Partagez|

[DAMIEN] INSPECTION

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 05/01/2018
›› Love letters written : 112
›› It's crazy, I look like : Hilarie Burton
MessageSujet: [DAMIEN] INSPECTION Mer 10 Jan - 8:53

Inspection

 Angeline et Damien 


You burn everything you see, Gold are your fingers, Leaving traces everywhere you go. Diamonds in your skin, my bood flows. Down of the water, Beads drippin' down your face, calling out my name.


Les interrogatoires. Angeline se demandait bien pourquoi c'était à elle de se coltiner cette corvée. Elle détestait ça, être au contact des autres, elle préférait de loin travailler seule dans son laboratoire, au moins personne ne venait la déranger et ne venait troubler le silence dans lequel elle s'était plongée. Pourtant, ce matin, l'inspecteur avait été claire, toutes les patrouilles ayant été envoyée en ville, c'était à elle de se coltiner le sale boulot. Elle s'était retenu de souffler par simple politesse mais avait acquiescer froidement. Elle avait encore une petite heure devant elle pour terminer d'analyser les empreintes digitales qui avait été récolté sur une scène de crime et pour feuilleter le dossier du fameux interrogé. Angeline aimait son métier, être la fille de l'ombre, elle n'affrontait que rarement le terrain, sauf lorsqu'il s'agissait d'accompagner Dean, et s'occupait de tout ce qui était antérieur à l'enquête. En bon rat de laboratoire, elle acceptait trés peu de monde dans cette salle, en interdiction l'accés à pratiquement tout le service. Hormis Briséis, parce qu'elle l'aimait bien et parce que leur fonction au sein de la police scientifique était assez complémentaire. Alors, dans ce cas là, elle acceptait de partager et même d'échanger. L'heure tournait à vive allure, et Angeline retira sa blouse blanche, se rendant dans la salle des archives pour avoir accés au dossier Jelenski.

Elle parcouru rapidement les quelques pages écrites sur lui, et en se fiant simplement aux écrits il n'avait pas l'air d'être un enfant de coeur. Sa mère assassinée, son père incarcéré, sa propre incarcération à lui, non, ça n'allait certainement pas être une partie de plaisir cet interrogatoire. Soupirant, Angeline passa sa main sur son visage, elle manquait cruellement de sommeil. Pas parce qu'elle n'arrivait pas à dormir, mais parce qu'entre son travail et les tournois de poker illégaux, elle n'avait que peu de temps pour elle et pour son repos. La soirée d'hier avait été mouvementé, ellle avait dû intervenir lors d'une bagarre entre deux millionnaires, n'acceptant pas leur défaite. Les hommes étaient parfois des animaux et si elle ne s'était pas retenue elle les aurait probablement envoyé sur les roses, en tout cas elle les avait consigné durant les deux prochains tournois, ça leur apprendrait à mal se comporter.

Se rendant dans la salle d'interrogatoire, elle vit qu'un de ses collègues avec déjà fait rentrer le jeune homme et, entrant dans la salle, elle le salua.

-Bonjour monsieur Jelenski.

Elle n'avait jamais mené d'interrogatoire alors c'était un exercice auquel elle allait s'essayer aujourd'hui. Son collègue lui avait expliqué en quelques mots que les assassins de sa ère n'avaient jamais été retrouvé et que c'était pour ça qu'il l'interrogeait pour la énième fois. Bien. Angeline pouvait comprendre, ses parents ayant été assassinés lorsqu'elle était jeune, elle se doutait donc que ça n'allait pas être facile d'en parler. Angeline espérait pouvoir laisser le côté personnel de côté, et se montrer assez professionnel pour ne pas se trahir et éprouver de la compassion pour lui et son histoire. Posant le dossier sur la table, elle lui demanda alors:

-Savez vous pourquoi vous êtes ici ?
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 05/01/2018
›› Love letters written : 56
›› It's crazy, I look like : Jack White
MessageSujet: Re: [DAMIEN] INSPECTION Dim 14 Jan - 3:45

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Inspection


Treat me like your mother - Dead Weater
Spoiler:
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Je pouvais le repousser et très facilement. J'étais plus grand et franchement plus costaud que lui. Une légère pression sur ses épaules ou un coup direct dans le ventre et je me libérais de son emprise sur moi. La police devrait sérieusement songer à remanier leur équipe de nuit. Celui qui essayait d'afficher son autorité contre moi était vraiment décourageant. Il fallait qu'un des portiers du bar l'assiste afin de créer une distance entre moi et ce connard au costard.

Ce n'était pas l'envie qui manque de fausser compagnie à l'autorité pour coller un autre coup de poing à cet enfant de riche. Après ce qu'il a fait, c'était la moindre des choses que je lui rappelle ce qu'il était: un vrai trou du cul.

Oui, j'aurais rappliquer encore. Provoquer encore plus de tension, mais je laissais ce policier faire son travail et me faire reculer encore de quelques pas avec l'aide du portier. Je résistais de moins en moins, mais je serrais encore des dents ne lâchant pas ma cible du regard. Pas question de perdre ce dégueulasse des yeux.

" Je te laisserais pas t'en tirer, sale con ! Belle technique de drague: mettre de la drogue dans son verre ?!"

J'acceptais la distance, mais cela ne m'empêchait pas de parler, d'oser témoigner à voix haute à quel point ce gars l'avait cherché. Dire à tous ces gens autour les intentions grotesque de cet homme.

Déjà que je le trouvais trop entreprenant avec elle, il avait ajouté imbécile sur sa liste. Dès que mes yeux l'ont aperçu vider un sachet de poudre dans le verre de la demoiselle, je n'étais plus à ma table avec Michael. Non, mon poing venait de rencontre le visage de ce connard. Un agresseur...

Il y a ceux qui n'interviennent pas, préférant éviter les problèmes et il y a des gens comme moi: qui se foutent des conséquences, du moment qu'ils ont pu éviter une catastrophe.

Oui, je voulais éviter la catastrophe. Je ne pouvais pas imaginer cette fille subir les pire sévices faites par un homme aussi désespéré et ne rien faire. Il fallait être désespéré et totalement malade pour droguer quelqu'un. S'en prendre à un corps totalement inconscient. Je ne comprend pas ce genre de mentalité. Ce plaisir d'agir ainsi envers un être humain: une femme. C'est dégueulasse. Non, je n'ai pas pu rester insensible, même si j'allais devoir sortir du lot et me manifester.

Encore une fois...Je l'ai fais.

" Sale gothique !...Tu me cherches! Tu dis n'importe quoi! Je vais te tuer!"

Gothique, Cadavre, Frankestein, j'en entendais de toute sorte. Tous des mots essayant de me toucher directement. Les premières fois, c'est choquant, mais après plusieurs fois, on s'habitue. Cela pourrait facilement devenir mon 2e nom.

Bref, ce n'est pas ce genre d'insulte qui me faisait peur. J'en riais presque...si ce n'était pas des curieux autour qui de moi qui me dévisageaient. Certaines prenaient même des photos avec leur stupide téléphone. Qu'est-ce que cela leur donne de capturer ce genre de chose? Être l'idiot qui a préféré avoir une exclusivité bidon plutôt qu'intervenir, aider ? Non, je ne comprendrais jamais ce phénomène. Ça me rend me rend malade.

" Damien ! Damien !!! Calmes-toi, je t'en prie !"

Michael...Il refaisait surface sortant de la foule. Sa main sur mon torse m'empêchant, lui aussi, de faire une autre connerie. Oui, j'étais entrain de me jeter délibérément dans la gueule du loup, si vous considérez les policiers comme des loups. Mes yeux noirs vif fixaient toujours ce type au loin.

" Il allait la violer, Michael ! Je l'ai vu. Je ne pouvais pas...Je..."

" Je sais, je sais...mais toi dans tout cela, tu as pensé !"

Avec mon casier, la moindre audace de ma part, peut me ramener en cage. Cela dit, ce n'était pas la première fois que j'agissais de la sorte et tous ces fois, elles étaient justifiés. Ajoutant les informations que je leur donne, je me dis que mes séjours de 24h au poste en vaut la peine.

Malheureusement, cela inclus une arrestation comprenant les menottes et l'attention d'une foule assoiffés de potin. Mais, ce qui me chagrine le plus c'était le regard de mon tuteur alors qu'on m'attachait. Je le décevais, c'était évident. Mes rencontre sur la gestion de la colère n'ont rien servis...

J'ai un problème...

C'était long, comme à chaque fois...

Je me tenais là, assis sur cette chaise inconfortable. Ils le font exprès pour nous faire craquer. Même l'éclairage laissait à désirer. Trop vive. Déjà que j'avais du mal avec le soleil, ces néons ne m'aidaient en rien. Je me couvrais la tête de mon capuchon afin d'atténuer l'effet sur mes yeux. Je me cachais de la lumière et ainsi cacher mon visage...

Et ces menottes trop serré. Je ne comprenais pas pourquoi ce policier voulait tant que je souffre. Montrer son autorité envers moi? Complexe de son manque de testostérone...Pathétique.

Bref, attaché à une table dans une salle aussi terne qu'une morgue, je commençais à perdre patience. Mon entente d'informateur pourrait en être entaché.

Je sentais déjà les conséquences de la bagarre sur mon visage. Ma peau sensible se jouait contre moi rendant mes marques encore plus visible. Ma joue, ma lèvre, mon torse et mes jointures en étaient atteint.

Regardant mes poignet rougir sous l'effet du métal, je pensais encore à l'expression sur le visage de Michael. La seule personne qui semble m'apprécier et j'ai le don de le décevoir.

Bonjour monsieur Jelenski.

Étrange...Une voix de femme. Une voix que je ne connaissais pas. Pourtant, je percevais de la fatigue et du découragement. Elle semblait aussi très heureuse que moi de se retrouver ici, dans cette pièce.

Non, malgré ma curiosité, je ne bronchais pas, très vexé qu'on m'ai laissé mijoté trop longtemps. Je gardais la tête penché, aucune volonté d'échanger cordialement avec elle.

Savez vous pourquoi vous êtes ici ?

Était-elle sérieuse ? Le coup classique du policier débutant ? Avec moi ?

On entend cette question quand on est accoté sur le côté de la route dans son véhicule. Il prend tout son temps marchant fièrement avec sa matraque et son pistolet. Il se sent important et sait qu'il a autorité sur nous.

C'était clair. Elle commençait dans le milieu...et je suis son cobaye. Vraiment charmant.

C'était plus fort que moi. J'ai ris tout en changeant de position sur ma merveilleuse chaise. Je cachais toujours mon visage, sans pour autant voir la sienne.

" Hahahaha...Je vois qu'on essaie de mettre en pratique les phrases toutes faites de la police...Vous êtes nouvelle, cela se voit."

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 05/01/2018
›› Love letters written : 112
›› It's crazy, I look like : Hilarie Burton
MessageSujet: Re: [DAMIEN] INSPECTION Lun 15 Jan - 10:21

Inspection

 Angeline et Damien 


You burn everything you see, Gold are your fingers, Leaving traces everywhere you go. Diamonds in your skin, my bood flows. Down of the water, Beads drippin' down your face, calling out my name.


Angeline avait un tas d'empreinte à analyser, elle aider Dean dans son enquête avec la mafia russe et pour ça elle avait besoin de temps, elle devait compléter le dossier, mettre un visage sur les empreintes qu'elle analysait. Plus qu'une simple mission, c'était également la vie de son ami qui était en jeu, sa couverture avait été mise à jour et il était en danger, elle le savait, il lui avait fait part lors d'une discussion dans son faux garage, or, elle était prête à tout pour le protéger. Lorsqu'elle avait été adopté, il l'avait canalisé, lui avait fait comprendre qu'elle avait eu de la chance d'être adoptée par la famille Cornwell, et il avait raison. Lorsqu'elle était adolescente, Angeline ne voyait pas plus loin que son nombril, mais elle avait apprit à ses dépends qu'elle devait faire passer les autres avant elle et ses années les plus heureuses furent auprés de ses deux parents adoptifs.

Soupirant, elle consulta rapidement le dossier de l'homme qu'elle devait interrogé, son collègue lui avait fait part de ce qu'il s'était passé et elle ne pouvait pas le blâmer, si elle avait été à la place de cette femme elle aurait été reconnaissante que quelqu'un empêche cet homme de la droguer. Michael lui avait fait part de sa décision, c'était elle qui devait l'interroger, il n'avait pas le recul nécéssaire pour s'occuper de monsieur Jelenski. Angeline avait fait la moue, elle n'avait pas que ça à faire, le temps tournait et elle n'avait toujours pas eu le temps d'analyser toutes les empreintes qu'elle avait récolté. Toutefois, elle n'en dis rien, haussant simplement les épaules. Néanmoins, au regard qu'elle lui lança, Michael comprit qu'elle ne lui adresserait plus la parole de la journée, tant pis, de toute façon il n'avait pas le choix.

Angeline lui ferma la porte de son laboratoire au nez, prenant le temps d'étudier le dossier. D'accord, visiblement ce n'était pas facile, ses parents avaient été tué lorsqu'il était jeune et fatalement ces quelques lignes la ramenère à sa propre enfance. Elle revit dans sa tête, son père lui annonçait dans la voiture qu'ils quittaient la ville et que maman ne venait pas parce qu'elle était partit au ciel, son père mort sur la place de ce marché, une balle entre les deux yeux. Elle lâcha le dossier, ses mains tétanisant quelque peu, Ange n'était pas sûre d'en être capable, elle n'avait jamais fait ça, c'était au dessus de ses forces.

La jeune femme retira sa blouse blanche pour la veste de police, uniforme qu'elle mettait rarement elle que d'habitude on surnommait "le rat de laboratoire", bien connue pour ne jamais quitter la labo, et se dirigea dans la salle d'interrogatoire. Elle avait eu l'occasion d'assister à quelques séances, mais elle n'en avait jamais pratiqué. Le regard de Michael à travers la vitre la réconforta quelque peu, au moins il pourrait intervenir s'il y'avait un problème. Pas qu'elle craignait l'homme en face d'elle, mais elle n'était pas sûre de pouvoir mener l'interrogatoire jusqu'au bout. Visiblement il était amoché, n'y étant pas allé de mains mortes dans cette bagarre.

Il avait la tête baissé et elle n'arrivait pas à distinguer son visage, Angeline soupira quelque peu, aprés tout elle se rappelait ne pas avoir été trés coopérante lorsqu'elle avait été emmené au poste suite au braquage auquel elle avait participé. Mais à l'époque elle avait seize ans. Aujourd'hui elle en avait trente et elle avait mûri.

Le rire et le ton qu'il employa avec elle ne lui plu pas, bien au contraire. Fronçant les sourcils, elle aurait tout envoyé valsé si elle lavait pu, elle se serait levée et l'aurait laissé poiroter des heures de plus, mais elle ne le pouvait pas et elle n'était pas sadique non plus. Oui, elle avait mit du temps parce qu'elle avait du travail et parce que franchement elle n'avait pas envie de passer ce moment là.

-Nouvelle non, en revanche les interrogatoires sont loin d'être ma tasse de thé et à ce que je vois ça vous ennuis autant que moi. Alors plus vite on termine, mieux ce sera.

Angeline espérait bien lui avoir cloué un peu le bec, elle l'avait trouvé un peu présomptueux et ça ne lui plaisait pas. Maintenant, elle n'était pas vraiment sûre de pouvoir évoquer son lourd passé avec lui, elle n'avait aucunement envie de raviver des souvenirs douloureux. Posant son dossier, devant elle, la jeune femme renchérit alors:

-Monsieur Jelenski évitez de vous faire remarquer, surtout si en plus vous êtes dans le viseur de certaines personnes.

Bravo Angeline, subtile manière d'aborder le souvenir du meurtre de ses parents.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 05/01/2018
›› Love letters written : 56
›› It's crazy, I look like : Jack White
MessageSujet: Re: [DAMIEN] INSPECTION Jeu 18 Jan - 7:45

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Inspection


Treat me like your mother - Dead Weater
Spoiler:
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Ces menottes...

Je les regardais me presser la peau comme des lames. Il avait sans doute faite exprès connaissant bien ma haine envers l'autorité et mon hypersensibilité dermique. Dès qu'ils sont capable de discerner la moindre faiblesse de quelqu'un, il l'utilise afin de le piéger ou suffisamment l'humilier pour qu'il abandonne.

Ces menottes, c'est pour me rappeler qui je suis. Qu'est-ce que je suis pour eux. Ils ont eu le plaisir de me présenter aux yeux de tous en frappant ma tête sur la toiture du véhicule en me les enfilant. Personne ne semblait s'y opposer. J'ai quand même entendu quelques voix, dont celle de Michael qui haussait la voix sur leur conduite envers moi. Non, je n'étais pas un bon samaritain. Non.

Je suis un bon vieux criminel, un être répugnant et dont il faut se douter. Pas le temps de s'expliquer ou se justifier, déjà les visages se retournent et fuient la scène ne voulant pas être reconnue. Avoir des problèmes. Non, les gens se sont pas prête à entaché leur quotidien pour aider une personne qui en a besoin. Je me  rendais compte que bien des gens se croient généreux, mais dès que leur vie peut être altéré, la générosité n'est plus. On devient aveugle.

Et bien j'avais choisi de ranger mes lunettes de l'ignorance pour sauver cette demoiselle. Sauvé, c'est bien le mot, car elle avait disparue aussitôt les policiers arrivés. Je l'avais cherché du regard dans la foule, mais aucune trace d'elle...

Je m'était mis dans une merde pas possible sans avoir eu le moindre merci. C'était dans ce genre de situation que je me demande encore pourquoi j'ai cette pulsion sachant que j'aurais aucune considération.

Non, aucune.

À commencer par cette demoiselle qui n'était aucunement ravie de se retrouver dans cette pièce avec moi. Il ne fallait que prêter l'oreille pour le deviner. Ses soupires, la lenteur de ses mouvements et son timbre de voix...Quoi que, ce n'était pas nouveau pour moi. Rarement aussi près d'une femme, elles ont tendance à me fuir à la moindre occasion, même avec la meilleure des courtoisies. Elles préfèrent reculer et m'éviter.

Alors, me retrouver ici, entre quatre murs avec une débutante...La sentir forcer, aucune soupçon de compassion...

Mais en avais-je pour elle ? Pas du tout. Non, au contraire, je me suis permis d'être offensant avec elle en l'insultant. Comment veux-tu avoir du respect si tu ne l'es pas avec les autres ?

Mes capacités à des échanges sociaux sont assez limités. J'ai beaucoup de mal à savoir quoi dire, quoi faire. Ma timidité ou ma colère prend le dessus sur moi et je dis des bêtises...

Ce n'est  que trop tard que je m'en aperçoit. Son visage désappointé ou une tentative de justification dans un rythme saccadé par mon offense, je savais reconnaître quand j'avais merdé.

Et j'avais merdé...

-Nouvelle non, en revanche les interrogatoires sont loin d'être ma tasse de thé et à ce que je vois ça vous ennuis autant que moi. Alors plus vite on termine, mieux ce sera.

Je baissais encore plus la tête, légèrement honteux d'avoir transgressé mes propres valeurs dont le respect envers les femmes. Je l'avais définitivement pas le tour avec elles...

" Vous...vous avez raison. Je...Je suis désolé. Je vous ai manqué de respect. C'est simplement que...ce..ce n'est pas la première fois que je me retrouve ici. Alors, je connais la chanson. Je sais que vous avez autorité sur moi, mais certains ce font une joie de me le rappeler."
disais-je en bougeant difficilement mes poignets enflés. Je ne pouvais pas retenir ma bouche de grimacer au moindre mouvement.

Je sais reconnaître encore mes torts, mais  je ne voulais pas en dévoiler mon visage. J'ai encore et toujours cette crainte des réactions. J'en ai vu plusieurs et elles sont toujours blessantes.

Je voyais ses mains pousser les feuilles dans un dossier. Le mien, sans doute, car c'est indéniable: on a aucune vie privé dans un poste de police. Ils en savent beaucoup à notre sujet. Peut-être plus que nous-même.

Elle allait connaître tout le cheminement de ma courte vie, ce qui m'a conduit jusqu'ici, encore une fois. Je ne suis pas parfait. Aucunement, mais il y a peu de chose que je regrette dans mon parcours. Plusieurs souhaitent effacer certains parties de leur vie, moi c'était plus mon visage et  ma réclusion sociale. La prison, on fini par en sortir, mais son physique, on est prit avec...que l'on veuille ou non.

Monsieur Jelenski évitez de vous faire remarquer, surtout si en plus vous êtes dans le viseur de certaines personnes.

Elle venait de lire les passages les plus imposants de mon dossier. Les plus rudes et terrifiants. Tout ceci à un commencement. Un commencement dont je n'avais pas choisi, qui m'a été imposé...La suite a été les conséquences de cette brisure dans ma vie, dans mon enfance. Je suis responsable de certains passages, mais j'en voulais à ceux qui ont bouleversé mon destin. Ils sont toujours à ma poursuite dans l'espoir de m'empêcher de parler et de les dénoncer.

Ma tête se redressait lentement fixant durement cette demoiselle. J'étais encore légèrement par l'ombre de mon capuchon, mais on pouvait déceler mes lèvres rosés dont une forte coupure me brûle au moindre de mes mots prononcés.

Venait-elle vraiment de me dire? J'étais conscient de la menace qui planait sur moi, alors je n'avais pas besoin qu'on me le rappelle. C'était le message derrière qui me choquait, surtout de la part d'une femme...

"...et j'aurais laissé cette fille se faire violer ?! Fermer les yeux sur ce que j'ai vu pour me sauver la face ?!"

Emporté, je retirais mon capuchon d'un coup affichant mon fameux visage blessé. Ma coiffure légèrement fanée par la bagarre, quelques mèches tombaient sur mes yeux noirs créant un véritable contraste sur ma peau blanche. Cette peau couleur presque neige changeait de ton passant du rosé au rougeâtre allant même au bleuté. J'étais marqué par les coups et blessures que cet agresseur ma donner pour avoir eu le culot de le surprendre. J'en étais très fier.

" Et bien cette face, je m'en moque, Mademoiselle ! Je ne regrette pas ces coups sur mon visage, si cela a pu sauver quelqu'un. Je sais très bien les menaces qui planent au-dessus de cette face, mais...mais cette femme était en danger, ne réalisant pas ce qui allait lui arriver. Et vous auriez préféré que je laisse ce connard la toucher...Non ! Impossible !"

Ce n'est qu'après avoir dit ces derniers mots je me rendais compte de mon erreur. J'avais maintenant le visage à découvert. Donc, je voyais aussi le sien...

Un visage d'ange...
Mon visage cadavérique devant celui d'une vrai beauté.

Silence de quelques secondes. De l'extérieur, cela semblait totalement normale, mais de l'intérieur, j'avais besoin de ces quelques secondes pour reconnaître que je retrouvais devant une belle femme.

Ce sont ses yeux qui m'ont frappés en premier. Certains écrits disent que l'on peut y voir l'âme d'une personne au fond d'un regard. Elle, j'y voyais une âme forte, pure et invitante..., mais aussi troublé.

Sans doute que je lui fais peur.

Malheureusement, la puissance des néons me faisaient plissé les yeux ayant du mal à rester concentré. Je détournais aussitôt mon attention essayant retrouver un confort. Le réflexe de protéger mes yeux avec mes mains se s'est joué contre moi. En effet, la limite des menottes atteints, mes mains ont bloqués arrêtant subitement mon mouvement. Choc aux poignets provoquaient une douleurs horrible. Je poussais un petit grognement grimaçant de plus belle.

Ils le font vraiment exprès. Je tenais, pourtant à m'excuser...essayant de me cacher le visage de la lumière, mais aussi d'elle:

" Mon aspect peut vous faire peur. Je m'en excuse..."

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


MessageSujet: Re: [DAMIEN] INSPECTION

Revenir en haut Aller en bas

[DAMIEN] INSPECTION

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: South l.a :: south police station
-