Partagez|

[BOBBIE] DREAM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 17/11/2017
›› Love letters written : 146
›› It's crazy, I look like : Rachael Taylor
MessageSujet: [BOBBIE] DREAM Sam 2 Déc - 9:16

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Dream ».

FT. BOBBIE

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Joey regardait le frère Hepburn avec tristesse, elle faisait tout ce qu'elle pouvait pour soigner ses cellules cancéreuses, mais il devenait de plus en plus difficile de promettre la guérison, à ce stade là, Joey n'était plus sur de rien. Elle avait eu bon espoir devant les effets positifs de la chimio sur l'organisme de son patient, mais il avait violemment rechuté et le stabiliser s'avérait compliqué. Le visage de Sol s'imposa dans l'esprit de la jeune femme, comment allait-elle lui annoncer ce revirement de situation ? Elle imaginait déjà aisément le visage du jeune homme se décomposer,  quelques semaines avant il s'était effondré sur son épaule, pleurant toutes les larmes de son corps devant l'état de détresse de son grand frère. La cancérologue porta son regard sur Anna, qui se trouvait à l'autre bout de la pièce. Celle-ci épluchait le dossier du patient avec une certaine méthode dans le but de trouver quelque chose, une information, un résultat qui changerait la donne. Joey ressentit le besoin de sortit de la pièce quelques instants. Peut être était-elle trop sensible pour ? Elle avait souvent du mal à regarder un patient dans les yeux lorsqu'il arrivait à l'article de la mort, ça engendrait trop de chose derrière, la famille, la maladie qui l'emporte sur le traitement et un tas de remises en questions. Sol. Il fallait qu'elle le prévienne, mais elle n'en avait pas la force, le jeune garçon était trop sensible, trop à fleur de peau, elle préférait attendre un peu, espérant que l'état de l'aîné Hepburn finirait par s'arranger, ou en tout cas se stabiliser. La blondinette posa son regard sur l'horloge, dix-sept heures. Fin de son service. Joey passait le relais à Anna maintenant, elle avait juste envie de rentrer, espérant que l'appartement ne serait pas vide à son retour. Se rendant aux vestiaires, elle déposa sa blouse et ses chaussures de sécurité dans son casier, avant de le sceller de son cadenas. Une journée de terminée, et beaucoup d'émotions à gérer. Elle avait besoin d'appeler son mari, besoin de l'avoir au téléphone, qu'il le rassure de sa voix grave, comme il le faisait autrefois.

A l'époque, elle le trouvait trop arrogant, trop prétentieux, elle ne faisait pas facilement confiance Joey, écorchée par la vie, il lui avait fallut beaucoup de temps pour laisser un homme entrer dans son coeur. Ses premières années de mariage avaient été heureuse, et aujourd'hui, qu'en restait-il justement ? La jeune femme attendit patiemment, comptant les sonneries de téléphone de son mari et, comme elle s'y attendait, elle tomba sur messagerie pour la énième fois de la semaine. Femme de sénateur, tu parles d'une vie. Elle ne le voyait plus, celui-ci passant tout son temps à Washington, la maison blanche prenant de plus en plus de place dans sa vie, nulle doute qu'un jour il deviendrait président, et à ce moment là il ne resterait plus que des miettes d'eux. C'était triste, perturbant de voir que sa vie partait en lambeaux, alors, elle préférait oublier cette absence, cette blessure, dans les bras de son amant. Dix ans de moins qu'elle, lui aussi aux abonnés absents en ce moment, Joey n'arrivait plus à se reposer sur qui que ce soit. Bobbie et elle se voyait de moins en moins souvent, trés prises par le travail, elles ne faisaient que se croiser. Les temps étaient durs, mais Joey ne désespérait pas que ça finirait par s'arranger. Peut être étais-ce son optimisme à toute épreuve qui parlait ? Ou bien sa naïveté, malgré les années. Elle n'arrivait plus à joindre les deux bouts entre sa vie personnelle et son travail.

Joey monta dans un taxi, travaillait de l'autre côté de la ville était à la fois un avantage et un inconvénient. La jeune femme posa sa tête sur la vitre de l'automobile et regarda le paysage défiler devant ses yeux, la pluie commençant à tomber goutte à goutte sur Los Angeles. Comme tous les soirs, la circulation était dense, et les bouchons s'étendaient sur plusieurs kilomètres. Lorsqu'elle finit par arriver chez elle, Joey mit bien cinq bonnes minutes pour trouver ses clés, si bien que lorsqu'elle entra dans l'appartement elle fut trempée. Le froid la transperça jusqu'aux os, et la chaleur de l'appartement lui arracha un soupir de bien être. Rapidement, elle aperçu qu'elle n'était pas seule ce soir là, elle entendait l'eau de la douche couler, Bobbie était là, c'était son premier rayon de soleil de la journée et un sourire étira ses lèvres. Elles allaient pouvoir se retrouver toutes les deux et c'était toujours un bonheur. Joey retira ses habits trempés et entreprit d'enfiler son pyjama en pilou blanc, c'est ce qu'elle préférait le plus aprés une longue journée de travail, se mettre au chaud dans un bon pyjama douillet. Lorsque Joey entendit la porte de la salle de bain s'ouvrir, elle offrit un sourire à sa soeur, ne pouvant s'empêcher de rire en voyant que visiblement elle avait eu la même passion qu'elle pour les pyjamas molletonnés.


-Je vois que les grands esprits se rencontrent !


Joey ouvrit grand les bras afin de serrer sa soeur contre elle, c'est là qu'elle était le mieux, chez elle, avec sa petite soeur. Elle avait tellement de chose à lui dire, sans savoir vraiment par où commencer. La jeune femme posa son regard dans le sien, ça faisait plusieurs jours qu'elles ne s'étaient pas vus, et plusieurs semaines qu'elles ne faisaient que se croiser.

-Bobbie tu vas bien ?



(c) ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 17/04/2017
›› Love letters written : 374
›› It's crazy, I look like : johanna hottie braddy
MessageSujet: Re: [BOBBIE] DREAM Ven 22 Déc - 21:39

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Josephine and Barbara Matthews
I MEAN, AREN'T YOU SUPPOSED TO TELL ME THE TRUTH
---------------✭---------------

Elle lève les yeux au ciel, soupire. Elle détestait assister aux interrogatoire derrière la vitre, tout ça parce qu’elle n’était pas l’investigatrice de cette affaire, elle détestait devoir être en charge aujourd’hui, devoir être celle qui guide l’équipe. Bon sang qu’est ce qu’elle détestait tout cela. Rivers continue de poser ses questions à son suspect, qui ne lui dira rien de toute évidence et si Bobbie le sait, son collègue ne semble pas s’en rendre compte. Elle aimerait entrer dans cette pièce, attraper cette vermine par le col et lui faire tout avouer, mais ce n’est pas possible.  « Il ne dira rien. » lache t-elle de façon un peu trop froide et cinglante, pas du tout le genre de la jeune femme qui fait pourtant toujours preuve de professionnalisme. Elle sent déjà le regard bleuté de Nathan ce poser sur elle, il est installé contre le mur, les bras croisés attendant lui aussi que ce supplice prenne fin mais en silence. Elle laisse tomber lourdement le dossier sur la table, ce tourne vers lui « Si tu à besoin de moi, je serais au troisième. » Cet endroit ou elle allait pour ce défouler, cet endroit ou elle laisser ses émotions s’exprimer. Il arrive parfois qu’elle ne rentre pas tout de suite le soir chez elle après une longue journée, ou une affaire plus lourde que les autres ressentant ce besoin de ce défouler. Barbara Matthews n’a jamais été le genre de personne à dire tout haut ce qu’elle arrive à ressentir au plus profond d’elle, habituée à ce que l’on n’entende pas ses propos, habituée à devoir rester silencieuse face à la vie qu’elle à pu avoir, face aux épreuves qu’elle à du affronter. Elle ne s’en ai jamais plainte, jamais elle n’a voulu faire jouer la carte de la pitié puisque personne ne connaît son histoire, personne ne sait finalement d’ou elle vient. Non pas qu’elle en ai honte, car finalement c’est ce qui à fait d’elle la personne qu’elle est aujourd’hui, non c’est seulement parce qu’elle refuse qu’on la prenne en pitié. « Tu est certaine que ça va ? » faisant preuve d’une insolence qu’elle n’exprime pourtant jamais à son égard, la jeune femme ne lui répond même pas et quitte la pièce sans même ce tourner vers lui de nouveau. Dans les couloirs elle ne s’arrête pas, ne parle à personne pas même si l’on tente de venir vers elle car elle ne les entends même pas. Laissant son esprit s’envoler au dessus de son corps, avançant comme par automatisme et retrouvant finalement un nouveau souffle de vie au moment ou elle tire la première balle, en plein dans le mile. L’arme dans sa main droite est chaude, et ses yeux fixent ce trou au milieu de la cible. Elle ne sait même pas qui elle a imaginé, elle ne sait même pas depuis combien de temps elle est là mais elle sait qu’elle à beaucoup trop tiré. Assez pour finalement ce rendre compte qu’elle est resté en mode automatique pendant trop longtemps … Elle avait cette habitude de faire ça quand les choses n’allaient pas, commencent cela quand elle n’était alors encore qu’une enfant. Dès que quelque chose ce passait mal à al la maison elle avançait, continuer de vivre sans pour autant ce rendre compte réellement que la journée était passée. Un mécanisme de défens en quelque sorte qui ce mettait en place sans qu’elle ne s’en rende compte. Un instant elle pose l’arme devant elle, quitte ses lunettes de protection qu’elle ne ce souvient pas avoir mise et ce rend compte qu’il faut qu’elle rentre. Sous la douche elle reste quelques minutes sans rien faire, laissant la chaleur de l’eau s’emparer de ce corps abimé par les années qui sont passés, certains dirons qu’elle est encore jeune pour avoir ce genre de réactions mais beaucoup le dirons sans jamais avoir jeté un seul oeil à ses cicatrices, mélanges de brulures de cigarettes et de bien d’autres choses qu’elle tente encore aujourd’hui d’oublier. Ses larmes ne coulent jamais, même si elles sont là juste au bord de ses yeux océan, mais elle ne les laisse pas faire incapable finalement de ce laisser aller.  Emmitouflée dans son peignoir tout doux, elle sort de la salle de bain, les cheveux relevés et s’apprête à ce rendre dans la cuisine quand elle aperçoit le sourire solaire de son aînée. « Je vois que les grands esprits se rencontrent ! » Elle ne l’avait même pas entendu entrer, elle qui pourtant était entraîné à tout entendre, tout écouter. Mais une fois de plus elle, elle n’avait pas été capable de le reconnaître lui ce soir là. Sans demander quoi que ce soit d’autre, Bobbie ce laisser volontiers aller entre les bras de Joey, elle n’était pas le genre de femme tactile de manière générale et pour des raisons qui paraissaient finalement évidente, mais sa grande soeur était une exception. « J’en avais franchement besoin. » déclare t-elle tandis qu’elle enfoui sa tête dans la chevelure blonde similaire à la sienne, lui rappelant ses soirées ou elle dormait entre ses bras protecteurs. Quand finalement elle met fin à leur étreinte, la cancérologue pose un regard investigateur sur sa jeune soeur, bien trop douée pour ce rendre compte que quelque chose ne va pas, lisant en elle comme dans un livre ouvert. « Bobbie tu vas bien ? » Cette question n’est pas infondée, l’inquiétude légitime de Joey non plus mais Bobbie esquive. Elle hoche la tête, ce dirigeant d’un pas faussement enjoué vers la cuisine afin de trouver quelque chose à ce mettre sous la dent. « Tout vas bien! Et toi ? J’ai vu ton mari à la télévision hier soir, il avait l’air en forme bien que si tu veux mon avis il devrais changer de coiffeur! » Elle ouvre les placards et trouve enfin un paquet de chips qu’elle ouvre d’un coup sec avant d’y plonger sa main.
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 17/11/2017
›› Love letters written : 146
›› It's crazy, I look like : Rachael Taylor
MessageSujet: Re: [BOBBIE] DREAM Dim 24 Déc - 16:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Dream ».

FT. BOBBIE

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Joséphine Matthews fixait le dossier de son patient. La vie se montrait parfois trop cruelle, et elle ne voulait pas servir de faucheuse auprés de ses patients. Elle avait parfois l'impression de courir aprés le temps, et elle avait beau s'acharner à dégoter les meilleurs traitements, parfois, elle ne pouvait tout simplement plus rien y faire. Malheureusement elle n'avait pas droit de vie ou de mort sur les personnes qui entraient dans cet hôpital, et l'expliquer aux proches étaient parfois difficiles. Joey était porteuse d'espoir pour la plupart de ses personnes, et lorsqu'elle devait annoncer de mauvaises nouvelles, elle ne savait jamais comment s'y prendre. Elle pouvait comprendre le désarroi des familles, parce qu'elle était humaine et parce que la jolie blonde se mettait à la place de ces gens là. S'il arrivait quelque chose de telle à Bobbie, Joey en voudrait au monde entier, parce que perde sa petite soeur était impensable pour elle. Lorsque ça n'allait pas, les deux jeunes femmes avaient tendance à se raccrocher l'une à l'autre, et c'était encore le cas aujourd'hui.

Dans ces moments là, lorsque la tristesse l'envahissait, elle retrouvait la chaleur réconfortante de la maison, l'odeur familière de son chez-elle et le climat rassurant qui s'en dégageait. Ca lui permettait ainsi d'oublier le travail pendant quelques temps, même si une fois à la maison, son esprit était parasité par tout autre chose: son mari. Celui qu'elle aimait plus que tout au monde et que pourtant elle trompait si effrontément. Elle avait essayé de mettre fin à toute cette mascarade, mais elle n'était pas sûre d'en avoir réellement envie. Joey était perdue entre son mari et Duncan, son amant, et elle était tout simplement incapable de faire un choix. Pourtant, cette fois-ci, il lui avait posé un ultimatum, et Joey n'avait pas été capable de répondre à sa demande. Elle ne pouvait pas se résoudre à quitter son mari, malgré le fait qu'il soit aux abonnés absents depuis plusieurs semaines, elle avait toujours l'espoir qu'un miracle de Noël agisse et qu'il rentre à la maison pour la nouvelle année.

Ce soir, elle ne serait pas seule. Bobbie était là et rien ne pouvait faire plus plaisir à Joey. Lorsqu'elle partait en mission avec Nathan, la jeune femme ne pouvait s'empêcher de leur faire toutes les recommandations nécessaires, priant pour qu'ils ne leur arrivent rien. Lorsqu'un patient entrait à l'hôpital elle ne pouvait s'empêcher de toujours jeter un coup d'oeil au nom de la personne afin d'être sûre que ce ne soit ni sa petite soeur, ni son ami. Ce soir, Bobbie n'était pas en danger, elle était auprés d'elle, à la maison et c'est tout ce qui comptait. La jeune femme ne se fit pas prier pour tomber dans les bras de sa soeur, et Joey ferma les yeux, appréciant l'étreinte de Bobbie, aprés tout pour remédier à la tristesse, rien de mieux qu'un câlin non ? Lorsqu'elles se détachèrent l'une de l'autre, la cancérologue ne pu s'empêcher de demander à sa soeur comment elle allait, à ce moment là ça n'avait rien d'une question machinale, sa jeune soeur était soucieuse et Joey l'était tout autant qu'elle à ce moment là. Pourtant, alors qu'elle s'appliquait à répliquer, ses yeux se voilèrent lorsque Bobbie évoqua son mari. Même les médias avaient plus de contact avec lui qu'elle et elle en était peinée.


-Je vois... Peut être que si j'avais allumé ma télé, j'aurais pu apercevoir son visage.
Dis moi, comment il est ? Tu penses que je vais le reconnaître si un jour il rentre à la maison ?


C'était quelque peu ironique, mais sa colère n'était en aucun cas dirigée contre Bobbie, elle avait simplement mal. A croire que rien ne tournait rond dans sa vie ces derniers temps et tandis que cet idiot se pavanait çà la télé, Joey attendait désespérément de ses nouvelles.

-Et toi ta journée de travail ? Pas trop difficile ? Ca faisait longtemps que je ne t'avais pas vu à la maison !


Joey s'approcha d'elle, plongeant à son tour sa main dans le paquet de chips de sa soeur, lui tirant la langue. Parcourant des yeux l'appartement, la jeune femme fronça les sourcils:


-Tu te rends comptes que nous n'avons toujours pas fait de sapin ?



(c) ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 17/04/2017
›› Love letters written : 374
›› It's crazy, I look like : johanna hottie braddy
MessageSujet: Re: [BOBBIE] DREAM Dim 7 Jan - 21:13

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Josephine and Barbara Matthews
I MEAN, AREN'T YOU SUPPOSED TO TELL ME THE TRUTH
---------------✭---------------

Il arrivait parfois que la jeune femme préfère être seule, parfois elle appréciait le fait que sa soeur ne soit pas présente bien trop occupée par son mari. Elle aimait Joey plus que tout, et la retrouver lui avait fait un bien fou mais s’habituant à vivre seule il était parfois difficile pour elle de devoir rentrer et parler de sa journée, plus encore quand on sait qu’elle ne peux pas toujours tout lui raconter concernant son boulot. Et si Joey à toujours parfaitement compris cela, rien ne change au fait que parfois elle préférerait ce retrouver seule. Pourtant, ce soir elle ne sait pas qu’elle souhaite. Si elle à réussit à ce détendre un petit peu sous l’eau chaude et qu’elle sent ses muscles plus détendus, son esprit ne l’est pas plus que quelques heures auparavant. Le fait est qu’elle n’a pu parler de tout ce qui c’était passé avec absolument personne, parce que peu de gens connaissaient son histoire avec Jason pour des raisons qui lui semblaient évidente. En premier lieu car il s’agissait pour elle d’une faiblesse reconnue et qu’elle n’aimait pas partager ce genre de choses, mais aussi parce qu’il était un homme bien peu honnête et que cela ne convenait pas à la nouvelle personne qu’elle était aujourd’hui, de toute évidence. Elle c’était retenue de chercher des informations sur lui car elle savait que leurs recherches étaient surveillées et qu’elle ne voulait pas qu’on l’a lie à un homme qui lui avait plus de mal qu’elle n’osait bien l’avouer. Joey était finalement la seule personne qui connaissait ses noirs secrets, car elle les avaient vécus avec elle, et sa soeur était l’une des rares personnes à qui Bobbie n’avait jamais à mentir. Sentir l’étreinte de sa soeur lui fait un bien fou de nouveau, elle ne savait comment elle pouvait avoir la chance de l’avoir … « Je vois... Peut être que si j'avais allumé ma télé, j'aurais pu apercevoir son visage.Dis moi, comment il est ? Tu penses que je vais le reconnaître si un jour il rentre à la maison ?  » La jeune femme ne comprenait pas toujours les relations que pouvait entretenir Joey avec son mari, elle ne pu cependant s’empêcher de noter une certaine amertume dans ses propos. « Quand est-ce que c’est la dernière fois que tu à eu de ses nouvelles dit moi ? Est-ce que je tu veux que je m’en charge ? » la seconde question était une plaisanterie, mais pas vraiment. Elle ne supportait pas que l’on touche à sa soeur, et était toujours prête à ramener l’artillerie lourde à tout moments. Qu’il s’agisse d’un idiot lui parlant mal à l’hôpital, ou alors de son mari qui ne lui donnait pas de nouvelles préférant sa carrière à sa femme. « Et toi ta journée de travail ? Pas trop difficile ? Ca faisait longtemps que je ne t'avais pas vu à la maison !  » Joey lui tira la langue après s’être servit dans le paquet de chips qu’elle tenait dans les mains, et cela la fait sourire malgré elle qu’elles ce comportent parfois encore comme les enfants qu’elles n’ont jamais pu être. « Oh la routine tu sais … J’avais besoin de me retrouver dans un endroit, convivial. » Elle ne pouvait jamais vraiment s’étendre là dessus, c’était parfois frustrant de ne pas pouvoir raconter à sa soeur toutes les choses passionnantes qu’elle faisait. Elle avait besoin de ce retrouver dans un endroit ou elle n’avait pas à mentir en permanence surtout quand absolument toutes ses pensées étaient tournées vers son passé. « Tu te rends comptes que nous n'avons toujours pas fait de sapin ?  » à ses propos Bobbie hausse les épaules. Enfant peut être avait-elle un jour aimé Noël, aujourd’hui cela n’était plus le cas, car il s’agissait pour elle d’une fête purement commerciale.Cependant elle appréciait de pouvoir passer un peu de temps avec les personnes qu’elle appréciait. Un instant elle regarde en silence l’endroit ou sa soeur imagine déjà le dit-sapin, et dans un soupir elle ce lance. « J’ai revu Jason. » La bombe était lâchée, et en disant cela elle ce rend compte qu’elle à réellement besoin d’en parler.
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 17/11/2017
›› Love letters written : 146
›› It's crazy, I look like : Rachael Taylor
MessageSujet: Re: [BOBBIE] DREAM Mar 9 Jan - 20:23

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Dream ».

FT. BOBBIE

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Joey n'était pas habituée à voir Bobbie souvent ces derniers temps et elle ne pouvait lui en vouloir, elle-même était trés occupée et ne savait plus où donner de la tête. Entre son travail entrecoupé de ses visites chez sa gynécologue, elle n'avait que peu de temps pour elle et c'était parfois frustrant. Depuis combien de temps n'avait-elle pas prit de bain ? Ou depuis quand n'avait-elle pas fait ses ongles ? Bien trop longtemps pour s'en rappeler. Pourtant, elle avait été soulagée de voir sa soeur ce soir, parce qu'elle n'aurait pas supporté de se retrouver seule face à soi-même, parce que le verdict avait été sans appel, la ménopause précoce. C'était le fléau qui la touchait et elle avait cru que la terre se dérober sous ses pieds. Comment allait-elle l'annoncer à son mari ? Son mariage battait déjà de l'aile alors elle se voyait mal lui parler de son incapacité à avoir un enfant. Joséphine était amère, il lui manquait terriblement, à cause de lui, de ses silences, elle avait cédé à d'autres bras, elle avait rompu ses voeux de mariage et elle peinait à se regarder dans une glace. Elle n'en avait pas parlé, personne ne connaissait l'existence de Duncan dans sa vie, mais à présent elle avait besoin de parler à coeur ouvert avec sa petite soeur. Alors, quand celle-ci évoqua son mari, elle ne pu s'empêcher de se renfrogner. La cancérologue sauvait des vies, tentait de trouver des remèdes aux maladies incurables mais lorsqu'il s'agissait d'elle, la jeune femme était tout simplement incapable de se prendre en main. Néanmoins, elle esquissa un léger sourire à la boutade de sa soeur, nulle doute que si Joey l'avait en face de lui, elle s'en chargerait elle-même et il en aurait pour son compte sans aucun doute.


-Trois mois. A chaque fois que je l'appel il ne répond pas, parfois je tombe même automatiquement sur messagerie, alors j'attends.


Ce n'était pas tout à fait vrai, elle n'attendait pas, elle se consolait dans les bras d'un homme de dix ans de mois qu'elle, c'était bien plus différent que la solitude. Alors la cancérologue tenta de détourner le sujet, elle avait envie de se focaliser sur sa soeur, chacune avaient leurs problèmes et elle préférait pour le moment se consacrer sur ceux de Bobbie. Piquant des chips dans le paquet, elle apprécia le mélange salé qui se formait dans son palais tandis qu'elle fixait sa petite soeur. Visiblement, elle aussi semblait ressentir la solitude ces derniers temps, elles n'étaient pas soeur pour rien c'était un fait. S'asseyant sur le canapé, elle porta son regard sur le sien:

-On est jamais mieux que chez-soi non ?


Les fêtes, ça faisaient bien longtemps qu'elles n'y participaient plus, mais chaque année, Joey essayait tout de même d'amener un peu de magie dans leur foyer, pourtant cette année elle n'en avait pas eu le coeur. Jason. A ce prénom elle se figea, parce qu'elle savait ce que ça représentait pour Bobbie et les souffrances que ça engendrait et parce que ça la ramenait face à sa trahison à elle. Néanmoins, le jeune homme ne lui avait pas parlé de ce détail malgré le fait qu'ils soient toujours restés en contact. Montrant la place à côté d'elle, Joey intima alors:

-Viens t'asseoir à côté de moi.


Lorsqu'elle prit place à côté d'elle, Joey lui prit la main, sachant que c'était un moment important pour Bobbie, elle ne parlait que rarement du passé en particulier lorsqu'il s'agissait de Jason, alors elle était heureuse qu'elle le fasse ce soir avec elle, parce que c'était ainsi qu'elles fonctionnaient, elles avaient toujours été présentes l'unes pour l'autres.

-Qu'est-ce qu'il s'est passé



(c) ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


MessageSujet: Re: [BOBBIE] DREAM

Revenir en haut Aller en bas

[BOBBIE] DREAM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Airport area :: nothing like home
-