Partagez|

please, just save me from this darkness. ✻ hunter & lauren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
✮ chouchou du mois
avatar
chouchou du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 12/09/2017
›› Love letters written : 1998
›› It's crazy, I look like : lili reinhart.
MessageSujet: please, just save me from this darkness. ✻ hunter & lauren Lun 18 Déc - 21:13

save me from this darkness
Hunter & Lauren

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] ✻✻✻  « Lauren, ça sera amusant, je te le promets! » Une amie de la jeune femme venait de la déranger dans ses études de fin de session. Depuis plus de trois semaines, Lauren étudiait durant de longues heures, puisqu'elle avait de nombreux examens, avant que la session se termine. Pour les étudiants à l'université, la fin d'une session n'était jamais une bonne période, en particulier pour les étudiants en médecine. Lauren travaillait tellement fort qu'elle était souvent épuisée. Ses parents s'inquiétaient pour elle. Toutefois, la jeune étudiante leur avait dit qu'ils n'avaient pas besoin de s'inquiéter. Oui, Lauren était épuisée et elle avait parfois envie de tout laisser tomber, mais pas question de le faire. L'étudiante en médecine était persévérante et, en médecine, la persévérance était quelque chose d'important. Lauren était donc au téléphone depuis plus de dix minutes avec une amie qui ne comptait pas abandonner. Lauren devait aller à la soirée dans ce bar, peu importe ce le temps que ça allait prendre à son amie pour la convaincre. Épuisée de s'obstiner, elle soupira légèrement. « D'accord, j'accepte, mais je ne peux pas rester trop longtemps. » Après avoir entendu le cri de joie de son amie, la blondinette rit et raccrocha. Il fallait qu'elle soit prête dans quinze minutes. Elle décida d'enfiler un jean noir, ainsi qu'un pull de laine gris pâle. C'était une tenue sobre et décontractée. Lauren n'était pas le genre de femme à enfiler des vêtements trop sexy. Après s'être maquillée et coiffée, elle enfila des bottillons et pris son sac à main. Une fois sortie de son appartement, elle embarqua dans un taxi, donnant l'adresse du bar. Il s'agissait d'un bar dans le quartier South L.a. La jeune femme n'aimait pas nécessairement cet endroit, mais une soirée entre amies allait lui faire le plus bien. Une fois arrivée, elle paya le chauffeur de taxi et sortie de la voiture jaune. Prenant son courage à deux mains, Lauren entra dans le bar. Rapidement, son amie vint la rejoindre. « C'est parti pour une belle soirée entre filles! » La jeune femme sourit et suivit son amie sur la piste de danse, commençant alors à danser et à profiter de la soirée. À ce moment précis, l'étudiante était heureuse d'être sortie de chez elle. La soirée s'annonçait effectivement parfaite. Il fallait bien qu'elle profite de sa jeunesse. Après avoir dansé quarante minutes sans arrêt, Lauren annonça à son amie qu'elle allait prendre l'air, ayant très chaud. Il faisait de plus en plus froid à Los Angeles, signe que l'été n'était plus là. Lauren aimait Los Angeles la nuit. Les lampadaires étaient allumés, afin d'éclairer les rues. Alors que la jeune femme était sortie depuis seulement cinq minutes, elle vit un homme venir vers elle. « Bonsoir, jolie jeune femme. Êtes-vous seule? » En voyant l'inconnu, Lauren ne savait pas du tout qu'il pouvait être quelqu'un avec des mauvaises intentions. La jeune femme avait souvent tendance à être naïve, malheureusement. « Heu... non. Mes amies sont dans le bar. » Elle sourit timidement, mais cessa de sourire, lorsque cet homme s'approcha encore plus d'elle, si bien qu'elle pouvait sentir l'odeur de l'inconnu. « Pour le moment, tu es seule, alors on peut en profiter. » Elle n'a pas eu le temps de réagir qu'il l'emmena dans la ruelle à côté du bar. Lauren sentait son coeur battre atrocement vite. Elle avait peur et elle n'était pas assez forte pour s'enfuir. « LÂCHEZ MOI! LAISSEZ MOI TRANQUILLE! » Elle criait comme une forcenée, espérant que quelqu'un allait l'entendre, mais elle perdait peu à peu espoir. « Chut, calme toi... Tu vas voir, on va s'amuser. » Non, Lauren n'allait certainement pas s'amuser dans cette ruelle, à se faire agresser par un homme beaucoup plus vieux qu'elle. La jeune femme pleurait en silence, priant de toutes ses forces pour que ça soit bientôt fini.
✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.


Dernière édition par Lauren Rothschild le Jeu 21 Déc - 1:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 11/03/2016
›› Love letters written : 1183
›› It's crazy, I look like : tom perfect hiddleston
MessageSujet: Re: please, just save me from this darkness. ✻ hunter & lauren Mer 20 Déc - 12:21

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
please save me from this darkness  
HUNTER GORDON AND LAUREN ROTHSCHILD※
Time takes it all whether you want it to or not, time takes it all. Time bares it away, and in the end there is only darkness. Sometimes we find others in that darkness, and sometimes we lose them there again


L'esprit un peu dans le vide, il enfila cette veste en cuir sur ses épaules avant de refermer la porte de son bureau derrière lui. Détestant rester sans rien faire, il se sentait comme un lion en cage dans cette pièce trop petite où il passait la majorité de ses journées. Il y restait trop de temps et la lune éclairant le ciel prouvait qu'encore une fois, il avait oublié l'heure. Qu'il s'était laissé emporter par le dossier trônant sur son bureau. Il n'avait pas entendu les autres partir, pas même Naïa qui habituellement était celle restant presque aussi tard que lui dans leurs locaux. Mais en voyant la faible lumière à son bureau et la silhouette blonde installée sur son fauteuil, il comprit pourquoi. Elle n'était toujours partie et cela ne l'étonnait pas le moins du monde. Elle était comme lui, parce que l'un comme l'autre, ils dévouaient leurs existences à ce job, occultant tous les autres aspects de leurs vies. Ils étaient cette preuve vivante des dégâts provoqués par l'amour.  C'était peut-être le prix à payer pour réussir. Ou peut-être qu'à l'opposé c'était leur unique moyen pour oublier tout ce qu'ils avaient perdu. Tout ce qu'ils avaient laissé partir sans réellement tenter de réparer leurs erreurs. Il se déplaça vers la jeune femme, posant une petite main sur son épaule, le regard posé sur elle. « Rentre chez toi Naïa. Tu continueras demain.  » , dit-il d'une voix ferme mais calme. Car avec elle, il n'avait jamais véritablement le même comportement qu'avec tous les autres de son équipe. Elle n'était pas juste une flic parmi tant d'autres. Il avait fini par l'estimer, par avoir un profond respect pour la jeune Atkins. Et chez lui c'était une réelle affection qui s'était développée envers elle. Il ne savait pas pourquoi il la voyait différemment, pourquoi il était plus aimable avec cette petite blonde, mais le résultat était là juste sous ses yeux, il n'était pas le même quand il s'agissait de Naïa. Néanmoins, il n'en restait pas moins exigeant avec elle, cherchant le meilleur chez ses hommes, sauf qu'elle restait l'une des seules avec qui il pouvait consentir à travailler sans grogner. « Je finis cette page avant. », toujours concentrée sur ses papiers, elle ne leva pas les yeux vers lui et il ne put s'empêcher de soupirer, les iris tournés vers le plafond. Un chat restait un chat, et il ne pouvait pas lui reprocher, alors qu'il n'était guère mieux qu'elle quand il avait l'esprit focalisé sur quelque chose. « Cette page et tu rentres. Et essaie même pas de négocier !  » , répondit-il fermement sans pour autant élever la voix , ni hausser le ton. Il ne la reprenait pas, ne faisant que lui rappeler qu'il était son responsable et qu'elle méritait de prendre quelques heures de repos avant une nouvelle journée de travail. Puis après lui avoir dit au revoir, il se mit en direction de la sortie, ne tardant pas à se retrouver dans la nuit californienne. Malgré la période hivernale, les températures n'avoisinaient jamais la négative dans cette ville, contrairement à Londres où il avait neigé récemment d'après sa mère. Et si au début, il avait eu du mal à s'acclimater à une chaleur quasi permanente, à présent il appréciait de pouvoir rentrer chez lui à pied toute l'année, préférant de longues minutes de marche à un trajet plus court en voiture. C'était de cette manière qu'une ville était découverte, qu'il se nourrissait de tous les petits détails qu'il observait à la vitesse de ses pas. Parfois il y découvrait des âmes égarées, et parfois il n'y avait personne, à part lui dans un silence des plus plaisants. Si certains pouvaient craindre ce quartier dès lors que le soleil se couchait, Hunter l'aimait ainsi. Il était un homme de la nuit. Un nocturne errant dans les petites allées, se frayant un chemin partout, même là où on ne l'attendait pas. Où on ne désirait pas qu'il soit. A mesure qu'il avançait, il finit par arriver devant un bar qu'il connaissait bien pour s'y être assis à maintes reprises. Pour y déguster une bière fraîche. Pour y retrouver quelqu'un. Pour passer le temps quand il ne trouvait aucune solution pour s'occuper. Ou pour s'aérer la tête quand il en éprouvait le besoin. Pas cette fois, préférant l'hypothèse d'une lecture tardive pour faire le vide dans un esprit rempli d'interrogations. Pour trier ses propres pensées emmêlées. Continuant sa route vers son appartement, il laissa ses yeux naviguer de gauche à droite, contemplant tout ce qu'il y avait autour de lui, comme il le faisait toujours.  « LÂCHEZ MOI! LAISSEZ MOI TRANQUILLE! ». Sorti de son observation par cette voix féminine sortie de nulle part et au lieu de faire demi-tour, il répondit à cet appel à l'aide, se dirigeant vers la petite allée d'où le cri paraissait venir. Il ne lui fallut qu'un coup d'oeil sur la scène pour comprendre qu'il avait bien fait, découvrant une petite blonde face à un colosse aux mœurs douteuses.   « Chut, calme toi... Tu vas voir, on va s'amuser. » . Etrangement, il en doutait et sans l'ombre d'une hésitation, il s'approcha des deux silhouettes d'un pas rapide. Le regard arrêté sur l'homme ayant resserré sa prise sur la jeune femme, ses sourcils se froncèrent et ses traits se crispèrent à mesure qu'il pouvait sentir les battements de son palpitant dans sa poitrine. « Lâche la !  » , ordonna-t-il d'une voix forte, encore à quelques mètres de cette jeune femme en détresse dont les yeux reflétaient toute la peur qui devait emplir son âme.  Passablement irrité d'être dérangé, l'agresseur se retourna vers lui pour le toiser une demi seconde avant de se concentrer de nouveau sur sa proie. Sur cette pauvre biche apeurée. « Casse toi on s'amuse elle et moi . ». Il sentit cette vague d'agacement s'emparer de lui, ne devinant que trop bien comment cela allait se terminer. De quelle manière il allait se faire comprendre. De cette même façon qu'il avait de toujours terminer une conversation quand on osait l'énerver. Quand on ne consentait pas à l'écouter. C'était pire encore lorsqu'il était confronté à des individus de ce genre. A des déchets humains refusant de comprendre un petit mot de trois lettres. A chaque fois, il laissait ce courant de colère migrer dans cette cellule pour s'y implanter tel un poison mortel. Et il se transformait alors en cette bête incontrôlable, en ce tsunami meurtrier. Sans attendre, il attrapa le bras de l'homme, le poussant violemment en arrière pour laisser une issue de secours à l'inconnue. Un chemin pour s'en aller. La seconde d'après, au lieu de laisser partir celui empestant le mauvais bourbon à plein nez, il le colla rageusement contre le mur de briques, refermant férocement sa main contre son cou. Contre cette gorge où il pouvait sentir ses pulsations cardiaques.  « Je t'ai dit de la lâcher. Alors tu te casses de là, tu déguerpis ou crois-moi que t'auras plus jamais le loisir de tenter de t'amuser avec une fille qui veut pas de toi. C'est bien compris ou je dois être plus clair encore ?  »  , demanda-t-il d'un ton menaçant. De cette force cinglante, martelant la chair telle une lame tranchante. Et comme pour confirmer ses dires, le regard noirci par la rage, il augmenta la pression exercée sur la nuque de son adversaire. Pour lui faire comprendre qu'il était imprudent de ne pas l'écouter et il espérait ne pas faire face à un téméraire. A un pauvre être ne réalisant pas qu'il était suicidaire de le provoquer. De le pousser à déchaîner cette violence qui sommeillait en lui.  Et qui ne demandait qu'à se propager dans l'air.
Revenir en haut Aller en bas
✮ chouchou du mois
avatar
chouchou du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 12/09/2017
›› Love letters written : 1998
›› It's crazy, I look like : lili reinhart.
MessageSujet: Re: please, just save me from this darkness. ✻ hunter & lauren Sam 6 Jan - 19:30

save me from this darkness
Hunter & Lauren

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] ✻✻✻  Lauren était complètement terrifiée. Il y a trente minutes, la jeune femme était dans le bar, profitant de la soirée avec ses amis. Elle était convaincue que cette soirée allait être géniale et que ça allait lui faire du bien. Malheureusement, là voilà maintenant dans une petite ruelle sombre et lugubre avec la présence d'un homme qui n'avait pas du tout envie de laisser Lauren tranquille. Il la manipulait comme un morceau de viande. La jeune femme n'aurait jamais pensé être dans cette situation. Elle entendait parler de ce genre d'histoire aux nouvelles et ça la rendait toujours triste. Maintenant qu'elle le vivait, ce n'était pas triste, c'était tout simplement horrible. Intérieurement, elle priait pour qu'il la lâche et qu'il ne la tue pas. Lauren n'avait pas envie de mourir. Elle était encore trop jeune et il lui restait plein de choses à vivre. L'étudiante en médecine avait le goût de vivre une vie remplie. La jeune femme essayait de se débattre de toutes ses forces, mais l'inconnu était beaucoup plus fort qu'elle. Lauren ne faisait pas le poids. Elle allait devoir faire des cours d'auto-défense, si elle réussissait à se sortir de cet enfer qui l'engloutissait peu à peu. « S'il vous plaît... lâchez moi... » La jeune femme ne sentait pas les larmes couler le long de ses joues. Elle ne sentait que les mains trop baladeuses de cet homme qui devait avoir trente ans de plus qu'elle. Lauren sentait l'homme caresser son ventre et cela ne plaisait pas du tout à Lauren. « Ça va te plaire, j'en suis convaincu. » La jeune femme vivait un véritable cauchemar. Pourtant, elle ne dormait pas. Non, elle était réveillée et elle le vivait bel et bien en temps réel. Lauren sentait l'espoir disparaître lentement, lorsqu'elle entendit une voix d'un homme près d'eux. Il demandait à l'agresseur de la lâcher. La jeune femme ne vit pas le visage de son sauveur, puisque c'était trop sombre pour distinguer quoi que ce soit, mais elle pouvait apercevoir un homme plus grand qu'elle et probablement plus grand que son agresseur. Lauren s'était fait entendre et ça la soulageait un peu. L'agresseur n'avait pas du tout envie de lâcher la jeune femme, répondant directement au sauveur de les laisser tranquille. Lauren n'avait pas envie que l'homme les laisse tranquille. Elle avait besoin d'aide, elle avait besoin de lui. Alors que son agresseur fit la sourde oreille et continua ses caresses désagréables, Lauren n'eut pas le temps de réagir que son sauveur attrapa le bras de l'homme, laissant à la jeune femme une issue de sortie. La jeune femme s'éloigna, restant tout de même près de la scène, afin qu'elle puisse voir ce que son sauveur allait faire subir à son agresseur. Lauren sentait son cœur battre incroyablement vite. Elle pouvait désormais distinguer le visage du sauveur. Il était visiblement fou de rage et son agresseur semblait être terrifié. Bien fait pour lui.
✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 11/03/2016
›› Love letters written : 1183
›› It's crazy, I look like : tom perfect hiddleston
MessageSujet: Re: please, just save me from this darkness. ✻ hunter & lauren Mar 9 Jan - 19:14

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
please save me from this darkness  
HUNTER GORDON AND LAUREN ROTHSCHILD※
Time takes it all whether you want it to or not, time takes it all. Time bares it away, and in the end there is only darkness. Sometimes we find others in that darkness, and sometimes we lose them there again


Quelque part planté derrière ce visage inspirant la confiance, aux traits lisses et gracieux sommeillait dans cette âme, cette bête féroce, ce prédateur endormi qui menaçait chaque jour de se réveiller de cette torpeur. Qui dès qu’une forme d’obscurité apparaissait profitait de la faiblesse de l’instant pour ressurgir, pour dévoiler toute la puissance de sa violence. Toute l’intensité de ces ténèbres qui s’étaient logées habilement dans tous les pores de sa peau, dans chaque centimètre de son être, infiltrant ses cellules les unes après les autres. La plupart du temps, il parvenait à contenir ses pulsions, à ne pas montrer ce visage plus inquiétant, cet aspect plus terrifiant de l’homme qu’il était. Il se canalisait en contrôlant ses émotions avec ses habitudes sportives par exemple. Malheureusement, il y avait tous ces instants, toutes ces situations capables d’embraser furieusement ce tas de braises rouges qu’il était. Des êtres abjects dévoilaient le pire chez lui et celui qui se tenait à quelques centimètres de lui, qui quelques secondes plus tôt osait s’en prendre à cette petite blonde respirant la pureté et l’innocence, était l’un d’entre eux. Etait l’un de ses esprits provoquant l’incendie dans tout l’organisme d’Hunter, jusqu’à ce qu’il en perde la raison. Jusqu’à ce qu’il soit enfin capable de s’arrêter dès lors qu’il commençait à déverser sa rage sur l’individu devenu sa cible. Année après année, il avait cessé de connaître réellement les limites, de s’arrêter à un seul coup, la bête en lui bien trop ravie de ne plus être retenue par des chaînes de métal. Les doigts serrés fermement sur le derme de l’homme à l’odeur proche d’une cage à vin, il pouvait sentir sa jugulaire battre furieusement juste sous la pression qu’il exerçait sur cette nuque si fragile. Dans son regard, il lisait une peur vorace plantée quelque part dans ces iris. Une frayeur qu’il aimait inspirer, tant il était celui désirant avoir le dessus. Surtout quand il était question d’une agression contre une femme, ne pouvant qu’imaginer Hestia à la place de l’une de ses victimes. « C’est bon je la laisse, je voulais juste m’amuser. », un rire jaune s’échappa des lèvres d’Hunter pour aller se perdre dans l’air. Evidemment, il voulait s’amuser, comme tous les autres avant lui, et comme tous les autres plus tard. Comme tout ceux oubliant les bonnes manières, comme toutes ces ordures incapables d’accepter ce petit mot à trois lettres qu’était non. Pourtant, il n’y avait rien de compliqué là-dedans, mais certains paraissaient avoir ôté cette simplicité évidente de leurs cerveaux défaillants, il le constatait tous les jours. « Elle a aucune envie de s’amuser alors tu dégages. Et je te promets que si tu oses t’approcher de n’importe quelle autre femme, tu iras dormir avec les porcs dans ton genre. », son ton cinglant et menaçant envoyait chaque phrase telle des lames tranchantes de poignard rencontrant la chair. Il desserra son emprise, fixant plusieurs secondes l’ivrogne d’un regard si noir. Et avant de consentir à le laisser partir, le feu se distillant dans ses veines, la main retenant la veste de l’homme, son poing rencontra lourdement ses entrailles, amplifiant ce message de terreur qu’il avait fait passer par ses paroles. Sans prêter attention à l’état de l’agresseur, son palpitant presque soulagé d’avoir pu apaiser cette colère destructrice, il se tourna vers la silhouette apeurée qui se tenait à l’écart un peu plus loin, dans cette pénombre la camouflant. Sur son visage, il lisait toute cette terreur qui l’inondait, toute cette angoisse qui semblait avoir pris possession d’elle-même. « Vous êtes tranquilles maintenant, tout va bien. », car malgré toute la violence dont il était capable de faire preuve, avec lui elle était en sécurité. A aucun moment, il allait la menacer ou représenter un danger pour elle. Bien au contraire et il lui fit comprendre en lui assenant un regard réconfortant. « Comment vous vous appelez ? Si vous voulez je peux vous emmener ailleurs pour que vous ne soyez pas seule », il faisait preuve de cette gentillesse si peu fréquente chez lui, de cet instinct de protection qui l’envahissait toujours quand il venait au secours d’une biche égarée. Comme il le faisait toujours avec des femmes telles Briséis, Hestia ou Naïa, même si celle-ci n’était guère une proie sans défense. Mais avec les femmes, il enfilait cette armure de vaillant chevalier capable de les sauver des pires dragons des contes de fée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


MessageSujet: Re: please, just save me from this darkness. ✻ hunter & lauren

Revenir en haut Aller en bas

please, just save me from this darkness. ✻ hunter & lauren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: South l.a :: bill's drink
-