Partagez|

(genesis) ça nous arrange de cacher l'évidence...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 02/02/2016
›› Love letters written : 2801
›› It's crazy, I look like : jesse lee soffer, le plus beau
MessageSujet: (genesis) ça nous arrange de cacher l'évidence... Jeu 31 Aoû - 11:41

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
genesis Winston & mason dunham

comme emporté par le courant...
Les déceptions amoureuses, il connaît mieux que personne. Il a même l'impression de les collectionner. Mais celle qu'il vient de vivre ses dernières années à cause de Cassandre Mills, sa meilleure amie le rend inexplicablement mal. Très mal même. C'est la raison pour laquelle depuis le mariage de celle-ci avec Nathan Dunham, il est froid, et plutôt sans coeur apparent. Il se met des barrières, se durcit la carapace. « Qui est assez bête pour laisser une femme comme vous, seule ici ? » Demanda Mason sans se retourner vers elle, il fixait son verre de wisky placé juste devant lui. En le faisant tourner sur lui-même de sa main droite, tandis que l'autre était posé sur le bar. « Je n'ai pas de temps à perdre ! » Dit-elle en tournant son visage de l'autre côté pour faire comprendre à l'homme qu'il était de trop, et qu'elle n'avait aucune intention de continuer plus loin la conversation. Ni continuer plus loin tout court. « A vrai dire moi non plus... » Mason est réputé pour ne pas tomber amoureux, ce genre de situation l'effraie au plus haut point. Et quand bien même il tombe amoureux d'une nana - en l'occurrence, ça lui est arrivé qu'une seule fois, il préfère prendre ses jambes à son cou et partir en courant. Ne jamais l'avouer, c'est beaucoup plus facile pour lui, quitte à louper sa chance. « Bon écouter, vous ne me plaisez pas, on ne va pas s'embarrasser à vouloir se connaître ou même discuter. » Génésis ne pouvait pas être aussi directe, aussi explicite et pourtant en voyant le regard amusé de son interlocuteur, elle comprenait directement qu'il ne lâchera pas sa proie aussi facilement. Elle était tombée sur un mec qui savait ce qu'il voulait, et qui le la lâchera pas aussi facilement. Elle le sentait en posant son regard sur lui, et ses nombreux verres qu'elle a bu ne l'aideront pas. « Vous voulez quoi monsieur... à la fin ? » Elle hésita avec le nom de famille du jeune homme avant de s'apercevoir qu'elle ne le connaissait de toute façon pas, puisqu'il ne s'était pas présenté. « Dunham. Monsieur Dunham. » Répondit-il alors aussi simplement, comme si elle lui avait demandé. « Je vous offre juste un verre et je partirais. » Dit-il avant de voir qu'elle finit par acquiescer comme si elle acceptait son offre. Grave erreur si elle n'avait aucune envie de coucher avec lui, car un verre, suivit d'un autre et encore d'un autre et la jeune femme se réveilla dans une chambre d'hôtel avec le jeune homme qui dormait encore à point fermé juste à côté d'elle. Elle prit ses affaires sur la pointe des pieds de peur d'avoir fais l'erreur monumentale. Fin flashback.

Mason est un travailleur acharné. Il connaît sa ville comme sa poche, et énormément de monde passe par sa voiture de taxi. De tout bord, de toute nationalité, de tout horizon. Des riches, des moins riches. Des hors la loi probablement, sans que vraiment il ne s'y attarde. De toute évidence, tant qu'on le paye et qu'on ne fait pas ses coups dans sa voiture, Mason n'a aucune raison de vouloir jouer aux flics. Tout comme beaucoup de femmes sont passés par son lit, comme si il avait besoin de ça pour exister. Besoin de ça pour se convaincre qu'il plait encore. Derrière cet homme sans attache, que rien ne semble ébranler, se cache un homme aux mille raisons de lui faire confiance. Si il ne fait tomber aucun masque, c'est uniquement pour se protéger. Assis confortablement dans sa voiture, le voyant vert allumé pour signaler qu'il est libre à présent, il fouille des renseignements sur la paternité sur internet de son téléphone dernier cri. Il vient d'apprendre il y a quelques jours que l'une de ses amies les plus proches, Romy James vient de tomber enceinte de lui. Cela fait six mois qu'il aide la jeune femme dans ses démarches, à la soutenir. Six longs mois qu'il aide la mère de son futur enfant sans même le savoir. Un choc pour lui, qui s'est toujours forgé une image parfaite du couple. De l'amour, même si de toute évidence il ne sait pas s'y prendre. Et puis alors on vient bousculer toute sa vie, ébranler tout ce à quoi il s'est battu toute ses années. On bouscule ses idéaux, ses principes. Et le pire c'est qu'il commence peu à peu à se faire à cette idée, il commence enfin à apprécier cette nouvelle. Plongé dans ses pensées; il vient d'entendre la porte arrière de son véhicule se refermer sur elle-même. Il relève son regard sur le rétroviseur intérieur pour connaître l'identité de la personne, avant de sourire presque l'ironie était la. « Genesis Winston, c'est fabuleux ! » Dit-il, d'une manière tellement grotesque que ça sonnait faux. Et c'était faux ! Il la déteste désormais, et fera tout pour la déstabiliser, encore trop touché dans son ego, « finalement j'aurai du parier  ce soir la, que tu finirais par succomber ! » Cet air désinvolte qui se lit sur son visage ne plairait sans doute pas à la jeune femme, mais qu'importe, elle est allée bien trop loin à ses yeux ! Partir comme une voleuse n'a évidemment pas plu au jeune homme, et il ne compte pas la laisser repartir aussi facilement. « Où suis-je censé emmené Mademoiselle Winston ? » Dit-il, laissant supposer qu'il n'en avait pas finit avec elle. Que ce n'était qu'un début et qu'il est loin de pardonner aussi simplement un affront aussi brutal. Le jeune homme referma les portes du véhicule avant de plonger son regard noir à travers le rétroviseur pour attendre sa réponse. De toute évidence le piège s'était refermé sur elle.
made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
En ligne
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 27/07/2017
›› Love letters written : 1031
›› It's crazy, I look like : Gal Gadot (fucking hot)
MessageSujet: Re: (genesis) ça nous arrange de cacher l'évidence... Dim 8 Oct - 20:26


ça nous arrange de cacher l'évidence.
Mason & Genesis

« Je suis furieuse contre une société qui m'a éduquée sans jamais m'apprendre à blesser un homme s'il m'écarte les cuisses de force, alors que cette même société m'a inculqué l'idée que c'était un crime dont je ne devais jamais me remettre »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Elle était poursuivie par cette étrange sensation paranogène, cette intuition dérangeante qui lui faisait lever les yeux aux cieux plusieurs fois par jours. Celle-là même qui poussait la louve qu’elle était à surprotéger son enfant. Vérifiant plusieurs fois que toutes les portes de son immense et luxueuse villa étaient bien toutes closes au moment où elle allait border son enfant. Cette sensation étrange, cette intuition de flic bien rodé, elle était apparu à la mort de Jack. Déjà à l’enterrement elle avait senti un regard perçant lui déchirer le dos de part et d’autre, cependant, la reine des glaces s’était laissé emporter par le tourbillon du roi du chaos : Rickon. Revenu hanter et tourmenter son âme après avoir dévoilé ce terrible secret qui portait une partie de sa génétique. Sa vie était devenue une véritable tragédie Grec, parfois elle enviait même ce bon vieux Oedipe. A cette pensée dérangeante, elle soupira, laissant la partie supérieure de son corps s’écrouler sur son bureau, mains plongées dans sa toison sombre et indomptable. « Arg… » Grommelait - elle tandis que son visage était enfoui sur les photos du cadavre de cette jeune prostitué enceinte et exposé au monde entier. De nouveau, des pensées sombres envahissaient la grande brune, peut - être que sa vie c’était ça. Un amas de cadavres qui la poursuivaient encore et encore. D’abord ses parents, puis la mère de Bex’, puis Jack et enfin les nombreuses victimes oubliées par les médiats que Genesis n’oubliait pas.

« Winston ! » Elle sursauta, posant instinctivement sa main sur son arme de service, les muscles tendus, prête à tirer au moindre danger. Elle ne vit que le jeune Cooper, petit gringalet d’à peine une vingtaine d’années. Ce dernier leva les mains en l’air, riant nerveusement. « Je t’ai déjà dit de pas me surprendre comme ça ! » Lui assénait - elle glaciale tout en se redressant, les muscles tout aussi désarmés que ses mains. « Désol… » Elle le coupa froidement, une main en l’air qui balayait ce nuage nerveux. « Qu’est-ce que tu veux? » Le jeune Cooper s’avança en lui tendant un dossier : « En fait le chef veut que tu ailles à la morgue pour recevoir la famille de la victime » Elle déglutissait difficilement, arrachant le dossier avec violence. « Il m’a pris pour une assistante sociale ou quoi? » Cooper savait très bien qu’il ne fallait pas en rajouter. Tout le monde dans le service était au courant pour la carrière de Genesis, une carrière de prime à bord parfaitement bien réglée, promu au FBI dès son plus jeune âge, fille d’un agent particulièrement doué qui fut assassiné . Il savait l’égo de la jeune mère particulièrement sensible et il savait très bien que le chef du service ne cessait de la titiller. Ainsi le jeune garçon la salua avant de disparaitre de son champ de vision. « Quel gros con » grommelait -elle tout en attrapant sa veste en cuir qu’elle posa sur l’une de ses épaules. Tout en traversant le commissariat, ignorant les regards curieux, d’une démarche assurée, elle envoya un message à sa meilleure amie pour que cette dernière puisse récupérer son fils.

A l’extérieur, elle se posa au bord du trottoir, portant son attention sur le dossier de la jeune fille. Une vie qui se résumait à celle de toutes prostituées que Genesis rencontrait au quotidien. Des enfants fugueurs, en colère contre une société qu’elles ne comprenaient pas, contre une famille clivée, contre un petit - ami, le départ avait toujours ce caractère pulsionnel. Puis, inévitablement, la rue ne faisant pas de cadeaux et encore moins à une douce jeune fille, ces gamines se retrouvaient sur le trottoir prisonnière d’un type qui se présentait comme un marchand de rêve. Pour les plus chanceuses, elles arrivaient à se sortir de là parce qu’enceinte et donc éprise d’un courage particulier que Genesis reconnaissait. Pour d’autres encore la drogue suffisait à calmer les démons et pour les moins chanceuses elles tombaient sur un mac violent ou un client. La vie entière de cette gamine était écrite en quelques lignes et Genesis pariait que cette famille serait constituée d’une mère dévastée et d’un part acceptant mal l’idée que sa fille ait pu vendre son corps. Elle soupira, refermant le dossier, elle resta un moment sur le trottoir les deux pieds plantés dans ses bottines en cuir. Du bout des doigts, elle caressait le collier sur lequel se trouvait une balle. Vestige de son adolescence.

De nouveau, cette sensation dérangeante refit son apparition. Elle sentait des yeux perçants qui tentaient d’autopsier son âme. Elle se tourna, ne vit qu’une foule qui se déplaçait. Elle secoua son visage avant de lever la main lorsqu’elle vit un taxi qui arrivait à sa hauteur : « Tu deviens folle ma pauvre » murmurait - elle tout en entrant dans la boite jaune. Elle jeta le dossier sur le côté, releva ses cheveux sombres dans une queue de cheval maladroitement dessinée.  « Genesis Winston, c'est fabuleux ! »  La louve releva son regard en direction du chauffeur. Fronçant les sourcils elle porta attention aux traits du jeune homme qui se trouvait dos à elle. C’est une scène pitoyable qui revint à elle, une erreur qu’elle ne pouvait accepter. Une nuit de désolation dont elle ne se souvenait que de quelques bribes honteuses. Le jeune homme obtenu néanmoins que pour seule et unique réponse un haussement de sourcil dédaigneux digne de la reine des glaces. « finalement j'aurai du parier  ce soir la, que tu finirais par succomber ! » La grande brune ravala difficilement sa salive, légèrement honteuse. Jeune mère qui n’avait juré que par le corps d’un seul homme avait fini par succomber à un gringalet de ce genre. « Faut croire que tout ce que tu peux avoir c’est des femmes bourrées et vulnérables…ceci dit ça me flatte que tu te souviennes de moi, je t’avais déjà refoulé dans mon inconscient…d’ailleurs c’est quoi ton petit prénom mon oiseau?  » Lui crachait - elle tout en étant face à un dilemme digne d’une tragédie : laisser ce jeune homme l’emmener à destination ou bien sortir et attendre encore une fois dehors ? Elle tira son dossier et suréleva son corps signe qu’elle était prête à sortir lorsque le jeune chauffeur l’interpella de nouveau. « Où suis-je censé emmené Mademoiselle Winston ? ». Elle détacha sa ceinture et lui répondit « Nul part…je vais prendre un autre taxi », néanmoins lorsqu’elle s’apprêta à ouvrir la portière la jeune mère de famille vit que les portes étaient verrouillés. «  Non mais je rêve ! C’est quoi ton souci ? » Hurlait - elle tout en jetant son dossier sur la banquette arrière, levant son corps afin que la partie supérieure de ce dernier soit au niveau de la place passagère : « Laisses moi sortir d’ici ou je vais t’arracher les testicules et te les faire manger par l’anus…compris? », elle le toisa avec hargne. Néanmoins, ce qu’elle vit dans le regard du chauffeur était un spectacle pitoyable, indigne de la grande et froide Genesis Winston.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 02/02/2016
›› Love letters written : 2801
›› It's crazy, I look like : jesse lee soffer, le plus beau
MessageSujet: Re: (genesis) ça nous arrange de cacher l'évidence... Ven 17 Nov - 17:24

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
genesis Winston & mason dunham

ça nous arrange de cacher l'évidence...
Il ne s'attendait vraiment pas à cette visite surprise et à en voir la tête de la jeune femme, elle non plus visiblement. C'était même frustrant pour lui de voir à quel point la vie joue de lui. Le met sur la route de personnes qui finalement ne prendront jamais une part importante dans sa vie, mais que l'avenir décide néanmoins de faire tourner en bourrique. Et à vrai dire, il ne s'attendait pas forcément à ce retournement de situation, alors qu'elle cherche sans aucun doute à l'éviter au possible. Il avait failli recroisé il y a peu de temps Genesis dans un bar, il est même sur que c'était elle, cette pauvre femme assise sur cette table haute dans un bar de la treizième rue. Mais il n'avait pas eu le temps de contourner toute les tables, qu'elle était déjà partie. Envolée la blanche colombe. Sans même un regard en sa direction, il avait vu cette porte se refermer sur elle. Pour lui aucun doute, c'était elle. Elle l'avait vu, et avait préférée quitter le lieu. Dans le fond il avait été un peu déçu, il aurait bien voulu lui cracher toute sa haine et son mépris. Et puis le temps a fais le travail, et plus jamais les deux ne se sont recroisés, il n'aura jamais la certitude que c'était bien elle. Et finalement, il s'en fichait bien. Mais le destin les avaient rattrapés, il aimait se jouer d'eux ! « Faut croire que tout ce que tu peux avoir c’est des femmes bourrées et vulnérables…ceci dit ça me flatte que tu te souviennes de moi, je t’avais déjà refoulé dans mon inconscient…d’ailleurs c’est quoi ton petit prénom mon oiseau? » Mason finit par sourire. Un sourire ironique, un sourire narquois. Elle le détestait, et c'était réciproque. Il ne se laissait pas émouvoir aussi facilement, certainement pas par l'impitoyable Winston ! Il ne manquerait plus que ça... « Ma pauvre ! Tu ne dois pas souvent t'instruire, il n'y a qu'à juste à tourner les pages d'un journal pour savoir qui je suis... » Misérable, d'un caprice qu'il ne fait pas preuve tous les jours, il la regardait d'un air mauvais, comme si il se sentait supérieur à elle. Ce n'était pas le cas, mais elle n'était pas censé le savoir. Lui qui est généralement d'une douceur incontesté face aux femmes, généralement l'homme idéal, celui dont les femmes pourrait s'arracher. Mais il est un tout autre Mason Dunham en compagnie de la jeune femme, comme si devant elle, il joue un jeu. Le jeu du chat et de la souri et qu'aucun des deux ne veuille que le piège se referme sur eux. « Nul part… je vais prendre un autre taxi, dit-elle, presque fière d'elle, à l'idée juste de pouvoir sélectionner la poignée pour sortir et quitter l'habitacle, non mais je rêve ! C’est quoi ton souci ? » L'idée même de lui faire péter un câble, qu'elle s'emporte comme si elle n'était qu'une petite femme, faible et sans répartie lui plaisait bien. Pourtant, il savait que ce n'était pas la définition de Genesis Winston. Ce n'était pas ce qui la définissait au mieux. Elle jeta une pochette sur l'arrière du  siège, prise d'une colère qu'elle n'arrivait pas à contrôler. « Laisses moi sortir d’ici ou je vais t’arracher les testicules et te les faire manger par l’anus…compris? »  Mason reposa à nouveau son regard dans le rétroviseur pour la fixer, semble t'il amusé. Il finit par lui rétorqué, d'une manière amusé, trop amusé pour pas énerver davantage la jeune femme, mais peu importe. « Que je sache, les mots n'ont jamais tués quiconque. »  Il finit par hausser les épaules et en entendant aucune réponse du lieu où elle voulait aller, il démarra le contact, et finit par enclencher la première pour partir du stationnement. « Tu peux rester, tu sais. Toute façon on a déjà baiser ensemble, je risque pas de vouloir faire une seconde fois la même erreur ! » Désinvolte, il avait lâcher ça comme si c'était une évidence. Ses yeux la fixèrent délicieusement sur le rétroviseur intérieur, il prenait un malin plaisir à la titiller, à la chercher. Il était aussi infecte qu'elle, le ton employé était sans doute plus méchant qu'il en avait l'air. Mais cette situation l'amusait plus que de raison, certainement plus qu'à elle d'ailleurs. Peut-être parce qu'à présent tout dépendait de lui...

made by roller coaster


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
En ligne
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 27/07/2017
›› Love letters written : 1031
›› It's crazy, I look like : Gal Gadot (fucking hot)
MessageSujet: Re: (genesis) ça nous arrange de cacher l'évidence... Aujourd'hui à 1:43


ça nous arrange de cacher l'évidence.
Mason & Genesis

« Je suis furieuse contre une société qui m'a éduquée sans jamais m'apprendre à blesser un homme s'il m'écarte les cuisses de force, alors que cette même société m'a inculqué l'idée que c'était un crime dont je ne devais jamais me remettre »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Genesis voulait toujours avoir le contrôle sur tout. Et ce depuis sa plus tendre enfance, ainsi même lorsqu’il s’agissait de faire quelques tâches ménagères, elle préférait le faire elle - même car elle jugeait toujours qu’on était jamais mieux servit que par soi même. Il en avait été de même au FBI où elle s’était attirée les foudres de ses collègues, le travaille d’équipe n’était pas son truc, ça l’empêchait de penser. Or, elle avait malgré tout réussi à apprécier la jouissance intellectuelle auprès de collègues comme Bobbie, Hunter ou encore Jace, mais rares étaient les gens qu’elle permettait d’entrer dans sa bulle hermétique. Cela traduisait une certaine méfiance envers les autres, envers l’univers entier, une certaine paranoïa contrôlée de façon excessive. Mason, ce chauffeur de taxi avec qui elle avait fait une erreur monumentale ne faisait visiblement pas parti de ce petit cercle privé. Outre le fait qu’elle ne le connaissait ni d’Eve ni d’Adam, il s’agissait d’une blessure plus profonde que le jeune homme ouvrait violemment. Celle d’avoir eu la faiblesse de la chaire avec un autre que Rickon. En soi, cela était d’un pittoresque lamentable puisqu’elle - même avait fait le choix de tirer un trait sur le père de son enfant. Un choix, qui visiblement, étai une erreur. De plus cette obsession qu’avait le jeune Mason de lui renvoyait cette erreur au visage ne faisait que rendre un peu plus furieuse la policière.  « Ma pauvre ! Tu ne dois pas souvent t'instruire, il n'y a qu'à juste à tourner les pages d'un journal pour savoir qui je suis... » Genesis le toisa longuement, sourcils froncés. Non. Elle ne voyait pas du tout qui était ce garçon, qu’importe l’importance démesurée qu’il s’auto - octroyait. « Désolée, je ne lis pas la presse people, je suis autrement plus cultivé que ça. » Rétorquait - elle du tac au tac.

Elle suffoquait, désirant sortir d’ici en vain puisque le chauffeur de taxi venait de verrouiller les portes, elle perdit son sang froid. Et Genesis détestait cela. « Que je sache, les mots n'ont jamais tués quiconque. » Elle soupira, enfonçant son corps au fond de son siège. « Ouais c’est ça. » Il n’en valait pas la peine songeait - elle. « Dans ce cas emmène moi à la morgue. » Puis elle replongea son regard dans son dossier afin d’occulter la présence gênante de son interlocuteur. Ce dernier n’en avait pourtant pas terminé avec elle. « Tu peux rester, tu sais. Toute façon on a déjà baiser ensemble, je risque pas de vouloir faire une seconde fois la même erreur ! » Elle le fusilla du regard et répondit « Entre nous celui qui fait une obsession sur cette nuit ridicule c’est toi là. Personnellement je me fiche bien de ta petite personne, alors fais de même et lâches moi avec cette histoire tu veux? » Elle le toisa violemment puis ajouta « C’est toujours comme ça avec vous les hommes, vous supportez pas qu’on blesse votre égo c’est fou ça. C’est franchement pas le moment de me prendre la tête Mason, d’un je viens de perdre un membre de ma famille et de deux j’ai une affaire de meurtre en série sur une jeune femme enceinte, alors fais moi plaisir et fermes là, fais ton job et emmène moi à la morgue ou laisses moi sortir d’ici. » Sans plus rien ajouté, Genesis porta son attention sur son portable, elle porta l’un de ses ongles entre ses lèvres qu’elle mordillait nerveusement.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


MessageSujet: Re: (genesis) ça nous arrange de cacher l'évidence...

Revenir en haut Aller en bas

(genesis) ça nous arrange de cacher l'évidence...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Triangle platinum
-