Partagez|

Think I want it to stay (Alaska)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
✮ couple du mois
avatar
couple du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 14/08/2017
›› Love letters written : 233
›› It's crazy, I look like : Ryan Gosling
MessageSujet: Think I want it to stay (Alaska) Mar 15 Aoû - 21:28

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Think I want it to stay.
Assis sur le rebord de la fenêtre de la chambre conjugale, James regardait par la fenêtre pensant à son avenir, pensant à son passé. Des pensées s’entremêlant les unes avec les autres. Pensant qu’il sera bientôt papa, lui qui ne pensait pas que cela arriverait de si tôt. L’idée d’être père l’effrayait un peu à vrai dire, il ne voulait pas que son enfant soi une pâle copie de lui, il ne voulait pas qu’il fasse les mêmes erreurs que lui, lui qui est si violent et égoïste. Le changement devait s’opérer dès maintenant, alors qu’il y a peu de temps, il était ce monstre qui frappait sa femme, qui hurlait et qui cassait tout sur son passage, il avait travaillé sur lui-même afin d’apporter un réel changement à sa vie de couple. L’idée même de perdre sa femme, ou pire encore son enfant ne lui plaisait pas, il se devait donc d’être un homme exemplaire, d’être celui qu’il était lorsqu’il avait rencontré pour la première fois Alaska. Des fois, il ne se souvenait plus de qui il était, lorsqu’il ouvrait les yeux, il voyait que noirceur et colère, une vision de lui qui l’effrayait même à des moments. Si seulement son père savait qu’il avait recommencé à être violent, lui qui avait tout mis en œuvre pour étouffer l’affaire qui avait eu lieu des années avant suite à l’ex petite amie de James qui avait voulu porter plainte pour agression contre lui. Il avait usé de stratégie comme il le fait si bien, en achetant le silence de la demoiselle, ne voulant pas que cette histoire nuise à la réputation de son fils, mais surtout à celle de la famille harper. Lorsque James avait annoncé la nouvelle à son père qu’il allait avoir un enfant, il réagissait d’une manière très touchante, très heureux à l’idée de devenir grand-père, lui avait tant attendu ça, lui qui avait prévenu bien des fois son fils que sa femme n’était qu’une profiteuse et qu’elle ne fera jamais parti de leur monde, des paroles pour lesquels il s’excusa auprès de son fils, avouant qu’il s’était trompé et avait mal jugé la jeune femme. Fermant les yeux un moment, alors que son regard était concentré sur la vue depuis sa villa, une vue qui était devenu banale au fil du temps. Il pensait à la prochaine conférence de presse qui allait avoir lieu, la conférence à laquelle il annoncera la nouvelle d’être père. Un moment qu’il avait hâte de partager avec le monde entier. Ces pensées furent interrompues par l’ouverture de la porte de la chambre, ouvrant les yeux avant de se retourner, il tomba nez à nez à sa femme. Un sourire apparu alors sur ces lèvres, il lui prit les mains l’attirant vers lui afin qu’elle s’asseye à ces côtés sur le rebord de la fenêtre. « Je pensais à la conférence de presse de jeudi, tu seras là hein ? » Dit-il d’un ton doux, sans la lâcher du regard, avant de très vite reprendre. « Comment tu vas aujourd’hui ?»
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
✮ couple du mois
avatar
couple du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 14/08/2017
›› Love letters written : 69
›› It's crazy, I look like : mila kunis
MessageSujet: Re: Think I want it to stay (Alaska) Mar 15 Aoû - 21:49

Think I want it to stay
EXORDIUM.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le médecin n’avait pas été alarmiste, mais il avait conseillé à Alaska de réduire ses heures de travail jusqu’au septième mois de grossesse, moment ou elle devrait complètement arrêter de travailler. La galerie, c’était le refuge d’Alaska, là ou elle se sentait dans son élément, à sa place. Lieu, où James ne venait pas.  Ce n’est pas qu’il avait un désintérêt total pour l’activité de sa femme, c’est juste qu’il n’avait jamais le temps de passer. Les rares occasions où il se rendait à la galerie, c’était pour les œuvres de charités, c’était pour son image, pour le poste qu’il visait. Elle ne travaillait donc pas ce matin là et même si James n’était plus violent depuis deux mois, ses vieilles habitudes étaient tenaces. Elle se réveillait tôt, très tôt, pour boire son thé seule sur le porche, contempler le soleil qui se levait. Elle s’était glissée hors du lit tôt ce matin-là pour ne pas déroger à la règle. C’était un samedi matin, ceux ou James s’accordait de dormir un peu plus longtemps le matin, mais jamais tard. Elle avait en général, une heure rien qu’à elle. Une heure ou elle pouvait prendre sa douche, prendre son petit-déjeuner. Ensuite, elle rejoignait son mari dans la chambre, juger de son humeur. Depuis deux mois, il avait de nouveau cette lueur qui l’avait rendue folle, il était calme, doux, attentionné. Elle n’y était plus habituée et avait du mal à en profiter. Trop marquée par les coups et les insultes, mais elle restait docile, elle prenait cela comme un cadeau, par peur de rompre le charme. Elle ouvrit la porte de la chambre, James était assis sur le rebord de la chambre, lui aussi contemplait la beauté du ciel, il l’attira contre lui, elle se laissa faire. Elle se laisse toujours faire. Elle s’installa à côté de lui et s’autorisa à glisser ses doigts dans la main de son mari. Son rythme cardiaque s’accéléra lorsqu’il évoqua la prochaine conférence de presse. Oui, elle serait-là, avait-elle réellement le choix ? Mais ce qui la tracassait, c’était l’annonce de sa grossesse. Ils avaient réussit à éviter les paparazzis, sa grossesse était encore secrète, mais Alaska ne savait toujours pas qui était le père de ce bébé. Et si c’était Adam ? Elle savait que cela sonnerait l’arrêt de mort de quelqu’un. Mais si c’était celui de James ? Elle serait à jamais à lier à cet homme. Cet homme qui depuis deux mois était devenu un agneau, mais qui redeviendrait un loup, un jour ou l’autre, car Alaska, elle le sait, les hommes ne changent pas, au même titre, que les hommes ne quittent pas leur femme. Elle sourit fébrilement. Bien sûr. Elle déposa sa tête sur l’épaule de James. Un geste anodin, qu’elle n’osait plus faire depuis longtemps, mais elle prenait plaisir à s’y autoriser de nouveau. Ton discours est prêt ?  Question piège pour avoir le cœur net, quant à cette annonce qu’elle redoutait tant.
Revenir en haut Aller en bas
✮ couple du mois
avatar
couple du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 14/08/2017
›› Love letters written : 233
›› It's crazy, I look like : Ryan Gosling
MessageSujet: Re: Think I want it to stay (Alaska) Mar 15 Aoû - 22:59

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Think I want it to stay.
James se doutait que sa femme avait dût se poser des questions sur son soudain changement de comportement, bien que des fois il n’avait pas vraiment conscience des gestes qu’il pouvait avoir envers elle sur le moment ou il les commettait, c’était souvent après avoir agis qu’il se rendait réellement compte des choses horribles qu’il pouvait lui faire. La culpabilité le rongeait de l’intérieur et lorsque son regard se posait sur le visage de sa femme, il ne pouvait s’empêcher de penser qu’il n’était digne d’elle, pas digne d’être le mari d’une femme comme elle. Il ne comprenait pas non plus pourquoi elle était encore là, avec lui. Une autre l’aurait sûrement traîné dans la boue, lui ruinant par la même occasion, sa réputation et sa vie, mais Alaska elle restait auprès de lui, à croire qu’elle avait espérer à chaque fois qu’il changerait et qu’il serait comme avant. Des pensées qui traversaient souvent l’esprit de James. Alors qu’il se trouvait au bord de la fenêtre en ce samedi matin, il avait observé sa femme le rejoindre avec un grand sourire, plutôt content de pouvoir passer du temps avec elle. Il était souvent absent, très occupé par son travail, c’était un détail qui n’avait pas changé depuis qu’il sut pour la grossesse de sa femme, ne pouvant mettre sa carrière de côté et ce même s’il avait vraiment hâte de voir son enfant pointer le bout de son nez. Sentant la main d’Alaska à travers la sienne, il la regardait d’un regard rempli de charme, un regard des plus doux, le regard d’un homme heureux et amoureux. Il lui avait demandé si elle comptait venir à la conférence de presse, elle lui avait simplement dit bien sûr. Il acquiesça de la tête en guise de satisfaction de l’entendre dire qu’elle sera-là. Il l’aurait imaginé un poil plus enthousiasme à l’idée de faire savoir qu’elle attendait un enfant. Cela faisait quand même plus de deux mois qu’ils avaient gardé la nouvelle pour eux. James en avait bien sûr parler à son père, ne pouvant se retenir de lui dire puisqu’il lui a toujours tout dit, ou presque. Alors que la tête d’Alaska se posa sur son épaule, James ferma un petit moment les yeux lorsqu’elle lui demanda pour le discours, c’est alors qu’il se redressa d’un seul coup afin d’avoir sa femme bien en face de lui. « Quel discours ? Ce n’est pas le genre d’annonce qu’on prépare à l’avance, il faut que ça vienne du cœur, il faut parler sincèrement et ne pas lire un texte !» Il s’était un peu emballé sur le moment, parlant presque avec colère, extériorisant son stress qui le rongeait de l'intérieur. Il leva les yeux au plafond avant de s’adosser à nouveau. « Excuse moi…» Rome ne c'était pas construit en un jour et James devait encore travailler ces réactions qui pouvaient être un peu trop brusque. « Je n’ai pas envie de lire un bout de papier, je préfère parler avec mon cœur, c’est une bonne idée non ? Je peux toujours écrire quelque chose et m’en servir au cas où…» Dit-il alors plus calmement, voir trop calmement. Il ne demandait jamais son avis à sa femme en général.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
✮ couple du mois
avatar
couple du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 14/08/2017
›› Love letters written : 69
›› It's crazy, I look like : mila kunis
MessageSujet: Re: Think I want it to stay (Alaska) Mar 15 Aoû - 23:49

Think I want it to stay
EXORDIUM.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Alaska eu un bref moment de recul en voyant son mari s’agiter avec force. Elle avait peur de lui et elle voyait bien qu’il l’avait remarqué. Elle baissa les yeux quand sa voix s’adoucit. Ils en avaient terminés avec les excès de colère de James, elle savait qu’il ne pourrait pas passer à autre chose si elle continuait constamment à lui montrer qu’elle avait peur de lui. Elle appréciait ses efforts, elle avait choisi de le pardonner, mais elle savait que le plus difficile pour reconstruire leur couple, c’était qu’il se pardonne aussi lui-même.
Non je n’ai pas hâte. Elle marqua une pause et avala sa salive, remarquant la mine changeante de son époux. James, je ne suis pas à l’aise à l’idée de l’annoncer maintenant. Je veux dire, je suis quasiment tout le temps à la maison et je peux arrêter de travailler dès maintenant. On a réussi jusque là à cacher ma grossesse, je ne veux pas prendre de risque. Je veux dire, tu es une personnalité publique, tu ne crois pas qu’annoncer ta paternité est une bonne idée ? Avec les menaces qui planent sur les hommes politiques, nous pourrions devenir une cible et tu sais que je ne supporte pas les gardes du corps. Je serais d’avis d’attendre la naissance. Elle s’avança vers son mari et lui caressa la pommette. Il n’y a plus si longtemps à attendre. Je ne veux pas prendre de risque pour notre fille. C’était la première fois qu’elle parlait d’elle. Elle n’avait pas dit le bébé ou l’enfant, mais « notre fille », car ça allait être le cas et peut importe qui en était le père, Alaska elle voulait que ce soit James. C’était plus simple. Elle ne voulait pas gâcher la vie de Sonia, encore moins d’Adam. Elle ne voulait pas briser son homme, elle ne voulait pas briser son couple déjà fragile. Elle voulait aussi gagner du temps. Il y avait de grandes chances que le père de James veuille un test de paternité, parce qu’il ne lui avait jamais fait confiance. Il la prenait pour une arriviste qui profitait des connaissances et de la fortune de son mari. Jamais, il n’a pensé que son fils pouvait être aimé pour ce qu’il était, ce qu’il avait été. Non, pour son père, il ne pouvait être aimé que pour ce qu’il représentait et pour ce qu’il avait. Mais Alaska, elle l’avait aimé à la seconde où elle l’avait rencontré. Pas pour son nom, pas pour son argent, pour lui. Pour son regard de braise, son charme et son sourire. Parce qu’il avait de l’humour et de la conversation. Parce qu’il la faisait se sentir la plus belle et la plus intelligente des femmes. Parce que dans les yeux de James, elle était parfaite, unique et parfaite. Elle l’aimait pour toutes ces raisons et encore aujourd’hui, elle s’accrochait à ça. A ce qu’ils avaient étés, à ce qu’ils pourraient encore être. Et elle savait que son secret se saurait tôt ou tard, elle voulait simplement gagner du temps, parce qu’elle savait aussi que quand la vérité éclaterait, elle devra quitter la ville et disparaître, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
✮ couple du mois
avatar
couple du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 14/08/2017
›› Love letters written : 233
›› It's crazy, I look like : Ryan Gosling
MessageSujet: Re: Think I want it to stay (Alaska) Mer 16 Aoû - 0:32

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Think I want it to stay.
Apercevant sa femme reculer brièvement, James se remémora le nombre de fois où il l’avait vu faire cela alors qu’il haussait un peu la voix ou levait juste le bras. Elle avait peur de lui et il en avait conscience, un sentiment qui ne lui faisait pas plaisir bien au contraire, mais c’était plus fort que lui, il n’arrivait à contenir sa colère, il avait besoin de l’expulser par la violence. Cela faisait deux mois qu’il n’avait pas levés la main sur elle et pourtant, il entendait encore les pleures d’Alaska qui résonnait dans ces oreilles le suppliant d’arrêter, d’arrêter de lui faire mal. Une vision qu’il ne voulait plus voir. Il avait réussi à ne pas commettre de faux pas depuis et il comptait bien continuer sur cette lancée.

Alors qu’il lui avait demandé si elle serait bien là à la conférence de presse, elle lui fit savoir qu’elle n’avait pas hâte d’y être. James arqua un sourcil, plutôt surpris d’entendre cela, mais la laissa continuer de parler, écoutant chaque mot qu’elle pouvait prononcer. Plus elle parlait, plus son cœur battait. Il sentait son sang bouillir au fond de lui, il ne comprenait pas sa femme qui voulait attendre la naissance de leur enfant pour l’annoncer à tout le monde, lui qui se faisait une joie de le faire savoir, une nouvelle qui tombait à pic avec les candidatures au congres qui allait bientôt avoir lieu. Il retenait sa respiration afin de ne pas craquer, il ne pouvait pas s’énerver parce qu’elle n’était pas d’accord avec lui, non, il fallait qu’il se retienne. Elle n’avait pas terminé sa phrase qu’il c’était lever afin de se détendre, se préparant à hausser la voix afin de lui faire comprendre que c’était un événement auquel il tenait, mais il n’eut le temps de commencer qu’elle s’avança vers lui, lui caressant la pommette, lui annonçant qu’elle attend une fille. Un grand sourire s’afficha alors sur son visage, alors qu’il s’apprêtait à être fidèle à lui-même en hurlant, il l’attrapa dans ces bras afin de la serrer très fort, la soulevant légèrement afin de la faire un peu tourner pour lui montrer sa joie. « Une fille ?» Il ne trouvait pas les mots pour lui montrer à quel point il était heureux de l’apprendre. « C’est formidable, une petite princesse… » James s’imaginait déjà au fond de sa tête la vie qu’il allait avoir avec une petite fille, lui qui avait toujours tant espérer un petit garçon pour assurer l’héritage de la famille, en ce moment précis il n’en avait plus rien à faire, il était l’homme le plus heureux du monde. « Elle sera belle comme sa mère » Dit-il, laissant ses bras descendre sur le bas du dos de sa femme afin de la regarder dans les yeux. « Par contre j’espère qu’elle aura mes yeux » Il essayait de s’imaginer ce que ça pouvait donner et il était sûr que ça allait être une fille magnifique qui allait venir au monde. Après ce petit moment de pur bonheur qui l’avait plutôt bien apaisé après leur conversation par rapport à la conférence de presse, il prit la parole calmement, bien content d’avoir eu le temps d’avaler la pilule et de n’avoir pas réagi directement. « J’aimerai vraiment que t’acceptes de venir à la conférence de presse, j’ai envie de le crier sur tout les toits et rassure toi personne ne te fera de mal, tout le monde m’apprécie, je n’ai pas d’ennemie …» Il marqua une pause avant de très vite reprendre. «On pourrait l’annoncer, puis juste après on prendrait un jet privé pour aller sur une île en attendant la venu au monde de notre fille, comme ça il n’y a aucun risque …» Il était déterminé à la faire changer d’avis, même si ce n’était pas du gâteau.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
✮ couple du mois
avatar
couple du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 14/08/2017
›› Love letters written : 69
›› It's crazy, I look like : mila kunis
MessageSujet: Re: Think I want it to stay (Alaska) Mer 16 Aoû - 0:58

Think I want it to stay
EXORDIUM.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Elle marchait sur des œufs, comme toujours lorsqu’elle s’adressait à James. Elle ne pu s’empêcher de sourire lorsque James répéta après elle « une fille ». Elle se la jouait totalement égoïste sur ce coup-là. Elle ne savait que depuis deux mois qu’elle était enceinte et ça faisait un mois qu’elle connaissait le sexe de l’enfant, pourtant elle n’avait rien dit. C’était peut-être pour elle le moyen de le punir, elle n’en savait rien, elle n’avait même pas fait exprès de l’écarter de cela. Il la souleva et elle s’agrippa à ses épaules. Elle n’avait pas peur qu’il la lâche. Non, elle savait qu’il était bien trop heureux d’être père pour faire du mal à l’enfant qu’elle portait. Elle ne pu s’empêcher de rire. Mes yeux sont très beaux, je ne vois pas pourquoi tu voudrais qu’ils aient les tiens ? Elle masqua sa gêne. Et si elle avait les yeux d’Adam ? Elle secoua la tête pour chasser cette idée de son esprit. Elle plongea son regard dans celui de James. Elle voyait bien qu’il était très contrarié par ses propos. Mais c’était un fait, elle n’avait pas envie d’exposer sa grossesse, pas maintenant et il fallait absolument qu’elle trouve une parade pour éviter cette fichue conférence de presse. James, ce n’est pas que je ne veux pas t’accompagner. Elle pris dans ses mains, celle de son mari. Tu sais que j’aime être à tes côtés et que je te soutien dans ta campagne, je suis ta première électrices, tu le sais. Je crois en toi, en tes idées. Mais ça, je ne peux pas. Elle marqua une pause, inspectant chaque trait sur le visage de son mari. Il se contenait, il avait envie de lui en coller une, elle le voyait, elle sentait la pression monter. Elle sentait qu’il allait péter un câble. Il proposa de l’annoncer et de partir sur une île privée pour la fin de la grossesse de la jeune femme. Elle souffla un grand coup, retirant brusquement ses mains de celle de James. James, je te parle de notre fille ! Ce n’est pas un trophée, ce n’est pas un programme électoral. Merde James, j’attends mon premier enfant, j’ai envie d’avoir mon père avec moi, Stella ! J’ai envie que tu sois là aussi et tu comptes m’exiler sur une île ? Parce que tu sais aussi bien que moi, que tu ne resteras pas. Je vais être toute seule. Elle posa une main sur sa tête et se mise à faire les cents pas. Stella et son père devaient être présent. Stella, était sa cousine, sa meilleure amie, son pilier, il était hors de question qu’elle fasse cela sans elle. Elle repris ses esprits et se tourna à nouveau vers James. Je comprends que tu sois heureux et que tu veuilles le dire. Tu n’as pas d’ennemi pour le moment, mais tu commences à prendre du poids dans le monde politique et je n’ai pas envie d’étaler une fois de plus notre vie privée. Le mariage était en une de toutes les couvertures, notre lune de miel aussi, le scandale de mon émission, la fois où je suis tombée dans les escaliers. Elle s’arrêta de parler, elle s’en voulait déjà terriblement d’avoir dit sa dernière phrase. Evidemment qu’elle n’était pas tombée dans les escaliers, mais ils avaient passés l’incident sous silence, faisant passer Alaska pour une pauvre fille maladroite. Excuse-moi. Il n’y avait rien de plus à ajouter, finalement, tout était dit.
Revenir en haut Aller en bas
✮ couple du mois
avatar
couple du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 14/08/2017
›› Love letters written : 233
›› It's crazy, I look like : Ryan Gosling
MessageSujet: Re: Think I want it to stay (Alaska) Mer 16 Aoû - 13:14

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Think I want it to stay.
Lorsqu’il avait soudainement appris que sa femme attendait une fille, son visage, c’était illuminé tel un enfant qui se trouvait face à un dessin animé. La colère qui montait en lui avait d’un seul coup disparu lorsqu’elle lui annonça cela. Si elle ne lui avait pas fait savoir le sexe du bébé, il aurait sûrement hurlé et s’en serait sûrement pris aux meubles présent dans la chambre pour ne pas lever la main une fois de plus sur sa femme. La venue d’un enfant dans sa vie était sûrement la meilleure chose qui pouvait lui arriver, son moyen de rédemption qu’il avait tant attendu. Il ne, c’était retenu de montrer sa joie suite à l’annonce de sa femme, oubliant presque la querelle qui était sur le point de commencer par rapport à la conférence de presse qui allait avoir lieu deux jours plus tard. Il s’était un peu évadé en pensant à quoi son enfant pourrait ressembler et avait pu vivre un bon moment de complicité avec sa femme, un moment qui n’avait pas eu lieu depuis bien des mois. Il fit alors de grands yeux lorsqu’elle lui demanda pourquoi il voulait qu’elle ait ses yeux et non ceux de sa femme, un sourire amuser s’afficha sur ces lèvres alors qu’il s’apprêtait à lui répondre. « Elle pourrait très bien être belle comme son père et avoir tes yeux, c’est toi qui choisis !» Bien sûr, ni l’un ni l’autre n’allait pouvoir choisir ce détail, mais l’idée d’y penser faisait du bien à James. Il avait tellement hâte de la voir apparaître sous ses yeux. Son bref moment de bonheur fut interrompu par un retour à la réalité, alors que sa femme lui expliquait pourquoi elle ne souhaitait pas annoncer sa grossesse à tout le monde, lui faisant savoir qu’elle le soutenait. James gardait son calme bien trop difficilement, il avait envie de la forcer à lui dire oui, il avait envie de s’en prendre à elle pour qu’elle se taise et qu’elle fasse ce qu’il demande, mais ce n’était raisonnable, il ne voulait en aucun cas mettre en péril la vie de sa petite fille. Il se contentait alors de l’écouter sans prononcer un seul mot, laissant uniquement échapper un moment donné quelques mots assez bas. « C’est comme tu veux » Il se rendait compte que son idée de partir sur une île en attendant l’arrivé au monde de leur petite fille ne plaisait pas vraiment à sa femme, bien au contraire, elle souhaitait être entourée par son père, sa cousine. Il n’arrivait pas à comprendre pourquoi, pour l’important, c’était d’être avec elle, uniquement elle, au diable les autres se disait-il au plus profond de lui avant de prendre la parole pour donner son point de vu. « Ton unique présence me suffit à moi. » Son regard ne quittait pas celui de sa femme, qui continuait de parler, à croire qu’elle se sentait pousser des ailes pour oser lui faire face. James s’éloigna à nouveau de sa femme, ne tenant pas en place, ne voulant pas rester immobile et faire une erreur qu’il regrettera par la suite. Il s’avança vers la fenêtre afin de regarder loin devant pour ne pas se mettre en colère. « Je pensai que notre vie te convenait… » Dit-il tout bas encore une fois pour ne pas montrer sa colère grandissante. Ces pensées se bousculaient dans sa tête, les mots d’Alaska résonnaient dans sa tête, elle lui donnait l’impression de ne pas aimer vivre la vie qu’ils étaient en train de vivre actuellement. Ce n’était pas le sujet, mais la nervosité de James détournait chaque parole que pouvait prononcer sa femme. « C’est grâce à la presse que ma réputation est haute, c’est grâce à eux que ma carrière évolue, en m’épousant, tu savais que ça ne serai pas de tout repos, tu savais que tu serais exposé, que tu ne pourrais pas avoir une vie tranquille, que chacun de tes mouvements serons commenté et après !?» Il reprenait son souffle avant d’être interrompu par son téléphone qui sonnait. L’attrapant afin de le balancer contre un mur dans la pièce. « Tu viendras avec moi et on l’annoncera, tu ne pourras pas le cacher, à part si tu souhaites rester enfermé ici, dans notre grande maison !» Il était en colère et avait du mal à reprendre son calme, elle avait beau eu l’audace de s’excuser ça n’avait pas suffit à le calmer.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
✮ couple du mois
avatar
couple du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 14/08/2017
›› Love letters written : 69
›› It's crazy, I look like : mila kunis
MessageSujet: Re: Think I want it to stay (Alaska) Mer 16 Aoû - 17:26

Think I want it to stay
EXORDIUM.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Alaska acquiesça. Peu importe finalement à qui elle ressemblait, l’important pour elle c’était tout simplement qu’elle soit en bonne santé et surtout, que jamais, jamais James ne puisse lever la main sur elle. Alaska ne considérait pas son mari, comme un homme violent. Elle connaissait ses vieux démons et elle savait qu’il avait du mal à gérer sa colère. Ce qu’elle lui a longtemps reproché c’était de ne pas prendre le taureau par les cornes, voir un psychiatre par exemple. Il n’avait jamais clairement exprimé le fait qu’il en voyait un, mais à priori, depuis l’annonce de sa paternité, il se faisait suivre, justement pour contrôler ses excès de colère. Du moins, elle espérait qu’il se montrait sérieux et qu’il prenait vraiment la chose au sérieux. Elle devait cependant reconnaître, que depuis deux mois, il prenait sur lui. Elle se rendait aussi compte qu’il arrivait bien mieux à prendre sur lui. Ce début de confiance retrouvée redonnait un peu de courage à Alaska, mais pas suffisamment pour lui tenir tête. Ce n’était pas ce début de confiance qui l’a poussait à lui tenir tête concernant sa présence éventuelle  au discours de James. Non, c’était son terrible secret. Elle ne pouvait pas laisser cela arriver. D’une part,  Adam ne savait toujours pas qu’Alaska était enceinte, mais surtout, elle avait une peur panique qu’on lui demande des comptes, qu’on lui demande un test de paternité. Elle se sentait si bête de ne pas avoir fait attention. Le cœur d’Alaska se brisa un peu lorsqu’il lui annonça qu’il pensait que sa vie lui convenait comme elle était. Elle baissa le regard, ne sachant pas quoi répondre. La dure réalité ? Le fait, que non, ça ne lui convenait pas de se faire tabasser à chaque fois qu’il avait passée une mauvaise journée ? Qu’elle devait constamment faire attention à ce qu’elle disait, à comment elle s’habiller ? Non, ce n’était pas exactement la vie dont elle avait rêvé, mais elle ne pouvait pas lui balancer la vérité en face, parce qu’elle en avait encore peur, mais aussi et surtout, parce qu’il n’avait pas toujours été comme ça et qu’au fond, elle espérait que son vrai James se trouvait toujours quelque part, au fond de lui.  Non, je savais qu’on serait exposé, mais tu m’avais aussi promis de nous protéger de tout ça. Un enfant, c’est précieux. Je ne veux pas l’utiliser pour faire de la bonne publicité. Cette décision nous revient à tous les deux, nous allons devoir trouver une solution, car l’annoncer dans deux jours ça ne me convient pas. La sonnerie du téléphone de James vint interrompre l’échange entre les deux époux.  Un échange qui n’avait pas l’air de d’arranger les choses, puisque James éclata littéralement son téléphone contre le mur de la chambre. Alaska sursauta et eu le réflexe de couvrir son ventre, certaine qu’elle allait s’en prendre une dans quelques secondes. Au lieu de cela, les cris de James vinrent lui déchirer les tympans. Il tenait à ce qu’elle soit là, et la conversation semblait se terminer comme cela. Tu comptes me faire y aller de force ? Tu comptes me frapper pour m’y obliger ? Le cœur d’Alaska se mit à battre de plus en plus fort, elle s’étonnait elle-même d’avoir autant d’aplomb, mais c’était vital, c’était littéralement une question de vie ou de mort, elle ne devait pas se rendre à cette fichue conférence de presse et il fallait que James le comprenne.

Revenir en haut Aller en bas
✮ couple du mois
avatar
couple du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 14/08/2017
›› Love letters written : 233
›› It's crazy, I look like : Ryan Gosling
MessageSujet: Re: Think I want it to stay (Alaska) Mer 16 Aoû - 22:24

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Think I want it to stay.
James avait toujours voulu diriger la vie de sa femme, il ne se retenait pas de lui faire connaître la façon dont il souhaitait qu’elle se comporte. Il pensait avoir le monopole sur sa vie, mais il était bien loin du compte. Lorsqu’elle avait voulu ouvrir sa galerie d’art, il lui avait clairement fait comprendre qu’il n’était pas pour. Il en était venu aux mains pour l’inciter à ne pas le faire et pourtant quelques jours après elle se trouvait dans sa galerie au plus grand malheur de monsieur qui pensait s’être fait entendre. Depuis, il s’y était rendu uniquement lors d’événement, mais se fichait complétement de ce qu’elle pouvait y faire, préférant rester concentré sur son travail à lui, qu’il considérait plus comme un vrai boulot que le sien. Si ça tenait qu’à lui, elle resterait à la maison, n’ayant pas vraiment besoin de travailler puisqu’il couvre tous ces besoins. Des fois, il avait l’impression qu’elle essayait de le provoquer, qu’elle avait ce besoin d’en faire qu’à sa tête, et ce, malgré qu’elle savait que James pouvait être violent d’un moment à l’autre. En ce moment précis, c’était le cas, il avait beau lui montrer qu’il n’appréciait pas vraiment le fait qu’elle ne veuille pas annoncer sa grossesse alors que lui était fou à l’idée de le faire savoir. Un désaccord qui l’avait rendu plutôt nerveux, sentant son sang bouillir dans ces veines, se retenant pour ne pas réagir de façon excessive. Il pensait en même temps à ce qu’il allait devoir dire à son père s’il ne faisait pas la conférence de presse. Il savait qu’il se poserait mille questions, en venant même à se méfier d’Alaska comme il l’a toujours fait si bien, pouvant même en arriver à lui demander un test de paternité pour être sûr qu’il ne s’agit pas d’une enterloupe. James redoutait vraiment la réaction de son père et alors qu’il écoutait parler sa femme tout en faisant les cent pas dans la chambre afin d’essayer de se calmer pour ne pas commettre d’erreur, il se retourna brusquement vers elle prenant la parole sans baisse le ton. « Il faut toujours que tu n’en fasses qu’à ta tête ! J’ai l’impression que tu fais tout pour m’énerver » Il marqua une pause regardant autour de lui en quête d’un éventuel objet qu’il pourrait briser dans le cas où il aurait envie de s’en prendre à elle. « Tu veux que je m’énerve, c’est ça que tu cherches ?! » Donnant un coup par la même occasion contre le mur qui était prêt de la fenêtre. James avait réussi à garder son calme pendant deux mois et ce matin-là, il était à deux doigts de déborder, pourtant, il savait qu’il ne pouvait pas faire ça, non, il ne le fera pas. « Ne raconte pas n’importe quoi, je ne te forcerais pas à y aller, tu obtiens toujours ce que tu veux de toute façon !» Dit-il sans lâcher du regard sa femme qui avait réussi à l’énerver en quelques secondes, soupirant longuement avant de franchir la porte de la chambre afin de se rendre au rez-de-chaussée ne pouvant rester d’avantage enfermé dans la chambre, lançant par la même occasion un regard noir à la gouvernante qui travaillait chez eux pour s’occuper du ménage de la maison. « Maria, rentrez chez vous, ça ira pour aujourd’hui » Dit-il alors tout en tendant un billet à la gouvernante pour qu’elle s’en aille. James payait très cher le personnel qui travaillait chez lui et il leur faisait signer un contrat pour qu’ils gardent le silence sur ce qui se passe à travers les murs de la villa, un moyen pour lui de garder la confidentialité de ses actes qu’il pouvait avoir des fois lorsque le personnel travaillait encore.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
✮ couple du mois
avatar
couple du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 14/08/2017
›› Love letters written : 69
›› It's crazy, I look like : mila kunis
MessageSujet: Re: Think I want it to stay (Alaska) Jeu 17 Aoû - 13:25

Think I want it to stay
EXORDIUM.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Sentant la tension monter entre les deux époux, Alaska sentait son rythme cardiaque s’accélérer un peu plus. Elle n’était pas à l’aise, elle avait la bouche d’un coup très sèche, elle avait chaud, elle en avait presque la nausée. Pas une nausée de grossesse, mais une nausée d’extrême anxiété. Elle n’était pas du genre à prendre des antidépresseurs, mais ça lui était arrivé, quand elle était sous le choc des coups d’en prendre un ou deux en passant. Elle ne pouvait plus le faire, elle devait gérer cette anxiété, la boxe l’aidait, mais elle devait maintenant y renoncer. Elle n’avait donc plus rien à quoi se raccrocher pour sortir la tête de l’eau. Elle devait faire face à son mari, gérer sa colère, mais elle savait aussi que ce n’était rien pour le moment. Rien, comparé à ce qu’il pourrait se passer s’il apprenait l’affreuse trahison de sa femme. S’il avait ses défauts, l’infidélité n’en était pas un. Elle savait qu’il l’aimait plus que tout et que jamais il n’aurait pu la tromper, il n’en avait sans doute jamais eu envie. Elle lui faisait une confiance aveugle. Elle, de son côté, n’aurait jamais pensé être infidèle un jour, mais les coups et les propos de son mari, l’avait rendu vulnérable, elle avait l’impression d’être une moins que rien, elle avait ressentit le besoin de se trouver dans les bras d’un homme, qui se montrait, doux et à l’écoute. Elle avait juste eu besoin de chaleur humaine pour redevenir une femme et non plus l’ombre d’elle-même. Elle avait eu deux relations extra-conjugales, mais celle avec Adam avait été beaucoup trop loin pour elle, elle s’y était perdue, elle s’en voulait terriblement. Parce qu’elle mettait à mal son couple, mais aussi celui d’Adam et finalement Sonia, ça avait été une amie, une mauvaise amie, mais une amie quand même. Elle plongea le regard dans celui de James. Il bouillonnait, il cherchait quelque chose à casser, elle le connaissait par cœur. Et toujours la même rengaine, elle était en tort, elle cherchait à l’énerver. Ce n’était pas le cas. Elle sursauta en l’entendant taper contre le mur. « Tu obtiens toujours ce que tu veux ! » C’est nouveau ? Elle ne voulait rien elle n’avait même jamais envisagé d’avoir une vie de princesse. C’était arrivé tout simplement. James elle ne l’avait jamais aimé pour son argent et si elle acceptait ses cadeaux, ce n’était pas parce qu’elle était vénale, mais plutôt parce qu’elle y croyait encore, elle avait encore envie de sauver son couple. Il descendit et elle se sentit obligé de le suivre. Elle fit un signe de tête à la gouvernante pour lui indiquer qu’elle pouvait partir. Maria lui avait jeté un regard à la seconde au James la congédia. Elle ne savait que trop bien ce qu’il se passait chez les Harper. Elle resta muette, incapable d’aligner deux mots. Que dire de plus après tout. Elle pris son courage à deux mains et s’avança vers son mari, déposant un baiser sur ses lèvres, elle sentait que le corps de son mari se raidissait, tendu par la situation, énervé et sans doute blessé. Je ne fais pas ça contre toi, mais pour notre fille. Pour la protéger. Tu ne crois pas que ce serait d’autant plus magique de présenter ta fille au peuple américain, plutôt que ta femme enceinte ? C’était sa dernière carte, ça passait ou ça cassait. Il faut que ça passe.


Revenir en haut Aller en bas
✮ couple du mois
avatar
couple du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 14/08/2017
›› Love letters written : 233
›› It's crazy, I look like : Ryan Gosling
MessageSujet: Re: Think I want it to stay (Alaska) Ven 18 Aoû - 14:22

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Think I want it to stay.

« Merde !» Criait-il alors qu’il était seul dans le séjour pour extérioriser sa colère. Il avait ce besoin de s’en prendre à quelque chose, à quelqu’un, il avait du mal à se reprendre, mais pourtant, il se devait de ne pas déraper. Il devait montrer à sa femme qu’il n’était pas qu’un homme violent et que le James des débuts était encore présent, mais qu’il s’était uniquement égaré en cours de route.La montée de colère de James qui avait eu lieu en quelques secondes alors qu’il discutait avec sa femme enceinte, souhaitant annoncer la nouvelle au média, il n’avait pas eu l’accord de sa femme qui s’y opposait clairement et cela l’avait plutôt mis en rogne. Depuis deux mois, il se comportait différemment, il se retenait pour ne pas être l’homme qu’il était le reste du temps. Un homme violent. Alors qu’ils étaient dans la chambre, avait soudainement eu le besoin de sortir de la pièce, se sentant à deux doigts de lever la main sur Alaska. Descendant dans le séjour afin de se calmer, mais surtout ne pas commettre l’irréparable, il avait congédié la gouvernante, par précaution de ne pas la rendre témoin d’un acte qu’il pourrait commettre, bien qu’elle devait se douter que tout n’était pas roses chez les Harper. Serrant les poings afin d’y concentrer sa colère, il avait observé Alaska le rejoindre, tendant l’oreille afin d’écouter ce qu’elle avait à rajouter. Il prit conscience qu’elle n’avait pas tord, un bébé à montrer aux journalistes était bien mieux que sa femme enceinte. Baissant la tête afin de souffler, il se décida finalement à accepter la proposition de sa femme. « Tu as raison. » Dit-il alors avant de la prendre dans ces bras, la serrant assez fort contre lui comme pour lui demander pardon de s’être emporté. Un geste qu’il commettait souvent après des disputes. « Je pense que je n’ai plus qu’à prévenir mon père d’annuler… » Par reflex, il mit sa main dans la poche afin de récupérer son téléphone qu’il n’avait plus puisqu’il l’avait cassé quelques minutes plus tôt. « Et m’acheter un nouveau téléphone » James était plutôt du genre lunatique. Il pouvait être très agréable durant quelques minutes et changer d’un coup pour ne plus l’être. Faisant comme si de rien étant face à sa femme, il avait retrouvé un faible sourire, mais pour combien de temps ? S’installant sur le canapé, il fit signe à sa femme de le rejoindre avant de prendre la parole. « Qu’est-ce que tu aimerais faire aujourd’hui ?»
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
✮ couple du mois
avatar
couple du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 14/08/2017
›› Love letters written : 69
›› It's crazy, I look like : mila kunis
MessageSujet: Re: Think I want it to stay (Alaska) Mer 30 Aoû - 18:44

Think I want it to stay
EXORDIUM.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Alaska souffla lentement, elle était soulagée de finalement avoir eu gain de cause. C’était rare, bien trop rare d’ailleurs. Elle avait toujours tendance à céder la première, par crainte des représailles mais aussi, parce qu’elle ne se sentait pas capable de tenir tête à James. James était un homme politique, un homme influent, le genre d’homme à qui on ne dit pas « non ». Mais le risque était trop important, et elle constata avec une surprise, mais bonheur également, que non seulement son époux semblait se rallier à sa causer, mais surtout qu’il ne lui en tiendrait pas rigueur. Elle se détendis et remarqua qu’elle avait les épaules contractée, elle ne s’en était même pas rendu compte, tout son dos lui faisait mal. Elle sourit timidement à James lorsqu’il lui indiqua qu’il préviendrait son père de l’annulation de la conférence de presse. Elle savait, que ce n’était pas simple de trouver un prétexte, mais James avait une bonne équipe de communication, elle ne doutait donc pas qu’ils trouveraient une excellente parade pour expliquer cette annulation. Elle se passa une main sur la nuque, la seconde sur son ventre. Elle ne savait pas si son bébé pouvait entendre les cris, alors elle avait pris l’habitude de se caresser le ventre après chaque dispute, comme pour réconforter son enfant. Elle avait conscience que c’était ridicule, mais ça lui permettait aussi de se rassurer. Elle haussa les épaules lorsque James lui demanda ce qu’elle avait envie de faire. On pourrait se faire livrer un brunch ? Alaska adorait les brunchs et cela depuis toujours, ils avaient l’habitude de se rendre en ville pour bruncher, mais c’était avant. Avant, que James n’ai des fonctions si importante. Elle était d’ailleurs nostalgique de cette période, ou ils parlaient toute la nuit en se baladant dans la ville, pour finir dans un restaurant à neuf heure du matin à dévorer des pancakes. Depuis quelques temps, Alaska avait pris l’habitude de continuer la tradition, mais elle trouvait cela bien trop triste d’aller au restaurant seule, alors elle se faisait livrer. Je peux appeler pour onze heure, et je pourrais aussi appeler ce nouvel institut en ville, on pourrait se faire masser ? Ca nous ferait du bien, on a bien besoin de se relaxer un peu, tu ne crois pas ? Je crois qu’elles peuvent venir à domicile. Elle posa à nouveau une main sur son ventre. Je pense qu’il serait plus sage de rester à la maison, pour préserver notre secret. Elle lui adressa un clin d’oeil complice, mais ne pouvait s’empêcher de culpabiliser, car si elle avait échapper de justesse à une déclaration publique, elle n’était pas certaine pour autant que l’enfant, était bien celui de son mari.
Revenir en haut Aller en bas
✮ couple du mois
avatar
couple du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 14/08/2017
›› Love letters written : 233
›› It's crazy, I look like : Ryan Gosling
MessageSujet: Re: Think I want it to stay (Alaska) Ven 15 Sep - 12:57

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Think I want it to stay.

En temps normal James ne lui aurait jamais donné gain de cause, bien au contraire. Il était plutôt du genre têtu et lorsqu’il avait une idée en tête, le faire changer d’avis était limite mission impossible. Pourtant aujourd’hui c’était différent, il avait cette idée de changer de comportement pour son futur enfant, d’être un homme meilleur, d’être l’homme qu’il avait été, il fut un temps. Sa colère était toujours enfouie au fond de lui et elle avait presque déborder quelques minutes avant, face à sa femme enceinte, il s’était retenu de ne pas lui en coller une pour lui faire comprendre son désaccord préférant quitter la pièce pour ne pas déraper et reprendre son calme. Très vite, rejoins par la belle brune dans le séjour où il avait pris refuge, il avait observé sa femme se joindre à lui, alors qu’il lui avait demandé l’air de rien ce qu’elle souhaitait faire aujourd’hui. Essayant d’arborer un sourire, il écouta attentivement lorsqu’elle lui répondit, proposant de se faire livrer un brunch. « Oui très bonne idée, ça fait un moment… » Il repensait à la dernière fois qu’ils s’étaient rendu en ville pour prendre un brunch, une période ou sa carrière ne lui prenait pas autant la tête, une période ou les médias n’étaient pas sans cesse derrière lui. À présent, il ne pouvait se déplacer sans avoir une photo de lui dans un journal people. En y pensant, il ne se rappelait pas vraiment comment il avait été mis dans cette position, plutôt discret un temps, puis assez révolté, sortant quasiment tous les soirs, faisant la fête jusqu’à pas d’heure, il avait été mis à la place d’un play-boy de la nuit, il avait eu le droit à toutes les définitions le concernant, beaucoup de points négatifs le pointait du doigt, mais cela ne l’a jamais empêcher d’avancer. Portant le nom de son père, très connu dans la ville des anges, sa popularité l’avait très vite rattrapé, l’empêchant d’être libre, devant justifier tout ces faits et geste. Au début, il avait eu du mal à s’y faire, faisant preuve d’acte violent face au journaliste, puis du jour au lendemain, il s’y était habitué, vivant avec ce calvaire chaque jour, en jouant de temps en temps pour avoir une meilleure réputation qu’auparavant. Lorsqu’il avait rencontré Alaska, ils passaient tous les deux de très bons moments lors de leur sortie en amoureux, passant des heures à discuter de tout et de rien, mais depuis la monter en flèche de James dans le monde de la politique, les moments à deux, c’étaient fait rare, il passait beaucoup de temps à travailler et l’autre parti du temps, il mettait ses nerfs contre sa femme. « Oui parfait pour onze heures » Dit-il alors qu’il était perdu dans ces pensées. Suite à leur discutions, il comprenait le fait qu’elle voulait rester à la maison et ne pas de déplacer pour se rendre à l’institut, il lui fit un sourire peu convaincant, avant d’acquiescer sa proposition. « Oui parfait, il va falloir leur faire signer un contrat de confidentialité, puisque nous gardons ça secret.» Il remuait un peu le couteau dans la plait, mais c’était plus fort que lui, il avait peut-être accepté de garder le silence, mais ce n’est pas pour autant qu’il en avait envie. Il se leva afin d’attraper le téléphone fixe afin d’appeler un restaurant du coin. « Oui bonjour, c’est monsieur Harper, le fils, j’aimerai un brunch complet à domicile pour onze heures. Merci.» Il sourit à sa femme avant de s’approcher d’elle afin de la prendre dans ces bras et de lui déposer un baisé sur le front. « Je te laisse contacter l’institut, je vais appeler mon père. »
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
✮ couple du mois
avatar
couple du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 14/08/2017
›› Love letters written : 69
›› It's crazy, I look like : mila kunis
MessageSujet: Re: Think I want it to stay (Alaska) Lun 2 Oct - 3:18

Think I want it to stay
EXORDIUM.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Alaska sentit ses épaules se détendre, à mesure que le visage de James se décrispait. Elle devait reconnaitre qu’il faisait de gros efforts pour prendre sur lui. Elle craignait qu’il ne retombe dans ses travers et cela la faisait culpabiliser et en même temps, elle était triste de voir qu’après tout ce temps ou elle en avait eu peur, elle n’arrivait plus à être tout à fait détendu en sa présence. Elle ne pouvait s’empêcher d’être sur ses gardes. La preuve, dix minutes plus tôt, il avait explosé son téléphone contre le mur. Elle lui rendit son sourire lorsqu’elle le regarda commander le brunch. Elle devait s’occuper du massage. Elle le laissa monter à l’étage pour téléphoner à son père. Elle trouvait ça ridicule que Monsieur Harper sache tout les moindres faits et gestes de son fils. Alaska, ne se souvenait plus du moment, ou il avait réussi à s’immiscer de cette manière dans leur vie, dans leur couple. Dès le départ, il l’avait prise pour une arriviste, il ne l’avait jamais appréciée. Cette grossesse, lui faisait plaisir, mais Alaska, restait persuadé qu’Harper père aurait souhaité que James en épouse une autre. Pourtant, Alaska, au fond, elle l’aimait toujours son James. Et elle savait qu’il était toujours là quelque part. Elle regrettait de le voir ainsi, se battre contre lui-même. Et elle espérait que les séances avec son psychiatre l’aiderait. Pourtant, elle n’osait jamais en parler. Elle téléphona donc à l’institut pour prendre rendez-vous, James de son côté, semblait avoir une vive conversation à l’étage. Elle décida de le laisser tranquille et elle s’installa sur le porche de la maison, attendant que James reviennent à ses côtés. Elle aimait s’installer là, pour observer le jardin. Ils avaient la chance d’avoir une grande et belle maison - qu’Alaska n’aurait jamais rêvé avoir - et même si cette maison un peu trop parfaite l’étouffait parfois, elle aimait ce jardin bien entretenu. Finalement, James revint près d’elle. Elle tendit la main vers lui, pour l’attirer sur la balancelle. Il s’installa à côté d’elle et elle déposa sa tête sur l’épaule de son mari, serrant toujours la main de ce dernier dans la sienne. Tout va bien ? Elle savait que finalement, James était un agneau comparé à son père.
Revenir en haut Aller en bas
✮ couple du mois
avatar
couple du mois

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 14/08/2017
›› Love letters written : 233
›› It's crazy, I look like : Ryan Gosling
MessageSujet: Re: Think I want it to stay (Alaska) Mer 25 Oct - 21:53

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Think I want it to stay.

Depuis toujours James rendait des comptes à son père, il était comme un pantin, il ne prenait jamais de grosse décision seul. Son père a toujours été présent et le sera sûrement toujours pour le guider dans ces choix et pour lui imposer sa façon de vivre. Il y a quelques jours, il lui avait annoncé qu’il allait pouvoir donner une conférence de presse pour annoncer la bonne nouvelle, cela allait donner un bon coup de pouce pour la réputation de la famille Harper qui se préoccupait depuis toujours de la réputation qu’ils avaient à travers les medias et les gens. James était un peu différant là-dessus, il se fichait un peu de ce que pouvait bien penser les gens, il ne se privait pas de vivre sa vie comme bon lui semblait, puis pour ce qui est de ces frasques, il savait très bien les cacher, donc il n’avait pas à s’en faire. Aujourd’hui, il allait à nouveau devoir faire face à son père, rare était les moments où il devait être contre lui, mais aujourd’hui suite à la demande de sa femme ça allait être le cas et lorsqu’il appela son père tout en montant à l’étage, il appréhendait la réponse de son père, il avait peur qu’il vende tout de même la mèche.

Après une discussion de plusieurs minutes, le ton montait alors que James tentait tant bien que mal de lui expliquer la situation sans pointer du doigt Alaska, ne voulant pas qu’elle s’attire les foudres de son père, mais de fil en aiguille, James avait fait comprendre à son père sans le faire exprès que c’était la décision de sa femme et non la sienne. « Je le savais, déjà qu’elle profite de ton argent, elle fait des manières, je te dis ce n’est pas normal il y a forcement quelque chose derrière tout ça !» James souffla un bon coup avant de prendre la parole. « Bien sûr que non, écoute papa, c’est notre choix à tout les deux, respecte-le s’il te plaît, c’est tout ce que je te demande. » James raccrocha afin de rejoindre sa femme sur le porche, s’installant à côté d’elle tout en soupirant. « J’ai fait de mon mieux, il a eu du mal à comprendre, mais il ne dira rien » Dit-il tout en embrassant sa femme sur la joue, se demandant quand même si son père n’avait peut-être pas raison au fond. Il avait totalement confiance en Alaska, mais l’idée qu’il y ait quelque chose derrière le fait qu’elle ne voulait pas partager la nouvelle n’était pas si bête que ça. Remuant légèrement la tête afin de chasser ces idées de sa tête, ne voulant pas penser à ce genre de choses, ne pouvant pas imaginer une seule seconde qu’elle cachait quelque chose. Il regarda le ventre d’Alaska avec un sourire. « Tu as une idée de comment t’aimerai l’appeler ?»
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


MessageSujet: Re: Think I want it to stay (Alaska)

Revenir en haut Aller en bas

Think I want it to stay (Alaska)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Triangle platinum :: nothing like home
-