Partagez|

✭ WHAT IS DONE IN LOVE IS DONE WELL (w/eden)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 30/06/2017
›› Love letters written : 724
›› It's crazy, I look like : patrick j. adams
MessageSujet: ✭ WHAT IS DONE IN LOVE IS DONE WELL (w/eden) Sam 25 Nov - 20:43

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Eden and Evan Ashmore
WE'VE BE THROUGH A LOT TOGETHER, YOU AND I
---------------✭---------------

Evan trichait et avait beaucoup triché dans sa vie. Cela ne lui posait aucun problème de conscience la plupart du temps. Il avait triché pour obtenir son poste actuel, il trichait parfois pour obtenir les meilleurs contrats, il trichait sur ses intentions, dans son mariage et dans ses relations extra-conjugales et même parfois amicales. Evan était un tricheur et il l’avait toujours plus ou moins été. Pour autant, il y avait certaines personnes avec lesquelles il ne trichait plus. Ces personnes qui avaient appris à le connaître et qui voyaient en lui, bien plus qu’un homme puissant, qu’un homme égocentrique et que ce véritable requin que certains décrivaient. Evan Ashmore avait ce double aspect de sa personnalité que peu avait la chance de voir. Comme s’il se protégeait du monde extérieur, il préférait qu’on le voit comme un être manipulateur, égoïste, sans véritable morale et particulièrement hautain. Il préférait qu’on l’assaille de ces qualités qui n’en n’étaient pas, plutôt qu’on voit l’homme qu’il pouvait être de temps à autre. Un homme blessé, meurtri par une rancœur qui avait fait de lui un être différent et par cette compétition qui avait bercé son quotidien depuis ses premiers cris. On l’avait formaté ainsi. Son père l’avait formaté ainsi, lui et Connor et cela avait toujours été comme cela. Si bien qu’ils y étaient habitués et vivaient ainsi sans penser une seule seconde que cela pourrait être autrement. Mais bien au delà de ce formatage, Evan pouvait s’avérer être un homme différent. Il l’était seulement qu’avec ces personnes qui étaient parvenues à passer au delà de cette façade qu’il entretenait depuis toujours. Anya par exemple. Il n’avait aucun secret pour elle –parfois même, il lui disait peut-être trop de chose à son goût. Plus encore elle voyait en lui un homme bien moins superficiel et bien plus fragile et quelque part, bien plus humain. Il essayait de ne pas tricher non plus avec Sara, parce qu’elle essayait toujours avec lui, mais il enchaînait les maladresses avec sa jeune sœur, sans même s’en rendre compte. Et à côté, il y avait Eden. Eden devenue Ashmore depuis de nombreuses années, Eden née Pearson. Avec elle, il ne trichait pas non plus. Pour la simple et bonne raison qu’elle connaissait beaucoup sur lui pour le connaître depuis l’enfance et que leurs blessures avaient été un temps similaires, si bien qu’ils s’étaient ouverts l’un à l’autre alors même qu’ils n’étaient pas prédestinés à cela. Après tout, ils étaient censés se détester. Parce qu’Evan avait refusé qu’un mariage arrangé ait lieu entre eux, alors qu’ils étaient encore jeunes, qu’il lui avait préféré sa jeune sœur, et qu’elle était aujourd’hui la femme de son ennemi juré, ou autrement dit, son frère Connor. Mais aussi étrange que cela puisse paraître, Eden était devenue importante pour lui d’une toute autre manière. Il avait appris à la connaître, lors de ces repas de famille où l’attention était constamment portée sur Connor ; et puis ils s’étaient découverts des points communs lorsque tous deux avaient été trompés par leur conjoint. C’était terrible à dire mais Evan avait finalement aimé qu’Eden et lui puissent se soutenir durant cette épreuve et il n’était pas mécontent d’avoir passé tout ce temps avec elle pour, au delà de partager leur malheureuse expérience, penser à autre chose et combler un certain vide. C’était inattendu, mais finalement ces deux là n’étaient pas si différents l’un de l’autre et s’entendaient agréablement bien. Comme quoi, tous deux avaient fait du chemin, et il était loin derrière eux, le temps où ils n’étaient que haine et répulsion pour l’autre. Ils s’adonnaient même à ce petit jeu dangereux depuis plusieurs années. Ce petit jeu du flirt sans aucune arrière pensée, simplement lorsque leurs époux respectifs étaient présents, histoire de finalement, leur rendre la monnaie de leur pièce. Et même si Evan n’était plus aujourd’hui avec Ophelia, que divorce avait été prononcé, il lui prêtait toujours main forte auprès de Connor. Parce qu’ils se soutenaient et qu’il aimait voir cet agacement dans le regard de son aîné. Par ailleurs, Eden était son moyen de faire perdurer une relation entre lui et son neveu. Neveu qu’il aimait plus que tout, qu’il gâtait à une trop grande mesure et à qui il donnait tout son amour, son véritable amour, sans bornes. Il ne le faisait pas ou peu lorsque Connor était présent. D’ailleurs il était impensable pour lui de se rendre à la demeure du couple en présence de Connor –outre extrême urgence-, mais dès lors que celui-ci était absent, et que Isaac le réclamait, il venait toujours avec grand plaisir. Evan n’avait pu avoir d’enfant. Ca n’était pas faute d’en avoir désiré et d’avoir essayé par le passé avec Ophelia, mais les choses avaient fait qu’il n’en avait pas eu et que cela était probablement un de ces plus grands regrets. Si bien qu’il reportait tout l’amour qu’il pouvait avoir en réserve, sur cet enfant, pour lequel il voulait être le meilleur des oncles. En début d’après midi, Eden lui avait envoyé un message, pour lui faire savoir que Isaac ne faisait que le réclamer. Evan n’était pas certain qu’il ne le faisait pas uniquement pour les cadeaux qu’il lui faisait à chaque fois qu’une réunion de famille se présentait, mais il était toujours très heureux d’entendre que l’enfant le demandait et trépignait d’impatience de le voir. Evidemment, Evan avait répondu par l’affirmative, callant un moment de sa journée pour se rendre chez Eden et Connor. Et parce qu’il avait toujours mis un point d’honneur aux bonnes manières, qu’il n’avait pas vu Isaac et Eden depuis quelques semaines, il ne vint pas les mains vides. Planté devant la porte d’entrée de l’imposante demeure qui se trouvait non loin de celle qu’il partageait auparavant avec Ophelia et où il n’habitait plus depuis quelques mois, il tenait entre ses mains un jolie bouquet de fleurs dont l’odeur enivrait jusqu’à ses propres narines, et un énième jouet pour ajouter à la collection de l’enfant. Il avait même ramené les chocolats préférés du petit garçon –même s’il savait très bien qu’Eden allait le réprimander pour cela. Mais après tout, c’était l’heure du goûter et il s’était mis en tête de ne pas laisser mourir de faim cet enfant. Il frappe alors à la porte et patiente sagement alors qu’un immense sourire nait dès lors qu’il découvre le visage étincelant de sa belle sœur. « Toujours aussi resplendissante Pearson ! » C’était une vieille habitude qu’il avait conservée depuis le lycée, depuis cette époque où il avait rencontré Eden. Il l’avait appelé par son nom de famille et cela était resté, traversant les années, alors même que ce nom n’était plus aujourd’hui celui qu’elle portait d’usage. Il embrasse rapidement sa joue avant d’entendre des petits pas précipités, accompagnés d’un cri strident, arriver vers lui. « Et voilà, le plus beau des Ashmore ! » Il se baisse alors pour accueillir l’enfant qui lui saute littéralement dans les bras. Il l’enlace de bon cœur malgré ses bras chargés. « Après moi bien sûr ! » Un petit rire s’échappe face à cette plaisanterie qui illustrait à la perfection la personnalité du jeune homme. Il parle quelques instants à l’enfant, lui présentant son nouveau jouet, ainsi que ce qui allait probablement lui faire avoir des carries mais qui n’était que bénédiction pour un enfant de son âge. « Et pour la plus belle des Ashmore. » Evan se relève et tend le bouquet de fleurs à Eden, ne manquant pas de l’accompagner un petit clin d’œil qui se veut charmeur. Comme il faisait toujours avec Eden après tout. Ceci en sachant pertinemment que Connor ne cautionnerait probablement pas cela et peut-être même Laurel…
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 04/11/2017
›› Love letters written : 105
›› It's crazy, I look like : Jenna Dewan
MessageSujet: Re: ✭ WHAT IS DONE IN LOVE IS DONE WELL (w/eden) Lun 18 Déc - 21:11


“Sure, on a larger scale, it was healthy to have people out there you cared about more than yourself. She knew that. But then there was the abject fear you would lose it. They say possessions own you. Not so. Loved ones own you. You are forever held hostage once you care so much.”
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Elle peut sentir cette respiration chaude sur son derme, le souffle de son enfant qui dort encore paisiblement dans le lit conjugale après un énième cauchemar qui a réveillé la jeune mère en pleine nuit. Un centième monstre sous le lit qu’elle ne peut chasser seulement avec des mots. Elle a cédé, encore une fois, aux yeux remplis de larmes de l’enfant demandant de dormir dans le lit des ses parents. Il s’est assoupie entre Connor et elle aux petites heures du matin. Et maintenant qu’elle ouvre les yeux, elle ne sent plus cette chaleur rassurante de son époux dans le lit, cette forme chaude qu’elle aime tant. La petite brune ouvre les yeux lentement, son regard tombant sur le réveille matin dont les chiffres rouges indique l’heure beaucoup trop matinale. Eden n’a jamais été douée pour faire la grasse matinée ou pour prendre du temps pour elle, elle n’a jamais été ce genre de femme qui aime attendre que son mari rapporte le pain et le beurre à la maison pendant qu’elle prépare des petits plats chauds et qu’elle apprend les mathématiques à ses enfants, tout en s’occupant la lessive et qu’elle répare des peluches malmenées. C’est donc sans trop de difficulté qu’elle s’extirpe du lit pour filer sous la douche, profitant du fait que Isaac est toujours dans les bras de Morphée pour faire sa routine matinale. Pour beaucoup, Eden a la vie parfaite, cette vie fait de coton et de sucre qui n’a rien de difficile et avec plus de plaisirs que de drames. Cependant, ce n’est pas réellement le cas, elle le sait mieux que personne, étant aux premières loges des dégâts causés à sa famille. Dans la majorité des cas, Eden n’a été que le dommage collatérale, subissant les blessures sans en prendre part. Le mode de vie de sa famille a emmené le suicide de son frère aîné, a entraîné plusieurs disputes qui ne sont pas explicable encore aujourd’hui et qui perdent leur valeur avec le temps, plus que les minutes s’écoulent. Elle ne s’est pourtant jamais vu comme une victime, ne désirant pas être vu comme telle dans aucune des situations qui a frappé sa famille, sa vie, qui a forgé son caractère. Ça ne fait pas partie de sa personnalité, de ce caractère fort et froid qui lui est attribué. Elle trempe ses lèvres dans sa première tasse de café de la journée quand le bruit de petits pieds dans l’escalier se fait entendre et quelques secondes plus tard, un petit garçon brun en pyjamas à l’effigie de Superman apparaît dans la cuisine, les regards encore remplis de sommeil. « Maman ? J’ai faim. » Les premiers mots de l’enfant prodige prononcé d’une voix endormie  lui arrache un sourire. Elle abandonne le dossier qu’elle lisait avant l’arrivée de l’enfant dans la cuisine et elle se remet sur pied pour lui servir un bol de céréales pendant qu’il grimpe sur le tabouret de l'îlot adjacent à celui qu’elle occupait quelques secondes plus tôt. « Il est où papa? » Eden dépose le bol et un verre de jus d’orange devant son fils avec un léger sourire. Cette question, elle l’entend souvent, bien que Connor n’est pas un père absent et qu’il est là aussi souvent que possible. C’est surtout que son mari n’est pas souvent là au réveil de l’enfant, évoquant des questions dont les réponses sont souvent les mêmes. Elle sait également que cette question est aussi une demande à savoir si c’est la journée où Connor prend congé pour jouer avec lui, pour lui apprendre comment lancer une balle de baseball ou à faire du vélo sans les roues de secours. « Papa est au travail aujourd’hui, mon chéri. Il sera là ce soir pour te mettre au lit.»  Isaac attaque son petit déjeuner avec appétit, vraiment heureux d’avoir ses céréales favorites, celles que Eden déteste parce qu’elles sont principalement faites de sucre et de chocolat, mais qui achète la paix une fois sur deux. « Il peut me lire Peter Pan ce soir?» demande-t-il avec de grands yeux brillant, du lait sur sa figure adorable.  « Bien entendu mon coeur, maintenant mange. » Ce que l’enfant fit, dévorant son petit déjeuné avant de filer se changer pour enfiler des vêtements présentables et faire ses devoirs avant de pouvoir finalement jouer avec les petites voitures qu’il adore alors que sa mère planche sur des détails de son travail, révisant des dossiers de comptabilité, vérifiant plus souvent autrement que l’enfant se porte bien. Mère poule ? Eden l’est jusqu’au bout des ongles. Un trait de caractère qui agace réellement ses proches. Elle sait qu’elle est trop protectrice, qu’elle a peur qu’il arrive quoi que ce soit à son enfant et par moment, elle se dit que c’est cette peur est l’une des raisons pour lesquelles Connor refuse d’avoir un second enfant avec elle, peut-être parce qu’il croit que cela se doublera avec un deuxième bébé. Un conflit qui perdure un peu trop dans ce couple pourtant parfait aux yeux de tous. Elle est tirée de ses songes par la sonnette qui retentit et elle dépose son stylo pour ouvrir. Elle découvre le visage familier et séduisant de son beau-frère sur le pas de sa porte et un sourire éclaire son visage. « Toujours aussi resplendissante Pearson ! » Elle lève les yeux au ciel, amusée alors qu’il se penche sur elle pour frôler sa joue de ses lèvres. « Tu n’es pas mal non plus, Ashmore. » Sa phrase est ponctué par des cris stridents provenant de derrière elle, témoignant que Isaac fût suffisamment curieux pour quitter ses jeux et venir voir qui était à la porte. Attendrie, elle observe son fils se jeter dans les bras de son oncle avec une énergie propre aux enfants. « Et voilà, le plus beau des Ashmore ! » Eden s’appuie sur la porte pour les observer avec silence, s’attendant à une réplique moqueuse d’une seconde à l’autre. « Après moi bien sûr ! » Isaac éclate de rire alors qu’elle secoue la tête, observant Evan offrir chocolat et jouet à l’enfant qui le remercie avec un baiser sonore sur la joue et une énième accolade. « Merci, tonton! Regarde maman! Des chocolats! » La femme d’affaire lance un regard noir à son beau-frère, n’aimant pas trop que son enfant se gave de sucreries ou qu’il soit aussi gâté qu’il l’est avec son oncle et ses tantes.  « Je vois ça.» Sa voix un est un peu plus froide que voulu malgré tout. Elle ne peut rester longtemps fâchée contre Evan, en réalité, elle n’est pas fâchée du tout. Elle fait mine de l’être. « Et pour la plus belle des Ashmore. » Elle sourit en acceptant les fleurs, amusée par le clin d’oeil qui lui offre et qui mettrait son mari en rogne s’il voyait cette scène. « Merci, Evan. Tu n’es pas obligé de nous offrir autant de cadeaux, tu sais ? Dois-je dire à Connor que c’est de la part d’un admirateur secret? » Elle s’efface pour le laisser entrer dans la maison alors que Isaac lui prend la main pour le guider vers le salon, voulant visiblement jouer avec son oncle et son nouveau jouet. « Mais manan, j’aime quand tonton me donne des cadeaux!» Lance l’enfant avec un enthousiasme enfantin. « Isaac! Evan ne vient pas simplement pour t’offrir des cadeaux, ce n’est pas le Père-Noël» L’enfant rigole devant l’air offusqué de sa mère, un trait de caractère qui appartient sans doute aux Ashmore, principalement à Evan.  


Revenir en haut Aller en bas

✭ WHAT IS DONE IN LOVE IS DONE WELL (w/eden)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Triangle platinum :: nothing like home
-