Partagez|

God help me because I can not help myself. (Cam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 08/06/2017
›› Love letters written : 196
›› It's crazy, I look like : La sublime et magnifique Katherine Langford.
›› Credit made by : Earithralia
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: God help me because I can not help myself. (Cam) Mer 16 Aoû - 12:17



► Los Angeles, Triangle Platinium | Never ruin an apology with an excuse.
God help me because I can not help myself.
Cameron Humphrey & Zelda Mariano
« Zelda, Zelda, Zelda!! » les cris raisonnent dans toute la maison, les encouragements sont de plus en plus forts et je suis suffisamment bourrée pour m’exécuter. Je fais difficilement le poirier, tandis que deux types baraqués viennent me soutenir pour ne pas tomber. Tant pis pour ma jupe qui se relève et laisse clairement apparaitre ma jolie dentelle. Ma mère serait tellement fière de moi. Quelques flashs retentissent, de quoi me faire perdre la vue tandis que je saisis une énorme paille dans ma bouche pour essayer d’ingurgiter un maximum de liquide en un moins de temps. Les ovations du petit public autour de moi continuent de plus belle, jusqu’à que l’envie de vomir me prennent. Je fais signe au deux gaillards de me lâcher, tandis que j’essaye de retomber sur mes pieds proprement. Loupé. A vrai dire, j’ai plus l’air d’une grosse merde. Je me balance de gauche à droite à la recherche de quelque chose de plus stable pour me maintenir debout.

Tout le monde semble déjà oublier que j’étais la star y a quelques secondes, tandis qu’au loin j’entends crier le prénom d’un autre, ou d’une autre, je ne sais plus. Ma vision est assez flou tandis que je me dirige difficilement vers les escaliers qui mènent à l’étage. Personne ne semble vraiment préoccupée de mon état, alors que je menace dangereusement de re-décorer le tapis du salon. Trop tard pour les toilettes à l’étage, je n’aurais jamais la force d’y accéder dans l’état où je suis. Qu’est ce qui t’as pris Zed de faire ça. Je soupire n’étant pas vraiment prête à m’auto-faire des leçons de morale. La copine que j’étais censée accompagner à cette fête pourrie avait disparu de la circulation. Elle était finalement partie dans les bras d’un autre, oubliant de me prévenir et me laissant là, toute seule à faire n’importe quoi. Je marche assez rapidement vers la sortie. Ma tête va éclater. J’ai l’impression que le sol va s’effondrer sous mes pieds, tout autour de moi se balance à un rythme cadencé de droite à gauche.

Lorsque j’arrive enfin sur la pelouse, je ne me retiens plus. « C’est dégueulasse. » commente des jeunes en s’éloignant de ma zone accidentée. Je n’ose pas vraiment relever la tête, et c’est parti pour un deuxième tour, de quoi me brûler encore plus l’oesophage. J’aurais jamais du boire autant. Je me sens vraiment mal et je me rends par la même occasion compte, je n’ai plus d’autre moyen de rentrer chez moi. Même mon téléphone semble s’être évaporée dans cette magnifique soirée. Je suis au bout de ma vie, mais en même temps, je l’ai un peu cherché. J’essaye de demander de l’aide à d’autres fêtards comme moi, mais ils se sont tous passé le mot pour me fuir. De toute manière, chaque mot que j’essaye de prononcer ressemble à un espace de brouhaha prononcé par un gamin de deux ans. Et plutôt que de me relever et partir plus loin, je m’allonge à quelques centimètres de mon vomi, incapable de fournir le moindre effort. Foutu, pour foutu.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne


Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 29/07/2017
›› Love letters written : 94
›› It's crazy, I look like : Dylan Minnette
›› Credit made by : avatar earithralia - signa astra
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: God help me because I can not help myself. (Cam) Mer 16 Aoû - 19:51

god help me because i can not help myself
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Zed
On t'avait proposé de sortir. C'était une soirée de l'ami d'un ami d'un ami. Tu ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam cette personne, sans doute un gros fêtard qui avait une certaine somme d'argent à dépenser. On t'avait dit que ça te ferait du bien de voir de monde, de rencontrer de nouvelles personnes. Ce que l'on sous entendait, c'est que ça te ferait du bien de fréquenter d'autres filles. Cela faisait des semaines que tu n'avais plus de nouvelles de Zelda. Pas un message, pas une présence virtuelle. Tu le vivais mal. Passer d'une relation complice, presque fusionelle au néant n'était vécu autrement pour toi qu'une rupture. Quand elle avait claqué la porte, t'étais au fond. Ça devait être l'une des pires soirées de la ta vie.
Alors sous le conseil de tes amis, tu avais passé du temps à te préparer. T'avais enfilé une chemise blanche, un jean et des pompes noires. Pour une coupe aussi simple, tu avais passé un temps record devant ton miroir. Tu plaquais tes cheveux, les redressais inlassablement.
Vous aviez pris la route en voiture, avec des mecs que tu connaissais plus ou moins de vue. Ils avaient déjà apporté la bouteille de vodka que vous vous passiez jusqu'à destination. Ça permettait de passer le temp dans les bouchons, les rires montaient en même temps qu'un chant des plus faux. Les fenêtres ouvertes, on se retournait sur le carrosse pour dévisager les ivrognes. Garés dans le jardin, t'es descendu de votre moyen de transport déjà très peu incertain des pas que tu faisais.

Tu avais calmé ton débit le reste de le soirée, ce qui ne t'empêchait pas de rire trop facilement aux blagues qu'on te faisait. Qui n'avaient rien de drôle en réalité. T'étais resté dehors, avec un des fameux gobelets rouges en main. Tu discutais ou t'amusais au bière pong. T'avais enchaîné et gagné d'ailleurs plusieurs parties, toujours soulevé d'un cri de victoire en courant autour de la table. Et en enfonçant bien le perdant. Quant à  la maison, elle était trop bruyante et il y faisait beaucoup trop chaud. T'avais pas envie d'avoir des traces de sueur sur ta chemise blanche. Le bon goût même saoul.

Alors que t'étais en plein jeu de carte alcoolisé -très mal parti pour toi-, tu entends retentir un nom. Tu te tournes vers la source, cachée par les murs et la foule, tout comme le reste de la table. Tu n'as pas hésité longtemps avant de te lever et de rejoindre l'attroupement. C'est là que tu l'as revue. Les jambes en l'air et le sous vêtement à l'air. T'as cligné plusieurs fois des yeux pour t'assurer qu'il s'agissait bien d'elle. T'as du mal à comprendre. Et puis, tout cesse, le groupe se dirige vers un autre champion aussi doué qu'elle apparement. Toi tu restes là, tu regardes dans quel état elle est. Il ne te faut pas longtemps pour constater qu'il est lamentable. C'est peut être le fait qu'elle titube jusque dehors, maladroitement, qui t'a mis la puce à l'oreille. Toi, tu cherches une bouteille de vodka avant de la rejoindre. L'image que tu viens d'avoir t'as complètement dessoûlé. Le temps que tu mettes la main sur une bouteille encore pleine, en sortant, tu la retrouves allongée au sol, à côté d'une flaque de vomi. C'est le bruit qui t'a guidé vers elle.
" Ça va? " Tu viens vérifier qu'elle est toujours consciente. Tu t'assois à côté d'elle, entamant l'alcool. " Il va me falloir au moins la bouteille pour oublier dans quel état tu es. " Tu souris, fais ressortir tes pommettes et tes yeux railleurs. Tu lui dégages le visage de quelques mèches, pour éviter qu'ils ne trempent dans la zone de sa bouche pleine de résidus vomi certainement. C'était faiblement éclairé dans le jardin, ce qui était un bon point pour elle. " La prochaine fois mets toi en short plutôt, non? " Tu sais que les mecs ont bien maté comme il fallait. Et ça t'effrayait un peu de savoir que si tu n'avais pas été là, elle aurait été seule, dans un endroit sombre, et complètement déboussolée. Certes, la régurgitation d'alcool avait de quoi en freiner quelques uns, mais toi, tu la trouvais toujours aussi belle. Malgré l'odeur. Tu hésites un moment. " Tu veux que je te porte plus loin? Hors du chant de vision de ton cadeau? " Tu n'osais pas le faire de toi même. Avant tu l'aurais fait. Mais depuis sa dernière visite, tu préfères lui demander, qu'elle ne te foute pas une gifle dans la tronche.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 08/06/2017
›› Love letters written : 196
›› It's crazy, I look like : La sublime et magnifique Katherine Langford.
›› Credit made by : Earithralia
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: God help me because I can not help myself. (Cam) Mer 16 Aoû - 21:10



► Los Angeles, Triangle Platinium | Never ruin an apology with an excuse.
God help me because I can not help myself.
Cameron Humphrey & Zelda Mariano
Je ne pouvais pas l’appeler. C’était hors de mes capacités. Pourtant, le nombre de fois où j’avais pensé le faire mais jamais je n’étais parvenue au bout. Cameron me manquait énormément mais je ne voulais pas lui faire de mal. J’allais forcément lui en faire. Alors je me suis abonnée absente quelques jours, le temps de pouvoir digérer tout ça, bien que j’étais à peu prés sure que notre amitié avait pris un sacré coup. Je ne pouvais pas me permettre de seulement décrocher le téléphone, lui proposant une partie de bowling l’air de rien. Je n'avais pas le droit. Les semaines qui ont suivies ont été assez éprouvantes pour moi, dans le sens où il fallait que j’apprenne à vivre sans mon meilleur ami. Il fallait que j’accepte de ne plus le voir comme tel. Une part de moi me hurlait à quel point j’étais bête de passer à coté d’un garçon comme Cameron. Il était le portrait même du garçon idéal que je m’étais fait, les muscles en moins peut être. Il manquait cruellement de barbe, mais je pouvais faire abstraction de ça quand on sait que je pouvais aussi sortir avec une fille. Alors où était vraiment le problème finalement? Qu’est ce qui ne tournait pas rond chez moi?

Je crois que la dernière fois que je me suis sentie aussi mal remonte au lycée. J’ai toujours su que je ne tenais pas bien à l’alcool. J’ai l’alcool mauvais, j’ai connu le coma éthylique par le passé et un viol, mais visiblement ça ne m’a pas empêché de recommencer. Je peine à ouvrir les yeux lorsque je crois que l’on s’adresse à moi. Bien sur, je ne vois pas de suite Cameron, ni sa voix d’ailleurs. J’ai du mal à vraiment saisir tout ce qu’il dit, néanmoins je souris en finissant par le reconnaitre «  Oh un ange! » peinais-je à dire. D’ailleurs, je ne suis pas sure que c’est ce que j’ai vraiment dit. Ma langue était tellement lourde que cela devait plus ressembler à un « oaeaenzee » ou un mot sans aucun sens. Encore une fois, j’ai du mal à saisir ce qu’il me dit. Je comprend seulement qu’il parle de short, et j’ignore pourquoi mais ce mot me fait rire. Je répète donc hilare « Short » en m’esclaffant de rire. Mon Dieu, qu’est ce qui m’arrive. Et puis je finis par m’arrêter, me rappelant combien mon comportement n’avait pas été correct avec lui. Pourquoi restait-il ici à côté de moi à subir l’odeur nauséabonde de ce que j’avais rejeté après ce que je lui avais fait. Alors j’essaye de m’assoir, difficilement pour dégager ma tête de mon ‘cadeau’ comme il dit. J’essaye d’essuyer ma bouche, avec la manche de gilet. Au point où j’en suis, on va pas faire de chichi. Et puis, je le dévisage. Longtemps pour qu’il le remarque mais pas assez pour que je m’en rende compte. De nouveau, j’ai du mal à correctement m’exprimer mais je n’en ai pas conscience. Alors, dans un langage incertain je lui lance : «  Désolé, méchante Zelda. » ou du moins quelque chose qui s’en approche. J’essaye me mettre des gifles pour me punir du mal que je lui avais fait, mais en ne réussissant pas une seule fois à attendre mes joues. En fait, ce que je veux, c’est pouvoir récupérer mon téléphone et rentrer chez moi. Seulement je n’ai pas la force d’arriver à mes objectifs, alors j’essaye de décuver du mieux que je peux.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne


Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 29/07/2017
›› Love letters written : 94
›› It's crazy, I look like : Dylan Minnette
›› Credit made by : avatar earithralia - signa astra
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: God help me because I can not help myself. (Cam) Mer 16 Aoû - 23:49

god help me because i can not help myself
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Zed
Quand tu t'es approché d'elle, elle n'a pas bronché. Elle t'a simplement donné signe de vie par un bafouillage peu compréhensible. Tu as beau la connaître, tu as beau deviner ce qu'elle est sur le point de dire à certains moments, t'es pas capable de d'identifier les mots qu'elle vient de prononcer. Elle était vraiment amochée. Ça te fait presque de la peine. C'est ce regard qu'on peut lire sur ton visage. Elle ne se souviendra certainement pas que tu es venu lui tenir compagnie, que tu es venu la protéger. Tu ferais beaucoup trop de choses pour elle.
Quand tu lui parles de sa tenue, elle ne peut s'empêcher de tiquer sur le mot short. Elle pouffe de rire, visiblement amusée. Et puis elle s'arrête soudainement. Tu as du mal à la suivre. Elle s'essuie aussi délicatement la bouche que le ferait un gorille. Tu aurais bien proposé ta veste, mais tu n'en as pas. À moins de lui donner ta chemise, tu ne voyais pas comment l'aider. Elle se redresse, difficilement mais sûrement pour s'asseoir à tes côtés. Et elle se met à te dévisager. Longtemps. Beaucoup trop pour toi. Tu te demandes si t'as dit une connerie. Si elle prend mal ta proposition de la porter plus loin. " Je ne te force pas... " Et elle enchaîne une nouvelle tentative de communiquer. T'as l'impression que ni toi ni elle ne vous comprenez. T'as juste compris qu'elle parlait d'elle. " Quoi? " T'essayes de la faire répéter. T'as la tête du mec qui se pointe en Russie sans comprendre un mot de russe.
Tu soupires et bois une nouvelle gorgée qui te brûle la gorge. Tu te lèves, sans tituber, ce qui te met en confiance pour prendre la demoiselle sous le bras. " Écoute, je prends ça pour un oui. " Tu la soulèves délicatement, pour la porter telle une princesse. Si t'étais trop brusque t'avais peur qu'elle te vomisse dessus. Tu profites du fait qu'elle soit torchée pour te permettre une touche d'humour " C'est moi qui ai perdu du muscle ou c'est toi qui as pris du poids? " Ça te faire rire doucement. Tu savais pertinemment qu'il faudrait que tu te muscles. Mais la flemme l'a toujours emporté. Tu fais quelques mètres, avant de trébucher sans doute sur une racine invisible dans l'obscurité. Une injure se faufile entre tes lèvres, tandis que par miracle, tu réussis à garder Zed dans tes bras, malgré tes genoux au sol. " Ok on va rester là. " Tu la reposes à terre, alors qu'elle n'était qu'à quelques centimètres de hauteur. Tu prends soin de bien articuler ta prochaine question, comme si tu parlais à un sourd. " Tu es venue avec des amies? " Ou avec ta copine. T'espérais pour elle que la dernière option était fausse. Sinon tu te donnerais à cœur joie de lui balancer son absence en pleine face quand elle sera une peu plus en état de comprendre. Ce n'était pas elle qui était là, à veiller sur Zed puant le vomi et ne sachant pas aligner deux mots. Tu t'empares de nouveau de ta bouteille. Pas question d'être totalement sobre dans ce genre de soirée, sous peine de te faire chier comme un rat mort. Tu veillais cependant à garder une pleine conscience de ton environnement et de Zelda.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 08/06/2017
›› Love letters written : 196
›› It's crazy, I look like : La sublime et magnifique Katherine Langford.
›› Credit made by : Earithralia
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: God help me because I can not help myself. (Cam) Jeu 17 Aoû - 14:10



► Los Angeles, Triangle Platinium | Never ruin an apology with an excuse.
God help me because I can not help myself.
Cameron Humphrey & Zelda Mariano
Visiblement, on a du mal à se comprendre. Chaque fois que j’ouvre la bouche, il me dévisage bizarrement en essayant de déchiffrer mes paroles. Quant à moi, je n’ai pas vraiment la force de me concentrer sur ce qu’il dit non plus. De nature, Cameron parle assez vite, comme moi d’ailleurs et toutes les personnes de notre génération. Ma mère a souvent du mal à suivre nos discussion avec Archie et nous traite d’aliens. Je ressens exactement la même chose à ce moment précis. Et chacune des tentatives de blagues de Cameron tombent à l’eau parce que je suis incapable de les analyser ou de les comprendre. Je me laisse finalement porter par mon ami ailleurs. De toute façon, je suis tellement éméchée qu’il pourrait faire ce qu’il veut de moi, que je serais incapable de me défendre. Mais c’est Cameron et j’ai totalement confiance en lui malgré que notre amitié soit mise à rude épreuve ces derniers jours. Je sais qu’il est incapable de faire de mal à une mouche. C’est ce que j’apprécie le plus chez lui, son grand coeur, toujours là pour aider. Dans le cas contraire, j’en aurais fait surement de même pour lui. Peut être pas le porter, mais il aurait eu mon soutien pendant qu’il vomirait.

Dans ses bras, je me sens bien malgré que j’ai un peu peur qu’on finisse au sol tout les deux. Je souffres déjà suffisamment de la situation pour encore me prendre un nouveau coup. Le poirier ne m’a pas réussi, à vrai dire, l’alcool monte plus rapidement au cerveau on dirait. Je comprends que la meilleure façon de nous comprendre est d’utiliser des mots simples et court. Quant il finit par me reposer par terre, je lui dis tout simplement : «  Merci ». Je m’en veux un peu de lui faire subir ça. Il n’aurait jamais du être à cette fête. D’ailleurs, moi non plus. J’étais venue accompagnée une amie, Brandon le maitre de maison, était à la fac avec nous mais nous ne discutions pas vraiment. Elle m’avait attiré là dedans de peur de se retrouver elle aussi seule. Et puis elle s’était évaporée dans la soirée. Disait-on qu’elle concluait à l’étage, tandis que je me retrouvais seule à devoir sympathiser avec des inconnus. J’ai cru bon d’enchainer les verres, l’alcool a tendance à me rendre plus rigolote.

Au début. Quand je ne suis que pompette, parce qu’une fois que je suis bourrée c’est autre chose. Je deviens un poids pour tout le monde. Je secoue la tête de gauche à droite lorsqu’il me demande si je suis avec des amis. Non, la seule amie que j’avais et parti bras dessus bras dessous avec un nouveau compagnon de soirée. Elle m’avait demandé si je pouvais me débrouiller, j’ai dis oui pour ne pas la déranger. Au mieux, j’étais à une vingtaine de minutes à pied de chez mes parents, mais il était hors de question qu’ils me voient comme ça. Mon appartement par contre était un peu plus loin. Il me fallait bien une heure de bouchon pour arriver chez moi. En fait, je n’avais plus vraiment le choix et peu de possibilité s’offraient à moi. Alors, je décide une nouvelle fois de m’allonger. Sur Cameron cette fois. En attendant que ça me passe un peu. Et à la seconde qui suit, je me surprend à gonflée la tête contre son épaule.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne


Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 29/07/2017
›› Love letters written : 94
›› It's crazy, I look like : Dylan Minnette
›› Credit made by : avatar earithralia - signa astra
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: God help me because I can not help myself. (Cam) Jeu 17 Aoû - 17:52

god help me because i can not help myself
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Zed
Elle te remercie, prononçant le premier mot compréhensible de la soirée. " De rien. " Tu ne pouvais pas rester loin d'elle. Tu n'as pas su ignorer le nom qui retentissait dans la maison. Tu n'as pas continué ton chemin quand tu l'as vu déserter l'habitation. Tu aurais dû, dans un sens. Une nouvelle fois, tu sentais le stress te tordre l'estomac, tes poumons ne semblent pas s'emplir d'assez d'air. Tu étais à la fois bien et mal à ses côtés. Tu n'avais pas tiré un trait sur Zed. Tu avais un entêtement aigu malgré toi. Tu aurais voulu te montrer compréhensif et tourner la page. Mais dès que tu croisais son regard, t'espérais qu'un jour elle change d'avis. Tous tes raisonnements rationnels que tu t'étais répété pendant des jours s'envolent en quelques secondes. Tout ce qu'on a pu te dire s'évapore de ton esprit. Tu y crois. Dans un sens, tu es peut être aussi buté que Lorelei.

Elle nie d'un geste de la tête. T'as un air surpris, presque choqué de la situation. T'es à présent presque persuadé que c'est sa copine qui se balade entre ces murs sans s'inquiéter de l'état de Zed. T'étais à côté de la plaque. " T'es venue avec qui alors? " Tu ne l'as jamais rencontrée cette fille mais tu t'es déjà persuadé qu'elle n'était pas une fille bien. Qu'elle draguait toutes les filles qu'elle croisait, qu'elle enchaînait les conquêtes, qu'elle ne savait pas quelle chance elle avait de plaire à Zelda.

Elle pose sa tête contre ton épaule. Suite à ça, tu inclines ton visage sur le côté, de façon à la voir, te retrouvant un peu plus proche d'elle. Un silence s'installe, silence percé par le battement de ton coeur affolé. Et par ses ronflements. Tu étouffes un rire, amusé par l'absence complète de grâce de ton amie en cette soirée. T'as pas osé la réveiller. Alors t'es resté de longues minutes avec comme seule compagnie ta chère bouteille. Le temps passait, lentement, il faut le dire. Tu t'es bien fait chier mais t'étais prisonnier des lieux. Déjà parce que si tu bougeais, tu craignais de la réveiller, et tu ne voulais pas qu'elle se retrouve seule.
Ça faisait une heure. Tu observes que la demoiselle fait mine de bouger, sans doute réveillée par le bruit des fêtards qui décident de migrer vers l'extérieur, la maison devant plus paraître à un four qu'autre chose. Tu la sondes, histoire de voir si elle a repris ses esprits " Ça va mieux? " Tu te redresses et essayes de capter tous les détails de son visage. " La sieste a été agréable? " Le temps s'était largement rafraîchi mais avec Zed à tes côtés, tu ne l'as pas réellement senti. Peut être aussi et surtout grâce à l'alcool. Dès qu'elle se redresse pour émerger, tu t'étires. Ne pas bouger d'une heure, ça engourdissait tes muscles. Tu lui indiques aussi d'un geste de la tête une partie éloignée du jardin. Oui parce que ce mec a une terrain au moins trois fois plus grand que toi. Et en une heure t'avais eu largement le temps d'en scruter les moindres recoins. T'avais comme repéré un reflet du peu de lumière naturelle et artificielle sur ce qui semblait être de l'eau. T'espérais juste que ce ne soit pas le bassin des grenouilles. Mais tu t'en contenterais.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 08/06/2017
›› Love letters written : 196
›› It's crazy, I look like : La sublime et magnifique Katherine Langford.
›› Credit made by : Earithralia
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: God help me because I can not help myself. (Cam) Jeu 17 Aoû - 18:30



► Los Angeles, Triangle Platinium | Never ruin an apology with an excuse.
God help me because I can not help myself.
Cameron Humphrey & Zelda Mariano
Une heure déjà. A vrai dire, je n’ai pas vu le temps passer. J’ai juste eu la sensation de mettre assoupie quelques minutes. Décidément l’alcool me faisait perdre tout mes repères. Un groupe de jeune tout aussi éméché que moi s’étaient installé pas loin de notre petit QG. Cameron, lui, est toujours là. Fidèle au poste. Ma tête est toujours aussi lourde qu’une boule de bowling mais je me redresses tout de même, en ayant assez profité. Pauvre Cameron, il était resté là pour moi. En même temps, il était le seul ami que j’avais dans cette soirée malgré que nous n’en étions plus vraiment. Il m’avait manqué ces derniers jours pourtant ni l’un ni l’autre n’avait fait la démarche d’appeler l’autre. Je ne lui en tenais pas rigueur, à vrai dire ce qui s’était passé était de ma faute mais je ne savais pas comment passer outre ses aveux. Alors j’avais joué les autruches attendant gentiment que tout finisse par s’arranger. Je me gratte le haut de la tête, les yeux à moitié ouvert : «  J’ai beaucoup dormi? » demandais-je, n’ayant aucune idée de ce qui s’était passé entre temps. A vrai dire, de cette soirée je ne risquais pas de me rappeler de grand chose. J’avais toujours la langue pâteuse, surement à cause de l’alcool et du vomi. Cette petite sieste m’avait légérement réparé malgré que je n’avais pas tout à fait décuver et qu’il faudrait surement quelque jours à mes reins pour me pardonner mon abus.

Cameron avait vu sa soirée fichue à cause de moi, tandis que son groupe d’amis s’amusaient comme des fous à l’intérieur et encore une fois, j’étais la cause de ses malheurs. «Je dois appeler Archie … venir me cherché. » lui dis-je en essayant de me mettre debout et en retombant aussi tôt mais de nature assez buté, je retenue une seconde fois de me mettre sur pied. J’arrive à peu prêt à me tenir debout, mais j’ai toujours l’impression que tout bouge autour de moi alors je me rassois. « ton téléphone? » articulais-je encore très difficilement, n’ayant aucune idée de l’endroit où j’avais déposé le mien. Ça ne serait surement pas la première fois que je perdais des affaires en soirée. D’ailleurs à tout les coups un petit malin aura profité de mon état pour me le piquer. En fait, je suis incapable encore de faire quoique ce soit, donc je laisse Cameron taper le numéro de mon frère à ma place, mais il tombe sur la boite vocale. Putain, la poisse. J’hésite quelque seconde, une part de moi encore un peu raisonnable m’ordonne de ne plus rien demander au jeune homme, j’en ai déjà suffisamment profiter et je me sens nulle d’être dans cet état devant lui, l’autre part de moi et complétement ko et ne demande qu’une chose, renter à la maison. Je suis fatiguée, je suis sale, ma tête va exploser et je pue le vomi séché. Je suis au bout de ma vie et je ne trouve plus de solution pour rentrer alors, je lui dis : « je veux rentrer chez moi! » à deux doigts de me mettre à pleurer si ma demande n’est pas retenue. Il est mon seul recours, par pitié Cameron, pose cette putain de bouteille.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne


Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 29/07/2017
›› Love letters written : 94
›› It's crazy, I look like : Dylan Minnette
›› Credit made by : avatar earithralia - signa astra
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: God help me because I can not help myself. (Cam) Jeu 17 Aoû - 21:05

god help me because i can not help myself
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Zed
Elle paraît assez perdue. Plus que ce que tu n'aurais pensé. T'avais pas mesuré l'ampleur des dégâts. Elle te demande si elle a beaucoup dormi. Tu ne savais pas exactement. Tu savais que c'était long et que c'était plus d'une demie heure. Mais tu n'avais pas surveillé l'horloge. " Entre une demie heure et une bonne heure. " tu l'observes longuement. Non ça ne va pas mieux. Elle était passée dans une phase trop avancée du décuvage. La phase où tu te sens mal, barbouillé et perdu. Elle t'explique qu'Archie va venir la chercher. T'as pas le temps de rétorquer qu'elle manque de tomber en se levant. T'as pas été assez rapide pour l'aider. Mais elle refait un essai et se rassoit de façon plus maîtrisée. Pas besoin d'être un génie pour comprendre qu'elle ne tient pas debout. Elle te demande alors ton téléphone. Tu as un léger moment d'hésitation et tu finis par le sortir de ta poche. Tu n'oses même pas demander où est le sien. C'est pire qu'une femme qui a ses règles ce genre de situation. Tu composes son numéro et tombes directement sur le répondeur. " Il a dû éteindre son téléphone pour la nuit... " Elle n'apprécie pas le moins du monde la nouvelle. Elle se sent mal et tu le ressens rapidement. Comme n'importe qui, c'était tellement flagrant. Elle te regarde, les yeux suppliant et s'exclame un peu trop fort qu'elle veut rentrer. T'es déconcerté. C'est à peine si on entend ta voix quand tu lui réponds au bout de quelques secondes " ok, ok..." Lire sur tes lèvres serait presque plus simple que de t'entendre. Tu te lèves, pas forcément avec autant d'aisance et souplesse que d'habitude, et te diriges vers le groupe d'à côté. Ils semblent heureux de te voir, tous plus alcoolisés les uns que les autres. Tu ne sais même pas comment ils font pour avoir retenu ton prénom, mais il se fait entendre à l'unisson. Tu demandes si quelqu'un peut conduire, sans t'attarder. Il y avait ton ami qui t'avait amené jusqu'ici, et tu comptais un peu sur lui. Mais aucun n'est en état. On te demande si ça va, si tu veux venir boire avec eux. Vu la tronche de déprimé que tu tirais, c'était bien normal qu'on te pose la question. C'était la première fois que tu avais l'alcool... on pourrait dire mauvais. T'étais passé de ton état d'euphorie habituelle à six pieds sous terre, bousculé trop brutalement par Zed. Tu leur as simplement répondu que tu rentrais aider une amie, sans écouter leur protestation.

Tu prends ton téléphone et appelles un taxi. Tu avais de la monnaie sur toi. Et tu avais bien fait de prendre cet argent puisqu'elle paraissait totalement dépouillée. Tu t'avances de nouveau vers elle " Un taxi arrive dans 10 minutes. Tu as une idée d'où peuvent être tes affaires? " Tu lui tends la main pour l'aider à se lever. Tu ne peux pas la balader dans tes bras partout dans la propriété malheureusement. En partie parce que tu n'avais pas assez de muscles. Tout ce que tu fais, c'est la soutenir. " Je suis désolé Zed si ça te dérange mais je vais t'accompagner chez toi. Je peux pas te laisser seule dans ton état. " Tu vas rester. T'as peur qu'elle tombe si elle se douche ou qu'elle n'atteigne même pas la porte de son appartement. Tu dormiras dans son canapé ou par terre mais tu veux veiller sur elle. " Tu as tes clés au moins? " Ton appartement lui était ouvert en cas de catastrophe. Ça ne changera pas beaucoup de chez elle, tu dormiras à la même place.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 08/06/2017
›› Love letters written : 196
›› It's crazy, I look like : La sublime et magnifique Katherine Langford.
›› Credit made by : Earithralia
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: God help me because I can not help myself. (Cam) Ven 18 Aoû - 20:42



► Los Angeles, Triangle Platinium | Never ruin an apology with an excuse.
God help me because I can not help myself.
Cameron Humphrey & Zelda Mariano
Je me sens abandonnée par tout le monde. Même mon propre frère n’est pas là pour voler à ma rescousse. Je suis plutôt mal de faire encore subir mon mauvais karma à Cameron. Lui est resté là, prêt de moi, fidèle à une amitié qui n’en est plus vraiment une. J’ai l’impression de profiter de sa gentillesse et Dieu sait combien j’ai horreur de faire ça, mais je n’ai pas vraiment d’autre solution. De nous deux, il est celui qui est encore capable de prendre de vraie décision, je me contente de jouer les suiveuses bien que même ça révèle du miracle. Je le regarde se lever, rejoindre un groupe d’amis. Je suis presque sure d’en reconnaitre un, je me surprend à leur faire coucou quand leur regard se pose sur moi juste après que Cameron m’ait pointé du doigts. Ma petite tentative de sociabilité tombe à l’eau quand je me rappelle enfin que celui que j’ai cru reconnaitre et le type qui plus tôt dans la soirée m’a laissé crever dans mon vomi. Cameron revient. Il a l’air complètement agacé de la situation et je le comprends. Il se retrouve à jouer les baby-sitters d’une nana qui l’a rejeté quelque jour plus tôt. Quoique, je ne vois pas les choses vraiment de cette façon, disons plutôt que j’étais tellement surprise de découvrir ses sentiments pour moi que j’ai préféré fuir. Je ne sais pas ce qui m’a pris mais sur le moment ça m’a paru être la meilleure chose à faire. Et par la suite, j’avais cru bon de m’absenter quelque temps du paysage quotidien de Cameron, le temps qu’il m’oublie ou qu’il se rende compte que ce n’était pas une bonne idée de gâcher notre amitié, pour une histoire qui ne verrait peut être jamais le jour mais qui en plus de ça pourrait à tout jamais nous séparer.

Je le regarde appeler un taxi, hallelujah. J’ai envie de le serrer fort contre mes bras, d’ailleurs je crois que c’est ce que je finis par faire malgré que j’entendais encore cette voix moralisatrice me l’interdire. A vrai dire, j’ignorais où j’avais pu poser mes affaires en arrivant. J’avais une petite sacoche sur moi que j’avais finalement perdue en faisant le poirier ou même avant, je ne savais plus, donc je secoue la tête lorsqu’il me demande où son mes affaires, tant pis, je repasserai plus tard en espérant retrouver quelques trucs. Il m’aide à me relever, difficilement mais on arrive à traverser une partie de la maison. «  Hey JOOooohn, à la prochaine » hurlais-je en reconnaissant un camarade de promo à qui je n’ai jamais adressé la parole. « C’est John. » dis-je à Cameron comme pour le rassurer, alors qu’on s’approchait de la sortie. Le taxi était là, Cameron s’excuse de devoir m’accompagner. C’est plutôt à moi de m’excuser, m’enfin. Cameron m’aide à monter, et me demande si j’ai mes clefs. J’ai un sourire de vainqueur en les sortant de ma poche de veste. Je les gardais toujours sur moi, au cas où. « Toujours sur moi, chef. » dis-je fière de moi. Cameron Indiqua l’adresse de mon appartement au chauffeur, tandis que je commentais chaque voiture qui passait à côté.

Il nous fallut une bonne heure avant d’arriver à Downton L.A à cause des embouteillages angelos malgré qu’il est tard. Le chauffeur est visiblement très agacé par mon comportement mais qu’importe. On arrive à mon immeuble, le gardien est encore là, il nous salue tandis qu’on monte à l’étage. Il me faut une dizaine de minutes pour réussir à mettre la clef dans les verrous.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne


Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 29/07/2017
›› Love letters written : 94
›› It's crazy, I look like : Dylan Minnette
›› Credit made by : avatar earithralia - signa astra
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: God help me because I can not help myself. (Cam) Ven 18 Aoû - 22:17

god help me because i can not help myself
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Zed
Elle te prend dans ses bras. T'es surpris, tu ne prévois aucune de ses actions. Elles n'ont pas toutes une logique de toute façon. Tu profites seulement de l'instant présent. Tu sais qu'à partir de demain, tu n'en recevras pas d'autre. Tu serres ton étreinte jusqu'à ce qu'elle s'en défasse pour t'avouer qu'elle n'a aucune idée d'où se trouvent ses affaires. Tu empreintes le chemin le plus court, traversant la maison, tout en la soutenant. Et d'un coup elle hurle, a un certain John que tu ne connais pas. C'est la première fois que tu le vois tu crois. Et elle se tourne vers toi pour t'indiquer que c'était John. Mais qu'est ce que t'en avais à foutre de ce John. Il peut bien crever que ça ne changera rien à ta vie. Elle a retrouvé sa langue tiens. Toi, elle te supplie de l'aider à rentrer, d'une voix qui t'empêchait de refuser. Et quand elle voit un mec qu'elle connaissait, tu avais limite l'impression qu'elle allait courir vers lui tel une biche pour boire un nouveau verre. T'avais envie de croire qu'elle se foutait de ta gueule. Elle avait complètement changé d'état, grâce à l'alcool. Tout comme toi tu avais changé de comportement en quelques secondes, mais ça, c'est plus facile à voir chez les autres. Tu sors de la maison, te sentant déjà plus léger. Elle te sort ses clés de sa poche, l'air triomphant tout en t'annonçant qu'elle ne s'en séparait jamais chef. " Super. " Un problème en moins.

Tu lui ouvres la porte du taxi qui arrive à pic. Tu l'aides à s'installer, et tu vas t'asseoir de l'autre côté tout en indiquant l'adresse de son habitation. Que tu connaissais aussi bien que la tienne. Tout comme son numéro. C'était le cas de toutes les personnes importantes pour toi. La majorité étaient des femmes d'ailleurs. Tu t'entends toujours mieux avec la gente féminine. La voiture démarre et ralenti rapidement avec les bouchons. T'as alors tout le temps d'écouter chaque commentaire que peut faire Zed sur chaque voiture. Même pour la plus banale, elle arrivait à trouver un truc amusant à ses yeux. T'étais rarement fatigué par Zelda, vraiment. Mais là, rien ne t'aidait. Alors oui, tu soupirais. Une fois garée, tu sors ton porte feuille de la poche de ton jean pour lui glisser les billets convoités. Tu le salues poliment pour faire passer la pilule qu'était Zelda. Vous montez à l'étage, tout en croisant le gardien. Heureusement, elle ne se fait pas remarquer. Et une fois devant la porte, tu l'observes de longues minutes galérer à insérer sa clé dans la serrure. Elle s'appliquait tellement qu'elle ressemblait à une enfant sachant maladroitement se servir de ses mains. Tu finis par l'aider, la laissant rentrer dans son appartement, tout en refermant derrière vous. T'avais pas envie qu'elle passe de nouveau 10 minutes à tenter de verrouiller la porte. Les 5 premières minutes étaient marrantes mais après ça devenait long. " Tu vas prendre ta douche? " Tu la surveilles comme si elle avait perdu 15 ans de sa vie. " Tu fais attention? Reste assise sous la douche, ça t'évitera de tomber. " Et toi ça t'éviteras d'appeler les urgences. T'espères néanmoins qu'elle a assez d'équilibre pour se laver. Sinon elle n'a qu'à y aller en sous vêtement au cas où tu sois obligé de venir l'aider. Maintenant que tu l'as vue en culotte.
Tu en profites pour aller dans sa cuisine te passer la tête sous l'eau. Tes cheveux sont trempés, dégoulinent sur la chemise qui avait résisté à la soirée. T'étais trop soigneux por laisser de l'alcool se renverser sur tes vêtements. Tu faisais toujours tomber le liquide au sol ou sur la table, mais jamais sur toi. Ça te faisait du bien de sentir l'eau glacée couler sur ton visage et dans ta nuque, ça contrastait avec la chaleur alcoolisée qui s'échappait de ta peau. T'as perdu Zed des yeux durant ce temps. " Tout va bien? " Tu t'inquiètes beaucoup trop.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 08/06/2017
›› Love letters written : 196
›› It's crazy, I look like : La sublime et magnifique Katherine Langford.
›› Credit made by : Earithralia
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: God help me because I can not help myself. (Cam) Lun 28 Aoû - 12:01



► Los Angeles, Triangle Platinium | Never ruin an apology with an excuse.
God help me because I can not help myself.
Cameron Humphrey & Zelda Mariano
Je ne suis pas vraiment sûre d’être au top du glamour, je ricane bêtement à chacune de mes conneries et j’ai bizarrement l’impression d’avoir cinq ans. Cameron est visiblement agacé de mon comportement malgré qu’il n’ose rien dire et je suis complètement nulle d’agir comme ça. Chacune de mes actions ou mes paroles l’irritent un peu et je ne suis pas sure de vraiment m’en rendre compte. Cameron m’accompagne jusqu’à la salle de bain et me fait promettre de faire attention. Je secoue la tête et entre dans la pièce. Il y a quelques temps, il serait peut être venu garder un oeil sur moi mais depuis quelques temps nos relations ne sont plus aussi simple qu’avant. Je jette au sol ma veste ainsi que ma robe qui ne sont plus vraiment en état d’être reporté. Je fais couler l’eau, sur moi, en gardant mes sous-vêtements, au cas où et parce que j’ai toujours été une grande pudique malgré ce que l’on pourrait croire. Je regretterai surement l’épisode de la culotte lorsque Cameron me le racontera plus tard et je me maudirai d’avoir autant bu à cette soirée. Peut être qu’ensuite, il nous faudrait discuter des choses sérieuses et c’est bien ça qui m’inquiète au fond. Je ne sais pas vraiment quoi lui dire. Je m’installe dans ma baignoire, je vérifie une nouvelle fois que l’eau n’est pas brulante, en passant plusieurs fois la main dans l’eau. Et puis, je finis par entrer dans la baignoire, un miracle en soit. J’essaye de m’assoir et rapidement je fais couler l’eau sur moi. Je passe l’eau sur tout le corps. La voix de Cameron raisonne dans la pièce pour vérifier si tout vas bien. « Oui, oui. » lui répondis-je, en saisissant le gel douche qui fini par m’échapper des mains. Pas de shampoings ce soir. Je suis bien trop crevée pour me laver correctement bien que le contact avec l’eau me fait du bien. Je suis même sur le point de m’endormir là, mais je prends mon courage à demain pour sortir de là. J’ai la vision assez trouble et j’ai beaucoup de mal à descendre de la baignoire, après une longue tentative, je finis par poser un premier pied au sol. Je saisis mon peignoire accroché à l’arrière de la porte et va rejoindre mon ami dans le salon. « Tu dors avec moi? » lui demandais-je en espérant qu’il ne refuse pas de me laisser seule. On a l’habitude de partager le même lit, je laisse le canapé aux amis moins proche mais Cameron lui n’en est pas un. On a toujours dormi côte à côte et à vrai dire, j’ai envie de retrouver mon pote malgré ce qui a bien pu se passer entre nous. « Enfin si tu veux. Je ne t’oblige pas. » me rattrapais-je, bien que ma moue se veut suppliante. Je lui en demandes trop parfois, mais je n’arrive pas à croire qu’on en soit arrivé là. Et je suis trop fatiguée pour discuter de notre dernier échange.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne


Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 29/07/2017
›› Love letters written : 94
›› It's crazy, I look like : Dylan Minnette
›› Credit made by : avatar earithralia - signa astra
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: God help me because I can not help myself. (Cam) Lun 28 Aoû - 20:14

god help me because i can not help myself
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Zed
Zelda te rassure à travers les murs sur son état. Elle n'était ni tombée, ni endormie dans la baignoire. Ca te fait du travail en moins. Tu t'assois sur son canapé, sentant toute la fatigue retomber d'un seul coup. Tu fais un point sur la soirée, bercé par le son de l'eau ruisselante. Elle avait si bien commencé. C'est quand tu as croisé Zed que tu as su que ça allait déraper. Tu étais parti pour l'oublier et finalement, tu plonges un peu plus. T'es comme un mec accroc, tant que tu ne coupes pas net à votre relation, tu resteras dans cette position. Mais ça, tu ne le feras pas. T'as trop besoin d'elle. Tu refuses qu'elle ne fasse plus parti de ta vie.
C'est le bruit de ses pas qui te sort de tes pensés. Elle est devant toi, vêtue d'un peignoir. Elle te propose de dormir avec elle. Tes sourcils se froncent, t'es clairement perdu. Tu ne la comprends pas. Tu n'avais plus de se nouvelles, et maintenant, vous alliez partager le même lit. Tu ne savais pas si elle prenait en compte tes sentiments. Si elle ne les ignorait pas. Son regard t'incite à accepter, même si ses mots ne t'obligent à rien. "Ok." Il t'en faut peu pour te sentir mieux. Une étreinte, un signe d'espoir. "Maintenant que tu es propre. Dormir à coté d'une odeur de vomi c'est moins intéressant." Tu la taquines, même si tu étais resté des heures à côtoyer ce parfum. Tu te lèves avec difficulté de son canapé confortable pour te diriger dans sa chambre. Tu t'affales comme une loque sur le matelas, étalant ta fatigue par la même occasion. Tu n'as même plus de notion de l'heure qu'il est. Tu roules sur le coté, laissant de la place à Zed. Tu restes habillé, de toute façon tu n'as pas la force de te changer. Elle t'a déjà vu en caleçon ou en maillot de bain de toute manière, tu n'aurais pas été pudique. Quand elle s'allonge à tes cotés, tu en profites pour l'enlacer. Un pas après l'autre.

Les heures passent alors que tu t'endors en un temps record. Toi, tu n'avais pas fait de sieste jusque là. Tu te réveilles néanmoins dans la nuit ou le matin tu n'en sais rien, et pour cause, la chaleur. Vous êtes en plein été, la température explose, et la chaleur corporelle de Zelda ne t'aide en rien. Tu retires difficilement ta chemise et ton jean, à moitié conscient et te blotti à nouveau contre celle qu'on pourrait appeler ton amie. Tu termines de cette manière ta nuit, bien plus à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 08/06/2017
›› Love letters written : 196
›› It's crazy, I look like : La sublime et magnifique Katherine Langford.
›› Credit made by : Earithralia
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: God help me because I can not help myself. (Cam) Mer 30 Aoû - 20:37



► Los Angeles, Triangle Platinium | Never ruin an apology with an excuse.
God help me because I can not help myself.
Cameron Humphrey & Zelda Mariano
Sa présence me rassure, c’est un peu égoïste de ma part mais j’ai besoin de lui malgré tout. Je ne devrais pas jouer de la sorte avec ses sentiments, je sais que c’est mal et à vrai dire j’ignore à quel point je le fait souffrir. Pourtant c’est plus fort que moi, je ne me sens pas prête à me séparer de lui. Je me laisse volontiers encercler par son bras, tandis que nous rejoignons rapidement Morphée. Il a fait chaud une bonne partie de la nuit, j’ai fini par me détacher des bras de Cameron pestant qu’il était la source de cette chaleur. Je n’étais pas tout à fait moi même au moment où j’ai décidé que finalement je dormirais en sous-vêtements, en mettant un peu plus loin mon peignoir à l’autre bout de la pièce. La nuit fut assez longue, notamment à cause des problèmes de reflux causé par l’alcool. Encore une fois, je n’aurais jamais du me mettre dans cet état là, j’étais bien trop sensible comme fille. L’alcool ne m’avait jamais vraiment réussi mais je continuais à m’acharner pour faire comme les autres. Je ne trouve pas le courage de me lever et me force à me rendormir jusqu’au petit matin. Si on peut appeler ça matin. Il est midi passé lorsque je sens Cameron s’agitait légèrement à côté de moi.

J’ouvre difficilement les yeux, j’ai l’impression que mon crâne va exploser. Je gémis une première fois, j’ai la bouche pâteuse et je meurs de soif. Lorsque je finis par me redresser, je remarque Cameron. Il me faut une bonne minute pour essayer de me rappeler ce qu’il fait là. Pire, je me rend compte par la même occasion que je suis en soutien gorge. En soutien gorge et en culotte a côté de lui. Je panique légèrement, et relève notre draps pour vérifier sa tenue. Il est en caleçon. Je gigote dans tout les sens et passe les mains dans les cheveux, qu’est ce qui s’est passé hier soir. Je décide de le réveiller, en le secouant assez brutalement «  Cameron. » lui ordonnais-je, dans l’espoir d’avoir une explication de ce qui a pu se passer avant qu’on ne dorme. On n’a quand même pas couché ensemble, si? «  Cameron, lève toi!!» insistais-je. « On a couché ensemble! » lançais-je dans l’espoir qu’il me contredirais ou me donnerais une bonne raison à cette situation.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne


Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 29/07/2017
›› Love letters written : 94
›› It's crazy, I look like : Dylan Minnette
›› Credit made by : avatar earithralia - signa astra
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: God help me because I can not help myself. (Cam) Jeu 31 Aoû - 13:21

god help me because i can not help myself
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Zed
Le soleil s'infiltre progressivement dans la pièce, chatouillant ton sommeil. Tu te retournes, plusieurs fois, mais retombant à chaque fois dans le monde des rêves. C'était une nuit légère, trop souvent les yeux ouverts durant quelques secondes, peu reposante. Tu sens à peine les draps se soulever contre ta volonté, mais tu ne réagis pas. Tu n'en as pas envie, et ton cerveau n'était pas en état de se poser des questions. Alors tu comates, n'ayant pas le courage de te confronter avec le reste de la journée. Mais on t'y oblige. Tu te sens bousculé, tandis que tu reconnais ton prénom. Tu marmonnes quelque chose d'aussi compréhensible que Zed hier soir, la mâchoire engourdie. De nouveau, on te secoue, ordonnant ton réveil. Tu tournes la tête vers la source de bruit. Une paupière se soulève difficilement alors que tu te redresses sur les coudes. " Zed? " Elle te lâche une bombe en criant que vous auriez couché ensemble. Tes deux yeux s'ouvrent soudainement. La fatigue te quitte pour laisser place à l'incompréhension. Les mots prennent un sens petit à petit dans ton esprit. " Quoi? " Ses paroles sont soulignées par vos vêtements étalés au sol. Et de ce fait, le corps vêtu de sous vêtement de ton amie offert à tes yeux. Tu n'es pas aussi paniqué qu'elle. C'était une chose que ne t'effrayait, puisque tu espérais qu'un jour cela se produise. Le seul problème à ça, c'était que tu aurais aimé que ça se fasse dans d'autres circonstances. Et que tu ne t'en souviens pas. Les souvenirs reviennent très lentement, mais sont là, même si flous. Tu n'étais pas aussi mal en point que Zelda, hier. Tu avais bu, beaucoup, mais surtout en fin de soirée. Ou en fin de nuit. Alors c'était surtout cette partie là qui mettait du temps à te revenir. " Nooon... Si? " Beaucoup trop endormi pour te souvenir que tu t'étais dévêtu cette nuit là, tu n'arrives pas à déterminer quand cela est arrivé. Ni ce qu'il s'est passé par la suite. Ça t'arrivait régulièrement ce genre de situation. Mais pas bourré. Alors le doute s'installe. " Je m'en serai souvenu quand même... non? " C'était un peu lourd de sous entendu. Assez maladroit pour ne pas t'en rendre compte, tu finis pas te redresser complètement pour t'asseoir très difficilement. Vraiment très difficilement. Ça faisait longtemps que tu n'avais pas été dans cet état. Peut être faudrait il que tu sortes un peu plus. Et toi tu t'en souviens? Tu supposes que non, même si tu espères le contraire. Si ça s'est réellement passé. Ce serait con que ta première fois avec Zed soit oubliée totalement par l'un et par l'autre. T'as envie de lui balancer tout ce que tu as sur le coeur. De lui demander où était le problème, de croire qu'elle avait peut être envie qu'il se passe quelque chose entre vous deux. Tu cherches dans son regard cette chose à quoi t'accrocher. Tu sens plus qu'elle est bouleversée qu'autre chose. Ça te déprime, encore un peu plus. " Je n'ai pas l'impression que tu ailles bien... " Tu ne te mets pas à sa place. S'il fallait que ça arrive avec elle, pour toi, c'est que vous l'auriez voulu. Tous les deux. Alors tu te dis que si cette nuit, des actes passionnés avaient eu lieu, il n'y avait rien de grave. Et ça signifiait beaucoup pour toi. Mais ce n'est pas cette phrase qui allait la rassurer.

Tout s'était enchaîné rapidement. Il te fallait seulement quelques minutes pour te reconstruire la soirée. Tu te souvenais à peine l'avoir trouvé sur le pelouse, cette nuit là.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 08/06/2017
›› Love letters written : 196
›› It's crazy, I look like : La sublime et magnifique Katherine Langford.
›› Credit made by : Earithralia
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: God help me because I can not help myself. (Cam) Jeu 31 Aoû - 16:52



► Los Angeles, Triangle Platinium | Never ruin an apology with an excuse.
God help me because I can not help myself.
Cameron Humphrey & Zelda Mariano
Je le dévisage quelques instants, pas vraiment l’âme à rigoler. J’adore Cameron, mais parfois j’ai du mal à savoir s’il est sérieux ou s’il plaisante. Il n’a pas l’air d’être plus avancé que moi sur le sujet et je ne sais pas vraiment comment le prendre. Alors je lâche un rire nerveux, en secouant la tête de gauche à droite. C’est pas possible, j’ai l’impression de rêver. Ou plutôt, j’ai l’impression d’être dans un cauchemar. On a pas pu le faire, c’est absurde et ce n’est pas mon genre, même bourré de me donner au premier venu. Cette dernière pensée est mauvaise, d’autant plus qu’en réalité Cameron n’est pas n’importe qui. Mais je n’avais pas envisagé que ça puisse nous arriver. A vrai dire, j’ai du mal à vraiment savoir ce que j’en penses. Je n’ai presqu’aucun souvenir de la veille, seulement quelques bribes par-ci par là, mais aucune n’explique comment on a pu se retrouver là tout les deux. « J’ai l’air de m’en souvenir? » l’agressais-je involontairement en passant ma main dans les cheveux, non c’était une farce. On n’avait pas fait ça quand même. Ni moi, ni lui n’étions du genre à coucher à droite et à gauche après une cuite, mais là, c’était le trou noir. Je ne devrais pourtant pas m’en prendre à lui, je suis tout aussi fautif : «  Excuse moi, je… non, je ne m’en souviens plus. » lui dis-je en tentant de me rattraper. J’adorais Cameron, c’était mon meilleur ami et le garçon que j’appréiciais le plus au monde, seulement quand il s’agissait de cul, je préférais m’en souvenir.

J’ai envie de m’enterrer vivante, comment ai-je pu faire ça et ne pas m’en rappeler. «  Ça peut aller mieux. » lui avouais-je lorsqu’il demande après moi. De nouveau, je passe mes mains sur le visage et lache un grognement. «  En fait, non, ça ne va pas du tout. On a couché ensemble et on ne s’en rappelle même plus. » lui dis-je en lâchant une nouvelle fois un rictus mauvais. «  Tu trouves ça normal, toi? » lui demandais-je, n’ayant pas l’impression qu’il ait réellement conscience de la gravité de la chose. Cela voulait dire plusieurs choses, déjà que notre amitié n’étais plus au beau fixe depuis notre dernière rencontre et voila qu’on avait peut être franchi le cap qui briserai à jamais notre relation. Je n’avais plus aucun souvenir de cette soirée. « C’est grave Cameron! Tu ne te rappelles vraiment de rien? » j’avais besoin de romantisme, de jolies histoires. Le sexe venait après et pour le moment je n’étais pas sure d’aimer Cameron, du moins pas comme il le voudrait. 
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne


Revenir en haut Aller en bas

God help me because I can not help myself. (Cam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Triangle platinum
-