Partagez|

(romy) écoute ton coeur quand il te parle tout bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 23/07/2016
›› Love letters written : 341
›› It's crazy, I look like : La belle Emmy Rossum
MessageSujet: Re: (romy) écoute ton coeur quand il te parle tout bas Mer 20 Déc - 11:55

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je levais les yeux au ciel, les surnoms ce n'était clairement pas notre truc, alors entendre Mason dire qu'il pourrait en prendre l'habitude, ça me faisait plus rire qu'autre chose, je me voyais mal l'affubler de surnom plus stupide les uns que les autres. Je pinçais doucement les lèvres tout en réfléchissant. « Tu préfères "mon amour", "mon roudoudou", "mon chou à la crème" peut-être ? » Je gardais mon sérieux le plus longtemps possible évitant d'exploser de rire comme une dingue. Même si la situation à mes yeux était réellement comique. J'aimais d'ordinaire tellement me moquer des couples dans la rue, ces gens bien trop démonstratifs s'embrassant à coup de "t'es l'amour de ma vie", à vomir. Je pensais sans doute comme ça, parce que de mon côté je n'avais jamais eu ce genre d'histoire, rien de fou, rien d'épique, juste quelques histoires sans grande importance. Je regardais Mason, les yeux écarquillés et une main sur le coeur. « Quoi, tu ferais vraiment ça ? Attends, je peux te donner une de mes petites culottes si tu veux, je la porterais tous les jours comme ça. » La groupie était clairement un rôle qui ne m'allait pas. Je ne pus m'empêcher de rire devant la stupidité de la scène. Nous étions réellement deux comiques. Je ne savais plus trop quoi penser, normalement ma relation avec Mason était bien établie dans ma tête, nous étions amis, rien de plus, c'était d'ailleurs ce qui faisait que tout ce passait si bien entre nous, il n'y avait aucune ambiguïté, nous étions claires sur notre relation purement amicale, du moins je ne pensais pas qu'il y en avait une, mais maintenant qu'il avait osé m'embrasser, je devais avouer qu'il m'avait retourné la tête et bizarrement le coeur, moi qui jamais je n'avais osé envisager ce genre de relation avec lui, je devais avouer que pendant quelques secondes qu'avec duré le baiser, j'avais doutée, surtout que comme la grosse faible que j'étais, je lui avais rendu son baiser, un baiser très agréable soit dit en passant, c'était juste agréable d'être touchée comme ça, parce que j'avais l'impression que ça faisait une éternité qu'un homme ne m'avait pas embrassé, c'était sans doute pour ça que j'en avais redemandé. C'était sans doute une grosse erreur, mais sur le moment je m'en fichais. J'avais voulu détendre l’atmosphère et j'avais l'impression d'avoir légèrement échoué, Mason semblait...Ailleurs. Il devait regretter ce qu'il venait de faire et je ne pouvais pas lui en vouloir, je préférais du coup faire comme si de rien, pour ne pas le mettre trop mal à l'aise. Je me relevais à mon tour, lui adressant un petit sourire pour accepter sa demande. « Oui pourquoi pas. » Je croisais son regard, avant de regarder ailleurs, je ne savais pas trop ce qui me gênait d'un coup, son malaise peut-être ? Pourtant nous avions fait bien pire qu'un pauvre baiser innocent sur un coup de tête, mon ventre plus qu'arrondit en était d'ailleurs la preuve. Je lui souriais tendrement avant de hausser les épaules. « Même si je le voulais, je ne pourrais pas, tu ne m'as pas encore donné le double des clefs. » J'étais pour l'instant condamnée à rester enfermé à l'intérieur ou dehors, sans mes affaires, du coup, pas trop le choix. Je m'approchais d'une de mes valises avant de la mettre sur mon lit et de faire glisser la fermeture éclair jusqu'à ce qu'elle s'ouvre entièrement. Je sortais mon ordinateur qui trônait au-dessus de mes affaires et le laissais tomber sur le lit, j'en aurais certainement besoin dans les jours à venir, maintenant que j'avais cumulé mes jours de congé avec mon congé maternité, je n'étais pas prête de retourner au bureau, mais je n'avais pas l'intention de me tourner les pouces. « Tu pourras me donner tes codes wifi s'il te plaît, j'ai pas mal de taf. » Je continuais de sortir mes affaires, toujours dos à Mason, n'osant plus réellement le regarder, je préférais le laisser mettre tranquillement de l'ordre dans ses pensées.





Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 02/02/2016
›› Love letters written : 3355
›› It's crazy, I look like : jesse lee soffer, le plus beau
MessageSujet: Re: (romy) écoute ton coeur quand il te parle tout bas Ven 19 Jan - 11:29

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
romy james & mason dunham

écoute ton coeur quand il te parle tout bas
En une fraction de seconde, il sent son cœur s’emballer au rythme de leur baiser si chaud et si intense. Il avait finis par fermer les yeux, et le prolongea aussi longtemps que possible, se laissant guider par la fraîcheur de ce renouveau. Par la langue de la jeune femme qui vient chatouiller la sienne, avant qu’il ne réponde aussi simplement, laissant le choc de ses dernières s’unir. Ce n’était pas comme dans ses pensées, ce n’était pas aussi froid qu’il n’avait pensé quand ils avaient échangés autrefois pendant leur nuit. C’était même agréable, trop agréable pour qu’il ne cesse de lui-même. Sa main avait terminé sa course dans la chevelure foncée de la jeune femme, massant ses cheveux aussi intensément qu’elle lui rendait la chose. Perdu dans le chaos de son âme, Mason ne pensait même pas à l'extérieur à ce moment précis. Il ne pensait pas qu'à un moment donné, il pourrait manger la poussière, qu'il pourrait regretter son geste. Pour lui ce baiser ne valait pas grand-chose, en tout cas c'est ce qu'il se disait au fond de lui. Il jouait un jeu douloureux, violente sera sa chute il le sait mieux que quiconque. Mais pourtant, ce jeu il en a dévoré chaque instant, sans y laissé une miette. C’est comme s’il refait toujours les mêmes erreurs, qu’il n’apprend jamais de ses erreurs. Non pas que Romy est une erreur, elle est avant tout une amie, une amie dont il ne pourrait pas se passer à l’heure d’aujourd’hui. Mais l’erreur de croire qu’un solide amour peut résister après une amitié forte, ça c’est une erreur. C’est en tout cas ce que lui a enseigné la vie par le passé. Frôlant la capitulation de l’amour à mainte reprise, d’ailleurs est-ce que Mason Dunham a véritablement survécu au dernier coup bas de Cassandre ? Nul doute que non. Et encore moins leur amitié plus que bancale aujourd’hui, le laissant alors espérer en vain depuis tout ce temps. Temps désormais révolu depuis qu’il a appris pour la grossesse de Romy comme si tout d’un coup, elle lui avait redonné goût à la vie, goût à l’espoir. « Tu préfères "mon amour", "mon roudoudou", "mon chou à la crème" peut-être ? » Horrifié par tous ses surnoms le jeune homme fît une tête surprise, de gros yeux accompagnés d’un « oh » tout juste audible. Il n’en était ni un habitué, ni un adepte. Et pas même Romy ne pourra sans doute le faire changer pour ça. C’est certain ! Enfin secrètement, c’est ce qu’il espérait, car sinon il voyait déjà son cousin Asher se foutre de sa tête. Encore plus depuis la douloureuse défaite du jeune Monroe aux fléchettes. Que ce soit Mason ou Asher, ils sont tous les deux très mauvais perdants ! « Quoi, tu ferais vraiment ça ? Attends, je peux te donner une de mes petites culottes si tu veux, je la porterais tous les jours comme ça. » Mason essayait de reprendre son sérieux malgré la taquinerie de son amie, mais surtout de ne pas paraître aussi gêné qu’il peut l’être. Cela ne lui ressemble pas, encore plus quand on sait ce qu’il s’est passé entre eux il y a quelques mois, et pourtant actuellement, il semblait gêné plus que jamais. Peut-être en parti parce qu’il se pose des tas de questions et qu’il ne comprend pas ce qu’il se passe dans sa tête. Alors comment le dire à Romy, si même lui ne se doute à aucun moment de ses sentiments, de ses ressentis ?! « Et dire que ça existe les groupies de ton genre... » Siffla t’il, sourire au lèvre, dans un vague soupire. Même si ce rôle ne lui était pas des plus compatible, il n’empêche que Mason sait combien ce genre de « fan » existe. Le genre de groupie qui ne veut plus embrasser quiconque si sa star l’embrasse sur la joue, ou ne souhaite plus se laver les mains quand la star la lui touche même en frôlant dans un bain de foule en délire. Parfois ses yeux se posent sur une émission du genre entre fan et star, et Mason est toujours surpris de voir à quel point comment certains considèrent leur célébrité favorite. Quelque chose que Mason ne supporte pas vraiment. « Oui pourquoi pas. Ce baiser avait mit quelque peu de la poudre entre les deux, bien qu’aucun des deux ne semblaient en parler, ou faire comme si c’était gênant. On pouvait voir un Mason assez distant, alors qu’il avait repris entièrement le dessus, se relevant par la même occasion. Il prit l’un des sacs pour le déposer sur le lit, laissant la jeune femme l’ouvrir, avant de reporter son regard sur elle. « Même si je le voulais, je ne pourrais pas, tu ne m'as pas encore donné le double des clefs. » Toujours assise sur le lit, elle finit par sourire, sa réponse douce finit par la faire lever du lit, où elle prit un second sac. Le jeune homme debout, la regarde un instant, et finit par sourire en baissant son regard, d’un regard amusé, « tant mieux alors... » Souffla t’il, sincère. Il n’avait pas envie de la voir partir, encore moins s’éloigner de lui. Même si il n’était pas prêt à l’avouer. Encore moins à la principale concerné. « Tu pourras me donner tes codes wifi s'il te plaît, j'ai pas mal de taf. » Puis finalement, elle laisse la fermeture éclair de son sac s’ouvrir, et en sort son ordinateur pour finalement même plus le regarder. « Moi je voudrais surtout que tu te reposes… » Il voyait bien la jeune femme tourné dos à lui, ne voulant pas relever son visage vers lui. Fixant un instant le mur face à lui, il finit pourtant par compléter la distance entre eux, et prit la main de la jeune femme dans la sienne. Doucement, tendrement. « Promets-le moi Romy… »

made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 23/07/2016
›› Love letters written : 341
›› It's crazy, I look like : La belle Emmy Rossum
MessageSujet: Re: (romy) écoute ton coeur quand il te parle tout bas Lun 29 Jan - 19:01

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je profitais de cet instant, instant qui n'appartenait qu'à nous, mais malgré tout, même si ça avait le mérite d'être réellement très agréable, je savais que ce n'était pas bien, que nous ne devrions pas nous embrasser, je ne voulais pas qu'on en arrive à briser le peu d'équilibre qu'il nous restait, j'avais bien trop peur qu'il s'éloigne de moi, que cette crainte le fasse partir, fuir. Je ne pourrais supporter une telle chose. Me dire qu'une simple envie, un coup de tête, pourrait nous éloigner à tout jamais. Je sentais que quelque chose changeait en moi, qu'il y avait des sensations des sentiments qui commençaient doucement à prendre place, alors que je n'y pensais pas une seule seconde, pour moi, Mason n'avait toujours été que cet ami toujours présent, malgré les coups de gueule, malgré les coups durs, toujours là, quoi qu'il puisse arriver. J'avais juste peur de pouvoir ressentir des choses pour lui, des sentiments qui nous perdrait tous les deux, je préférais mettre ça sur le compte des hormones, ça me semblait simplement plus logique vu mon état. L’expression choquée de Mason après tous ces surnoms plus stupides les uns que les autres, me fit simplement exploser de rire, je ne pensais pas qu'il puisse paraître aussi choqué et en même temps ça ne m'étonnait pas tant que ça, Mason n'était clairement pas le genre de garçon à aimer ce genre de petit nom mielleux. Mais je penserais à le faire, lui en dire un ou deux, juste pour le plaisir de voir son expression se décomposer. "Groupie dans ton genre", je regardais le jeune homme, légèrement choquée avant de secouer la tête. « Tu te trompes, il n'y a personne comme moi. » Dis-je d'un air hautain. Je jouais tellement bien la comédie, que je m'étonnais moi-même. J'adressais un petit clin d'oeil à mon ami et le suivais pour pouvoir ranger mes affaires, j'allais tout de même passer un peu plus de deux mois et demi ici, autant se mettre à l'aise. Je ne comprenais pas trop sa soudaine distance et dans un sens ça me blessais, je soupirais avant de me retourner vers lui, je ne savais pas s'il fallait en parler ou pas, mais je savais que je ne pourrais pas supporter un Mason distant et gêné. « Écoute, on va clarifier les choses tout de suite et mettre ce qui vient se passer sur une folie passagère, on peut même dire que ça vient de mes hormones, mais ne réagis pas comme ça, tu me mets mal à l'aise je te jure et on va pas pouvoir vivre ensemble dans ce genre de condition. » Je voulais simplement détendre les choses, qu'on puisse juste passer à autre chose et qu'il redevienne le Mason que je connaissais. Après tout nous avions fait bien pire qu'un simple baiser, alors autant calmer un peu le jeu. « Mason... » Je soufflais d'un air dépité, je ne pouvais pas rester à ne rien faire, attendre que les journées passent jusqu'à ce que monsieur se décide enfin à pointer le bout de son nez. D'accord un congé maternité était fait pour se reposer, mais pas pour ne rien faire, alors c'était complétement hors de question que j'arrête de travailler. « Je ferais des efforts. » De toute façon il ne serait pas là pour me surveiller h24. Il allait bien devoir travailler, alors je pourrais de mon côté, comme toujours, n'en faire qu'à ma tête. Je n'allais clairement pas passer mon temps, dans le canapé à regarder les conneries qui passaient à la télévision, ce n'était tellement pas moi. J'en profiterais peut-être pour aller voir mes parents et pourquoi pas me rendre sur le tournage de mon frère. Passer le temps quoi. Mais je devais l'avouer, j'avais tout de même un peu peur de m'ennuyer, de simplement en arriver à devenir folle, mais en même temps, Mason avait raison de me demander de me reposer, il le fallait, j'en avais simplement besoin, je ne me souvenais pas de la dernière fois où j'avais dormi plus de quatre heures en une nuit. « Mais si tu t'inquiètes pour le bébé, il va très bien, même si je travaille. » Je haussais les épaules négligemment tout en continuant de ranger mes affaires, je pouvais comprendre son envie de protéger la vie de ce bébé. Il fallait sans doute que je ralentisse un peu la cadence.



Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 02/02/2016
›› Love letters written : 3355
›› It's crazy, I look like : jesse lee soffer, le plus beau
MessageSujet: Re: (romy) écoute ton coeur quand il te parle tout bas Jeu 8 Fév - 15:32

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
romy james & mason dunham

écoute ton coeur quand il te parle tout bas
Il ne savait pas d’où venait cette douleur. Il ne comprenait pas les signes qu’elle lui procurait inconsciemment. Mais il avait mal, dans tout son être, dans chacune des cellules où son sang défilait à vive allure. Il restait distant, lointain comme si désormais il appartenait à un autre monde. Si son corps était bel et bien présent, son âme elle s’était enfermée à clef. Et à vrai dire devait-il passer les clefs à Romy James, cette nana devenue en si peu de temps une oreille à qui se confier, il n’en savait rien. Il ne doute pas de la relation entretenue avec elle depuis son retour à Los Angeles. Il ne doute pas de la fiabilité de la jeune femme, encore moins de savoir si elle a les épaules assez larges pour le supporter, pour l’épauler en toute circonstance. Il ne doute pas d’elle, mais de lui ! Ils en étaient encore à se chercher, à se titiller. Cette relation lui paraît si simple, si agréable à vivre au quotidien, il a tout simplement peur de se laissé aller et de tout perdre. Comme il a tout perdu auprès de cette meilleure amie, Cassandre Mills.  « Tu te trompes, il n'y a personne comme moi. » Dit-elle, tout d’abord sans sourire, presque trop sûre d’elle, il leva les yeux au ciel comme si elle disait n’importe quoi, avant de lui jeter un regard en coin et de s’apercevoir de son clin d’œil. Il finit par sourire légèrement, avant de se douter que cette distance entre eux, poserait problème à la jeune James. D’ailleurs, elle ne tarda pas à vouloir apaiser les tensions d’elle-même, bien que tension n’était sans doute pas le réel mot à employer. Il n’était pas en colère. Il ne lui en voulait pas. Elle se retourne vers lui, et accroche son regard de manière à marquer le coup davantage. « Écoute, on va clarifier les choses tout de suite et mettre ce qui vient se passer sur une folie passagère, on peut même dire que ça vient de mes hormones, mais ne réagis pas comme ça, tu me mets mal à l'aise je te jure et on va pas pouvoir vivre ensemble dans ce genre de condition. » Dire que ça ne lui fait pas plaisir serait mentir tout simplement, il la regarde un instant, il approuve cette initiative, et finit par hocher la tête avant de répondre, « ouais, tu as raison... Je suis… Désolé » Dit-il, sincère, et à la fois perdu. Il ne pouvait pas dire autre chose, ni faire d’autre chose. Avait-il le droit de baisser sa garde au moins une fois dans sa vie ? Très clairement, il en était encore à se le demander. Il n’en avait ni l’envie, ni selon lui le droit. Il n’était pas encore prêt à refaire confiance, à vraiment refaire confiance. Et en même temps, ce n’était pas ce qu’elle lui demandait, chose qui le déstabilise davantage, comme si quelque part, elle prenait ce qu’il y avait à prendre sans en vouloir plus. « Mason... Dit-elle, en tournant son visage vers lui, elle venait de lui dire son prénom dans un murmure, dans une douceur. Elle connaissait les raisons du jeune homme, et ne pouvait pas rester insensible. Je ferais des efforts. » Finit-elle par avouer, l’air plus contrainte qu’autre chose. Son soupire laissa le jeune Américain sans réaction, tandis qu’il la regarde du coin de l’œil. « Tu n’as pas le choix, car si j’apprends que tu te reposes pas, ton bijou je te le confisque ! » Dit-il, en pointant l’ordi de sa tête. Bien qu’une pointe amusée se lisait en lui, elle devait bien se douter qu’il n’est pas né de la dernière pluie, et qu’il ne comptait pas perdre ce combat. Elle devrait s’y faire, maintenant qu’elle est un peu spéciale pour lui… « Mais si tu t'inquiètes pour le bébé, il va très bien, même si je travaille. » Taratata, Mason tourna violemment sa tête vers elle, la faisant pivoter à moitié pour croiser son regard marron, son silence à présent mais surtout son regard parlait pour lui. « Je veux juste que tu te reposes plus que d’habitude, que tu prennes soin de temps, que tu fasses des choses que tu ne fais pas quand tu travailles, tu vois ?! » Il la regarde droit dans les yeux, en s’avançant vers elle. Il la dépassait facilement d’une bonne tête, mais il venait de baisser son regard en sa direction, la regardant avec douceur. Elle prenait de plus en plus en plus de place dans sa vie, et dire qu'il n'était pas plus heureux aujourd'hui qu'il y a quelques semaines serait mentir. « C’est quand ton prochain rendez-vous ? » Demanda t’il, en pointant son ventre de la tête.

made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 23/07/2016
›› Love letters written : 341
›› It's crazy, I look like : La belle Emmy Rossum
MessageSujet: Re: (romy) écoute ton coeur quand il te parle tout bas Ven 16 Fév - 20:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les choses étaient enfin claires entre nous et c'était bien mieux comme ça. J'acceptais ses excuses et préférais passer à autre chose, de toute façon ça ne servait à rien de se prendre la tête pour un pauvre baiser, ça ne voulait pas dire grand-chose, du moins je préférais me dire que ça ne voulait rien dire, c'était juste plus facile pour tout le monde. Je connaissais assez Mason pour savoir que si je n'avais pas réglé les choses, il serait sans doute resté bloqué là dessus et ce n'était franchement pas ce que je voulais. Nos vies étaient déjà bien assez compliquées comme ça, je n'allais pas en plus rajouter une histoire de sentiments, nous n'avions franchement pas besoin de ça, alors partir sur le fait que mes hormones me jouaient des tours était sans doute la meilleure initiative. Je n'avais ni l'envie, ni le besoin de me prendre la tête et encore moins avec lui, surtout maintenant que je venais habiter chez lui. Je soupirais, il savait que sa demande allait être compliquée pour moi, tout simplement parce que me reposer n'était pas une chose que je savais faire, ce n'était clairement pas instinctif chez moi et ça il en avait totalement conscience, c'était sans doute pour cette raison que je me retrouvais à avoir cette conversation avec lui. « Pardon ? » Je regardais mon ordinateur et Mason à tour de rôle, un air paniqué sur le visage, il ne pouvait pas faire une telle chose, j'allais lui en faire baver s'il osait me faire une telle chose. Il savait à quel point je pouvais être chiante, mais là, je pourrais devenir réellement terrible. « N'ose même pas y penser Mason. » Je voulais bien rire avec beaucoup de chose, mais pas avec mon ordinateur, il y avait ma vie là dedans et je ne le laissais jamais entre les mains de personne. Je ne plaisantais clairement pas avec ce genre de chose. Malgré tout il ne serait pas là pour me surveiller h24, donc en même temps, sauf s'il met des caméras partout dans l'appartement, il ne pourrait pas savoir ce que je fais de mes journées. Je n'étais plus vraiment habituée au fait qu'un homme se préoccupe de mon bien être, enfin il y avait toujours mon frère, mais ça ne comptait pas vraiment. « Je ferais de mon mieux d'accord ? Mais je ne peux pas te promettre de passer mon temps à ne "rien faire". Tu sais que ce n'est pas dans mon tempérament et en plus qu'est-ce que tu veux que je fasse toute seule ? » Je ne voyais pas ce que je pouvais faire de mes journées, le shopping ce n'était pas vraiment ma tasse de thé, surtout avec toutes les petites pimbêches qui se promenaient en ville, passer du temps dans un café ? J'avais arrêté toute sorte d'excitant, non clairement je ne voyais pas ce que je pouvais faire de mes journées en dehors de bosser. Je haussais les épaules avant d'attraper mon sac à main et d'en sortir mon organiseur, je tournais les pages distraitement avant de m'arrêter sur une date surlignée en rouge. « Dans deux jours apparemment. » Je n'étais pas très douée pour me souvenir de tout ça, les rendez-vous chez le gynécologue ou pour une échographie, il fallait que je m'y mette, mais pour le peu de temps qu'il me restait je n'en trouvais pas trop l'intérêt. « Tu veux venir ? » Ce n'était qu'une échographie de contrôle, le bébé avait juste un peu de mal à bien se développer, grandir, mais rien de bien méchant. Le stress disait le docteur, mais je préférais ne pas en faire part à Mason, il finirait sans doute par se monter la tête et définitivement me clouer au canapé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


MessageSujet: Re: (romy) écoute ton coeur quand il te parle tout bas

Revenir en haut Aller en bas

(romy) écoute ton coeur quand il te parle tout bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Airport area :: nothing like home
-