le problème. Inspecteur Bennett, elle lui sourit légèrement. « non c'est juste que je te connais bien. » rajouta-t-elle. Elle lui avait demandé pourquoi il était venu ici, est-ce qu'il avait voulu la retrouver ou justement l'utiliser pour aller mieux, qu'elle l'aide dans tout ça. « hey. On va trouver une solution maintenant c'est tout ce qui compte. Tu m'en parles déjà et c'est déjà un énorme pas ce que tu viens de faire. » elle avait toujours eu les bons mots pour le réconforter et l'inciter à toujours aller de l'avant. Bien évidemment que la rousse croyait en tout ce qu'elle venait de dire, de toute façon elle n'avait pas le choix sinon la vie serait bien triste sans optimiste. Elle avait continué en disant qu'elle avait plus que contente de le retrouver, qu'il lui avait manqué bien plus qu'elle ne l'avait pensé. Elle n'a pas pu s'empêcher de laisser échapper un rire quand Elie lui a dit que les appels lui coutaient chers de toute façon. « autant prendre un billet d'avion et me voir en vrai… et plus de décalage horaire aussi… tu ne me réveilles plus en plein milieu de ma nuit c'est bien. » elle sourit légèrement, c'est vrai que le décalage d'horaires n'avait pas aidé leur relation, quand elle était encore avec Max elle se rappelait qu'elle se faufilait dans la cuisine pour pouvoir répondre à Elie et retournait se coucher comme si de rien n'était. Elie a toujours été sa priorité malgré la distance, malgré son départ. Il passera toujours avant tout le monde, même avant son sommeil.
Personne n'était au courant. En même temps s'il ne lui en avait pas parlé à elle, c'était plus ou moins logique. Et il continua en lui promettant de ne plus lui cacher quoi que ce soit. Elle lui tendit son petit doigt pour qu'ils fassent tous les deux la même promesse. « je te promets de ne rien te cacher. » Et la promesse était sellée. Mais du coup il y avait encore deux trois trucs qu'il fallait qu'elle lui annonce. « Hmmm... deux petits trucs, pas grand chose. Je me suis mariée parce que mon visa a expiré et que ma nationalisation n'était pas finie et j'ai acheté une maison. » elle était passée très rapidement sur le premier évènement pour éviter de trop en parler et parce qu'elle savait très bien qu'Elie n'allait pas réellement apprécier cette nouvelle. Les circonstances ont fait que Billie s'est retrouvé dans la mouise, avec un visa expiré et une menace d'expulsion alors que sa nationalisation était en cours d'achèvement. Elle s'était mariée à Las Vegas il y a quelques semaines pour pouvoir rester à Los Angeles, pour continuer de travailler dans son hôtel, pour garder son appartement. Sa vie est ici.
En ce qui concerne la maison, au début elle avait cherché une maison déjà terminée, mais elle avait eu un coup de coeur sur une maison qui ne valait plus rien parce qu'il y avait tout à refaire. Billie aime se donner des défis, des gros projets et on pouvait dire que ça en était un. « La maison ne valait rien et y a tout à refaire ... mais je sais pas ... y a un truc... Ce qui est bien c'est que j'ai des entrepreneurs pour pas cher. J'ai déjà les plans...et je peux t'assurer qu'on y sera bien. » On, bien évidemment qu'elle l'incluait dans ses plans, Elie aura toujours une place où qu'elle soit. Elle lui avait ouvert sa porte quand il était arrivé et elle ne comptait pas s'en débarrasser tout de suite. Mais cette maison c'était le symbole d'un avenir qu'elle voulait bâtir à Los Angeles, elle ne se voyait plus vivre autre part de toute façon et encore moins en Ecosse. Billie vit avec des projets dans la tête c'est comme ça qu'elle avait toujours vécu sa vie, il lui fallait des buts dans la vie et rénover une maison c'était un assez gros projet, il y avait tant de choses à faire. Une fois que la maison sera habitable elle et ses frères pourront partager leur vie, comme avant, ils pourront vivre sous le même toit.
Revenir en haut Aller en bas
❉ i choose my own destiny
avatar
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 04/02/2018
›› Love letters written : 214
›› It's crazy, I look like : thomas b. sangster
MessageSujet: Re: hello kitty — (billie) Dim 25 Nov - 22:52

hello kitty — billie
Voilà --
C'est comme si Elie respirait à nouveau.
Billie, encore une fois, a soulagé d'un poids cet être si frêle mais qu voudrait être si fort.

c'est toujours comme ça —

Billie ne le connaît pas « bien » et le terme lui arrache un sourire lorsqu'elle l'emploie -- non, Billie ne le connait pas bien, Billie le connaît par cœur. Il se demande même si un jour, il sera capable de réellement lui cacher quelque chose, jusqu'à la fin de sa vie. Probablement pas -- elle devinait, elle devine et elle devinera très certainement toujours tout ce qui le concerne ; le jour où trouvera un job dans lequel il s'épanouie vraiment, le jour où il tombera amoureux sincèrement, le jour où il pourra dire qu'il a vaincu la maladie. Toutes ces premières fois, Billie les captera -- et peut-être même avant que lui-même ne s'en rende compte. Il hoche la tête, comme un enfant, lorsqu'elle lui dit qu'ils vont trouver une solution ensemble et que ça va aller mieux -- ça lui rappelle la fois où sa BD DC comics avait glissé dans la baignoire ; trempée la BD. Mais Billie, de ce regard maternel, lui avait assuré qu'elle allait réparer tout ça -- inutile de préciser qu'elle avait réussi. Il a envie de la prendre dans ses bras mais il se dit qu'il n'a plus non plus dix ans et qu'il peut simplement acquiescer, pour soutenir les propos de sa sœur. Il rit lorsqu'elle lui dit qu'au moins, il ne la réveille plus en plein milieu de sa nuit -- pourtant, dans sa tête, il sait que même ici, Billie ne dort pas forcément la nuit ; il se note mentalement qu'il lui en parlera un jour.

« Je te promets de ne rien te cacher »
petits doigts croisés
promesse scellée

Elle laisse échapper un soupir de réflexion -- « Bee ? » -- « Deux petits trucs, pas grand chose. Je me suis mariée parce que mon visa a expiré et que ma nationalisation n'était pas finie et j'ai acheté une maison » ; pardon ? Elie écarquille les yeux, ouvre la bouche en forme de o dans un geste délicat puis la referme sans avoir émis le moindre son. Il se racle la gorge et s'apprête à rebondir sur la première annonce de sa sœur mais cette dernière (comme à son habitude pour éviter les sujets qui fâchent) continue sur sa lancée concernant la maison ; « La maison ne valait rien et y a tout à refaire ... mais je sais pas ... y a un truc... Ce qui est bien c'est que j'ai des entrepreneurs pour pas cher. J'ai déjà les plans...et je peux t'assurer qu'on y sera bien » -- il lève l'index et fronce les sourcils en la coupant presque -- « Eh, minute papillon ! C'est quoi cette histoire de visa ? ». Il n'est pas en colère, il n'est pas déçu ; il a eu sa vague d'émotion quelques minutes plus tôt et ce n'est pas comme l'annonce de sa fausse couche. Un peu déboussolé par toutes les révélations de la soirée, Elie essaye simplement de comprendre. Dans quoi Billie s'était-elle encore mise pour essayer de s'en sortir ? De nouveau, ce modèle de tour inébranlable, de verre indestructible, se fragilise devant ses yeux. Billie n'a pas eu de repos, ici. Los Angeles semble même ne lui avoir donné aucun répit. Il ne recommence pas son discours des minutes précédentes -- pas de reproche, même s'il est peiné, pas de commentaire dur, même s'il est blessé. Evidemment, il se sent coupable -- encore plus. Mais il ne peut pas redire ce qu'il a dit précédemment. Il esquisse un sourire -- « T'as encore combien de secrets dans la poche là ? » (toujours le sarcasme, toujours l'ironie pour le sortir d'une situation qui peut-être le met mal à l'aise en plus de l'affecter personnellement) « J'veux juste comprendre ce... mariage ? C'est encore d'actualité ? Qui est le type qui a dit oui à Billie Bennett ? » (il prend un air narquois) « Il était conscient au moins ? » et puis, d'une voix plus sérieuse, tout en plongeant son regard dans celui de sa sœur -- « J'veux juste un peu plus de détails. Et promis après, on parle de notre maison » --

(il a bien noté)
(que billie l'a inclus dans ce projet)
(et il l'accepte sans même avoir à lui confirmer par un oui)

-- notre maison, billie

BY MITZI
Revenir en haut Aller en bas
❉ i choose my own destiny
avatar
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 28/06/2017
›› Love letters written : 1041
›› It's crazy, I look like : karen beautiful gillan
MessageSujet: Re: hello kitty — (billie) Dim 9 Déc - 23:15

Elle avait enfin tout dit à son frère. Elle était libérée de tout ce qu’elle avait sur le cœur. Mais forcément il avait une tonne de questions à lui poser sur tout ce qu’elle venait de lui dire la première était sur le fameux problème de visa.
« tu sais à quel point je suis organisée ? » elle attendit qu’il hocha la tête, elle soupira et continua « et bien … j’ai fait une gaffe j’ai oublié de renouveler mon visa de travail, donc quand je suis allée à l’hôpital après le casino, on m’a dit que je risquais d’être … expulser. » elle baissa la tête, elle ne savait même pas comme elle avait pu oublier de renouveler son visa, comment elle avait pu oublier la chose la plus importante dans sa vie actuelle, ce n’est pas qu’un bout de papier, non c’est sa santé mentale. « Alors il fallait trouver une solution et je l’ai trouvé. » pas la meilleure solution c’était certain mais c’était tout ce qu’elle avait eu en tête à ce moment-là. Elle ne voulait absolument pas risquer d'être renvoyé en Ecosse, renvoyer vers son enfer personnel. Non même se marier avec un presque inconnu c'était une solution totalement envisageable pour éviter de retourner là-bas. Elle avait été prête à tout pour rester ici, elle aurait pu partir loin, mais ici c'était sa maison, il y avait Eddie, Elie, Eoghan et tous les autres elle ne pouvait pas les abandonner, elle ne pouvait pas abandonner son travail non plus. Il y avait beaucoup trop de facteurs qui lui interdisaient de partir. Los Angeles était devenu sa maison.
« oui c'est toujours d'actualité… techniquement je suis Billie Bennett-Andrews. » Un nom long, mais elle savait très bien qu'elle ne l'utiliserait jamais, elle s'en souvient déjà que très peu qu'elle s'est mariée. L'alcool et Las Vegas ont fait un mélange toxique mais c'était ce qu'il fallait pour qu'elle ait le courage de se marier sans amour. Elle avait toujours imaginé la longue robe blanche, le mariage dans un lieu magnifique où elle aurait été entourée de ses frères et de ses amis, elle s'était imaginée mariée avec Max, mais ce mariage-là, il avait été le contraire de tout ce dont elle avait rêvé. « Il est conscient oui. Il est au courant de la raison et il est aussi au courant que dès que j'ai ma nationalisation on divorce. Le week-end à Las Vegas c'était ça…» avouant un énième mensonge parce qu'elle lui avait dit que ce week-end c'était seulement pour le boulot. Elle s'était levée et Olympe était venue se frotter contre ses jambes, elle sourit légèrement et se pencher vers Elie pour déposer ses lèvres sur son front. « trop d'émotions pour ce soir, je suis exténuée. Demain… on ne parle pas de maison, on va la voir. » un grand sourire s'était inscrit sur le visage de la rousse, elle allait pouvoir montrer leur maison à Elie, elle savait déjà où allait être sa chambre, pas bien loin de la sienne toujours à vouloir veiller sur lui. Mais en attendant beaucoup trop de choses s'étaient passés en une soirée, elle avait besoin de calme, elle avait besoin de penser à tout ça et aux solutions possibles pour Elie. Elle était rentrée dans sa chambre, avait refermé derrière elle et même si effectivement elle allait se poser dans son lit cela ne voulait pas forcément dire qu'elle allait dormir tout de suite. Elle allait faire le point sur ce qui s'était passé ce soir, au moins elle espérait qu'Elie se sente mentalement mieux après s'être enfin libéré de son secret qui avait dû lui peser sur le coeur depuis des mois. Maintenant ils allaient pouvoir se retrouver comme avant et elle allait pouvoir l'aider, comme elle le fait toujours.


the end
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


MessageSujet: Re: hello kitty — (billie)

Revenir en haut Aller en bas

hello kitty — (billie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Echo park :: Echo park residence
-