Partagez|

- HOT - » her dark eyes are liquid mysteries (olivia and abel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 24/05/2016
›› Love letters written : 417
›› It's crazy, I look like : tom spider holland
›› Credit made by : foolish blondie (avatar) ★ foolish blondie (profil crackship) ılı ivanb (profil quote) ılı tumblr (profil gifs) ılı
family don't end with blood
MessageSujet: - HOT - » her dark eyes are liquid mysteries (olivia and abel) Sam 2 Sep - 16:33

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
her dark eyes are liquid mysteries

( and you know how i like mysteries )
olivia odair and abel bootner ※
Here’s to the people we said goodbye to, even though all we ever wanted was to hold on to them, begging them to stay. Here’s to those of us who still think of someone who’s long gone and struggle to let go. Here’s to the people we miss so much that the mere thought of them feels like a knife to the throat. Here’s to chances we didn’t take because the fear of failing was more than something that crossed our minds, it was a tangible thing that seeped into our skin and paralysed our bones. Here’s to the tears we allow to stream down our cheeks before we fall asleep at night so no one sees. Here’s to the love we have given over the years, the pieces of our hearts we handed out and never got back. Here’s to feelings we had to hide and fake smiles we plastered on our faces to uphold our charades. Here’s to whatever obstacle we’ve had to overcome, whatever battle we’ve had to fight, whatever pain we’ve had to feel, to make us kinder and better people - to make us evolve and grow. Here’s to everyone who believes in something more, in magic, in love, in the power of dreams and faith and everyone who has something to fight for. Here’s to everything that made us who we are today. Every glorious thing, the mountains we had to climb, the stars we had to count. Here’s to our ordinary lives we never fail to turn into something extraordinary. Here’s to our beautiful selves, raw and real, a reminder that life is not a line or a constant, but a vivid creature with its ups and downs and that all inconveniences considered, we’re doing pretty damn great.


Abel Bootner n’était pas un grand habitué des costumes trois pièces, des soirées mondaines, ni même des faux semblants. Sa vie avait toujours été d’une pure honnêteté car il n’y avait pas besoin de mentir. Ses parents lui ont d’ailleurs toujours appris que mentir ne l’amènerait jamais bien loin dans sa vie. Mais à cette époque là quand ils lui apprenait les fondements de la vie, ils ne savaient pas, ne pouvaient pas ce douter de ce qui allait finir par arriver. Ce regardant dans le miroir, son verre à la main il soupire. Non personne ne ce serait jamais douté de ce qui allait ce passer, jamais. Sa vie avait pris un tournant particulier depuis, il n’était plus que l’ombre de lui même la plupart du temps et une toute autre personne le temps restant. Il n’était qu’une âme errante ne sachant pas parfaitement ce qu’il voulait ou bien devait faire. Il était bien trop reconnaissant envers Alec de tenter de lui montrer le chemin parfois, quand il n’était pas un sale gosse arrogant. C’était la seule et unique raison pour laquelle il avait enfilé ce costard, c’était mentalement préparé à ce genre de soirée et avait fait en sorte de le suivre sagement. Seulement ce soir il ne semblait pas entrer parfaitement dans les baskets du petit gars bien sage, bien polit qui dit oui à tout ce qu’on lui demander. Peut être était-ce à cause des médicaments qu’il n’avait pas prit en sachant qu’il allait boire du champagne et que ce mélange n’était pas le meilleur d’entre eux. Son coeur l’obligeait à rester dans les rangs, il ne pouvait pas plonger dans la drogue comme pouvait le faire la plupart de ses connaissances, il ne faisait pas ce genre de bêtises mais il en faisait d’autres. Ce qui avait pour effet de faire sortir son tuteur de ses gonds de toute évidence, si Abel était présentement adulte et seul maitre de ses décisions, c’était la présence d’Alec qui faisait qu’il en sombrait pas. Enfin qu’il ne sombrait pas tout les jours … Dans un dernier soupire il avale d’une traite son verre de champagne et retourne vers le bruit, le monde. Ils étaient là pour l’association de Ludmila. C’était quelque chose d’honorable, loin d’être une soirée mondaine sans but précis autre que de dépenser de l’argent, non c’était un but honorable. Mais pour autant Abel n’était pas dans cet état d’esprit. Avant que son ami ne puisse s’en rendre compte le jeune homme avait fait en sorte de s’éloigner de lui et de sa bande d’amis, afin de pouvoir faire passer inaperçu ce changement de personnalité qui arrivait souvent sans qu’il ne puisse le contrôler. Il ne le contrôlait pas parce qu’il ne le voulait pas. Cette partie de lui même n’avait pas de peurs particulières, n’avait pas ce regret accablant qui le pourrissait de l’intérieur. Non. Son alter-égo était libre de bien des choses, et cela libérait le jeune homme une fois de temps en temps. Attrapant un nouveau verre il ce sent un peu plus léger. Si Rose avait été là, elle aurait compris directement ce qui était en train de ce passer chez lui et l’aurait ramené de force à la maison. Mais elle n’était pas là ce soir, et c’était finalement bien mieux pour lui. Il commença à déambuler entre les personnes présentes, toutes étant plus ou moins importantes mais forcément donateur pour cette association que portait Ludmila Alexander sur les épaules. « Oui c’est incroyable à quel point la bourse semble s’effondrer! » jouant des mots, jouant des jeux. Chaque nouvelles têtes, un nouveau discours, un nouveau verre de champagne. Il ne trouva rien d’intéressant à ce mettre sous la dent, cherchant sans savoir ce qu’il tentait de trouver. Dépassé il finit par ce rendre au bar de nouveau, commandant cette fois quelque chose de plus fort attendant de cela qu’il aille dans d’autres places de son esprit, qu’il dépasse d’autres limites. Il était en train de ce dire qu’il était là depuis assez longtemps, qu’il avait fait bonne figure comme il l’avait promis. A deux doigts d’appeler Kai pour lui proposer de faire autre chose de leur soirée, il change d’idée quand une jeune femme ce retrouve à ses côtés. Abel à vu bien de jolies femmes au court de sa courte vie, à longtemps été un incapable dans cette catégorie bien entendu comme la plupart des garçons à un moment de leur vie. Abel lui avait eu bien moins de chance que les autres, en avait longtemps souffert mais semblait avoir retrouvé dans ce domaine une expertise particulière. Celle-ci était resplendissante, dans sa robe moulante rouge écarlate, ses cheveux brun descendants en cascade dans son dos. Il ne put s’empêcher de la dévorer des yeux pendant plusieurs minutes imaginant dans sa tête bien des choses. Des choses que le petit et gentil Abel ne pouvait ce laisser penser, des choses que l’Abel qu’il était ce soir avait sans cesse dans sa tête. « Un cosmopolitain s’il vous plaît. » sa voix rauque s’échoue sur la peau du jeune homme tandis qu’elle s’installe avec grâce sur un des tabourets à côté du sien, soupirant. Un nouveau sourire apparait sur le visage d’Abel tandis qu’il tourne le fond de son liquide foncé présent dans son verre. « Il ne faut pas venir à ce genre de soirée seule, cela parait bien plus long. » déclare t-il en posant son regard sur elle. Elle le remarque à peine, ou en tout cas joue particulièrement bien le jeu. Elle reste silencieuse un moment, cherchant peut être dans sa tête si elle doit l’ignorer, le rejeter ou prendre le risque de lui parler à son tour. Finalement un magnifique sourire ce dessine sur ses lèvres, et c’est ainsi que le jeune homme sait. Il sait qu’elle jouera avec lui à des jeux interdits. Le verre de la brune plantureuse arrive finalement, elle le lève à son attention avant de poser ses lèvres rouge délicates sur le rebord de ce cocktail qu’elle avait commandé, sans le lâcher une seule seconde du regard tandis qu’il en fait de même. Le jeune homme à toujours eu le même genre de femmes, de filles, qu’il ce sente complètement lui même ou non, et les brunes étaient toujours son point faible. « On est là pour la bonne cause de toute évidence. Mais à cette heure avancée de la nuit, quand on est seuls cela devient un peu … mélancolique. » il était presque minuit, il le savait parce que c’était l’heure à laquelle il savait que Kai commençait à prévoir sa soirée. Et puisqu’il avait longuement hésité à faire appel à son ami pour trouver un passe temps plus agréable que cette soirée mondaine, il savait que cette bombe atomique assise à ses côtés n'était pas accompagnée. Si elle l’avait été, jamais elle ne ce serait installée à ce bar, à cette heure-ci, en soupirant.


Dernière édition par Abel Bootner le Mar 19 Sep - 20:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 09/08/2016
›› Love letters written : 311
›› It's crazy, I look like : sophia mygoddess bush
›› Credit made by : foolish blondie (avatar) ≡ foolish blondie, psychotic bitch and benzorris (crackship)
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: - HOT - » her dark eyes are liquid mysteries (olivia and abel) Dim 3 Sep - 23:01

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
her dark eyes are liquid mysteries
ABEL BOOTNER AND OLIVIA ODAIR ※
Here’s to the people we said goodbye to, even though all we ever wanted was to hold on to them, begging them to stay. Here’s to those of us who still think of someone who’s long gone and struggle to let go. Here’s to the people we miss so much that the mere thought of them feels like a knife to the throat. Here’s to chances we didn’t take because the fear of failing was more than something that crossed our minds, it was a tangible thing that seeped into our skin and paralysed our bones. Here’s to the tears we allow to stream down our cheeks before we fall asleep at night so no one sees. Here’s to the love we have given over the years, the pieces of our hearts we handed out and never got back. Here’s to feelings we had to hide and fake smiles we plastered on our faces to uphold our charades. Here’s to whatever obstacle we’ve had to overcome, whatever battle we’ve had to fight, whatever pain we’ve had to feel, to make us kinder and better people - to make us evolve and grow. Here’s to everyone who believes in something more, in magic, in love, in the power of dreams and faith and everyone who has something to fight for. Here’s to everything that made us who we are today. Every glorious thing, the mountains we had to climb, the stars we had to count. Here’s to our ordinary lives we never fail to turn into something extraordinary. Here’s to our beautiful selves, raw and real, a reminder that life is not a line or a constant, but a vivid creature with its ups and downs and that all inconveniences considered, we’re doing pretty damn great.


Il était bien rare les fois où Olivia ne donnait pas la priorité de ses soirées à Anton. Très souvent quand son meilleur ami voulait la voir on ne pouvait que très peu lui refuser cela parce qu’il en avait besoin et qu’Olivia ne lui refusait rien, certainement car elle savait qu’elle passerait une soirée des plus parfaites et surtout plus que plaisante avec lui. Toutefois, il y avait quelques exceptions comme ce soir-là où elle avait prévu quelque chose d’important assez pour ne pas changer ses plans et même s’il s’agissait de lui et qu’il n’avait guère apprécié ou bien évidemment il le lui avait fait bien comprendre assez pour que la jeune femme lève les yeux au ciel. Parfois, elle se disait qu’il agissait comme un vrai gamin, mais elle n’arrivait jamais à lui en vouloir et malgré qu’il n’avait pas souhaité lui répondre davantage, elle savait qu’elle se ferait pardonner plus tard, mais à cet instant elle devait finir de se préparer. D’une longue robe rouge qui moulait ses formes, elle tourne la tête quelques seconde récupérant ses boucles d’oreilles pour les fixer avant de laisser glisser ses mains dans ses cheveux. Elle avait hésité quelques secondes à savoir si elle devait les attaches ou les relâcher soupirant elle ne s’était pas attardait sur la question et avait choisi de les garder lâcher misant sur quelques boucles qui donnait un joli effet face à un maquillage qui collait divinement bien avec la robe des plus luxueuses et que lui avait offert lors d’une séance de shopping Ludmila. Selon elle cette robe était faite pour Olivia qui la rendait renversante assez pour décidé de la choisir pour cette soirée si importante et spéciale. Malgré les raisons humanistes de la soirée qui était la raison pour laquelle elle avait choisi d’y aller. Olivia n’était pas stupide et loin d’être naïve, les gens avaient beau venir pour cette soirée caritative, cela restait une soirée où rien n’était laissé au hasard. Elle savait parfaitement que le gratin important serait là parce que Ludmila lui avait fait presque la liste des invités le soir précédent et qu’elle avait prit soin comme toujours de se renseigner sur chaque personne. Anton lui avait apprit cela à ne jamais arrivé à une soirée sans savoir le statut de chacun, à force c’était devenu quelque chose qu’elle faisait pour paraître la personne qu’elle désirait montrer et non ce qu’elle était parce qu’elle le savait parfaitement les gens était plus souvent là pour jaser et faire de faux sourire assez pour qu’en y pensant elle manque presque de regretter d’avoir refuser de voir Anton avec qui de toute évidence elle s’amuserait davantage, mais Ludmila lui avait demandé d’être présente, elle savait que la fondation tenait à cœur à la jeune femme et en réalité, Olivia devait admettre que ce genre d’événement mise à part pour certain était quelque chose qu’elle appréciait admiratif de ce que faisait l’une de ses meilleures amies. Elle devait admettre qu’elle était par contre surprise que Lissa n’y vienne pas, mais n’avait pas chercher davantage en tout cas pas ce soir et plus quand elle remarqua la voiture se garer devant chez elle voyant que le chauffeur que présentement Ludmila lui avait envoyé était déjà là. Elle ne pu s’empêcher de sourire surtout quand elle lui avait dit qu’elle y viendrait par ses propres moyens certainement ne l’avait-elle pas cru, car qui viendrait conduire sa propre voiture à ce genre d’événement ? Personne elle l’avait vite compris. Jetant un dernier regard dans le miroir, elle passe une dernière fois le rouge à lèvre rouge de la couleur de sa robe humidifiant ses lèvres avant d’être plutôt contente du résultat et de se diriger vers l’escalier pour le descendre assez doucement vu la robe qu’elle portait certain aurait pu se demander comment elle pouvait réussir à marcher, mais pour elle c’était simplement une question d’habitude. Ouvrant la porte de chez elle, elle marche quelques mètres devant la voiture où le chauffeur lui ouvre la porte le remerciant avant de s’y asseoir. La limousine était majestueuse et bien trop grande pour elle. Elle pouvait parfaitement voir que le champagne était à sa portée mais avait choisi de ne pas y goûter en tout cas pas pour le moment. Elle se doutait que durant la soirée elle en aurait bien besoin, mais à cet instant elle pouvait très bien s’en passer. Elle avait fixé un rapide coup d’œil sur son portable tapotant un dernier message à Anton avant de finalement l’éteindre quand elle remarqua qu’elle était sur le point d’arriver plus quand la voiture s’arrêta où elle prit la main du chauffeur pour descendre et voir ses flashs presque l’aveuglé. Souriante elle ne prit pas la peine d’y faire attention et remonta l’allée pour voir les portes de l’hôtel du château Marmont s’ouvrir et se retrouver dans la salle ou se passer la soirée qui remportait déjà un fort succès. Elle laissa doucement son regard balayé les gens avant de soupirer et de se diriger vers certaine personne qui lui avait sourit et d’autres qui l’avaient arrêté jouant la comédie à sourire des plus belles et discuter de choses qu’en vérité ne l’intéressait guère. Elle avait eu également à faire à des hommes à la main un peu trop entreprenante et qu’elle aurait davantage eu l’envie de priser, mais avait sourit avant de se diriger vers le bar tel un véritable sauveur. «  Un cosmopolitain merci  » lança t-elle au barman qui s’était vite exécutait. Si elle avait tenu la soirée à tenté de ne pas se rafraîchir de boisson alcoolisé, à cet instant précis, elle avait besoin de boisson forte qui imbibé son sang. Elle soupira un bon moment sans prendre la peine de jeter un œil aux personnes assise autour d’elle. Elle avait malgré elle senti un regard la dévisageait c’était quelque chose qu’elle détestait, mais avait fait comme si elle ne voyait rien et avait préféré se jeter sur sa boisson qu’on venait de lui emmener et qu’elle porta très vite à ses lèvres. « Il ne faut pas venir à ce genre de soirée seule, cela parait bien plus long. » Olivia n’avait pas relevé ses paroles pensant à faire à un autre dragueur qui semblait s’être tous donné rendez-vous à cette soirée. A croire que même pour un événement de ce genre, il ne voyait pas plus loin que leur besoin. Olivia avait soupiré malgré tout essayant de sourire avant de juste le regarder rapidement pour finalement se concentrer sur sa boisson qui n’était pas assez forte à son goût. Elle relève une nouvelle fois la tête pour à nouveau voir son interlocuteur qui lui avait adressé un sourire qu’il fallait l’avouer était communicatif et n’avait pas pu malgré elle ne pas faire autrement que de lui rendre. Il n’avait pas l’air de ses types lourds qu’elle avait rencontré à la soirée. En vérité, il semblait lui aussi trouver le temps long. Pendant un bref instant, elle n’arrive pas à le lâcher du regard, elle ignore beaucoup surement le costume qu’il porte, elle devait admettre qu’il avait un charme beaucoup de charme assez pour qu’elle ne puisse pas s’empêcher de se pincer les lèvres. Elle avait besoin de se changer les idées et il semblait être exactement ce qu’elle recherchait. « Je ne vois personne à vos côtés donc j’imagine que vous êtes seul cela semble bien triste » elle avait fini par lui répondre, il n’avait pas tort à ce genre de soirée le temps était long trop long. Elle avait pu voir rapidement Ludmila aux premières heures de la soirée avant de la perdre de vue elle ne se demandait pas vraiment avec qui elle se trouvait, elle s’en doutait bien. « A moins que votre petite amie se cache dans le coin parce qu’un charmant bel homme comme vous, ce serait surprenant qu’elle soit seul » cherchait-elle des informations sur lui. De toute évidence, elle avait pu voir le sourire de ce bel inconnu s’élargit assez pour qu’elle ne puisse faire autrement que de lui répondre de la même façon. « On est là pour la bonne cause de toute évidence. Mais à cette heure avancée de la nuit, quand on est seuls cela devient un peu … mélancolique. » encore une fois il marquait un point. Remuant son verre, elle le regarde avec insistance ne pouvant pas s’empêcher de sourire et de rester obnubilé par son regard « La plupart qui sont là ne sont pas ici pour la bonne cause, mais plus pour se donner l’image de faire quelque chose de bien ce ne sont pas des riches pour rien » elle ignorait pourquoi elle lui avait dit. Si cela se trouvait, il faisait parti de ses personnes et elle se risquait à se retrouver dans une situation compliqué, mais elle avait haussé des épaules avant finir son verre pour le regarder une nouvelle fois « En vérité j’aurais bien besoin de quelque chose pour me divertir ce verre n’est pas suffisant » tentait-elle de lui sous entendre quelque chose. De tout évidence et il semblait l’avoir bien comprit assez pour le voir s’approcher et qu’elle se tourne pour lui faire face. « J’imagine qu’il y a bien une façon de profiter de la soirée de façon… très enrichissante non ? » elle avait insisté pinçant sa lèvre inférieur sans le lâcher du regard non elle en était incapable, elle ignorait franchement ce qui lui arrivait, mais à ce moment elle avait besoin de changer les idées et il était la parfaite personne pour le faire.
Revenir en haut Aller en bas
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 24/05/2016
›› Love letters written : 417
›› It's crazy, I look like : tom spider holland
›› Credit made by : foolish blondie (avatar) ★ foolish blondie (profil crackship) ılı ivanb (profil quote) ılı tumblr (profil gifs) ılı
family don't end with blood
MessageSujet: Re: - HOT - » her dark eyes are liquid mysteries (olivia and abel) Mer 6 Sep - 1:58

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
her dark eyes are liquid mysteries

( and you know how i like mysteries )
olivia odair and abel bootner ※
Here’s to the people we said goodbye to, even though all we ever wanted was to hold on to them, begging them to stay. Here’s to those of us who still think of someone who’s long gone and struggle to let go. Here’s to the people we miss so much that the mere thought of them feels like a knife to the throat. Here’s to chances we didn’t take because the fear of failing was more than something that crossed our minds, it was a tangible thing that seeped into our skin and paralysed our bones. Here’s to the tears we allow to stream down our cheeks before we fall asleep at night so no one sees. Here’s to the love we have given over the years, the pieces of our hearts we handed out and never got back. Here’s to feelings we had to hide and fake smiles we plastered on our faces to uphold our charades. Here’s to whatever obstacle we’ve had to overcome, whatever battle we’ve had to fight, whatever pain we’ve had to feel, to make us kinder and better people - to make us evolve and grow. Here’s to everyone who believes in something more, in magic, in love, in the power of dreams and faith and everyone who has something to fight for. Here’s to everything that made us who we are today. Every glorious thing, the mountains we had to climb, the stars we had to count. Here’s to our ordinary lives we never fail to turn into something extraordinary. Here’s to our beautiful selves, raw and real, a reminder that life is not a line or a constant, but a vivid creature with its ups and downs and that all inconveniences considered, we’re doing pretty damn great.


La cause était noble, Abel était d’ailleurs plus ou moins concernée par celle-ci. Il connaissait bien trop de personnes aux prises avec la drogue pour ignorer une association comme celle-il. Il connaissait aussi l’histoire de Ludmila Alexander. Il ne pouvait en faire autrement pour bien des raisons, non seulement parce qu’on le veuille ou non tout le monde connaît son histoire mais aussi et surtout parce qu’elle était la meilleure amie d’Alec. Et sa vie, leur vie à tout les deux, donnait encore plus de poids et de légitimité à ce genre d’initiatives. Il espérait sincèrement que des fonds allaient être importants pour eux. Malheureusement pour lui cette soirée n’était pas tombée le bon jour. Cette semaine il avait fait plusieurs crises d’angoisse toutes plus différentes les unes que les autres, et il avait son propre mécanisme pour s’en sécuriser. Les médecins appelait cela des troubles du comportement, cela n’était pas de la schizophrénie mais s’y approchait à moyenne dose. Il supprimait toutes les parties de lui qui le rapprochait de près ou de loin à la source de ses crises, autrement dit qui l’attachait au jeune homme qu’il avait toujours été. Cela avait démarré peu de temps après son arrivée à Los Angeles et si les médecins avaient fait le nécessaire pour que cela ne lui arrive pas grâce à un traitement bien précis, il ne le prenait pas forcément tout le temps. Parce qu’il aimait parfois cette escapade, cette sensation d’être une autre personne, et de ne pas subir sa vie ou son histoire. C’était quelque chose de revigorant. Sa psychologue lui avait dit un jour, que chaque personnes peuplant cette planète avait sa propre drogue qu’elle soit considérée comme nocive ou non. Ce double jeu semblait être la sienne, et il ne s’en plaignait pas. Cette soirée était l’une d’entre elle, et il avait espéré qu’il s’y amuserait plus. Loin de là cette idée en réalité, il avait du ce comporter avec un sérieux déconcertant, ne pas froisser les personnes présentes, dire les bons mots. L’héritière des Alexander qui avait toujours été sacrement réputée pour ses soirées perdait largement des points aux yeux d’Abel. C’était ennuyant à mourir, et tout ce qu’il espérait à présent c’était un retour de Kai pour trouver un endroit ou passer une soirée bien plus agréable. Sans compter que la plupart des femmes présentes ce soir étaient assez âgées pour être sa mère, voir même sa grand mère. Alors non il n’avait rien à ce mettre sous la dent, rien de palpitant et de ce fait il aspirait à partir dès l’instant ou il était arrivé. Heureusement l’alcool était un plus. Une idiotie en réalité puisque malgré le fait que sa greffe soit réussie depuis des années maintenant, la consommation d’alcool était toujours fortement déconseillée. C’était un des penchants particulier de cet Abel là, il ne prenait pas au sérieux ce genre de prescription et buvait. Champagne, whisky, autre il n’en avait rien à faire tant qu’il sentait le liquide bruler l’oesophage et plus ou moins lui permettre de passer une soirée plus agréable. Seulement ce n’était pas le cas, c’était pas agréable du tout. C’était ringard, mou. Et désolant. Il s’emmerdait, voulait ce casser et c’était ainsi qu’il c’était retrouvé au bar dans son costume trois pièces qu’Alec lui avait prit. Il était forcé de reconnaître que malgré l’inconfort de ce truc, il en jetait, il était canon et ses heures à la salle ne semblait pas avoir été vaines. Un point positif finalement … C’était déjà ça. Il allait s’aventurer à l’extérieur, quitter discrètement cette soirée qui ne semblait rien promettre de glorieux quand un diamant rouge vint s’installer à ses côtés. Des femmes particulièrement bien foutues, et plus que canon il en avait déjà vu quelques unes. De connaissance elles étaient plus âgées que lui, parce que les gamines de son âge ne savait pas ce mettre en valeur de la sorte. Restant bien installé à sa place il regarde la nouvelle venue prendre place, sans perdre une miette du spectacle qui s’offre à lui tandis que sa robe moule ses formes. Abel ce soir, n’en parfait pas une miette. La fente de sa robe dévoila ses longues jambes musclées habillée d’une paire de chaussures vertigineuse, la couture commençant bien assez haut au dessus du genou, laissant à qui le voulait bien imaginer bien des choses sur ce qui pouvait ce cacher dessous. C’était le genre de femme qui devait avoir l’habitude de ce faire aborder à la pelle, ce soir certainement avait-elle du supporter le regard globuleux de vieilles fortune californienne qui l’aurait volontiers ramener chez eux. De ce fait, Abel fit le choix de commencer avec une phrase relativement innocente et bien véridique. Quand on était seul ici au bar, c’était qu’on s’emmerdait alors il osait sous entendre qu’elle était dans la même situation que lui. Elle l’ignora d’abord, laissant à Abel de quoi penser, peut être allait-il rejoindre Kai finalement. Puis enfin, un sourire des plus charmant. Sa soirée allait peut être, être intéressante finalement. Il ce laisse volontiers envouté par le regard doré de la jeune femme, un regard qui dit bien des choses … Quand elle pince ses lèvres fines, il ne peux s’empêcher de trouver cela affreusement sexy. « Je ne vois personne à vos côtés donc j’imagine que vous êtes seul cela semble bien triste » Un nouveau sourire habite le visage d’Abel, avant qu’il ne hausse légèrement les épaules. «  A moins que votre petite amie se cache dans le coin parce qu’un charmant bel homme comme vous, ce serait surprenant qu’il soit seul  » Il hausse subtilement les sourcils. Décidément il avait réellement bien fait de venir s’échouer de ce côté de la soirée, cela devenait bien plus intéressant que de parler de la bourse. « Je suis venu seul, ma soirée est donc bien triste. Je ne demandais qu’à l’éclairée et vous êtes arrivée. » déclare t-il finalement en ne la lâchant toujours pas du regard, baladant ses yeux de façon bien démonstrative sur son décolleté et sur ses lèvres tandis qu’il porte à nouveau son verre à ses lèvre pour en vider le contenu. Elle croise les jambes, laissant la fente de sa robe révéler un peu plus de peau et le sang du jeune homme ne fait qu’un tour tandis qu’elle joue avec son verre. Il est hypnotisé par son regard clair, et ils semblent incapable de ce lâcher une seconde. « La plupart qui sont là ne sont pas ici pour la bonne cause, mais plus pour se donner l’image de faire quelque chose de bien ce ne sont pas des riches pour rien » La remarque le touche particulièrement. Alors comme ça elle ne faisait pas partis de cette classe particulière ? Il l’avait déjà trouvée bien différente de toutes les personnes qu’il avait croisé. Elle venait confirmer sa théorie en dépit du fait qu’elle portait une robe magnifique, et qu’elle paraissait parfaite pour ce monde. Elle fini son verre avec délicatesse et il s’apprête à demander une seconde tournée, avant de réfléchir. Peut pas tout de suite … « Ils ne sont pas ma tasse de thé non plus. » déclare t-il en s’approchant d’elle. Une partie de lui ressortait en entendant les propos de la jeune femme, Abel ne supportait pas les gens qui faisaient ce genre de choses pour l’image et l’argent. Mais cette partie de lui semble rapidement enfouie quand sa voix l’envoute de nouveau. « En vérité j’aurais bien besoin de quelque chose pour me divertir ce verre n’est pas suffisant » Bien, parfait. Il ne comptait pas passer la soirée à parler des différences économique animant cette ville, ce pays, ce monde. Ce n’était pas une conversation inintéressante de toute évidence et il avait de la matière pour l’alimenter. Mais ce n’était pas sa culture qu’il souhaitait alimenter ce soir en réalité. Les deux tabourets qui les séparaient sont rapidement dépassés, Abel ce retrouve aux côtés de la brune plantureuse prenant bien soin de frôler sa jambe dénudée. «  J’imagine qu’il y a bien une façon de profiter de la soirée de façon… très enrichissante non ?  » Elle pince encore cette lèvre qui mériterait bien des châtiments sans pour autant le lâcher du regard. Il n’a pas de doute sur ce que traduit son regard tandis qu’il dépose sa main sur le bar juste à côté d’elle. Il ne la touche pas encore mais la frôle dangereusement avant de s’abaisser vers son oreille. « Je peux enrichir ta soirée ma belle. » souffle t-il contre son oreille. A ses mots il sent la main de la jeune femme ce poser sur la boucle de sa ceinture, ne cherchant visiblement pas à y aller par quatre chemin. Abandonnant le bar, il laisse sa propre main caresser le bras de la jolie brune dont les poils ce hérissent avant d’enfermer ses doigts délicats entre les siens. « T’es du genre sous la couette, ou sauvage ? » glisse t-il d’une voix rauque transformée par ce qu’il s’imagine en train de lui faire. Il espérait fortement qu’elle ne soit pas de la première catégorie, parce que la proximité de ses doigts vers son bas ventre le lançait fortement, et qu’il voulait dès l’instant la plaquer contre un mur et lui en faire voir de toutes les couleurs.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 09/08/2016
›› Love letters written : 311
›› It's crazy, I look like : sophia mygoddess bush
›› Credit made by : foolish blondie (avatar) ≡ foolish blondie, psychotic bitch and benzorris (crackship)
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: - HOT - » her dark eyes are liquid mysteries (olivia and abel) Lun 11 Sep - 1:31

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
her dark eyes are liquid mysteries
ABEL BOOTNER AND OLIVIA ODAIR ※
Here’s to the people we said goodbye to, even though all we ever wanted was to hold on to them, begging them to stay. Here’s to those of us who still think of someone who’s long gone and struggle to let go. Here’s to the people we miss so much that the mere thought of them feels like a knife to the throat. Here’s to chances we didn’t take because the fear of failing was more than something that crossed our minds, it was a tangible thing that seeped into our skin and paralysed our bones. Here’s to the tears we allow to stream down our cheeks before we fall asleep at night so no one sees. Here’s to the love we have given over the years, the pieces of our hearts we handed out and never got back. Here’s to feelings we had to hide and fake smiles we plastered on our faces to uphold our charades. Here’s to whatever obstacle we’ve had to overcome, whatever battle we’ve had to fight, whatever pain we’ve had to feel, to make us kinder and better people - to make us evolve and grow. Here’s to everyone who believes in something more, in magic, in love, in the power of dreams and faith and everyone who has something to fight for. Here’s to everything that made us who we are today. Every glorious thing, the mountains we had to climb, the stars we had to count. Here’s to our ordinary lives we never fail to turn into something extraordinary. Here’s to our beautiful selves, raw and real, a reminder that life is not a line or a constant, but a vivid creature with its ups and downs and that all inconveniences considered, we’re doing pretty damn great.


Bien loin de ce que l’on pourrait imaginer. Olivia n’a jamais été adepte aux genres de personnes qui se trouvait à cette soirée et qui était à des années lumières de qui elle était. Beaucoup pensait la connaître, ses propres amies le pensait surement aussi alors qu’en vérité il avait bien tort. Elle n’était pas de leur monde c’était tout le contraire. Elle avait connu ses personnes qui souffrait de dépendance, elle le voyait encore aujourd’hui par la présence de son meilleur ami qui en vivait et auquel elle avait fermé les yeux et si d’autres auraient pu être choqué qu’elle puisse accepter une personne aussi infecte dira-t-on de Anton, elle ne voyait pas cela comme ça. Elle avait toujours su les raisons qui le poussait à agir ainsi et puis lorsqu’on venait d’un monde aussi chaotique qu’ils ont vécus se retrouvant de foyer en foyer pour savoir au final que la seule personne sur qui compté était soi-même. Elle n’avait jamais relevé les activités illégales de son meilleur ami. Ils avaient toujours eu la présence d’esprit de ne jamais en parler parce que Anton refusait qu’elle fasse parti de ce monde et parce qu’elle ne voulait pas en savoir davantage. Malgré tout, il avait une relation de confiance, elle ne l’avait jamais jugé peut-être parce qu’en dépit de ce qu’il montrait elle savait qu’il n’était pas le type si odieux que tous décrivaient, elle le savait parce que Anton l’avait aidé à se relever à devenir cette personne qui se sentait bien dans son corps même si elle ne faisait rarement confiance aux hommes. Elle n’acceptait pas que l’un d’entre eux puisse avoir une quelconque importance dans sa vie assez pour jouer avec eux et passer une agréable nuit avant qu’elle ne fuit comme elle le faisait toujours. Certainement que son passé et ce qu’elle avait subit en avait été la cause, mais c’était une discussion qu’elle se refusait de parler, l’unique personne qui fut au courant fut Anton qui s’était occupé à ce qu’elle n’est plus jamais peur chose qu’elle avait mit un bout de temps à faire avant de se reconstruire et devenir cette femme qui professionnellement elle n’avait aucune pitié. Elle n’était pas devenue directrice général d’une des plus grandes sociétés pour rien. Elle en avait assez pour être aussi craintif que pouvait l’être un homme. Après tout elle avait appris de la meilleure personne qui pouvait la diriger à être ce qu’elle voulait. Les apparences sont trompeuses et elle l’a toujours su comme elle a toujours su que pour se faufiler dans un monde où tout est faux il faut savoir avoir les bonnes cartes en main et les bons contacts. Dans une autre vie, elle n’aurait certainement jamais connu Ludmila, elle ne serait pas une de ses personnes qui à vrai dire aurait pu l’apprécier, mais elle savait que cela aurait été un tort. Loin de l’image qu’elle renvoyait, elle était loin d’être cette gamine bien trop riche que les journaux démontraient. Elle avait appris à mettre son argent dans une bonne action qui en vérité Olivia semblait touché parce qu’elle aidait des jeunes en difficultés liée à la drogue où durant longtemps elle a manqué d’y plonger. Olivia a toujours su que si elle n’avait pas eu son meilleur ami, elle se serait introduit corps et âme dans la poudre blanche sans véritablement savoir si elle s’en serait sortit. Peut-être pas, mais le fait est qu’elle avait eu de la chance d’avoir quelqu’un alors pour ce que Ludmila avait fait, elle devait reconnaître qu’elle avait eu une grande admiration assez pour venir l’aider. Elle n’avait pas mis longtemps à accepter de voir tout ses efforts faits durant cette soirée récoltés le fruit des lauriers que Ludmila méritait amplement. Si la soirée avait été le résultat d’une somme importante que chacun avait mit même elle. Cela ne l’empêchait pas plus tard de sentir ses regards auxquels ne l’avait pas quitté depuis qu’elle était entrée dans cette robe des plus moulantes, mais loin d’être provocatrice. Elle mettait en valeur parfaitement sa silhouette et son corps qui avait les formes qui plaisait. Elle le savait très bien, elle n’a jamais eu de soucis avec son anatomie bien au contraire si d’habitude elle aimait attirer les regards sur elle parce que comme toute femme elle aimait plaire. Elle n’aimait par contre très peu les regards trop insistant de certains hommes qui avaient plus le don de lui donner l’impression d’être sale ou d’être un vrai bout de viande assez pour que des frissons loin d’être agréable la parcourt. Passant une main dans ses cheveux, elle tente de faire abstraction de ce sentiment qui la parcours et qu’elle déteste tant. Elle n’aime pas ce genre de regard, pas ceux qui sont trop insistant et qu’elle a connu beaucoup trop souvent et qui lui rappel bien trop ce que son père lui faisait ou ce type qui la guettait espérant qu’il obtienne d’elle ce que chaque homme voyait d’elle. Peut-être était-ce pour cela qu’elle n’a jamais réussi à s’attacher à un homme. Elle est incapable de s’investir dans une relation, elle ne croit pas assez en la genre masculine suffisamment pour qu’elle finisse toujours par céder au désir brûlant de Anton qui véritablement la faisait monté au septième ciel à chaque fois, mais elle devait admettre qui lui arrivait de se demander ce que cela devait être d’être désirait véritablement et pas que physiquement. Parfois, elle enviait Lissa et sa relation avec son petit ami, jamais elle n’avait vu un homme si attentionné et si amoureux que protecteur, cela l’avait fait sourire et lui donnait presque à croire que l’amour n’était pas si horrible qu’elle le prétendait pourtant, elle se bloquait littéralement ne laissant aucun homme s’approchait de près de son cœur. Elle en était capable bien trop briser intérieurement pour qu’elle puisse l’accepter ou même le supporter. Doucement elle sursaute avant de voir quelques têtes qu’elle reconnaît et sourit son esprit réfléchis beaucoup trop avant de voir ce type la regardé de façon trop oppressante assez pour qu’elle ne puisse s’empêcher de croiser les bras et de se dire que finalement elle n’aurait peut-être pas dû mettre cette robe. Elle sourit s’excuse de laisser en plan ses personnes pour laisser le bruit de ses talons rapidement se retrouver dans une autre salle bien loin de ce type de son regard presque malsain sur elle et soupire ce bar faisait l’affaire. En vérité, Olivia ne savait pas pourquoi elle était encore resté alors qu’elle aurait pu rentrée chez elle, retirer ses talons qui lui faisait un mal de chien. L’idée de mettre ses nouvelles chaussures avait été plus que suicidaire à ce genre de soirée, mais elle aimait les défis, mais là elle ne rêvait que d’une chose les enlever autant que cette robe qui la mettait de plus en plus mal à l’aise. Elle passe une main dans ses cheveux boit quelques verres sans prendre la peine d’écouter ou réagir aux remarques de ce type qui avait la voix plus douce assez pour que son regard croise le sien et qu’elle soit surprise. Durant un instant elle avait prié pour que ce ne soit pas ce type et par chance ce n’était pas le cas. Il était plus jeune beaucoup plus qu’elle ne manque pas de sourire. Il avait cet air à la fois innocent plein de mystère, mais très agréable à regarder plus encore dans ce costume qui montrer sa musculature qui n’était pas à déplaisant c’était même le contraire. Elle n’était pas le genre à craquer sur les types plus jeunes, en vérité elle était même surprise par l’adresse auquel elle s’était élancée dans un jeu de regard qui en disait bien plus que les paroles. Il n’avait pas pu s’empêcher de se mordre la lèvre parce que malgré son âge assez jeune, il était séduisant. « Je suis venu seul, ma soirée est donc bien triste. Je ne demandais qu’à l’éclairée et vous êtes arrivée. » elle se demandait vraiment bien ce qui lui passait par la tête pour lui demander s’il était venu accompagné ou non, lorsqu’il lui avait indiqué qu’il était seul, elle ne put s’empêcher d’élargir son sourire comme si elle avait espéré sans l’avouer cette réponse. Olivia joue avec la cerise dans son verre sans manquer de le lâcher du regard. Elle n’y arrivait pas, il était captivant sans qu’elle puisse savoir pourquoi. Olivia se délecte de chacune de ses paroles sans pour autant ne pas remarquer son regard plongé dans son décolleté auquel il semblait plus que attirait. « Plaisant n’est-ce pas ? » lui lance-t-elle. Etrangement et à la différence du type précédent, elle est loin de mal le prendre au contraire, elle regrette presque qu’il ne s’est pas rapproché d’elle. Elle laisse ses doigts glisser sur sa cuisse pour finalement croiser sa jambe qui laisse la fente de sa robe glissé sur le côté assez pour dévoilé sa cuisse dénudée auquel il ne lâche pas du regard et finit par la laisser sourire davantage qu’elle le faisait. « Il faut croire que cette soirée n’est pas si ennuyante que vous l’imaginiez et pourrait davantage être comment dire… » elle joue avec ses mots, elle voit très bien qu’il avale chacune de ses paroles. Elle aime sentir son regard, savoir qu’elle lui plait et en vérité, elle peut très bien le voir, elle avait beau être à quelques mètre, il y avait des choses impossible à cacher et en vérité il ne le faisait pas assez pour que la chaleur dans le corps de Olivia ne monte davantage « animée voir brulante... » elle joue avec ses mots bien qu’à cet instant c’était elle qui était en train de s’animer d’un feu qui la brûlait à chaque fois qu’il pouvait poser son regard sur elle. Olivia pouvait remarquer que si son costume venait d’un grand couturier, il n’avait pas l’air si à l’aise assez pour savoir qu’il ne faisait pas parti de cette branche de personne si bourgeoise  qu’elle avait songé durant quelques secondes auparavant. « Ils ne sont pas ma tasse de thé non plus. » Olivia le fixe plus quand il se décide enfin à se rapprocher d’elle assez pour qu’elle puisse sentir la main du jeune homme se poser sur sa cuisse. Elle pose un premier regard sur ce qu’il faisait avant de lui sourire. « tant mieux que tu ne soit pas comme eux ça te rend plus intéressant » elle finit par le tutoyer au vu des caresses qu’il était en train de lui faire sur sa cuisse au diable les convenances plus encore qu’elle n’avait pas manqué par lui préciser qu’elle voulait s’amuser et plus encore avec lui, elle se doutait qu’il devait savoir donner du plaisir.  « Je peux enrichir ta soirée ma belle. » Olivia ferme les yeux écoutant et buvant chaque parole qu’il disait, elle le regarde laissant sa main empoigna la boucle de la ceinture de celui-ci. Elle en avait envie, elle en avait complètement envie assez pour qu’elle n’en puisse plus et se relève du tabouret autant que lui. Ils avaient besoin d’un endroit plus calme et plus privé ou véritablement on ne le dérangerait pas. Olivia ferme les yeux au contact des doigts de celui-ci dans les siennes mais plus en sentant son souffle dans son cou assez pour que sa respiration soit plus rapide. « Crois-moi que je vais faire davantage qu’enrichir ta soirée et pas qu’une seule fois » elle avait été directe et il semblait apprécié ce qu’il entendait elle pouvait le sentir contre se cuisses assez pour la surprendre, mais de façon agréable. Elle aimait voir qu’il n’en pouvait déjà plus. Il semblait avoir une puissance qui lui donnait déjà envie. « T’es du genre sous la couette, ou sauvage ? » Elle se retourne vers lui attrapant ses mains qu’elle pose directement sur ses fesses. Elle avait rapidement poussé l’une des portes pour se retrouver aux toilettes des femmes qu’elle verrouille derrière lui avant qu’il ne la plaque contre le mur sans pour autant qu’elle quitte des yeux. Elle n’y arrivait pas. Elle ferme les yeux en sentant ses doigts contre le bas de son ventre. Elle se sentait plus chaude que jamais jouant avec lui où elle pose à son tour ses doigts sur son corps avant de prendre la main du jeune homme qui n’allait pas assez vite pour elle avant de le faire glisser sur la dentelle de son string qui trempait déjà bien assez. « Est-ce que ça répond à ta question ? » il semble appréciait de savoir l’effet qu’il était en train de lui faire . Elle ne manque pas de laisser ses lèvres glisser dans son cou avant de défaire la sangle de sa ceinture et de déboutonner le premier bouton de son jean. « J’espère qu’il est aussi puissant que tu le prétends et surtout que tu sais t’en servir ! » elle le provoquait plus quand elle remontait sa jambe contre sa bosse bien dur, son érection la rendait folle. Définitivement la soirée serait beaucoup plus intéressante surtout quand elle pouvait voir les mains puissantes du jeune assez pour savoir que son sexe devait l’être tout autant et rien qu’à l’imaginer elle s’en régalait d’avance.
Revenir en haut Aller en bas

- HOT - » her dark eyes are liquid mysteries (olivia and abel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Triangle platinum :: chateau marmont
-