Partagez|

The greatest gift of life is friendship | Ludmila

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 06/11/2017
›› Love letters written : 204
›› It's crazy, I look like : Shay Caliente Mitchell
MessageSujet: The greatest gift of life is friendship | Ludmila Jeu 8 Fév - 22:03



THE GREATEST GIFT OF LIFE IS FRIENDSHIP
Fallone Salazar & Ludmila Alexander

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




Surround yourself with people who make you happy. People who make you laugh, who help you when you’re in need. People who genuinely care. They are the ones worth keeping in your life. Everyone else is just passing through.


Le 8 février, depuis quelques jours la jolie brune n’avait que cette date à la bouche. Et pour cause, elle fêtait son trente-deuxiéme anniversaire ; à l’occasion elle avait vu les choses en grands. Comme chaque année et ceux depuis quelques années déjà, elle préférait fêter son anniversaire en grande communauté plutôt qu’avec ses proches. Il fallait évidemment employer les grands moyens quitte à finir le mois sans nouvelles chaussures, elle s’en moquait tant qu’on parlait les jours d’après de sa petite fête d’anniversaire. Ainsi, elle avait fait appel au meilleur et avait préparé son coup des jours à l’avance. Sa robe sur mesure lui avait coûté quelques zéros mais elle tenait à ce qu’elle soit unique. Ainsi un styliste parisien avait fait le déplacement plusieurs fois pour confectionner et lui apporter cette dernière pour le jour j. Qu’importe, elle ne comptait ni se marier, ni avoir des gosses alors il ne lui rester qu’à célébrer sa personne. Chose qu’elle savait parfaitement faire. Jusqu’à ses seize ans, elle s’était contentait du même flan fait maison que sa mère préparait pour elle. Bien que parfois nostalgique de cette période, elle était soulagée que celle-ci soit révolue. La jeune femme s’était habituée à sa vie de luxe et de paillettes. Elle ne se refusait rien et jugeait qu’elle s’était longtemps privé pour rattraper le temps perdu. Ce matin, elle s’était réveillée plus tôt que d’habitude vérifiant elle même que tout était prêt pour ce soir. Elle avait évidemment convié quelques tabloïds espérant que sa petite fête ferait quelques articles de presse. Prés de deux cents personnes étaient attendus dont une dizaine de VIP. Elle avait également reçu un coup de fil de sa maman qui refusait de participer aux extravagances de sa fille. Elle n’avait jamais compris d’où lui était venue cette folie des grandeurs. Peut être de son père, elle ne l’avait certes pas connu mais c’était possible que ce soit programmé dans ses gênes. Malgré qu’elle prenait de l’âge, elle n’en restait pas moins une grande fêtarde et chaque événement devenait l’occasion de sabrer des bouteilles et de danser. Evan n’allait pas être de la partie non plus, il préférait se tenir loin des excentricités de sa copine. C’était bien ce qu’elle était ? À vrai dire, elle n’arrivait pas à mettre de titre sur sa relation avec le jeune homme. Longtemps, il n’était question que de cul entre eux, le fait de passer plus de temps ensemble rendait la situation plus compliqué. Évidemment, elle ne se voyait pas vieillir à ses côtés. Ils n’avaient pas les mêmes centres d’intérêt et à ses côtés elle se sentait souvent bonne à rien. Il faut dire qu’il n’avait pas beaucoup d’estime pour ce qu’elle était, il lui reprochait souvent de ne pas savoir ce que c’était de travailler. Contrairement à lui, elle n’avait pas eu l’occasion de faire de longues études. À l’école, elle n’était pas non plus brillante. À ses seize ans, elle avait été poussé vers la sortie et très vite elle avait dû trouver un travail pour aider sa maman. Son éducation s’était faite sur le tas, entre le seigneur et la rue. Si on lui avait dit un jour qu’elle roulerait en ferrari, des Versace aux pieds elle n’y aurait jamais cru. Qui aurait penser qu’un jeune avocat allait la sortir de son ghetto un jour. Andrew Avery était devenu son Dieu, lui non plus n’avait pas fait le déplacement. Heureusement Ludmila lui avait promis de venir, elle savait que son amie ne manquerait pour rien l’occasion d’honorer son anniversaire. Il était un peu plus de minuit lorsqu’elle daigna enfin pointer le bout de son nez à l’Avalon Hollywood. La soirée avait déjà commencé depuis un bon moment, mais elle avait attendu que les verres se remplissent une seconde fois pour être sur que ses convives soient plus réceptifs à son arrivée. Porté par deux étalons musclés, elle avait fait son entrée sur une charrette en forme de nid, tandis que sa robe toute de plume faisait echo au théme de la soirée : Rio. La piéce montée était arrivé un peu après, alors qu’elle avait décidé de tenir compagnie à la seule personne qui lui tenait vraiment à cœur ce jour là. Ludmila et elle s’étaient connues sur un malentendu une histoire de robe. Aucune n’avait démordu pour ce vêtement qui leur avait fait à toutes les deux de l’œil. Tout n’avait pas aussi bien commencé entre elles, elles s’étaient même détestés à une période. Jamais elle n’avait imaginé qu’elle finirait pas devenir son amie. « Ma chérie ! » dit-elle en serrant la brunette dans ses bras. « Je suis tellement heureuse que tu sois là ! » évitant évidemment de lui faire de vraie bisous de peur d’abimer son maquillage. D’ailleurs, elle avait pris l’habitude de se faire la bise de loin sans que jamais leurs visages ne se touchent. « J’espère que tu t’amuses bien. Tu n’es pas venu avec ton petit ami ? » dit-elle guettant autour d’elle pour voir si un visage lui était étranger. S’il était du même genre qu’Evan il n’allait probablement pas apprécié de se rendre à ce genre veillée où l’apparence était de mise et le champagne coulait à flot.

 


Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 29/07/2015
›› Love letters written : 7356
›› It's crazy, I look like : alexandra ♡ queen ♡ park
MessageSujet: Re: The greatest gift of life is friendship | Ludmila Ven 9 Fév - 17:10

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
the greatest gift of life is friendship
fallone salazar and ludmila alexander ※
Surround yourself with people who make you happy. People who make you laugh, who help you when you’re in need. People who genuinely care. They are the ones worth keeping in your life. Everyone else is just passing through.


Si le monde dans lequel Ludmila Alexander avait grandi était rempli d’inconvénients qu’elle vivait plus ou moins difficilement en fonction des périodes, elle savait malgré tout qu’elle avait toujours été une enfant privilégiée. Parce que quand certains devaient compter chaque dépense, elle était cette petite fille pour qui la pauvreté n’avait jamais existé. Et qui avait eu le luxe de grandir dans une bulle dorée, dans un monde rempli d’avantages qu’elle ne pouvait pas nier. Elle savait qu’en étant une Alexander, qu’en ayant pour père Charles Alexander, il était presque impossible pour elle d’oser se plaindre. Ou de dire qu’elle ne vivait pas bien certains côtés de son statut ou de sa célébrité. Parce qu’elle prenait pleinement conscience que personne ne pouvait avoir une once de pitié pour une héritière telle qu’elle. Mais fort malheureusement, malgré certains poids alourdissant dangereusement ses épaules, il y avait certains côtés qu’elle adorait pleinement. En grande adoratrice de mode, elle avait la chance inestimable d’être invitée partout où elle le souhaitait. De pouvoir se rendre à tous les défilés où elle souhaitait. Et de pouvoir s’offrir les pièces uniques dessinées par les plus grands couturiers du monde, toujours ravis de voir leurs créations être portées par une femme telle qu’elle. Une jeune femme faisant vendre chaque fois qu’elle se rendait dans une soirée. Une jeune femme toujours photographiée par tous les paparazzis rêvant de la capturer sur une couverture en papier glacé. Car elle était l’une des princesses de l’Amérique, et que même si elle ne comprenait pas pourquoi, de nombreuses petites filles rêvaient de lui ressembler. D’être comme elle quand elles grandiraient. Elle ne le méritait pas, mais elle en inspirait certaines, quoi qu’elle puisse faire, on tentait de copier son maquillage, ses robes hors de prix ou ses coiffures. Toutefois, elle ne se sentait pas digne de toutes les attentions qu’elle recevait. Certes, elle s’était améliorée en deux ans, elle regardait avec plus de facilité le regard renvoyé par la glace, pourtant, elle ne pensait pas être aussi exceptionnelle qu’on aimait parfois le dire ou l’écrire. A ses yeux, elle était aussi commune que bon nombre d’américains et elle était certaine qu’il y avait des hommes et des femmes méritant plus de reconnaissance qu’elle. Alors autant qu’elle pouvait, elle tentait de mettre en lumière ceux agissant à ses côtés au sein de la fondation, chaque fois qu’on l’interrogeait. Comme pour laisser son empreinte indélébile dans tous les esprits. Comme pour faire quelque chose de bien. Chose qui la changeait terriblement d’autrefois et de cette époque où elle se fichait totalement de l’image désastreuse qu’elle renvoyait. A présent, elle avait changé et cela se voyait même dans les tenues qu’elle enfilait pour ses soirées. Si longtemps, elle n’avait eu aucun problème avec son côté provocateur, elle faisait plus attention maintenant. Et la longue robe émeraude à paillettes et fines bretelles qu’elle portait le prouvait sans aucune difficulté. Celle-ci avait beau être fendue jusqu’au milieu de sa cuisse et avoir un agréable décolleté pour dévoiler sa poitrine, elle détonnait grandement face à ses anciennes robes prenant la poussière dans son dressing. Elle n’avait pas fait dans une certaine démesure qui la caractérisait tellement par le passé. Pourtant la vision de sa silhouette renvoyée par sa glace lui plaisait davantage. Car elle n’avait pas cherché à se cacher derrière un maquillage trop appuyé, s’étant contentée de faire ressortir la couleur de ses yeux et de détacher sa longue chevelure brune pour qu’elle tombe le long de ses épaules. « T’es sûre que tu veux pas rester un peu plus longtemps ? », la voix masculine de Myles dans son dos fit naître un sourire sur ses lèvres et à travers le miroir, elle le regarda posté à quelques centimètres d’elle. Sentant cette chaleur agréable, qui l’envahissait chaque fois qu’elle se trouvait avec le jeune homme, qui la gagnait de nouveau, elle se tourna vers lui pour ancrer ses yeux dans les siens. Pour profiter plus grandement de sa proximité près d’elle. « Je suis certaine oui malheureusement. Fallone va m’en vouloir si je ne suis pas là avant elle. Mais je peux te rejoindre plus tard si tu veux », vint-elle susurrer près de ses lèvres avec une lueur étincelante dans le regard. Elle appréciait chaque instant qu’elle passait avec le jeune avocat et encore plus cette relation naissante qu’ils partageaient. Car lorsqu’ils étaient ensembles, elle se sentait aussi légère qu’une plume. Plus épanouie que jamais. C’était tous les effets plaisants qu’il avait sur elle. Toutes les bonnes choses qu’il lui apportait depuis qu’il était présent dans sa vie. Elle vint enrouler ses bras autour de sa nuque quelques secondes.  « A plus tard », finit-elle par dire en lui souriant. Puis elle s’avança et elle unit les lèvres aux siennes  un long moment, ayant du mal à se détacher de l’étreinte de Myles. Cependant, elle finit par attraper ses affaires et après avoir donné un dernier baiser au jeune homme, elle sortit pour se rendre à l’anniversaire de son amie. Elle lui avait promis d’être présente, de ne pas manque l’événement, sachant que comme toujours Fallone allait avoir fait les choses en grand pour rendre cette soirée mémorable. Pour faire parler un peu plus d’elle. Après tout, c’était ainsi qu’elle gagnait sa vie, et grâce à sa célébrité qu’elle s’enrichissait. Si elles pouvaient avoir des points de désaccord sur de nombreuses choses, elles se ressemblaient sur bien d’autres, ce qui leur avait permis de se lier d’amitié. Après un long trajet jusqu’au lieu de la réception, elle fit son entrée et aussitôt les flashs crépitèrent pour capturer les moindres détails de sa robe ou de son visage. Fort heureusement, l’arrivée de la maîtresse de cérémonie attira tous les regards sur elle ce qui offrit un instant de tranquillité des plus appréciables à Ludmila. Autour d’elle tout était grandiose et Fallone en parfaite reine du jour était plus sublime que jamais. Elle ne tarda pas à la rejoindre, s’approchant pour la serrer dans ses bras.  « Ma chérie ! », habituée à recevoir autant d’élan d’affection et aussi tactile qu’elle, elle l’accueillit avec un grand sourire sincère.  « Je suis tellement heureuse que tu sois là ! », elle aussi elle était contente d’être venue, n’ayant pas souhaité manquer cet anniversaire. C’était important qu’elle soit là et malgré le côté calme de son existence actuelle, elle aimait toujours se rendre dans des fêtes, n’ayant pas complètement changé dans le fond. « Tu ne m’aurais jamais pardonné si j’avais manqué ta soirée. », elle se mit à rire légèrement, mais elle savait qu’elle n’était pas loin de la vérité. Et elle ne pouvait qu’imaginer les remarques de son amie si elle avait demeuré aux abonnées absentes.  « J’espère que tu t’amuses bien. Tu n’es pas venu avec ton petit ami ? », la question de Fallone la fit sourire un peu plus et donna une teinte plus rosée à ses joues, remplie d’une certaine gêne. Elle n’était pas habituée à avoir un homme de manière officielle dans sa vie, étant terriblement plus accoutumée à de simples aventures. Pourtant avec Myles tout était différent et c’était ce changement qui lui faisait du bien. « Non, je pense que c’est mieux qu’il évite un peu les paparazzis. J’ai pas très envie qu’on le mitraille et je crois qu’il n’aurait pas été très à l’aise ici. », Myles n’était pas comme les deux jeunes femmes,  il aimait sa tranquillité et elle ne souhaitait pas qu’il se retrouve sous les projecteurs par sa faute. « Mais en tout cas tu as fait les choses en grand dis-moi. Tout le monde ne va parler que de toi prochainement et de ta tenue. Tu es renversante !  », il suffisait de voir tous les gens présents dans l’immense salle pour savoir que dès le lendemain matin, l’anniversaire de Fallone Salazar ferait les gros titres de tous les tabloïds. Comme chaque année. Et elle connaissait assez la magnifique brune pour savoir que c’était tout l’effet souhaité.
Revenir en haut Aller en bas

The greatest gift of life is friendship | Ludmila

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Echo park
-