Partagez|

» THROUGH CHAOS AS IT SWIRLS IT'S US AGAINST THE WORLD (LIVIA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 09/07/2017
›› Love letters written : 561
›› It's crazy, I look like : chloé badass bennet
MessageSujet: » THROUGH CHAOS AS IT SWIRLS IT'S US AGAINST THE WORLD (LIVIA) Lun 16 Oct - 12:41

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
us against the world
LIVIA HOLLISTER AND TALIA SHEPHARD ※
I hope that one day when I’m lying on my death bed, I’ll look back at the times I spent with you as a teenager and I’ll smile because you made me who I am. You are a part of who I am. The drunk nights in the woods and the reckless days exploring. I will look back and be happy that even when I wanted to die, there were moments I was so high off adrenaline and happiness that nothing else mattered. You have given me so many stories to tell and I will never get tired of writing new ones with you. So when the time comes, when it’s time for me to take my final breath, I will be thankful that I grew up with you.


Assise sur l'un des fauteuils de la salle, la jeune Talia attrapa le tube de crème pour en appliquer minutieusement sur son poignet endolori. Il était coutumier pour elle de se retrouver avec des contusions, des bleus un peu partout sur le corps car quand elle se battait, elle ne faisait jamais semblant, elle donnait de véritables coups pour faire disparaître chaque pensée pouvant inonder son esprit. Elle frappait encore et encore, contre des adversaires souvent plus grand et fort qu'elle, mais ce n'était jamais un détail la préoccupant. Elle ne cherchait qu'à repousser encore plus loin ses limites, à aller au delà des capacités qu'elle pouvait avoir. Et cela lui importait peu d'avoir mal si elle se prenait un coup dans les côtes, si malheureusement son poignet avait été un peu trop malmené comme cela avait été le cas aujourd'hui. Face aux hommes de la salle, elle paraissait ridicule, elle était petite, fine, quand parfois elle se tenait devant des murs de brique, des individus capables de la mettre à terre par une simple prise. Mais tous savaient qu'elle n'était pas une poupée chétive qu'ils pouvaient battre aussi facilement. Rares étaient ceux qui pouvaient s'offrir le luxe de se vanter d'une victoire contre Talia Shephard. Depuis plus de quinze ans, elle utilisait les sports de combat pour se sentir mieux, pour extérioriser chaque chose venant la contrarier et obscurcir son âme. Et pendant tout ce temps, Alec avait toujours été une sorte de constante. Il avait été un professeur pour elle, il lui avait appris une partie des techniques qu'elle maîtrisait, avant de devenir au fil du temps un partenaire. Il était certainement celui contre lequel elle aimait le plus se battre. Parce que quand ils se retrouvaient l'un contre l'autre, il n'était pas question de victoire facile, tout était dans des tactiques bien ancrées, dans des coups furtifs et il l'obligeait à être meilleure. A être toujours aux aguets pour contrer chacun de ses gestes.  Même si depuis quelques semaines, elle n'avait pas eu l'occasion de se retrouver sur un tapis contre lui, elle ne s'empêchait pas de s'entraîner tous les jours, chaque fois qu'elle le pouvait, elle se rendait dans cette salle, autant pour aider les autres que pour s'aider elle-même. Les sports de combat étaient sa thérapie. Son exutoire et elle était incapable d'y renoncer. Elle en avait nettement trop besoin pour se permettre un jour d'arrêter. Elle montrait à des novices les techniques basiques pour faire face à un assaillant, elle apprenait à des âmes en détresse comment utiliser les arts martiaux pour se sentir mieux, espérant leur apporter ce dont ils pouvaient avoir besoin. Et ce dont elle avait besoin encore à l'heure d'aujourd'hui. Car même si elle ne ressemblait plus à cette adolescente en mal de vivre, n'assumant pas son existence et capable de tout casser en une fraction de secondes, des démons continuaient de planer constamment au dessus de sa tête. Malgré la stabilité dont elle faisait preuve entre les heures à la salle et son travail au Viper Room, le reste n'avait pas disparu. Elle essayait autant que possible de faire comme si tout allait bien, comme si les problèmes s'étaient envolés, mais ses idées de vengeance ne quittaient pas son esprit. Elle y pensait chaque matin en se levant quand son regard se posait sur les photos de Jackson et elle. Elle n'avait que cette idée pour la hanter seconde après seconde. Peu de ses proches savaient son plan ou ce désir furieux qu'elle avait de vouloir faire payer celui qui avait tué son petit frère. Elle avait manqué à son rôle de grande soeur, elle s'était promise de le protéger contre tout et elle avait échoué, alors elle ne pouvait pas se permettre de le laisser tomber de nouveau. Elle devait trouver celui l'ayant abattu et elle savait exactement ce qu'elle risquait de lui faire subir à la seconde où son identité serait dévoilée. Tout était prêt dans un coin de son âme qu'elle ne montrait à personne. Même avec Livia, elle ne parlait pas de cette envie profonde qu'elle avait de se venger. Car elle ne cherchait pas la justice, elle ne souhaitait qu'une vengeance sanglante pour tenter d'apaiser cette souffrance l'irradiant. Mais à cette seconde précise, elle était loin de se préoccuper de cette idée aussi obscure que les ténèbres. Elle avait un autre plan pour passer le temps de sa soirée de repos de la semaine. Comme à chaque fois qu'elle le pouvait, elle avait prévu de retrouver sa meilleure amie pour qu'elles puissent passer tout ce temps à s'amuser  et à profiter. C'était l'un de leurs nombreux rituels qui ne les avaient jamais quitté. D'ordinaire plus proche des hommes, Livia était l'exception dans la vie de Talia, car depuis qu'elles se connaissaient, elles étaient devenues inséparables. Toutes les deux ces deux adolescentes nées dans un mauvais quartier, elles avaient évolué ensemble, elles avaient échangé et elles ne ressemblaient plus à ces deux poupées désarticulées de quinze ans qu'elles étaient auparavant. Elles n'avaient pas grandi dans un univers rempli de chance, et c'était probablement ce qui les rendaient plus fortes que les autres. Même si en apparence, elles ressemblaient à n'importe quelle jeune femme de leurs âges quand elles sortaient dans les meilleures discothèques de la ville, elles restaient différentes. Attrapant ses affaires dont la tenue qu'elle avait prévu pour les festivités du soir, elle alla jusqu'à sa moto pour prendre la direction de l'appartement de la jeune Hollister dont elle connaissait la route à la perfection pour l'avoir emprunté à maintes reprises. En journée pour aller boire un café, la nuit pour répondre à un appel de la brune, le soir à l'improviste pour manger avec elle. A n'importe quel moment, elle prenait cette direction. En moins de temps qu'on ne pouvait le penser, elle arriva devant l'immeuble où les deux Hollister habitaient, elle s'engouffra dans le hall, pressant le pas, sachant pertinemment qu'elle était en retard. Sans prendre la peine de frapper, elle pénétra dans le loft, se doutant que Jason n'était pas là et qu'elle n'allait pas le croiser par mégarde en se retrouvant nez à nez avec lui. « Livia si tu es avec un amant, dépêche toi de finir je suis là ! », s'exclama-t-elle d'une voix forte en s'aventurant dans le logement pour déposer son casque de moto dans un coin du canapé. Elle n'attendit que quelques secondes supplémentaires avant de la voir débarquer devant elle, apparemment déjà prête pour aller envahir le dancefloor de Los Angeles. Elle la regarda de haut en bas, affichant un air d'approbation sur son visage. Pour une fois, elle n'avait pas eu besoin d'elle pour trouver la tenue parfaite. « Si tu comptes faire tomber tous les hommes de la ville, je pense que tu as trouvé la robe idéale. Je vais paraître ridicule face à toi !  », ajouta-t-elle en lui adressant un sourire qui voulait tout dire. « Par contre si tu crois que je vais oublier le fait que tu te sois habillée sans moi, ne rêve pas Hollister, je le note dans un coin de ma tête. », dit-elle en mimant le geste avec son doigt après lui avoir fait un clin d'oeil. Elle ne lui en voulait pas véritablement, ne cherchant qu'à la taquiner, car au fond elle ne se contrariait pas pour si peu. Très à l'aise dans cet appartement qu'elle connaissait par coeur, elle ouvrit le sac contenant les différentes tenues qu'elle avait amené pour choisir la meilleure. « Tu m'aides ? Il faut que je fasse le poids à côté de toi et que tu arrives à trouver la tenue qui fait oublier ça », souffla-t-elle tout en montrant son poignet droit qu'elle avait bandé pour le protéger des chocs. Ce n'était ni la première, ni la dernière fois que cela arrivait alors avec le temps elle avait pris l'habitude de se soigner elle-même sans aller à l'hôpital pour chaque bleu, chaque petite douleur que ses entraînements pouvaient provoquer sur son corps fréquemment malmené. « On va au Viper ce soir ? », demanda-t-elle les yeux ancrés dans ceux de Livia. Le club avait beau être son lieu de travail, c'était aussi leur endroit préféré pour les soirées qu'elles s'organisaient. Elles s'y amusaient , elles profitaient, elles oubliaient tout le reste et même si elle ne l'avouait pas à sa meilleure amie, l'idée d'y aller et de croiser Reese ne faisait qu'amplifier son désir d'y passer quelques heures ce soir-là. Cela était une mauvaise idée, mais il devenait difficile pour la jeune femme de ne pas laisser parler ses pulsions quand il était question du bad boy qui l'attirait nettement trop. Heureusement la compagnie de Livia allait l'aider à ne pas aller le voir pour le provoquer, elle en était persuadée. Mais pour le moment, elles avaient du travail, elles devaient la rendre irrésistible pour faire tourner toutes les têtes.
Revenir en haut Aller en bas
✮ duo sexy du mois
avatar
duo sexy du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 24/04/2017
›› Love letters written : 504
›› It's crazy, I look like : ade kane
MessageSujet: Re: » THROUGH CHAOS AS IT SWIRLS IT'S US AGAINST THE WORLD (LIVIA) Jeu 16 Nov - 13:23

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Talia Shephard and Livia Hollister
WELL, IF WE'RE BOTH GOING CRAZY,
THEN WE'LL GO CRAZY TOGETHER, RIGHT

---------------✭---------------

Devant le miroir de sa salle de bain, Livia observe son reflet. Elle l’observe, tentant de mimer l’expression parfaite du faux semblant, l’expression qui fera que personne ne posera de question sur son état actuel, l’expression qu’elle a travaillé depuis de nombreuses années, l’expression qui trompe absolument tout le monde, même Jason, même César, même Talia. Il faut dire qu’elle a appris à enfouir ce qu’elle pouvait ressentir, elle a appris à encaisser les coups sans jamais montrer quoi que se soit. Elle a appris à devenir forte à ses dépends, au moment exact où Jason s’était fait passer les menottes aux poignés et qu’il l’avait abandonné, cédant à une pulsion meurtrière que Livia pensait unique. Elle se trompait bien évidemment, mais elle n’était pas encore prête à en prendre conscience. Elle n’était pas prête à voir cette vérité qui se trouvait pourtant juste devant ses yeux depuis tout ce temps. Une vérité qui ferait mal mais qui, quelque part, n’était que camouflée par un voile qu’elle avait elle-même déposé, refusant de croire que son frère pouvait se résumer à cet être sanguinaire, comme avaient pu le décrire certains jurés de la société civile américaine lors de son procès. Livia n’était pas prête à prendre conscience de ces choses là,  ni aujourd’hui, ni demain et probablement jamais. Elle préférait avancer les yeux bandés et se préoccuper de sa propre vie, qui partait progressivement en lambeaux mais dont elle tentait tant bien que mal d’en rassembler les morceaux. Se concentrer sur elle-même, sur ses propres problèmes, aussi nombreux soient-ils semblaient à l’heure actuelle la solution, d’autant que Jason n’apparaissait pas comme enclin à lui livrer de quelconque information sur sa situation et ses aspirations actuelles. Elle ferme les yeux un instant, inspire longuement pour se donner une force qu’elle semblait puiser au plus profond d’elle et rouvre les yeux, arborant un sourire. Un sourire faux en somme mais qui donnait l’illusion de la jeune femme sans le moindre mal, qui vivait d’amour et d’eau fraiche dans un monde qu’elle embrassait sans le moindre mal. La vérité était pourtant toute autre, mais il n’était pas question qu’elle en soit autrement pour ce soir. Car non, ce soir, elle se devait de laisser tout cela de côté, de penser à autre chose, de s’amuser, de vivre. De vivre comme la jeune femme dynamique et pétillante qu’elle était, ou qu’elle tentait de faire paraître. Parce que ce soir n’était pas n’importe quel soir. C’était le soir par excellence où elle oubliait tout ce qui pouvait s’enchevêtrer dans son esprit et lui faire risquer l’implosion. C’était le soir où elle arborait un immense sourire, où elle riait de bon cœur avec sa meilleure amie, où elle se déhanchait sur la piste de danse en pensait y être seule, où elle testait ses pouvoirs de séduction, goûtait les lèvres d’un inconnu qui lui ferait du bien pour la soirée, le soir où elle buvait trop, où elle fumait trop, parlait trop et dansait trop mais où elle se sentait vivante. C’était lors de ce genre de soirée qu’elle parvenait à faire le vide sans son esprit et à profiter sans penser à quoi que se soit d’autre. Alors elle se devait d’y mettre du sien. Devant ce miroir elle replace quelques mèches de ses cheveux qu’elle a ondulés pour la soirée avant de baisser les yeux vers son corps élancé. Elle n’avait pas encore choisi sa tenue pour la soirée, si bien elle se tenait là, en sous-vêtements, se demandant comment elle allait pouvoir faire pour camoufler cet horrible bleu qui trônait sur son bas du dos. Elle fait dos au miroir puis tourne la tête afin de pouvoir voir l’état des marques que lui avait laissé sa dernière dispute avec Elias. Disputes qui devenaient au fil des jours et des mois, de plus en plus récurrentes. Elle grimace lorsqu’elle pose les doigts sur sa peau devenue bleutée et songe à la robe parfaite pour donner le change. Si d’ordinaire elle ne se préparait jamais avant l’arrivée de Talia avec qui elle choisissait la tenue parfaite, aujourd’hui elle n’allait définitivement pas pouvoir s’adonner à ce petit rituel. Elle ne pouvait pas prendre le risque que Talia voit cette marque et qu’elle n’en vienne à lui poser des questions. Livia finit par soupirer avant de rejoindre son dressing plus que rempli. A la manière dont elle agissait pour choisir ses vêtements dans une véritable boutique, la jeune femme fouine, passant de cintre en cintre à la recherche de la robe parfaite. Robe qu’elle finit par trouver. Une robe rouge vif, moulante, qui allait parfaitement mettre son corps en valeur. Robe qui avait certes un décolleté plongeant sur le devant mais dont le dos était totalement fermé. Elle acquiesce pour elle-même, validant définitivement cette tenue, avant de la sortir pour rapidement l’enfiler.  Elle l’ajuste devant le miroir et arrange la moindre imperfection. Puis un mince sourire finit par étirer presque sincèrement ses lèvres. Pour autant, elle sait qu’elle va devoir faire mieux si elle veut être crédible. Une fois définitivement convaincue de son choix vestimentaire elle retourne dans la salle de bain où elle débute son maquillage. Mais avant qu’elle n’ait pu réellement arranger son teint, elle entendit la porte claquer et le bruit des talons probablement vertigineux d’une femme se heurter à plusieurs reprises sur le sol. Cette fois, c’est un véritable sourire qui nait sur son visage, car elle sait à qui appartient ces pas. « Livia si tu es avec un amant, dépêche toi de finir je suis là ! » Pourtant dans des pièces séparées, la voix de Talia porte et parvient jusqu’à Livia qui ne peut s’empêcher de rire. Définitivement, ses amis semblaient la voir comme une femme un peu trop sexuellement active. Alors oui, elle l’était mais elle ne passait pas sa vie entière avec des amants. Elle avait parfois besoin de se reposer voyons. La jolie brune lâche alors son rouge à lèvre pour rejoindre Talia dans le salon. La jeune femme avait déjà pris ses aises comme à chaque fois qu’elle venait et plus encore lorsque Jason n’était pas là. « Quand est-ce que vous allez arrêter de tous croire que je passe ma vie à ça ? » Elle pose ses mains sur hanches et secoue légèrement la tête, désapprouvant faussement l’image que ses amis semblaient tous avoir d’elle. Talia s’avance alors vers elle, la regardant de haut en bas avec cet air d’approbation. Rassurée que son amie approuve cette tenue, Livia affiche un large sourire avant de venir embrasser chacune des joues de celle qui était de toute évidence, sa meilleure amie. « Si tu comptes faire tomber tous les hommes de la ville, je pense que tu as trouvé la robe idéale. Je vais paraître ridicule face à toi !  » Livia secoue immédiatement la tête. Cela semblait assez fou que Talia n’ait pas conscience du pouvoir de séduction qu’elle pouvait avoir, qu’elle avait sur à peu près tous les hommes de cette planète. Après tout, quel homme sain d’esprit ne serait pas sous le charme de cette petite brune. Livia n’en connaissait guère et serait prête à parier qu’ils ne devaient être que très peu nombreux en ce bas monde.  « Ne dis pas n’importe quoi, tu n’es jamais ridicule et puis on est une équipe, on va les faire tous tomber ! » Elle acquiesce, arborant un regard qui voulait en dire long. Car c’était un fait que l’une comme l’autre ne pouvait réfuter, dès lors qu’elles sortaient, vêtues de leurs plus belles tenues, les deux jeunes femmes se faisaient remarquer et attiraient les regards. Et elles aimaient ça. Elles aimaient être le centre d’attention et s’amusaient toujours de l’effet quelque peu inexplicable qu’elles avaient sur la gente masculine. Peut-être était-ce dû au fait qu’elles n’étaient pas comme toutes ces femmes qu’on déshabillait d’ordinaire du regard. Elles avaient quelque chose en plus. Des blessures d’antan, une force et une certaine noirceur en elles, faisant d’elles celles qu’elles étaient et celles qu’on regardait. Livia se dirige vers la cuisine ouverte sur le salon et plus spécifiquement vers le frigo, dont elle en ressortit une bouteille de vin blanc. Le préféré de Livia en somme. C’était devenue une coutume entre elles. Elles avaient pour habitude de se prendre un verre à l’appartement avant d’entamer véritablement leur soirée. « Par contre si tu crois que je vais oublier le fait que tu te sois habillée sans moi, ne rêve pas Hollister je le note dans un coin de ma tête. » Dos à son amie, Livia s’immobilise un instant alors même qu’elle était en train de leur servir un verre chacune de ce breuvage dont elles raffolaient. Son sourire tombe alors qu’elle réfléchit à ce qu’elle pourrait lui fournir comme excuse. Celle-ci semble arriver naturellement lorsqu’elle regarde l’heure. « Et bien … tu étais en retard alors … » Elle hausse les épaules, comme si cela était une raison suffisante pour  briser leur rituel, alors qu’elle tend le verre à son amie et trinque à cette soirée qui allait être, comme elles l’étaient toutes, mémorable. Devant elle, Talia ne tarde pas à sortir les tenues qu’elle avait sélectionnée pour la soirée, parce que elle, elle, n’avait pas fait exception à leurs habitudes. « Tu m'aides ? Il faut que je fasse le poids à côté de toi et que tu arrives à trouver la tenue qui fait oublier ça » Talia lève le poigné, laissant apparaître une blessure bandée. C’était devenu habituel pour la jeune femme. Mais si cette dernière avait une bonne excuse pour cela, ça n’était pas le cas de Livia. D’où le lot de mystère qu’elle réservait ces derniers temps à son amie. « Tu vas finir par te casser quelque chose ! » Livia ne faisait pas cette remarque pour donner une quelconque leçon à son amie, non bien au contraire, cela faisait l’objet d’une mince inquiétude. Parce qu’au fond, elle savait que les sports de combat étaient devenus pour Talia, une véritable source de bien être, source dont elle avait besoin quotidiennement, mais aussi une source de blessures à répétition. Livia le savait et le comprenait, pour la simple et bonne raison qu’elle pratiquait elle aussi ce sport à ses côtés ou en face de son frère qui lui avait tout appris. Au détail près que Talia avait un niveau bien supérieur à celui de la petite dernière des Hollister. Ceci étant dit, Livia ne tarde pas à analyser chacune des robes qui se trouvent devant elle. Elle les inspecte et plisse les yeux, réfléchissant à celle qui rendrait son amie la plus désirable possible. Talia serait parfaite dans chacune de ces robes bien entendu, mais il était toujours question pour elles, de faire la différence. Et un choix de robe pouvait faire la différence sans le moindre doute. « Essaies celle-ci ! » Livia montre du doigt la robe qu’elle préférait avant de prendre une nouvelle gorgée de son verre. Elle prend ensuite place sur la table du salon – tout en sachant pertinemment que Jason ne serait pas là pour lui faire une réflexion- et attend que son amie enfile cette robe pour en voir le résultat. « On va au Viper ce soir ? » Le Viper était devenu depuis quelques années déjà, le quartier général de ces deux jeunes femmes dès lors qu’elles sortaient. Bien sûr, il leur arrivait de fouler d’autres endroits de Los Angeles pour faire la fête, mais le Viper était de toute évidence l’endroit qu’elles préféraient. Plus encore ces derniers temps. « Bien sûr, où d’autre ? » Livia affiche un large sourire. Cela paraissait logique. Le Viper était leur endroit favori et Talia avait une nouvelle raison d’y aller. Raison qui n’avait absolument pas échappé à Livia qui adorait taquiner son amie là-dessus. « Je parie que tu meurs d’envie d’y retourner simplement pour les beaux yeux de ce sexy bad boy de l’autre soir ! » Livia n’était pas idiote, elle savait parfaitement reconnaître la fébrilité de son amie. Elle savait quand un homme lui plaisait véritablement et plus encore, elle savait quel était son type d’homme. Et le mystérieux Reese Holloway en était l’incarnation parfaite.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 09/07/2017
›› Love letters written : 561
›› It's crazy, I look like : chloé badass bennet
MessageSujet: Re: » THROUGH CHAOS AS IT SWIRLS IT'S US AGAINST THE WORLD (LIVIA) Mar 21 Nov - 23:29

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
us against the world
LIVIA HOLLISTER AND TALIA SHEPHARD ※
I hope that one day when I’m lying on my death bed, I’ll look back at the times I spent with you as a teenager and I’ll smile because you made me who I am. You are a part of who I am. The drunk nights in the woods and the reckless days exploring. I will look back and be happy that even when I wanted to die, there were moments I was so high off adrenaline and happiness that nothing else mattered. You have given me so many stories to tell and I will never get tired of writing new ones with you. So when the time comes, when it’s time for me to take my final breath, I will be thankful that I grew up with you.


Une famille, Talia Shephard ne pouvait guère dire qu'elle en avait eu une à un moment de son existence. Les premières années de sa vie, elle avait été aux côtés de son père et de sa mère. Elle avait vécu avec eux, mais elle était trop jeune pour se rappeler de cette époque où cet homme supposé être son père avait décidé de prendre la fuite. Il n'avait pas suffi de grand chose, uniquement de la naissance de son petit frère pour qu'il décide que les responsabilités d'une vie de famille étaient trop grandes pour lui. Elle se rappelait simplement de cet instant où il était parti. Tel un lâche, il avait quitté le foyer familial, il avait repris cette existence de minable. Car aux yeux de la jeune femme, il n'était rien de plus que cela. Il ne valait rien, il n'était qu'un vulgaire parasite pour l'humanité. Elle ne mâchait pas ses mots le concernant, il ne méritait rien de mieux. Quant à sa mère, elle aurait préféré que les choses soient meilleures pour elle. Qu'elle tienne le cap pour ses enfants, qu'elle essaie tout du moins. Sauf qu'elle ne s'était pas battue. Elle avait préféré trouver les ténèbres, se laisser aller dans des démons la tuant à petits feux.  Elle avait abandonné Jackson et Talia, ses propres enfants. Ils étaient sa chair, son sang et elle les avait laissé tomber tout simplement.  Alors elle ne pouvait pas dire qu'elle avait une conception quelconque de la famille. Elle n'avait connu que des foyers où les éducateurs tentaient avec peu de moyens de gérer les enfants dont ils avaient la responsabilité. Puis il y avait eu les familles d'accueil, certains étaient plus ou moins agréables, d'autres avaient pour unique but que de gagner de l'argent. Quelques centaines de dollars de plus chaque mois et une réputation de bon samaritain quand parfois ils en étaient l'exact opposé. A part son petit frère, la famille était une sorte d'aberration dans son esprit. Dans le sens le plus fondamental tout du moins. Parce que quelques personnes étaient arrivées sans prévenir dans son univers, tels des astéroïdes rentrant en collision avec sa galaxie, ils avaient pris cette place de famille. Celle qu'elle avait choisi. Imposée par son coeur, car il s'agissait presque d'une évidence. Avec Livia, c'était ce sentiment qui l'envahissait depuis qu'elle la connaissait. Elle n'avait jamais cessé de la quitter depuis leur première rencontre. Immédiatement, elle avait trouvé chez elle, une alliée dans la bataille. Et la réciproque était véridique aussi pour la jeune Hollister. Leurs destins se ressemblaient, toutes les deux, elles avaient connu des faits que peu d'êtres humains pouvaient supporter. Et à chaque fois que Livia en avait eu le besoin, Talia avait demeuré à ses côtés, notamment lors des années de prison de Jason. Elle la revoyait insultée par d'autres, tandis que la petite brune avait choisi son camp. Celui des Hollister. Elle avait écouté son organe vital lui criant de rester avec cette adolescente dont l'univers était en train d'imploser. Et elle ne l'avait pas regretté. Parce que peu à peu, Livia était devenue cette personne dont elle n'était pas capable de se passer. Pas une banale amie qu'elle pouvait remplacer par une autre, elle était celle avec qui elle avait combattu les ténèbres. Elles avaient tout affronté ensemble et surtout le pire. Heureusement, elles en étaient sorties victorieuses, elles avaient réussi à lutter contre leurs adversaires et elles avaient évolué. Elles avaient grandi. Il en était fini du temps où elles étaient deux adolescentes sur qui personne n'aurait osé parier. Elles avaient fait échouer le destin et même si certains problèmes de Talia n'étaient pas réglés, des faits dont elle n'osait parler à celle qui l'avait toujours accompagné, elles avaient gagné. Depuis elles prenaient le temps de profiter de l'existence, autant qu'elles le pouvaient grâce à ce rituel qu'elles avaient. Comme chaque semaine, elles avaient prévu de sortir, de se retrouver pour aller enflammer la piste. Et pour tout oublier, surtout ce passé encombrant avec lequel elles devaient évoluer. Ravie à l'idée de passer quelques heures inoubliables avec Livia, elle s'empressa de pénétrer dans l'appartement que celle-ci habitait avec Jason, ne prenant pas la peine d'attendre une réponse de sa part. La gêne n'était pas un sentiment existant dans leur amitié. Elles se connaissaient par coeur, cela faisait donc bien longtemps qu'elles avaient cessé de prendre des pincettes l'une avec l'autre. Après quelques secondes d'attente, elle vit celle qu'elle désirait voir apparaître devant ses yeux et instantanément, elle lui adressa un sourire sincère. Quand il était question de sa meilleure amie, elle était toujours enjouée de se trouver en sa compagnie. « Quand est-ce que vous allez arrêter de tous croire que je passe ma vie à ça ? », l'air faussement choqué de la jeune femme la fit sourire d'autant plus et elle lui lança un regard rempli de sous-entendus. Elle n'imaginait pas une fausse réputation à son amie, elle savait simplement comment elle était. Et son penchant pour les hommes. Mais elle ne voyait pas ceci comme un défaut. Loin de là.  « On arrêtera de le croire quand tu passeras moins de temps avec de beaux étalons peut-être. D'ailleurs le blond de la dernière fois,  tu sais celui que tu vois de temps à autre,  il était pas mal dans son genre.  », répondit-elle en lui jetant un léger rictus en coin. Il existait de nombreux rituels entre les deux femmes, parler de leurs amants était l'un d'entre eux, parce qu'il était rare qu'elle ne les évoque pas. Elles appréciaient de les évoquer gaiement tout en dégustant un bon verre de vin. Elles aimaient aussi préparer chacune de leur soirée ensemble, choisissant la tenue parfaite pour l'autre, tout en discutant de tout et de rien. Pourtant, elle constata très vite que pour une fois, Livia avait transgressé la règle. Elle ne lui en voulait pas et évidemment elle n'était pas en colère pour si peu, en plus en l'observant dans la robe, qu'elle avait enfilé, elle ne pouvait que la trouver incroyablement belle. Comme toujours, elle était à se damner, prête à faire des ravages. Et elle ne cacha pas de lui avouer. « Ne dis pas n’importe quoi, tu n’es jamais ridicule et puis on est une équipe, on va les faire tous tomber ! », c'était vrai, elles formaient un duo, quand elles franchissaient les portes d'un club, elles se transformaient en une véritable équipe. Il était rare qu'elles terminent la nuit ensemble, préférant les bras d'un homme qui serait un amant pour la nuit, mais le lendemain elles se retrouvaient ou elles s'appelaient. Si dans certaines amitiés, les coups bas étaient fréquents, entre Livia et Talia, le soutien était la clé. Le noyau central de leur relation. Il suffisait de les entendre se complimenter pour le comprendre. « Tu as mis la barre très très haute ce soir quand même !  », s'exclama-t-elle, le regard perdu sur la robe qu'elle continuait d'admirer. Elle était persuadée qu'à la seconde où les hommes verraient sa meilleure amie, ils allaient craquer les uns après les autres. Talia n'était pas en reste, elle savait se faire remarquer et elle avait sa propre technique de séduction pour les attirer auprès d'elle. Elles n'avaient pas une allure de mannequin ou de it girl venant des magazines de beauté, mais elles plaisaient aux hommes. Ils les regardaient, ils les désiraient, comme si elles pouvaient apporter la dose d'adrénaline dont ils avaient besoin. Elle aimait cela, sauf quand elle se retrouvait devant un idiot ou un lourd faisant des avances capables de la dégoûter. Elle prit place dans le salon, proche du canapé, patientant jusqu'au retour de sa meilleure amie, partie comme à l'accoutumé leur chercher une bouteille de vin. Elle profita de cet instant et de l'arrivée de celle-ci pour la taquiner davantage sur l'entorse qu'elle avait commis à leur pacte. C'était bien la première fois qu'un événement de la sorte arrivait et elle put d'ailleurs remarquer une petite seconde la gêne perceptible dans le regard de la brune. « Et bien … tu étais en retard alors … », elle n'avait pas tort, trop absorbée par la salle de sport, Talia n'avait pas vu l'heure, néanmoins ce n'était pas la première fois que cela était le cas. Pourtant, elle n'eut pas le temps d'y penser davantage ou de lui rétorquer quoique ce soit,  car déjà Livia lui tendit un verre pour qu'elles puissent trinquer à la soirée qui allait débuter. Après avoir bu une gorgée de vin blanc, elle reposa le contenant sur la table pour se préoccuper de sa propre tenue. Incapable de se contenter d'emmener une ou deux robes, elle en avait sélectionné plusieurs, trop peut-être, et elle les extirpa de son sac les unes après les autres pour les montrer à sa partenaire. Aujourd'hui, elle partait avec un désavantage et pas des moindres, comme elle le dévoila en affichant son poignet bandé.  « Tu vas finir par te casser quelque chose ! », elle haussa les épaules, l'air de rien, faisant semblant de ne pas y prêter attention. C'était normal qu'elle s'inquiète, car les blessures de la jeune Shephard étaient fréquentes ces dernières semaines. Plus encore qu'auparavant, parce qu'elle allait toujours plus loin lors des combats. Elle avait besoin de se surpasser pour oublier le reste. Cependant, elle était incapable de l'expliquer à Livia, peu importe tout l'amour qu'elle pouvait lui porter, elle lui cachait ce secret et ce besoin qu'elle ressentait au plus profond d'elle. « Je me casse jamais rien et c'est pas grand chose, je me suis mal réceptionnée ! C'est mes adversaires que tu devrais plaindre.... » , affirma-t-elle d'une voix presque nonchalante. Parce qu'elle ne voulait pas provoquer de l'inquiétude dans l'esprit de son amie. C'était tout ce qu'elle ne désirait pas, alors elle préférait vanter ses mérites de combattante pour détourner légèrement la conversation. Elle ne mentait pas, dès qu'elle montait sur un ring, elle se transformait et les combats qu'elle perdait étaient peu nombreux. Ses opposants l'apprenaient à leurs dépens, ils le découvraient trop tard ne se méfiant pas de cette jeune fille à l'allure de poupée. Cette même poupée qui n'avait aucune pitié quand elle donnait des coups. Du coin de l'oeil, elle observa Livia en train de réfléchir devant chacune des robes, elle lui confiait la tâche de choisir la meilleure, celle qui la rendrait irrésistible. « Essaies celle-ci ! » , elle lui tendit une robe courte en cuir, qui n'avait pas un décolleté plongeant mais qui épousait ses formes pour les dévoiler à la perfection. Sans pudeur, et nullement dérangée quant au fait de se dévêtir dans le salon des Hollister, elle se pressa d'enfiler sa tenue, puis elle dévoila le résultat à Livia en se tournant vers elle.  « Alors tu en penses quoi ? », demanda-t-elle pour obtenir un signe d'approbation de la part de la jolie brune. Ayant déjà porté cette robe à plusieurs reprises, elle savait que celle-ci , bien que sobre et pouvant paraître simple, avait un rendu pouvant faire chavirer les esprits de nombreux hommes. C'était tout l'effet qu'elle désirait pour ce soir. Car elle voulait qu'on la regarde, que des yeux se posent sur elle. Notamment si elles prenaient la direction du Viper Room. « Bien sûr, où d’autre ? », en plus d'y travailler, le club restait le lieu de jeu préféré des deux jeunes femmes. Parce que l'ambiance y était bonne et qu'elles n'étaient jamais déçues une fois sur place.  « Je parie que tu meurs d’envie d’y retourner simplement pour les beaux yeux de ce sexy bad boy de l’autre soir ! », elle s'immobilisa une demi seconde ne manquant pas de comprendre qui elle mentionnait par ces mots. Il était forcément question de Reese. Parce qu'il n'y avait que lui qu'elle pouvait regarder en dévoilant une parcelle de fébrilité. Et c'était d'ailleurs ce qui lui faisait peur, ce qui parfois parvenait à l'effrayer. Sauf qu'elle détestait évoquer cette sensation qu'elle ressentait dès qu'ils se provoquaient, préférant se voiler la face. Faire comme si de rien était.  « Reese Holloway ? C'est juste un collègue tu sais. On bosse ensemble presque tous les soirs. Et je m'amuse simplement à le provoquer.... Rien de plus.   », répondit-elle avec un large sourire de séductrice dessinée sur ses lèvres. Elle ne disait pas tout, elle n'avouait pas totalement l'effet que le videur avait sur elle. Et à vrai dire, elle ne savait pas ce qui la poussait à ne pas être complètement honnête avec Livia. Cela ne lui arrivait jamais. Par le passé, elle lui avait parlé de chaque homme rentrant dans sa vie. Qu'il s'agisse d'Alec ou de Kane par exemple, elle avait tenu à en discuter avec la plus jeune des Hollister.  « C'est ma façon de rendre les fermetures plus distrayantes ! Tu me connais, j'aime bien mettre un peu de piquant. Me fais pas croire que tu ne ferais pas la même chose que moi si tu étais à ma place ! Et moi aussi je t'ai vu la dernière fois..... » , tout en parlant elle lui adressa un petit regard rempli de malice pour donner de l'ampleur à ses propos. Après tout, elles avaient très régulièrement la même façon d'agir quand il était question des hommes. Elles utilisaient des armes de séduction différentes, mais au bout du compte elles cherchaient à obtenir le même résultat.  Et elle avait pu remarquer les longues minutes que Livia avait passé en compagnie d'un homme lors de leur dernière soirée à deux.
Revenir en haut Aller en bas
✮ duo sexy du mois
avatar
duo sexy du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 24/04/2017
›› Love letters written : 504
›› It's crazy, I look like : ade kane
MessageSujet: Re: » THROUGH CHAOS AS IT SWIRLS IT'S US AGAINST THE WORLD (LIVIA) Dim 10 Déc - 16:40

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Talia Shephard and Livia Hollister
WELL, IF WE'RE BOTH GOING CRAZY,
THEN WE'LL GO CRAZY TOGETHER, RIGHT

---------------✭---------------

Du point de vue de cette jolie brune qui portait le doux nom de Hollister, toute personne devrait avoir une Talia dans sa vie. Toute personne devrait avoir à ses côtés, cette personne qui se trouve là en permanence, dans les bons comme dans les mauvais moments. Cette personne qui vous serre dans ses bras lorsque les choses ne vont pas, cette personne qui prend votre défense en permanence devant les autres, et ceci même si elle n’est pas du même avis que vous, cette personne sur qui on peut compter, coûte que coûte. Cette personne admirable qui est capable de faire ressortir en vous le meilleur, capable de vous faire rire en une fraction de seconde, mais également vous faire pleurer en un claquement de doigt. Cette personne qui se tient constamment derrière vous en cas de chute pour vous rattraper, une personne qui vous transmet ce qu’elle sait, simplement dans un but de partage et d’amour, contre vent et marrée. Cette personne qui n’est autre qu’une épaule sur laquelle s’appuyer, celle qui viendrait au beau milieu de la nuit vous assister pour enterrer un corps et ceci sans la moindre question et hésitation. Cette personne, pour Livia, n’était autre que Talia. Talia Shephard. Son alter égo, son double, sa dose d’oxygène, son âme sœur. Si la jeune femme n’avait que très peu d’amie de sexe féminin, Talia était l’exception. Elle était celle qui faisait exception à absolument tout dans son cœur en réalité. Parce qu’elle avait toujours été là pour elle, qu’elle la comprenait et avançait au même rythme. Les deux jolies brunes avaient des parcours qui se voulaient quelque peu similaires. Bien sûr, ces derniers n’étaient pas les mêmes mais ils s’équivalaient sur bien des points. Talia n’avait guère eu une vie facile, ayant dû faire face à l’abandon de ses parents, les multiples foyers d’accueil et plus encore l’assassinat tragique et imprédictible de son jeu frère. Tout comme elle, Livia avait dû supporter le poids des familles d’accueil, qui n’avaient pour la plupart rien de bien enviables. Elle avait subi ces hommes autoritaires, qui dépassaient bien souvent les limites, elle avait subi ce dégoût qu’elle voyait perler dans le regard de ces personnes qui ne l’accueillaient que pour les sommes qu’ils allaient en tirer et plus encore, cette honte qu’elle ressentait elle-même de porter le nom Hollister. Car oui, le jour où Jason avait été emporté par les forces de l’ordre, qu’on lui avait passé les menottes aux poignets et pire encore, lorsqu’on avait prononcé sa condamnation, avait été la jour le plus difficile pour la jeune femme. Et s’en était suivi une série de journées difficiles où absolument tout le monde lui avait tourné le dos. Tout le monde la regardait avec dédain comme si finalement, elle était celle qui avait pris la vie de quelqu’un alors même qu’elle ne faisait que partager son ADN. On l’humiliait, riait sur son compte et proférait des menaces horribles. Si horrible qu’elle avait fini par avoir honte du nom qu’elle portait, honte d’être la sœur d’un meurtrier qu’elle avait toujours défendu, et honte d’être ce qu’elle était, tout simplement. Ceci sans jamais en avoir parlé à Jason. Elle avait été roulée dans la boue et rabaissée plus bas que terre pendant des années et, si aujourd’hui, elle était parvenue à prendre une véritable revanche sur la vie, Talia en avait été l’un des facteurs responsables. Car lorsque tout le monde lui avait tourné le dos, lorsqu’elle passait ses mercredi soir au parloir alors que tout le monde s’adonnait à des activités extrascolaires, lorsqu’elle se devait de manger seule tous les midis à l’école, lorsqu’on riait d’elle, qu’on chuchotait en la regardant de travers dès lors qu’elle entrait dans une pièce, Talia était là. Talia avait été sa bouée de sauvetage, son roc, celle qui l’avait sauvé d’un monde où ses pairs lui avaient tourné le dos et où elle était devenue une véritable paria. Elle avait fait de sa vie, un monde meilleur et aujourd’hui, elle n’envisageait pas son quotidien sans elle. Inséparables pour absolument tout, les deux jeunes femmes ne supportaient être loin de l’autre. Et dès lors qu’elles l’étaient, elles ne cessaient de s’envoyer tout un tas de messages, la plupart absolument vides de sens. Livia ne comptait plus ces fois où Elias lui avait retiré son portable des mains parce qu’elle ne cessait de parler avec sa meilleure amie, sans prêter la moindre attention à son amant. Ce dernier était d’ailleurs presque plus jaloux de la relation qu’elle entretenait avec Talia, que de toutes celles qu’elle pouvait avoir avec ses autres amants d’un soir. Talia était son binôme et c’était donc tout naturellement qu’elles avaient envisagé de passer une soirée de plus l’une avec l’autre, bravant le froid pour fouler le dance floor et pour s’abandonner aux effluves de leurs pêchés mignons, l’alcool, la danse et les hommes. C’était là tout le programme de la soirée qui les attendait et Livia s’en réjouissait par avance, même si, elle avait dû faire une petite entorse à leur rituel en ayant déjà préalablement enfilé sa tenue, afin de camoufler quelques traces qui susciteraient bien des interrogations auxquelles la jeune femme n’était pas encore prête à répondre. Comme à son habitude, Talia foule l’appartement des Hollister sans s’annoncer et charrie son amie dès l’instant où elle la rejoint dans la salle de séjour, témoin de bon nombre de préparations à ces soirées qui avaient toutes été mémorables à leur manière. C’était un sujet sur lequel elle semblait s’accorder avec Cesar. Le fait est que Livia passait son temps libre à valser d’amant en amant, pour se sentir vivante et appréciée à sa juste valeur. Si Livia joue les offusquées, Talia n’est pas dupe, sachant parfaitement qu’elle n’était que très éloignée de la réalité. Elle lui lance d’ailleurs l’un de ces regards remplis de sous-entendus. Regard qui fait naître un sourire sur le visage de Livia. « On arrêtera de le croire quand tu passeras moins de temps avec de beaux étalons peut-être. D'ailleurs le blond de la dernière fois, tu sais celui que tu vois de temps à autre, il était pas mal dans son genre. » Livia avait pour habitude de tout raconter à Talia. Absolument tout. Des choses les plus intrigantes, les plus flatteuses à celles qui l’étaient moins. Toutes les relations qu’elle avait pu avoir, étaient connues de sa meilleure amie et cette dernière avait bien conscience de ce qui poussait son amie à agir ainsi. Derechef, Liv sourit, de ce sourire à la fois amusée et faussement timide. « Il y a pas de mal à se faire du bien voyons ! » C’était là, la philosophie complète de cette jeune femme à qui on avait volé, piétiné une partie de son adolescence, ce moment où l’on ne vit que pour le divertissement, qu’on fait preuve d’audace et de folie sans jamais songer aux conséquences. Sa relation avec Niels Jonsson en était l’illustration parfaite. Parce que malgré qu’elle feignait une certaine assurance à tout rompre, ça n’était pas toujours le cas et avec cet homme, elle avait fait preuve d’audace, tentant de charmer ce bel apollon sans savoir s’il y serait réceptif. Bien sûr, elle avait eu peur avant de l’aborder, parce qu’il était bien au dessus de sa ligue, mais elle ne regrettait absolument pas. D’autant que les choses avaient plutôt bien marchées en définitive. « Niels ? Oui il est clairement sexy et tellement gentil d’ailleurs, je comprend pas pourquoi personne ne lui a mis le grappin dessus ! » Au fur et à mesure de leurs rencontres, Livia avait appris à connaître cet homme qui, au delà d’être son amant, était un homme charmant et terriblement attentionné à son égard, ce qui changeait bien de tous ces hommes qu’elle pouvait côtoyer. Il avait un don pour la faire se sentir à l’aise et belle. Don qu’avait également, Talia, qui ne cessait de la complimenter à cet instant même, en découvrant la tenue qu’elle allait arborer ce soir. « Tu as mis la barre très très haute ce soir quand même ! » Livia hausse les épaules avec un mince sourire. Sa robe était sublime c’était une certitude mais elle était persuadée que Talia saurait faire mieux. Après tout, la jeune femme mettait sa meilleure amie sur un piédestal et avait toujours revendiqué que sa beauté était bien plus ravageuse que la sienne. « Dans une vingtaine de minutes tu seras au dessus de cette barre, crois-moi ! » Elle arque les sourcils en acquiesçant, véritablement persuadée de ce qu’elle avançait. Parce qu’elle connaissait assez Talia pour savoir qu’elle serait l’une des reines de cette soirée. La jeune femme profite de l’installation de son amie pour s’éclipser dans la cuisine, à la recherche de ce qui allait les accompagner une bonne partie de la soirée, le vin. C’était là une arme redoutable et cela, Livia l’avait très bien compris puisque c’est en tendant un verre à sa meilleure amie qu’elle évita le sujet épineux de sa préparation avant l’arrivée de son amie. Ceci pour s’intéresser rapidement à la tenue que Talia porterait ce soir. Un choix qui n’allait pas forcément être évident au vu de la blessure de la brune. « Je me casse jamais rien et c'est pas grand chose, je me suis mal réceptionnée ! C'est mes adversaires que tu devrais plaindre.... » La voix nonchalante et le sourire de Talia ne suffisent pas à rassurer convenablement Livia qui ne peut s’empêcher de soupirer en secouant doucement la tête. Les blessures de Talia étaient de plus en plus fréquentes et toujours plus importantes. Et la jeune Hollister ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter pour son amie qui, elle avait l’impression, l’écartait de quelques détails ô combien importants de sa vie. Pour autant, elle décida de remettre à plus tard cette conversation qui n’allait pas avec la festivité de leur soirée. C’est pourquoi elle finit par afficher un sourire, légèrement crispé. « J’imagine qu’ils doivent être défigurés ! » Elle en était persuadée. Elle avait eu l’occasion de voir Talia à l’œuvre, notamment avec elle, puisqu’elle était, avec Jason, celle qui lui avait tout appris sur la légitime défense et les sports de combat, notamment pour canaliser son trop plein de colère. Elle savait qu’à l’intérieur de ce petit corps frêle, sommeillait une battante qui ne se laissait jamais marcher sur les pieds et qui était capable de mettre à terre n’importe quel homme, ceci même s’il faisait deux fois son poids et sa taille. Une petite moue boudeuse s’affiche sur le visage de Livia, alors qu’elle reporte rapidement son attention sur la robe que son amie allait devoir essayer. Robe qu’elle choisit et qu’elle se languissait de découvrir portée. Rapidement, Talia la passe devant elle avant de se retourner, afin de recueillir son avis et aval. « Alors tu en penses quoi ? » Livia se plante devant son amie en croisant les bras, analysant l’allure de celle qui se trouvait en face d’elle. Il ne lui faut qu’une fraction de seconde pour afficher un large sourire. « Absolument parfaite ! Tu vois je t’avais dit que tu mettrais la barre encore plus haut ! » Elle assène Talia d’un regard entendu, comme pour lui rappeler qu’elle était celle qui avait raison depuis le début, avant de prendre une énième gorgée de ce breuvage qui avait eu raison d’elle à de si maintes reprises ces dernières années. Rapidement, en vient la question de l’endroit qui allait être le lieu de leur lâché prise et tout naturellement, le Viper en sortit vainqueur. Ca n’était pas une surprise lorsqu’on connaissait un temps soit peu les deux jeunes femmes. Parce qu’elles passaient la plupart de leur soirée dans cet endroit, qu’elles connaissaient à peu près toute l’équipe –dont Talia faisait accessoirement partie- et qu’il était rempli de souvenirs desquels elles ne souhaitaient en aucun cas se défaire. Cet endroit était devenu leur QG et une véritable évidence quand il s’agissait de faire la fête. Pour autant, Livia avait observé ces derniers temps sa meilleure amie et l’intérêt qu’elle semblait avoir pour son collègue et ô combien sexy Reese Holloway ne lui avait guère échappé. Et comme Livia était typiquement le genre de personne à mettre les pieds dans le plat, sans la moindre prévention ni mise en forme, elle ne manqua pas de le lui faire remarquer. Elle retient même la réaction que la jeune femme a, dès lors qu’elle mentionne, sans le nommer, cet homme. Elle s’immobilise et feint l’innocence. « Reese Holloway ? C'est juste un collègue tu sais. On bosse ensemble presque tous les soirs. Et je m'amuse simplement à le provoquer.... Rien de plus. » Livia connaissait assez son amie pour déceler le vrai du faux en elle. Elle savait dès lors qu’elle lui mentait, dès lors qu’elle omettait certains détails et dès lors qu’un homme ne la laissait pas indifférente. Et Reese en était l’illustration parfaite, ceci même si elle sentait qu’elle ne lui disait pas tout. « On sait toutes les deux ce que ça veut dire hein ! » Derechef, Livia regarde son amie en arquant les sourcils, afin de l’inciter à passer aux aveux, lui montrant qu’elle n’était absolument pas dupe sur ce jeu qui semblait d’être mis en place entre Reese et elle. « C'est ma façon de rendre les fermetures plus distrayantes ! Tu me connais, j'aime bien mettre un peu de piquant. Me fais pas croire que tu ne ferais pas la même chose que moi si tu étais à ma place ! Et moi aussi je t'ai vu la dernière fois... » De ce regard rempli de malice, Talia pense qu’en restant vague, en minimisant cette histoire, et plus encore en détournant sur le sujet sur autre chose, elle parviendrait à ne pas en dire plus. Ce n’était sans compter sur la perspicacité de Livia et plus encore sur sa volonté même de ne pas aborder certains sujets. « Il est plus ton genre que le mien, mais il est clair que tu as raison d’en profiter. » Un sourire nait sur le visage de la jeune femme, cherchant à mettre à l’aise Talia, assez pour qu’elle lui en dise davantage. Quelque part, elle essayait de lui faire comprendre qu’elle était de son côté dans cette relation, pour en savoir plus. Parce que s’il y avait bien un sujet qu’elle aimait par dessus tout, c’était les histoires, aussi rocambolesques soient-elles de son amie. « Mais ne croit pas que je vais me contenter de cette explication sur ce Reese ! Je sais qu’il y a plus ! » Livia croise les bras, affichant cette petite moue synonyme de son attente. Car oui, elle attendait davantage de son amie. Elle attendait qu’elle soit plus explicite et plus honnête. Ceci même si, ces derniers temps, elle-même passait sous silence bien des éléments sur ce qui pouvait se passer dans sa vie. A commencer par l’envers du décor de sa relation avec Elias, mais aussi et surtout concernant cet homme, qui, sans qu’elle ne parvienne à l’expliquer, ne la laissait pas indifférente. Livia n’avait jamais parlé de cet homme avec Talia. Elle n’en avait parlé avec personne en réalité. Parce qu’elle ne comprenait pas bien pourquoi il la rendait si fébrile, pourquoi elle rougissait lorsqu’il posait son regard sur elle, pourquoi elle manquait un battement de cœur dès lors qu’il entrait dans la pièce, pourquoi elle avait préféré passer la soirée à parler avec lui, plutôt qu’à danser et à finir la nuit dans les bras d’un inconnu qui lui ferait momentanément du bien, et pourquoi elle semblait irrémédiablement attirée, tel un aimant, par ses lèvres. Tout ceci était inexplicable, parce que cela ne lui ressemblait guère, qu’elle pensait apprécier, envers et contre tout, sa relation avec Elias, et que cet homme qui lui faisait tourner la tête, était fiancé à une plus que charmante femme qui ne méritait pas qu’on lui retire son bonheur. Parce que tout ceci ne faisait que provoquer de la confusion en elle, elle joua, une fois encore, l’innocente, faisant semblant de ne pas comprendre ce qu’elle énonçait et plus encore de qui il était question. « Tu m’as vu la dernière fois ? De quoi tu parles ? Qu’est-ce que tu vas encore t’imaginer ! » Prendre les choses à la légère, voilà comment Livia réagissait, parce que cela était bien plus simple que d’avouer une quelconque vérité qui la rendrait bien trop vulnérable…
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 09/07/2017
›› Love letters written : 561
›› It's crazy, I look like : chloé badass bennet
MessageSujet: Re: » THROUGH CHAOS AS IT SWIRLS IT'S US AGAINST THE WORLD (LIVIA) Mer 27 Déc - 17:15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
us against the world
LIVIA HOLLISTER AND TALIA SHEPHARD ※
I hope that one day when I’m lying on my death bed, I’ll look back at the times I spent with you as a teenager and I’ll smile because you made me who I am. You are a part of who I am. The drunk nights in the woods and the reckless days exploring. I will look back and be happy that even when I wanted to die, there were moments I was so high off adrenaline and happiness that nothing else mattered. You have given me so many stories to tell and I will never get tired of writing new ones with you. So when the time comes, when it’s time for me to take my final breath, I will be thankful that I grew up with you.


Dans sa vie, la jeune Talia Shephard avait rencontré peu de femmes qu'elle avait pu considérer comme des femmes importantes pour elle. Comme des personnes du même sexe qu'elle pouvant se frayer une place dans sa vie et dans son univers, parce que depuis toujours elle ne savait pas comment se lier d'amitié avec des petites filles ou des adolescentes de son âge. Dès son plus jeune âge, elle avait été différente, allant trouver du soutien auprès des garçons pendant que toutes les autres jouaient à la poupée. En grandissant, elle avait choisi la voie des sports de combat quand elles préféraient toutes la danse ou une activité moins violente. Mais pour la brune, il n'y avait que des occupations aussi extrêmes que la boxe et les arts martiaux qui lui donnaient la sensation d'être en vie et qui parvenaient à la canaliser. En foyer, on avait tenté de la diriger vers quelque chose de plus doux, avant que les éducateurs comprennent rapidement qu'elle n'était pas ainsi. Tout naturellement sur sa route, elle avait rencontré des garçons avec qui elle partageait les mêmes centres d'intérêt. Des garçons qui lui ressemblaient, qui étaient comme elle. Il y avait eu Alec et Kane qui avaient toujours été ses amis masculins les plus proches, parce qu'ils la comprenaient dans toute son obscurité et dans toute sa lumière, ils savaient déceler qui elle était véritablement. Mais jamais, elle n'aurait pu imaginer trouver une jeune adolescente comme elle. Jamais elle avait pensé qu'elle pourrait découvrir son alter ego dans une brune aussi abîmée qu'elle. Puis Livia Hollister était apparue dans son sillage, elle avait été cet astéroïde percutant sa planète pour ne plus en disparaître. Et elle ne le regrettait pas. A aucun instant, elle avait regretté la présence de Livia dans son univers. Parce qu'elle avait déniché en elle, tout ce qu'elle n'avait guère osé chercher. Une alliée. Une amie. Une soeur. Une confidente. Un pilier dans son existence. Un diamant brut. Elle avait rencontré son tout, celle lui permettant de constamment tenir debout malgré les difficultés. Celle lui apportant tout l'oxygène dont elle avait besoin pour respirer. Celle lui donnant une dose de bonne humeur à chaque fois qu'elles se retrouvaient. Ensemble elles avaient traversé le pire et elles avaient réussi à s'en sortir. Au lieu de se noyer, elles s'étaient rattrapées l'une à l'autre pour retourner à la surface. A chaque fois qu'elles s'étaient tenues devant un obstacle, elles avaient  attrapé la main de l'autre pour le franchir. Pour ne pas être happées par un absolu chaos. Talia se souvenait des journées où elle voyait tous les autres éviter cette brune innocente à cause de son grand frère, elle les avait entendu se moquer et au lieu de se ranger dans cette majorité écrasante, elle s'était avancée vers Livia et elle ne l'avait plus lâché, la défendant contre vents et marées à mesure qu'elle se faisait attaquer. Elle l'avait défendu contre leurs ennemis et encore aujourd'hui, elle savait qu'elle avait la force de la défendre contre une armée entière s'il le fallait.  Car Livia était une partie de son monde. Elle était son monde. Et il lui était impossible de vivre sans elle. De ne pas compter sans leurs longues discussions, de s'imaginer dans une existence sans elle.  Au fond d'elle, elle avait ce besoin viscéral d'avoir sa meilleure amie auprès d'elle. Un besoin qui s'était amplifié depuis la mort de Jackson. Dans l'adversité, elle avait su compter sur elle. Elle avait été celle l'épaulant quand tout elle avait tout perdu. Elle était celle qui l'avait empêché de vaciller quand elle sentait que ses jambes s'écroulaient. Elle n'avait pas été la seule à lui venir en aide, mais la relation, qu'elles avaient, était particulière. Elles n'étaient pas deux banales meilleures amies,  parce qu'ensemble elles avaient connu les titans de l'Olympe, Elles avaient affronté les pires ouragans et c'était toutes ses tempêtes qui les avaient liés à jamais. Pour l'éternité. C'était au delà de l'amitié. Et personne ne pouvait le comprendre à part elles. Elles-seules savaient ce qu'elles avaient vécu, ce qu'elles avaient connu, tandis que pour tout ceux croisant leurs routes, elles étaient plus souvent deux simples jeunes femmes aimant s'amuser dans des clubs réputés. En apparence, elles en avaient l'allure dès qu'elles mettaient un pied sur le dance floor avec leurs robes sexys. Mais elles avaient quelque chose d'autres dans le regard. Ce petit plus qui les rendait différente, un brin mystérieuses et qui attirait les regards de nombreux hommes. Fait avec lequel elles jouaient outrageusement, les deux brunes ne cachant pas leur grand attrait pour la gente masculine et pour les plaisirs de la chair. Elles avaient des amants, des hommes partageant leurs nuits, et il était plus que rare qu'elles n'en parlent pas ensemble. Qu'elles n'évoquent pas leurs aventures charnelles autour d'un verre ou d'une tonne de plats chinois. Comme à leurs habitudes, elles n'avaient pas de tabous, ne comptant plus le nombre de fois où elles avaient expliqué en détail une nuit endiablée. Et si cela pouvait offusquer les plus discrets ou les plus timides, Talia et Livia n'étaient pas connues pour être des femmes s'indignant pour si peu.  « Il y a pas de mal à se faire du bien voyons ! ». Elle lui rendit son sourire, continuant de la regarder avec cet air malicieux noyé dans ses iris sombres. Elles partageaient cette philosophie, cette conception de l'existence, s'évertuant à trouver du plaisir dans une vie les ayant si longtemps malmené, ne les ayant pas épargné lorsqu'elles n'étaient que des petites filles supposées dessiner des soleils sur une feuille blanche. En s'amusant avec les hommes, elles prenaient une certaine revanche sur ce karma qui n'avait pas été de leur côté pendant tant d'années. « Tu sais bien que j'ai toujours pensé comme toi de toute façon. », répondit-elle en affichant un petit rictus au coin de sa bouche. Par le passé, elle avait réussi à s'attacher, à avoir de véritables relations en laissant rentrer quelqu'un dans sa bulle, mais elle avait fini par se fermer. Elle avait cadenacé son coeur, le protégeant avec des chaînes pour ne pas qu'on tente de la faire souffrir. Pour qu'aucun homme ne puisse la faire souffrir alors qu'elle avait perdu le seul homme important de sa vie. Depuis la mort de Jackson, elle savait à quoi ressemblait un organe vital piétiné et laissé en lambeaux sur un bitume gelé et elle était trop faible pour goûter de nouveau à une douceur aussi percutante. A un mal aussi transperçant. Au moins en ne jouant qu'au jeu de la séduction, elle ne prenait aucun risque. Tout comme Livia qui enchaînait les conquêtes et la liste des hommes faisant partie de son tableau de chasse.  « Niels ? Oui il est clairement sexy et tellement gentil d’ailleurs, je comprend pas pourquoi personne ne lui a mis le grappin dessus ! ». Contrairement à sa meilleure amie, elle n'avait pas le loisir de connaître celui dont elles parlaient, entendant uniquement parler de lui quand il arrivait à Livia de le retrouver certains soirs. Néanmoins, elle était soulagée de savoir qu'il n'était pas question d'un vulgaire petit caïd ou truand pouvant faire du mal à la brune. Depuis toujours, elle la protégeait et elle ne comptait pas changer cela, surtout pour un homme.  « Si ça se trouve il a une copine et tu le sais pas. Enfin il est au courant que tu te tapes ton patron aussi ou pas ? », concentrée sur ses tenues, elle leva les yeux pour regarder quelques secondes la jeune femme. Depuis le début, elle ne trouvait pas ce qui pouvait lui plaire chez Elias, à quelques reprises, elle lui avait même exprimé clairement son avis, pourtant elle la soutenait tout de même, parce qu'elle ne pouvait pas se détourner d'elle. Même s'il pouvait leur arriver de ne pas avoir la même opinion, elles ne se laissaient pas tomber. c'était le fondement principal de leur amitié. Ce soutien infaillible et inébranlable. Et s'il était normal pour certaines femmes d'être dédaigneuses entre elles, elles en étaient l'exact opposé. usant constamment de compliments et n'hésitant pas à utiliser des superlatifs pour se redonner confiance. Pour faire grandir cette estime qu'elles ne ressentaient guère envers elles-mêmes. « Dans une vingtaine de minutes tu seras au dessus de cette barre, crois-moi ! ». Elle se mit à rire doucement, sachant pertinemment que comme elles le faisaient habituellement, elles risquaient de se renvoyer les flatteries pour chercher laquelle des deux serait la plus irrésistible. A mesure du temps, c'était presque devenu un jeu, ayant lieu à chaque nouvel essayage de tenue dans le salon des Hollister ou dans celui de Talia. N'ayant pas dit son dernier mot, elle attendit que la jeune femme revienne de la cuisine et lui tende un verre pour répliquer. « On sera au même niveau ! Parce que t'es toujours bien trop canon pour être en dessous du niveau de quiconque !  », lança-t-elle en la fixant droit dans les yeux pour qu'elle sache qu'elle ne mentait pas. Qu'elle ne mentait jamais à ce sujet. Il pouvait arriver à Livia de douter, de ne pas la croire et aux yeux de la jeune Shephard, les doutes étaient infondés. Elle se faisait donc la promesse de la rassurer encore et encore, autant qu'il le fallait. Et de la protéger de tout quoi qu'elle doive faire pour y parvenir. Toutefois son amie n'était pas en reste, le regard qu'elle affichait et son air crispé confirmant qu'elle s'inquiétait pour elle. Pour tous ces soirs où elle rentrait avec des bleus ou des traces dues à ses nombreux combats. Cependant, elle ne pouvait pas s'en empêcher. Elle en avait besoin pour survivre, elle devait user des coups pour se vider l'esprit. Il était nécessaire qu'elle se retrouve contre un adversaire pour aller mieux. C'était l'unique manière qu'elle connaissait pour se délester des émotions si puissantes qui l'assaillaient. Ou pour faire disparaître ce mal qui sommeillait en elle. Et elle ne parvenait pas à l'expliquer à Livia, ayant peur de l'inquiéter davantage en lui faisant un aveu aussi grand quant à l'équilibre précaire dans lequel elle se trouvait en permanence.  « J’imagine qu’ils doivent être défigurés ! ». Malheureusement, cela aurait pu s'approcher de la vérité si elle ne s'arrêtait pas à temps. Ces derniers temps, elle était plus violente, réveillant  à chaque duel toute cette colère qui empoissonnait son cerveau. Elle recollait son muscle cardiaque morceau après morceau en assenant un crochant à un adversaire. En combattant, elle se guérissait de certaines blessures. Elle apaisait les tempêtes de son âme et c'était parce qu'elle pouvait sentir le regard d'Alec sur elle qu'elle parvenait à garder le contrôle. Avec le temps, il était devenu son mentor, son Yang pour qu'elle ne perde pas pied. « Ils avaient pas l'air très bien, enfin surtout leurs égos tu sais bien comment ils sont. Une fille qui les bat, t'en as beaucoup qui ont du mal avec ça. Je crois qu'il y a qu'Alec qui m'inciterait presque à réussir à le battre.... ». Elle feignit un air détaché et fier, cachant de cette façon que son addiction aux sports de combat avait une cause profonde, qu'il n'était pas simplement question d'une passion comme une autre. Essayant la robe choisie par sa partenaire, elle en profita pour trouver là-dedans une stratégie de sortie. Une solution pour fuir une discussion trop complexe et délicate. Une fois vêtue, elle se posa devant la petite brune qui la scruta de longues secondes, observant chaque détail dans la tenue.  Impassible, elle resta silencieuse à attendre son jugement, patientant pour connaître son avis. « Absolument parfaite ! Tu vois je t’avais dit que tu mettrais la barre encore plus haut ! ». Elle soupira en levant les yeux au ciel, un brin faussement exaspéré face à celle qui était incapable d'admettre sa propre beauté ravageuse. Une beauté qui se voyait sur chaque centimètre. Une beauté qui allait de ses traits parfaits et fins à ses courbes divines capables d'envoûter n'importe quel homme. Elle s'approcha de Livia, les bras croisés sur la poitrine un air entendu dessiné sur le visage. « Ca c'est parce que je suis à côté d'une femme aussi canon que toi. Il fallait que je sois à la hauteur de ta perfection ! Et ne t'avise pas de me contredire Livia Hollister », et comme pour ajouter du sérieux dans son discours, elle tendit le doigt vers elle, simulant une fausse autorité. Derechef, elle attrapa son verre sur la table, laissant le breuvage alcoolisé se répandre dans ses vaisseaux et faire effet sur tout son organisme. Elle allait probablement avoir besoin de bien plus de vin au cours de la soirée, elle en était certaine, particulièrement quand elle entendit les allusions nullement discrètes de sa meilleure amie concernant Reese Holloway. Cet homme dont elle ne voulait pas parler, ne pouvant pas expliquer avec des mots l'effet qu'il avait sur son corps, ni les sensations aussi incendiaires qu'il développait dans son esprit. Il l'attirait, c'était une évidence et le simple fait qu'elle n'ose pas en discuter avec Livia confirmait qu'il y avait plus qu'elle ne se l'avouait. Plus qu'elle ne le voulait aussi.  « On sait toutes les deux ce que ça veut dire hein ! » Elle avait toujours cette dynamique pour séduire un homme et Livia le savait. Dès lors qu'elle en avait fait sa proie, elle usait de multiples provocations pour le faire craquer. Pour qu'enfin ils tentent de la charmer. Mais il n'y avait pas que cela avec Reese. Dans leurs batailles, il n'y avait aucun gagnant, tous les deux cherchant à aller plus loin que l'autre. A obtenir plus pour qu'ensemble ils se perdent définitivement. Et c'était ce qui l'effrayait.  « Il est plus ton genre que le mien, mais il est clair que tu as raison d’en profiter. », sur les hommes elles avaient des goûts divergents, leurs regards s'arrêtant sur des êtres différents et c'était peut-être mieux pour elles. Mieux pour éviter un quelconque conflit. Mal à l'aise, sans savoir véritablement pourquoi, elle se concentra sur son verre de vin, affichant un sourire pour camoufler son embarras.  « Mais ne croit pas que je vais me contenter de cette explication sur ce Reese ! Je sais qu’il y a plus ! ». Il y avait plus, bien plus qu'elle n'avait réussi à trouver chez ses amants passés. Et c'était le pire pour elle de se sentir ainsi, d'avoir cette impression d'être inexplicablement attirée par lui. Reese ne la laissait pas indifférente, il entraînait des flammes dans chacune de ses cellules et si d'ordinaire, elle aurait cherché à fuir, cette fois-ci elle ne le faisait pas. Non au lieu de courir dans la direction opposée, elle continuait sur le même chemin, quitte à se brûler. Elle haussa les épaules faisant semblant de ne pas comprendre ce que Livia attendait d'elle.   « Ca veut rien dire. Ok il est sexy, tout ce que tu veux, mais tu crois quand même pas que je vais tomber amoureuse ? On parle de moi je te signale !  », s'exclama-t-elle d'une voix supposée convaincante. Elle ne tombait pas amoureuse, elle ne se perdait pas dans des relations compliquées, ne laissant pas les hommes avoir ce pouvoir sur elle. Pourtant, force était de constater que le grand brun avait déjà une certaine emprise sur elle. « Je sais plus ce que c'est tomber amoureuse et c'est très bien comme ça. Quant à Reese, je m'amuse avec lui. Ca nous fait rien de mal non plus de nous amuser un peu  ? En tout cas ça semble pas le déranger du tout d'avoir couché avec moi une fois. Mais ça signifie rien d'autre. Oui c'était bien mais ça s'arrête là. ». Son ton affirmé pouvait convaincre n'importe qui qu'elle disait la vérité, mais elle doutait que cela soit suffisant avec celle se tenant près d'elle. Depuis le début, elle savait qu'elle n'aurait pas dû coucher avec lui, qu'il n'était pas raisonnable qu'elle goûte à ses lèvres. Et depuis cette soirée, elle réalisait encore plus pourquoi. A présent, elle avait cette sensation qu'il s'infiltrait tel un poison dans ses veines. Un poison dont elle ne pouvait pas se défaire. Mais ne voulant pas être le point central de cette soirée et désirant repousser les interrogations de la petite brune sur Reese, elle en profita pour prendre l'ascendant, pour questionner son amie à son tour, notant rapidement le trouble perlant dans les prunelles de la jeune femme. « Tu m’as vu la dernière fois ? De quoi tu parles ? Qu’est-ce que tu vas encore t’imaginer ! ». Pour une fois, elle n'imaginait pas grand chose, ne faisant que rapporter la longue discussion qu'elle avait pu observer de loin. Mais elle comprenait que la réaction de Livia n'était pas sans fondement. Que cela voulait dire quelque chose et qu'elle pouvait continuer de creuser plus en profondeur pour en apprendre davantage.  « Rentre les griffes Hollister ! ». Un sourire naquit sur ses lèvres pour la calmer et pour éviter qu'immédiatement elle ne prenne peur en tentant de détourner leur discussion avec un petit stratagème bien ficelé. Elle ne voulait pas lui parler de cet homme du bar et Talia comptait bien en découvrir un peu plus à ce sujet. « Je t'ai juste vu avec le mec au bar du Viper en train de discuter. J'avais pas vraiment vu son visage  mais  t'avais l'air de bien discuter avec lui.  ». Elle se souvenait l'avoir vu pendant de longues minutes avec lui, quittant la piste de danse et celui qui essayait de la séduire, juste pour converser innocemment avec un semi inconnu. Et cela ne lui ressemblait pas. Elle n'était pas idiote et certainement pas naïve pour imaginer qu'il n'y avait rien. Mais pour ne pas la brusquer, elle y allait en douceur, quasi à tâtons. « Donc je me demandais simplement qui c'était.... Si c'était ta prochaine proie ou l'un de tes fidèles admirateurs. ». Elle lui adressa un regard malicieux, voyant bien que si elle était trop directe, elle n'obtiendrait aucune réponse de sa part. Et elle n'acceptait pas qu'on lui cache des choses importantes, même si  paradoxalement elle le faisait aussi régulièrement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


MessageSujet: Re: » THROUGH CHAOS AS IT SWIRLS IT'S US AGAINST THE WORLD (LIVIA)

Revenir en haut Aller en bas

» THROUGH CHAOS AS IT SWIRLS IT'S US AGAINST THE WORLD (LIVIA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Airport area :: nothing like home
-