Partagez|

Rencontre parents-profs (Esteban)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉  friendship du mois
avatar
friendship du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 29/04/2017
›› Love letters written : 69
›› It's crazy, I look like : Candice Patton
MessageSujet: Rencontre parents-profs (Esteban) Jeu 31 Aoû - 10:08

Lorsque j’ai quitté Las Vegas pour Los Angeles, afin de retrouver la trace de mes parents biologiques, j’ai perdu mon emploi. Néanmoins, j’ai très vite pu obtenir des remplacements au sein de l‘école située à quelques mètres du motel miteux ou je réside depuis mon arrivée en ville. Oui, au départ, ça ne devait être que des remplacements et finalement, l’institutrice titulaire n’est jamais revenue, elle ne voulait plus, alors, j’ai pris sa place et je suis devenue titulaire. J’aime mon travail, je me lève chaque matin avec l’impression d’être vraiment utile et n’est-ce pas ce que tout le monde désire ? Il est vrai que comme tout le monde, j’ai mes soucis, principalement en ce moment, mais quand je suis à l’école, je veille à les laisser derrière moi et à ne pas y penser. Je m’occupe d’une classe de CE1/CE2, c’est-à-dire d’enfants ayant entre 7 et 8 ans, et depuis peu, j’ai remarqué un changement chez l’un d’entre eux. Un garçonnet de 8 ans. Il est souvent seul, pour ne pas dire tout le temps et quand il est avec les autres enfants, ça se passe mal. Les moqueries fusent. Et quand je fais des exercices groupés, personne ne semble vouloir faire le travail avec lui, ce qui me chagrine, je l’admets. Au départ, je pensais que c’était seulement un jeu. Cruel, certes, mais un jeu malgré tout. Mais voilà, je commence à me poser des questions. J’ai bien essayé d’en parler avec l’enfant, mais il n’a rien voulu me dire. Alors, j’ai pris l’initiative de prévenir la famille et son père a répondu présent pour venir me voir après la classe. J’aime rester le soir quand les enfants sont partis. Mon motel est tellement désagréable que je préfère préparer mes cours et corriger mes copies dans ma classe plutôt que chez moi et c’est donc ce que je fais en attendant Monsieur Delgado, le père de mon élève. Je jette un œil à mon téléphone pour voir l’heure, il ne devrait plus tarder maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 23/07/2017
›› Love letters written : 243
›› It's crazy, I look like : alberto smartie rosende.
MessageSujet: Re: Rencontre parents-profs (Esteban) Ven 1 Sep - 18:16

Ce matin, en déposant Leeo à l’école, sa maîtresse me demande si je suis disponible à l’heure de la sortie des classes pour discuter. Je suis intrigué et n’ayant pas plus d’explications sur la raison de cette convocation, je cogite toute la journée. Presque en retard en raison d’une circulation dense, alors que j’arrive devant l’école, Mason m’indique qu’il est bien arrivé à l’appartement avec Leeo. Mon meilleur ami vient rarement chercher mon fils mais ce soir, ni Camila ni moi ne pouvions. J’avais une réunion importante concernant une réorganisation du service web du commissariat dans lequel je travaille. C’est nerveux que j’entre dans l’école et marche jusqu’à la classe de Madame Montgomery, la maîtresse de Leeo. Jusqu’à présent, tout s’est plutôt bien déroulé. Elle est sympathique et nous en sommes satisfaits, Cami et moi. Nous surveillons de près l’éducation de notre fils. Nous voulons prouver que ce n’est pas parce que nous sommes devenus parents jeunes, adolescents en réalité et que nous ne sommes pas un couple et n’avons jamais été comme tel, que nous ne pouvons pas avoir un enfant presque irréprochable. Leeo n’a toutefois pas des résultats excellents partout. Il a des difficultés, notamment en lecture malgré ses huit ans. « Bonsoir », je dis doucement en passant ma tête dans l’encadrement de la porte. Je rajuste mon sac à dos sur l’épaule. Comme un véritable adolescent, je ne vais nulle part sans lui. « Je suis désolé pour le léger retard », j’ajoute, réellement confus. J’espère simplement que comme la plupart des autres professeurs de Leoo, Jenna Montgomery ne va pas me prendre pour son petit-frère ; que ce soit les instituteurs ou les autres parents d’élèves, on me considère comme tel. Camila également. « Je suis le père de Leeo », je préfère préciser au cas-où. « Leeo Delgado-Escobar », j’ajoute bien que je ne sois pas certain qu’il y ait d’autres Leeo – à prononcer Lio – dans cette petite école de quartier. « Et j’espère vraiment qu’il n’a pas fait de bêtises… »
Revenir en haut Aller en bas
❉  friendship du mois
avatar
friendship du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 29/04/2017
›› Love letters written : 69
›› It's crazy, I look like : Candice Patton
MessageSujet: Re: Rencontre parents-profs (Esteban) Lun 11 Sep - 8:42

Le nez plongé dans mes copies, je ne vois pas le temps passé jusqu’à ce qu’une voie me tire de mes pensées. Je lève le nez et remarque bien vite la présence de la personne que j’attendais. « Bonsoir ! » lui répondis-je, avec un sourire. Je repose mon stylo ; non sans omettre de le refermer, un tic je suppose car j’ai toujours détesté les stylos pas fermés. Il s’excusa pour son retard, mais comme j’étais occupée, je ne m’en étais même pas aperçue. « Ce n’est rien ! » lui dis-je alors, en lui signalant qu’il pouvait entrer dans la classe. Il précisa tout de même être le père de Leeo. « Je sais ! » avouais-je. J’étais nouvelle dans cette école, mais je me souvenais de tous les parents de mes élèves. Tous, sans exception. J’avais la mémoire des visages. Je pense que c’était une qualité, bien que ça ne m’est pas toujours servie. Enfin, tant que ce n’était pas l’inverse, tout allait bien. « Je vous en prie, asseyez-vous ! » finis-je par lui dire en lui désignant la chaise en face de moi. Je voyais à son visage qu’il s’inquiétait, et qu’il avait dû se poser des questions toute la journée, ce qui est bien normale. Le plus difficile pour moi était d’user des mots justes pour parler de mes soupçons, car bien sûr, ça n’était que des soupçons. Le jeune père de famille espérait que son fils n’ait pas fait de bêtises. « Non, au contraire. C’est un enfant attachant et sage ! » lui répondis-je, rassurante. Si ce n’était que ça, je ne l’aurais pas fait venir, d’ailleurs, si tous mes élèves étaient comme lui, ça serait le Paradis d’enseigner. « Si je vous ai fait venir c’est pour vous parler de quelques chose qui m’inquiète. Leeo ne se mélange pas aux autres élèves. Dans la cours, il joue seul. Je pensais que c’était de la timidité, mais j’ai plutôt l’impression que les autres enfants le persécutent. J’ai essayé d’en parler avec lui, mais il n’a rien voulu me dire. » expliquais-je calmement. Je ne connaissais pas cet homme, donc je craignais tout de même sa réaction, mais je ne faisais que mon travail. Je ne serais pas une bonne institutrice si je ne faisais pas attention au bienêtre des enfants dont on me confiait l’éducation.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 23/07/2017
›› Love letters written : 243
›› It's crazy, I look like : alberto smartie rosende.
MessageSujet: Re: Rencontre parents-profs (Esteban) Sam 16 Sep - 18:59

Je ne cache pas mon soulagement lorsque la maîtresse de mon fils avoue savoir que je suis le père de mon fils car le contraire n’est pas véritablement un compliment pour moi ; en effet, j’assume pleinement ma paternité et apprécie de la vivre comme tout un chacun, sans différence concernant mon âge. Malheureusement, être père d’un enfant de huit ans quand on a à peine trois fois son âge, ce n’est pas partir d’un pied équitable vis-à-vis de la société qui a tendance à juger et à mal juger, surtout. Je souris, content d’entendre que mon fils est sage et attachant mais mon sourire se dissipe et mes sourcils se froncent ; alors pourquoi me convoque-t-on alors ? Je me gratte le coin du sourcil, interloqué et interpellé, ne comprenant pas tellement, par conséquent, les raisons de ma présence. Mademoiselle Montgomery m’explique alors qu’elle trouve Leeo bien solitaire et à l’écart. Jusque là, je ne suis pas surpris. Si c’est un véritable bout en train à la maison, avec sa mère et moi, en public, en groupe, il est toujours plus isolé et discret. Quand d’autres enfants jouent bruyamment, lui, préfère rester assis dans son coin, aux côtés des adultes qui l’entourent mais sans interrompre leur conversation ni se faire entendre. « Leeo est un enfant réservé », j’explique avant qu’elle ne poursuive. Elle a un mauvais pressentiment concernant l’enfant. Je secoue doucement de la tête. « Il nous en aurait parlé ». Leeo n’est pas un enfant qui cache des choses. Il me dit tout, surtout sur le trajet du retour de l’école, et parfois, il parle même trop à m’en donner des maux de crâne. « Il n’a pas de marques ni rien ». Aucune trace de coups. Quoi que désormais grand, il prend sa douche s’en surveillance mais il se balade régulièrement en caleçon, mauvaise habitude que je lui ai transmise. Je suis toutefois troublé par les paroles de l’institutrice qui me fait face car elle connait son métier, après tout.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
❉  friendship du mois
avatar
friendship du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 29/04/2017
›› Love letters written : 69
›› It's crazy, I look like : Candice Patton
MessageSujet: Re: Rencontre parents-profs (Esteban) Jeu 21 Sep - 10:08

Je ne me suis jamais permis de juger les gens et plus encore ceux que je ne connais pas. Ce n’est tout simplement pas dans mes habitudes, de plus, je n’aimerais pas qu’on me le face à moi, alors je ne vois pas pourquoi je ferais aux autres quelque chose que j’ai pas envie que l’on me face. Les gens qui me connaisse parfaitement bien, comme ma meilleure amie, savent que je suis quelqu’un qui sait rester neutre en toutes circonstances. Ma meilleure amie est malade mais jamais je ne la contraindrais à suivre son traitement. Evidemment, ça me fait mal qu’elle ne le suive pas, parce que je n’ai pas envie de la perdre, mais je ne dis rien, parce que je n’en ai pas le droit. Si le père du petit Leeo est plus jeune que moi, je n’ai pas à faire de commentaires. Mes collègues ne se gêne pas et je trouve cela irrespectueux. Il semble soulagé que je sache qui il est, mais son soulagement est de courte durée. Je ne peux que le comprendre, si j’avais des enfants, je serais forcément inquiète si leur institutrice venait à me convoquer après les heures de classe. J’explique alors au jeune père que Leeo est un enfant sage et intelligent, quoique plutôt solitaire, mais ça n’est pas un problème en soit. Il m’indique que son fils est réservé, mais encore une fois, ça n’est pas le but de cet entretien. Je me décide alors à lui faire part de mes soupçons tout en essayant de ne pas me montrer négative. Après tout, je peux très bien me tromper. Sa première réaction est de me dire que l’enfant leur en aurait parlé. Je m’attendais à ce genre de réponse et je n’admets ne pas avoir de parade. Ça me fait penser à ma propre expérience, bien que celle-ci soit totalement différente. Il n’empêche que lorsque j’ai su que mes parents n’étaient pas mes parents biologiques, j’ai aussitôt pensé, si j’avais été adoptés, ils me l’auraient dit. Il ajoute ensuite que Leeo ne porte aucunes traces de coups. « Le harcèlement scolaire n’est pas seulement physique, il peut être psychologique. Mais, ce ne sont que des soupçons, j’espère me tromper. » répondis-je, espérant me montrer rassurante.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 23/07/2017
›› Love letters written : 243
›› It's crazy, I look like : alberto smartie rosende.
MessageSujet: Re: Rencontre parents-profs (Esteban) Jeu 21 Sep - 15:06

Leeo est un enfant qui se confie beaucoup et me parle énormément, ce qui est parfois douloureux pour sa mère. En effet, dans notre société, nous sommes davantage habitués à des relations fusionnelles entre une mère et son enfant, moins couramment l’inverse. Toutefois, ça ne change rien : Leeo est également et bien entendu, comme tout enfant, très proche de Camila. Mon fils me confie le moindre de ses tracas et c’est pour cela, parce qu’il n’a pas parlé d’un problème quelconque à l’école, que j’ai du mal à croire aux paroles de son institutrice ; pourtant, j’ai conscience qu’elle connait bien son travail mais également ce genre de situation. Je suis hésitant, je ne sais ni quoi dire ni quoi faire. Je me mords la lèvre inférieure, embarrassé, alors qu’elle m’explique que le harcèlement scolaire peut être psychologique et ne laisser aucune trace sur le corps d’un enfant. « Il m’en aurait parlé », je dis doucement, de façon à peine audible, en secouant doucement la tête de gauche à droite. Je refuse d’admettre que Leeo a des problèmes. Cette idée me brise le cœur ; qu’il souffre mais également que je n’ai rien vu, que j’ai été aveugle face à d’éventuels problèmes. « Cela m’angoisse », je finis par confesser à la jeune femme au teint halé. « Je l’ai vécu, au lycée. J’étais le gosse avec le physique pas forcément des magazines, un peu rond et en plus de tout ça, j’ai mis la mère de Leoo enceinte au lycée, alors les ragots et les moqueries allaient bon train ». Je ne sais pas pourquoi je me surprends à lui confier cela. A lui parler de cette époque où on me montrait du doigt parce que j’avais mis la sublime Camila enceinte, moi, le quelconque et clumsy Esteban Delgado. « Je ne veux pas que mon fils vive cela »
Revenir en haut Aller en bas
❉  friendship du mois
avatar
friendship du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 29/04/2017
›› Love letters written : 69
›› It's crazy, I look like : Candice Patton
MessageSujet: Re: Rencontre parents-profs (Esteban) Ven 6 Oct - 9:57

Je me sens mal à l’aise face au jeune père de famille, car je vois bien qu’il a du mal à croire en ce que je dis. Je le comprends tout à fait, c’est de son enfant qu’il s’agit, après tout. Mais si je n’avais rien soupçonné du tout, jamais je le l’aurais convoqué. Il commence par me dire qu’il aurait remarqué les traces, ce qui me pousse à expliquer que le harcèlement n’est pas forcément physique, qu’il peut juste être psychologique et il est même encore plus grave, puisqu’on ne le voit pas. Il dit à nouveau que Leeo lui en aurait parlé et que puis-je répondre à ça ? J’essaye de me mettre à sa place, mais là est bien le problème, je ne suis pas à sa place. Je ne suis que l’institutrice de Leeo, pas sa mère et là seule chose que je pouvais faire, c’est-à-dire prévenir l’un ou l’autre de ses parents, de mes soupçons, je l’ai fait. A ce stade, malheureusement, je ne peux rien faire de plus. Juste me montrer vigilante. Peut-être que je me trompe, peut-être que je suis simplement parano, mais peut-être aussi que j’ai raison, et si je n’avais rien fait, rien dit, je l’aurais regretté. Cependant, je comprends qu’il angoisse, qu’il s’inquiète. C’est tout à fait légitime. Le cas contraire, c’est moi qui me serais poser des questions. Tous les parents de mes élèves ne sont pas des gens bien, certains se fichent pas mal de ce que je peux leur dire sur leur progéniture et ce n’est pas le cas de cet homme. Il est très jeune, certes, bien plus jeunes que les pères de mes autres élèves, mais il n’en est pas moins un bon père. Je le sais, parce qu’il s’inquiète pour son fils et ça me touche. Il m’explique alors qu’il a connu ce genre de harcèlement lorsqu’il était plus jeune et je me retrouve dans ses paroles. A l’âge de Leeo, moi aussi, j’ai eu des problèmes, pas à cause de mon poids, mais à cause de ma couleur de peau. C’est débile, mais c’est comme ça. « Je comprends tout à fait. A l’âge de votre fils, moi aussi j’ai eu des problèmes. Les enfants peuvent se montrer cruels. » répondis-je, attristée par ce souvenir et par ce qu’il venait de m’avouer. « Je vous l’ai dit tout à l’heure, je peux me tromper, mais je vais continuer à me montrer vigilante. » ajoutais-je, rassurante.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 23/07/2017
›› Love letters written : 243
›› It's crazy, I look like : alberto smartie rosende.
MessageSujet: Re: Rencontre parents-profs (Esteban) Ven 6 Oct - 12:11

Je suis déboussolé. Comme beaucoup de parents à qui on annonce des doutes sur la situation de son enfant au sein d’un groupe de gamins, à l’école plus précisement, j’ai l’impression d’être un mauvais père et de ne pas être vigilant. J’ai sacrifié sept ans de ma vie pour l’éducation de Leoo. En fait, ce n’est pas un sacrifice du tout. C’est un choix pleinement assumé. Je n’ai pas terminé le lycée ni fait d’études supérieures afin que ce soit sa mère, ma meilleure amie, Camila, qui puisse s’offrir un avenir. Je trouvais cela affreusement injuste, en regardant documentaires et reportages, de constater que dans les trois quarts des parents adolescents, c’est la mère qui cesse tout et le père qui travaille ou étudie. De plus, Camila a toujours eu davantage de compétences intellectuelles que moi ; de nous deux, c’était elle qui avait le plus de chance d’avoir un sublime avenir. Depuis un an, je travaille. J’ai été recruté par la police pour trouver des informations sur le web sur les victimes, les coupables ou les suspects. Depuis un an, je suis donc moins souvent qu’auparavant avec Leeo puisqu’il mange désormais à la cantine et va à l’étude jusque dix-huit heures. « Oh », je laisse échapper alors que l’institutrice me confie avoir eu des problèmes à l’école. Je remarque qu’elle a le teint halé et me demande quelles sont ses origines. Je n’ose pas lui demander, c’est déplacé : elle est le professeur de mon fils. Pourtant, je lui demande avec beaucoup de retenue et de politesse. « Je vous prie de m’excuser si jamais ma question vous indispose mais quelles sont vos origines ? ». Je me demande si elle n’est pas Porto-ricaine. Jenna Montgomery m’assure être vigilante. « Merci », je dis avec un sourire sincère mais j’ai toujours le cœur lourd et douloureux. « Selon vous, qu’est-ce qui est le plus intelligent ? En discuter avec lui au risque de le braquer ou attendre qu’il m’en parle et surveiller tout ça d’un peu plus près ? ».

Revenir en haut Aller en bas
❉  friendship du mois
avatar
friendship du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 29/04/2017
›› Love letters written : 69
›› It's crazy, I look like : Candice Patton
MessageSujet: Re: Rencontre parents-profs (Esteban) Mer 18 Oct - 13:06

Devenir parent, je suppose que ça ne doit pas être tous les jours évidents, il faut savoir faire des sacrifices pour le bien de son enfant et lorsque l’on devient parent jeune, ça doit sans doute être bien pire car on doit s’entendre dire que l’on va gâcher sa vie et son avenir. Enfin, je dis ça, mais à dire vrai, comme je ne suis pas dans cette situation, j’ignore tout de la vérité. Je ne suis plus une adolescente depuis déjà quelques années maintenant. Je suis adulte et ma vie est ranger, même s’il me manque certaines choses. Je me dis seulement que ces choses arriveront bien un jour et qu’il ne sert à rien de les attendre, attendre, ça ne fait que rendre l’attente plus longue encore et c’est bien assez long comme ça. Donc, inutile d’en remettre une couche. J’explique au jeune père de famille que j’ai eu quelques soucis étant enfant, à cause de ma couleur de peau. Ça n’a rien de très originale, mais il est vrai qu’à l’époque, je vivais dans un petit quartier, et j’étais la seule enfant à avoir le teint halé. Ma réponse sans le surprendre et il se montre hésitant avant de me demander quelles sont mes origines. Je n’ai aucune honte à l’admettre, je n’ai d’ailleurs jamais eu honte de l’admettre. Certes, mes parents ne sont pas nés aux Etat-Unis, mais ils y sont depuis leur plus jeune âge ; ma mère avait à peine quelques mois lorsque sa famille s’est installée dans le pays de l’once Sam, mon père lui, en avait trois. « Mes parents sont tous deux de Porto-Rico. » répondis-je, avec un sourire. Il est vrai que ça n’a rien de surprenant, mais, même si je suis née à las Vegas, je n’y ai pas vécu avant mon adolescence. Au départ, nous vivions dans une petite ville ou nous étions la seule famille portoricaine, de ce fait, on ne m’acceptait pas vraiment à l’école. C’est idiot, mais c’est comme ça. Comme je le disais, les enfants peuvent parfois se montrer bien cruels. Il me demande ensuite s’il doit en parler avec Leeo, ou attendre qu’il le fasse de lui-même. « Très franchement, j’ignore qu’elle est la meilleure solution. Vous pouvez essayer d’en parler en douceur avec lui, mais s’il ne dit rien, c’est inutile de le forcé, ça serait peut-être pire. » avouais-je. J’étais moi aussi inquiète, même si je n’étais que l’institutrice.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 23/07/2017
›› Love letters written : 243
›› It's crazy, I look like : alberto smartie rosende.
MessageSujet: Re: Rencontre parents-profs (Esteban) Jeu 26 Oct - 18:00

Je ne suis pas surpris d’apprendre la nationalité portoricaine des parents de l’institutrice de Leeo, mon fils. Il y a des origines que l’on ne peut pas cacher, en raison d’un certain teint de peau ou d’un accent, comme c’est mon cas. Bien que cela fasse presque quinze ans que je ne vis plus au Mexique, j’ai toujours un accent, plus léger que lors de mon arrivée, qui rappelle mes racines mexicaines. Je suis surpris que Jenna Montgmory me parle de ses origines mais également de son enfance. Je l’écoute attentivement tout en comprenant de quoi elle me parle car même si je n’ai pas grandis dans un petit village comme elle, mais ici même, à Los Angeles, dès mes dix ans, je sais fort bien ce que cela fait de ne pas être accepté. On m’affublait de surnoms ridicules comme Maracas, Tapas ou Nachos. Les surnoms de nourritures latines étaient leurs préférés parce qu’en plus, pour couronner tout cela, j’étais en surpoids et gourmand ; je ne me cachais pas d’avoir un bon coup de fourchettes. « C’est affolant ce que les enfants peuvent être cruels et ça, qu’importe la génération », je dis, en secouant doucement la tête, dépité. J’ai du mal à réaliser qu’après que cela me soit arrivé, cela peut potentiellement tomber sur la prunelle de mes yeux, mon fils. Je demande conseil auprès de la maîtresse qui ne sait pas forcément, qui suggère de ne pas forcer mon fils à la confession. « Vous pouvez me tenir au courant, de tout cela, s’il vous plaît ? », je demande, réellement soucieux. Cela m’angoisse tout particulièrement car Leeo compte plus que tout à mes yeux. Je me mordille la lèvre inférieure en me demandant comment je peux évoquer cela avec Camilla, qui est, tout comme moi, très protectrice. Je crains qu’elle ne panique à l’extrême.

Revenir en haut Aller en bas
❉  friendship du mois
avatar
friendship du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 29/04/2017
›› Love letters written : 69
›› It's crazy, I look like : Candice Patton
MessageSujet: Re: Rencontre parents-profs (Esteban) Jeu 2 Nov - 11:27

Oui, les enfants peuvent se montrés cruels. Les années passent, les époques changent, mais les différences ne sont jamais acceptées et c’est dommage, triste même. Ridicule également, car inutile. Moi, je n’étais pas accepté à cause de mes origines portoricaine, une autre, parce qu’elle avait la chevelure rousse et un autre parce qu’il portait des lunettes. De nos jours, porter des lunettes n’est plus un problème, mais ça en était un lorsque j‘étais enfant. D’ailleurs la fillette rousse, le gamin à lunettes et moi-même, nous étions amis. Nos différences nous avaient rapprochés. Je pensais qu’en quittant le village ou j’avais passé les premières années de ma vie pour une ville plus grande, les choses avaient changés. Et ça avait été le cas, mais seulement pour moi. Car dans mon lycée, il y avait un albinos et il était toujours l’objet de moqueries. Comme si c’était de sa faute, je trouve ça ignoble. Enfin voilà, j’avais tenue à parler de cette expérience, juste pour qu’il sache que les enfants pouvaient se montrer cruels. Plus cruels encore que les adultes. Et j’étais loin de savoir qu’il avait connu ça lui aussi et qu’il était du coup, bien placé pour le savoir. Nous avons tous des expériences plus ou moins difficiles de l’école. Dans mon cas, finalement, ça ne m’aura pas empêché de vouloir y retourner pour enseigner aux enfants tout ce que l’on m’avait appris lorsque j’avais leur âge. Le jeune père de famille me demanda si je pouvais le tenir informer de l’évolutions des choses. Une demande qui n’avait pas lieu d’être puisque, bien sûr, c’est ce que j’avais l’intention de faire. C’était mon travail après tout, que de me montrer vigilante et d’informer les parents si problème il y avait. « Bien sûr, ça fait partie de mes responsabilités en tant qu’enseignante ! » répondis-je alors.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 23/07/2017
›› Love letters written : 243
›› It's crazy, I look like : alberto smartie rosende.
MessageSujet: Re: Rencontre parents-profs (Esteban) Jeu 2 Nov - 16:43

C’est très douloureux pour moi de me dire que mon fils vit peut-être le calvaire que j’ai moi-même essuyé, à l’école. Il est plus difficile de grandir mais surtout de se construire convenablement lorsqu’on a une enfance difficile rythmée par les brimades des autres. Ensuite, dans une vie plus mâture, d’adulte, c’est plus compliqué de faire confiance, de ne pas avoir peur de nos paires mais surtout, de s’intégrer en groupe. C’est sans doute pour cela que je peine à trouver moi-même ma place au sein du commissariat où je travaille, où seule Callie est mon alliée. En prime, je suis un geek et nous sommes réputés pour être atypique, ce qui n’aide strictement en rien. C’est pour toutes ses raisons, qui me torpillent le cœur, que je tiens à m’assurer auprès de Jenna Montgomery, qu’elle me tienne au courant de la suite des événements concernant l’intégration de Leeo au sein du groupe scolaire et plus particulièrement, de sa classe. « Merci », je dis, avec un sourire empli de reconnaissance.

Bien que je ne sois en rien fautif, je ne peux m’empêcher de me sentir coupable et de m’en vouloir d’avoir potentiellement échappé à quelque chose. D’un autre côté, comme je l’ai dis à la maîtresse de Leeo, ce dernier me dit tout et n’a rien dit. Pourquoi m’aurait-il caché quelque chose ? Cette idée, d’un mensonge, d’une relation désormais différente, me brise le cœur car jusqu’à maintenant, nous avons toujours été fusionnels, du moins jusqu’à ce que je prenne une activité salariée à temps plein, il y a quelques mois. Depuis, je ne viens plus le chercher tous les jours à l’école puisqu’il reste à l’étude. Quelque chose s’est-il brisé entre nous ? « Je vous tiendrais au courant de mon côté en vous faisant parvenir un mot cacheté dans le carnet de liaison », j’assure tout en lui serrant la main, reconnaissant. Puis, je reprends mon sac à dos mais j’ai l’impression qu’il pèse une tonne. Comme le fardeau que porte peut-être Leeo ?

Revenir en haut Aller en bas
❉  friendship du mois
avatar
friendship du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 29/04/2017
›› Love letters written : 69
›› It's crazy, I look like : Candice Patton
MessageSujet: Re: Rencontre parents-profs (Esteban) Mar 14 Nov - 10:34

J’ai fait ce que j’avais à faire, j’ai fait venir le père de l’un de mes élèves pour lui faire part de mes doutes et des questions que je me pose. Il est vrai que je peux très bien me tromper. Cette classe, c’est seulement ma deuxième classe, je suis une jeune institutrice et je peux très bien voir le mal alors qu’il n’en a rien. Mais je pense que c’était mieux de ma part de prévenir la famille de ce petit garçon, plutôt que de garder mes doutes pour moi. Car si je ne disais rien et qu’il y réellement du harcèlement dans la vie de ce gosse, je serais la première responsable. Responsable de ne pas avoir. Et je ne veux pas qu’on me tienne responsable de quelque chose que je ne maitrise pas. J’ai des soupçons c’est vrai et il était de mon devoir que d’en faire part au père de Leeo. C’est maintenant chose faite et je me sens mieux de l’avoir fait, comme ôté d’un poids. Le poids que je porte sur mes épaules depuis l’époque ou moi aussi, je subissais les moqueries des autres enfants, simplement parce que mes parents n’étaient pas nés aux Etats-Unis. Il me remercie, mais je luis souris d’un air qui veut dire que ce n’est pas nécessaire, c’est simplement normal. Je lui ai fait part de mes doutes et il est normal que je continue d’être vigilante, tout en espérant me tromper. Il est vrai que c’est délicat pour lui que de se dire que son fils lui cache peut-être quelque chose d’important, mais ça n’est pas de sa faute. Les années auront beau passé, les mentalités ne changeront jamais et les différences seront toujours vu de la mauvaise façon. Il m’indique ensuite qu’il me tiendra informer de la situation via le carnet de correspondance de Leeo. « D’accord, merci à vous ! » lui dis-je, tandis qu’il se lève et rassemble ses affaires. « Je vous souhaites une bonne soirée ! » lui dis-je, en me levant à mon tour. Au dehors, je remarque que le soir tombe et qu’il pleut. Une chance, le motel ou je loge depuis mon arrivée en ville est à quelques minutes à pieds de l’école, je ne devrais donc pas être trop trempée en rentrant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


MessageSujet: Re: Rencontre parents-profs (Esteban)

Revenir en haut Aller en bas

Rencontre parents-profs (Esteban)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: sweet taste of liberty
-