Partagez|

Just give me a reason. [Oz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 25/11/2017
›› Love letters written : 111
›› It's crazy, I look like : Natalie Dormer
MessageSujet: Just give me a reason. [Oz] Dim 26 Nov - 17:32

Just give me a reason
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Bip bip. Je jette un coup d’œil à mon réveil. Il n’est que 2h du matin. Ce n’est donc pas le réveil qui sonne mais bien mon téléphone. Je saute immédiatement de mon lit parce que, je sais d’avance qu’à cette heure-ci, c’est forcément l’hôpital et puisque je suis d’astreinte aujourd’hui, ils ont besoin de moi. Je fonce dans la salle de bain en évitant de claquer les portes pour ne pas réveiller ma mère et rentrer avec une montagne de reproche, plus tard. Après une toilette rapide, je relève mes cheveux en chignons mal fait, courant en même temps vers mes clés. J’attache mon jean en passant la porte et je souffle enfin lorsque je démarre. Je sais que ce n’est pas la vie rêvée mais pourtant, elle m’empêche de rester trop longtemps avec mes pensées. Elle m’empêche de penser à mon ancienne addiction. Elle m’empêche surtout de rêver continuellement de mon addiction actuelle.

Arrivée à l’hôpital, j’enfile mes tennis dans la voiture avant de courir à l’intérieur. Le bloc n’est plus qu’à quelques secondes de moi. Surtout si je cours, surtout si l’ascenseur ne me fait pas défaut, surtout si personne ne se glisse devant moi. Il ne me reste plus que le protocole de propreté, vestimentaire et de nettoyage à mettre en place avant de me glisser à ma place, près du docteur qui me réclame continuellement. Parce qu’on se connaît bien. Parce que j’ai l’habitude de savoir ce qu’il veut quelque fois, avant même qu’il ne l’ait demandé. Je sais que je suis sa préférée mais je n’ai aucune raison de m’en vanter. Par contre, j’en profite très clairement en m’améliorant toujours un peu plus, en restant exactement ce qu’il veut que je sois. C’est une habitude chez moi. Tout faire pour correspondre à l’idée que les autres ont de moi. Quand 4h plus tard, je sors enfin du bloc, je sais que je n’ai plus qu’à me glisser sous la douche de l’hôpital et me reposer un peu dans ma voiture avant de reprendre parce que rentrer, ne servirait à rien.

Une douche et un chocolat chaud plus tard, je sors un moment pour me rendre à ma voiture. Je respire un moment l’air extérieur et c’est en jetant un coup d’œil autour de moi, en faisant momentanément attention au monde qui m’entoure que je l’aperçois, contre le mur. Beau à damner une sainte. Même la plus sincère mais surtout indifférent lui, au monde qui l’entoure. Je le connais et reconnais encore, évidemment. C’est même devenu une habitude de le repérer de loin. Lorsque je le vois comme ça, je voudrais être ce genre de filles fortes et assez sûres d’elle pour aller le prendre entre quatre yeux et exiger qu’on parle. Lui hurler que je ne peux pas être tantôt omniprésente puis transparente à souhait mais je baisse les yeux et je sais. Je sais que je ne suis pas et ne serais jamais ce genre-là. Je glisse ma main dans la poche de ma veste et rencontre le papier du chocolat que je me suis prise au distributeur en guise de petit-déjeuner d’après-sieste et je me dis que peut-être. PEUT-ETRE, je pourrais l’utiliser.

Je m’avance un peu, hésitante. Bon sang, c’est dingue ce qu’il en faut du courage même pour marcher. Surtout quand mon cœur me fait défaut. Je m’approche encore, me demandant s’il va le voir lui, ce cœur qui a envie de s’enfuir de ma poitrine alors que je ne lui ai même pas encore adressé la parole. Plus que quelques pas qui nous séparent. Allez, une petite dose de courage et il n’y aura plus rien entre nous. Je m’arrête tout de même à une distance raisonnable, toussote pour signaler ma présence.

« Hey… » Je lâche bêtement, tout comme lui la première fois et je me rappelle la joie immense mélangée au vide intense de n’avoir que ce simple mot. « Ca va ? » Bon, je mourrais d’envie de lui demander, ça, ce n’est pas nouveau. « J’ai du chocolat à partager alors je me suis dis pourquoi pas avec toi? Tu… En veux ? » Je l’ouvre avant de le lui tendre mais j’ai la main qui tremble et j’espère sincèrement qu’il va croire que c’est parce qu’il fait encore froid à cette heure-là. Trop tard pour se raviser de toute façon. Je sais que la raison est débile et que j'aurais pu trouver mieux. Mille fois mieux mais je ne pense de toute évidence pas normalement avec lui dans les parages. J’essaie de capter son regard mais lorsque je le croise enfin, tout ailleurs devient beaucoup plus intéressant. Les fenêtres, les passants et même le mur. C’est certain, pour le côté sûre de moi, je devrais repasser.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 01/08/2017
›› Love letters written : 118
›› It's crazy, I look like : Iwan Rheon
MessageSujet: Re: Just give me a reason. [Oz] Ven 1 Déc - 12:19

Nathaniels s’était réveillé à l’aube comme à ses habitudes, il est parti courir avant d’aller au travail, et puis entre temps il y a eu un moment câlin avec le chat, quelle incroyable créature pensait-il, il réussit tous les jours à lui créer un sourire sur un coeur si lourds. Et puis il était temps de partir pour l’hôpital, sa garde commençait dans une heure, assez pour y aller en vélo comme il le fait chaque jour, sous n’importe quelle météo, le soleil, le froid, la pluie ou la grêle.
A peine arrivé, on le harcela de question, mais comme à son habitude, il répond qu’il ne donnera une réponse que quand il sera changé, et une fois changé, il a effectivement répondu à toutes les questions des internes. Être urgentiste, ça veut dire s’occuper rapidement de cas critique pour la plupart du temps, savoir agir en vitesse, mais être certain de ce qu’on fait. On peut dire qu’Oz a eu un bon entraînement avec l’Afghanistan et il savait très bien que cela serait impossible pour lui de reprendre le métier de simple médecin, c’est trop calme, il aime courir dans tous les sens, il aime sentir son propre coeur battre à cent à l’heure et il aime se sentir utile, et c’est souvent le cas. Voir les patients reprendre du poil de la bête en moins de quelques heures.
Une dizaine de patients en quelques heures, certains pour des cas « inutiles » si on peut le dire comme ça, des cas bien trop rare, une grippe, un entorse ... un bébé avec une bronchiole, certes rien de grave, mais c’est ça aussi être urgentiste, ce n’est pas qu’avoir des cas surprenants.
Une de ses patientes, une vieille dame était à l’hôpital depuis deux mois, de nombreux problèmes et ça ne s’arrangeait pas, il s’en rendait compte de plus en plus, il commençait à se dire qu’il n’y avait pas de solution, malheureusement ça arrive surtout à des personnes de cet âge là. Il soupire, et sent de nouveau son coeur battre la chamade, sa respiration devient rapide peut-être même bien trop rapide, et il a l’impression que son coeur va sortir de sa poitrine et que son cerveau allait exploser, il s’excusa et sortit de la chambre et sortit tout simplement de l’hôpital.

Oz vient souvent se réfugier dans cet endroit, adossé sur ce mur-là. Les psychiatres lui ont dit qu’à la moindre sensation de panique qui pouvait venir il fallait qu’il se trouve un endroit pour respirer et faire un point. C’était donc sur ce mur qu’il faisait son introspection, ici, où il pouvait entendre les oiseaux chanter, le vent frais qui courrait dans ses cheveux en bataille, et où il pouvait entre les klaxons des voitures dans la rue d’à côté. Tant de choses qui pouvaient paraître insignifiantes pour tant de gens, mais pour lui c’est son repère... Il n’est plus en Afghanistan, tout va bien ici. Mais son cerveau ne l’écoute pas et il lui arrive de se sentir déboussolé ou inutile mais c’est loin d’être le cas. Il était perdu dans ses pensées, tout allait à cent à l’heure dans sa caboche. Il n’a même pas vu qu’Ariel s’approchait de lui, son cerveau était bien trop occupé et ses mains jouaient avec ses tag qu’il garde toujours sur lui, cachaient souvent sous sa chemise ou sa blouse... Il sortit de ses pensées quand il entendit sa voix, une voix si pure et douce à la fois. Alors il posa son regard bleu sur le visage d’Ariel, qu’est ce qu’elle est parfaite, pensa-t-il.
« ça va et toi alors ? il te reste combien d’heures de garde ?» effectivement Oz était curieux mais en même temps, il n’avait plus la notion de temps en travaillant ici. Il ne peut pas s’arrêter comme ça parce que sa garde est terminée, il préfère faire le tour de tout le monde, voir la salle des urgences se désemplir avant de rentrer chez lui. Mais pour ce qui est du ça va tout est relatif, il vient de faire une crise d’angoisse en pensant à la fin de vie d’une patiente.  Mais elle lui propose du chocolat, et il lui fit un petit sourire. « il faudrait être un monstre pour refuser du chocolat » et il lui prit un petit bout de ce qu’elle venait de lui tendre, et puis c’était la meilleure chose qu’on pouvait lui offrir à ce moment même, un bout de chocolat, ça aide toujours «  merci » dit il très simplement. Il en avait surement plus besoin maintenant que jamais. Ariel sait une partie de ce qu’il a vécu elle sait son addiction, comment il a réussit à surpasser ça et que pour l’instant il tient, il tient malgré la tentation permanente de piquer une petite pilule pour soulager ses douleurs, ou même ses nuits. Mais il a en lui cette force qui lui dit de tenir sinon il risquerait de perdre tous ses amis  et en aucun cas il avait envie de se retrouver seul de nouveau. La solitude est surement sa plus grande peur, se retrouver seul et repenser à trop de choses, et aussi la peur de perdre son boulot.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 25/11/2017
›› Love letters written : 111
›› It's crazy, I look like : Natalie Dormer
MessageSujet: Re: Just give me a reason. [Oz] Ven 1 Déc - 18:13

Just give me a reason
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Il me répond, tout naturellement. Si naturellement que j’en perds un moment pieds. Très vite, c’est préférable, pour ne pas paraître étrange, je me reprends. J’aime tellement le son de sa voix que ça n’aide pourtant en rien. Non, réellement pas. Chaude, grave, rassurante. Je ne vois ses yeux posés sur moi que très rapidement, très furtivement. Je ne le regarde pas. Pas droit dans les yeux où la scène, cette scène se rejoue inlassablement dans mon esprit. Ou je vais virer au rouge si vite qu’il va se demander si je ne suis pas malade, tout simplement. Comment s’appelle cette maladie encore ? Je l’ai sur le bout de la langue. Lui, la connaît. Il la connaît assurément. Ereutophobie ou…. ? De la fièvre tout simplement. Je sors de mes pensées quand il me demande également quand se termine ma garde. Parce que ça l’intéresse. Je crois. Je lui souris et je jette un coup d’œil à ma montre.

« Moins d’1h  mais j’ai choisi d’enchainer avec une journée normale. Je bosse 24h pour être tranquille après. Et toi ? »

Je choisis de garder sous silence que j’allais essayer de fermer les yeux et de me reposer un peu. D’abord parce qu’il refuserait de me retenir alors que je n’ai aucune envie de m’éloigner. Aucune envie d’être loin de lui. J’aime profiter de chacun de ses petits moments. Ce ne sera jamais comme avant, de toute évidence alors je me nourris de ce qu’il peut me donner. Je le regarde se servir. Il ne fait aucun commentaire sur mes tremblements. Ouf. Je ramène ma main à moi, croque dans mon chocolat. Ça fait un bien fou. Je glisse une main sur mon cou, ferme mes yeux et soupire un petit coup avant de revenir complètement à la conversation, d’être totalement disponible et à l’écoute. Le sourire légèrement béat que je lui lance quand il parle de chocolat semble ridicule mais malheureusement, je ne peux pas me voir dans un miroir. Le mot monstre résonne dans mon esprit et je lâche alors à mon tour, naturellement.

« Et tu es loin d’en être un. » Très très loin. Ce serait même tout le contraire, à mes yeux. Même si je ne suis pas certaine qu’il l’entende de cette manière-là. Je me rapproche encore un chouïa, parce qu’il y a du passage et que je n’ai pas envie de les gêner mais j’ai l’impression de bouffer son espace vitale. J’ai l’impression d’être momentanément de trop mais surtout j’ai l’impression qu’il a besoin d’air. Je me trompe peut-être et je lui tends encore une fois la barre de chocolat. « Tout le plaisir est pour moi Oz. » Et j’aime pouvoir l’appeler par son prénom parce que ça aussi, ça m’a manqué. «  Un dernier morceau pour la route ? » Et même si je n’aime pas partager ma nourriture, avec Oz, c’est un automatisme. C’est une envie. Je n’aurais pu passer ma route sans le regarder ou le saluer. « Tu as déjà pris un petit-déjeuner ? Et non, ce chocolat ne compte pas. » Parce que même si je m’en empêche, je m’inquiète pour lui.



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 01/08/2017
›› Love letters written : 118
›› It's crazy, I look like : Iwan Rheon
MessageSujet: Re: Just give me a reason. [Oz] Dim 3 Déc - 0:09

« t’es courageuse » ça faisait un long moment qu’il n’avait pas fait ça, d’être astrinte pendant 24h, peut être parce qu’il avait ce besoin de retrouver son lit, sa routine et surtout son chat. Il était réellement admiratif devant elle (déjà en général par sa beauté) mais aussi par son courage et sa tenacité. « jusqu’en fin d’après midi. Je sais même pas quelle heure il est donc ... pas mal d’heures je suppose » il passa sa main dans ses cheveux doucement. Il fallait qu’il se distrait lui même pour ne pas la prendre dans ses bras et l’embrasser, c’est toujours dans des moments de faiblesses qui finit par faire des conneries, il allait se contôler.
ll ne lui fit qu’un simple sourire, il ne voulait pas s’étendre sur ce sujet, un sujet quil abordait avec son psy. il se sent comme un monstre, ou plutôt s’était senti comme un monstre pendant des mois. Il en a fallu du temps pour comprendre qu’effectivement il avait tué un de ses collègues mais qu’effectivement c’était pour un « bonne » cause puisque cela avait  éviter la mort de centaines de personnes sur le camp. C’était un mal pour un bien, et ça il avait eu du mal à le voir.
De nouveau il n’allait pas refuser de prndre du chocolat, alors il en reprit comme elle le lui en reproposa. Un carré de chocolat qui fondit dans sa bouche presque instantanément, c’est vrai que le chocolat est addictif il en voulait déjà encore plus, et souvent, le soir il allait s’en manger une entière tout seul dans sa chambre et Simon viendrait le voir pour lui dire qu’il ne devrait pas faire ça que ça va le rendre malade, mais comme à son habitude il n’a pas pu s ‘en empêcher. Il aimait la façon dont elle prononçait son prénom, ça sonnait si doux, si beau alors que quand on le connait, qu’on sait ce qu’il sest passé c’est loin d’êtr le cas. Il aime quand elle est là, elle arrive à le canalyser aussi bizarre que cela puisse paraitre, il n’a besoin que de la savir proche pour se sentir tout de suite plus calme.
Elle lui demanda s’il avait mangé quelque chose, il hausse les épaules « pas depuis qu je suis parti de chez moi. Mais ça va » c’était pas ça le problème, non. Le problème c’est ses angoisses, sa peu. Son estomac, quant à lui, fonctionne toujours très bien, il se fait entendre quand il a besoin mais il ne mentait pas ça allait pour l’instant.
« Pas besoin de t’inquieter pour moi Mademoiselle Rose. Je suis un grand garçon je sais me débrouiller » il lui fit un sourire, tout est relatif de nouveau, un grand garçon qui, y a moins de six mois était en rehab pour une addiction qu’il a developpé sur le même lieux qu’il se trouve aujourd’hui. « pas trop de patient chiant aujourd’hui? » il voulait savoir comment ça se passait dans les autres services, lui, est au urgences, et il se fait très souvent engueuler pour l’attente et comme d’habitude il répond qu’on prend par rapport à la gravité du maux, et que forcément s’il vient pour une micro coupure de papier ça va prendre des heures. Que les accidents passent avant, que les enfants, et les femmes enceintes ainsi que les personnes agées aussi.
Il met la méchanceté de certains malades sur le coup de la peur. Il sait très bien qu’après ils changent de personnalité du tout au tout. Un peu comme lui quand il est avec les autres, et lui quand il est avec Ariel, avec Ariel il est calme et posé, alors qu’en dehors ce n’est pas le cas. Un ange avec Ariel, un démon dans la vraie vie qui se bat pour gagner de l’argent.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 25/11/2017
›› Love letters written : 111
›› It's crazy, I look like : Natalie Dormer
MessageSujet: Re: Just give me a reason. [Oz] Dim 3 Déc - 15:28

Just give me a reason
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je l'entends me dire que je suis courageuse et dans sa bouche à lui, cela sonne comme une vérité absolue. Je sais pourtant que cela n'a rien à voir avec ça mais je n'ai pas la force de lui dire qu'il se trompe. Surtout que pendant un moment, j'y crois. J'y crois réellement. Pourtant, je choisis quand même de l'orienter vers la vérité sans le contredire. "J'ai surtout besoin d'argent, alors..." Je ne m'étale pas. Comme nous tous, lui aussi doit avoir des remboursements à faire. Il n'en a juste pas hérité après la mort de son père, comme moi. Et surtout, bien plus que mon petit malaise, je suis entièrement concentrée sur le sien. Pourquoi es-tu dehors Oz? Qu'est-ce que tu fais là tout seul? C'est ce que j'aurais réellement envie de lui demander, c'est ce que j'aurais réellement envie de savoir. Malheureusement, il est hors de question d'être trop sentimentale ou trop proche. J'ai bien compris que ce Oz, face à moi, n'est pas le même que j'ai pu voir en réhab. A cause du lieu ou à cause du temps qui a passé. Je n'en sais rien et n'en saurais peut-être jamais rien. Je jette un coup d'oeil à ma montre. "Il est bientôt 8h." L'heure à laquelle je retournerais à l'intérieur, où je devrais m'éloigner, le quitter et ignorer complètement quand je le reverrais. Je crois que c'est ça le pire. Etre passée de la voisine de chambre, puis la fille qui dormait dans son lit à la collègue de travail.

Je ris tout doucement quand il m'appelle mademoiselle Rose, sentant mon coeur faire un bon dans ma poitrine. Mademoiselle Rose. Rien que ça. Il me demande de ne pas m'inquiéter pour lui, me rappelle qu'il est grand. Oh ça, il y a peu de chance pour que je l'oublie. Oz est une grande personne, Oz est indépendant, Oz veut et peut se débrouiller seul. Il est fort, il l'est assez pour vivre avec ses affreux cauchemars et recommencer à vivre chaque matins comme si de rien était. Non, même en essayant très fort, je ne pourrais faire abstraction de ce détail. "Je sais mais tu n'y es pas obligé, tu sais. Te débrouiller seul." Juste pour qu'il sache Oz. Que je suis là, quand il veut, je le serais sûrement toujours je crois. Parce qu'une partie de moi reste cette fille qui a trouvé sa nouvelle drogue lors de la réhab. Une grande partie de moi a besoin de lui, désespérément.

Et c'est finalement à lui de s'intéresser à une partie de ma vie. Celle du boulot. Je ne suis pas certaine que ce soit de l'intérêt, de la curiosité ou juste de la politesse mais ça me fait tout de même plaisir de pouvoir en discuter avec lui. "La plupart du temps, je suis au bloc mais sinon, non. J'ai beaucoup de mal à trouver les patients chiants." Je n'ai pas envie d'avoir pitié d'eux mais ma compassion est tellement grande que je suis incapable de leur en vouloir. Bien qu'il y ait des exceptions. Comme lorsque ma mère me rend dingue et me donne envie de faire des meurtres. Les règles voudraient que je sois impartiale, que j'oublie ma vie privée en passant la porte mais je n'y arrive pas. Pas tout le temps. La preuve encore aujourd'hui, me voilà face à Oz, rêvant, espérant un rapprochement. Même un retour en arrière me plairait à ce moment, ce qui est pathétique.

C'est à ce moment que je me fais bousculer me rattrapant très maladroitement sur le torse de Oz, écrasant très joliment, salement surtout le chocolat sur sa blouse. Prise au dépourvu mais surtout, dans une position où je suis momentanément incapable de bouger, de faire un seul mouvement. Je croise son regard océan encore. Je m'y plonge. Encore. Je ne suis plus sur Terre avant de sursauter, de reculer et de sortir un mouchoir pour frotter maladroitement le chocolat sur sa blouse. Ce qui est inutile, puisqu'il en a sûrement des tonnes et qu'il lui suffirait de les changer. Il me suffit de le toucher pour être complètement hors du temps. Quand je m'en rends compte, ce qui malheureusement prend un temps fou, je le regarde en rigolant, aux éclats cette fois. "Oh Oz, je suis désolée. T'es bon pour aller te changer." J'entends au loin la personne qui m'a bousculé s'excuser en continuant sa course. Les patients ne sont pas agaçants, mais les visiteurs, ça reste à voir. Je fais une grimace en le cherchant des yeux. "Je suppose que tu ne peux pas rester trop longtemps si tu es en service mais peut-être qu'on pourrait manger ensemble si tu as du temps ce midi?" Je sais que les urgences sont très souvent prises mais qui ne tente rien n'a rien et puisque je n'ai plus rien à perdre après la maladresse et l'impotence dont je viens de faire preuve.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 01/08/2017
›› Love letters written : 118
›› It's crazy, I look like : Iwan Rheon
MessageSujet: Re: Just give me a reason. [Oz] Jeu 7 Déc - 21:44

« C’est tout ? J’ai l’impression d’être là depuis six heures au moins. » et non ça faisait à peine deux heures qu’il bossait. Il pouvait sentir que cette journée risquerait d’être extrêmement longue. Mais il fallait faire avec de toute façon. Il n’était pas du genre à rentrer plus tôt mais plutôt à partir une heure après la fin de sa garde, il faut remplir des papiers, préparer ses affaires pour le lendemain. Et oz est un peu parano sur les bords ayant toujours peur d’avoir oublié quelqu chose, alors il vérifie souvent une seconde voire une troisième fois ce que lui même à fait.

Elle s’inquiétait pour lui, c’était mignon, mais effectivement à trente-cinq ans il sait se débrouiller seul même si elle la vu dans une période difficile de sa vie, il a toujours sû se débrouiller seul, adolescent aussi quand il était en foyer il venait et rentrait tous les jours à pieds même si ça lui prenait une heure de sa vie, il avait le temps de se détendre, de profiter du soleil, et souvent en chemin il allait s’acheter quelque chose, souvent un donuts. Il peut oublier beaucoup de choses mais manger ne fait pas partie de ses choses. Dormir est un autre sujet. Il savait très bien qu’elle voulait simplement lui montrer qu’elle était là pour lui, mais il est souvent aveugle à ce genre de chose, il venait tout juste de comprendre, qu’il lui fit un sourire. « et toi de même, si t’as besoin de changer d’air tu peux venir me voir. ». Traduction, si t’en as marre de tes parents mon appartement a un canapé, enfin le connaissant elle prendrait son lit et lui le canapé, il reste gallant dans toute situation.

Ozbourne s’était permit de lui poser une simple question, si les patients n’étaient pas trop chiants, il sourit quand à sa réponse. Il faut croire que les autres services sont plus chanceux que les urgences. « bon bah c’est que les urgences alors » dit-il avec un grand sourire aux lèvres. «  la plupart des patients veulent être guéris avant même d’être traités, sauf qu’on est pas des magiciens... enfin je ne pense pas. » toujours un grand sourire aux lèvres, il venait de faire une petite blague alors forcément il était presque fière de sa connerie. Il fallait qu’il se détende alors il faut faire des blagues ça fait toujours du bien. Et il avait hâte de voir un sourire se dessinait sur le visage de la belle blonde.

Oz n’a pas eu le temps de comprendre ce qui venait de ce passer qu’il tenait Ariel dans ses bras, leurs deux visages à seulement quelques centimètres, il ne pouvait pas s’empêcher de la fixer, elle était si belle, si douce, et l’avoir aussi proche de lui, elle sentait divinement sucrée. Il avait envie de l’embrasser encore une fois. Et puis il se rendit compte de la tâche qu’il y avait sur sa blouse. Il haussa les épaules, c’est le moindre de ses soucis, il en avait toujours une ou deux propres dans son casier justement au cas où il se sallisse, souvent c’est plus du vomis que du chocolat, au moins l’odeur était plaisante. « C’est pas grave » Il se dit qu’il y a bien pire dans la vie que de devoir aller se changer. Elle lui demanda s’il voulait manger avec elle ce midi, il lui sourit légèrement et passe sa main dans ses cheveux comme quand il est nerveux. Il sent son stresse redescendre petit à petie, il la regarde, ses grands yeux bleus dans ceux de son interlocutrice. « Avec plaisir, ca fait ... longtemps. » et oui c’était le cas, la dernière fois qu’ils ont mangé réellement ensemble c’était en cure, et il avait l’impression que ça faisait maintenant une éternité qu’il en été sorti alors qu’en faite ça ne fait que quelques mois.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


MessageSujet: Re: Just give me a reason. [Oz]

Revenir en haut Aller en bas

Just give me a reason. [Oz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Downtown l.a :: downtown hospital
-