Partagez|

I'll stand by you • Nathan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 01/03/2017
›› Love letters written : 895
›› It's crazy, I look like : Willa Holland
MessageSujet: I'll stand by you • Nathan Jeu 10 Aoû - 22:21

I'll stand by you
Nathan & Aurora

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] L’eau colle aux fenêtres de petit café dans lequel elle est installée depuis un bon moment déjà. Irrémédiablement, ses prunelles olivâtres sont attirés par la pluie qui tombe avec violence plutôt que vers l’écran de l’ordinateur portable posé devant elle. Sur l’écran, on y reconnaît le fameux logiciel de retouche de photographie, une photo ouverte, un outil sélectionné, un travail abandonné en cours de route. Non qu’elle n’est pas motivé à travailler sur la panoplie de travail qu’elle a à effectué. Aurora n’a jamais été de ces élèves attentives qui savent faire abstraction des distractions qui l’entours. Elle préfère généralement travailler dans son petit appartement, dans cette pièce sans fenêtre qui lui sert de chambre où rien ne peut la distraire, si ce n’est les cris des voisins qui se disputent encore. Alors pourquoi n’y est-elle pas ? La réponse est aussi simple que triste. La situation financière un peu catastrophique de la jeune femme a entraîné son fournisseur internet à couper le service pendant un certain temps, jusqu’à ce que la facture soit réglée. C’est donc par la force des choses que la jeune fille s’est réfugié dans un café, où l’achat d’une part de gâteau et d’une tasse fumante de sa boisson favorite est plus abordable que la facture en soit. Son esprit vagabonde, observe les passants essayer de se mettre à l’abri de la pluie, les cheveux mouillés, les vêtements collés à la peau, l’air morose ou agacé. Ça amuse la photographe pendant quelques secondes, avant que son cerveau s’en las, comme il s’est lassé de son travail un peu plus tôt. Elle ne s’en formalise pas. Aurora fut de ces enfants toujours trop distraite sur les bancs d’école, continuellement perdue dans ses pensées, s’agitant toujours trop. Elle fut de ces gamines pour qui la récréation était le moment le plus heureux de sa journée de cours, comme elle était celle avec des notes modestes parce qu’elle n’arrivait pas à se concentrer sur ce que l’enseignant lui disait en classe. Il n’y a rien de nouveau dans le fait d’être incapable de se concentrer pour elle. Elle glisse ses doigts dans ses boucles brunes avant de prendre sa tasse de latte maintenant tiède pour la porter à ses lèvres. La journée risque d’être longue. C’est ce qu’elle ne cesse de se dire depuis son réveil. Elle a envie de bouger, de s’agiter un peu. Avec la pluie qui ne semble pas vouloir se calmer aujourd’hui, elle n’a pas pu faire son jogging matinal, elle a des fourmis dans les jambes, un trop plein d’énergie qui va rendre ses proches cinglés. Elle s’imagine déjà les moqueries de Kai en la voyant incapable de rester en place plus de deux secondes, ce soir. Penser à ce soir lui donne une impression étrange, une certaine appréhension. Chose ridicule puisque sa relation avec Kai n’a jamais fait naître aucune appréhension chez elle. Le jeune Baron et elle avaient été amants bien avant d’être amis, il n’y a aucune gêne entre eux, aucun malaise, juste une franche camaraderie avec des sous-entendus si nombreux qu’ils peuvent rendre mal à l’aise n’importe qui à force de mots. Avec un soupir, Aurora repose ses yeux sur son écran d’ordinateur avec un certain agacement. Pourquoi son cerveau se tourne-t-il si souvent vers son ami alors qu’elle a des choses bien plus importantes à faire ? Déjà qu’elle a du mal à payer ses factures, si en plus elle ne respecte pas les demande de ses employeurs, elle va finir à la rue, comme une pauvre clocharde.  Ou elle devra retourner vivre dans cette chambre rose bonbon qui a subit son adolescence, avec cette chère belle-soeur si adorablement détestable. Pendant quelques minutes, ses doigts s’acharnent sur son clavier, jouent avec la souris. Elle calibre les couleurs, corrige des défauts physiques de ces modèles qui n’ont pas vraiment de défauts, d’ailleurs. Elle a plus ou moins l’impression d’avancer. Elle essaie de se rappeler les instructions de son mentor, mais les paroles s’effacent dans le bruit ambiant. Quand la brunette relève finalement les yeux de sa besogne pour terminer son café maintenant glacé et amer, ses prunelles tombent sur son téléphone qui indique un message. Il lui faut quelques secondes pour donner ses coordonnées à son correspondant et que quelques minutes supplémentaires pour le voir apparaître devant elle. «Nate!» Elle saute sur ses pieds avec une énergie qui lui est propre et lui saute pratiquement dans les bras, tant bien que mal, se hissant sur la pointe des pieds pour enlacer ce frère de coeur qui lui a tant manqué, malgré le fait qu’ils se voient à toutes les semaines. Voir plusieurs fois par semaine. Attrapant sa main, elle le pousse à s’asseoir sans vraiment réfléchir au fait qu’il voudrait peut-être aller se chercher un café avant de prendre place. D’un geste un peu trop vif, elle rabat l’écran de l’ordinateur portable sur le clavier. « Je ne m’attendais pas à recevoir de tes nouvelles aujourd’hui, tu n’es pas au bureau à sauver le monde d’une quelconque menace ? Visiblement pas, puisque tu es là ! Comment vas-tu ? Tu n’as pas trop mauvaise mine, c’est bien non ? Enfin, tu es toujours aussi séduisant, même quand tu as mauvaise mine, mais tu sais bien ce que je veux dire, n’est-ce….» Elle s’arrête brusquement, réalisant la vitesse à laquelle elle débite ces paroles sans prendre le temps de respirer réellement. Ce n'est pas quelque chose d'anodin, mais elle ne s'en rend pas toujours compte. C'est d'autant plus fréquent quand elle passe sa journée assise devant un écran d'ordinateur sans bouger et à ingurgiter de la caféine en grande quantité. Elle rougit légèrement avant de plisser le nez. «Désolée. Un peu trop d’énergie… »  

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 16/04/2017
›› Love letters written : 256
›› It's crazy, I look like : stephen awesome amell
MessageSujet: Re: I'll stand by you • Nathan Mar 5 Sep - 12:23

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
i'll stand by you
AURORA HARTLEY AND NATHAN DUNHAM ※
you and me we’ve got two minds that think as one and our hearts march to the same beat. they say everything it happens for a reason. you can be flawed enough but perfect for a person, someone who will be there for you when you fall apart, guiding your direction when you’re riding through the dark.


Assis à son bureau depuis quelques heures bien trop selon lui, il ne peut pas s’empêcher de longuement soupirer tapotant le stylo qu’il tient en main sur le papier laissant le coude de son bras droit se coller sur son bureau avant de finalement déposer le stylo quelques secondes plus tard où il ne manque pas de faire un tour complet sur sa chaise. Il détestait ces moments-là, celui de devoir remplir la paperasse, il n’a jamais aimé tout ce qui était administratif raison pour laquelle il a toujours su que faire un boulot où il se retrouverait coincé derrière un bureau n’était absolument pas fait pour lui.  Depuis toujours Nathan aspirait à faire un métier qui bouge et qu’il soit physique c’était l’une des grandes raisons pour laquelle il avait toujours été très sportif, le sport extrême et de combats était selon lui le meilleur moyen pour rester en forme et que son esprit soit toujours occupé et l’aide à devenir ce qu’il était aujourd’hui. En tant qu’ancien militaire, mais plus encore tireur d’élite faire face à l’action, mais aussi à l’adrénaline était quelque chose qui coulait dans ses veines c’était naturellement qu’il avait rejoint par la suite les forces de police, mais surtout le FBI et la division de l’anti terrorisme. C’était un chemin tracé, mais surtout un chemin que lui seul avait choisi loin de ce que ses parents, mais surtout son père avait imaginé pour lui. Nathan était depuis sa naissance prédestiné à suivre les traces de son géniteur, il l’avait élevé dans les meilleurs conditions pour que celui-ci un jour s’octroie la place qu’il aurait dû avoir au sein de la grande multi nationale que posséder les Dunham et si Nathan avait accepté ce rôle durant quelques années, il avait vite comprit qu’il ne voulait pas être un homme d’affaire porter des costumes à longueur de temps et se retrouver à parler de chiffre et de deal et contrats juteux rien qu’en y pensant lui donnait facilement le mal de crâne ce fut d’ailleurs ce qui causa la rupture avec son père. Le fait que Nathan refuse cette vie qu’on avait tant voulu choisir pour lui et parce que Nathan ressemblait plus à son grand-père paternel plus qu’au reste de sa famille au point que son père ne l’accepte pas et lui tourne le dos. C’était soit choisir la voie toute tracé que son paternel lui offrait ou soit il pouvait s’en aller et ne plus jamais revenir et très vite il s’était vu se faire couper les vivre. La seule personne à cette époque sur qui il avait pu compter et qui l’avait aidé à devenir l’homme qu’il était à présent était nulle doute Kane Dunham, son grand-père cet homme pour qui il avait un grand et profond respect. C’est lui qui lui avait donné cette envie de devenir militaire, il se rappel encore des histoires de celui-ci, mais aussi de cette passion qui luisait encore dans ses yeux. C’était ce Nathan recherchait. Faire un métier qui l’exalte et des années après et c’est exactement ce qu’il ressentait quand il avait choisi d’embraser la carrière de militaire de tireur d’élites dans les forces spéciales pour finalement devenir aujourd’hui cet agent de FBI haut gradé certes, mais surtout de pouvoir aller sur le terrain. C’est ce qu’il était un homme de terrain et non assit derrière un bureau a devoir écrire un rapport qui commençait vraiment à ne plus voir la fin. Doucement il finit par taper ses deux mains sur le bureau pour se lever. Il n’en pouvait plus, il avait besoin de sortir de faire quelque chose qui ne le rende pas cinglé comme ses deux heures où il avait écrit sans arrivé à mettre les mots sur le papier. Il savait pertinemment qu’il lui fallait une pause et s’aérer l’air. Son chef serait certainement en train de lui hurler dessus à lui dire de poser ses fesses sur la chaise et de terminer se rapport. Combien de fois ne lui avait-il par hurler dessus au même titre que Bobbie sa meilleure amie et partenaire, mais comme toujours ni l’un et ni l’autre n’écoutait. Ils en avaient l’habitude et parce qu’au fond leur chef savait qu’il était doué pour bien des choses, mais pas taper leur rapport et par chance pour eux s’il hurlait parce que ça faisait parti de son boulot il ne leur disait pas plus parce qu’ils étaient les meilleurs agents qu’il avait. Nathan relève la tête vers le bureau à quelques mètres voyant son chef en train de hurler au téléphone il profite de ce moment pour récupérer sa veste, ses clés et son portable poser sur la table et avancer vers l’ascenseur qui arrive quelques secondes plus tard. Il entend son chef toujours le combiné à son oreille hurlé son prénom, mais manque de chance pour lui l’ascenseur se ferme quelques secondes de trop où Nathan peut enfin respirer. Rapidement il passe une main dans les poches intérieures de sa veste pour prendre son portable et taper un message destiné à Aurora. Cela faisait un moment qu’il avait décidé de lui parler, mais ces derniers temps il était prit par le boulot et les différentes missions que Bobbie, lui et leur équipe avaient acceptés. Cela lui permettait aussi de ne pas penser à sa vie amoureuse des plus désastreuses. Toutefois, il avait eu besoin de la voir, être certain qu’elle allait bien. On lui avait fait part des soucis que la jeune femme rencontrait, il le savait lui-même quand il avait débarqué a l’improviste à son appartement pour venir prendre de ses nouvelles et avait pu voir les nombreuses factures qui s’accumulait. Elle semblait avoir besoin d’aide même s’il savait qu’elle n’était pas le genre à le dire ou à l’avouer au fond il ne pouvait pas la blâmer il était pareil. Cependant, après avoir vécu depuis quelques mois chez son meilleur ami Wayne depuis en vérité que sa femme et lui s’étaient séparés, il avait eu besoin de reprendre les choses en main au risque de broyer du noir et de véritablement tomber dans les vices de l’alcool. Il savait qu’il ne le pouvait pas, il devait faire quelque chose pour s’en sortir et avait donc choisi d’acheter un appartement. Son agent l’avait à plusieurs fois appelé et avait fini par trouver le bon endroit qui se situait dans le quartier de Aiport Area, il aimait l’océan, il aimait dès lors qu’il ouvrez les yeux se retrouvé face à cette nappe phréatique qui selon lui était l’une des plus vues qui puisse exister. Toutefois, Nathan savait parfaitement que face à l’appartement qu’il avait acheté et qui en vérité était bien trop grand pour une seule personne l’idée que Aurora puisse y vivre était vite arrivé à son cerveau. Elle semblait avoir besoin ‘un endroit spacieux et loin d’être confiné comme son appartement, mais aussi où se sentir enfin libre d’elle-même lui avait besoin de quelqu’un pour l’aider à avoir un semblant de vie, mais aussi pour qui il aurait la sensation d’être enfin utile tout ce qu’il espérait c’est qu’elle accepte sincèrement. Rapidement Nathan sort de ses pensées quand il reçoit un message de la jeune femme. Elle se trouvait au starbucks qui en réalité se trouvait à quelques minutes d’où il était et ne mit donc pas longtemps pour marcher et la rejoindre. D’un geste il ouvre grand la porte jetant un vite regard sur la foule déjà présent avant de remarquer une tête bien concentré sur son ordinateur. Il ne manque pas de sourire lorsqu’il la voit plissé des yeux et finit par arriver vite vers elle. Son regard se relève vers lui et voit dessiné ce qu’il a toujours aimé sur son visage ce grand et large sourire auquel il répond de la même façon.  « Nate ! » aux mots de la jeune femme, Nathan ne peut pas s’empêcher de secouer la tête et de se mettre à rire. Il adorait l’enthousiasme et le dynamisme de la jeune femme et il devait l’admettre que lorsqu’il la voit il se rend vite compte que tout cela lui avait manqué. Lorsque Aurora se lève et finit par lui sauter dans les bras il ne manque d’être surpris, il devrait pourtant a voir l’habitude, elle n’est pas du genre à faire comme tout le monde. Nathan n’avait jamais été quelqu’un de tactile pourtant avec elle il ne comptait pas le nombre de fois où il l’avait serré dans ses bras où tout ce qu’il détestait finissait par être apprécié à son contact. Il agissait aussi de même avec sa sœur même si les choses étaient différentes peut-être parce qu’avec Aurora une partie de lui retrouvait ce qu’il n’avait pas pu être quand Peyton était plus jeune.  « Moi aussi je suis content de te voir » déclare t-il sans lâcher son sourire de son visage avant de se détacher d’elle et de la regarder quelques instant. « Je ne m’attendais pas à recevoir de tes nouvelles aujourd’hui, tu n’es pas au bureau à sauver le monde d’une quelconque menace ? Visiblement pas, puisque tu es là ! Comment vas-tu ? Tu n’as pas trop mauvaise mine, c’est bien non ? Enfin, tu es toujours aussi séduisant, même quand tu as mauvaise mine, mais tu sais bien ce que je veux dire, n’est-ce…. » Nathan tente difficilement de suivre tout ce qu’elle dit cela va beaucoup trop vite et finit par mettre un main devant lui pour que la jeune brune reste silencieuse où elle-même voit parfaitement qu’elle va une vitesse qui ne le laisse pas en placer une. « Désolée. Un peu trop d’énergie… »   c’était peu de le dire, mais Nathan sourit et finit par s’asseoir face à elle et d’enlever sa veste qu’il pose à côté de lui. « Tu sais quoi ? » il voit qu’il a toute son attention et qu’elle attend qu’il termine sa phrase « Stop le café pour toi ça ne te réussit franchement pas. Tu devrais vraiment songer au déca si tu veux mon avis » d’un ton moqueur il ne peut pas s’empêcher de rire surtout lorsqu’il voit la jeune femme lever les yeux au ciel et plus de son air boudeur. « Je suis rentré d’une mission ce matin très tôt, je devais normalement taper mon rapport, mais je préfère plutôt venir te voir et puis ça fait un moment qu’on avait pas prit le temps de discuté et il se pourrait que cela me manquait » en vérité, elle lui avait manqué il passait très souvent son temps à lui donner des nouvelles au moins par message, mais ces temps-ci il devait l’avouer il n’avait pensé qu’à lui à ses soucis personnelles sans se rendre compte qu’il avait peut-être laissé tombé sans le vouloir Aurora et c’était une chose qu’il ne voulait pas il tenait beaucoup à la jeune femme auquel il savait avait souvent été laissé mis de côté mais ce n’était pas son genre et il espérait qu’elle le savait. « Je pensais que tu serais chez toi du moins pour travailler je sais pas comment tu fais pour te concentrer face à un tel vacarme » Nathan fixe autour d’eux avant de jeter un regard une nouvelle fois vers Aurora une part de lui se douter pourquoi elle était là, en tout cas il en avait une petite idée. « En vérité... si je voulais te voir ce n’était pas sans raison » elle le avait à force elle le connaissait aussi, mais il ne voulait pas le lui dire d’une manière trop direct et qu’elle se braque et refuse ou qu’elle puisse penser qu’il lui demande cela par charité ce n’était pas son genre au contraire il savait que cela pouvait les aider autant l’un que l’autre. Nathan inspire profondément avant de croiser une nouvelle fois son regard posé et concentré sur lui « T’as pu le voir que ça n’allait pas fort avec Cassandre vu que je vivais chez Wayne et de temps à autre chez Bobbie, mais j’ai prit un appartement auquel mon agent vient de me confirmer la vente et si je te parle c’est parce que je voudrais que tu viennes y vivre avec moi Aurora » il lève son regard vers elle voyant qu’elle reste silencieuse quelques secondes. Il se doute bien qu’elle a besoin d’enregistré toutes les informations qu’il venait de dire surtout qu’il n’était pas le plus doué lorsqu’il s’agissait de faire parler ses émotions, mais il essayait tant bien que mal. « Tu en dis quoi ? » ajouta-t-il avant de rester à son tour silencieux il sait parfaitement qu’elle a son mode de vie bien à elle. Que ce n’est pas une décision des plus simple, mais il espérait sincèrement au fond qu’elle accepte.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 01/03/2017
›› Love letters written : 895
›› It's crazy, I look like : Willa Holland
MessageSujet: Re: I'll stand by you • Nathan Mer 4 Oct - 22:18

I'll stand by you
Nathan & Aurora

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Le rire de Nathan, c’est un peu comme un baume au coeur sans qu’elle puisse se l’expliquer. C’est loin de lui faire le même effet que lorsque cet idiot de Kai Baron sourit, certes, mais ça lui rappel une partie de sa vie où son frère tirait la même tête devant l’enthousiasme démesurée de sa soeur. Ça date d’y a longtemps, cependant, d’une époque dont elle se souvient à peine, tant ça remonte. C’est peut-être avant le mariage de son frère avec la sorcière, avant mêm que sa mère ne décède d’une overdose dans la salle de bain du miteux appartement dans lequel Aurora a grandit. Elle ne se souvient plus vraiment et ça lui importe peu. Elle sait que ces souvenirs existes et c’est suffisant pour elle, du moins pour l’instant. Il lui arrive de se sentir plus mal à cette idée, d’avoir une impression de vide dans le creux de l’estomac, mais elle n’en parle jamais. Comme elle ne parle jamais du passé. Sauf à Nathan. Nathan qui est comme un bouffée d’air frais dans une pièce sans ventilation. Et son rire est apaise momentanément le stress qui écrase la jeune femme depuis plusieurs semaines maintenant. Elle sait que ce qu’elle vit est bien moins terrible que la réalité qui a frapper Nathan de plein fouet, de la situation désagréable qu’il vit avec sa femme. Pour être honnête, Aurora ne sait même pas ce qu’il en ait. Il lui en a glissé un mot ou deux, ils en ont vaguement parler, mais elle ignore si elle doit parler de Cassandra comme son ex-femme ou comme sa femme actuelle. Elle n’a pas vraiment besoin de le savoir. Tout ce qui importe, c’est qu’elle sache que ce n’est pas une situation facile pour son frère de coeur. Il est facile de voir la lassitude dans les traits de l’agent du FBI présentement, une fatigue beaucoup plus grande que physique à laquelle elle n’arrive pas à donner de nom exacte. Il vit ce qu’elle appel “des histoires de grands” non parce qu’elle ne se considère pas comme une adulte, mais parce que ce sont des choses qui lui semblent encore bien loin de sa petite personne, comme si Nathan et les autres vivent dans des mondes en dehors du sien. Elle n’arrive pas vraiment à se l’expliquer, à raisonner la chose, mais ça lui importe peu. « Moi aussi je suis content de te voir » lâche-t-il pendant qu’elle retombe mollement sur ses talons, oubliant soudainement qu’elle doit travailler sur ce projet qui ne l’intéresse pas vraiment, dans des limites absurdes et qu’elle n’a toujours pas internet chez elle. La situation n’est pas idéale, elle le sait, mais elle ne s’en soucis guère lorsqu’elle remonte sur son tabouret, ignorant les regards posés sur elle après sa soudaine exclamation. Les gens de Los Angeles sont trop sérieux, visiblement. Ils auraient pu au moins lasser voir un peu de leur amusement devant la bonne humeur de la jeune femme. Nathan est à peine installé devant elle qu’elle le bombarde de question, sans prendre le temps de respirer ou d’avaler sa salive, encore moins lui laisser le temps de prendre la parole à son tour pour répondre à ces questions. Elle s’arrête net quand elle le voit lever la main, comme dans l’espoir de calmer le bourdonnement incessant des paroles qu’elle prononce. « Tu sais quoi ? » Il a tout son attention, elle le fixe, attend avec une patience impatience, attendant qu’il poursuive sans quoi elle devra lui arracher les vers du nez avec des pincettes. Ce qu’elle n’a pas le temps de faire qu’il poursuit déjà. « Stop le café pour toi ça ne te réussit franchement pas. Tu devrais vraiment songer au déca si tu veux mon avis » Rory lève les yeux au ciel devant la remarque, dans une mimique enfantine digne d’une adolescente qui se fait dire une idiotie par son père. « Très drôle! On vous donne des cours d’humour, au FBI, maintenant ? Si c’est le cas, ils devraient revoir leur enseignant. » Elle lui offre un air boudeur avant de porter sa tasse maintenant froide à ses lèvres et le goût amer du café froid lui tire une grimace malgré elle alors que Nathan poursuit sur sa lancée, maintenant qu’elle est silencieuse. « Je suis rentré d’une mission ce matin très tôt, je devais normalement taper mon rapport, mais je préfère plutôt venir te voir et puis ça fait un moment qu’on avait pas prit le temps de discuté et il se pourrait que cela me manquait » Elle lui offre un sourire taquin. Il est vrai que cela fait un moment qu’ils n’ont pas passé du temps ensemble. Il est possible que cela soit dû à la situation de Nathan autant qu’aux heures supplémentaires qu’elle essaie de grappiller çà et là pour arriver à payer les factures qui s’empilent. Ça et son appareil photo qui commence à être désuet et qu’elle devrait changer selon grands nombres de professionnels, selon les standards de l’industrie. Il se peut aussi qu’elle ai passé plus de temps qu’avant avec Kai plutôt que d’être disponible pour lui. « Tu m’as manqué aussi, je l’avoue. Enfin, juste un peu. J’apprécie fortement le fait que tu me préfères à tes rapports, c’est flatteur! » Elle ne se sépare pas de son sourire amusée, comme une gamine le matin de Noël qui observe la pile de cadeau sous le sapin en se disant que c’est le plus beau jour de sa vie. Du moins, jusqu’aux prochaines paroles de Nathan. « En vérité... si je voulais te voir ce n’était pas sans raison » Son sourire s’efface aussi vite qu’il est apparu. Elle répond quoi à ça ? Qu’elle n’a plus internet chez elle ? Que ses finances ne lui permettent pas un tel luxe ? Inutile de t'inquiéter. Elle hausse les épaules, l’air de rien, avant de répondre. « Tu sais, j’avais besoin de changer d’air. » Elle sait que ça ne fonctionnera pas nécessairement comme réponse, qu’elle est pas si douée avec les mensonges, mais tant pis, elle préfère essayer, ça ne coûte rien, après tout. « En vérité... si je voulais te voir ce n’était pas sans raison » Elle relève les yeux vers lui, attentive, curieuse. « T’as pu le voir que ça n’allait pas fort avec Cassandre vu que je vivais chez Wayne et de temps à autre chez Bobbie, mais j’ai prit un appartement auquel mon agent vient de me confirmer la vente et si je te parle c’est parce que je voudrais que tu viennes y vivre avec moi Aurora » Elle reste sans voix un instant, l’observant comme si elle a mal entendu. Il est sérieux, là ? Il veut qu’elle aille vivre avec lui, dans son nouvel appartement ? Elle reste muette, cherchant des mots qui ne viennent pas. D’un côté, elle a l’impression que sa liberté serait brimé, qu’elle aurait l’impression d’avoir un gardien en quelque sorte, quelqu’un qui lui dictait sa conduite à chaque fois, qui se plaindrait parce que son chat perd du poil ou un truc comme ça. D’un autre côté, c’est la solution à ses problèmes monétaires, un façon de diminuer son stress, peut-être de retourner faire des études, sans avoir besoin de trois boulots à temps partiels pour arriver à manger un repas chaud dans le mois. « Tu en dis quoi ? » Ce qu’elle en dit ? Elle hésite un moment, tâche de voir s’il est sérieux ou non. « Et Patmol ? » C’est la première chose qui lui vient à l’esprit. Son chat. La boule de poils un peu moche avec laquelle elle vit depuis deux ans maintenant. « Je veux dire non, enfin oui, enfin, peut-être. Écoute, c’est difficile à dire, comme ça. Je m’y attendais pas vraiment. Bon d’accord, ce n’est pas la joie à la maison, mais je ne m’attendais pas à avoir une offre du genre, un chapron potentiel… c’est mon frère qui t’as demandé ça? » Elle le fixe, sans animosité, avec une pure surprise.
 

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 16/04/2017
›› Love letters written : 256
›› It's crazy, I look like : stephen awesome amell
MessageSujet: Re: I'll stand by you • Nathan Lun 18 Déc - 3:34

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
i'll stand by you
AURORA HARTLEY AND NATHAN DUNHAM ※
you and me we’ve got two minds that think as one and our hearts march to the same beat. they say everything it happens for a reason. you can be flawed enough but perfect for a person, someone who will be there for you when you fall apart, guiding your direction when you’re riding through the dark.


Les éclats de rire de Aurora était un son à laquelle il ne se lassait pas. Depuis qu’il l’a connu une partie de lui n’avait eu que pour objectif de vouloir le protégé. C’était parfois étrange comme il pouvait rien qu’à la regarder parfois lire dans son regard si elle souriait à la vie, rayonnait de bonheur et utiliser souvent le sarcasme comme mécanisme de défense, derrière tout ça Nathan avait pu révéler une souffrance qui l’avait touché en plein fouet c’était presque comme s’il se retrouvait à se regarder dans un miroir lui qui finalement sur beaucoup de point n’était pas si différent d’elle. Longtemps Nathan avait utilisé les mêmes méthodes pour que ne puisse pas voir à quel point il souffrait que son père ne puisse pas voire au-delà de ce qu’il souhaitait pour lui ou sa mère qui semblait plus intéressée par le statut de leur famille avalant les mots de son père comme si Dieu en personne venait de parler. Il n’avait pas eu réellement cette chance de connaître cet amour qui résidait au sein d’une famille sans compter les relations froides avec son frère à laquelle en vérité il ne cherchait plus à comprendre lasse de ces enfantillages qui avait très souvent mit ses relation avec sa cadette dans un état déplorable avant de finalement se rapprocher d’elle quand son frère avoir choisi de partir toutefois, il n’avait jamais ressenti cette définition de cet amour qu’avait toutes les familles qu’il voyait en tout cas de ses frères d’armes quand ceux-ci leur parlait de leur enfance qui semblait d’une normalité qu’au final il n’avait jamais connu. Par chance, son grand-père l’avait élevé et lui avait offert cette chance d’être celui qu’il voulait, de ne pas l’avoir abandonné quand au final ses parents avaient décidé de le laisser débrouiller seul quand enfin il avait voulu ne faire qu’une chose. Être lui-même une punition qui lui avait couté cher et qui encore aujourd’hui garder en lui une cicatrice bien loin d’être fermé et parfois quand il regardait Aurora il savait que derrière ce joli masque qu’elle portait de cette file si dynamique et souriante, sa vie avait loin d’être un véritable conte de fée. Il l’avait vu de ses propres yeux et avec le temps elle s’était confié à lui comme par ce besoin de trouver quelqu’un qui pourrait l’écouter assez pour qu’une relation spéciale naisse entre eux qu’il arrivait parfois difficilement à Nathan d’en trouver la définition. Certainement parce qu’en vérité Aurora était un peu tout à la fois. Elle n’était pas seulement cette fille attachante qui le touchait en plein cœur, non elle était véritablement à ses yeux une petite sœur qui lui rappelait souvent ce qu’il aurait voulu être auprès de Peyton sans pour autant avoir pu jouer ce rôle et parfois il admettait sans difficulté que lorsqu’il regardait par moment Aurora il avait soudain l’impression de retrouver une petite fille à qui on avait demandé de bien trop vite grandir et qui remontait à la surface comme par si cet instant elle ne souhaitait qu’une chose : Être aimé et dans ces moments-là, Nathan se retrouvait à jouer un rôle à laquelle il n’avait jamais songé, à celui d’être comme un père à la conseiller et au final à lui promettre qu’il ne l’abandonnerait pas comme elle l’avait été à bien de nombreuses reprises. Bobbie qui connaissait étalement Aurora avait été très souvent la première avoir remarqué un certain changement quand il se retrouvait à s’occuper ou être simplement présent dans la vie de la jeune où elle avait souvent répété à celui-ci à quel point Aurora semblait lui changeait la vie, mais au fond ce que personne ne semblait comprendre, c’était qu’en vérité. C’était elle qui lui changeait sa vie et qui lui donnait une raison de ne pas toucher le fond surtout ses derniers temps où toute sa vie partait complètement en fumée. La présence de la jeune femme lui faisait un bien fou et si beaucoup trouvait parfois qu’elle était beaucoup trop difficile à suivre. Nathan ne semblait pas avoir ce soucis-là. Il finissait par la connaître et plus à force de la côtoyer et prendre de ses nouvelles qui devenait très régulier. « T’es certain que c’est la bonne chose à faire ? Je veux dire maintenant alors que toi-même tu n’es pas en forme c’est une grosse responsabilité Nathan » Il se souvenais des mots de sa meilleure amie quand il était revenue de leur mission et qui lui avait fait part de son idée à laquelle il espérait sincèrement qu’Aurora accepte sans savoir vraiment quel en serait la réponse, car après tout elle avait une façon de vivre qui lui allait et que le changement n’était pas fait pour tout le monde, mais à chaque fois qu’il repensait à elle et à tout ce qu’elle devait gérer au quotidien et plus encore à ses cours, il ne comprenait pas comment cela était-possible. Comment sa famille pouvait-elle l’abandonné ainsi ? Il ne comprenait parce qu’à vrai dire c’était insensé. A son âge elle devait penser à profiter de la vie, à ses études et à la place il la voyait devoir être une adulte dans un corps d’une jeune femme qui ne demandait qu’à vouloir s’épanouir, mais à laquelle on le refusait et pour toute ses raison il était certain que c’était ce qu’il fallait, mais surtout voulait. Elle n’avait pas eu tort, Nathan n’était pas véritablement dans sa forme, ses missions qu’il avait accepté un peu trop ses derniers temps en avait été la preuve assez pour que leur supérieur lui demande de ralentir la cadence au risque certainement de faire un mauvais choix qui pourrait mettre fin à sa vie, mais aussi celle de sa partenaire chose qu’il refusait sauf que lorsqu’on l’avait mit à un poste administratif c’était autant dire le rendre fou et c’était pout cela qu’il s’était retrouvé à disparaître des bureaux du FBI prenant bien soin d’éteindre son portable pour être dans ce café et face à Aurora qui avait ce sourire qu’il devait admettre lui avait manqué. Nathan devait se l’avouer à quel point il lui était facile d’être lui-même lui qui était loin d’être du genre à parler de ses soucis même avec Bobbie ou Mace qui le connaissait depuis des années qui avait vu et vécu le pire avec lui malgré tout cela il n’avait jamais pu réussir à parler de certaine chose d’une facilité presque déconcertante qu’il le faisait avec cette gamine qui dans ces moments-là s’avérait être quelqu’un qui savait l’écouter quand il en avait besoin comme si elle pouvait comprendre ce qui ressentait. C’était une relation unique défini il le savait par la confiance que chacun avait l’un envers l’autre et c’était pour cela qu’il avait eu besoin de la voir et de lui parler de certaine chose qui pourrait radicalement changer la vie de Aurora, mais également la sienne. Durant le moment où il était arrivé et à peine avait-il eu le temps de lui demander si elle allait bien il s’était retrouvé face à une pile électrique qu’elle pouvait être et qui était dû au café qu’elle avait bu bien trop assez pour que sa dernière tasse celui-ci lui retire des mains s’amusant à la taquiner comme il le savait si bien le faire ne manqua pas de boire une gorgée de café chaud à laquelle lui-même en rêvait depuis cette matinée des plus ennuyeuse avant de la retrouver. « N’est pas l’air outrée t’as jamais goûté au café des locaux du fbi quoique tu devrais l’essayer ça te rendrait moins accro qui sait ! » il adorait la charrier et la chercher même si une part de ce qu’il disait était véridique par moment il se demandait comment on pouvait appeler ça du café quand le goût n’en avait pas l’air à la différence de cette tasse qui tenait à la main.  « Très drôle! On vous donne des cours d’humour, au FBI, maintenant ? Si c’est le cas, ils devraient revoir leur enseignant. » Nathan remonte son regard vers elle le sourire disparu d’un air sérieux avant de boire devant elle ce café dont elle semblait vouloir récupéré, mais très vite balaye sa main avant de poser la tasse vide ne pouvant s’empêcher de s’amuser du regard noir de la jeune femme qui a le don de la faire rire plus qu’autre chose. « Je suis très drôle tu veux dire c’est juste que t’as un sens de l’humour bien particulier Rory c’est tout » les bras croisé, il la regarde voyant bien qu’elle n’a pas l’air convaincu par ce qu’il venait de dire avant de lui-même rigoler à son tour. Cela lui été agréable de se sentir ainsi comme si tout ses soucis qu’il avait était loin derrière lui alors qu’il sait que cela ne dura qu’un temps, mais il profite parce qu’il sait qu’il a besoin de ce moment où toute sa vie à l’air normal autant qu’elle pourrait l’être. « En tout cas ils pourraient t’apprendre à savoir comment faire peur à quelqu’un là on dirait davantage t’as tête des mauvais jours si tu comptes me faire peur ainsi t’es mal barré gamine » c’était un surnom qu’il avait prit l’habitude de lui donner et semblait être apprécié assez pour que finalement il l’appelle ainsi très souvent. Nathan remarque facilement qu’elle semble à plein travail pour ses études assez pour savoir que si elle n’était pas à son appartement c’était surement parce qu’elle avait eu un dernier soucis. Nathan ne lui avait pas avoué une chose comme le fait qu’il avait pu remarqué quand il était passé chez eux les lettres ouvertes où plusieurs factures étaient impayés. Il savait qu’elle ne gagnait pas des tonnes assez pour que sans qu’il lui dise il en est payé quelques-une bien qu’il se doutait que cela n’était pas suffisant il ne lui en fallut peu pour qu’il ne manque pas de lui avouer pourquoi il était là surtout qu’il n’était pas le genre d’homme à tourner autour du pot. Être direct était sa devise et cela ne changeait rien avec Aurora qui semblait très vite lui avoir offert toute son attention quand celui-ci lui avoue qu’il devait lui parler. « Tu sais, j’avais besoin de changer d’air. » Nathan reste silencieux un instant fonçant les sourcils sans pour autant répondre parce qu’il sait pertinemment que c’est un mensonge, il l’a connaît avec le temps. Il reconnaît ces gestes quand elle tente de lui mentir, mais ‘ne dit rien si ce n’est de sourire parce qu’il ne veut pas qu’elle se sente mal à l’aise ou qu’elle puisse penser que s’il va lui dire tout ce qu’il a besoin de lui dire il le fera par pitié alors que cela n’est pas le cas bien au contraire même. Doucement il finit par reprendre la parole laissant ses mots sortirent un après l’autre tout en gardant le regard vers elle voyant bien que son regard est sérieux parce qu’elle voyait bien qu’il avait besoin qu’elle soit pleinement conscience qu’il l’était. Il lui avait proposé de vivre avec lui dans un appartement ou plutôt loft comme lui dirait sa meilleure amie qui était grand trop grand et qu’il aurait dû de base vendre il y a quelques années sans le faire pour finalement à présent y élire domicile sauf que très vite il s’était rendu compte que vu l’espace qu’il possédait et au fait qu’il n’arrivait pas à être seul qu’il espérait que la proposition qu’il lui faisait l’intéresserait assez pour que sa réponse soit positif. Il avait bien vu la surprise de Aurora il était conscient que c’était un changement un gros même que ce soit pour lui autant que pour elle, mais il était certain que cela serait une bonne chose après tout vu le temps qu’il passait souvent quand il ne travaillait pas à venir la voir pour être certain qu’elle allait bien cela lui semblait une bonne chose.  « Et Patmol ? » Nathan n’avait pas pu s’empêcher de lâcher un sourire. Étrangement il n’était pas si surpris que ce réaction fut de parler de son chat. « Y a assez de place pour Patmol si tu veux mon avis » Nathan adorait les animaux et s’il ne travaillait pas si souvent a l’étranger il était certain qu’il aurait songé à prendre un animal sauf qu’il savait que cela ne servait à rien bien qu’il avait conscience que s’il vivait à Aurora il réduirait bien évidemment ses missions à l’étranger ne voulant pas qu’elle se retrouve seul le but était après tout qu’elle soit entouré et qu’elle puisse compter sur lui cela était important pour lui et qu’elle le sache. « Je veux dire non, enfin oui, enfin, peut-être. Écoute, c’est difficile à dire, comme ça. Je m’y attendais pas vraiment. Bon d’accord, ce n’est pas la joie à la maison, mais je ne m’attendais pas à avoir une offre du genre, un chapron potentiel… c’est mon frère qui t’as demandé ça ? » Nathan écouta les quelques paroles de Aurora voyant bien sa surprise mélangeait à des tas de sentiments qui s’entremêler dans sa tête assez pour vouloir clarifié certaine chose et qu’elle sache que s’il le faisait ça c’était parce qu’il le voulait et parce qu’à ses yeux c’était une bonne pour chacun. « Je conçois parfaitement que t’es besoin d’y  réfléchir, mais sache que y a pas que toi qui en a besoin » Nathan n’aimait pas franchement parler de ses soucis personnelles surtout pas avec Aurora qui avait bien a gérer que ce genre de chose, mais il avait besoin de clarifier ce qu’elle venait de dire pour enlever les doutes qu’elle pouvait surement avoir. « Sache que si je propose ça c’est aussi parce que le silence du loft devient insupportable pour moi assez pour finalement ne me donner aucune raison d’y mettre les pieds là j’en aurai une réelle. Rory je suis pas la pour te chaperonner. Tu te goures complètement et crois-moi ton frère ne m’a rien demandé je ne lui ai jamais parlé parce que si je venais a lui parler ça ne serait pas tendre entre nous » avoua-t-il ne comprenant pas comment son frère pouvait l’avoir laissé seule alors qu’il était certain qu’elle avait eu besoin de lui. « La seule raison qui me pousse à te le demander c’est parce que j’en ai envie ne voit pas ça comme de la pitié parce que tu sais parfaitement que c’est pas dans mon genre » il s’était montré le plus sincère que possible et il espérait réellement qu’elle puisse le voir « Je sais parfaitement que tu es capable de te débrouiller toute seule je n’ai pas de doute là-dessus, mais t’es pas forcément obligé de l’être tu sais, mais quoique tu décides sache que je respecterai ton choix et que tu pourras toujours compter sur moi ça ne changera jamais ça » Nathan regarda un instant Aurora avant de rester silencieux. Il ne voulait pas qu’elle se sente forcer où qu’elle accepte parce qu’il en avait lui-même besoin. Si elle l’acceptait il voulait aussi qu’elle le fasse parce que c’était une chose qu’elle souhaitait également.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 01/03/2017
›› Love letters written : 895
›› It's crazy, I look like : Willa Holland
MessageSujet: Re: I'll stand by you • Nathan Jeu 18 Jan - 4:18

I'll stand by you
Nathan & Aurora

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Aurora fait partie de ces enfants qui n’ont pas eu de chances dans la vie, de ces enfants qui n’ont pas connu l’amour parental dans les premières années de sa vie. Elle a connu l’indifférence d’un père qui ne s’occupait d’elle que pour lever la main sur la petite fille qu’elle était. Les mots violents d’un père agressif qui n’avait pas de respect pour sa femme ou pour ses enfants, qui les utilisaient comme un utilise des allumettes pour mieux les jetés une fois usées et devenu inutile. D’aussi loin qu’elle se souvienne, Aurora n’a jamais été assez bien pour son père. Il l’a trouvait trop molle, trop douce, trop innocente pour lui plaire, n’osant pas tuer une simple grenouille parce qu’elle pouvait devenir un prince charmant ou quelque chose dans ce genre là. La gamine qui pleurait parce que son chat avait tué une souris. Ça n’a d’ailleurs pas changé. Aurora est toujours aussi délicate sur certains aspects. Elle ne tolère pas la souffrance des autres, des créatures qui ne peuvent se défendre. Elle est triste quand Patmol assassine cruellement une bestiole rampante dans son appartement, bien qu’elle n’aime pas particulièrement les insectes. Sa mère ne fut pas non plus une femme plein d’amour pour sa progéniture. Elle ne se souvient pas de sa mère avant le divorce, avant qu’elle devienne cette femme pour qui la drogue passait avant ses enfants, que sa dose quotidienne fût plus importante que l’idée d’offrir un repas chaud au seul enfant sous sa charge. D’une façon ou d’une autre, Aurora se compte chanceuse d’avoir eu un grand frère majeur et de ne pas être tombé entre les mains du système, passant de foyer d’accueil en foyer d’accueil sans espoir d’être adopter par une famille parce qu’elle était trop vieille. Wayne l’a quand même prit en charge trop tard. Elle avait vu suffisamment d’horreurs pour ne plus avoir cette innocence quand elle était arrivée chez son frère. Elle avait vu sa mère se prostituer pour un peu de drogue, elle l’avait trouvé morte dans la salle de bain du miteux appartement où elle a passé plusieurs années de sa vie, une aiguille dans le bras. Toutes ces choses qu’elle n’avait pas dit à son grand frère parce qu’elle ne savait pas comme il réagirait, parce qu’elle ignore comment il allait prendre la chose. Allait-il s’en vouloir d’avoir vécu loin d’elle ? D’être aller à l’université et d’avoir rencontré Violette ? Elle l’ignore. Elle n’a jamais prononcé ces mots. Elle n’a jamais parlé à qui que ce soit de ce que c’était que de vivre avec une telle mère. Il y a des moments où elle a eu envie d’en parler, à Ludmila, à Bobbie, à Nathan, à ces gens qui se montrent toujours près d’elle quand elle en a besoin. À ces gens qui font partie de sa famille et sur qui elle peut s’appuyer quand elle le désir, mais elle ne l’a jamais fait. Il y a sans doute des choses qui laisse deviner son passé, des manies qui ne la quittent pas, celle de vérifié beaucoup trop souvent si la porte est verrouillée, celle de fuir les gens intoxiqués, de ne pas boire d’alcool ou encore d’éviter le sujet comme la peste quand on lui pose des questions sur sa famille. Elle sait que c’est différent avec Nathan, parce qu’il fut l’ami de son frère à une époque, il a su, d’une façon ou d’une autre, sans qu’elle ai besoin de parler, d’expliquer, de mettre des mots sur les cauchemars qui la hantent encore parfois la nuit, quand les souvenirs viennent la hanter comme les fantômes cruels d’une autre vie. Elle le regarde lui prendre sa tasse de café chaud des mains et la porter à ses lèvres avec une moue « N’est pas l’air outrée t’as jamais goûté au café des locaux du fbi quoique tu devrais l’essayer ça te rendrait moins accro qui sait ! » Elle fait une nouvelle moue avant de lui tirer la langue, comme une gamine de trois ans prise sur le fait. Elle sait qu’elle boit trop de café, elle sait que ce n’est pas bon pour elle, elle qui est déjà hyperactive sans une once de caféine dans le sang, ça devient rapidement ridicule quand elle en boit plus d’une tasse dans sa journée. Aujourd’hui est une de ces journées, justement. De ces journées où la caféine coule en quantité égale à ses globules rouges dans ses veines. Elle observe Nathan terminer son café et lui refile une légère claque sur l’épaule en guise de protestation. « Je suis très drôle tu veux dire c’est juste que t’as un sens de l’humour bien particulier Rory c’est tout » Aurora lève les yeux au ciel, légèrement moqueuse devant ces paroles. « Tu sais, y’a un type avec qui j’allais à l’école qui trouvait le Clown tueur dans IT de Stephen King hilarant aussi. Je qualifie ton style d’humour dans la même branche, Nate! » Elle ponctue sa phrase d’un sourire taquin. Elle exagère légèrement, elle le sait, mais ça ne veut pas dire que c’est moins drôle pour autant. Aurora est comme ça, s’amusant d’un tout et d’un rien, faisant des montagnes de pas grand chose, en grande gamine qu’elle peut être. « En tout cas ils pourraient t’apprendre à savoir comment faire peur à quelqu’un là on dirait davantage t’as tête des mauvais jours si tu comptes me faire peur ainsi t’es mal barré gamine » Gamine. Le surnom que Nathan lui donne depuis un moment maintenant, mais qui lui rappel également son grand frère qui avait cette habitude à une époque. Il y a bien longtemps que plus personne ne lui donne de surnoms comme ça, bien que Kai le fait souvent, jouant avec son prénom pour y trouver des surnoms les plus ridicules les uns que les autres. Si en général, elle n’en serait pas si heureuse, venant de la bouche du jeune Baron, c’est différent, ça réchauffe même son muscle cardiaque. « Et bien, la tête des mauvais jours semblent collés au sobriquet de “gamine” quand on y pense! » La présence d’Aurora dans ce lieu n’est pas hasardeux. Elle y est parce que son fournisseur internet à couper ses services jusqu’à ce qu’elle paie les factures qui s’entassent dans un coin du plan de travail de sa cuisine. Elle sait que ce n’est pas l’idéal, que ce n’est pas vraiment comme ça qu’elle devrait faire, mais ses efforts pour se trouver un deuxième emploi sont sans aucuns succès et elle n’est pas très à l’aise de demander une aide financière à son frère aîné avec qui elle n’a que très peu de contacte depuis qu’elle a quitter son toit. Mais tout ça, elle préfère ne pas le dire à Nathan, cacher ça derrière un sourire et des mensonges, parce que ça ne le regarde pas, parce que ça ne vaut pas la peine de l’inquiéter avec ça. Elle n’est pas certaine que ça va fonctionner avec lui, qu’il va croire son excuse bidon sans poser plus de question, mais quand même. Elle essaie, parce qu’elle se voit mal lui dire la vériter. Elle reste surprise quand il lui fait sa proposition, quand il lui offre une place dans son appartement, quand il lui offre de prendre soin d’elle, de ces soucis financiers qui l’étouffe. Parce que s’il ne prononce pas clairement ces mots, elle sait que c’est de ce quoi il s’agit. Elle n’a pas l’habitude de ce genre de geste envers elle. Elle ne s’y attend pas. Aurora se débrouille par elle-même depuis tellement longtemps qu’elle ignore ce que c’est que d’avoir quelqu’un pour prendre soin d’elle, pour lui laisser le temps de respirer un peu. Et la première chose à laquelle elle pense, c’est son chat. Le matou qui partage sa vie depuis son arrivé à Los Angeles et qu’elle ne compte pas abandonner maintenant, pas après s’y être autant attacher. « Y a assez de place pour Patmol si tu veux mon avis » Lentement, elle hoche la tête, comprenant que le chat ne serait pas obligé de se trouver une autre famille. Perchée sur son tabouret, elle s’agite alors qu’elle poursuit son discours, bien que rassuré par ce point, par le fait que Patmol allait nulle part qu’importe son choix. « Je conçois parfaitement que t’es besoin d’y réfléchir, mais sache que y a pas que toi qui en a besoin. » Aurora sait qu’il n’est pas l’homme le plus heureux du monde présentement. Elle sait qu’il a des soucis de couple, que ce n’est pas la joie pour lui. Nathan n’est pas de ceux qui se confis, encore moins à elle, l’enfant hyperactif qui mérite d’être prise en charge à ses yeux d’homme mature. Elle en sait quand même suffisamment pour s’inquiéter pour lui et malgré elle, elle n’arrive pas à retenir la question qui lui échappe. « C’est à cause de ce qui se passe avec Cassandre ?» Elle se mâchouille la lèvre inférieur, nerveuse, curieuse aussi, torturant légèrement ses doigts, soudainement mal à l’aise, comme une gamine ayant été prise la main dans la jarre à biscuit. « Sache que si je propose ça c’est aussi parce que le silence du loft devient insupportable pour moi assez pour finalement ne me donner aucune raison d’y mettre les pieds là j’en aurai une réelle. Rory je suis pas la pour te chaperonner. Tu te goures complètement et crois-moi ton frère ne m’a rien demandé je ne lui ai jamais parlé parce que si je venais a lui parler ça ne serait pas tendre entre nous » Elle regarde ses mains, particulièrement fascinée par ses ongles soudainement. Elle peut comprendre qu’il ne porte pas Wayne dans son coeur, mais elle, elle n’arrive pas à lui en vouloir. « Je sais que mon frère n’est pas un saint, mais il fait ce qu’il peut...» Ce n’était pas plus son frère que sa femme, le méchant dans cette histoire, quand on y pense. Mais c’est une discussion pour une autre fois, elle le sait. Ça ne vaut pas vraiment la peine de s’attarder là-dessus, non plus. « La seule raison qui me pousse à te le demander c’est parce que j’en ai envie ne voit pas ça comme de la pitié parce que tu sais parfaitement que c’est pas dans mon genre » Lentement, elle hoche la tête de haut en bas, comprenant ce qu’il lui dit. Elle a l’impression que toute trace de caféine à quitter son organisme, beaucoup trop calme en apparence alors qu’elle peut sentir ses neurones surchauffer. « Je sais parfaitement que tu es capable de te débrouiller toute seule je n’ai pas de doute là-dessus, mais t’es pas forcément obligé de l’être tu sais, mais quoique tu décides sache que je respecterai ton choix et que tu pourras toujours compter sur moi ça ne changera jamais ça » Capable de se débrouiller seule. Cette phrase est d’une ironie sadique dans la situation présente, puisqu’elle aurait besoin de vendre un rein pour payer ses factures, considérant que quelqu’un dort sur son sofa, considérant aussi qu’elle se nourrit de bonbons matin, midi et soir. Elle soupire légèrement, plissant le nez. « Je t’avoue que ce n’est pas vraiment la joie, présentement, à la maison...Enfin, c’est pas terrible non plus, je veux dire, j’ai connu pire, mais...D’accord ? J’irais vivre avec toi … par contre tu dois savoir que...» Elle lève finalement les yeux vers lui, un peu embarrassée. « J’ignore encore comment fonctionne la moitié des appareils électroménager et que si tu comptes sur moi pour faire la lessive, ça risque d’être catastrophique..» Sérieusement. Elle est une véritable tueuse de lave-linge. Elle ne compte plus le nombre de fois qu’elle fut mise à la porte des buanderies publics parce qu’elle malmenait les appareils. « Puis… Kai campe dans mon salon, depuis un moment...» Elle rougit légèrement à ces mots, parce que en vérité, elle ignore comment il va prendre la nouvelle, elle redoute les questions qu’il peut poser par la suite en sachant qu’un garçon vit avec elle.


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


MessageSujet: Re: I'll stand by you • Nathan

Revenir en haut Aller en bas

I'll stand by you • Nathan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Airport area :: starbucks coffee
-