Partagez|

hello, old friend + (calvin&lilya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 14/01/2018
›› Love letters written : 54
›› It's crazy, I look like : Crystal Reed
MessageSujet: hello, old friend + (calvin&lilya) Dim 28 Jan - 16:23

HELLO, OLD FRIEND.
Calvin & Lilya  

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Somebody asked me if I knew you. A million memories flashed through my mind but I just smiled and said I used to. ✻✻✻ Un jour comme les autres. Le crépuscule annonce la fin de du jour. Pas la fin de ma journée cependant. Mes talons résonnent sur sol, dans le couloir de l'immeuble alors que je quitte mon emploi de jour. Ce job que j'occupe simplement pour sauver les apparences. Je me contente d'aller et venir, sourire, apporter les cafés, gérer des rendez-vous ou encore ranger des dossiers. Mais tout cela est vide de sens, c'est ce qui résume parfaitement ma vie. Cette dernière est vide de sens. Le jour, je touche la réalité du doigt, j'affronte le monde qui m'entoure, encore maladroitement. Mais quand vient le soir, je me déconnecte. Je m'enfonce un peu plus dans la noirceur de mon être, je fais le tour d'une dépravation dont je n'aurais jamais cru être capable. Je passe en coup de vent dans mon loft, juste le temps de prendre une douche. Quand bien même cette dernière sera inutile puisque l'odeur âpre du Viper se déposera sur ma peau, une fois, entrée dans le club. Je devais aussi troquer mon tailleur pour ma tenue de strip teaseuse. Un soutien gorge noir et un tanga en dentelle de la même couleur, une robe bustier noire pour le cacher le tout le temps du trajet. Je me garais sans encombre sur le parking, ce dernier est encore désert, quelques voitures sont présentes, mais ce n'est pas encore l'heure du rush. Je passais devant les videurs, qui m'ouvrirent la porte avec un sourire en coin sur les lèvres. Je me glissais à l'intérieur du club, mon regard croisa celui de Talia, fidèle au poste, prêt du bar. Nous nous adressons un signe de tête en guise de salutations et je filais sans un regard supplémentaire pour me diriger vers la salle privée réservée aux strip teases. Mon corps se rebellait contre cette activité, mais pourtant, c'était le seul moyen que j'avais de pouvoir satisfaire mon besoin de danser. Ce n'était en rien ce que je faisais en tant que danseuse professionnelle, mais au moins, les stripteases ne déclenchaient pas une douleur lancinante du genoux à la hanche. Je n'avais pas besoin de piqûres de rappel quant à mon incapacité à faire ce qui me passionnait le plus au monde.  Alors, tous les soirs, c'était la même rengaine. Je me rendais dans cette salle privée, ma main effleure la barre froide métallique et je prépare mes muscles à la soirée à venir. Quelques filles me rejoignent, mais je ne leur adresse pas la parole. Je ne suis personne ici. Alors, la musique se déclenche, sensuelle et agressive à la fois. Quelques hommes entrent dans la pièce, le show commence lentement. Généralement, je ne fais pas attention aux visages des clients, ils se ressemblent tous à mes yeux. Tous viennent pour assouvir un besoin pervers, un besoin de contrôle, de montrer qui est le plus puissant dans la pièce. Mais, ils sont comme nous autres, ils sont dépouillés de leur enveloppe corporelle, rien ne les rattachent à leur vie extérieure. Ils ne sont plus rien mis à part une bande de pénis ambulant. Cependant, mon regard rencontra celui d'un des hommes. Nos prunelles s'accrochent et je sais que je connais ces yeux bleus. Des souvenirs d'une autre vie affluent dans mon esprit, mais je ne peux pas m'arrêter de danser, je n'en ai pas le droit. Calvin. Que faisait-il ici ? Dans ce club ? En compagnie de personnes aussi peu fréquentables ?  Le dernier contact que nous avions eu remontait à presque dix ans, déjà et à cette époque, il entrait dans une école de  police. Que c'était-il passé dans sa vie pour qu'il se retrouve ici ? Apparemment, il a l'air aussi choqué que moi. La musique s'arrête et avant qu'une autre chanson ne s'enchaîne, je descends de scène, ignorant les sifflets et les mains baladeuses tentant d'obtenir un lap dance. Je marche aussi vite que mes talons me le permettent, c'est à dire pas aussi vite que je le souhaiterais. Une main se saisit de mon poignet, m'arrêtant dans ma course et je m'apprête à riposter à l'aide de mon poing, mais ce dernier reste en suspens alors que je me retourne.   « Calvin. », lâchais-je, avant de reculer d'un pas. Il était temps que mon passé et mon présent entrent en collision, mais je n'étais pas prête à y faire face.
✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 21/04/2017
›› Love letters written : 731
›› It's crazy, I look like : daniel wolfie sharman
MessageSujet: Re: hello, old friend + (calvin&lilya) Dim 28 Jan - 20:37

Sa mission au sein du gang touchant à sa fin, Calvin s’en étant éloigné, on commençait à lui confier d’autres enquêtes le temps que la descente se mette en place et se fasse, ensuite. Depuis quelques jours, il enquêtait au sein d’une banque, aussi improbable cela puisse paraître, accusée de tenir en parallèle un réseau de proxénétisme. Il avait facilement trouvé sa place dans une bande d’hommes musclés et mysogines dont il détestait profondément l’attitude indécente et il s’était retrouvé à accepter une sortie, un samedi soir. Calvin ne rêvait que de tranquillité et de quiétude, de se vautrer devant un film de super-héros en mangeant un bon plat et en buvant un bon jus frais, en compagnie de ses trois chats, comme le vieux garçon qu’il finirait sûrement par devenir. Au lieu de cela, il avait dû (encore) enfiler un costume de tailleur, griffé, qui était inconfortable à souhait et dans lequel il avait l’impression d’être déguisé. Calvin ne fut pas au bout de ses surprises et surtout, de ses déceptions lorsqu’il constata que la joyeuse troupe de banquiers l’avait amené dans un club dont la réputation n’était plus à faire. Il n’était pas ainsi. Calvin était d’une timidité presque folle et la nudité le complexait profondément. Il n’aimait pas non plus ce principe qui consistait à se délecter devant des corps dénudés de femmes qui bien souvent, n’avaient pas le choix que d’exercer cette profession dégradante pour leur image. Pourtant, il se tut et mordit sa chique, entrant dans le club et pénétrant, par la suite, dans un carré privé pour un show personnalisé pour la joyeuse bande. Egalement, pour ne pas laisser paraître quoi que ce soit, il fut contraint de commander un verre d’alcool pour faire comme tout le monde, lui qui buvait très rarement, ayant une hygiène de vie très stricte. Alors que Calvin buvait une première gorgée de son martini, il manqua de s’étouffer en découvrant une plantureuse brune dont le regard et les cils affolants lui rappelaient son enfance. Lilya. La fille des Ackerman. Une amie d’enfance auprès de qui il avait grandit puis dont il avait gardé contact pendant l’adolescence jusqu’à se perdre de vue, finalement, à l’aube de la vingtaine. Calvin avait été trop plongé dans son école de police, trop préoccupé à essayer d’être un flic à la hauteur de son commissaire de père. Le doute n’avait pas sa place. Il était convaincu, tant et si bien que lorsqu’après une première danse, Lilya quittant la scène, il attrapa son poignet. Elle prononça son prénom alors que les singes à côté de lui s’excitaient. « Oh, le p’tit nouveau veut la sauter ! » et d’autres horreurs de ce type. Calvin fronça des sourcils, dévisageant Lilya, se fichant des commentaires. Elle, ici, comment ? Il se leva en faisant grincer le fauteuil et tira Lilya en avant pour s’éloigner de là, poussant la porte des loges indiquées par un panneau en se fichant de tout. Il referma la porte derrière eux et retira sa veste, la tendant sans mot à la brune. Puis, sagement, il croisa les bras sur son torse, attendant une réponse à une question qu’il n’avait même pas osé prononcer.
Revenir en haut Aller en bas

hello, old friend + (calvin&lilya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Triangle platinum :: the viper room
-