Partagez|

just call us the angels of the apocalypse ✾ hollisters

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 24/04/2017
›› Love letters written : 208
›› It's crazy, I look like : ade kane
family don't end with blood
MessageSujet: just call us the angels of the apocalypse ✾ hollisters Mer 20 Sep - 19:12

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jason and Livia Hollister
THERE WAS THIS MOMENT, THIS ONE MOMENT, WHERE
EVERYONE ELSE FELL AWAY AND IT WAS JUST THE TWO OF US

---------------✭---------------

La nuit est tombée depuis bien longtemps et pourtant, Livia Hollister arpente les rues de Los Angeles, seule et dans un état plus que pitoyable. Son mascara a coulé le long de ses joues, y laissant des traînées noires sur son visage de porcelaine ; ses cheveux sont en bataille et elle tient ses hauts talons dans sa main droite, les laissant se balancer au rythme de ses pas. L’autre main amène fréquemment une cigarette à ses lèvres afin de lui offrir une bouffée déstressante et libératrice malgré sa nocivité. D’un geste rapide elle balaie ses cheveux en arrière et soupire avant de frotter rapidement ses joues histoire d’effacer toute trace de la crise à laquelle elle vient d’assister et d’être actrice. Comme souvent, sa relation avec Elias Edison était compliquée et terriblement conflictuelle. Comme à l’accoutumer, il était question d’une histoire de jalousie, et une violente dispute s’en était suivie sans qu’elle ne l’ait véritablement vue venir. Elle lui avait fait bon nombre de reproche, il en avait fait autant et la surenchère des cris, des pleures avait abouti sur la violence, comme d’habitude. Et comme toujours, Livia, victime du dérapage de celui qui était à la fois son boss et son petit ami secret ou presque, s’était sentie terriblement coupable et fautive. Si bien qu’elle ne s’était pas dit que le premier endroit dans lequel elle devait se rendre après cette énième altercation aurait dû être le commissariat le plus proche. Non, elle avait simplement décidé de s’échapper, prétextant devoir prendre l’air et ne plus vouloir le voir jusqu’à nouvel ordre. Il l’avait un instant retenu si fortement que son poignet qui était encore douloureux. D’autant qu’un bleu commençait lui-même à se former sur son bras. Elle marque un instant une pause, recouvrant ses épaules de la première veste qu’elle avait attrapée en sortant de l’appartement de son patron et qui appartenait à ce dernier. La nuit commençait à se faire fraiche et elle n’avait aucune envie que des inconnus puissent voir à quelle point sa soirée avait dérapé et pire encore qu’on la jugerait et la verrait comme une pauvre victime. Ce qu’elle n’était pas. Du moins, c’était ce qu’elle croyait, persuadée d’avoir le contrôle et d’avoir quelque part mérité ce genre de traitement. Obnubilée par l’amour un brin malsain qu’elle pouvait ressentir pour cet homme, elle laissait aller et finissait par revenir après quelques excuses et efforts de la part d’Elias. Et c’était reparti. C’était un cercle vicieux duquel, la jolie Hollister ne parvenait à sortir, pour la simple et bonne raison qu’elle pensait avoir une maîtrise sur la chose alors que la vérité était qu’elle était totalement sous l’influence de cet homme néfaste, mais qui lui faisait vivre des moments si beaux et grandioses qu’ils balayaient le reste d’un revers. S’il fait nuit et que les rues de Los Angeles sont connues pour ne pas être sures à une heure aussi avancée, Livia continue sa marche qui lui permet de retrouver un certain calme. Ceci étant, elle est bien consciente que son appartement est encore loin et qu’elle n’est pas arrivée chez elle. Lassée elle fouille dans ses poches à la recherche de quelques billets pour se payer le luxe d’un taxi mais ses trois dollars lui rappellent à quel point elle était idiote de ne jamais avoir de liquide sur elle, d’autant qu’elle avait oublié son sac à main chez son amant. Elle lève les yeux et bougonne un juron pour elle-même avant d’abandonner et continuer sa marche nocturne. Sur le chemin elle rencontre quelques personnes un brin louches, mais elle n’a jamais eu véritablement peur. Il faut dire qu’elle a grandi dans l’un des quartiers les plus dangereux de la cité des anges, qu’elle a appris à apprivoiser la violence et que grâce à bon nombre de professeurs émérites, elle n’est pas en reste sur les techniques de combat et de self-défense. Notamment Talia qui est probablement celle qui lui a permis d’avancer véritablement sur les quelques connaissances que lui avait appris son frère depuis sa plus tendre enfance. Elle ne connaissait Talia que depuis peu finalement, mais à mesure qu’elle apprenait à la connaître, elle avait fini par ne plus pouvoir se passer d’elle. Pour tout dire, elle avait l’impression de la connaître depuis toujours et qu’elles se comprenaient. Elle était son alter-ego féminin et il devenait de plus en plus rare de les voir l’une sans l’autre. Ceci étant, ce soir, au beau milieu des rues sombres et quelque peu effrayantes de Los Angeles, Livia était seule. Complètement seule et elle était épuisée. Epuisée par les cris, sa colère, ses larmes, la violence et par toute cette relation qui devenait de plus en plus difficile à gérer pour elle. Alors oui, elle s’était toujours dit qu’elle ne s’attacherait pas à Elias, pour la simple et bonne raison qu’elle ne s’attachait à personne. Elle se le prouvait d’ailleurs en s’adonnant au plaisir pourtant défendu lorsqu’on était engagé avec quelqu’un d’autre, celui du sexe sans attache avec plusieurs autres hommes. Ceux-ci étaient tous différents. Différents d’elle mais plus encore d’Elias. Pourtant c’était avec cet homme qu’elle s’enfermait petit à petit et dont elle devenait complètement dépendante. Un long et profond soupire s’échappe d’entre ses lèvres alors qu’elle s’arrête quelques secondes contre le parvis d’un magasin fermé. Elle inspire sur sa cigarette une dernière fois avant de la jeter par terre et de balancer ses cheveux courts en arrière. Elle se demandait désespérément ce qu’elle allait bien pouvoir faire. Elle commençait à avoir atrocement mal aux pieds et la pesanteur des regards de certains hommes commençait à se faire ressentir. C’est pourquoi, elle finit par sortir son téléphone et par contacter la seule et unique personne qui serait prête à venir la chercher immédiatement, au beau milieu de la nuit sans lui demander pourquoi au préalable. ‘’Tu peux venir me récupérer, besoin de mon frère. Géolocalise moi.’’ Voilà le message que Livia envoie à Jason, son frère, espérant qu’il n’était pas plongé dans un profond sommeil. Ceci étant, elle le connaissait assez pour savoir qu’il ne dormait guère à cette heure là. Elle ignorait quelles étaient les activités nocturnes de son frère et il était rare qu’elle pose véritablement des questions précises là-dessus, pour la simple et bonne raison que ces derniers temps, elle cachait tellement de chose à son frère qu’elle avait peur qu’il lui retourne l’interrogatoire. Ce n’était pas faute d’avoir envie de savoir ce qu’il faisait durant ces nuits, autre que de coucher avec la première venue. Elle voyait bien l’état dans lequel il revenait parfois à l’appartement. Elle voyait bien la froideur dont il faisait preuve après avoir accompli on ne sait quelle tâche. Elle voyait les traces de lutte, les messages suspicieux. Tout. Elle voyait tout mais restait pour l’heure, simplement spectatrice de cela. Bien sûr, elle l’interrogeait doucement de temps à autre, mais elle n’insistait jamais. Parce qu’elle savait que la meilleure défense était l’attaque et cette technique était de coutume chez les Hollister. A l’instant même où elle lui aurait fait des reproches et où elle insisterait trop pour savoir ce qu’il faisait, il ferait de même. Et elle n’était pas encore prête pour lui dire à quel point elle n’était pas la petite sœur si parfaite et si brillante qu’il aurait voulu qu’elle soit. Quelque part, elle ne voulait pas voir de la déception dans le regard de son frère. Parce qu’il s’était toujours battu pour elle, pour son avenir et pour qu’elle ait une autre vie que celle qu’il avait pu avoir ou celle qu’avaient leur parent. Il s’était battu et s’était sacrifié pour qu’elle soit éduquée et qu’elle ne tourne pas mal. Pourtant, elle n’était pas cette femme. Elle l’était tout au moins en apparence mais tout le monde sait que l’envers du décor était tout autre. Et c’était la découverte de cet envers qui effrayait le plus Livia. Peut-être cette peur s’adaptait aussi à l’envers du décor de son frère. Peut-être avait-elle peur de ce qu’elle pourrait découvrir sur lui. Elle qui le défendait corps et âme, elle qui voyait en lui que bonté et générosité. Il était son frère, son héro, celui sans lequel elle ne pouvait vivre et pour qui le seul qualificatif qui lui venait à l’esprit était perfection. Elle l’aimait, de tout son cœur, jusqu’au fond de ses tripes. Il était l’une des seules personnes sur laquelle il pouvait compter et il allait une fois de plus le prouver ce soir. Pour autant, elle savait aussi que Jason pouvait être un tout autre homme lorsqu’elle n’était pas là. Elle connaissait la noirceur de son frère et elle savait que la prison n’avait pas aidé à limiter cet aspect de lui. Elle était consciente de cela, même si elle se voilait bien trop souvent la face. Si bien qu’il serait mentir de dire qu’elle n’avait pas quelque part peur de ce qu’elle pouvait découvrir sur lui. Après tout, il avait déjà tué par le passé… D’un mouvement rapide de la tête, Livia évacue ses mauvaises pensées qui viennent polluer son esprit et elle sort rapidement une énième cigarette qu’elle fume à une vitesse éclaire sur le parvis de ce magasin. Elle patiente, soupirant, ne croyant plus à l’arrivée de son frère, jusqu’à ce qu’une voiture ne s’arrête juste devant elle et que l’espacement de la fenêtre lui permette de découvrir son sauveur de la soirée. Jason. Un ravissant sourire vient immédiatement éclaircir le visage de la jeune femme, qui se lève aussitôt, jetant sa cigarette plus loin et se dirigeant vers lui. « C’est pas trop tôt, t’étais occupé avec une fille ou quoi ?! » Elle le taquine, parce que c’est ce qu’elle fait toujours et elle est bien consciente que son frère n’est pas en reste niveau relation sans lendemain. Quelque part, ils se ressemblaient bien à ce niveau là, ils n’étaient pas des Hollister pour rien. Elle grimpe alors dans la voiture, jetant ses chaussures sur la banquette arrière et bouclant sa ceinture. « Merci. » Elle finit par le remercier, de la manière la plus simple possible, parce qu’elle le pensait sincèrement et qu’il était toujours là pour elle, peu important l’heure, du jour ou de la nuit. Elle lui était redevable pour cela. Rapidement, elle jette un regard à son reflet dans le petit miroir fixé sur le pare-soleil et elle arrange ses cheveux en pagaille. Puis elle se tourne vers son frère pour venir lui embrasser la joue en guise de remerciement. Mais avant qu’elle n’ait pu atteindre cette dernière, elle s’arrête et écarquille les yeux. Elle ne l’avait pas remarqué. Après tout, la pénombre l’avait empêché de le voir, mais Jason était dans un sale état. Pire que le sien c’était une certitude. Couvert d’égratignures en tout genre et de sang, elle sent immédiatement l’inquiétude monter en elle. « C’est quoi tout ça ? Qu’est-ce qu’il t’es arrivé ? » Cette fois, c’était plus fort qu’elle. Elle ne pouvait pas voir l’état pitoyable dans lequel se trouvait son frère et ne rien dire. Elle ne pouvait pas rester silencieuse face à cela. Elle était obligée de l’interroger et elle espérait que pour une fois dans sa vie, il lui dirait la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 17/07/2017
›› Love letters written : 226
›› It's crazy, I look like : chris fuckinghusband wood
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: just call us the angels of the apocalypse ✾ hollisters Lun 25 Sep - 13:17

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

if I let you see my true face, will you always be my home ?
LIVIA HOLLISTER AND JASON HOLLISTER ※
sometimes in life there really are bonds formed that can never be broken. sometimes you really can find that one person who will stand by you no matter what; maybe you’ll find it in a spouse and celebrate it with your dream perfect day, but there is also the chance that the one person you can count on for a lifetime, the one person who knows you, sometimes better than you know yourself, is the same person who’s been standing beside you all along.


Il n’avait franchement pas la moindre foutue idée de l’heure qu’il pouvait être. Son esprit est obstrué par la fumée qui se dégage de la cigarette qu’il tient entre ses doigts avant de l’écraser au sol et de soupirer quelques instants. Doucement Jason tire sur sa lèvre inférieur y passant rapidement son doigt où il peut y avoir quelques gouttes de sang avant de sentir une boule de salive ensanglantée dans sa bouche qu’il finit par recracher au sol avant d’avoir le simple geste de lâcher un rapide sourire sans pour autant dire quoique ce soit si ce n’est de jeter un regard sur son interlocuteur qui semblait satisfait de penser avoir durant un instant le dessus et s’imaginer qu’il pourrait arriver à se débarrasser de lui et non du contraire. Jason ne dit rien assez pour troubler ce type qui faisait en soit deux fois sa taille, sa masse musculaire était bien plus impressionnante que la sienne et pourtant ce n’était pas lui qui semblait avoir des doutes. Son regard le trahissait et Jason l’avait bien remarqué. Il sent d’un geste son poing arrivait droit sur sa joue assez pour que sa tête vire d’un côté manquant presque de tomber face à la force et à la poigne du type qui lâche un rire presque satisfait d’avoir le dessus, mais ne doit pas comprendre pourquoi il ne répondait pas à ses coups. D’un geste rapide, il appuie la paume de sa main sur bitume ses traits se tire face à la douleur malgré lui qu’il ressent avant de se relever et de le fixer sans pour autant rien dire. Il ne répond aucunement à ses menaces qui lui semble si futile le faisant presque rire intérieurement. Jason est loin d’avoir peur après tout il a vu et connu pire. Il a vu des types faire deux fois sa taille et pourtant, c’était lui qui respirait toujours. Tandis que Jason se redresse il pose plusieurs de ses doigts sur la pommette de son visage enflé et en train de saigner face au coup de poing qu’il venait de recevoir se doutant bien du coquard qu’il aurait sous l’œil demain matin, mais à ce moment précis il s’en fichait royalement. Jason se redresse une nouvelle fois passant une main dans ses poches récupérant son paquet de cigarette ainsi avant d’y sortir une nouvelle cigarette et de laisser la fumée se glisser sur le visage de ce type qui n’apprécie pas. Apparemment ce n’était pas un grand fumeur. Jason ne dit rien s’avance vers lui d’un simple geste voyant qu’il semble plus concentré par la fumée sans s’apercevoir que le bout du mégot finit par se cramer sur son épaule à laquelle Jason écrase de façon rapide et sans aucun remord. S’il s’était amusé à la laisser le cogner cela n’avait pas changer que toutes les pensées qu’il avait tenté de se défaire semblait toujours être présent. Jason lâche un rire avant de voir qu’il n’avait vraiment pas réaliser que s’il l’avait laissé lui mettre des coups parce que c’était ce que lui voulait. S’il n’y avait pas répondu c’était simplement parce qu’il espérait que par la douleur qu’il y ressentirait son esprit finirait par se troubler assez pour lui permettre d’oublier son image, celle de Bobbie qui malgré lui était plus présente que jamais au plus profond de lui assez pour qu’il n’en supporte plus un seul instant. Jason remarque rapidement le cri de ce type qui fini par mettre un genou à terre avant de lâcher la cigarette et de la jeter au plus loin. Il n’avait plus envie de rire ni même l’envie de s’amuser plus quand il entend les pas qui arrive derrière lui, il n’a pas besoin de se retourner pour savoir qui cela peut être il le sait parfaitement. Détendu, il ne peut pas s’empêcher d’être presque amusé de voir cet homme se débattre tandis qu’il lui avait dit qu’il allait l’écraser comme une mouche il fallut croire qu’il n’avait pas douté de ses capacités. Jason s’accroupie à sa hauteur l’attrapant cette fois-ci à la gorge pour remarquer dans son regard cette supplication d’arrêter de ne surtout pas appuyer sur la tranchée comme il tentait de le faire. N’avait-il pas comprit depuis ses quelques heures passées qu’il n’y avait dans aucune situation possible qu’il en sorte gagnant. Pendant un instant lorsque Jason le regarde malgré que dans un geste le supplier de l’épargne il ne pouvait pas pour autant s’empêcher de rire et de le menacer des représailles où durant quelques instant il ne l’écoute pas. Il se fiche de ce qu’il peut lui dire. Cela ne lui fait pas peur, il n’a pas idée à quel point il n’en a rien à faire de ce qu’il pouvait lui arriver assez pour que ce soit au final qu’il se mette à rire quand celui-ci s’arrête surement parce qu’il avait vite remarqué le regard complètement vide de Jason qui semblait au fond et à ce moment précis ne rien ressentir appuyant de ses doigts sur la tranchée. « Jason... » la voix de Blake le surprend quelques secondes sans qu’il n’y prenne attention avant que celui-ci ne répète une seconde fois son prénom et se retourne vers lui lâchant un regard noir avant de soupirer pour se retourner et marcher vers Blake qui reste un court moment silencieux avant de lui glisser son portable en main. « C’est Livia » Il sait qu’il n’a pas besoin d’en dire davantage que Jason ne met pas longtemps pour récupérer l’objet en question et remarquer le message de sa sœur. ‘’Tu peux venir me récupérer, besoin de mon frère. Géolocalise moi.’’ Jason ne peut pas s’empêcher de se poser toute sorte de question se doutant bien qu’elle a dû se foutre dans un pétrin monstre pour qu’elle lui demande de venir le chercher, il n’a pas besoin de le savoir étrangement il a ce sentiment qui ne l’avait pas quitté de la soirée. Il n’a pas besoin réellement de répondre à son message, elle sait parfaitement qu’il viendra. Malgré lui il soupire arquant un de ses sourcil vers la vue de ce type qui semble toujours avoir du mal à se lever. Blake ne prend pas la peine réellement de demander ce qu’il va faire de lui, Anton lui avait révélé qu’il les volaient, qu’il touchait beaucoup trop aux filles également à son goût assez pour s’en occuper. Si Jason avait son habitude de prendre son temps pour faire le travail il ne prend pas la peine cette fois-ci si ce n’est de l’étouffer dans son propre sang pour au final briser d’un geste rapide le cou du type se doutant que Blake s’occuperait toujours de la suite. Jason envoie un simple message à Anton lui précisant que c’était fait récupérant au passage les quelques sachets de poudre blanche dans la poche de celui-ci avant de détourner son regard et de sortir de la ruelle sombre pour se retrouvant à quelques mètres vers sa voiture où il ne mets pas longtemps à entrer et enclenché le contact. Dans le rétroviseur il peut facilement remarquer son état, il ne l’avait pas loupé il devait l’admettre toutefois, il ne prend pas la peine se de poser des questions, s’il aurait préféré à cet instant que ce soit Talia qu’il aille la chercher au risque que Livia lui pose trop de questions, il savait qu’elle risquait de ne pas lui pardonner et il n’avait pas réellement envie de se disputer une nouvelle fois avec sa petite sœur. Jason fixe son portable pour localiser le portable de sa sœur avant de foncer cette fois-ci les sourcils se demandant bien ce qu’elle pouvait foutre à une heure si tardive dans les rues de South L.A sachant qu’elle était supposé être de l’autre côté de la ville et plus encore avec des amis du moins selon ses dires. Ces derniers temps Jason avait pu remarquer le comportement bien étrange de sa sœur qui comme à chaque fois éviter le sujet parce qu’autant que lui elle était douée dans ses mots, elle savait aussi que Jason n’inciterait pas ou elle en ferait autant pour des questionnements sur des sujets à laquelle il restait vague ou ne lui répondait pas, mais cela ne l’empêchait pas de toujours monté le ton parce qu’il ne voulait en aucun cas qu’il arrive malheur à Livia et parce que plus le temps passé et plus il n’aimait pas la voir lui ressemblait sur beaucoup trop de choses. Si Jason aimait sa sœur au point qu’il serait facilement capable de mourir pour elle, il lui arrivait par moment de se montrer froid sans le vouloir, d’être une personne qu’elle ne connaissait pas et doutant bien que jamais elle ne voudrait voir cette partie de lui. Plus il conduisant et plus il ne cessait en plus de se rappeler sa dernière rencontre avec Bobbie, il devait réellement l’oublier et se doutait que si Livia le voyait à bien trop pensé elle finirait par comprendre que quelque chose n’allait réellement pas assez aussi pour savoir que s’il prononçait son prénom les choses risquaient de mal finir et ce soir il n’avait franchement pas envie de se prendre la tête avec elle. Jason tourne son regard vers le côté passager pour remarquer la silhouette de sa sœur qui ne met pas longtemps à se relever et marcher rapidement vers la voiture qu’il vient d’arrêter à quelques mètre d’elle laissant le moteur tourné le temps qu’elle puisse monté et s’installer convenablement.  « C’est pas trop tôt, t’étais occupé avec une fille ou quoi ?! » Jason ne remarque pas tout de suite l’état de sa sœur, son regard fixe vers l’horizon avant de rire à sa question. Il hausse des épaules l’air détaché avant de voir la jeune femme mettre sa ceinture apparemment prête à rentrer chez eux. « Et toi t’étais pas censé être avec des amis au centre ville j’ai pas l’impression que c’est le cas t’étais avec qui ? » le côté protecteur de Jason reprend vite le dessus il peut remarquer son état débraillé, ses cheveux étaient en bataille et son maquillage avait coulé assez pour l’inquiété et malgré lui se poser des tas de questions. Il n’aime pas ce qu’il voit. « Merci. » Jason laisse un sourire apparaître sur son visage en guise de réponse cela ne lui était pas nécessaire d'en dire davantage. Jamais il n’aurait laissé sa sœur dans le pétrin plus qu’il était toujours très différent avec Livia quoiqu’il arrive il était prêt à tout pour elle et cela qu’importe la situation, elle passerait au final toujours en priorité comme à cet instant où il avait tout lâché pour être certain qu’elle allait bien même s’il en doutait. Jason remarque que Livia le regarde s’approchant de son visage prêt à lui déposer un baiser sur la joue comme elle le faisant si souvent avant de s’arrêter d’un geste laissant sa main se poser délicatement sur sa joue. Il ne se doute pas qu’elle doit se poser toute les questions possible et inimaginable. Jason n’a pas besoin de la regarder non plus pour savoir qu’elle est inquiète il le ressentait parfaitement surtout au vu de son état ainsi que le sang qui coulait encore malgré lui. « C’est quoi tout ça ? Qu’est-ce qu’il t’es arrivé ? »  Jason ne manque pas de soupirer avant de rapidement la regarder, si elle pensait sincèrement qu’il n’avait pas vu lui vu depuis qu’il s’était arrêté son état elle aussi se trompait. « Si tu me disait plutôt  ce qui se passe avec toi et ce qui t’es arrivée peut-être que je te répondrais ! » Il sait très bien qu’elle ne va pas aimer qu’il détourne la question pour se porter sur elle, mais c’était plus fort que lui, il pouvait voir que quelque chose n’allait pas. Au feu rouge, Jason met rapidement un pied sur le frein pour se tourner vers elle sans le vouloir laisse sa main s’appuyer sur son bras voyant bien la grimace de celle-ci assez pour l’intriguer. « Qu’est-ce t’a ? » Jason fonce les sourcil tout en la fixant durant quelques seconde, en vérité il se foutait royalement de quel couleur pouvait être le feu plus malchance pour elle la rue était déserte. « T’étais où ce soir ? » Jason est plus ferme il sait qu’elle n’aime pas ça, mais à cet instant il se fiche royalement de savoir si elle va ou non apprécié, la seule chose qui lui importait c’était de savoir ce qui se passait avec sa sœur. S’il tentait souvent d’accepter le peu d’information qu’elle lui donnait, ce soir il en était incapable.
Revenir en haut Aller en bas
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 24/04/2017
›› Love letters written : 208
›› It's crazy, I look like : ade kane
family don't end with blood
MessageSujet: Re: just call us the angels of the apocalypse ✾ hollisters Dim 8 Oct - 16:05

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jason and Livia Hollister
THERE WAS THIS MOMENT, THIS ONE MOMENT, WHERE
EVERYONE ELSE FELL AWAY AND IT WAS JUST THE TWO OF US

---------------✭---------------


Toute sa vie, Livia avait baigné dans le mensonge. Dans les non-dits et les informations laissées en suspens simplement pour protéger l’autre. C’était ridicule. Elle-même en était consciente, parce qu’elle détestait tout particulièrement qu’on lui mente. Pourtant, elle le faisait elle aussi et cela était devenu au fil du temps, une habitude. Cela faisait parti d’un quotidien à la fois nouveau et ancien. Car oui, déjà lorsqu’elle n’était qu’une enfant et même durant son adolescence, bon nombre de chose lui avait été cachée. Bien sûr, tout comme aujourd’hui, elle se doutait bien que quelque chose se tramait, sans pour autant aller plus loin et sans que quiconque n’ait envie de se montrer franc avec elle. La franchise n’était pas vertu dans cette famille. Depuis son plus jeune âge, on lui avait caché ce trop plein de violence qui entourait sa famille. Et c’était peut-être cette protection tirée à l’extrême qui la poussait aujourd’hui, sans qu’elle ne s’en rende réellement compte, inlassablement vers ces hommes mauvais et violent, vers Elias Edison notamment. Elle avait été préservée alors que Jason était celui qui avait été la victime de leur père. Il avait endossé ce rôle de grand frère et de protecteur à la perfection et elle avait été épargnée. Épargnée de quelque chose qu’elle ne souhaitait guère vivre en soit, mais qui avait fait naître en elle une culpabilité certaine. Une culpabilité qui, selon les dires probables d’un psychologue, ressortait aujourd’hui aux côtés de celui qui était son patron, son amant et son bourreau. Alors oui, elle mentait. Elle mentait comme elle respirait sur ce sujet, sur ses fréquentations et sur son comportement quelque peu déviant par rapport à ce que son frère avait toujours rêvé qu’elle ait, et qu’elle soit. Toute sa vie, Jason avait œuvré pour que sa sœur n’ait pas cette vie qu’il avait eu. Toute sa vie il avait fait en sorte qu’elle ne manque de rien, hormis de l’amour d’un père et d’une mère, totalement déconnectés de toute notion de fibre maternelle et paternelle. Il lui avait permis de faire des études, d’avoir de quoi manger chaque jour et de pouvoir vivre la vie d’une adolescente à peu près normale. Pourtant aujourd’hui, elle pouvait entreprendre la vie qu’elle souhaitait et c’était une vie calquée sur celle qu’elle aurait dû avoir étant jeune, qu’elle avait choisi. Tout ceci était fait totalement inconsciemment mais c’était pourtant ce qui se déroulait devant les yeux de Jason sans que celui-ci ne soit au courant. Car oui, au fil du temps, et parce qu’elle avait grandi à la bonne école, Livia était devenue plutôt douée pour donner le change et pour faire croire à tous que tout allait merveilleusement bien alors que ça n’était guère le cas. Ceci étant, les choses commençaient à être difficiles à contrôler et plus le temps passait, plus les choses lui échappaient. Comme elles lui avaient échappé ce soir où Elias avait encore une fois laissé la rage en lui parler, alors même qu’il pouvait s’avérer à d’autres moments, être un homme doux et aimant. Mais ça n’était pas vraiment ce qui lui plaisait le plus chez lui, de toute évidence. Une fois encore, les choses avaient dérapé et Livia s’était retrouvée à fuir, au beau milieu de la nuit son amant, dans un état qui illustrait à la perfection la crise de colère. Et c’était cet état même qui l’avait poussé à appeler son frère. Elle s’était dit qu’elle remettrait en ordre ses cheveux et plus encore son maquillage qui avait coulé le long de ses joues avant qu’il n’arrive, mais son esprit était tellement embrumé par tout ce qu’il venait de se passer qu’elle n’avait plus penser à donner le change correctement. Elle qui se donnait pourtant toujours du mal pour cela, avait fait une faute qui allait lui coûter cher. Une erreur de débutant en somme. Livia n’attend que quelques minutes avant que le véhicule de son frère ne s’arrête juste devant le parvis sur lequel elle s’était installée pour patienter et reprendre ses esprits. Elle était persuadée que son frère viendrait, parce qu’il venait toujours. Il était et avait toujours été là pour elle, comme elle, était toujours là pour lui. Ceci même si elle était consciente du nombre de mensonge qu’il lui servait sur un plateau d’argent pour ne pas qu’elle s’inquiète. Ceci étant, elle n’était pas idiote. Elle se doutait bien que son frère n’était pas l’homme bon et attendrissant qu’elle seule, semblait connaître. Elle était consciente que son frère n’était pas un enfant de cœur. Mais elle était tout de même loin de s’imaginer à quel point il ne l’était pas. Et elle n’était pas persuadée de vouloir le savoir. C’était aussi une des raisons qui la poussait à poser le moins de question possible. Ceci étant, il lui devenait de plus en plus difficile de fermer les yeux sur des éléments qu’il affichait juste devant elle et qui supposaient bon nombre d’interrogation. Comme cela allait être le cas dès lors qu’elle aurait vu son visage ensanglanté et déformé par les coups d’un autre homme qui ne pouvait cette fois-ci pas être leur père... Si elle monte immédiatement dans le véhicule dès lors qu’il s’arrête devant elle, afin de mettre fin à cette solitude qui devenait guère rassurante, elle ne voit pas immédiatement son état. Elle ne voit pas que sa lèvre a triplé de volume et que du sang s’est formé tout autour. Elle ne voit pas que sa pommette est creusée et qu’un coquard commence à se former autour de son œil droit. Parce que la pénombre de la nuit bien avancée a pris possession de l’espace clos et que Jason ne semblait pas adepte de la lumière artificielle produite par la voiture. Ou bien, cherchait-il à cacher quelque chose. Ceci étant, l’humeur est plutôt bon enfant durant quelques minutes, Livia n’hésitant pas à plaisanter sur les occupations nocturnes de son frère. C’était à croire qu’il ne dormait jamais. Mais bien évidemment, toute bonne chose a une fin et Jason ne semblait pas enclin à rire ce soir. Ou bien cherchait-il à l’attaquer plutôt qu’à répondre à ses questions. «  Et toi t’étais pas censée être avec des amis au centre ville, j’ai pas l’impression que c’est le cas t’étais avec qui ? » Sans même la regarder, Jason la passe à l’interrogatoire. Il n’était pas dupe après tout, il n’y avait qu’à regarder où elle se trouvait à l’heure actuelle. Alors oui, elle avait beaucoup marché avant d’arriver à ce quartier, mais il était aux antipodes de l’endroit où elle lui avait dit se trouver ce soir là. Elle avait balancé cette information au hasard, un peu plus tôt dans la journée, alors qu’elle avait le nez fourré dans son téléphone, échangeant quelques messages avec Elias pour organiser leur soirée. Elle avait servi à Jason la même excuse qu’à l’ordinaire qui semblait de moins en moins bien marcher. D’ailleurs, elle avait même oublié qu’elle lui avait dit cela, légèrement prise au dépourvu. Si bien que durant quelques secondes, elle ne sait quoi répondre. Elle fuit tout contact et entremêle ses doigts comme elle fait toujours dès l’instant où elle sent l’angoisse monter en elle. Elle finit même par se rappeler l’état dans lequel elle est, tentant de remettre ses cheveux en place et de frotter ses joues enduites de mascara qui n’était de toute évidence pas waterproof du tout. «  On a juste eu un changement de programme de dernière minute. » Elle trouve cette excuse encore une fois au hasard, sachant pertinemment que cela ne suffirait pas. Parce qu’il semblait déjà s’inquiéter sans la moindre raison selon la jolie brune qui ne tarda pas à le remercier tout simplement d’être venu. Pour accompagner ses remerciements, elle eut même l’envie d’embrasser affectueusement la joue de son frère, comme elle le faisait lorsqu’elle n’était qu’une enfant, et habitude qu’elle gardait encore aujourd’hui. Mais la lumière des réverbères font que la pénombre s’éclaircit et elle découvre son visage dont en ressort encore quelques gouttes de sang, outre le nombre de blessures qui dessinent nouvellement son visage pourtant si beau. Immédiatement, ses yeux s’écarquillent alors qu’elle pose doucement ses doigts sur le visage de son frère qui lui répond par une grimace. Elle est inquiète. Irrémédiablement et terriblement inquiète. Dans quoi s’était-il encore fourré ? Qui était la personne qui lui avait fait cela et dans quel état était-il à l’heure actuelle? Tout un tas de questions lui traversaient l’esprit alors que la peur avait envahi l’expression de son visage. Si elle lui demande ce qu’il lui est arrivé, elle ne reçoit guère de réponse, autre qu’un soupire. Elle baisse alors la tête vers le vide poche où elle cherche un mouchoir ou tout autre chose qui pourrait permettre de nettoyer ses plaies. «  Si tu me disais plutôt ce qui se passe avec toi et ce qui t’es arrivé peut-être que je te répondrais ! » Elle s’arrête dans sa recherche et fronce les sourcils. Elle détestait quand il faisait ça, quand il agissait ainsi avec elle. Alors oui, elle marchait pieds nus dans la rue, les cheveux en bataille et son visage noirci par son maquillage qui s’était fait la mal, mais elle n’était en rien, dans l’état dans lequel il se trouvait lui. Il était celui dont la situation et les explications étaient la plus urgentes. «  Il ne se passe rien avec moi, Jason, réponds moi ! » Elle aussi hausse le ton, car elle est parfaitement capable d’être aussi autoritaire qu’il ne l’est. Après tout, elle n’était pas une Hollister pour rien. Elle le fusille du regard, afin qu’il daigne enfin lui fournir des explications alors qu’il pose enfin son regard sur elle, s’arrêtant à un feu rouge. Elle soupire face à son silence alors qu’elle reprend sa recherche dans le vide poche, sans réellement y trouver quelque chose d’exploitable. D’ailleurs, elle est stoppée dans son geste par la main de Jason qui vient presser son bras. A l’exact endroit où Elias avait, il y a une bonne heureuse cela, serré si fort pour l’empêcher de partir qu’une douleur lancinait tout son bras. Elle grimace immédiatement sans réellement s’en rendre compte, se trahissant, alors qu’elle reprend immédiatement son bras, détestant que son frère l’empêche de faire quoi que se soit et ne la traite comme une enfant, alors même qu’il était la personne qui faisait le plus de mystère. «  Qu’est-ce t’as ? » Il la fixe en fronçant les sourcils. Il ressemblait à un père qui grondait sa fille après qu’elle ait fait une bêtise. Et Livia détestait tout particulièrement ce comportement paternaliste qu’il pouvait avoir avec elle. Elle baisse le regard et se laisse tomber au fond de son siège, définitivement agacée. «  Rien. » Elle bougonne ces mots pour le faire taire et avec un affront aussi nonchalant qu’une adolescente en pleine crise. Elle croise les bras et refuse de le regarder. Elle haïssait cette manie qu’il avait de reporter les choses sur elle alors même qu’il était celui qui devait répondre aux questions. «  Le feu est vert !  » grogne-t-elle de nouveau, sans pour autant regarder son frère. Mais il semble se foutre parfaitement de l’état actuel du feu tricolore, bien trop occupé à demander des comptes à sa sœur. «  T’étais où ce soir ? » La mâchoire de la jeune femme se serre, définitivement agacée. Le faisait-il exprès ou était-il décidé à ce qu’ils en viennent à se disputer. Elle soupire et lui lance un regard mauvais, qui vient rapidement se confronter à celui de Jason. «  Plus haut, j’ai juste beaucoup marché. » Elle ne lui mentait pas. Après tout, Elias avait assez d’argent pour ne pas vivre dans ce genre de quartier malfamé. Mais le fait est qu’en sortant de son appartement, elle était si énervée qu’elle avait pris le premier chemin sans vraiment réfléchir où elle allait. Et le hasard l’avait mené ici sans qu’elle ne l’est véritablement décidé. Mais encore une fois, il reportait la conversation sur elle. Ceci étant, s’il semblait borné, elle n’était pas en reste et était bien décidé à savoir ce que ce sang et ces blessures signifiaient. «  Mais ne change pas de sujet Jason, je veux savoir ce qu’il t’ait arrivé, qui t’a fait ça ? » Elle arque les sourcils, appuyant ses propos de cette expression qui se veut insistante. Elle ne répondrait pas à ses questions si lui ne s’expliquait pas un minimum. Car elle n’en pouvait plus. Elle n’en pouvait plus d’être constamment mise à l’écart de la vie de son frère et d’être préservée de chose dont elle ne se doutait de la teneur. Elle voulait savoir. Elle voulait que son frère arrête de la voir comme une petite chose fragile qui devait être protégée et préservée de la cruauté de la vie. Elle était assez grande pour comprendre et pour faire face à tout. Elle était assez grande pour connaître la violence et elle n’était pas en reste de ce côté-ci. «  Dans quoi est-ce que tu t’es encore fourré ? » A cet instant, même si elle mourrait d’envie qu’il lui fournisse une explication, elle redoutait ce qu’il allait lui dire. Après tout, il était celui qui avait tué par le passé alors, de quoi était-il réellement capable aujourd’hui ?
Revenir en haut Aller en bas

just call us the angels of the apocalypse ✾ hollisters

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: South l.a
-