Partagez|

It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 23/07/2017
›› Love letters written : 221
›› It's crazy, I look like : Billy Huxley
MessageSujet: It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me. Jeu 28 Déc - 22:14

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
X
Nisaac ?
Noa s’était levé après avoir passé une bonne nuit, un miracle pour lui qui ne dormait jamais plus de deux heures. Il n’avait pas dormi huit heures non plus, mais il avait eu quatre heures de repos. Après avoir dormi, il avait passé sa nuit à regarder son amoureux dormir veillant sur son sommeil comme si Isaac était la chose la plus précieuse qu’il possédait. C’était d’ailleurs le cas et Noa se rendit compte qu’il risquait de le perdre s’il ne lui montrait pas un signe d’affection, un geste d’amour. Ils ne faisaient que se disputer à chaque rencontre et Noa souffrait de cette situation. Ce n’est pas qu’il était prêt à partager son lit avec Isaac ou à lui montrer des signes d’affection plus physique, mais il voulait qu’Isaac sache qu’il l’aime, alors il allait faire des efforts. Lorsqu’il se leva le matin, enfin lorsqu’il remarqua que l’heure était décente pour se lever, il commença à préparer le café grimaçant en sentant les courbatures qui parcouraient l’intégralité de son corps. Il devait apprendre à mieux se positionner lorsqu’il regardait Isaac dormir, parce que son fiancé était mignon lorsqu’il dormait, mais cela n’empêchait pas les courbatures le lendemain pour son plus grand malheur.


Noa avait donc préparé le café, râler lorsqu’Isaac lui avait volé une gorgée de café dans sa tasse, sourit lorsqu’il avait reçu un baiser et souhaiter une bonne journée à Isaac lui faisant un dernier câlin avant qu’il ne parte au travail. Il alla ensuite travailler au sein de son hôtel s’occupant l’esprit tout en cherchant des conseils auprès de son chef cuisinier, du personnel de son hôtel pour créer une surprise parfaite pour son fiancé. Il s’arrangea pour terminer plus tôt, commença à tout préparer dans sa cuisine avant de tout faire brûler comme un con parce qu’il avait vu un petit oiseau sur sa fenêtre qu’il avait voulu dessiner en oubliant complètement sa casserole sur le feu. Bien entendu, cette dernière brûla et la casserole devient entièrement noire à l’intérieur. Noa grimaça avant de mettre de l’eau dedans, puis de quitter l’appartement en pestant contre sa débilité.

Il se dirigea vers le commissariat d’Isaac appelant pour réserver un restaurant, avant de changer d’avis et de prévoir quelques choses de beaucoup mieux. Il passa quelques coups de fil pour mettre en place son idée avant de se diriger vers le commissariat restant devant sans oser rentrer. Il demanda à un homme en uniforme de lui appeler Isaac restant dehors ne voulant pas croiser ses menteurs qui lui avait annoncer la mort de son fiancé en le regardant dans les yeux.

B-Ever


.


Dernière édition par Noa Dawson le Ven 29 Déc - 16:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 20/09/2017
›› Love letters written : 32
›› It's crazy, I look like : Andre Hamann
MessageSujet: Re: It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me. Ven 29 Déc - 0:48


It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me.
Nisaac

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je me suis finalement endormi dans notre lit en compagnie de Noa, du moins je crois puisque lorsque j’ai ouvert les yeux il n’était plus près de moi. Je relevai la tête pour voir s’il y avait de la lumière dans la cuisine et souris en sentant l’odeur du café. Heureusement pour moi il n’avait pas pris la fuite. J’avais bien dormis, mais pas au bon endroit – en sachant que normalement ma place est sur le sofa. Je passai donc mes mains sur mon visage puis étirai mon corps en entier avant de m’asseoir sur le bord du lit.  Confus, je regardai partout dans la pièce et me dirigeai sous la douche. Une fois de plus j’étais resté trop longtemps et j’étais en retard. Je sorti donc de la salle de bain en catastrophe et allai me chercher une paire de jeans et une chemise que je pris le temps de boutonner avant de prendre une gorgée de café dans la tasse de mon fiancé. Je lui souris et déposai un baiser sur ses lèvres. « J’suis en retard, je suis désolé mon amour mais je dois vraiment partir. » Dis-je en me dirigeant vers la porte de l’appartement mais le voyant s’approcher pour me serrer dans ses  bras.  Je n’allais certainement pas lui refuser une étreinte alors je laisser tomber sur le sol mes clefs et mon veston avant de passer mes bras autour de sa taille.  « Passe une belle journée. » Dis-je avant de quitter officiellement l’appartement pour le boulot.

Ce fut la galère me rendre au boulot. Le trafic le foutu trafic. Déjà que j’étais en retard, fallait qu’en plus je me prenne plein la gueule les embouteillages. Les mains sur le volant j’essaie de contrôler ma colère mais j’ai dis mal. Alors je respire et expire.  Ça fait chier, heureusement pour moi que d’arriver en retard au boulot c’est pas si grave. Mon patron ne me fera pas de rapport et c’est parfait pour moi.  J’arrivai donc au poste, le veston sur mon avant bras, mon portable dans ma main je poussai la porte d’entré et me dirigeai à mon nouveau bureau. Je me laissai retomber dans ma chaise, puis regardai la pille de dossier sur le dessus de mon bureau. Bordel, je n’allais pas sortir de si tôt. Je soupirai puis en ouvrit, un deuxième et ne vit pas passer la journée finalement.  Appuyé contre ma chaise, je regardai le dossier que j’Avais en main et fut ramener à l’ordre lorsque le téléphone sonna. « Saunders. » Dis-je en décrochant. « Oui j’arrive. » Noa à la réception. Je me levai d’un bon, puis traversai pour le rejoindre. Le sourire fendu jusqu’au oreille je m’approchai de lui et l’embrassai doucement. « Ce que je suis content de te voir mon amour.. » Dis-je en passant ma main sur sa joue. « Tu peux entrer et venir à mon bureau.. tu sais que t’as le droit d’entrer comme tu le veux. Puis de toute façon que j’en vois pas un te bloquer le chemin. » Dis-je en fronçant les sourcils mais riant doucement.  Tu regardas Noa, toujours aussi beau. T’étais fier de lui, fier de toi de l’avoir comme fiancé. « Tu .. tu veux pas entrer, on n’a du café à la masse. » Dis-je en riant.  Je n’allais pas le forcer s’il n’en avait pas envie, mais certes il devait bien y avoir une raison s’il se trouvait là, non ?

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 23/07/2017
›› Love letters written : 221
›› It's crazy, I look like : Billy Huxley
MessageSujet: Re: It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me. Ven 29 Déc - 16:27

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
X
Nisaac ?
Noa attendit quelques minutes son amant, il ne voulait pas rentrer dans ce commissariat puis il ne savait pas où travaillait Isaac exactement. Avant il le savait, maintenant il n’en avait aucune idée, il se doutait que l’ancien bureau d’Isaac devait être occupé par l’un de ses collègues. Il ne voulait pas croiser les collègues de son fiancé non plus, ces personnes qui n’avaient pas pris de ses nouvelles après la mort de son fiancé, ceux qui l’avaient abandonné comme un moins que rien dans sa souffrance.


Il espérait juste qu’Isaac n’allait pas avoir l’idée d’inviter ces personnes dans leurs appartements, s’il le faisait Noa allait devoir serrer les dents pour s’empêcher de leur balancer leurs quatre vérités. Il n’était pas hypocrite, il était même parfois trop franc et même s’il avait appris à mettre de l’eau dans son vin, il restait impulsif et complètement déjanté. Il sortit de ses pensées en voyant son amoureux arriver vers lui et il se précipita dans ses bras avec un énorme sourire accueillant son baiser sans rechigner. Il sourit contre ses lèvres passant ses deux mains derrière le cou d’Isaac pour le rapprocher de lui. Surprise ! Je me suis dit que je pouvais venir marquer mon territoire.


Noa secoua la tête pour refuser sa proposition, il avait autre chose de prévu et il comptait bien mettre son plan à exécution. Je ne souhaite pas rentrer, mais normalement tu ne travailles plus, tu devrais avoir fini à cette heure non ? Donc si tu peux quitter ton travail, j’aimerais que tu viennes avec moi, je suis venue à pied, mais j’ai vu que tu as pris la voiture ce matin. Donne-moi les clés bel homme et laisse-moi te conduire. Ce n’est pas la citation d’un film ? Enfin on s’en moque, je te pique ceci et cela, te donne un baiser et maintenant active toi pour récupérer ce qu’il te manque.

Noa sourit après avoir piqué les clés d’Isaac, son paquet de cigarettes et lui avoir déposé un, deux, trois baisers sur les lèvres. Il quitta à regret la chaleur des bras d’Isaac se dirigeant vers la voiture de ce dernier. Quitter les bras d’Isaac était toujours un crève-cœur, il détestait cette phrase, mais il devait avouer que la maison était pour lui les bras d’Isaac. Il n’avait pas besoin d’être dans leur appartement pour être à la maison, les bras de son amoureux lui suffisaient amplement pour se sentir à la maison. Isaac était sa maison tout simplement.


Noa s’assit à la place du conducteur passant un dernier coup de fil, il sourit quand Isaac monta à côté de lui, lui bandant les yeux. Gardes ça et je peux abuser de tes lèvres malgré le bandeau, je ne sais pas ce que j’ai aujourd’hui, enfin tu me diras, j’ai toujours adoré les câlins, mais là je suis vraiment en manque d’affection. Ce sera ta mission pour ce soir, d’ailleurs pourquoi tu ne portes pas un uniforme super-sexy ? Ce n’est pas obligatoire ? Je me souviens, quand tu m’as dit que tu allais devenir policier, je me suis tout de suite dit que tu avais fait le bon choix, mais également que tu serais super-sexy en uniforme. Malheureusement je ne t’ai jamais vu en uniforme et je n’ai jamais pu tester tes menottes, le drame de ma vie.

Noa sourit en commençant à conduire, bon il n’avait plus le permis de conduire voiture, mais ce qu’Isaac ignorait ne pouvait pas lui faire de mal. Il arriva enfin au lieu qu’il voulait et il gara la voiture avant de diriger avec délicatesse Isaac. Il lui enleva son bandeau lui faisant découvrir ce piquenique sous les étoiles, une prairie avec au centre une simple couverture, un panier posé sur cette couverture et le ciel pour seule compagnie. Noa déposa ses bras autour de la taille d’Isaac se cachant derrière lui. Surprise !

B-Ever


.


Dernière édition par Noa Dawson le Mar 2 Jan - 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 20/09/2017
›› Love letters written : 32
›› It's crazy, I look like : Andre Hamann
MessageSujet: Re: It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me. Lun 1 Jan - 7:55


It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me.
Nisaac

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Surprise ! Je me suis dit que je pouvais venir marquer mon territoire » Je souris en voyant Noa devant moi. Même que je m’approche de lui et lui donne un baiser. « Tu sais bien que t’as besoin de venir marquer ton territoire. J’suis à toi et personne d’autre.. » Comme lui est à toi aussi. Jamais tu ne laisseras quelqu’un te le prendre et ce même si t’a failli le perdre. Bon pas parce que quelqu’un à voulu te l’enlever, mais bien pour d’autre raison un peu plus tordues. « En plus t’es toujours le bienvenue ici, ça me fait plaisir de te voir.. » Dis-je en lui donner un autre baiser. Journée de merde à remplir de la paperasse, ça me faisait plaisir de le voir certain ! Je l’invita même à entrer, mais ma proposition ne sembla pas plaire. Ou du moins peut-être le mettre un peu plus mal à l’aise. Sauf qu’à bien y penser c’était probablement normal. Il devait avoir de mauvais souvenirs et le simple fait de rester à l’administration était satisfaisant voir même limite. « Je ne souhaite pas rentrer, mais normalement tu ne travailles plus, tu devrais avoir fini à cette heure non ? Donc si tu peux quitter ton travail, j’aimerais que tu viennes avec moi, je suis venue à pied, mais j’ai vu que tu as pris la voiture ce matin. Donne-moi les clés bel homme et laisse-moi te conduire. Ce n’est pas la citation d’un film ? Enfin on s’en moque, je te pique ceci et cela, te donne un baiser et maintenant active toi pour récupérer ce qu’il te manque. » Je regarde Noa surpris. Je ne sais pas comment je dois réagir, en fais je m’attendais à tout sauf à ça. Je lui donnai donc les clefs de la voiture puis en souriant je le laissai pour aller chercher mes choses. Je m’arrêtai à mi chemin et regardai Noa. « Mais.. on va où ? » Dis-je en fronçant les sourcils mais toujours avec un sourire accroché sur les lèvres. Je continuai de le regarder, puis n’ayant pas de répondre mais le voyant quitter l’établissement direction la voiture, je compris que tout ça c’était une réelle surprise. Peut-être sentait-il mal à l’aise pour nos soirée d’hier, mais en tout cas..j’étais content de savoir que notre relation n’allait pas que dans un sens. On avançait dans les progrès et ça.. ça me faisait plaisir de le voir.

J’entrai dans le voiture, puis regardai Noa. « J’veux bien que tu m’aies enlevé mes choses, mais j’espère qu’elles me reviendront. » Je parlais de mes cigarettes. Surtout parce que j’avais besoin d’en fumer après cette journée de merde. Ce que je peux détester le travail de bureau, mais ça je le fais pour Noa. « Gardes ça et je peux abuser de tes lèvres malgré le bandeau, je ne sais pas ce que j’ai aujourd’hui, enfin tu me diras, j’ai toujours adoré les câlins, mais là je suis vraiment en manque d’affection. Ce sera ta mission pour ce soir, d’ailleurs pourquoi tu ne portes pas un uniforme super-sexy ? Ce n’est pas obligatoire ? Je me souviens, quand tu m’as dit que tu allais devenir policier, je me suis tout de suite dit que tu avais fait le bon choix, mais également que tu serais super-sexy en uniforme. Malheureusement je ne t’ai jamais vu en uniforme et je n’ai jamais pu tester tes menottes, le drame de ma vie. » J’éclatais de rire puis pris le bandeau de Noa. « Mais.. » Je continuai de rire. J’étais comme sous le choc de cette révélation, quoi que tout de même plaisante. « Fallait le dire que tu voulais faire de nouvelles expériences Noa.. et.. tu sais que mon uniforme est à la maison.. ainsi qu'une paire de menotte.. » Y’a toujours moyen d’arranger les choses. Comme si ça allait me déranger d’enfiler mon uniforme pour qu’il me la retire. J’allais quand même pas me plaindre de l’idée. Surtout en sachant comment mon corps a réagis l’autre soir en sa compagnie. Je l’aime à la folie, je suis fou de lui .. et surtout je ferais tout pour lui. « T’sais que je peux l’enfiler que pour toi.. » Dis-je les yeux bander le sourire aux lèvres. « Quand on sera à la maison évidemment .. » Dis-je en sachant à quel point Noa était pudique, même avec moi. En tout cas, malgré le fait que mes yeux soient bandés, je continuai de sourire puis attendis que la voiture soit garée et qu’on puisse débarquer. J’étais impatient de voir sa surprise. Mes yeux se mirent à briller lorsqu’il retira le bandeau de mes yeux. . « Surprise ! » Me dit-il alors que je n’en revenais toujours pas. Je me retournai vers Noa et déposai mes mains sur son visage. « Mon amour.. C’est tellement beau.. Je suis tellement content. » Dis-je avant de déposer mes lèvres sur les siennes. Une fois le baiser terminé, je déposai ma main dans la sienne et lui sourit. « En plus tu souris ce soir.. t’as l’air bien.. t’es tellement beau babe.. j'pouvais pas demander mieux ! » Dis-je en l’entrainant vers la couverture. Je m’assoyais et l’attirai vers moi en le serrant ensuite fort dans mes bras.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 23/07/2017
›› Love letters written : 221
›› It's crazy, I look like : Billy Huxley
MessageSujet: Re: It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me. Mar 2 Jan - 17:57

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
X
Nisaac ?
Je sais très bien que tu es à moi, je ne te laisserais jamais partir, mais tes collègues ne le savent pas eux. Donc je marque mon territoire et tu n’as même pas le droit de t’y opposer bel homme. Noa sourit avant d’embrasser la joue d’Isaac. Il ne savait pas s’il y avait d’autres gays au sein du commissariat et il ne pouvait pas le deviner en regardant leurs têtes, mais il se doutait que son compagnon avait un certain succès au sein de la brigade. Pas seulement avec les hommes, mais aussi avec les femmes. Certaines femmes ne désespéraient jamais de faire céder un homme gay pour qu’elles puissent coucher avec lui, certaines étaient vraiment dans le déni. Noa ne comprenait pas vraiment comment on pouvait nier ce genre de chose, mais il ne voulait pas que ces femmes ou même ces hommes se fassent des idées. Ce n’était pas non plus qu’il n’avait pas confiance en Isaac, il savait que ce dernier ne le tromperait jamais, il avait plus un manque de confiance en lui. Il savait qu’il n’avait rien pour retenir son fiancé alors il avait tendance à être jaloux de toute personne s’approchant trop près de son homme.


Sa peur était sûrement déraisonnable, mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Il fut sorti de ses pensées lorsqu’Isaac lui demanda où ils se rendaient. Avec un sourire, il déposa un baiser sur les lèvres d’Isaac ne lui répondant pas. Il n’allait pas répondre au risque de gâcher sa surprise, il n’était pas complètement con non plus et il devait respecter le travail que ses amis et diverses personnes avaient fait pour l’aider à réaliser sa surprise. Il n’y serait jamais parvenu sans eux et il ne pouvait pas tout gâcher, même si Isaac était trop mignon.

Il sourit en l’entendant parler d’un uniforme et d’une paire de menottes et heureusement pour eux qu’ils étaient à l’arrêt sinon Noa aurait sûrement foncé dans un poteau sous le choc. Attends, tu m’annonces que depuis des années, tu as un uniforme super- sexy planqué à la maison et une paire de menottes ? Mais pourquoi tu ne t’en es jamais servi ? J’étais consentant et plus que prêt. Tu avais une paire de menottes à la maison, mon fantasme absolu. Noa rougit en se rendant compte de ce qu’il venait de dire. Oublie ce que je viens de dire et ne parlons plus de cela, tu sais que je n’aime pas parler de cela, c’est gênant de parler de fantasme. Bref je vais vraiment me taire et fais-moi confiance pour te guider.


Il guida son amoureux avant de sourire en voyant sa réaction, tout stress s’était envolé immédiatement et il répondit avec ferveur au baiser avant de se laisser entraîner sur la couverture se blottissant contre son amoureux. Pour être honnête avec toi, j’avais prévu un repas maison, mais il se pourrait que j’aie vu un petit oiseau, que j’ai voulu le dessiner et que j’ai fait cramer la casserole. Tout cela reste une supposition bien entendu. Noa se mordit la lèvre avant d’afficher un sourire innocent. Du coup, le repas a été fait par quelqu’un d’autres, mais j’ai prévu le reste et j’espère que la soirée va te plaire. Et je suis toujours bien lorsque je suis avec toi. Je sais que je n’ai pas été un bon petit ami, c’est un peu compliqué pour moi. Mais je vais faire des efforts, j’ai gâché assez de trucs comme cela, donc on va commencer la soirée avec cette merveilleuse bouteille. Il brandit une bouteille de son panier avant de tendre un tire-bouchon à Isaac, il ne voulait pas casser le bouchon ou faire une connerie dans le même genre.


Il tira le paquet de cigarettes d’Isaac de sa poche avant de coincer une cigarette entre ses lèvres l’allumant d’un geste expert. Il tira une taffe avant de reprendre la parole. Je n’ai pas apporté de verre, je suis un sauvage et nous pouvons bien partager la même bouteille, ce n’est pas comme si nous ne partagions pas la même salive de temps à autre. Il mit ses paroles à exécution avant de prendre une gorgée de la bouteille tenant sa cigarette de l’autre main avant de tendre la bouteille à son amoureux et de remettre la cigarette entre ses lèvres. La nicotine était un véritable délice, surtout pour son stress, Noa avait tellement peur de tout gâcher, il voulait juste passer une soirée tranquille avec son homme sans le vexer ou sans faire tout de travers pour une fois.

Il se remit contre son amoureux déposant de légers baisers sur la joue de son homme. Le repas est dans le panier, il y a même de la viande pour toi, bien séparé de mon repas, enfin on mange la même chose normalement, sauf que toi tu as de la viande et moi une galette de légumes. Pour combiner tes valeurs et les miennes, d’ailleurs on devra faire la même chose à notre mariage, peut-être deux repas différents. Tu en penses quoi ? Tu avais déjà une idée sur le sujet, je sais que j’en parle un peu en avance, mais on peut prévoir ce genre de truc ou pas, tu veux que je me taise ? Je peux ou tu peux me faire taire avec grand plaisir, je suis un peu accro à tes lèvres, pauvre de moi.

B-Ever


.


Dernière édition par Noa Dawson le Dim 7 Jan - 2:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 20/09/2017
›› Love letters written : 32
›› It's crazy, I look like : Andre Hamann
MessageSujet: Re: It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me. Mer 3 Jan - 22:33


It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me.
Nisaac

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Attends, tu m’annonces que depuis des années, tu as un uniforme super- sexy planqué à la maison et une paire de menottes ? Mais pourquoi tu ne t’en es jamais servi ? J’étais consentant et plus que prêt. Tu avais une paire de menottes à la maison, mon fantasme absolu. » J’éclate de rire, je ne peux m’empêcher de faire autrement. Comment je pouvais savoir justement que c’est son fantasme absolu. Noa n’a pas l’habitude de parler de ce genre de chose, ça le rend carrément mal à l’aise. Puis de toute façon, je n’aurais osé lui imposer un tel sujet de conversation. Je regardai donc Noa et répondis : « Bah c’est qu’un uniforme standard, y’a rien de sexy.. et les menottes, j’y ai jamais pensé. » Je souris, les yeux toujours bandés. C’est vrai je n’y avais jamais pensé et puis après est-ce que j’avais vraiment besoin de les utilisés pour attacher Noa. Je préfère largement qu’il passe ses mains sur moi que des les voir attachées. Puis moi.. je déteste être attaché, donc pas question qu’on les utilises. « Oublie ce que je viens de dire et ne parlons plus de cela, tu sais que je n’aime pas parler de cela, c’est gênant de parler de fantasme. Bref je vais vraiment me taire et fais-moi confiance pour te guider. » Je me retourne vers Noa les yeux toujours couvert et je souris bêtement. « Oui mon amour, tes désirs sont des ordres » Je devais avoir l’air ridicule, mais une fois de plus je n’allais pas continuer sur le sujet en sachant que ça le met à l’aise et ça je le sais depuis toujours.

Une fois arrivé sur les lieux, Noa me retira le bandeau et un sourire apparut sur mon visage en voyant la place préparer que pour nous deux. Je l’embrassai tendrement et l’attira avec moi sur la couverture au sol. Je serrai fort dans mes bras Noa et l’écoutai parler « Pour être honnête avec toi, j’avais prévu un repas maison, mais il se pourrait que j’aie vu un petit oiseau, que j’ai voulu le dessiner et que j’ai fait cramer la casserole. Tout cela reste une supposition bien entendu. Du coup, le repas a été fait par quelqu’un d’autres, mais j’ai prévu le reste et j’espère que la soirée va te plaire. Et je suis toujours bien lorsque je suis avec toi. Je sais que je n’ai pas été un bon petit ami, c’est un peu compliqué pour moi. Mais je vais faire des efforts, j’ai gâché assez de trucs comme cela, donc on va commencer la soirée avec cette merveilleuse bouteille.» J’éclatai de rire et secouai la tête. « Ça ne me surprend pas mais écoute ça ne me dérange tellement pas. J’aime comment tu nous réserves toujours des surprises. Ton manque d’attention doit être ce qui fait qu’on ne s’ennuie jamais ensemble. J’adore ça. » Lui dis-je en lui donnant un petit baiser sur le front. « Noa t’es le parfait petit ami.. non attends le parfait fiancé et c’est pour ça que toi et moi s’uniront un jour. Arrêtes de t’en faire, il faut laisser le temps au temps et c’est correct comme ça. Que le souper soit préparer par n’importe qui en fait j’en ai rien à faire, l’important c’est qu’on soit ensemble. Toi et moi contre le monde ? C’est comme ça qu’on dit ? » Dis-je le sourire au lèvre en passant une main dans ses cheveux et le serrant de nouveau contre moi. Je regardai Noa se redresser et agripper la bouteille. Je tendis même la main lorsqu’il me tendit le tire-bouchon. « J’suis prêt ! » La bouteille ne main, j’attendis qu’il me donne une coupe ou deux mais rien. « Je n’ai pas apporté de verre, je suis un sauvage et nous pouvons bien partager la même bouteille, ce n’est pas comme si nous ne partagions pas la même salive de temps à autre. » J’hochai la tête comme quoi tout ça était une évidence. « T’as raison. Ça fera de la vaisselle en moins » Je pris donc une gorgée à même la bouteille puis la tendit à Noa. Je le regardai prendre mon paquet de cigarette et attendit qu’il s’en allume une avant de lui piquer. « Bah quoi ? C’est comme partager la même salive, non ? T’as oublié je te pique même ton café le matin. » Dis-je en riant et lui faisant une petite grimace avant qu’il ne se replace contre moi.

«Le repas est dans le panier, il y a même de la viande pour toi, bien séparé de mon repas, enfin on mange la même chose normalement, sauf que toi tu as de la viande et moi une galette de légumes. Pour combiner tes valeurs et les miennes, d’ailleurs on devra faire la même chose à notre mariage, peut-être deux repas différents. Tu en penses quoi ? Tu avais déjà une idée sur le sujet, je sais que j’en parle un peu en avance, mais on peut prévoir ce genre de truc ou pas, tu veux que je me taise ? Je peux ou tu peux me faire taire avec grand plaisir, je suis un peu accro à tes lèvres, pauvre de moi. » Je déposai un baiser sur la joue de Noa et lui répondit : « Non tu peux parler autant que tu veux, ça me fait du bien de t’entendre et ça me rappelle aussi comme cela se fait que je t’aime autant. » Noa n’a pas tendance à filtrer ce qu’il dit et c’est ce que Jaime chez lui. Moi j’ai dû mal à dire ce que je veux, ce que je pense, tandis que Noa est tout le contraire de moi. Ça doit être ce qui nous complète. « On fera comme tu veux Noa, mais je crois que s’il n’y a pas de végétariens autre que toi, on devrait faire un menu avec de la viande et préparer un truc bien spécial pour toi. Non ? » Par contre j’avais très bien compris ce qu’il avait dit en dernier. Donc je me plaçai à genoux devant lui, mes mains sur son visage je l’embrassai et je dis : « Mais même si j’ai envie de t’entendre parler, j’ai aussi envie de t’embrasser. » Je dépose un baiser sur ses lèvres puis je redescends vers son cou en l’aidant à s’allonger sur le sol. Rien de forcé, juste spontané. « Alors, est-ce que tu vas me dire ce que tu nous a réservé mon amour ? Je suis un peu impatient de connaître la suite. » Dis-je en déposant de nouveau mes lèvres dans son cou puis remontant cette fois jusqu’à son lobe d’oreille.



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 23/07/2017
›› Love letters written : 221
›› It's crazy, I look like : Billy Huxley
MessageSujet: Re: It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me. Dim 7 Jan - 2:53

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
X
Nisaac ?
Noa sourit aux paroles de son amoureux, ce n’est pas qu’il était tête en l’air, il était capable de gérer un hôtel, plusieurs employés et donc plusieurs emplois du temps sans aucun problème. Son principal problème venait du fait qu’il était facilement distrait. Il avait toujours des idées plein la tête et il avait souvent besoin de se poser cinq minutes pour mettre son idée par écrit sachant très bien qu’il allait l’oublier s’il ne la notait pas immédiatement. Il avait tellement d’idées par jour qu’il en oubliait la moitié sans même s’en rendre compte et d’ailleurs heureusement qu’il oubliait ses idées. La dernière en date avait été de créer un costume de lutin à ses employés et un costume de père Noël pour lui, heureusement il n’avait plus songé à l’idée pendant les fêtes et lorsqu’il s’était souvenu de son idée, Noël était déjà passé et les déguisements n’auraient servi à rien. Par contre, le déguisement de policier d’Isaac allait servir à quelque chose, enfin ce n’était pas vraiment un déguisement, c’était sa tenue de travail, mais Noa le voyait juste comme une tenue super-sexy qu’il aurait adoré enlever. Il n’était jamais à l’aise de parler de ses fantasmes ou de ses envies.



En effet, Noa était extrêmement pudique, que cela soit d’un point de vue nudité ou d’un point de vue sexuel. Il n’avait pas de blocage pour faire les choses, mais pour les dire. Il pouvait faire une fellation à son compagnon sans aucune gêne, mais il était bien incapable de prononcer le mot fellation en public, même en présence de son fiancé. Il ne se voyait absolument pas dire à l’homme qu’il aimait : j’ai envie de te faire une fellation. Noa ne disait pas ce genre de chose, rien que d’y penser le faisait rougir, idem lorsqu’il songeait à ses fantasmes. Il avait bien entendu d’autres fantasmes que la tenue de flic et les menottes, mais il n’osait absolument pas e parler avec son amant, il ne se voyait pas discuter de cela devant une tasse de café, mais il venait de comprendre qu’il allait devoir trouver un moyen pour faire savoir ses envies à son fiancé. Après tout, il venait de passer à côté d’un de ses fantasmes juste par manque de courage. L’écrit lui paraissait une bonne idée, il pouvait déposer un mot à l’intention d’Isaac. Enfin il allait déjà bien voir, il avait le temps d’y penser vu l’état de sa vie sexuel actuellement.



Il hocha la tête à la question d’Isaac avant d’entremêler leurs doigts. D’accord, on va faire comme ça, toi et moi contre le monde. Même si je suis un piètre cuisinier et que je ne tiendrais pas dix jours seuls dans les bois, quoique j’aime bien me promener dans les bois, communier avec la nature et rester au naturel. On dirait un fou qui parle, je te rassure, je ne me balade pas à poil dans les bois tout en faisant des câlins aux arbres. Tu savais que certaines personnes faisaient des câlins aux arbres, je ne comprends pas le principe. Cela ne doit pas être agréable en plus, tu imagines il y a des araignées.

Noa fit la grimace e pouvant retenir un frisson d’effroi, il avait une peur panique des araignées, des insectes en général même s’il n’avait jamais avoué cette dernière peur en public. Noa n’aimait pas tout ce qui piquait, donc il n’aimait ni les araignées, ni les insectes dégueulasses. Il n’avait rien contre les serpents ou tous autres animaux, justes ce qui était susceptible de le piquer. Il repensa à l’une des phrases d’Isaac et secoua la tête pour nier ses propos. Je suis loin d’être le fiancé parfait, je suis incapable d’exprimer ce que je veux, mais je suis content que tu me trouves parfait, tu me supporteras mieux lorsque tu glisseras sur l’un de mes pinceaux.


D’ailleurs tu as bien dormi cette nuit ? Tu dormais paisiblement quand je me suis levée, tu étais beau, tu es en permanence beau, c’est injuste pour les hommes comme moi. Tu vas attirer le regard de tes collègues, je devrais peut-être t’inscrire mon prénom quelque part, sur le front. Comme cela, ceux qui veulent te draguer et qui ont un semblant de savoir-vivre feront demi-tour. Noa savait bien que certaines personnes se moquaient bien de détruire un mariage, elles pensaient juste à leurs propres plaisirs et détruisaient toute une famille juste pour une partie de jambes en l’air ou pour avoir le statut de maitresse. Le brun ne savait pas trop la raison, mais il savait que certaines personnes draguaient les personnes mariées. Il sortit de ses pensées en rattrapant la bouteille la portant à ses lèvres avant de prendre une gorgée du breuvage, il émit un bruit de protestation en voyant Isaac prendre sa cigarette et essaya de la récupérer rapidement ayant bien besoin de fumer.

La situation l’amusait et c’est pour cela qu’il ne s’énervait pas essayant d’amadouer Isaac pour qu’il lui rende sa cigarette. Il réussit finalement à la récupérer tirant une taffe avant de sourire à la réflexion d’Isaac lui déposant un baiser sur les lèvres pour le remercier avant de sourire en secouant la tête. On dirait que tu parles d’une espèce rare en évoquant mon cas, je te ferais remarquer que j’ai des amis qui sont végétariens et que je compte bien inviter au mariage. Donc il n’y aura pas uniquement moi comme végétarien, je ne suis plus une espèce en voie de disparition, mais préserve-moi quand même, je risque de disparaître si tu ne fais pas attention à moi.


Tu sais, nous les végétariens, les mangeurs de tofu, notre disparition provoquerait un drame, une catastrophe, tu ne peux décidément pas laisser ce genre de chose se produire. Tu as l’avenir de la planète entre tes mai. La fin de sa phrase mourut dans sa gorge, sa phrase coupée par les lèvres d’Isaac qui venait de se déposer sur les siennes. Il n’eut pas le temps de s’en remettre qu’il sentit son fiancé lui faire des baisers dans le cou et l’allonger sur le dos. Son bassin se frotta contre celui d’Isaac comme un automatisme, un geste qu’il avait fait des milliers de fois et qui traduisait son envie de plus en plus présente si Isaac n’arrêtait pas ses baisers. Il perdit complètement la notion du temps, il était dans son monde, dans un monde où seul Isaac et lui se trouvait et la fin du monde aurait pu avoir lieu à côté de lui qu’il n’aurait rien remarqué. Il était complètement perdu dans sa bulle bougeant pour laisser un plus grand accès à Isaac passant ses mains sur le torse du jeune homme le déshabillant sans aucune honte. Lui gardait ses vêtements sur lui, par pudeur, mais surtout par honte. Il n’était pas encore prêt à coucher avec Isaac, mais la seule chose qui sortit de ses lèvres fut le prénom du jeune homme encore et encore comme une prière silencieuse.

B-Ever


.


Dernière édition par Noa Dawson le Sam 13 Jan - 17:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 20/09/2017
›› Love letters written : 32
›› It's crazy, I look like : Andre Hamann
MessageSujet: Re: It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me. Jeu 11 Jan - 21:41


It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me.
Nisaac

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« D’accord, on va faire comme ça, toi et moi contre le monde. Même si je suis un piètre cuisinier et que je ne tiendrais pas dix jours seuls dans les bois, quoique j’aime bien me promener dans les bois, communier avec la nature et rester au naturel. On dirait un fou qui parle, je te rassure, je ne me balade pas à poil dans les bois tout en faisant des câlins aux arbres. Tu savais que certaines personnes faisaient des câlins aux arbres, je ne comprends pas le principe. Cela ne doit pas être agréable en plus, tu imagines il y a des araignées.  »  J’en pouvais plus alors j’ai éclaté de rire. Il a ce dont de ne jamais s’arrêter de parler et c’est d’ailleurs ce qui fait son charme.  De le voir en plus grimacer alors qu’il parle d’araignée ça ne m’empêche pas de rire encore plus. Je sais qu’il déteste ça, mais ce qui me fait tout autant rire c’est l’image de Noa qui se promène à poil dans les bois. J’ai de la misère à me l’imaginer, surtout qu’il est pudique. J’ose douter qu’il ne le ferait jamais par peur que quelqu’un le croise et qu’il doit se cacher. Pire il devra se cacher derrière un arbre ou y’a des araignées. Bon sens ça aucune sens.  « J’en doute pas une seule seconde. » Finis-je par dire. Après tout je le connais mon fiancé et je sais que même s’il peut parler beaucoup, je sais comme il est. Je sais comment lui faire attention et ce même si je n’ai moi-même pas été un bon fiancé. J’ai couru après le problème et me voilà, ici ce soir en train d’essayer de rebâtir notre relation. Ça c’est de la merde et ça vient aussi avec le fiancé de merde que je suis. Cependant bien que je doive recommencer à zéro, j’apprécie chaque moment, chaque nouveau souvenir que nous sommes en train de construire.  On se souviendra de ces moments longtemps.

Je regardai Noa secouer la tête alors que je suis appuyé sur mes coudes. Je fronce les sourcils puisque je ne comprends pas sa réaction. «Je suis loin d’être le fiancé parfait, je suis incapable d’exprimer ce que je veux, mais je suis content que tu me trouves parfait, tu me supporteras mieux lorsque tu glisseras sur l’un de mes pinceaux.  » Je secouai la tête à mon tour. S’il pouvait avoir un peu plus de confiance en lui et croire ce que je dis. Déjà que je ne dis jamais rien pour rien dire et que la majeure partie du temps je pèse chacun de mes mots. Il devait savoir que je ne disais pas ça à la légère, ou que pour lui faire plaisir. Je le disais parce que je le pensais au plus profond de moi. Puis d’ailleurs si je n’y aurais pas cru moi-même nous ne serions pas fiancé et sur le point de se marier éventuellement. Bon le mariage c’est pas pour aujourd’hui puisqu’on n’a encore du travail à faire, mais quand même. Je n’avais pas changé d’avis et je n’allais pas changer d’avis non plus. « D’ailleurs tu as bien dormi cette nuit ? Tu dormais paisiblement quand je me suis levée, tu étais beau, tu es en permanence beau, c’est injuste pour les hommes comme moi. Tu vas attirer le regard de tes collègues, je devrais peut-être t’inscrire mon prénom quelque part, sur le front. Comme cela, ceux qui veulent te draguer et qui ont un semblant de savoir-vivre feront demi-tour.  » Je pris la bouteille à mon tour et en bue une partie. J’hochai la tête, la bouche remplie de vin après lui avoir rendu sa cigarette. « Oui, disons que le lit était beaucoup plus confortable que le sofa. Toi t'as réussi à dormir ? » Dis-je en riant. Je ne disais pas ça pour lui pression pour retourner dans notre lit, mais bien parce que c’était vrai. Le sofa devait être changé et ça pressait. Sinon j’allais collectionner les maux de dos. Puis dans ce domaine, je suis un peu doué, du moins depuis que je fais un peu moins de sport.  « Pas sur le front, mais ailleurs oui si tu le veux. On pourra faire cette idée de tatouage comme on avait parlé, non ?  » Dis-je. On en avait parlé un fois. Bon c’était pour qu’il sache que je n’étais pas mort, mais par preuve d’amour je pouvais bien me faire tatouer un truc qui représenterais bien Noa non ? « Puis t’as pas à t’en faire.. j’en ai rien à foutre des autres puisque c’est toi que je veux. Puis j’ignore toute les demandes que j’ai pour aller prendre un verre.. Tu sais en plus quand les filles savent que je n’aime que les hommes, elles ne restent pas dans les parages bien longtemps.  M’enfin, une bague aussi ça fait fuir la plupart des gens, au tout cas au poste.. » Dis-je en haussant les épaules. J’étais peut-être plus populaire que je ne le savais moi-même, mais franchement des autres j’en avais rien à foutre. Je suis pas non plus le genre à tromper, mais plutôt fidèle. Je suis parti en mission des mois et ça ne m’est jamais passé par l’esprit d’avoir envie de coucher avec une autre personne. Alors non je n’allais pas me laisser tenter par qui ou quoi que ce soit qui pourrait nuire à mon mariage.

«  On dirait que tu parles d’une espèce rare en évoquant mon cas, je te ferais remarquer que j’ai des amis qui sont végétariens et que je compte bien inviter au mariage. Donc il n’y aura pas uniquement moi comme végétarien, je ne suis plus une espèce en voie de disparition, mais préserve-moi quand même, je risque de disparaître si tu ne fais pas attention à moi.  »  Je le regarde et lui souris bêtement. J’sais pas pourquoi mais sa dernière phrase m’a un peu refroidis. Enfin, c’est pas comme si ça ne m’étais jamais arrivé de passer tout près de le perdre.  Du coup je me sens mal, mais je vais m’e remettre. Même que je tente d’oublier la signification de cette phrase et je saute au sujet précédent. «Ça c'est toi qui le mais.. Ouais j’avais oublié. En fait j’y pensais plus. Désolé. On fera un menu végé, ça fera différent, mais un menu avec de la viande aussi.» Finis-je par dire alors que j’agrippe la bouteille de vin et en prendre une gorgée. « Tu sais, nous les végétariens, les mangeurs de tofu, notre disparition provoquerait un drame, une catastrophe, tu ne peux décidément pas laisser ce genre de chose se produire. Tu as l’avenir de la planète entre tes mains. » Je me mets à rire avant de déposer la bouteille sur le sol. « Mouais.. Moi c’est mon monde qui disparaitra si je ne peux pas manger de viande. » Y’a rien de mieux qu’un bon steak en ce qui me concerne. Non pas que je n’aime pas manger végé comme Noa, mais de toute évidence si j’ai le choix entre une salade ou un steak, le choix sera assez facile.  Bref, ce fut plus fort que moi. J’allais embrasser Noa et entraîna dans ma chute. Mes mains sur son visage, mes lèvres sur les siennes et dans son cou, je laissai aussi mes hanches se collées au sienne. J’ignore pourquoi cet élan d’amour m’a prise mais en tout cas ça me fait du bien. Ses mains sur mon torse me firent frissonner. Cette sensation, bien que ça nous soit arrivé hier, elle m’a manqué.  Puis mon chandail  fut retiré tandis que moi je m’agrippai au sien comme si ma vie en dépendait avant de passer mes mains dessous et de les glisser dans son dos.  Je m’allongeai sur le sol, puis fis passer Noa sur mes hanches avant même d’agripper son visage entre mes mains et de l’embrasser tendrement. Tout ça donnait envie, mais je me gardai tout de même une petite gêne ne connaissant pas vraiment les intensions de Noa. Quoi que je savais très bien que nous n’allions pas aller plus loin, surtout vu l’endroit où nous nous trouvions.



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 23/07/2017
›› Love letters written : 221
›› It's crazy, I look like : Billy Huxley
MessageSujet: Re: It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me. Sam 13 Jan - 17:40

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
X
Nisaac ?
Noa n’était pas quelqu’un de fiable, il n’était pas une petite chose fragile qu’il fallait protéger, il savait se défendre, il savait se battre lorsque c’était nécessaire et surtout il savait se débrouiller par lui-même. Lorsqu’on lui avait pris appris la mort d’Isaac, il s’était laissé mourir à petit feu sans même s’en rendre compte, le jeune homme était toute sa vie. Dire cela le faisait peut-être passer pour quelqu’un de niais, mais il ne faisait qu’énoncer une vérité, il ne pouvait pas l’expliquer, il ne pouvait pas dire les symptômes qui lui faisaient penser cela, il le savait juste au plus profond de son être. Avec lui, Noa était fort, il savait se débrouiller seul, vivre sa vie comme un grand, il avait réussi à monter un hôtel, certes avec son frère, mais il s’occupait de partie importante quand même. Il était assez débrouillard, sachant régler ses problèmes tout seul. Un aspect de sa personnalité qu’il ne m’était quasiment jamais en avant. En effet, étant également assez paresseux, cela l’arrangeait bien qu’on prenne soin de lui, qu’on le défende sans qu’il ne fasse le moindre geste. Il agissait comme un petit roi et dans un sens, la fausse mort de son amant avait été une bonne chose.


Depuis la fausse mort de son amant, il était devenue plus indépendant, il demandait aux gens autour de lui d’arrêter de le materner comme un enfant, il commençait à devenir plus adulte dans sa tête, moins paresseux surtout. Le changement devait être surprenant pour Isaac qui l’avait toujours vu comme quelqu’un à protéger, maintenant ils étaient à égalité et Noa espérait bien lui faire comprendre cela, même s’il n’allait jamais dire non à un câlin de son homme. Parce que Noa n’avait pas été changé de la tête aux pieds non plus, même s’il était devenu quelqu’un de torturer, il restait ce mec qui adorait le soleil et les câlins et il comptait bien se mettre au soleil cette après-midi. Il n’allait pas enlever son haut, enfin il allait peut-être se mettre en t-shirt s’il osait, sentir le soleil caresser sa peau. La température n’était pas excessivement chaude, c’était même plutôt le contraire, mais Noa aimait bien trop sentir la chaleur sur sa peau.

Il poussa un soupir d’aise à cette pensée avant de chercher une solution dans son esprit concernant le souci du canapé. Je m’en doute bien, comme dis, je peux toujours dire à Spen de quitter la chambre d’ami, tu auras un vrai lit ou je peux prendre le canapé. On s’arrangera, tu as besoin d’être en forme pour courir après les méchants. D’ailleurs tu me promets de ne prendre aucun risque ? Je sais que tu connais ton métier et même si je suis mort d’inquiétude, je suis content que tu aies retrouvés ta place au sein de la brigade, mais t’imaginer en intervention est toujours compliqué.


Noa ignorait que son homme faisait uniquement la paperasse, pour lui, Isaac allait sur le terrain, roulait en voiture et arrêtait éventuellement les gens, il ne s’imaginait absolument pas que son homme avait accepté un poste de bureau. Pour lui, Isaac partait chaque matin en intervention et non à un poste planqué, bien à l’abri du terrain. Il savait que son homme aimait l’action alors il ne lui était même pas venu à l’idée qu’il puisse faire autre chose. Lorsqu’il allait le découvrir, il allait sûrement s’en vouloir et essayer de convaincre Isaac d’accepter un poste de terrain, même s’il devait crever de peur à chaque coup de téléphone suite à cela.

Il esquiva habilement la question d’Isaac concernant sa nuit, enfin il pouvait dire qu’il avait bien dormi sans mentir, mais il ne pouvait pas le regarder dans les yeux en lui assurant qu’il avait bien dormi huit heures. Il se demandait même s’il n’allait pas faire dormir Isaac avec lui encore une nuit, la présence du jeune homme le calmait, pas assez pour faire une nuit complète, mais il n’était pas contre deux heures de sommeil en plus, voire même deux heures de repos tout court. Noa posa un baiser sur les lèvres d’Isaac comme un gamin goûtant sa gourmandise favorite avant de prendre une gorgée de boisson puis de reprendre la parole bouteille à la main.


Je peux te montrer les derniers dessins que j’ai faits ou on trouve un symbole commun pour nous deux. Pourquoi pas un symbole avec nos initiales ou une date symbolisant quelques choses pour nous. Tu le voudrais où ? Je ne veux pas te forcer, au pire on peut toujours le dessiner et le garder juste comme message dans un coffre ou autres.


Noa faillit s’étouffer avec la gorgée d’alcool qu’il venait de prendre en entendant que son homme avait des propositions, il but quelques gorgées d’alcool pour s’en remettre avant de poser la bouteille loin de lui ne voulant pas finir complètement ivre. Comment ça elles te draguent ? Mais je vais leur casser la gueule à tes collègues en chaleur ! Personne ne te touche, personne n’a le droit de te proposer un verre, tu es mon homme à moi et tu as intérêt à me les désigné la prochaine fois pour que je leur fasse bien comprendre qu’elles n’ont pas intérêt à toucher ne serait-ce qu’un centimètre de ta peau ! Je t’en foutrais moi d’aller boire un verre, elles ou ils vont avoir ma main dans leurs gueules, ils comprendront déjà que c’est une mauvaise idée. Est-ce que moi je vais draguer leurs copains, tu ne parles plus à ces gens, je vais les tuer.


Noa était extrêmement jaloux, il ne supportait pas l’idée que quelqu’un d’autres draguent son homme et même s’il n’allait jamais tuer quelqu’un, il n’allait pas hésiter à provoquer un scandale au sein du commissariat pour bien faire comprendre aux collègues de son mari qu’il lui appartenait. Il prit le temps de se calmer un peu, reprenant sa respiration et essayant d’oublier que des rapaces en chaleur voulaient lui piquer son homme. Il ferma les yeux quelques instants laissant Isaac le manipuler comme une poupée, il se figea en sentant les mains de son homme sur lui et le repoussa avec délicatesse ne voulant pas que son homme puisse sentir sa maigreur. Il prit le temps de se calmer, même s’il ne pouvait pas cacher l’effet qu’Isaac lui faisait si facilement, il essaya de penser à un truc bien dégoûtant sans succès, son homme tout proche de lui ne l’aidait pas vraiment. Il ferma les yeux reprenant une gorgée de boisson avant de reprendre la parole. Nous devrions manger, avant que le repas ne soit froid.

D’ailleurs on pourrait faire un menu mixte, de la viande pour toi et en accompagnement un truc pour moi. Tu es bien le seul mangeur de viande que je supporte, tu sais que je milite les gens comme toi qui sont responsables de la mort des animaux ? Mais je suis complètement fou de toi alors je serais même prêt à t’acheter ton steak, tu me fais perdre la tête Isaac. Tu penses que je pourrais être guéri un jour ? Il regarda son amant espérant que ce dernier n’allait pas prendre mal son rejet. Noa n’était pas prêt à coucher avec lui, même s’il commençait à lui pardonner. Le chemin restait encore long, mais ils touchaient du doigt le bon bout, Noa devait juste régler son problème avec son corps pour pouvoir coucher avec son fiancé. Il ne savait pas quand il allait pouvoir débloquer le problème et ne voulant pas gâcher la soirée, il s’enfuit en direction du panier sortant le plat avec un sourire.

Il tendit son repas à Isaac avant de prendre le sien sortant les cornichons qu’il tendit à Isaac lui demandant silencieusement s’il les voulait. Lui n’aimait guère les cornichons, il en mangeait de temps à autre, mais ce n’était pas son aliment favoris qui était bien trop fort en goût pour lui. Il mordit ensuite une première bouchée de son repas poussant un gémissement de plaisir. On devrait commander ce gars, c’est un délice, on dit que fait tomber un amoureux de soi en comblant son appétit gustatif et sexuel. C’est un truc bizarre non ? Tu penses que c’est vrai ?

B-Ever


.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


MessageSujet: Re: It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me.

Revenir en haut Aller en bas

It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: South l.a :: south police station
-