Partagez|

Stitch my calf, i'll stitch your heart Ft. Saoirse Doherty

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 06/01/2018
›› Love letters written : 13
›› It's crazy, I look like : Brock O'Hurn
MessageSujet: Stitch my calf, i'll stitch your heart Ft. Saoirse Doherty Dim 21 Jan - 23:37





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Stitch my calf, i'll stitch your heart



Les couleurs de Venice Beach, l’ambiance, c’est ce qui nous avait séduit quand nous avions cherché notre endroit, bien à nous. J'aimais ce quartier, tellement vivant, cosmopolite, des touristes, des sportifs, de la vie partout et à toute heure, mais surtout, l'océan juste en face du bâtiment où nous avions emménagé. Je me levais tôt le matin pour profiter de deux heures de détente et d'activité avant la dure journée de travail qui m'attendait au palais de justice, j'étais sur un dossier compliqué et j'avais besoin de me déstresser. Comme tous les matins, j'allais aller communier avec l'océan. Je ne pourrais jamais m'en éloigner, lui et moi c'est une véritable histoire d'amour, il est autant nécessaire à ma vie que l'air que je respire. Je quittais l'appartement avec ma planche, déjà vêtu de ma combinaison et portant ma planche sous le bras. La lumière était juste magique, avec des teintes rosées, il y avait peu de personnes dans la rue, quelques jogger, j'aimais aller surfer aussi tôt le matin. Je me suis dirigé vers la plage, y ai laissé ma serviette et suis entré dans les vagues. La liberté, ce sentiment de plénitude, je ne m'en passerais jamais. J'oubliais tout et m'adonnais à ma passion. Mais chaque bonne chose à une fin et cela faisait deux heures que j'étais dans l'eau et je devais rentrer pour me doucher avant de partir pour le tribunal. Je sortais de l'écume et me dirigeais vers l'endroit où j'avais laissé ma serviette quand j'ai buté sur un objet sur lequel mon pied a roulé, j’ai perdu l'équilibre et je suis tombé sur le dit objet, une bouteille de bière abandonnée sur la plage. Je ressentis une vive douleur au niveau de mon tibia droit et, en me relevant, j'ai eu la mauvaise surprise de m'apercevoir que j'avais une belle entaille d'au moins 3 centimètres qui avait l'air assez profonde. Je vérifiais s'il y avait des morceaux de verre dans la blessure, il n'en était rien, j'avais déjà cette chance. Je grimaçais, la douleur n'était pas intolérable mais cela me lançait tout de même et de plus, ça commençait à saigner abondamment. Je nettoyais à l'aide de ma bouteille d'eau et constatais l'étendue des dégâts. J'allais devoir me rendre aux urgences pour me faire recoudre, peut-être même me faire piquer contre le tétanos, je ne savais même plus si j'étais à jour de mes vaccins. Je déposais ma planche dans le garage, récupérais mon portefeuille à l'étage, passais un coup de téléphone à ma secrétaire pour lui demander de prévenir mes collègues que je ne pourrais venir travailler aujourd'hui car j'avais été victime d'un accident puis redescendais dans la rue et hélais un taxi après être sorti de chez moi. C'était tellement stupide, j'étais en colère contre moi même car j'aurais dû faire attention où je mettais les pieds mais également contre l'abruti qui avait laissé traîner cette bouteille, je haïssais ce genre d'individus qui prenaient la plage pour un dépotoirs et abandonnaient leurs détritus après leurs fêtes. J'étais également très énervé car l'affaire que je devais plaider aujourd'hui était capitale pour mon avancement au sein du cabinet et j'étais certain que j'allais prendre un gros retard avec ce dossier, même si l'un de mes collègue allait me remplacer. Le trajet fut rapide et je me dirigeais vers l'entrée en clopinant après avoir réglé la course au chauffeur. La salle d'attente était bondée, des cris, des pleurs, des gens qui avaient l'air énervés, ça n'avait pas changé depuis mon dernier passage dans les locaux quand je m'étais cassé la cheville 2 ans plus tôt.
Je faisais la queue longtemps, enfin, ce fut mon tour. Une infirmière avec un air échevelé et fatigué me demanda de remplir une fiche de renseignement et de patienter. J'étais là pour la journée. Bienvenue en enfer ...

☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 07/01/2018
›› Love letters written : 27
›› It's crazy, I look like : Sarah Gadon
MessageSujet: Re: Stitch my calf, i'll stitch your heart Ft. Saoirse Doherty Lun 22 Jan - 23:03



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Love at first sight? No I don't think so
ft. Devon & Saoirse

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un jour de plus. Un service de plus qui va commencer apportant son lot de malade, de blessés, de vivants et de morts. C'est fou tout ce qui peut se passer en seulement une heure aux urgences. La réception d'un patient, son diagnostique, les premiers examens, les recherches de diagnostique selon les résultats, les dires du patients, sa façon de se comporter de parler. Je suis habituée à tout cela et bien plus encore. Le regards condescendant des internes, leurs façons de parler aux infirmière, comme si nous n'étions pas assez intelligentes pour faire médecine, que nous étions stupide ou des ratés. Généralement je les replace. Que ce soit verbalement ou plus mesquinement. Le dernier interne qui m'a ennuyé de la sorte s'est retrouvé bipé sur l'intégralité des lavements et autres touchés rectaux qu'il y avait a faire et cela durant une semaine. Si il y a bien une chose à apprendre dans cet hôpital. C'est respecter les infirmières et leurs travail. Car sans nous, les médecins ne seraient rien et le travail ne serait pas fait. Nous sommes les petites mains, mais nous sommes importante.
C'est ainsi que j'ai fait ma place en ce lieu. Que je me suis fait un caractère, que j'ai appris à m'imposer. Et puis, je suis une vainqueur. C'est faux, mais c'est une façon de se motiver pour aller au travail. Ainsi je passe ma tenue d'infirmière habituelle. Un pantalon et un haut. Rose pour le pantalon, blanc avec des têtes de minnie pour le haut. C'est mignon et met les enfants en confiance. Quant aux adultes, ça crée un lien, une discussion. Ça rassure. Un bon choix donc. J'enlève mes différents bijoux, collier, boucles d'oreilles, puis attaches mes cheveux en une tresse. Coiffure pratique et simple qui m'assure de ne pas être gênée par ma pilosité capillaire.
Puis le service commence. Les urgences sont pleine comme toujours. Pourquoi allez voir un généraliste quand on tousse ou qu'on a une diarrhée quand on peut passer deux heures en salle d'attente aux urgence pour s'entendre dire qu'on a un rhume ou une gastro ? Mais qui peut les blâmer ? On  les matraques de séries télé ou les médecins cours partout, ou les patients sont pris en charges en quelques instants. Ce n'est pas faux, mais pour ceux qui sont dans un état critique. Alors je cours, comme chaque jour que dieu fait. Je passe d'un patient à l'autre. Suture, bassin, médicament, haricot. De temps à autre j'ai quelques instant pour rire avec mes amies, prendre un café. Souffler entre autre.
Et puis il viens cet interne. Grand blond prétentieux, sûrement un futur chirurgien qui ne veux que les meilleurs cas, ceux qui le feront ouvrir un corps pour farfouiller au dedans. Il me tend un dossier, en m'indiquant qu'il faut faire des suture et qu'il a mieux à faire. Certes, je sais faire des sutures, mais il peut demander poliment et non comme si le patient était un emmerdeur de première de s’être ainsi taillader par mégarde. Je soupire donc, agacée par avance de ce dossier, le reprenant quelque peu avant de m'avancer vers le lit numéro trois, ouvrant le rideau pour m'avancer dans l'espace plus ou moins privé qu'offrent ceux ci.

« Monsieur...Shaw ? Je suis l'infirmière Doherty, je vais m'occuper de faire vos sutures et...votre rappel anti tétanique. »

Je souris largement à l'homme que je découvrais pour la première fois. Grand musculeux, de long cheveux ondulé, des yeux sublime, un air taquin. Il sort d'un fantasme féminin ou quoi?Je le détaille une demi seconde avant de laisser aller mon regard sur la plaie qui est déjà nettoyé, m'avançant pour l'observer de plus prêt.

« Vous ne vous êtes pas raté dites moi. Je vais devoir découper votre combinaison pour pouvoir travailler correctement. Je sais que vous préféreriez l'enlever, mais cela pourrait introduire des gerbes dans votre plaie et entraîner une septicémie voir une gangrène. »

Je souris malgré tout, parlant doucement, posément. L'idée n'est pas de faire peur, mais d'expliquer clairement le pourquoi de la découpe dans une combinaison de surfeur qui doit certainement coûter son prix. Je déballais donc mon kit de suture, souriante, rassurante, préparant tout ce qu'il fallait pour m'occuper de cette plaie.

« Alors, racontez moi comment vous vous fait cette entaille Monsieur Shaw ? Un combat contre un requin ? Le sauvetage d'une sirène en détresse ? »

Je souris de plus belle, arrosant la plaie de biseptine avant de piquer doucement la région blesser avec un anesthésiant.

« Voila...je devrais pouvoir recoudre sans vous faire souffrir. Cela va prendre un peu de temps néanmoins. Si vous me parliez un peu de vous ? »

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Revenir en haut Aller en bas

Stitch my calf, i'll stitch your heart Ft. Saoirse Doherty

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Downtown l.a :: downtown hospital
-