Partagez|

Dig down and find faith ✻ Shane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 30/12/2015
›› Love letters written : 298
›› It's crazy, I look like : Katheryn Winnick
MessageSujet: Dig down and find faith ✻ Shane Dim 11 Fév - 10:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
— SHANE HUMPHREY AND AINSLEY BRODSKY—

When hope and love has been lost and you fall to the ground.You must find a way. When the darkness descends, dnd you're told it's the end. You must find a way

Le monde continuait à tourner bien trop vite. Les évènements s’écoulaient les uns après les autres comme si le cercle était sans fin. Il l’était indéniablement et la PDG en faisait les frais à son échelle. Les éléments se déchainaient autour d’elle, mettant exergue à quel point son contrôle était en train de voler en éclat. Visiblement, plus rien ne donnait lieu d’aller. Plus rien n’avait un semblant d’habitude, tout se chamboulait. Et plus elle le constatait plus son sentiment de colère grandissait au point qu’elle ressentait les prémices des nerfs à fleur de peau. Ses poings se crispaient plus que de raison, ses dents s’entrechoquaient lorsqu’elle dormait si bien que les réveils étaient bien souvent synonymes d’endolorissement chronique. Le sport devenait une contrainte, tellement qu’elle s’exigeait un niveau qu’elle ne pourrait jamais dépassée. Ne lui restait que la moto pour se détendre et encore, elle n’était pas certaine que ses escapades ne seraient pas rattrapées par les services de l’ordre à un moment donné. Ainsley subissait tout depuis ce retour du Japon. Sa vie lui donnait l’impression de voler en éclat alors qu’il lui avait semblé pouvoir la détenir entre ses mains avant ce départ. Elle en venait à regretter d’avoir accepté, d’avoir voulu y croire alors que la résultante n’amenait que de la colère et des remises en question. L’incompréhension l’habitait au point qu’elle lui devenait une meilleure amie dont elle se serait bien passée. Son visage se fermait doucement, s’isolait à nouveau du reste du monde comme il avait pu le faire après le départ de son ex mari. Ses pensées la tiraillaient entre le passé et le présent au point qu’il lui devenait même difficile de se concentrer pour des affaires qui touchaient son entreprise. Pourtant, ce n’était pas faute de désirer arrêter tout cela, d’émettre des distances entre sa vie personnelle et professionnelle. Mais il lui suffisait d’entendre ou de voir des dépliants sur le territoire japonais pour que la claque lui échauffe la joue et tambourine son esprit de la même manière qu’un automate qui répétait inlassablement le même geste. Les soupirs n’en devenaient que plus équivoques, plus fréquents prouvant par la même combien tout l’agaçait. Elle avait déjà pu se confier à sa sœur et à son meilleur ami et pourtant il persistait ce mal être dont elle ne pouvait se défaire. Le manège reprenait ainsi les mêmes allures, mais cette fois-ci avec des visages différents. Il tournait, vrillait, se saccadait à certains moments pour mettre à mal l’esprit de la blonde. Et même si la leçon avait été retiré des années en arrière, il n’en restait pas moins que la douleur, elle, restait la même. Peut être même était-elle beaucoup plus vive, dans le sens où les conclusions hâtives lui montraient combien elle avait été dupé. Elle n’était qu’un corps, qu’un désir, alors qu’il lui avait fait croire en autre chose. Elle avait été naïve d’y croire, naïve de laisser les barrières retomber voilà la raison première de la véritable colère de l’aînée des Brodsky. Garder la tête haute était une affaire délicate, surtout lorsqu’elle passait devant le Starbuck’s tous les matins. Ses pas ne l’y arrêtaient plus, tant elle préférait avancer plutôt que lui laisser le bénéfice du doute. Il était celui qui l’avait délaissé, ce n’était pas à elle de courir derrière lui. Son refuge restait son entreprise, cette agence qui avait le don de pouvoir lui ouvrir les yeux sur une réussite personnelle. Elle demeurait sa fierté, intacte, face à tous les vautours qui pouvaient graviter autour de cette dernière pour tenter une fusion avec les leurs. L’avantage de sa colère lui permettait ainsi d’affronter les plus rudes, leur tenir tête, mais surtout leur prouver combien elle était capable d’agir pour les intérêts de sa boîte et de ses salariés. Ces derniers lui prouvaient, par leur investissement, combien ils tenaient eux aussi à ce qu’ils possédaient et plus d’une fois, Ainsley se surprenait à retrouvait le sourire grâce à eux. Voilà pourquoi, il lui était nécessaire de garder foi en un meilleur. Pour eux, pour sa sœur, pour son meilleur ami. Et peu lui importait sa propre existence personnelle, seule la professionnelle n’avait de sens à présent pour elle.

Aussi, toujours occupée et la tête souvent rivée sur une tablette ou devant l’écran de son ordinateur, la jeune femme s’isolait dans l’espoir de trouver de nouveaux contrats. Les clients n’étaient pas ce qui manquait le plus dans la ville, mais les garder devenait en revanche un vrai parcours du combattant. Il fallait sans cesse se remettre en question, innover, trouver LE détail qui attiserait la curiosité de telle ou telle clientèle pour attirer. Et autant l’avouer, ce fait, qui avait toujours été un vrai challenge pour la PDG, devenait une lassitude à cause des circonstances environnantes. Un autre soupir d’agacement lui échappait et puis, son regard se mettait à vadrouiller par-ci par-là dans son bureau. Les divers tableaux déclinaient des paysages qu’elle affectionnait, ceux qui lui apportaient une certaine inspiration. Certains étaient mêmes de ses clichés personnels, démontrant ce temps durant lequel les enjeux étaient différents. Les années avaient passé et elle se rendait compte que toutes ses promesses secrètes n’avaient pas été tenues. Un sourire triste étirait ses lèvres, ce constat n’était que de son propre chef. Elle s’était simplement perdue dans son travail et elle avait tout reporté au lendemain. Sauf que le lendemain était devenu des mois puis des années et des décennies. Son regard dévia et se posa à nouveau sur son bureau, du moins sur la pile de documents qui jonchaient ce dernier. Le logo sur la partie droite de l’un d’eux attira son attention. Ce dernier représentait celui de l’entreprise venue partager ses services pour une maintenance informatique. La facture n’avait pas été encore réglée et sans même en comprendre les raisons, Ainsley commença à gribouiller le chèque qui paierait les prestations. Elle s’apprêtait à préparer l’enveloppe pour l’envoi de ce dernier mais s’arrêta en bon chemin en songeant qu’il serait surement plus approprié qu’elle se déplace elle-même pour ainsi témoigner de son retour au jeune homme. Cela lui ferait prendre l’air, et peut être trouverait-elle une inspiration qu’elle quelle soit pour une nouvelle activité à proposer. Elle se convint de cette résolution et s’enquit de s’emmitoufler dans ses vêtements pour retrouver la brise hivernale. Son nez se cacha de manière instinctive dans son écharpe et les jointures de ses doigts blanchissaient probablement sous l’épaisseur de ses gants. Son regard exprimait sa détermination alors que les talons claquaient sur le bitume refroidi. Les rues qui les séparaient n’étaient pas si éloignées l’une de l’autre et même si elle du repasser devant la façade du Starbuck’s, il n’en restait pas moins qu’elle gardait son intention intacte. Quelques foulées plus tard, voilà qu’elle franchissait le seuil de la petite boutique, faisant par la même, tinter la petite clochette qui annonçait l’arrivée d’un client. Ainsley se dégagea de ses gants et de son écharpe, faisant alors retomber sa chevelure blonde sur ses épaules. « Bonjour. » laissa t-elle échapper alors que son regard remontait et ne voyait personne derrière le guichet d’accueil. Ce constat eut raison de sa curiosité et l’incita à froncer doucement ses sourcils. Il lui semblait entendre le son significatif des touches tapées sur un clavier. « Je suis venue pour vous régler une facture. » continua t-elle sur un ton qui laissait présager sa surprise alors qu’elle se penchait en avant comme pour vérifier de la présence d’une personne. Mais n’y tenant déjà plus, elle s’avança, laissant ainsi claquer ses talons et fendre le silence, pour se rapprocher du guichet et se pencher par-dessus. « Y a… » Elle s’interrompit aussitôt que son regard s’arrêtait devant le brun des cheveux du réparateur de la dernière. « Je m’excuse de vous déranger, je me suis dis que plutôt que payer des frais d’envoi avec l’affranchissement et tout ça, ce serait mieux de passer pour vous régler. » Elle s’était reculée pour laisser à nouveau de l’intimité au jeune homme et s’enquit de chercher le chèque de toute à l’heure dans son sac. Cependant, alors qu’elle fouinait dans ce dernier, elle ne put s’empêcher de laisser échapper. « Et aussi vous remercier pour votre travail, tout fonctionne à merveille à présent. D’ailleurs, je pensais que si cela ne vous dérangez pas, nous pourrions convenir d’un contrat spécifiant que vous seriez notre intervenant référent. » Toujours très professionnelle, Ainsley gardait sa sureté dans ses propos alors qu’elle tendait à présent le chèque à Shane et qu’elle lui souriait pour l’inviter à le saisir et à répondre favorablement ou non à sa proposition.

Revenir en haut Aller en bas

Dig down and find faith ✻ Shane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Downtown l.a :: business district
-