Partagez|

SAY SOMTHING BEFORE IT'S TOO LATE (CASSANDRE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 16/04/2017
›› Love letters written : 247
›› It's crazy, I look like : stephen awesome amell
MessageSujet: SAY SOMTHING BEFORE IT'S TOO LATE (CASSANDRE) Lun 17 Juil - 14:39

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
i can't give up on you... on us
※ cassandre mills and nathan dunham
you were my world, i was your universe. we were madly in love, smiles in lip as if nobody could separate us except for us. today they stay the anger and the hatred. i should hate you as never but i still keep hoping that you come back and that this love which we consume us is back, even if i know that nothing will be as before..


L’obscurité avait envahi la pièce qui était plongé dans le noir depuis quelques heures déjà. Nathan n’avait pas bougé d’un pouce laissant ses yeux fermés sans pouvoir faire autre chose que rester assis dans ce fauteuil où le silence fut sa plus grande solitude. Combien de temps était-il resté dans cet état ? En réalité, il n’en avait pas la moindre idée. Peut-être deux heures ? Trois ? Ou même plus ? Il n’en avait pas la moindre idée et s’en fichait de le savoir. En vérité, Nathan détestait cela, ce silence. Il n’a jamais apprécié de rien entendre. Bouger, vivre au son du bruit et au cœur de l’action a toujours été la chose qu’il aimait par-dessus tout. Il n’était pas le genre d’homme à rester sans rien faire dans un silence qui le rendait complètement fou et plus encore. Pourtant, à cet instant, Nathan n’arrivait pas à oublier cette image qui l’obsédait et pire encore. Qui le torturait au plus haut point ; Son visage, l’expression qu’elle avait affichée. Jamais il ne pourrait l’oublier. Comment le pourrait-il ? Quand il savait pertinemment que la douleur qu’elle ressentait, il en était le seul et unique responsable. Durant quelques secondes ses doigts se posent sur son front secouant la tête. Il tente en vain d’enlever ses images qui défilent de plus en plus rapidement. Ce sourire qui s’était affichés avant que finalement, la vérité éclate. Il se détestait lui-même de lui avoir mentit. Il se haïssait de tout son être pour n’avoir pas eu ce courage de lui avouer la vérité. Il savait parfaitement qu’il n’aurait jamais dû se laisser aller, mais les baiser de Cassandre, sa peau contre la sienne assez pour lui donner des frissons avaient été plus forte que tout autant que de sentir à nouveau sa femme près de lui. Il ne se souvenait presque plus la dernière fois où Cassandre l’avait regardé avec ce regard comme s’il était le seul homme qu’il désirait, comme si plus rien n’existait, si ce n’était eux. Ensemble ils avaient connus le pire ou du moins c’est ce qu’il avait cru avant que les disputes ne cessent de s’enchaîner et que la tension et la proximité de Cassandre avec Mason, le frère de Nathan n’en vienne à le rendre jaloux.  Les disputes n’avaient rien arrangé avant qu’il ne commette l’irréparable. Nathan se détestait pour ce qu’il avait fait. Il avait su qu’il aurait dû le dire à Cassandre, il n’était pas le genre d’hommes à être infidèle et pourtant, il l’avait été, il avait trompé sa femme et même s’il ne se rappelait pas par le nombre de verres et de litres d’alcool qu’il avait eu, il savait que cela ne changerait rien. Il aurait dû lui dire, sa meilleure amie Bobbie lui répétait continuellement voyant bien sa souffrance dans ses yeux, elle avait tenté de lui dire à plusieurs reprises que c’était à lui de le dire. Qu’elle le détesterait, mais que ça finirait par s’arranger, Wayne, son meilleur ami aussi lui avait répété à plusieurs reprises de le faire, mais ils ne les avaient pas écoutés. A chaque fois, il perdait tout le courage qu’il avait en lui et fuyait. Il ne comptait plus le nombre de fois où il avait tenté de lui avouer où ce soir-là, il avait choisi de tout lui avouer, car c’était trop difficile de la regarder et de lui mentir. Elle ne méritait pas ça, mais à la place il finissait par se rétracter assez pour mettre une distance entre eux où le couple avait fini par ne plus exister. Nathan acceptait souvent des missions à haut risques pour se vider la tête et parce que l’adrénaline, l’aider à tenir sur ses jambes, mais dès le retour à la réalité. Le mensonge le bouffait intérieurement plus encore quand Cassandre se retrouvait face à lui au point que parfois, il n’arrivait plus à la regarder et sans se rendre compte, il savait qu’il la perdait. Une part de lui pensait qu’il ne la méritait pas et il n’en doutait pas et malgré tout la haine et le dégoût qu’il avait envers lui, il n’arrivait pas à la laisser partir, car quand bien même il avait commis la plus grande erreur de sa vie. Nathan n’avait pas de doute qu’il aimait Cassandre, qu’il voulait retrouver ce qu’il avait, mais il savait que cela était impossible encore plus quand il voyait sa femme se rapprocher de son frère et le rendre fou de rage et presque parano pour que finalement il se laisse aller à boire plus qu’il n’aurait dû au point de souvent voir Wayne s’inquiéter pour lui et il avait beau répéter que tout allait bien, son meilleur ami n’était pas dupe il voyait bien Nathan souffrir de cette situation. Il savait combien s’il n’avait pas bu autant au point de ne plus se rappeler de cette soirée, jamais de sa vie, Nathan aurait fait ça malheureusement c’était le cas et il n’arrivait pas à se le pardonner et à affronter sa femme pour lui avouer la vérité davantage que Nathan n’arrêtait pas de revivre des souvenirs de guerre qui ne l’aidait pas bien au contraire. Depuis plusieurs semaines, Nathan ne dormait presque plus. Ses nuits étaient courtes où à chaque fois qu’il fermait ses yeux, il revoyait la même scène encore et encore. Lui et son meilleur ami en pleine guerre où les bombes pleuvaient à ne plus rien entendre ou voir quoique ce soit où il avait vu les balles se heurter aux hommes qui tombaient un à un avant de voir son meilleur ami le protégeait et d’entendre le son de l’éclat de cet obus à le rendre sourd où tous les deux étaient tombés à terre. S’il s’en était sorti avec pas mal de blessures. Il avait vu son meilleur ami mourir de la pire façon, il se rappel parfaitement du trou béant qu’il avait dans l’estomac et même s’il ne cessait de lui répéter qu’il irait bien. Nathan savait que c’était faux autant que James qui le fixait lui répétant que tout irait bien sauf qu’il savait que c’était impossible autant qu’il savait que s’il ne s’était pas précipité sur lui, cela aurait dut être lui et pas son meilleur ami en train de mourir. Assit dans le noir ses yeux s’ouvrant doucement il sent parfaitement les quelques larmes couler le long du visage. Le temps avait beau passé, jamais de sa vie Nathan ne pourrait oublier le pire moment de sa vie, il avait perdu son meilleur ami et aujourd’hui il savait qu’il avait perdu sa femme surtout quand elle l’avait su. Il aurait dût lui dire, il aurait dû lui faire en part et à la place il s’était laissé un moment de faiblesse oubliant presque les soucis qu’ils avaient eu pour ne faire qu’un avec sa femme. Il avait songé à lui dire, mais comment faire après ce moment si intime entre eux et plus encore quand il avait la sensation qu’après de long mois, ils étaient redevenus presque un couple, mais au fond il le savait la vérité finit toujours par se savoir et la seule personne qui blâmer c’était lui. Dans un geste furtif, Nathan tente de reprendre ses esprits, il savait qu’il ne pouvait pas rester ici indéfiniment, pas dans cette maison dans laquelle pourtant, il gardait en lui les plus beaux souvenir de sa vie qui lui semblait à des années lumières. Depuis que Cassandre avait su sa tromperie, il n’était plus revenu dans leur demeure où les rires et l’amour qui y régnaient n’existait plus. Il ne pouvait pas s’empêcher de sourire à se rappeler quelques souvenirs plus encore quand il voyait les cadres photos dans le salon où pas à pas il se dirigea vers eux laissant sa main se retrouver avec cette photo où sa femme et lui illuminait de bonheur, un bonheur sans égal qui paraissait aujourd’hui, bien loin de tout. Nathan soupira quelques secondes avant de reposer le cadre à sa place et de relever sa tête en entendant un bruit ou du moins de ce qu’il croyait. Son front se plisse intrigué où le flic presque en lui  prend place en marchant doucement sans geste brusque. « Il y a quelqu’un ? » finit-il par laisser entendre avant d’entendre le bruit des talons se faire entendre sur le sol où la silhouette qu’il connaissait très bien finit par arriver dans son champ de vision. Elle semble aussi surprise que lui. Nathan ne cessait de se demander ce qu’elle faisait ici, il savait qu’elle n’y avait pas mis les pieds depuis un long moment. Sa meilleure amie lui avait indiqué que Cassandre vivait d’ailleurs chez Aidan le meilleur ami de la jeune, il ne pouvait pas nier qu’une part de lui en était presque soulagée en revanche il valait mieux qu’il ne le montre pas. Toutefois, Nathan était intrigué par sa présence, s’il avait su, mais au fond il savait qu’il était temps pour eux de parler, mais comment faire alors qu’il savait que le détestait et qu’elle devait le haïr. Il ne s’attendait qu’à une chose qu’elle lui jette son méprit au visage. « Je ne savais pas que tu devais passer, si j’avais su… » Nathan marque une pause sans trop savoir quoi dire. Il n’a jamais été doué pour parler alors qu’il sait qu’il devrait lui dire quelque chose  « Je.. » il marque une pause sans trop savoir pourquoi voyant bien que Cassandre face à lui ne bouge pas.  Elle aussi ne s’était pas imaginé le voir, Nathan ne peut s’empêcher de se demander si Bobbie n’a rien avoir là-dedans connaissant la jeune femme, il ne serait pas surprit. « Je suis désolé Cassandre, je suis désolé pour tout… » Nathan n’arrive pas à soutenir son visage c’était beaucoup trop difficile et plus face à silence qui en devenait insoutenable.


Dernière édition par Nathan Dunham le Mar 5 Sep - 2:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 25/09/2015
›› Love letters written : 224
›› It's crazy, I look like : sophia the perfection bush
MessageSujet: Re: SAY SOMTHING BEFORE IT'S TOO LATE (CASSANDRE) Dim 6 Aoû - 0:53

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
— Nathan Dunham & Cassandre Mills —

Hello from the outside at least I can say that I’ve tried to tell you I’m sorry, for breaking your heart. I must’ve called a thousand times to tell you I’m sorry, for everything that I’ve done …

Une dizaine de jours sont passées ainsi, en fulgurances houleuses. Une dizaine de jours depuis que Cassandre s'était enfuie chez son meilleur ami à l'annonce de la tromperie de son mari. Elle s'était terrée chez lui vêtue seulement d'une chemise de Nathan et depuis elle a préféré ignorer les brèves recommandation de Bobbie et Aidan d'avoir une conversation sérieuse avec lui, un peu de colère contre sa jalousie et de tristesse lovée près de sa dignité. Elle n'a vraiment pas eu l'envie de le voir, après s'être imaginé les frasques charnelles qu'il avait put provoquer avec son amante. Celle qui sait si bien le faire sourire. Et jouir aussi, probablement. Ca l'a tellement travaillée que ça a rongé son cœur jusqu'aux dernières miettes. Ces dix jours durant, Cassandre s'est montrée aussi infecte que cruelle lors de ses passages à son bureau : une véritable pourriture  ; sans un sourire ni un mot chaleureux. Perdant contre sa lippe des palabres mauvaises et sèches, à l'instar de son palpitant noyé.  Elle a cette volonté un peu rêche de ne plus le revoir ni de penser à lui, de lui dire d'aller se faire voir, lui et sa putain. Mais elle n'a pas réussi à le gommer de son esprit et son alliance était là pour lui rappeler. Et elle sait qu'elle va devoir affronter toute cette histoire et ce qui en découle, mais elle voudrait encore attendre. Juste un peu. Car elle n'a pas le courage de le voir, de lui faire face. Elle préfère fuir comme toujours, la solution de l'autruche. Elle est née pour fuir, fuir tous les obstacles, quels qu'ils soient. Elle n'a jamais été courageuse lorsque cela concernée sa vie personnelle. Et elle voit bien que dans sa vie rien ne tourne rond. Elle anéantie une par une toutes ses relations importantes : Olivia, Mason, Nathan ... Il y a beaucoup trop de cassures chez elle pour que cela fonctionne. C'est un assemblage trop capricieux qui roule et déroule dans tous les sens. Mais elle y avait cru à son mariage, elle avait y cru en Nathan. Elle aurait voulu sauver ce qu’il reste de leur mariage, elle aurait voulu que ça fonctionne, qu'elle soit heureuse avec lui. Et elle l'a été. Mais la vérité c’est bien celle qui vient nécroser son âme. Elle est en partie responsable de la rupture de leur ménage. Une pauvre idiote qui a éloigné deux frères. Une pauvre sotte qui a réussi à alimenter le désir de son beau-frère. Elle qui n’a plus aucune vie familiale. Il fallut qu'elle viennes foutre un désordre monstre dans celle des Dunham. Elle se déteste pour cela. Et elle le déteste pour cela. Elle le déteste d'être attaché à lui, elle le déteste de ressentir ses sentiments à son égard, elle le déteste de souffrir à cause de lui. Elle le maudissait avec rage, avec excès, avec douleur ; son prénom entaillés dans sa chair la faisaient souffrir, une condition qu'elle ne supportait pas. Face à la demeure, elle souffle un bon coup avant d'y rentrer. Elle aurait voulu ne jamais y remettre les pieds, mais elle ne pouvait plus rester plus longtemps avec seulement la chemise de Nathan -chemise qu'elle avait pris soin de déchirée sous un coup de colère- elle devait récupérer ses affaires et cela devenait urgent. La villa était plongée dans le noir et seul le bruit de ses talons rompaient avec ce silence de mort. Jusqu'à qu'elle l'entends. Bobbie avait donc menti. Elle l'avait supplié de lui donner les jours où elle pouvait passer sans le voir. Et à cet instant, elle s'en voulait d'être aussi débile pour ne pas avoir vu le piège. Elle reste dans un silence de marbre espérant qu'il ne vient pas vers elle. Elle voudrait fuir, partir avant qu'il ne l'a voit mais son corps ne répond plus. Elle est comme paralysée, impossible de s'enfuir. Elle sait que dans quelques secondes, il sera face à elle et l'espace d'une seconde, elle redevient la petite Cassandre apeurée qui joue les gros durs pour cacher ce qu'elle a au fond de son cœur. « Je ne savais pas que tu devais passer, si j’avais su… » « Si tu avais su tu serais parti chez ta putain ?» C'est comme si Nathan subissait les foudres accumulées des déceptions de Cassandre. Tant pis si c'est pas une attitude honnête. Si cela ne va pas l'aider à avancer. La brunette se dit que si Nathan  souffre assez, sa propre peine finira par disparaître, que ça lui permettrait d'une façon ou d'une autre de panser ses propres blessures. Et malgré ses paroles blessante, elle peine à le regarder sans avoir envie de s'écrouler comme un corps abandonné par la vie.  De son attitude provocante, il ne reste que ce regard qui pourrait rimer avec meurtre en un claquement de doigt. Et pourtant, il m'avait ... manqué.  Elle est submergée par ses sentiments contradictoires qu’elle tente déjà de calmer, elle reste impassible, comme paralysée à l’idée de partir en vrille face à lui. « Je suis désolé Cassandre, je suis désolé pour tout… » Respire, reste de marbre, inspire, ne t’écroules pas. Promesse que la brune tentait de se faire. Une douleur lançait même le creux de ses joues à force de se les mordre pour ne rien laisser paraître. Elle perdait pieds. Elle crevait d’une remontée de souvenir qui faisait mal - beaucoup trop mal. Le visage de Nathan face à elle. Les moments de bonheur avec lui. Son mariage qui s'effrite sans qu'aucun des deuxh n'essayent de remontées la pente. « désolé de quoi ? Désolé de m'avoir trompé ? Désolé que je l'ai appris par ton frère ? Désolé que le soir même de l'annonce, nous avons … » son ton était agressif alors que sa voix trembla légèrement et qu’elle referma aussitôt ses lèvres, auquel cas sa phrase se serait probablement terminée dans un léger sanglot. Le visage blême, Cassandre essayait de garder bonne figure. Elle ne craquera pas, jamais devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 16/04/2017
›› Love letters written : 247
›› It's crazy, I look like : stephen awesome amell
MessageSujet: Re: SAY SOMTHING BEFORE IT'S TOO LATE (CASSANDRE) Lun 4 Sep - 21:23

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
i can't give up on you... on us
※ cassandre mills and nathan dunham
you were my world, i was your universe. we were madly in love, smiles in lip as if nobody could separate us except for us. today they stay the anger and the hatred. i should hate you as never but i still keep hoping that you come back and that this love which we consume us is back, even if i know that nothing will be as before..


A chaque pas qu’il faisait à chaque seconde qu’il fermait ses yeux il ne cessait de la revoir encore et encore de voir la souffrance qu’il avait pu lire dans ses yeux et du choc qu’elle avait eut lorsque les paroles de son frère avaient été lancé tel une bombe qui venait d’exploser et qu’en réalité il ne s’était pas attendu à lui-même que son frère l’avoue en tout cas pas de cette façon. En réalité y avait-il réellement une façon d’annoncer à la femme qu’on est censé aimé qu’après une nuit d’ivresse il avait commit l’irréparable ? Bien évidemment qu’il savait que non. Il savait aussi parfaitement que c’était de sa bouche qu’il aurait dû entendre l’erreur qu’il avait commise et non de son frère auquel il avait pu parfaitement voir le sourire narquois au coin des lèvres assez pour l’en dégouté mais non pour le surprendre. Nathan ne savait pas comment il avait eu vent de ça même s’il n’avait pas tous les éléments pour croire qu’il le vivait si bien. En réalité Nathan n’arrêtait pas de s’en vouloir. Il n’arrivait pas à se supporter dans la glace c’était d’ailleurs pour tout ça qu’il avait tant bien que mal mis ses distances avec Cassandre et l’avait éloigné de lui sans qu’elle-même n’en comprenne les raisons. Il savait qu’elle en souffrait, mais malgré cela il n’avait pas pu se résoudre à lui dire. La peur l’avait envahi l’angoisse et à la place de sa pire encore il avait laissé le désir parlé. Lorsqu’elle s’était approché de lui, qu’elle avait effleurait sa peau et que les lèvres brulantes étaient arrivées sur sa peau qui s’était rapidement contracter à son contact il avait été faible et s’était laissé allé au plaisir alors qu’il n’en avait pas le droit. Il le savait pertinemment, mais il n’avait pas pu se résoudre à le lui dire. C’était bien trop difficile et aujourd’hui il vivait avec le plus gros regret de sa vie et malheureusement pour lui il avait beau se retourner tout cela en tête il savait que cela ne changerait rien. Elle le savait autant qu’il savait qu’il l’avait humilié de la pire façon et pour ça Nathan ne pouvait s’empêcher de se détester. Comment avait-il pu faire ça alors que tout ses proches précisément Bobbie et Wayne lui avait répété à mainte reprise de lui dire la vérité avant que quelqu’un ne le fasse ? Il ne le savait pas lui-même et aujourd’hui il vivait avec des regrets et cette colère qui l’animait contre lui où il savait parfaitement qu’il avait perdu sa femme qui certainement devait le détester plus que tout et plus encore ne plus vouloir le revoir. En vérité il ne savait pas vraiment pourquoi il était réellement revenu dans cette maison bien trop vite plongé complètement dans le noir où le silence le surprenait presque. Son regard n’avait pas pu s’empêcher de se prolonger face au grand escalier dans le couloir où revivait les souvenirs de ses rires qui avaient longtemps animait la chaleur de cette maison qui à présent des plus glacial assez pour qu’il ferme les yeux sentant sa gorge se noué voilà tout ce qu’il restait de ce qu’ils avaient vécus des souvenirs. Bobbie lui avait souvent répété qu’à l’éloigné de sa vie, à ne pas la laisser se faire une place dans son cœur comme il aurait dû le faire elle finirait par s’en éloigner, il savait qu’il était responsable, mais une part de lui ne pouvait s’empêcher de lui en vouloir. Oui il en voulait aussi à Cassandre de penser qu’il en était le seul responsable. Il savait qu’il avait fait la pire erreur de sa vie c’était un fait, mais était-il le seul à le blâmer dans leur relation ? Il avait émis un doute plus encore quand il n’avait pas pu s’empêcher d’entendre certaines rumeurs qui remontaient à ses oreilles où le doute ne cessait de persister. Il aurait aimé dire que toutes ses personnes avaient tort plus quand ils entendaient les non dit concernant sa femme et son frère assez pour presque lui donner envie de tout briser face à lui. D’ailleurs dans un geste furtif il n’avait pas pu s’empêcher d’envoyer son poing dans le mur. La colère qu’il avait contre lui contre elle contre eux tout se mélangeait bien trop dans sa tête pour qu’il puisse rester aussi calme, cela lui était impossible. Il avait la sensation de devenir fou de perdre pied sans savoir quoi faire. Il aurait voulu lui expliquer les choses, mais à quoi bon ? Il se doutait bien que cela ne changerait rien de la situation. Nathan savait que c’était avant qu’il aurait dû agir avec la conviction qu’il l’avait perdue et cela lui faisait un mal de chien. Il pouvait sentir se poing s’enfoncer dans son cœur et il se doutait bien qu’elle ressentait certainement la même chose quand elle avait apprit de la bouche de son frère qu’il l’avait trompé. Il tenta d’inspirer profondément après tout s’il était ici c’était pour surtout récupéré quelques affaires des cartons qu’il avait gardé dans un coin avant que son tête se relève à un bruit qui venait apparemment de l’entrée et qui ne pu l’empêcher de le surprendre. Il connaissait sa démarche rien qu’à quelques pas qu’elle avait fait, il savait que c’était elle, mais cela ne l’avait pas empêcher de demandé l’identité de la personne parce qu’au fond il avait besoin d’être sur et puis il l’avait vu dans son champs de vision elle aussi plus qu’étonné de le voir. Son regard avait croisé le sien et dans un geste honteux il n’avait pas pu faire autrement que de baisser la tête passant ses mains dans ses poches. Il agissait presque comme un gamin, mais il n’arrivait pas. Il ne savait pas comme s’y prendre, car quoiqu’on disait de lui. Exprimer ses sentiments étaient une chose difficile, il savait que cela était un défaut qui l’avait conduit dans une situation des plus complexe, car s’il avait pu laisser ses mots sortir peut-être qu’au fond les choses auraient été différentes. Elle l’aurait certainement détesté cela était certain, mais elle aurait su de sa part à la place il savait qu’elle devait être perdu confus, le haïr d’avoir pu jouer avec lui. Après tout lorsque leur corps s’étaient entremêlé pour ne faire qu’un il aurait dû s’arrêter mettre un pas en arrière et lui dire les choses, mais à la place il s’était malgré lui joué d’elle et il pouvait parfaitement comprendre le regard haineux et pleine de colère qu’elle était en train de lui lancer. Durant quelques secondes ni elle, ni lui ne peuvent dire quelque chose. Que devait-il dire ? En réalité il aurait aimé qu’on lui donne un mode d’emploi parce qu’il n’en savait foutrement rien. Finalement les mots tentent de sortir malheureusement il sait très bien qu’il s’y prend mal trop mal même plus quand il voit Cassandre lui jeter un regard noir. Il n’en attendait pas moins à vrai c’était plus que mérité. « Si tu avais su tu serais parti chez ta putain ? »  il ne l’a blâmait pas pour ses mots si virulents après tout il l’avait cherché. Il aurait voulu à cet instant lui expliquer clairement les choses, mais il savait qu’elle ne l’aurait pas cru. Elle n’avait plus confiance et il le comprenait, mais à la fois une part de lui ne pouvait s’empêcher de penser que c’était bien que trop facile de le blâmer pas après tout ce qu’il avait entendu, mais il savait que ce n’était franchement pas le bon moment pour mettre ça sur le tapis alors il encaisse, car il sait qu’il n’a pas mieux à faire. « Non ce n’est pas ça... » finit-il par dire même s’il se doute que ses mots n’aident pas davantage à désamorcer la situation. Il tente difficilement de la regarder avant de voir que son regard balaye vers la fenêtre à quelques mètre d’elle. « Si j’avais su j’aurais attendu chez Wayne pour que tu n’es pas à me regarder et à te sentir plus humilié que tu dois l’être » il savait parfaitement que c’était ainsi qu’elle devait se sentir. Il le savait et au fond il se détestait de lui faire ressentir ça. « Je sais que tu ne croira pas, mais c’était la plus grande erreur de ma vie et je sais que je suis le seul fautif Cassandre » il s’arrête, il sait parfaitement qu’elle n’a pas envie d’entendre ça pourtant il ne peut pas s’empêcher de lui dire qu’il est désolé parce qu’il l’était, elle n’avait pas idée à quel point.  « désolé de quoi ? Désolé de m'avoir trompé ? Désolé que je l'ai appris par ton frère ? Désolé que le soir même de l'annonce, nous avons … » il écoute chaque mots qui sort de sa bouche restant quelques secondes silencieux. Il l’était pour tout ça, mais bien plus encore. « Je ne te demande pas de me croire pourtant je le suis Cassandre j’ai jamais voulu te blesser et cela même si je sais que j’ai fais bien pire » il sait qu’il devrait se taire parce qu’elle n’a certainement pas envie de l’entendre et encore moins d’écouter ce qu’il a dire, mais il sait qu’il le doit « Je suis désolé d’avoir été surtout si lâche je le reconnais, mais... » il se mord la lèvre, il sait bien qu’il ne devrait pas, mais il n’arrive pas à se retenir parce que c’est trop difficile et parce qu’en réalité lui aussi a besoin de savoir « ...mais tu ne peux pas me blâmer de tout. Ce que j’ai fais est impardonnable ça croit moi je le sais et crois-moi que je pourrais jamais me le pardonner, mais je ne suis pas le seul responsable de notre situation » il était bien conscient qu’il ne faisait qu’enfoncer la situation au bord du précipice, mais il n’en pouvait plus autant jouer carte sur table avait-il songé. « Tu me reproches de t’avoir menti, de ne pas être honnête, mais est-ce que tu l’es totalement avec moi ? » il pouvait bien voir que Cassandre bouillonnait il la connaissait, mais il n’arrivait pas à s’arrêter. « Tu n’arrêtes pas de me dire que je suis un menteur, un salaud et je ne le nie pas, mais regarde-moi et dis-moi que tu ne m’a rien caché ? » Il l’avait regardé tentant malgré lui d’essayer d’avoir un regard de sa part en vain « Dis-moi qu’il ne s’est rien passé entre mon frère et toi ? Je t'en prie dis-le moi Cassandre ? » d’un geste il voit le regard de Cassandre le fixer. Il pouvait sentir son cœur se briser parce qu’au fond de lui une partie qui n’avait jamais voulu l’admettre se doutait bien et en voyant son regard il ne cessait de dire que finalement toute ses rumeurs n’en étaient pas et ça le tuait bien trop. Au fond il n'était guère certain de vouloir le savoir, mais la bombe était jeté et il ne pouvait plus retourner en arrière.
Revenir en haut Aller en bas
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 25/09/2015
›› Love letters written : 224
›› It's crazy, I look like : sophia the perfection bush
MessageSujet: Re: SAY SOMTHING BEFORE IT'S TOO LATE (CASSANDRE) Jeu 19 Oct - 21:40

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
— Nathan Dunham & Cassandre Mills —

Hello from the outside at least I can say that I’ve tried to tell you I’m sorry, for breaking your heart. I must’ve called a thousand times to tell you I’m sorry, for everything that I’ve done …

Avez-vous déjà eu l’impression d’être insensible ? Que rien, ni personne ne puisse vous atteindre ? Que vous êtes déjà trop cassé, trop détruit pour qu’on puisse vous faire plus de mal ? Un certain sentiment d’invincibilité mais bien plus douloureux, et bien plus dévastateur. Vous vous retrouvez subitement dans un monde parallèle, ou alors que tout continue de vivre, de respirer, d’évoluer pour vous tout est figé. Vous êtes là, sans l’être. Vous vivez, sans vivre. Vous respirez, sans amener d’air dans vos poumons. Et tout cela est insupportable. Ce genre d’état est rare et il survient lorsqu’il n’y a plus rien, lorsqu’on pense que plus rien ne peut nous arriver de pire, que rien ne peut nous relever. Les larmes brulent les yeux mais refuse de couler. Les cris s’étranglent dans la gorge mais aucun son ne sort. Votre estomac se contracte, et votre cœur s’arrête mais ne rompt pas. Et j’avais changé, j’avais tout fait pour arrêter d’être prisonnière de mon enfance, être prisonnière de moi-même, pour pouvoir être celle que je voulais être. Être libre. Être heureuse. Et maintenant que tout exploser autours de moi, je me retrouvais paralysée. Et face à Nathan, je ne bougeais pas, ni même ne cillait, me contentant de plonger mon regard glaçant dans le sien, jamais je n'eus d'œillade aussi sombre et meurtrière pour lui. « Je ne savais pas que tu devais passer, si j’avais su … » « Si tu avais su tu serais partie chez ta putain ? » Ma réponse avait été immédiate, et malgré sa voix cassé et faible, le timbre de ma voix suave se fit agressif. Je lui en voulais, terriblement. Car Nathan était l’échec en trop, la preuve ultime qu’au final, j’avais beau avoir une belle gueule, être indépendante, une personnalité forte, il me manquait quelque chose, ce je ne sais quoi qui peut-être pouvait me rendre parfaite mais qui surtout retiendrait les autres auprès de moi. Hors, c’était loin d’être le cas, et Nathan en était la preuve ultime, voilà aussi pourquoi il me faisait du mal, outre le fait qu’en vérité je me rendais compte que je tenais beaucoup trop à lui. « Si j’avais su j’aurai attendu chez Wayne pour que tu n’es pas à me regarder et à te sentir plus humilié que tu dois l’être » Face à sa réponse, je sentis mon cœur faire un bond en avant, mais il en résultait plus de la colère que tout autre noble sentiment. Avait-il organisé tout cela dans le seul but de m’humilier ? Cela me fichait une hargne au ventre terrible en imaginant sa tromperie et pourtant un ressentiment inconscient visait mon estomac à ma culpabilité réveillée : quelque part dans mes tripes il me semblait qu’il était au courant pour Mason et moi ; et que tout cela n’était qu’une simple vengeance pour lui. « Pourquoi ? C’était juste une manière de m’humilier ? » Sa réponse, je l'attendais comme le messie, je voulais savoir, et ce malgré le timbre agressif de ma voix. Je l’imaginais dans son rôle de bourreau prévoyant sa terrible trahison pour me punir de mes nombreuses erreurs et endosser avec hargne le manteau de la souffrance qui me saillait si bien. Par ailleurs, je ne savais si je voulais vraiment savoir. Je tourne alors les talons avant d’entendre sa réponse, bien décider à partir avant que sa voix parvient jusqu’à moi. « Je sais que tu ne me croiras pas, mais c’était la plus grande erreur de ma vie et je sais que je suis le seul fautif Cassandre » J’arrête mon geste, celui de partir pour le laisser là, et glissais mon regard sur Nathan, impassible. Et c’est à ce moment que je comprends. Je comprends que la colère qui émane de moi n’est pas simplement dû à la tromperie de Nathan, de savoir qu’il était parti dans les bras d’une autre. Mais la seconde d’après, lorsqu’il s’excuse, cela sonne aussi faux que notre couple. C’est larmoyant et pitoyable comme discours. Et ne peux qu’usait de mon venin, de paroles blessante pleine de colère, la chose que je si bien faire. « Désolé de quoi ? Désolé de m’avoir trompé ? Désolé que je l’ai appris par ton frère ? Désolé que le soir-même de l’annonce, nous avons … » et malgré le timbre agressif de ma voix, la douleur de mon cœur parlait pour moi, je me sentais plus faible au fur et à mesure que je lançais mon venin, et cela m'était presqu'insupportable, malgré la souffrance régnant dans ma voix suave. « Je ne te demande pas de me croire pourtant je le suis Cassandre, j’ai jamais voulu te blesser et cela même si je sais que j’ai fait bien pire. » Je relève la tête vers Nathan et finit par sonder son regard comme on sonde le cœur et les reins. Parce que je le connais. Du moins je veux le penser. Essayer de savoir le vrai du faux. Mais le pire sans doute c’était que j’étais conscience que s’il attendait quelque chose de moi, j’étais en position de lui donner s’il venait à insister, quoique ce fut. Tout ; mon pardon, mon amour, mes secrets. Tout. « Je suis désolé d’avoir surtout été si lâche je le reconnais, mais … » Peut-être que tout aurait pu être différent s’il avait été un tant soit peu courageux et aurait avoué sa tromperie sans attendre que Mason ne lâche cette bombe. Je lui aurais pardonné … Peut-être. J’acquise seulement sachant qu’il ne servait à rien de répondre. Taciturne, j’attends la suite sans me douter que je devrais faire face à mes démons qui me rongeaient les triples. « … mais tu ne peux pas me blâmer de tout. Ce que j’ai fait est impardonnable ça croit moi je le sais et crois-moi que je pourrais jamais me le pardonner mais je ne suis pas le seul responsable de notre situation » Mon palpitant s’accéléra étrangement lorsque je sentis l’étau de mon subconscient se refermer sur moi : il savait. Mon enfance, Olivia, mon boulot, Mason. Ou peut-être je me faisais des idées. Il me reprochait seulement d’avoir été froide et distante bien avant d’apprendre sa tromperie. Une idée bien vite effaçait lorsqu’il reprit la parole. « Tu n’arrêtes pas de me dire que je suis un menteur, un salaud et je ne le nie pas mais regarde-moi et dis-moi que tu ne m’as rien caché ? » Un coup à mon estomac, un nœud qui se serre dans ma gorge sèche, un cœur qui se cristallise sous la coupe d’une fatalité. Mes soupçons premiers furent confirmés, et déjà mon regard vient fuir quelques instants le sien ; non par lâcheté mais pour mieux s’accrocher à quelque chose de solide contre lequel me retenir. Mes prunelles dardèrent le canapé derrière Nathan, avant de les relever vers lui. « Dis-moi qu’il ne s’est rien passé entre mon frère et toi ? Je t’en prie dis-le-moi Cassandre ? » Un silence pesant plana au-dessus de nos têtes quand plongeant mes yeux charbonneux dans les siens, je ne pus réprimer une mime douloureuse et coupable. Que répondre face à cela, pourquoi nier les faits alors qu’il savait … Consciente que je m’enfoncerais considérablement si je venais à mentir, je déglutis difficilement et demeurais taciturne. Mon mutisme parlait pour moi : oui c’était vrai, il y avait eu quelque chose entre Mason et moi. Mon mutisme se prolongeait alors que je me dirigeais vers le canapé, lieu de notre débauche le soir-même où la bombe a été lâchée faisant fondre les fondements de notre couple, notre mariage. Je laisse ma main se promenait contre le rebord du canapé, sachant éperdument que mon discours sera surement décousu et sans valeurs pour Nathan. « Ce soir-là, tu sais je m’étais dit que ce serais-toi. Rien que toi. Que je tenterais tout pour nous sauver, notre couple, notre mariage. » Dos à lui, il était bien plus facile de se livrée malgré que j’étais loin d’être douée, les secrets et les mensonges font partie de moi. « Malgré nos secrets. Malgré tout, je croyais à un nous. » Je marquais une pause alors que jamais sans doute, on ne m’avait vu aussi sincère et presque désemparé. Je me retourne enfin pour lui faire face, le dévisageant. « Nous nous sommes embrassés. » soufflais-je enfin sans courber mes sourcils d’une moue que je voulais assurée malgré la lourdeur de ma tristesse.
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 16/04/2017
›› Love letters written : 247
›› It's crazy, I look like : stephen awesome amell
MessageSujet: Re: SAY SOMTHING BEFORE IT'S TOO LATE (CASSANDRE) Lun 18 Déc - 2:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
i can't give up on you... on us
※ cassandre mills and nathan dunham
you were my world, i was your universe. we were madly in love, smiles in lip as if nobody could separate us except for us. today they stay the anger and the hatred. i should hate you as never but i still keep hoping that you come back and that this love which we consume us is back, even if i know that nothing will be as before..


Depuis quelques temps tout avait été compliqué entre Cassandre et lui et il le savait il en était le seul responsable se rappelant des nombreuses reprises qu’elle avait tenté de lui parler et à laquelle il avait à chaque fois trouvé une nouvelle excuse. Un schéma qu’il savait impossible à vivre pour un couple. Parfois, il se demandait comment en était-il arrivé à devenir presque des étrangers alors qu’il y a encore un encore il respirait le parfait bonheur. Il y avait bien entendu leurs petites disputes, mais rien de synonyme qui finissait à force du temps par disparaître où sourire et rire aux éclats leur revenait rapidement. En repensant à cette époque et lorsqu’il l’a regardé elle le visage complètement pale et cette colère et douleur qui se lisait dans ses yeux il ne cessait de dire combien il avait tout foiré en beauté et que cette fois-ci des excuses ne suffirait pas. Il l’avait blessé, mais plus encore il lui avait menti durant des mois alors qu’au fond il avait tenté à mainte reprise de tenter de lui parler de lui dire ce qui lui arrivait, mais à chaque fois qu’elle posait son regard sur lui et qu’elle faisait un pas pour qu’enfin il l’a laisse entrer à nouveau dans sa vie pour qu’elle y fasse partie, car c’était tout ce qu’elle lui demandait et pourtant malgré cela il n’y arrivait et finissait par se rétracter pour reculer loin d’elle et mettre des distances qui aujourd’hui les faisaient souffrir. Il n’avait jamais voulu, il n’avait pas voulu voir son regard pétrifié par la vérité que son frère avait balancé sans qu’il sache comment celui-ci l’avait su et une partie de lui n’avait jamais vraiment songé qu’il pouvait tant le détester pour finalement prendre ce courage que Nathan avait jamais eu. Prendre la fuite n’était pas dans ses habitudes toutefois comment pouvait-il lui avouer ce qu’il avait alors qu’il n’avait pas eu le courage de la perdre, mais lorsqu’elle s’était retrouvé face à lui alors que ni l’un et ni l’autre avait pensé à se revoir de si tôt. Il avait su qu’au fond il l’avait perdu et qu’après cela rien ne serait jamais pareil que cette étincelle qui les liaient avait disparu. Nathan n’avait pas eu besoin de savoir ce qu’elle devait penser de lui, elle n’avait pas la nécessité de lui parce que ses yeux, ce regard qu’elle lui lançait certainement sans même le vouloir elle qui avait très souvent ce don de contrôler ses émotions n’y arrivait pas cette fois-ci et la fragilité qui se dégageait de Cassandre le briser. Il se détestait de savoir que par sa faute elle était dans un état déplorable et par dessus-tout de lui avoir tant brisé le cœur alors que la vérité n’était pas comme elle l’imaginait, mais que pouvait-il espéré de plus que l’image qu’il lui avait donnée surtout après avoir été bien trop faible face à ses baiser brûlants se laissant allé avec elle avant qu’elle ne sache enfin ses raisons qui l’avait poussé à être si distant et si froid. Elle devait d’ailleurs songer que toute ses nuits où il lui disait qu’elle travaillait il devait être avec cette femme avec qui il l’avait trompé sauf que les choses n’étaient pas aussi simples rien en vérité était facile sauf qu’à présent il était certain que les explications qu’il aurait dues lui donner arriver bien trop tardivement.  D’un geste de la main il la passe sur barbe naissante faisant claquer sa langue contre ses lèvres avant de tenter de regarder un point de mire autre que sa femme qui avait été bien trop silencieuse à son coup encore surpris de se retrouver nez à nez avec lui alors qu’il n’aurait pas dû être là et qu’elle non plus. S’il avait écouté Bobbie ou même Mace qui lui avait répété à mainte fois de lui dire la vérité que certes elle aurait eu du mal à l’accepter et qu’elle l’aurait surement détesté, mais qu’au moins la vérité serait arrivée de sa bouche et pas d’une autre sauf que malgré qu’il savait que ses meilleurs amis avaient eu raison il n’en avait rien dit. Bien entendu qu’il l’avait voulu c’était d’ailleurs ce qu’il avait prévu de faire, mais lorsqu’elle avait effleuré sa peau, le contact de Cassandre contre lui avait fait éclaté toutes ses idées qui en était devenu bien trop confus et plus quand ses lèvres s’étaient retrouvé contre les siennes et si pendant ce parfait moment, mais à un timing des plus mauvais il avait eu la sensation de pouvoir respirer à nouveau très vite il avait vite compris son erreur d’avoir été bien trop faible. Rapidement le claquement des talons de Cassandre le ramène à une réalité sans savoir ce qu’il devait lui dire certainement qu’il n’aurait pas dû ouvrir la bouche sauf qu’il avait choisi la seconde option de trouver des mots neutres pour ne pas la blesser davantage qu’elle ne l’était avant de finalement se rendre compte qu’au final cela s’avérait bien plus désastreux rien qu’au mots prononcé par sa femme après qu’il est tenté d’aligner quelques mots pour parfaitement voir toute la douleur qu’elle devait ressentir par sa faute. Il ne doutait pas qu’elle avait toute les raisons de le faire même si au final elle se trompait complètement. Il n’avait rien dit sur le début préférant ne pas se retrouver dans cette confrontation à laquelle ni elle et encore moins lui ne le souhaitait pourtant il savait qu’elle n’accepterait pas de sa part qu’il détourne son regard plus encore qu’il lui devait des explications, mais à quoi ? songea-t-il ? Elle n’en écouterait rien et certainement aurait aucune raison de le croire toutefois, il se souvint des paroles de Bobbie qu’elle avait le droit à une certaine vérité et qu’il le voulait ou non s’il ne parlait pas elle en souffrirait davantage et ce n’était pas ce qu’il désirait et cela même si elle devait penser bien le contraire au vu de comment il avait choisi de lui cacher bien trop de choses. Finalement, il lui avait les avoués qu’il avait passé la nuit chez son meilleur ami même si ces derniers temps le fauteuil de Bobbie était son seul refuge. S’il s’était avancé d’un pas vers elle il s’était vite arrêté restant planté là lorsqu’elle avait reculé par réflexe, mais assez pour comprendre que l’approcher en aurait été une erreur. La chose au fond qu’il avait pu lui dire c’était à quel point il était désolé. Cela semblait si mince et certainement qu’elle devait s’en foutre, mais il n’avait pas pu faire autrement que répéter ses quelques mots qui s’avérait être véridique et qu’il aurait dû lui dire dès le départ. « Désolé de quoi ? Désolé de m’avoir trompé ? Désolé que je l’ai appris par ton frère ? Désolé que le soir-même de l’annonce, nous avons … » Nathan l’avait écouté attentivement sans réussir à la regarder dans le blanc des yeux bien trop coupable et trop mal pour ça  « De tout, je suis désolé pour tout ça, mais il faut que tu le saches et cela même s’il est bien trop tard tu dois savoir » son regard se relève vers le sien. S’il savait qu’à présent rien de ce qui dirait ne changerait quoique ce soit, il lui devait certaine explication. « Je n’ai jamais voulu te faire ça je suis bien conscient de l’ironie de ma phrase type et pourtant malgré ce que tu crois j’ai jamais voulu ça je ne sais pas comment j’ai pu faire ça et tu as raison j’aurai du te le dire, mais je ne pouvais pas, j’y arrivais pas c’était bien trop difficile » inspirant profondément il sait bien qu’elle ne l’écoutait d’une oreille au fond il n’était pas certain que si les choses avaient inversés il aurait voulu l’écouter. Néanmoins il devait le lui dire, il devait essayer qu’importe si cela envenimer les choses, elle ne pouvait pas être pire qu’elle ne l’était déjà. « Ce soir-là tu te souviens je voulais te parler sauf que à la place quand je t’ai vu je ne sais pas ce qui s’est passé j’avais eu la sensation d’être revenu à nos premières années de mariage et tout à dérapé » Nathan savait au fond que quoiqu’il arriver et quoiqu’il dirait cela ne changerait rien à la situation, les choses étaient faites toutefois, il se rappela aussi de ce que Bobbie lui avait dit et si elle lui en voulait de l’avoir trompé, il n’était loin d’être le seul innocent dans l’histoire. S’il avait des choses à se reprocher, elle était loin d’être blanche comme colombe. « Je t’ai certes caché quelque chose que j’aurai dû te le dire j'en suis pleinement conscient, mais regarde-moi et dis-moi que toi tu ne m’as jamais rien caché ? Dis-moi Cassandre que tu ne m'as jamais rien caché et tu pourras me traiter de tous les noms possibles si ça te fait du bien, mais avant regarde-moi dans les yeux et dis-le ! » il soutenait son regard voyant bien qu’elle semblait surprise de le voir presque inversé la situation alors qu’il n’en était rien. Si elle souffrait lui aussi souffrait de cette image qu’il avait en tête. « Tu as raison je t’ai trompé et j’ai été un véritable enfoiré, mais je crois pas que je sois le seul qui est été infidèle n'est-ce pas ? » Elle n’avait peut-être pas commis d’adultère a proprement parlé, mais elle n’en avait pas moins était innocente plus quand elle semblait avoir bien profité de certain moment avec son frère ce qui rien qu’à l’image de son frère  et elle ensemble à s’embrasser était en train de le faire exploser intérieurement assez pour qu’il est besoin de savoir que Bobbie s’était trompée que finalement elle avait simplement voulu lui dire ça pour qu’il se sente moins coupable alors que cela ne changeait rien pourtant quand il fixa Cassandre silencieuse lui tourner le dos pour s’avancer vers le canapé et s’y asseoir il avait vite compris que c’était la vérité. « Ce soir-là, tu sais je m’étais dit que ce serais-toi. Rien que toi. Que je tenterais tout pour nous sauver, notre couple, notre mariage. » Nathan ne la regardait pas en vérité il n’avait pas pu réussir à se retourner pour lui faire face, mais attentivement il l’écoutait dans un silence des plus lourds où bras croisés il fixa le mur où était accroché quelques photos se demandant où se trouvait ses deux jeunes gens souriant de pleins fouet comme si la vie comme si elle leur appartenait. Nathan ne disait rien il l’écoutait sans réellement savoir où elle voulait en venir elle-même et cela le tuait au fond de lui qu’elle tourne autour du pot alors qu’il avait besoin qu’elle lui dise que c’était faux que dans l’histoire c’était lui qui avait tout fait foiré et que non elle n’aurait jamais pu faire ça pas avec son propre frère.  « Malgré nos secrets. Malgré tout, je croyais à un nous. » Il y croyait lui aussi. Il avait été le plus sincère le jour de leur mariage dans leur vœux, il avait promis de l’aimer et il l’avait fait, mais il savait aussi qu’il avait manqué à ses autres devoir et cela le brulait de savoir qu’il n’avait pas réussi à la rendre heureuse, car après tout c’était bel et bien ça la vérité qui se trouvait face à eux. L’un comme l’autre souffrait et cela le tuait de l’admettre lui qui y avait cru qui voulait y croire sans savoir en réalité si cela était encore possible. Nathan détestait quand elle faisait ça, qu’elle reste silencieuse parce qu’en vérité si l’un comme l’autre se cachait des choses, une partie de lui l’a connaissait plus qu’elle pouvait se l’imaginer, il savait que quand elle tournait autour du pot ce n’était pas sans raison autant qu’elle se montrait si sincère quand il ne la regardait pas, car pour chacun c’était plus facile raison pour laquelle il ne s’était toujours pas retourner, mais avez senti qu’elle s’était rapproché de lui où durant quelques secondes où elle tentait d’avoir son attention il n’avait guère pu réussir à lui faire face parce qu’il n’était pas franchement certain qu’il soit prêt à le savoir, mais finalement il l’a regarde parce qu’il n’en peux plus, il sait que cela le tuera si elle ne répondait pas autant que cela le tuerait de savoir la vérité à laquelle il n’était guère préparé c’était presque de bonne guerre songea-t-il. « Nous nous sommes embrassés. » Nathan n’avait pas dit un mot laissant les quelques mots résonnait dans son esprit avant de reculer à son tour pour lui faire dos plaçant ses mains dans ses poches pour finalement glisser ses doigts dans cheveux avant de les poser à sa bouche. « J’imagine que ça doit être la vérité le fait que tu l’es ou plutôt que vous vous êtes embrassé plusieurs fois ? » en vérité ce n’était pas une question, le regard de Cassandre était assez évocateur pour qu’il finisse par marcher quelques pas laisser la paume de sa paume se coller contre le mur sans pour autant dire quoique ce soit. Il n’arrêtait pas d’avoir cette image dans sa tête et il détestait ça. « Pourquoi ? » Nathan marque un temps avant de mordre sa lèvre inférieur pour finalement reprendre « Pourquoi lui ? De tout les hommes à Los Angeles pourquoi il a fallu que ce soit mon frère dis-moi ? » et c’était au final ce qui faisait le plus mal c’était le nombre de fois où son frère n’avait eu cesse de le lui lancer des pics pour finalement voir que le moraliste qu’il avait été avait été loin d’être si parfait qu’il le prétendait. Si Nathan culpabilisait d’avoir fait souffrir Cassandre et ne se le pardonner indéniablement elle aussi avait réussi à le faire souffrir. « Est-ce que tu l’aimes ? » cette question le brulait au plus profond de son être. Sa voix tremblait presque parce qu’il n’était pas certain de vouloir savoir la vérité, mais il avait besoin de savoir, il avait besoin de savoir pourquoi elle l’avait embrassé à plusieurs reprise lui plutôt qu’un autre ce n’était pas sans raison. S’il avait a plusieurs fois eu des doutes vis-à-vis de la relation proche de son frère et elle pensant souvent que sa jalousie lui faisait défaut aujourd’hui les choses étaient plus claire assez pour qu’il ne cesse de se demander comment en était-arrivé là, à se faire souffrir et se blesser mutuellement ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


MessageSujet: Re: SAY SOMTHING BEFORE IT'S TOO LATE (CASSANDRE)

Revenir en haut Aller en bas

SAY SOMTHING BEFORE IT'S TOO LATE (CASSANDRE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Airport area :: nothing like home
-