Partagez|

La beauté de la culpabilité.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 07/10/2017
›› Love letters written : 39
›› It's crazy, I look like : Josephine Skriver
family don't end with blood
MessageSujet: Re: La beauté de la culpabilité. Mar 10 Oct - 22:40


   Appoline & Bonaventure

   La beauté de la culpabilité.

   

   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Et le voilà qui raconte qu'ils n'étaient plus heureux. Bien sur qu'ils l'étaient c'est juste que Lucy a eu peur de s'engager et lui aussi en quelques sortes. Eux deux c'était juste un moment d'égarement un moment où ils étaient tous les deux perdus, désorientés et pas franchement bien. Elle avait sans cesse Ben sur son dos qui la fliquait comme une enfant de trois ans. Il était toujours a lui envoyer des messages, a vouloir savoir ce qu'elle faisait qu'elle a juste péter un plomb faut croire. Comme si t'allais jamais trouver quelqu'un toi aussi. Vous étiez bien c'est juste que ouais, l'amour ça suffit pas toujours. Tu peux aimer quelqu'un et pas pouvoir être avec lui ça arrive a ce qu'il parait, Appo n'y croit plus franchement à l'amour a ces conneries d'âmes soeurs. Elle sera heureuse seule et le jour où elle voudra des enfants, elle se fera inséminer et voilà vive la science et la médecine moderne. Elle deviendra un grand chirurgien voilà. Elle ne regarde pas en arrière Bonaventure. C'est juste qu'au fond d'elle tu lui manques surement un peu et elle a des moments de nostalgie. le sujet devient plus gay sur leur famille, sur son frère César. Elle ne sait pas si Bonaventure sait que son frère ne l'est pas vraiment. Le sang n'est pas ce qui fait d'eux une famille faut croire c'est plus profond. Ils ont apprit à vivre ensemble, a s'apprivoiser et Appoline ne laisserais jamais personne faire du mal a son César. Ils sont mêmes chanceux, ils ont Melchior, leur petit frère. C'est pas facile tous les jours et Appoline est régulièrement préoccupée par l'état de santé de son petit frère mais elle l'aime tellement que ça fait tous pour elle. Il sera jamais chirurgien, il ne fera probablement jamais d'études mais elle est tellement fière d'être sa soeur. Bonaventure lui apprend alors que lui aussi il y a une petite soeur de 4 mois. Ca la fait sourire, elle reprend Il a deux ans et demi, presque trois il pousse vite oui ! Ta soeur s'appelle comment ? Tu dois etre un frère gaga ! oui elle le pense. Une fille entre dans la salle de restaurant et Bonaventure lui demande de jouer le jeu mais Appoline n'a pas envie alors elle refuse. Non elle ne l'aidera pas a humilier une ex comme ça. Il lui explique alors que cette fille est une vraie tarée et Appoline rigole, elle n'en croit pas un mot Arrête cette fille est magnifique et elle a pas la tête d'une tarée. en rigolant moitié parce que franchement. Oui et bien moi je ne jouerais pas ta petite amie. non c'est non elle ne l'aidera pas solidarité féminine. La fille débarque alors et Appoline ne s'attendait pas à ça. Elle n'a pas besoin de longtemps pour voir qu'elle est complètement perchée. Elle finit par souffler lui coupant la parole alors qu'il essaie de s'en sortir Mademoiselle est juste sa copine. Tu veux que je t'arrache tes extensions à l'appeler chéri ou comment ça se passe ? qu'elle reprend calmement en restant assise faisant tourner son verre d'eau dans sa main. Elle finit par se lever pour être à sa hauteur Appoline Bernasconi Chevrolet. Pas la peine de faire cette tête je sais que t'es impressionnée. Maintenant "chérie" ce sont nos 6 mois alors si tu pouvais gentiment partir. Appoline la nargue, Appoline fait la grande, Appoline la provoquerait presque, Appoline fait la belle. Elle s'imagine que c'est Ben à la place de Bonaventure, Ben qui se fait draguer lourdement. Lui il aurait déjà frappé depuis longtemps si la situation avait été inverse. Elle s'imagine qu'il est encore en couple avec Lucy et qu'elle doit garder le territoire de sa copine tous sauf qu'elle est vraiment en couple avec lui parce que ce serait trop compliqué.

AVENGEDINCHAINS
   


Appoline
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 03/10/2017
›› Love letters written : 53
›› It's crazy, I look like : Don sexy Benjamin
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: La beauté de la culpabilité. Ven 13 Oct - 21:56


   Appoline & Bonaventure

   La beauté de la culpabilité.

   

   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Bonaventure n’allait pas revenir sur le sujet des amours. Il ne voulait pas expliquer à Appoline combien il lui était justement difficile de rencontrer quelqu’un. C’était un fait. Plus tôt il l’admettrait et plus tôt il pourrait passer à autre chose dans sa vie. Le fauteuil rendait certaines femmes frileuses à moins que le problème vienne de lui tout simplement. A force de se sentir diminué dans sa virilité, il en oubliait peut-être un peu vite qu’il pouvait être un homme charmant et attirant pour la gente féminine. Bonaventure vivait dans le déni le plus total avec en première position : le devoir de ne pas être heureux.  « La nostalgie ne fait aucun bien. Nous étions que des gamins à cette époque » hausse-t-il les épaules. Il ne voulait pas manquer à Lucy. Finalement, il ne voulait plus en entendre parler. C’était trop douloureux, c’était lui rappeler des souvenirs trop traumatisants. Il se demanda brièvement comment allait Emilia, son amie. Cette dernière avait été d’un grand secours quand il s’était réveillé à l’hôpital, privé de l’usage de ses deux jambes. Elle avait été son soutien, son amie mais aussi en quelque sorte, un baume pour son cœur. Le métisse se promit de prendre de ses nouvelles dès le lendemain. Qui sait, peut-être pourrait-il l’inviter quelques jours dans sa maison au bord de la plage. En somme, il s’efforçait de chasser Lucy de son esprit et il y parvint grâce à leur récent sujet de conversation : les enfants ou plutôt son petit frère et sa petite sœur.  « Elle s’appelle Hope… J’en suis complètement fou. Elle est si petite, si mignonne. Tu sais, mes parents étaient certains d’être dans l’incapacité de concevoir un enfant, d’où mon adoption. Cette petite, c’est juste un miracle » avouait-il en taisant le fait que durant une bonne partie de la grossesse de sa mère, il l’avait passé à faire la gueule à ses parents justement parce qu’il se comportait comme un enfant capricieux qui se voit menacé dans son statut d’enfant roi.

Quoiqu’il en soit, les ennuis vinrent rapidement à leur table en la personne de Maggie : créature sublime dont il n’arrivait pas à se défaire. Tout homme serait honoré d’être ainsi harcelé par une pareille femme car elle était magnifique avec ses longues jambes.. Seulement, Bonaventure savait que derrière tout ce charme, se cachait une personnalité bien trop instable pour être honnête. Maggie était malade et lui, il ne savait plus comment s’en débarrasser. Appoline vint à secours, à son plus grand étonnement puisqu’elle lui avait pourtant signalé qu’il devait se débrouiller tout seul.  « C’est impossible, je ne t’ai jamais vu lui rendre visite ! Qu’est-ce qui me prouve que tu es bien sa petite-amie ? » insista la jeune femme tandis que le métisse envoyait une œillade désolée à la belle Appoline. Il semblait lui dire : laisse tomber, je vais rentrer à la maison, elle ne lâchera pas l’affaire.  «  Je ferais mieux d’y aller » dit-il en secouant la tête. Ce dîner n’était à la base pas une très bonne idée alors autant y mettre fin.
AVENGEDINCHAINS
   
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 07/10/2017
›› Love letters written : 39
›› It's crazy, I look like : Josephine Skriver
family don't end with blood
MessageSujet: Re: La beauté de la culpabilité. Sam 14 Oct - 17:44


   Appoline & Bonaventure

   La beauté de la culpabilité.

   

   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]C'est une situation bien compliqué qu'elle a du mal a accepter. Elle essaie de se dire que c'est rien, juste un diner entre amis et rien de plus mais pourtant au fond d'elle elle sait que c'est sans doute la pire chose qu'elle peut faire de passer du temps avec lui parce qu'après tous c'est avec lui que Ben a finit cocue. Elle a du mal a accepter cette situaton finalement c'était peut etre mieux quand ils étaient loin l'un de l'autre et pourtant là voilà ici avec lui le temps d'un diner. Il parle de Lucy et ça l'agace d'entendre ça parce qu'ils s'aimaient et qu'au fond on oublie jamais son premier amour il faut le dire elle n'oubliera jamais le sien même si il est loin maintenant, il lui a laissé le monde. Elle soupire reprenant Elle reste ton premier amour. oui et ça ne s'oublie pas voilà ce qu'elle croit au fond même si pour elle l'amour c'est bien lointain maintenant ça n'existe plus parce qu'elle ne souffrira pas une fois de plus, elle ne changera pas une fois de plus pour quelqu'un. La conversation devient plus légère, elle pense a son petit frère, cet amour qu'elle aime tellement. Il lui donne le sourire même si c'est pas facile tous les jours elle ne l'aimerait pas plus si elle était "normal" a entrer dans ces cases. Non elle l'aime comme il est et son sourire vaut tous l'or de son monde. Tu devais être content d'avoir une petite soeur, elle sera chanceuse plus grande. oui elle aura toujours quelqu'un pour la protéger le connaissant comme César le fait avec elle au final.

Un parasite s'incruste a la soirée, une des femmes du jeune homme et Appoline la laisse d'abord faire avant d'essayer d'aider son ami Bonaventure. Elle se fait passer pour sa copine mais la fille n'en croit pas un mot au final. Elle lui demande des preuves et pourtant elle devrait pas en avoir besoin. Mon appartement est simplement plus beau que le sien et on a pas besoin d'être collés lui et moi. Bonaventure est prêt a partir et Appoline reprend Ah non j'ai pas finit ma cervelle ! on va pas l'en priver quand même ? C'est si difficile de trouver de la cervelle bien faite. Elle lache Bonaventure du regard et regarde l'autre fille pour reprendre Tu me fais vraiment de la peine chérie. Tu veux une preuve ? faudra pas qu'elle pleure après. Appoline part derrière Bonaventure, elle tire son siège en arrière en reprenant Excuse moi Canard. Oui canard ce sera son petit nom au même titre de Bébé, mon coeur et elle en passe. Elle fait un sourire satisfait cachant son stresse avant de s'avancer vers lui. Elle s'assoit sur ses genoux et finit par approcher son visage du sien pour capturer ses lèvres. Elle pensait que ça ne lui ferait rien depuis le temps et pourtant non, ses sens se réveillent au contact de ses lèvres, la chaleur monte en elle. Elle finit par stopper le baiser et évitant le regard du jeune homme. Elle retire ses mains d'autour de son cou et regarde la fille reprenant Voilà t'es contente ? en se forcant a sourire. Elle se relève reprenant sa place pour dire Maintenant t'as déjà gaché ma soirée, prends une chaise, installe toi à notre table aussi. si elle accepte c'est vraiment une débile.

AVENGEDINCHAINS
   


Appoline
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 03/10/2017
›› Love letters written : 53
›› It's crazy, I look like : Don sexy Benjamin
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: La beauté de la culpabilité. Hier à 21:31


   Appoline & Bonaventure

   La beauté de la culpabilité.

   

   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] « Excuse moi si je t’ai donné l’impression de prendre ma relation avec Lucy de manière superficielle. C’est juste plus facile pour moi de me dire que tout cela est derrière moi, que cela n’a plus d’incidence sur mon présent. Lucy reste mon premier amour, la seule femme que j’ai aimé au point de vouloir l’épouser… En fait, c’est juste… Je crois que je n’aurais jamais du t’interroger là-dessus » dit-il en secouant la tête. Bonaventure n’oubliait pas qu’il avait trompé Lucy. Il s’en mordait toujours les doigts tant la fidélité était une valeur sacrée à ses yeux. Ce qu’il avait vécu, l’espace de quelques heures avec Appoline n’aurait jamais dû exister même s’il ne se voilait pas la face : la brune l’avait attiré, elle continuait d’exercer une certaine fascination sur son être. Seulement, elle incarnait sa lâcheté, son impardonnable erreur. Une telle situation ne pouvait se reproduire, voilà pourquoi il avait coupé les ponts. Le métisse avait préféré partir plutôt que de s’avouer qu’une petite part en lui, ne regrettait pas leur écart.  « Je le suis… Je ne la vois pas assez à mon goût puisque mes parents habitent toujours Washington mais je compte passer le week-end prochain si mon rédacteur en chef m’accorde ce congé exceptionnel » dit-il. Et puis, il devait consulter son médecin. Bonaventure ne perdait pas de vue son principal objectif : remarcher. Il y croyait encore malgré son manque d’allant. Il voulait y croire, il en avait besoin.

Le problème qui se posait actuellement dans sa vie, n’était en rien lié à son fauteuil mais plutôt à une femme : Maggie. Elle avait tout pour elle : une beauté à couper le souffle, une carrière de mannequin qui n’attendait que la bonne opportunité pour percer… Son seul problème : une santé mentale défaillante et une obsession malsaine à son égard. Bonaventure ne savait plus comment s’en débarrasser et quand il vit Appoline se lever pour s’approcher de lui au point de s’asseoir sur ses genoux, le jeune homme comprit. Il avait un plus gros problème à gérer que Maggie. Bizarrement, dans un réflexe naturel, ses mains se posèrent sur les hanches de cette dernière et quand ses lèvres vinrent embrasser les siennes, elles se mirent à caresser son dos. Ce baiser n’aurait du lui faire ni chaud ni froid mais il le troubla profondément au point qu’il en oubliait presque où ils étaient.  « Tu...Tu ne pourras jamais le rendre heureux ! Il finira par te quitter… Je n’ai juste qu’à attendre qu’il se lasse de toi » bafouilla Maggie, les larmes aux yeux. Elle était à la fois l’image même de la tristesse et de la haine personnifiée.  « Maggie… s’il te plait » dit-il après s’être raclé la gorge. Ladite Maggie le fusilla du regard.  « Crois moi, on en a pas fini toi et moi ! Tu me le paieras Bonaventure… Tu es à moi, à personne d’autre » cracha-t-elle avec colère avant de quitter le restaurant. Le jeune homme se passa une main sur le visage.  « Désolé.. pour ça et merci...de m’avoir aidé » dit-il en grimaçant.  « Le moins que je puisse faire maintenant, c’est de dire à Dave que tu as remporté le pari ! Je te promets de te faire passer pour la reine des amantes » reprit-il avec une grimace amusée.  
AVENGEDINCHAINS
   
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 07/10/2017
›› Love letters written : 39
›› It's crazy, I look like : Josephine Skriver
family don't end with blood
MessageSujet: Re: La beauté de la culpabilité. Hier à 22:17


   Appoline & Bonaventure

   La beauté de la culpabilité.

   

   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]L'amour n'existe pas. Voilà le constat qu'Appoline Bernasconi a fini par faire. Elle est tombée amoureuse une fois, une belle fois mais c'est fini. En plus elle l'a trahi, un soir avec son meilleur ami. Elle a toujours eu une attirance pour lui mais elle n'est pas une fille infidèle et Bonaventure lui rappelle cette erreur alors même si elle voulait le garder dans sa vie elle l'a laissé prendre des distances jusqu'à plus se voir du tous. Parce que c'est plus simple, parce que Ben ne devait jamais savoir et Lucy non plus. Pas si tu ne voulais pas avoir la réponse effectivement. et pas non plus si il voulait dénigrer Lucy elle a été son amie et Appoline ne le laissera jamais faire. Appoline ne dira jamais que Ben n'était qu'une histoire comme ça, c'est faux, c'est ridicule en plus de ça parce qu'elle l'aimait, il était chiant, il était insupportable, il était jaloux, il était possessif et avec du recul elle sait maintenant qu'elle aurait certainement voulu connaitre autre chose un jour mais elle l'aimait. Quand Appoline pense à son petit frère elle pense toujours a des tas de choses, a ce qu'il représente, a ce qu'il a. Oui parce que son frère n'est pas comme les autres mais elle l'aime tellement comme il est. Il ne peut pas encore le savoir mais elle a douté pour la médecine pendant des semaines, elle avait l'impression qu'elle serait toujours Appoline Bernasconi la fille du grand Docteur Bernasconi et à cause de lui elle a finit par comprendre qu'elle avait ça dans le sang et qu'elle devait devenir médecin, qu'elle devait faire évoluer les choses, faire des découvertes. C'est pour une raison exceptionnelle ? la famille c'est quelque chose d'important et Appoline donnerait tous pour sa famille, elle donnerait le reste de sa vie à la médecine mais sa famille, celle qu'elle a aujourd'hui avec César, Esmé, Richard et William elle ne veut pas que ça change et elle suppose que pour Bonaventure c'est pareil.

Une fille canon mais dérangée mentalement s'invite à la table et c'est un mauvais moment à passer pour Bonaventure il faut le dire elle est piquée la petite. Appoline veut lui montrer qu'avoir Bonaventure c'est pas si facile parce que c'est pas en l'harcelant qu'il lui prêtera de l'attention. Non et c'est pas non plus en faisant la fille complètement in love il s'en fiche pas vraie ? Quand elle voit comment était Lucy mais comment cette fille peut penser avoir ses chances. Appoline finit par se lever, tirer le fauteuil de Bonaventure pour aller sur ses genoux et l'embrasser. Ca devrait rien lui faire, ça devrait la laisser indifférente comme d'embrasser n'importe qui mais non apparemment il lui fait encore de l'effet et c'est compliqué a contenir. Ses bras viennent autour de son cou quand il lui rend ce baiser elle en oublierait tous. Heureusement Maggie la fait redescendre sur terre meme si elle a chaud il faut le dire. Comme si ce feu ardant entre eux n'était jamais parti et il faut absolument qu'elle se reprenne en main en plus de ne rien montrer. Bouh me dis pas que tu vas pleurer chérie ? qu'elle reprend en finissant par se relever Ne demande pas de preuve que tu ne veux pas voir. Maintenant je ne suis pas une fille jalouse mais tu devrais arrêter de mettre mes nerfs à l'épreuve. Il ne se lassera jamais de moi et tu devrais te faire une raison et passer à autre chose parce que tu me fais vraiment de la peine. Oui cette fille devrait aller consulter la pauvre c'est grave d'être piquée comme ça, accro a ce point sans avoir rien eu. Appoline s'assoit a sa place et finit sa cervelle parce que ce n'est pas bon froid et qu'elle doit penser à autre chose. Maggie s'en va et Appoline peut enfin respirer un peu parce que la lourdeur mon dieu. De rien qu'elle répond simplement en essayant de montrer le plus grand détachement que possible. Je le suis en même temps qu'elle répond avec un sourire amusée sans pour autant le regarder. Elle finit son assiette pose ses couverts et reprend Bon moi j'ai faim d'un dessert, tu vas prendre quoi toi ? oui une stratégie pour dévier de conversation voilà ce que c'est.

AVENGEDINCHAINS
   


Appoline
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 03/10/2017
›› Love letters written : 53
›› It's crazy, I look like : Don sexy Benjamin
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: La beauté de la culpabilité. Hier à 22:31


   Appoline & Bonaventure

   La beauté de la culpabilité.

   

   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Bonaventure préférait ne rien répondre au sujet de Lucy. Il n’en avait ni le courage ni l’envie. Après tout, il avait eu sa réponse quant au devenir de cette dernière : elle était heureuse, mariée. Il devait l’accepter et lui aussi tourner la page. Pourtant, son histoire d’amour continuait de le hanter. La preuve avec sa relation auprès de Mira. Elle avait été présente pour lui, elle l’aurait été après son opération s’il l’avait laissé faire. Seulement, il avait préféré fuir plutôt que de voir la compassion dans son regard, plutôt que de subir un autre rejet. Son coeur ne l’aurait pas supporté. Le métisse avait beau chercher l’amour, vouloir à nouveau rencontrer quelqu’un, il savait qu’il n’y était pas prêt. Tôt ou tard, il pendrait la fuite car c’était ainsi qu’il était maintenant : bien trop tourné vers le passé, bien trop rongé par ses démons pour accepter de l’amour dans son quotidien.  « Je dois rencontrer un médecin pour mon dos. Il a un créneau car c’est un grand spécialiste… J’espère pouvoir le rencontrer sinon, j’attendrai une nouvelle occasion » hausse-t-il les épaules. Il ne voulait pas s’étendre sur le sujet. Bona espérait sûrement en vain et en même temps, il n’avait plus d’espoir. Un dangereux cocktail pour ses nerfs : sa tête refusait d’y croire, son coeur lui, soufflait le contraire. Pour sa sœur, il espérait la revoir avant les fêtes de fin d’années car à son âge, cela poussait tellement vite.

Il y avait quelque chose d’autre qui poussait ce soir et c’était Maggie. Maggie, la beauté dérangée. Avec le recul, il estimait ne pas mériter une telle obsession. Il ne partageait rien avec elle, il la connaissait à peine et surtout, il la considérait comme une femme trop superficielle pour lui plaire sur le long terme. Bonaventure préférait les femmes normales, celles qui appréciaient d’aller au cinéma, de manger normalement bref… une femme avec qui partager quelque chose autre qu’une partie de jambe en l’air. Toutefois, il ne s’attendait pas à partager un nouveau baiser avec Appoline et encore moins, à en sortir frustré de ne pas prolonger le contact plus longtemps. Qu’est-ce qu’il avait en tête ?! Cette femme lui était interdite ! Il refusait de ressentir la moindre attirance. Une fois ce diner terminé, ils reprendraient chacun leur vie sans jamais se recroiser.  « Attention les chevilles… » rit-il en secouant la tête avant de se retenir avec force de répondre : qu’en dessert, il aimerait bien la savourer elle. Bon sang, devait-il être en manque pour réagir de la sorte.  « Un gâteau au chocolat ! Je ne résiste jamais au fondant au chocolat » dit-il avec les yeux pétillants de malice et de gourmandise.  « Et toi ? » demandait-il en faisant signe au serveur qu’ils souhaitaient commander pour la suite. Le repas touchait à sa fin… Le dessert, l’ultime étape avant la séparation.  
AVENGEDINCHAINS
   
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 07/10/2017
›› Love letters written : 39
›› It's crazy, I look like : Josephine Skriver
family don't end with blood
MessageSujet: Re: La beauté de la culpabilité. Hier à 22:57


   Appoline & Bonaventure

   La beauté de la culpabilité.

   

   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Il a cherché maintenant il sait voilà tous. Appoline ne sait pas trop ce qui est le plus compliqué, d'avoir son ex enterrer au fond d'un trou ou son ex qui a refait sa vie. Oui elle n'a jamais pu rompre, la dernière fois qu'ils se sont parlé c'était en voiture alors qu'il lui faisait une énième crise voilà tous. Il était jaloux parce qu'elle a parlé à un mec, un seul en une journée et pour une fois elle ne s'est pas écrasée, il était au volant il s'est retourné pour lui dire probablement encore la même chose : qu'elle chauffait les mecs et elle en passe mais il n'en a pas eu le temps. C'est le trou noir pour la suite, Appoline se rappelle des brides, s'être réveillée sur la banquette arrière le visage en sang et l'avoir vu, sans vie devant elle. Elle a hurlé, pleuré, elle voulait sortir de là. Bonaventure était inconscient et elle était seule. Elle a cottoyé la mort et elle ne souhaite cette expérience a personne. Il lui parle d'un spécialiste, l'un des meilleurs prêt à le recevoir, ça l'agace parce qu'au fond si il lui avait demandé elle aurait pu demander a son père de faire en sorte qu'il rencontre le meilleur dès demain. Tu sais que si tu m'avais demandé t'aurais pu avoir un rendez-vous dès demain. Il y a pas mal de chirurgien qui apprécient assez mon père pour lui rendre ce service. et Appoline l'aurait fait pour lui. Elle est sérieuse mais si il ne veut pas c'est son choix.

Les choses bougent et évoluent rapidement. Pour faire fuir une certaine Maggie Appoline finit par aller sur les genoux de Bonaventure pour l'embrasser. Et c'est le drame au fond, parce que le feu ardant dans son ventre ne semble pas s'éteindre et c'est gênant. Elle ne peut plus penser à ça, elle ne peut plus penser a sa peau qu'elle a gouter seulement quelques heures ça devrait pas se passer comme ça. Monde cruel. Elle attend que Dieu la foudroie, elle ne croit pas en Dieu et pourtant là elle prie pour être foudroyé sur place et sortir de cet enfer. C'est un enfer, parce qu'elle sait qu'elle n'est pas indifférente. Elle se rassoit à sa place, finit son dessert quand l'autre s'en va presque en pleurant. Appoline a de la peine pour elle, pauvre petite. Un peu serrée dans mes baskets mais à part ça, ça va. qu'elle reprend avec le sourir. Oui elle ne se prend pas au sérieux même si elle sait ce qu'elle peut valoir sans prétention. Vient le moment du dessert. Après ça elle pourra parcourir Tinder à la recherche d'un mec pour passer la nuit et oublier Bonaventure, ce baiser et cette envie qu'elle a de fusionner avec lui. Il veut prendre un gateau au chocolat et sans même regarder le menu Appoline reprend Ah moi j'ai vu tantôt sur dans les plats qui ont défilés, je vais prendre une tête de nègre! qu'elle sort au serveur scotché elle le regarde reprenant Bah quoi ? Vous en avez non ? J'ai vu notre voisine de tout à l'heure qui en avait deux Oui Appoline n'est pas sortable il faut le dire. Vous voulez dire une boule meringuée au chocolat mademoiselle ? Appoline hausse les épaules sans comprendre que ce qui le dérange c'est le "politiquement correct" elle déjeune avec Bonaventure il faut arrêter de voir le mal partout C'est la même chose il me semble non ? Mais si vous voulez je vais prendre ça. elle sourit, rend sa carte contente d'avance pour son dessert.

AVENGEDINCHAINS
   


Appoline
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 03/10/2017
›› Love letters written : 53
›› It's crazy, I look like : Don sexy Benjamin
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: La beauté de la culpabilité. Hier à 23:26


   Appoline & Bonaventure

   La beauté de la culpabilité.

   

   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Appoline semblait presque vexée qu’il n’ait pas fait appel à elle, ce qui eut le don de le faire sourire avec amusement.  « Je te rappelle au passage que cela faisait des années que nous nous étions pas parlé. Cela aurait fait bizarre si du jour au lendemain, je t’avais appelé en mode : tiens, tu peux jouer de tes relations pour m’obtenir un rendez-vous médical ? Surtout que je ne connaissais pas ton numéro » lui expliqua-t-il. Bonaventure y mettait un tout petit de mauvaise fois car avec ses compétences de hacker, il pouvait fort bien la retrouver en deux trois clics. Le truc, c’est qu’il avait mis ce passé derrière lui, depuis quelques temps déjà. Il voulait se consacrer à son travail de journalisme, il ne voulait plus penser au reste. Tout cela appartenait à une ancienne vie, à une existence qu’il fuyait comme la peste.  « De toute manière, je sais qu’il me faut être patient alors un peu plus ou un peu moins, cela ne fera guère de différence et puis… Je suis bien confortable dans mon fauteuil » dit-il avec un sourire espiègle. Comme toujours, il se cachait en faisant le clown car il n’aimait pas se plaindre et il n’aimait pas qu’on s’apitoie sur son sort. Enfin, pour le dernier cas, la jeune femme lui avait montré que cela ne serait jamais le cas.

Autre chose qui ne devait jamais arriver : cette tension sexuelle, ce désir presque irrépressible qu’il avait de l’embrasser à nouveau, de sentir son corps contre le sien. A quoi pensait-il ?! Elle avait fait une bonne action pour l’aider à se séparer de Maggie, rien de plus, rien de moins. Appoline n’était plus la jeune femme qu’il avait connu: elle s’était émancipée, elle avait pris sa liberté. Non, ils étaient complètement différents… Il n’était même pas certain qu’ils puissent à nouveau être amis. Un sourire étira à nouveau ses lèvres quand elle répondit à sa boutade par une autre.  « Tu veux que je te prête mon fauteuil ? » rit-il en secouant la tête. Le choix du dessert fut une nouvelle fois, l’occasion pour la demoiselle de sortir de bonnes répliques au point que Bonaventure dut camoufler son rire derrière une quinte de toux. Décidément, elle n’était pas sortable songea-t-il avec humour, suivant l’échange avec le serveur avec attention.  « Je crois que tu l’as choqué » dit-il en secouant à nouveau la tête. La fin du diner fut en demi-teinte, chacun perdu dans ses pensées. Du côté de Bonaventure, il ne cessait de s’insulter copieusement pour cette façon qu’il avait envie de la renverser sur la table. Depuis quand s’était-il transformé en un homme guidé par son deuxième cerveau ?! L’addition vint rapidement et les deux (ex) amis partagèrent la note avant de se retrouver sur le trottoir, devant le restaurant.  « Eh bien… tu es venue en voiture ? Sinon je peux te ramener chez toi. Cela me dérange pas et j’aime pas trop savoir que je laisse une belle jeune femme, seule, la nuit » dit-il car dans l’époque où ils vivaient, il valait mieux être prudent.  « Ma voiture est juste là » dit-il en désignant une ford Edge noire, son SUV.  
AVENGEDINCHAINS
   
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 07/10/2017
›› Love letters written : 39
›› It's crazy, I look like : Josephine Skriver
family don't end with blood
MessageSujet: Re: La beauté de la culpabilité. Hier à 23:49


   Appoline & Bonaventure

   La beauté de la culpabilité.

   

   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Oui il aurait pu l'appeler elle l'aurait aidé mais non apparemment il est trop orgueilleux pour ça. Il a trop de fierté le petit ou peut etre qu'il avait juste oublié qu'elle existait. Visiblement t'aurais pu le demander à Dave je suis dans ses contacts favoris et ça énerve d'ailleurs beaucoup ça copine autant que ça fait rire Appoline. C'est méchant d'être l'origine d'un problème de couple mais Appoline est égoiste, bien trop pour laisser Dave qui est son ami. C'est vrai qu'il a l'aire cool. Mais bon, je dis juste qu'en ... trois coups de fils je t'aurais obtenu un rendez-vous avec ce fameux grand chirurgien. oui et Appoline qui est en médecine est passionnée par absolument tous même si sa vocation c'est la chirurgie cardio thoracique au plus grand désarois de son père qui la voyait déjà prendre sa suite mais Appoline a été claire : elle veut marquer l'histoire de la médecine toute seule et elle y arrivera.

Maggie fait une apparition et suite à cela Appoline a bien du mal a se contenir. Elle pense à son corps contre le sien, a sa bouche sur sa peau et mon dieu rien que d'en parler elle a chaud. Elle essaie de ne rien montrer, se concentre, elle fait la belle pour cacher sa gêne et reprend avec un léger sourire Ca me dérangerais pas mais t'as l'aire si bien dedans oui et elle va pas le faire marcher il faut pas déconner non plus. Elle fuit son regard, c'est comme des flammes et elle va brûler en enfer si elle le regarde trop longtemps. Elle se concentre sur le dessert peut être que du chocolat va l'aider a calmer ses ardeurs mais apparemment sa demande est bien trop incorrect. Sérieusement ? Comme si elle était raciste surtout avec Bonaventure a sa table et quand on voit la tête de ses frères franchement c'est risible, c'est pas de sa faute si elle a toujours appelé ça comme ça. Je vois franchement pas pourquoi, c'est pas de ma faute si ça s'appelle comme ça quand même. qu'elle reprend non sans mauvaise foi. Mais en même temps voilà c'est pas de sa faute si les gens voient le mal partout. Le dessert ne calme malheureusement pas ses ardeurs et c'est compliqué. Le feu dans son ventre est présent, son corps la contrôlerait presque et elle doit tenir. C'est pas bien alors qu'elle se sorte ça de la tête, une fois pas deux. Appoline paye sa part comme convenu et elle sort dehors remettant sa veste, il commence moitié a caillé et c'est vrai qu'elle n'a pas la tenue la plus adapté pour le froid ou même pour un rendez-vous direz vous. Euh non c'est Alfred qui m'a emmené mon chauffeur t'en fais pas je vais l'appeler et il sera là dans 5 minutes max. oui elle ne va pas partir avec lui quand même Bon beh ... salut et merci pour la soirée. qu'elle reprend sortant son portable pour composer son numéro rapide le 4 parce que c'est comme ça. Malheureusement pour elle le répondeur se fait entendre, elle commence a lui laisser un message Oui Alfred c'est Appoline, je t'appelais parce que j'ai finis le restaurant et ... Tu sais quoi, prends ta soirée je vais me débrouiller pour rentrer, on se voit demain à 9heures je commence ma garde à 10. Bye elle voit Bonaventure au loin et elle ne veut pas qu'Alfred se déplace pour elle, il doit dormir et il est tellement là à chaque fois que finalement elle peut lui laisser sa soirée. Elle retourne jusqu'à la voiture indiqué par Bonaventure plus tot et ouvre la portière pour s'assoir sur le siège passager. Finalement il dormait et je suis tombée sur son répondeur alors je me suis dis que je pourrais lui laisser sa soirée et que tu pourrais me ramener si ça te dérange pas ? oui en tous bien tout honneur évidemment. Elle met sa ceinture et souffle un coup comme pour évacuer tous ça, cette envie qu'elle a et qu'elle ne doit pas faire. Qu'elle résiste.

AVENGEDINCHAINS
   


Appoline
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 03/10/2017
›› Love letters written : 53
›› It's crazy, I look like : Don sexy Benjamin
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: La beauté de la culpabilité. Aujourd'hui à 0:06


   Appoline & Bonaventure

   La beauté de la culpabilité.

   

   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] « Appoline, je ne suis pas devin, j’ignorais que tu étais amie avec Dave. Arrête de faire ta tête de mule… J’ignorais tout de ta vie il y a encore même pas une heure » dit-il en levant les yeux au plafond, légèrement agacé qu’elle continue à lui reprocher de ne pas l’avoir appelé alors qu’il ne savait même pas qu’elle était à Los Angeles et encore moins proche du même couple d’amis que lui.  « Si cela peut te consoler, la prochaine fois, je passerai par toi » dit-il en sachant pertinemment qu’il n’en ferait rien. Il valait mieux qu’ils en restent à ce statut quo de chacun sa vie. Le métisse ne se voyait pas jouer les meilleurs amis comme par le passé. Ils avaient changé et ce serait trop étrange. Il ignorait même si Appoline et lui, partageaient encore les mêmes goûts. Fut-une époque où il lui aurait proposé de passer Halloween ensemble pour s’amuser à se faire peur. Lucy et Ben n’étant pas de grands adorateurs de cette fête, combien de fois s’était-il retrouvé à passer la nuit sur le canapé, dans le noir, aux côtés de la brune ? Trop souvent. Et pourtant, il avait fallu un cinéma pour qu’ils dérapent dans une voiture, à croire que c’était écrit. Là encore, il préférait chasser cette pensée parasite de son cerveau.

Le dîner se termina sans encombre, mise à part le mini scandale provoqué par la commande d’une tête de nègre. Bonaventure aimait beaucoup ce dessert soit dit en passant. Là où cela devenait presque gênant, c’était que l’un comme l’autre évitait de se regarder dans les yeux, préférant se concentrer sur leur assiette et surtout ne pas penser à cette tension sexuelle qui s’était abattue sur eux. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas ressenti ce genre d’attraction pour une femme. La dernière en date : Athena. Son acte manqué ! Il aurait pu vivre une belle histoire avec cette femme mais il était entré dans sa vie, à un moment où elle n’était pas libre. Aujourd’hui, elle vivait toujours sur Boston, et elle lui manquait surtout qu’il s’inquiétait beaucoup suite à leur dernier texto.  «  Merci à toi.. Cela m’a fait plaisir de te revoir » dit-il un peu gauchement. Il ne savait pas trop quoi dire d’autre… Tout cela était étrange ! En tous les cas, Bonaventure fut presque soulagé qu’elle décline son invitation à la ramener car se retrouvé dans une voiture, avec elle, lui rappelait trop de choses. Le jeune homme se dirigea donc vers sa voiture où il se sépara de son fauteuil non sans grimacer de douleur. C’était toujours une épreuve que de sortir de cet engin de malheur mais il soupira en retrouvant le siège confortable de son SUV. Il s’apprêtait à démarrer quand la portière passager s’ouvrit pour laisser place à Appoline.  « Non du tout ! Tu habites où ? » demande-t-il en appuyant sur le bouton pour faire démarrer le moteur.  « Ton chauffeur va apprécier de rester au lit, j’en suis sur » dit-il alors qu’il s’engageait sur le trafic plus que fluide vu l’heure qu’il était.  
AVENGEDINCHAINS
   
Revenir en haut Aller en bas

La beauté de la culpabilité.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Triangle platinum :: la boheme
-