Partagez|

CAN YOU SAVE ME AGAIN ? ※ SARA & KANE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 05/04/2016
›› Love letters written : 574
›› It's crazy, I look like : matthew orgasmichusband daddario
›› Credit made by : wildbeast (avatar) ≡ foolish blondie and psychotic bitch (profil crackship) ○ tumblr (profil gif)
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: CAN YOU SAVE ME AGAIN ? ※ SARA & KANE Lun 10 Juil - 2:28

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

how could i be with you? when i'm died inside...
SARA ASHMORE AND KANE ATKINS ※
Does this darkness have a name? This cruelty this hatred. How did it find us, did it steal into our lives or did we seek it out and embrace it? What happened to us that we now send our children into the world like we send young men to war, hoping for their safe return but knowing some will be lost along the way. When did we lose our way ? Consumed by the shadows swallowed whole by the darkness. Does this darkness have a name...is it your name ?


Malgré la chaleur de l’été, il sent doucement cette petite brise fraiche se poser sur son dos et qui semble lui faire du bien et cela malgré qu’il ne cesse de tourner dans ce lit auquel il a dû mal à trouver le sommeil. Sa tête ne cesse de se heurter d’un côté ou d’un autre où doucement il a l’impression d’être plongé une nouvelle fois au cœur de la même histoire qui n’a aucune issu. Il sent parfaitement l’odeur de la chaire brûlé et ses hurlements qui retentissent encore et encore dans son oreille. Il peut entendre également plusieurs voix étrangères susurrer des mots d’aller plus fort, plus loin et ses hurlements qui continues à être plus intense ou même ses quelques larmes qui tombes le long de son visage lui font un mal de chien. Très vite il se rend compte que les voix de cette personne ne lui sont pas étrangère. En réalité se sont les siennes. Attaché torse nu ou sa propre sueur ne cesse de le brûler davantage voyant le sang mélange. Ils ont beaux parlé plus fort, lui hurler de dire quelque chose, il ferme les yeux tentant de faire ce qu’on lui a toujours dit s’il venait à se retrouver capturé comme il l’avait été. Celui de faire abstraction de la douleur en laissant son esprit partir le plus loin possible dans un endroit où il se sentait en sécurité et rapidement le visage de sa sœur, de Lissa, Killian lui apparaisse avant de tomber sur celui qui l’a maintenu en vie. Celui de Sara, cette voix angélique qu’il entend et résonne dans sa tête lui disant de pas lâcher prise. Pendant quelques secondes, il a l’impression de ne plus ressentir la douleur qu’on l’inflige à tel point qu’il peut particulièrement éprouver la rage de ces hommes qui tente par tous les moyens de le sortir de cette catatonie où il s’est même lui renfermé. Pendant ses quelques secondes, la douleur s’est estompé, il arrive même à respirer où l’impression du visage de Sara est réelle avant que ses yeux finissent par s’ouvrir quand il sent parfaitement les coups de fouet contre son dos où il ne peut faire autrement que de hurler encore et encore à tel point qu’il ne se rend pas compte que ses cris surgissent dans cette réalité à laquelle il ne peut plus contrôler. Cela lui impossible. Ses mains se crispent au drap où il n’arrive pas malgré tous les efforts qu’il fait à sortir de ce cauchemar qu’il a vécu sans les compter. Très vite, il sent une main se poser sur son bras assez pour finalement l’effrayer et le réveiller brutalement avant de laisser la jeune femme dont il n’arrive pas à voir reculer en voyant que son geste l’effraie au plus au point assez pour qu’il finisse par glisser sur le sol dans un recoin de la chambre sombré dans le noir où ce silence le tue davantage. Kane ferme une seconde les yeux pour les ré-ouvrir à nouveau, secouant la tête. Ses mains se posent une à une sur sa tête qu’il bascule avant d’entendre à nouveau cette voix qu’il connaît par cœur, mais la peur le bloque à vouloir l’entendre avant qu’une heure plus tard ses souvenirs disparaissent, que les voix de ses hommes font place à cette voix plus féminine plus douce et sécurisante assez pour que Kane finisse par relever la tête vers cette silhouette assise à quelques mètres de lui tentant de lui sourire soulager qu’il revienne certainement parmi eux dans un monde qui le déstabilise au plus au point. Naïa tente de le rassurer, il le voit parfaitement comme il peut voir la présence un peu plus loin de Lissa qui a plus de mal à contenir ses émotions avant que lui-même ne manque de cogner sa tête contre le mur tellement il n’en peut plus autant que de leur faire subir ça. Il s’excuse à plusieurs reprises avant que doucement Lissa finisse par le serrer contre lui autant que Naïa qui lui assure qu’il ira mieux, qu’avec le temps tout finira par s’arranger et si Kane acquiesce de la tête. En réalité, il n’en était pas autant certain qu’il aurait voulu le dire. En vérité, il n’était pas certain qu’il puisse un jour aller mieux, mais ne pouvait pas leur ôter cet espoir pas après tout ce qu’elle avait vécu elles aussi. Kane fixe un instant sa sœur sentant sa main dans la sienne qu’il resserre doucement pour laisser sa tête s’enfouir dans les bras de Lissa qui ne l’avait pas non plus quitter. Combien de temps ils étaient tous les trois restés ici ? A dire vrai toute une journée entière où Kane avait pu entendre presque Lissa et Naïa tenter de le calmer pour que finalement quelques heures tout au plus la fatigue l’emporte et qu’il s’endorme autant que les jeunes femmes qui ne l’avaient pas quittés des yeux. Il avait pu très vite sentir les rayons du soleil se poser sur son visage assez pour doucement le réveiller. Ses yeux avaient mit quelques secondes à s’ouvrir avant de voir quelques draps sur lui et de voir le son transformer en un véritable lit de sauvetage comme souvent il en faisant avec sa sœur ou encore Lissa lorsqu’ils décidaient de discuter toute la nuit à se faire peur en promettant des nuits blanches et qu’au final ils s’endormaient sans même s’en rendre compte. Durant ses quelques secondes à se rappeler ce souvenir, il avait presque la sensation que tout ce qui s’était passé aurait pu être un simple cauchemar. Que tout ce qu’il avait vécu était le fruit de son imagination et parfois il aurait aimé que ce soit le cas avant de se rendre à l’évidence. Son corps ne pouvait mentir, son âme entier ne pouvait nier la vérité. Ce n’était pas un simple cauchemar, mais bel et bien la vérité, il le savait plus encore quand il se releva et qu’il se fixa dans le miroir face à lui. Il n’avait pas vu son reflet durant quatre longues années. Lorsqu’il avait été retrouvé, à l’hôpital encore on avait évité tout reflet possible, car Kane ne pouvait pas le supporter au point de se blesser lui-même. Il avait mit plusieurs mois avant d’être capable d’accepter de voir son reflet et même si ça ne durait qu’un laps de temps, les médecins persistait à croire que c’était déjà une bonne chose, lui n’en savait rien à vrai dire, il ne savait plus grand chose si ce n’est que ses souvenirs de tout ce qui lui était arrivé était présent et qu’on avait beau lui dire que le temps était le seul remède comme ses séances chez le psy il avait plus la sensation d’être en dehors du temps. Tout lui semblait différent, la vie, ses proches qui avaient continué à vivre alors que lui s’était repoussé dans ses tranchés pour finalement ne pas se souvenir d’une partie de sa vie qui lui manquait. Les médecins lui certifiait que c’était temporaire que encore une fois au fur et à mesure du temps cela reviendrait. Que parfois un déclic lui ramenait ses souvenirs qu’il n’arrivait pas à retrouver pour se protéger, mais se protéger de quoi ? Il aurait aimé le savoir même si ses proches lui disait  que tout irait bien avec le temps il n’arrivait plus à savoir si c’était réellement la vérité ou un mensonge pour le protéger. Kane fini doucement par souffler un bon coup laissant ses idées noirs durant quelques minutes loin de lui avant de tenter de s’habiller et de voir la porte de la chambre s’ouvrir pour découvrir Lissa arrivé et se retourner sur elle-même. Rapidement Kane relève ses bras pour enfiler son t-shirt. Il aurait préféré qu’elle ne le voit pas ainsi, qu’elle ne remarque pas toutes ses cicatrices sachant très bien qu’elle culpabiliserait pour une chose dont elle n’était pas responsable. « Je suis désolé, je pensais que enfin je suis désolé Kane » Kane se relève doucement pour finalement se retrouver à quelques mètres d’elle et la tourner vers lui. Bien qu’il avait beaucoup de mal, il tente de lui sourire sachant parfaitement que c’est ce dont elle avait besoin. « Ne le soit pas Lissa, c’est plutôt moi qui le suit pour hier soir, je suis désolé de t’avoir fait peur » il tente de vouloir en dire plus, mais Lissa l’en empêche ne voulant pas qu’il s’excuse pour la voir l’enlacer, un geste qui le surprend toujours, mais qu’il laisse faire, car Kane sait qu’elle en a besoin qu’au fond lui aussi. « Tu veux que je t’emmène à ton rendez-vous chez le psy peut-être ? » Kane secoue doucement la tête oubliant presque qu’il devait y aller dans l’après-midi. « Non rassure toi une voiture doit venir me chercher, elle me ramènera aussi à la maison » ses mots lui avaient parut presque étrange. Employé le mot maison alors que cela faisait bien longtemps qu’il n’en avait pas eu une. « J’ai besoin je crois de me reposer » Lissa ne tarde pas à le laisser l’embrassant tendrement sur la joue avant de refermer la porte derrière lui et que Kane se laisse doucement glisser contre le mur avant de sortir la photo de la poche de son jean pour laisser entrevoir ce visage qui lui manque tant. Caressant doucement la photo qui semble l’apaiser il ne bouge pas d’une seule seconde. Sara Ashmore ce doux prénom qui fait battre son cœur si rapidement comme à chaque fois qu’il pense à elle et si une chose n’a pas changé c’est bien cela. Il aimerait la voir, lui dire qu’il est là, qu’il ne la quittera plus, mais en réalité il a vite compris qu’il ne pouvait pas lui imposé ça pas quand il était tombé sur elle et qui l’avait vu cette image gravé d’elle. Il préférait cela que lui infligé plus de douleur qu’elle en avait déjà eu par sa faute. Quand la voiture où il s’était trouvé s’était arrêté au feu rouge et que son regard avait croisé sa silhouette. Il n’avait pas mit longtemps à la reconnaître. Les années avaient beau s’être écoulés, elle était plus belle que jamais comme si le temps n’avait rien changé sur elle. Lorsque Kane l’avait vu, il avait cru encore une fois à une vision, mais très vite quand ses yeux s’étaient ré-ouvert il avait pu parfaitement voir que c’était bien réel. Qu’elle était là si proche et pourtant si loin de lui sourire aux lèvres. Elle respirait la joie de vivre, cette image lui faisait chaud au cœur, mais à la fois il ne pouvait s’empêcher de souffrir plus encore quand il l’avait vu avec ce bébé dans les bras. Il s’était souvent imaginé Sara maman se disant que peut-être elle avait refait sa vie. Et si c’était le cas ? Pouvait-il détruire son nouveau bonheur ? Il ne pouvait pas le concevoir plus encore quand il avait su qu’elle le croyait mort. Qu’on avait enterré un cercueil vide. Kane avait refusé qu’on lui dise qu’il est envie, car quand bien même il respirait, au fond cela ne voulait pas dire qu’il était capable d’être l’homme qu’elle avait connu. Il savait qu’il ne le pouvait pas et que pour elle, il était certainement mieux que sa vie continue sans lui. Très vite Kane revient une nouvelle fois à lui quand il remarque qu’il est l’heure pour lui de partir, en arrivant devant la porte. Il sait qu’il va faire une chose qu’il ne devrait pas, mais il ne peut pas, pas cette fois-ci aller chez le psy alors qu’il a besoin d’être durant quelques temps seul avec lui-même. « Désolé de vous prévenir que maintenant, mais rassurez-vous on m’accompagne déjà chez le psy » il montre du doigt la jeune femme qui présentement est Lissa au téléphone et sourit sans savoir ce qui peut bien se passer avant de reprendre sa conversation. Le chauffeur sourit avant de partir. Kane se retourne voyant Sara assise sur le canapé dos à lui où très vite il prend sa veste et sort de la maison sans geste brusque pour quitter la maison du quartier de triangle platinum pour se diriger dans l’endroit qu’il a besoin d’y aller. Par chance pour Kane, certaines choses ne semblent pas changer comme les raccourcit qu’il prenait. La tête baissé il évite de peur de regarder les gens et plus encore quand sans le vouloir certains le frôle. Il ne peut pas supporter qu’on le touche et à mit bien longtemps avant que ses proches, mais surtout Naïa, Lissa et Killian l’approcher. Son regard se fixe vers l’horizon avant d’arriver dans ce lieu qu’il aurait parfois préféré être. Marchant les mains dans ses poches, il ne sait pas trop ce qu’il recherche où en vérité il le sait sans savoir si c’est une bonne chose ce qui s’apprête à faire ou non tout ce qu’il sait, c’est qu’il a besoin d’être ici. Dans ce cimetière où très vite ses pas s’accélère avant de reconnaître la pierre tombale de ses parents où il s’accroupi très vite posant sa main sur sa bouche fixant les noms dessus. Il peut vite remarquer que cela fait longtemps que personne n’est venu. En réalité, Naïa et lui ont toujours eu du mal à entrer dans ce lieu qu’ils ont souvent maudit les ramenant à une certitude qu’ils auraient préféré n’existe pas. La mort de leur parent, cette mort et surtout cette douleur qui ne l’a jamais quitté. Il aurait eu envie de dire quelque chose, mais aucun mot ne sort plus encore quand plus loin, il remarque un autre pierre tombale qui attire son attention et remarque vite son prénom et son nom qui a le don de lui donner des sueurs froide, mais plus encore lui donner une claque en plein visage  et ce qu’il reste au final de lui. Cette pierre tombale avec son nom inscrit à beau le surprendre au fond il se dit qu’il aurait peut-être préféré se retrouver dans ce cercueil, car il a beau être vivant physiquement. Au fond de lui, Kane le sait parfaitement qu’il est mort et que rien ne peut l’aider. Il sait aussi qu’il devrait être patient, mais plus le temps passe et plus il a l’impression de ne pas réussir à trouver la force ni le moyen de remonter à la surface. Plus encore quand il voit cette tombe il a l’impression de suffoquer au point d’oublier le reste se rappelant intensément tout ce qu’il a vécu  durant ses quatre années et surtout tout ce qu’il reste de lui. Une pierre tombale avec son nom. Kane inspire profondément pour baisser son regard et remarquer les nombreux fleurs sur sa tombe assez pour le surprendre plus encore quand il sent derrière lui quelque chose d’à la fois étrange, mais si familier. Pendant quelques brefs instants. Kane ne bouge pas restant dos tourné, il sent parfaitement que quelque chose s’approche de lui avant de sentir cette fois-ci ce souffle qu’il connaît si bien, mais à la fois à laquelle il ne veut pas se souvenir, mais ce parfum il pourrait le reconnaître à des kilomètres et malgré cela il espérait de tout son être se tromper, il ne pouvait pas et encore moins maintenant. « Je suis désolé je ne pensais pas trouver quelqu’un ici aussi tard et encore moins ici » sa voix, ses mots il avait eu a fermé quelques instant ses pour se rappeler tout d’elle. De ce sourire qu’il aimait tant, de sa peau si douce et parfaite tout il était fou et pourtant à cet instant, il est complètement pétrifié sur place sans dire quoique ce soit « est-ce que vous allez bien, ça n'a pas l'air ? » elle avait beau lui parler, il ne peut pas lui dire un mot. Il aurait aimé qu’elle s’en aille, mais il se doute qu’elle ne le fera pas. « Je ne crois pas vous avoir déjà vu ici alors soit vous dites quelques chose ou sinon je demanderai de partir de cette tombe » sa voix s’était montré ferme gardant une certaine distance malgré tout, il pouvait sentir qu’elle n’avait pas confiance et encore moins qu’elle l’avait reconnu. Comment le pouvait-elle quand elle le croyait mort. Il avait su que son idée de venir ici seul était une mauvaise chose à faire et pourtant il n’avait pas pu faire autrement, mais à présent il se retrouvait piégé, car il savait que dès lors il se retournerait, toute sa vie changerait encore plus sans compter celle de Sara qui devenait de plus en plus sur la défense. Kane accroupi s’était doucement relevé. Fermant les yeux un court instant, il inspira profondément secouant la tête préférant ne pas à faire ça pas ici et pas quand il la sentait bien trop fragile, mais elle ne lui laissé pas le choix. Doucement il se retourne vers elle avant de relever la tête vers son regard où il sent très vite qu’elle est pétrifié à son tour, abasourdit où simplement à se demander si elle hallucine en vérité il n’a pas la moindre idée de ce qu’elle ressent, mais quand Kane croise son regard il n’arrive pas à la regarder ou dire quoique ce soit il aimerait, mais il est complètement paralysé sur place et se rend vite compte que c’est plus dur, plus ce qu’il ne l’avait imaginé.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 13/04/2016
›› Love letters written : 691
›› It's crazy, I look like : candice bittie king
›› Credit made by : blue comet (avatar) ☽ tumblr (profil gif) ılı foolish blondie (profil crackship) ılı daniel caesar & softhearted-ly.tumblr (profil quote) ılı psychotic bitch (signature gif) ılı soon (signature quote)
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: CAN YOU SAVE ME AGAIN ? ※ SARA & KANE Lun 14 Aoû - 12:36

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

how could i be with you? when i'm died inside...
SARA ASHMORE AND KANE ATKINS ※
Does this darkness have a name? This cruelty this hatred. How did it find us, did it steal into our lives or did we seek it out and embrace it? What happened to us that we now send our children into the world like we send young men to war, hoping for their safe return but knowing some will be lost along the way. When did we lose our way ? Consumed by the shadows swallowed whole by the darkness. Does this darkness have a name...is it your name ?


Les journées s’accumulent et ce ressemblent, jours après jours depuis ses trois dernières années Sara avance dans ce monde qui l’a vu grandir en fermant les yeux. C’est le meilleur moyen qu’elle ai trouvé pour s’en sortir, pour continuer de vivre et ne pas rester enfermée chez elle. Chez elle … Cela n’a même plus de sens à présent. Là ou elle vit actuellement n’est qu’un appartement dans lequel elle ne réussit toujours pas aujourd’hui à ce sentir à l’aise. Mais qu’aurait-elle du faire ? Chaque fois qu’elle entrait dans une pièce dans l’appartement qu’ils possédaient à Airport, elle avait l’impression qu’elle allait le retrouver. Retrouver son sourire, la chaleur de ses étreintes, ses baisers … Seulement la réalité était tout autre, jamais elle ne retrouverait Kane. Il lui avait fallut un certain temps pour arriver à cette conclusion, ce rendre compte que vraiment il ne reviendrait jamais. Si elle n’avait jamais été seule dans cette épreuve, ce n’était pas la sensation qu’elle ressentait au plus profond d’elle même. Plusieurs fois elle avait imaginé ce qu’elle ressentirait si on jour on lui apprenait qu’il ne reviendrait jamais mais cela n’était pas arrivé, parce qu’à chaque fois il lui donnait des nouvelles, il revenait, lui faisait parfois la surprise de la retrouver tandis qu’elle ne s’attendait pas à le voir. Cette fois en revanche, il n’était plus jamais revenu. « Mademoiselle Ashmore, votre frère vous demande. » La réalité la rattrape en même temps que la voix un peu aiguë de l’assistante d’Evan. Elle est dans son bureau au sein de cette société qui appartient à sa famille depuis des générations. Elle déplie ses jambes, laissant ses talons cogner contre le sol en marbre et fait un signe à la jeune femme, elle l’a entendue. Après avoir passé quelques mois dans le noir, à déprimer, chérissant chaque souvenirs qu’elle pouvait avoir avec Kane, elle avait fini par reprendre du poil de la bête. Elle c’était laissée accabler par le travail, de toutes parts, c’était ce qui faisait qu’elle gardait la tête hors de l’eau. Son regard toujours posé sur cette photo qu’elle avait été incapable d’enlever de son bureau, elle ce laisse quelques secondes supplémentaires pour penser à lui, à eux, avant de finalement inspirer profondément et de reprendre ce masque qu’elle portait jours après jours. Ses talons claques sur le sol, quelques regards ce tournent vers elle puisqu’elle est Sara Ashmore, que l’on connaît tout de son histoire. Être un personnage publique à toujours eu aux yeux de la jeune femme, que des mauvais côtés. Jamais elle n’a pu vivre sans qu’un millimètre de sa vie ne soit exposé au monde, on la regarde avancer jusqu’à la salle de réunion ou elle est la dernière à arriver. Sans elle la réunion ne pouvait pas commencer, maintenant qu’elle est là, ils en ont pour quelques heures. Voilà à quoi ce résumait sa vie, réunions sur réunions, contrats sur contrats, plaidoiries sur plaidoiries, pour certains cela aurait pu être le synonyme d’un cauchemar sans fin. Pour autant ce n’était pas le cas pour elle, c’était ce qui la sauvait du cauchemar. Jours après jours elle retardait le moment ou elle devait rentrer, incapable de supporter de ce retrouver seule. Pour beaucoup, si ce n’est pour tout le monde, elle avait repris le cours de sa vie d’une main de maître. Après tout elle ressemblait à la Sara d’avant, avant que tout cela n’arrive, pourquoi ce poser plus de questions ? Elle devait être passée à autre chose. Mais ce n’était pas le cas. C’était loin de l’être. Elle continuait à pleurer des heures entières dans son lit, seule. Elle continuait de s’apitoyer sur son sort. Pourtant elle avait jours après jours sous les yeux des histoires bien pires que la sienne, elle travaillait avec Myles parce qu’elle ressentait à la fois ce besoin de venir en aide aux gens qui en avait besoin, mais aussi parce que cela lui permettait de ce rendre compte que d’autres personnes souffrait et qu’elle pouvait les aider. Elle c’était sentie si coupable de ce qui était arrivé, qu’elle avait besoin de ce racheter auprès du monde. Alec lui avait répété que ce n’était pas la bonne raison de faire toutes ses choses qu’elle faisait, et elle le savait. Pourtant elle ne pouvait pas s’empêcher de continuer. La réunion dura plusieurs heures pendant lesquelles Sara ne porta son esprit que sur le contrat juteux qu’ils allaient signer, Evan attendait beaucoup d’elle et cela était un stress supplémentaire. Il lui avait donné sa chance dans l’entreprise quand ni leur frère ainé, ni leur père n’avait voulu le faire. Il était le seul à croire en elle finalement, assez pour lui donner des contrats aussi important dans les mains. La salle ce libère tandis que la jeune femme ranger tout les dossiers, Evan quand à lui vient ce poser à côté d’elle posant sur sa petite soeur un regard inquiet « Tout va bien ? » Son grand frère avait toujours été présent pour elle, il l’avait toujours soutenue dans ses choix, n’avait pas quitté ses côtés quand elle avait perdu Kane. Elle ne savait pas vraiment ce qu’elle serait sans lui, ou elle en serait. Elle le regarde, un petit sourire aux lèvres parce qu’elle savait qu’avec lui elle ne pouvait pas toujours mentir. « C’est un petit jour aujourd’hui. » Elle avait conscience que la soirée de la veille n’avait pas aidée. Lily et elle étaient sorties comme elles ne l’avaient pas fait depuis des années, oubliant les mondes qui pouvait les accaparer, redevenant des adolescentes sans soucis. Cela n’était pas une bonne idée en semaine elle en avait complètement consciente, mais puisque Jay ne travaillait pas, il avait gardé les jumeaux. Et cela lui avait fait un bien fou de retrouver ce temps précieux avec sa meilleure amie, seulement le réveil avait été plus difficile le matin même. Un mal de tête lui arrachait l’esprit, et elle ne pouvait s’empêcher de ce rappeler le passé, ce genre de soirées qu’ils avaient pour habitude de passer tous ensembles. Les matins suivant ou elle ne pouvait pas quitter les bras réconfortant de Kane, ou ils passaient la journée au lit tout les deux. Evan prend la main de la jeune femme entre les siennes, un sourire réconfortant sur le visage, « Tu veux que je confie le dossier à Janelle ?  » Il ne le faisait jamais, il n’était pas du genre à laisser interférer le personnel dans le professionnel ou c’était ce qu’il aimait penser. Elle ne savait pas vraiment si il lui proposait cela pour elle, ou si il avait peur qu’elle n’ai pas complètement la tête à cela. Elle s’en voulait de ce poser la question, après tout ce qu’il avait fait pour elle et tout ce qu’il pouvait lui même traverser en ce moment. Elle secoue la tête, lâche la main de son supérieur et rassemble ses dossiers avant de ce lever. « Hors de question Monsieur Ashmore. » elle lui fait un clin d’oeil, avant de finalement lui tourner le dos et quitter la pièce. Reprenant doucement le chemin de son bureau, les yeux rivés sur son téléphone afin de voir ce qu’elle avait manqué pendant la réunion. Elle passa le reste de la journée entre son ordinateur et les partenaires qui devaient l’aider à trouver une stratégie d’approche sur cette vente, afin d’éliminer tout les concurrents potentiels. Ne laissant plus d’autres place à son esprit que le contrat qu’ils devaient absolument signer. Elle avait une journée remplie, elle devait encore rencontrer Myles en fin de journée qui avait un nouveau cas pour elle. Un jeune homme avait fuit sa maison après que ses parents aient abusés de lui, il avait besoin d’un avocat pour prendre sa défense, pour mettre en place tout les suivis nécessaire pour que ce jeune homme ne retourner jamais chez lui, le mettre en relation avec les services sociaux, afin de lui trouver une bonne famille cette fois. Cela n’était que la moitié du travail, il fallait que le jeune homme ai confiance en elle, qu’il accepte qu’elle prenne sa défense et cela était toujours le plus compliqué à mettre en place. Elle savait par avance qu’elle devait appeler Alec pour obtenir son aide, il savait parfaitement comment faire dans ce genre de situations. Cela faisait des semaines qu’elle n’avait pas vu son meilleur ami, elle savait son emploi du temps plus que surchargé pour lui aussi, qui plus est sa relation avec Lissa prenait une énorme place dans sa vie. Cette jeune femme que Sara avait toujours vu comme une rivale c’était transformée ses derniers années en une relation bien moins houleuse qu’elle ne l’avait été pendant des années. Elle savait que le fait qu’elle partage la vie d’Alec n’était pas étranger à cela, elle savait qu’elle même devait faire bien des efforts et éventuellement elles avaient réussis à ne pas s’entre-tuer une fois qu’elles ce trouvaient plus de dix minutes dans une même pièce. Elle comprenait Alec, le fait qu’il ai besoin de passer du temps avec la jeune femme plus qu’avec elle, après tout n’avait-elle pas eu la même réaction quand Kane était entré dans sa vie ? Ne c’était-elle pas refermée au reste du monde, profitant pleinement du cocon qu’étaient les premiers mois de leur amour. Elle était jalouse. C’était un problème récurant chez elle maintenant, mais elle travaillait là-dessus avec sa psychologue. Pourtant elle ne pouvait s’empêcher d’être jalouse d’Alec et Lissa, de l’amour qui pouvait les unir, du fait qu’ils soient ensembles. Car si elle avait essayé de ressentir de nouveau cela pour quelqu’un elle en avait été incapable. Elle avait rencontré bien des jeunes hommes ses deux dernières années, certains étaient des pépites comme Lily aimait les appeler. Pour autant elle n’avait pas réussit à aller plus loin avec aucun d’entre eux, car aucun n’était Kane. Elle avait fini par accepter le fait qu’elle finirait sa vie seule, que personne ne serait jamais aussi important que lui dans as vie. C’était la conclusion qu’elle c’était faite, et qui l’avait quelque peu allégée. Parce que comme ça elle avait pris la vie d’un autre côté, avec plus de légèreté elle avait décidé de profiter amplement de ce que la vie pouvait lui offrir, jours après jours. Ce n’était peut être pas la meilleure chose à faire, après tout elle avait bientôt trente ans et la moitié de sa vie ce trouvait déjà derrière elle, elle qui rêvait de ce marier et d’avoir des enfants avait vu tout cela s’évaporer en même temps que lui. « Mademoiselle Ashmore? » Voici la seconde fois aujourd’hui que la jeune femme la sort des ses pensées. Sara cligne des yeux, la regarde tandis que tout les regards sont sur elle. « Oui ? » demande t-elle agacée. Peu importe selon dont il s’agissait on venait de la couper et elle détestait cela. La jeune femme en face d’elle remarque automatiquement cela, rougit. Après tout ce n’était pas elle l’assistante de Sara, elle ne savait pas ou était passée Cécile et s’en rendait compte à l’instant. Qui avait établit qu’en l’absence de son assistante, celle de son frère pouvait l’interrompre à tout bout de champs ? « Le fleuriste est venu déposer un bouquet pour vous. Que dois-je en faire ? » Cet affreux retour à la réalité la glace. Elle oubliait parfois les jours qui ce succédaient, le temps qui pouvait passer. Elle ne c’était pas rendu compte alors qu’ils étaient ce jour là parmi tout les autres jours. Un silence de plomb alourdi la pièce, tandis que Sara prend en compte l’information. Quelques minutes passent, pendant lesquelles le visage de la jeune femme exprime bien des émotions différentes. Finalement elle ce ressaisie, ce racle la gorge et reprend sa voix froide « Dîtes à mon chauffeur de venir. Vous lui donnerez en lui disant que j’arrive, compris ? » Elle n’avait pas besoin de donner plus de précisions, Jorge saurait quoi faire. Elle ne faisait pas toujours appel à lui, car elle détestait devoir avoir besoin de quelqu’un pour ce rendre là ou elle le souhaitait. Elle était assez grande pour conduire sa propre voiture en réalité. Seulement elle ce rendait au cimetière et elle savait par avance qu’elle serait incapable de rentrer chez elle, alors Jorge l’amenait toujours et ce débrouillait pour que sa voiture soit ramenée chez elle plus tard. Elle abandonna tout le monde, donnant quelques directives importantes et mis seulement quelques minutes à rejoindre le sous-sol. Jorge lui fit un infime sourire tandis qu’il refermer la porte derrière elle, et à l’abris dans la voiture de cet homme qui connaissait bien ses secrets elle soupire, pose ses mains sur son visage. Cette étape était important selon sa psychologue. Longtemps Sara avait refusé de ce rendre sur la tombe de Kane, refusant donc la réalité des choses, de tout ce qui avait bien pu ce passer. Mais cela n’était pas la bonne chose à faire. Son médecin lui avait répété qu’elle devait s’y rendre une fois par semaine, que quand cela deviendrait moins difficile elle serait prête à tourner la page. Mais cela faisait deux ans qu’elle le faisait, et aucune page n’était tournée. Sur le chemin elle change de chaussures, elle attrape les ballerines que Jorge à surement mis là pour elle et enlève ses hauts talons. D’une main délicate elle effleuré le bouquet de fleurs à ses côtés, pensive. Le cimetière n’a pas beaucoup changé depuis la semaine dernière, elle laisse ses pas la guidée sachant parfaitement ou elle doit ce rendre. Son coeur ce serre à chaque nouveau centimètres, ses larmes menacent d’ores et déjà de couler mais elle ne les laissent pas faire. Comme à chaque fois elle tente de vider son esprit, jusqu’à ce qu’une silhouette ce dessine devant l’endroit ou elle ce rend. Son esprit est en ébullition, qui cela peut-il bien être ? Beaucoup de proches continuent de venir ce recueillir ici, elle le sait. Pour autant elle n’a jamais vu personne à cette heure-ci « Je suis désolée je ne pensais pas trouver quelqu’un ici aussi tard et encore moins ici » déclare t-elle à quelques pas de la personne qu’elle ne reconnaît pas et pourtant … Pourtant tout son corps c’est recouvert d’un frissons qui n’est pas explicable, pas avec la chaleur qui accable la ville depuis quelques semaines. Elle fronce les yeux pour tenter de voir la personne devant elle, mais celle-ci ne ce retourne pas. Le dos vouté, elle ne semblait pas être au meilleur de sa forme, elle lui demanda si quelque chose n’allait pas. Mais au fond d’elle Sara savait parfaitement que non, ça n’allait pas. Quelque chose était étrange dans cette situation. Elle serre contre elle le bouquet de fleurs, attend que quelque chose ce passe mais rien ne vient. «  Je ne crois pas vous avoir déjà vu ici alors soit vous dites quelques chose ou sinon je demanderai de partir de cette tombe. » Sa voix était plus dure cette fois, elle ne voulait pas de quelqu’un de bizarre ici. Surtout pas ici … Elle tenait déjà son téléphone dans ses mains, prête à appeler Jorge. Quand la personne ce relève, elle fait un pas en arrière. Elle ne savait pas quoi penser de cette situation, elle ce sentait en sécurité et pourtant … Elle ne savait pas qui ce trouvait devant elle. Elle s’apprête à dire quelque chose de plus, mais s’arrête quand elle voit son visage. Ce même visage qui hantait ses journées et ses nuits. Pétrifiée par la peur elle laisse tout tombé par terre, téléphone et bouquet de fleur. Incapable de bouger d’un millimètre elle pose ses yeux sur ce visage qu’elle avait rêvé de retrouver tant de fois … Elle n’y croit pas. Elle n’y croit pas jusqu’à ce que les yeux du jeune homme en face d’elle, ce déposent sur les siens. Alors elle pose une main sur sa bouche pour empêcher un cri qui ne sort pourtant pas. Ils restent un instant comme ça tout les deux, face à face. Sara n’est pas capable de définir ce qui est en train de ce passer. Son coeur bat à tout rompre, elle à l’impression que le monde ce joue d’elle et pourtant. « C’est impossible. » murmure t-elle en reculant. Parce qu’elle ne peux pas croire que ce soit la vérité. Kane était mort. Mort depuis trois ans. Mort. Pourtant c’était bel et bien lui qui ce tenait en face d’elle. A la fois si différent et à la fois ... C’était lui, cela ne faisait aucun doute. Finalement elle laisse son bras tomber le long de son corps, ferme les yeux laissant une larme couler le long de sa joue tandis qu’elle avance de nouveau vers lui «  Kane … » de murmure est remplit d’espoir. Car si elle est consciente que cela est impossible, elle est aussi bel et bien consciente qu’il est là en face d’elle. Que cela n'est pas une blague de mauvais gout. Incapable de contrôler ses mouvements, elle approche plus de lui jusqu’à ce qu’elle soit le plus proche de lui. Toujours plus petite, elle lève les yeux vers lui. Et dans un geste rempli de douceur elle pose une main tremblante sur sa joue, pour être certaine qu’il soit réel. Que ce ne soit pas un jeu de son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 05/04/2016
›› Love letters written : 574
›› It's crazy, I look like : matthew orgasmichusband daddario
›› Credit made by : wildbeast (avatar) ≡ foolish blondie and psychotic bitch (profil crackship) ○ tumblr (profil gif)
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: CAN YOU SAVE ME AGAIN ? ※ SARA & KANE Mar 5 Sep - 1:58

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

how could i be with you? when i'm died inside...
SARA ASHMORE AND KANE ATKINS ※
Does this darkness have a name? This cruelty this hatred. How did it find us, did it steal into our lives or did we seek it out and embrace it? What happened to us that we now send our children into the world like we send young men to war, hoping for their safe return but knowing some will be lost along the way. When did we lose our way ? Consumed by the shadows swallowed whole by the darkness. Does this darkness have a name...is it your name ?


Lorsque Kane posa son regard sur Sara, il ne cessait de se rappeler le nombre de fois où il avait rêvé de cet instant. Il en avait en réalité rêvé à chaque seconde depuis son retour et certainement inconsciemment bien au-delà. Il n'aurait su le dire lui-même, mais rare était les fois où il ne s’était pas imaginé ce que cela ferait le moment où il se retrouverait face à la femme qui n’avait jamais quitté ses pensées. Il avait imaginé tous les scénarios possibles et inimaginables sans savoir au fond ce qui l’attendait réellement lorsqu’il se retrouvera face à cette blonde auquel hanté toute ses pensées. Il n’y avait pas une seule seconde où il n’avait pas pensé à elle. Souvent c’était même lorsqu’il songeait à Sara que ses crises d’angoisses des plus virulent réussissait à le calmer, son simple sourire et cela même dans son esprit l’aidait d’une certaine manière à l’apaisé. C’était parce qu’il avait gardé ses mêmes souvenirs au coin de sa tête qui l’avait aussi aidé lorsqu’il s’était fait capturé où durant trois années il avait vécu l’enfer. On ne cessait de lui répéter cela à quel point il avait vécu l’enfer, mais en vérité ils avaient tous eu tort. S’il aurait dû être le plus honnête possible il aurait sans l’ombre d’un doute affirmé qu’il aurait préféré vivre l’enfer que ce qu’il avait vécu et auquel il n’arrivait pas à se détacher. A chaque seconde où ses yeux se fermer il ne pouvait pas s’empêcher d’avoir la sensation d’y retourner et de se retrouver enterré dans ce trou sans manger boire et ni voir la lumière durant des jours parfois des semaines. Ils ne comptaient plus le nombre de fois où seules les larmes qui avait coulés le long de son visage au goût salé mélangé à la poussière avaient été sa seule boisson quelques gouttes seulement, mais assez pour presque le faire tenir lorsqu’il décidait de lui donnait une flasque d’eau pour le maintenir en vie et le torturer davantage espérant qu’il parle, mais surtout qu’il craque sous les coups de fouet de brûlures et de drogue qu’on lui avait donné et pourtant il avait tenu. Dire qu’il n’a jamais faillit craquer serait un mensonge, mais à chaque fois, elle était dans un coin de sa tête assez pour qu’il tienne le coup et cela même si pauvre corps était loin de l’être. Il a longtemps cru que sa mort allait arriver et l’a presque souhaité, mais il avait été sauvé sans savoir comment et il s’était retrouvé dans cet hôpital où il était resté durant des longs presque un an où seuls quelques de ses proches étaient au courant. Il n’était pas censé survivre c’est que les médecins avaient dit parce que personne ne peut tenir autant d’années et pourtant encore une fois tous s’étaient trompés. S’il avait mit un long moment et encore à présent il avait du chemin à parcourir il tenait toujours debout et s’il avait réussi là ou même lui n’y aurait jamais cru c’était pour elle, pour eux et les promesses qu’ils s’était faites. Il lui avait toujours promis que quoiqu’il puisse arriver il reviendrait malgré qu’il avait cette fois-ci mit plus de temps à revenir il était bien là debout face à elle à ce bout de femme qui était plus que magnifique. En vérité elle lui coupé le souffle, il se l’était imaginé, mais rien ne valait la réalité. Pendant un bref instant Kane ne dit rien dès le moment où il s’était retourné il se doutait de l’effet qu’il lui ferait. Etait-il réel, était-ce le fruit de son imagination ? Il savait une part ce qu’elle ressentait pour l’avoir souvent imaginé sans réussir à la toucher comme à cet instant où il se trouvait à quelques mètres qui lui semblait encore si loin, il aurait pu s’avancer vers elle, mais il était paralysé entre l’envie de poser sa main sur sa joue pour qu’elle se rende compte qu’elle ne rêvait pas, mais aussi par la peur de l’effrayé ou peut-être parce que trois années étaient passés et qu’elle avait dû continuer sa vie. Kane l’espérait, il a toujours voulu son bonheur, mais ce serait mentir de dire qu’égoïstement il espérait que non rien qu’à le pensé il se détestait assez pour fermer les yeux et resté face à elle attendant qu’elle dise quelque chose parce qu’il en avait besoin, il avait besoin d’entendre le son de sa voix. Il pu facilement remarquer le choc qu’elle avait eu. En vérité quand il était venu dans ce cimetière il ne savait pas à quoi s’attendre, voir sa pierre tombale avec son nom avait été assez choquant, il savait qu’au yeux de tous ils étaient morts, mais cela restait quelque chose à laquelle il n’avait pas pris conscient avant cet instant et de la voir. C’était comme voir un fantôme c’était surement ce qu’elle devait penser pourtant, il était bel et bien fait de chair et d’os. « C’est impossible. »  Kane reste un moment silencieux avant d’entendre sa voix où d’un geste il ferme les yeux pour les ouvrir à nouveau. Il se doute qu’elle a bien dû mal à croire que ce soit la réalité, à sa place il savait pertinemment qu’il n’y croirait pas. Il tente de faire un pas vers elle, mais voit qu’elle recule parce qu’elle n’a pas conscience de ce qui se passe et il s’en toute très bien. Kane finit par rester immobile face à elle voyant bien qu’elle a besoin de quelques minutes si ce n’est plus pour assimiler que c’est lui réellement lui. « Je n’avais pas prévu que les choses se passe ainsi » il place très vite ses quelques mots avant de voir la jeune femme le fixait, elle l’a entendu, elle sait que c’est sa voix, mais elle ne semble toujours pas réaliser. Combien de fois Kane avait-il voulu la voir ? Bien trop pour qu’il ne puisse les compter. Pendant une année, il avait eu son prénom en bouche sans pour autant accepter de la voir parce qu’il n’était pas prêt parce qu’il n’avait pas voulu être danger pour elle. Il ne voulait pas qu’elle subisse ce qu’avait vécu sa sœur ou sa meilleure amie qui malgré tout été resté près de lui même s’il se doutait de l’épreuve qu’elles aussi avait dû vivre et il ne voulait pas lui infligé ça. Il avait attendu dans le désarroi le plus totale avant de réussir sans trop savoir comment à prendre des forces et à être aujourd’hui là face à elle.  «  Kane … » à son prénom il ne peut pas s’empêcher de fermer les yeux. L’entendre prononcer cela a un effet auquel il ne pourrait expliquer, mais assez pour avoir l’impression de revivre. Kane acquiesce en guise de réponse parce qu’il se doute parfaitement qu’elle a besoin de temps pour accepter qu’il était là. D’un pas il la voit avancé vers lui, son corps tout entier tremble parce que même s’il l’a tant espéré le fait qu’il a encore du mal aux gestes pleines de tendresses envers son égard. Il la fixe voyant qu’elle tremblait elle aussi avant de doucement déposer sa main sur sa joue. Kane n'a jamais aimé la voir pleurer et au fond même s'il se doutait que c'était cette fois-ci des larmes de joie. Son regard se fixe vers elle, d'un geste des plus tendre, il pose délicatement sans geste brusque son doigt sur sa joue essuyant ainsi les larmes de la femme qu'il aimait tant tentant de sourire face au regard de Sara qui durant ce laps de temps était resté silencieuse. Kane n’arrive pas a dire quoique ce soit il a le simple geste de poser sa main sur la sienne assez pour la voir sursauter et comprendre envie que ce n’était pas son imagination. «  Je suis réel Sara tu ne rêves pas, c’est bien moi » sa voix est tremblante et complètement enroué sous le coup de l’émotion. Sa gorge se serre il sent facilement les larmes monté parce que même s’il avait longtemps imaginé leur retrouvaille rien ne l’avait préparé à une telle intensité. « Tu m’as tellement manqué si tu savais » il s’approche doucement en voyant qu’elle le fixe de la tête au pied. Kane décide de passer une main cette fois-ci sur sa joue où automatiquement il l’a voit fermé les yeux consciente cette fois-ci qu’il était là assez pour sentir ses bras se serré contre lui. Kane se retient de ne pas sursauter, mais très vite l’odeur du parfum l’enivre assez pour qu’il se rende compte que c’est elle, qu’il ne risque rien et resserre doucement son étreinte pour laisser l’une de ses mains caressé les cheveux dorée de la jeune femme. « J’en ai tellement rêvé si tu savais, de ce moment, de toi » sans pouvoir la lâcher il murmure délicatement ses quelques phrases à son oreille avant de finalement la regarder et de passer sa main sur sa joue qu’il caresse tendrement posant son front contre le sien fermant un instant les yeux. Il a besoin de tout enregistrer. Son visage, ses formes, son sourire chaque traits qui se dessiner devant lui. « C’est encore mieux que tout ce que j’imaginais » lança t-il en voyant Sara se mettre à rire de bon cœur ses larmes qui ne cesse de couler et qu’il essuie délicatement tendant de sourire. « Et j’en ai rêvé de ça aussi, de ton rire, de te sentir à nouveau contre moi » il ne pouvait pas s’empêcher de la toucher par besoin et nécessité, mais aussi pour qu’elle se rende parfaitement compte qu’il était là, que si elle fermait les yeux il ne disparaitrait pas, il serait là. Kane se douter aussi qu’elle devait avoir des questions qui venait de partout, il se doutait aussi qu’elle aurait besoin de savoir ce qui lui était arrivé, mais à cet instant la seule chose à laquelle il pensait c’était elle, de la voir retrouver et surtout de ce moment où le temps ne semblait plus exister. Kane avait la sensation que le monde autour d’eux avaient disparus et voulait profiter de chaque seconde de moment qu’il n’aurait pas pu décrire parce que c’était bien au-delà de tout ce qu’il s’était imaginés et parce qu’il savait aussi mieux que personne à quel point chaque moment compté et comme le dernier. Il avait senti son portable se mettre à sonner assez pour presque l’effrayer il n’avait pas encore l’habitude de tant de bruit, mais n’en avait pas fait attention le front toujours collé à celui de Sara il n’arrivait pas à se détacher, il ne pouvait pas et ne le voulait pas parce que durant ses quelques secondes il avait besoin de croire naïvement que tout irait bien même s’il savait qu’il avait encore beaucoup à traversé, mais il voulait qu’elle le voit comme elle l’avait toujours vu et non comme une âme brisé, il ne voulait pas qu’elle culpabilise même s’il se doutait que dès qu’elle aurait ouvert la bouche pour lui poser des questions, la réalité les rattraperait, mais encore durant ses quelques secondes il voulait se bercer dans l’illusion que tout allait bien parce que près d’elle à cet instant il avait ce sentiment que rien ne pouvait lui arriver. Il se sentait bien et vivant quelque chose qu’il n’avait pas longtemps ressentit.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 13/04/2016
›› Love letters written : 691
›› It's crazy, I look like : candice bittie king
›› Credit made by : blue comet (avatar) ☽ tumblr (profil gif) ılı foolish blondie (profil crackship) ılı daniel caesar & softhearted-ly.tumblr (profil quote) ılı psychotic bitch (signature gif) ılı soon (signature quote)
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: CAN YOU SAVE ME AGAIN ? ※ SARA & KANE Jeu 7 Sep - 21:27

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

how could i be with you? when i'm died inside...
SARA ASHMORE AND KANE ATKINS ※
Does this darkness have a name? This cruelty this hatred. How did it find us, did it steal into our lives or did we seek it out and embrace it? What happened to us that we now send our children into the world like we send young men to war, hoping for their safe return but knowing some will be lost along the way. When did we lose our way ? Consumed by the shadows swallowed whole by the darkness. Does this darkness have a name...is it your name ?


Elle ne ce souvenait pas du temps que cela avait duré, ses jours interminables ou elle c’était retrouvée recroquevillée sur elle même, un t-shirt de Kane contre son visage, refusant de sortir. L’on à toujours connu la jeune fille comme étant courageuse, souriante, épanouie, forte. Mais à l’instant ou on lui avait appris que l’homme qu’elle aimait ne reviendrait plus jamais elle était devenue une toute autre personne. La dépression avait gagnée le combat, elle ne mangeait plus, ne sortait plus, et passait ses journée à pleurer seule dans leur appartement. Quand elle ce levait c’était pour aller dans une autre pièce et pleurer de nouveau en ce souvenant d’un moment avec lui. C’était Alec qui l’avait poussé à aller voir une psychologue et une fois de plus, elle avait passé des heures à pleurer sur le divan de Mademoiselle Soren. Parce qu’elle n’arrivait pas à surpasser sa peine, ce trou béant qu’elle sentait à l’intérieur d’elle. Il avait fallut plusieurs semaines avant qu’elle n’arrive à en parler d’une voix claire, sans être coupée par ses sanglots. Cela lui avait fait un mal de chien comme si on écorchait son coeur au couteau, et qu’elle sentait tout les gestes qui étaient fait, à répétition. Elle ce détestait. Elle détestait la personne qu’elle était. Elle ce sentait coupable jusqu’au plus profond de son âme. Si Kane était mort - et elle était incapable de le dire - c’était à cause d’elle et de personne d’autre. Car jamais il n’aurait du accepter cette mission, il n’était pas prévu pour ce tour puisqu’il venait à peine de rentrer en Californie. Si il était partis c’était parce qu’il l’avait retrouvé dans le lit d’un autre homme, d’un homme qu’elle détestait et qui avait profité de ses faiblesse. Il avait refusé de l’écouter, il était partit sans lui laisser la chance de le rattraper et c’était enfuit de l’autre côté de la planète pour cette raison. Parce qu’elle l’avait trompé. Il était partit en la détestant de tout son être, en pensant qu’elle avait été capable d’une chose ignoble, une chose qui ne lui ressemblait pas du tout. Dylan Crawford. Ce nom était une plaie qui continuait de saigner encore aujourd’hui. Car elle n’avait toujours pas réussit à démêler le vrai du faux, elle n’arrivait pas à comprendre comment elle aurait pu terminer dans le même lit que lui. Car il essayait de le faire depuis des années, ayant pour elle une fixation malsaine tandis qu’elle c’était toujours montré plus que claire : rien ne ce passerait jamais entre eux. Kane était partis persuadé qu’elle l’avait trompé avec ce type. Cela l’avait anéantit et à cet époque là elle pensait que c’était la pire douleur qu’elle pouvait ressentir alors qu’elle bien loin du compte … Rapidement le Docteur Soren à su trouver certains mots pour l’apaiser, des solutions. Elle ne pouvait plus habiter dans l’appartement qu’elle possédait, celui qui portait encore le nom du jeune homme sur le bail. Elle ne l’avait encore aujourd’hui jamais fait enlevé. Elle avait quitté cet appartement qui enfermait tout ses souvenirs avec l’homme de sa vie - car elle était persuadée qu’il l’était-, avait donné les clefs à Naïa et n’y avait absolument plus jamais remit les pieds. Au lieu de quoi elle avait investit dans un appartement en ville, dans lequel elle avait pu ce construire de tout nouveaux souvenirs. Pour autant elle n’avait pas effacé le jeune homme de son esprit, et encore moins de son coeur. Quatre années c’était long, très long. Si aujourd’hui elle semblait avoir récupéré une vie bien remplie, et joyeuse elle n’avait toujours pas oublié Kane. Ce n’était pas faute d’avoir essayé, elle continuait de voir de nouveaux jeunes hommes, ne ce retenait pas d’ailleurs dans chacune de ses rencontres mais cela était plus fort qu’elle : elle cherchait en eux quelque chose qui pouvait lui rappeler le militaire qui lui avait été enlevé. Ce rappelant à chaque fois douloureusement que c’était impossible. C’est après cela qu’elle avait commencé à venir souvent au cimetière, ce qu’elle n’avait pas fait les premières années. Venant déposer de nouvelles fleures, parler de choses qui l’avait marquée et même si elle était consciente que c’était ridicule c’était ainsi qu’elle avait gardé un certain lien avec lui. C’était la seule chose qui lui faisait du bien, et elle n’avait jamais arrêté de le faire quand bien même parfois ses journées pouvaient être chargées. Aujourd’hui ne faisait pas exception à la règle, la nuit avait beau commencer à tomber elle était là, traversant les couloirs de pelouse fraiche, son bouquet à la main. Cette semaine elle n’avait pas grand chose de fou à raconter mais elle était quand même là prête à lui raconter la moindre petite chose, comme le fait qu’elle avait trouvé un cheveux dans son café et qu’elle avait du le faire changer. Elle ne c’était pas attendu à ce quelqu’un soit là, et encore moins à connaître cette personne. Peut être aurait-elle du reconnaître sa silhouette tout de suite, mais il avait changé alors elle en fut incapable. Et puis cela ne semblait pas être possible dans la vraie vie, cela ce jouait déjà bien trop souvent dans sa tête pour qu’elle sache discerne le vrai du faux. Et là elle était complètement ancrée à la réalité alors non, elle ne c’était pas attendu à être transpercée par ses yeux bleu océans des l’instant ou il les avaient posés sur elle. Perdant son souffle et le fil de ses pensées elle ressentait en elle ce produire une avalanche. Ne sachant plus quoi dire, ni même quoi penser. C’était tout simplement impossible, il ne pouvait pas être en face d’elle, il ne pouvait pas être là. Les fleurs tombent à terre au moment ou elle couvre sa bouche de ses mains, tremblante. Elle le voix fermer les yeux quand elle reste interdite, c’était impossible, impossible. Mais l’homme qui est en face d’elle fait battre son coeur à en perdre le fil, il inspire, il expire. Finalement il rouvre les yeux toujours rivés sur elle. «  Je n’avais pas prévu que les choses se passe ainsi » cette voix. Elle n’est pas la même, elle semble plus brisée qu’elle n’était rassurante avant. Pour autant elle l’électrise, elle semble si familière. Ses lèvres tremblent tandis qu’elle sans une montée de larmes s’abattre sur elle. Elle murmure son prénom comme une prière, comme si il s’agissait du prénom le plus important du monde et il l’était pour elle. Elle le voit fermer les yeux de nouveau, hochant doucement la tête. C’était lui en chaire et en os. Automatiquement elle avance vers lui sans même s’en apercevoir, elle doit en être certaine le toucher pour s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une illusion. Peut être avait-elle bu trop de café aujourd’hui … Si il tremble, elle n’est pas en reste. Elle lève sa main vers lui, la laissant un instant suspendue dans l’air sans jamais le quitter des yeux. Ses larmes coulent le long de son visage sans même qu’elle ne s’en soit encore rendue compte. Elle attend sa permission, et puisqu’il ne dit  ni ne fait rien elle pose ses doigts sur sa joue. Ce contact est si timide en premier lieu, car elle ne s’attendait pas à ce que ce soit aussi réel, elle ne s’attendait pas à sentir la chaleur de sa peau si familière elle ne s’attendait pas à ca. Finalement elle dépose la paume de sa main contre lui en secouant la tête. Quand le pouce du jeune homme vient essuyer ses larmes elle inspire profondément en fermant les yeux. Elle à l’impression de respirer de nouveau, pour la première depuis trop longtemps. Incapable de dire quoi que ce soit elle penche automatiquement sa tête dans la main du jeune homme qui lui sourit. Un sourire bien plus faible que celui qu’il avait pour habitude de lui faire mais qui laisse son coeur s’emballer de la même façon. Combien de fois avait-elle regardé des photos de lui, souriant, espérant un jour pouvoir entendre de nouveau le doux son de son rire ? « Je suis réel Sara tu ne rêves pas, c’est bien moi  » si sa voix tremble elle aimerait qu’il parle encore. Que la chaleur qui commence à revenir dans son corps grâce à celle-ci la complète. Elle commençait à ce rendre compte de ce qui était en train de ce passer. Kane était là. Cet homme qu’elle aimait. Des larmes commencent à perler le long des joues du jeune homme incapable de ne pas succomber à l’émotion qui l’assaillait lui aussi. Elle hoche la tête en pinçant les lèvres, oui il était réel elle ne rêvait pas. A son tour elle tente de chasser les larmes du jeune homme mais n’est pas capable de toute les éradiquer. «  Tu m’as tellement manqué si tu savais  » elle est incapable de prononcer quelconque mots, elle sent sa gorge tellement serrée qu’elle ne trouve pas les mots. Au lieu de quoi elle ce colle contre lui, comme elle avait l’habitude de le faire avant. Elle l’entoure de ses bras tandis que sa tête ce pose sur son torse, tout prêt de son coeur qu’elle entend battre à tout rompre. Elle le sent ce raidir d’abord, avant de finalement ce détendre tandis qu’il l’entoure de ses bras à son tour. Il passe une main dans ses cheveux tandis qu’elle le serre plus fort contre elle. «  J’en ai tellement rêvé si tu savais, de ce moment, de toi  » ses mots murmuré à son oreille la font frissonner. Elle en avait rêvé aussi, tellement de fois ce réveillant toujours en pleurant consciente que cela n’arriverait jamais, et pourtant. Quand elle le sent défaire leur étreinte elle s’accroche à lui, incapable de ne plus le toucher. Il passe de nouveau sa main contre sa joue avant de coller son front contre elle. Elle sent son souffle s’échouer sur son visage et elle inspire profondément. Elle sourit, elle rayonne mais elle ne s’en rend même pas compte bien trop occupé à détailler le visage de Kane. Il à les joues plus creuses qu’à l’ordinaire, des cicatrices sur son visage mais c’est bel et bien lui. Que c’était-il passé ? Que lui était-il arrivé ? « C’est encore mieux que tout ce que j’imaginais  » elle rit entre ses larmes, et il sourit bien plus encore. «  Et j’en ai rêvé de ça aussi, de ton rire, de te sentir à nouveau contre moi » Elle était incapable de fermer les yeux parce qu’elle avait peur qu’il disparaisse si elle le faisait. Et si elle semblait incapable d’arrêter le toucher, il en faisait de même. Des milliers de questions affluaient dans son cerveau mais elle était incapable d’y mettre de l’ordre. Les vibrations d’un téléphone la ramène dans le monde, celui dans lequel ils ne sont pas seuls et elle ne s’en rend compte qu’à ce moment mais est incapable de bouger, et lui non plus. Son regard plongé dans les yeux de Kane elle trace le contour de ses joues, de son nez, caresse doucement ses lèvres. Elle avait rêvé de tout cela. Ce mettant sur la pointe des pieds elle passe ses mains derrière sa nuque effleurant ses cheveux plus long qu’elle ne les avait jamais vu et vient timidement effleurer ses lèvres avec une douceur infime. Comme si il s’agissait du baiser de deux enfants. Il est surpris et elle recule, elle ne veux pas le brusquer. Elle avait retrouvé ses lèvres l’espace de quelques secondes, et ce sentait plus vivante que jamais. « Comment ? » murmure t-elle contre ses lèvres. Comment était-ce possible ? On lui avait dit qu’il était mort et il était là entre ses bras bel et bien vivant. Alors comment cela était possible.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 05/04/2016
›› Love letters written : 574
›› It's crazy, I look like : matthew orgasmichusband daddario
›› Credit made by : wildbeast (avatar) ≡ foolish blondie and psychotic bitch (profil crackship) ○ tumblr (profil gif)
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: CAN YOU SAVE ME AGAIN ? ※ SARA & KANE Mar 19 Sep - 4:36

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

how could i be with you? when i'm died inside...
SARA ASHMORE AND KANE ATKINS ※
Does this darkness have a name? This cruelty this hatred. How did it find us, did it steal into our lives or did we seek it out and embrace it? What happened to us that we now send our children into the world like we send young men to war, hoping for their safe return but knowing some will be lost along the way. When did we lose our way ? Consumed by the shadows swallowed whole by the darkness. Does this darkness have a name...is it your name ?


Les mains dans ses poches, Kane finit par les croiser puis les décroiser sans savoir comment agir à cet instant où il peut très bien sentir le regard de la jeune femme le dévisageait de la tête au pied. Il se doutait sans difficulté à quel point elle avait eu besoin de temps pour se rendre à l’évidence même. C’était bel et bien lui qui était là, elle ne rêvait pas et lui non plus. Kane n’avait pas pu s’empêcher de fermer les yeux secouant la tête avec la difficulté de faire face à la réalité. Parfois voire bien trop souvent, Kane n’arrivait pas toujours assimiler ses rêves ou plutôt ses cauchemars qui le hantait bien trop souvent à la ce qui était réel. Il lui fallait parfois quelques minutes voir des heures avant de redevenir lui pourtant quand il sent la respiration de Sara et son souffle qui lui donne des frissons automatiquement il ne peut pas s’empêcher d’ouvrir les yeux et de voir qu’elle était toujours là et se rend vite compte qu’il ne rêve pas comme il le faisait tant de fois espérant ce moment-là. Celui de la revoir. Combien de fois il a prié, supplié pour qu’on le laisse la voir, combien de fois avait-il voulu sentir ce parfum qu’il connaissait si bien ? Il avait cessé de les compter, mais en avait rêvé à chaque seconde qu’il passait. Sara était son espoir, celle qui l’avait fait tenir le coup quand il avait vu d’autres militaire se faire tuer, supplier qu’on les tue plus encore avait trouvé moyen de s’étouffer avec la terre dans le trou où chacun était pour mettre fin à ses jours. Il y avait pensé à plusieurs reprises de faire la même chose. Il n’avait jamais bien compris comment il avait pu tenir sans boire une seule goutte d’eau durant plusieurs jours où la chaleur le tuait à petit feu. En regardant Sara et plus en sentant l’odeur de son parfum auquel il ne peut s’empêcher de sourire. Elle portait toujours le même et étrangement c’était cela qui lui avait permis de tenir bon et de ne pas craquer. Kane relève son regard vers elle se rappelant parfaitement ce jour-là où il ignorait en vérité s’il faisait jour ou nuit, il ne faisait que sombre pour lui, la lumière du jour lui avait été bannit durant quatre année assez pour craquer, il était prêt à lui aussi baisser les armes. Il se souvient qu’il lui avait dit qu’il était désolé, qu’il n’y arrivait pas. Il ne sentait plus son corps face au coup de fouet, il ne supportait plus cette torture qu’on lui infligeait espérant de lui qu’il parle pour des choses que jamais il n’aurait dit, mais qu’en vérité il ne savait pas pourtant il restait un élément important à laquelle ses terroristes se seraient servis au bon moment. Kane se souvient qu’au bout de la première année et bien avant certainement qu’il était prêt à mettre fin à ses jours. A s’étouffer en avalant toute la terre comme ses autres camarades qui n’avait pas pu supporter davantage, il était prêt à le faire avant d’avoir cette hallucination. Il se doutait qu’elle n’état pas réelle, il savait qu’elle n’était pas là pourtant, il lui avait fait cette promesse. De ne jamais baisser les bras, de revenir, mais surtout de lui revenir. Il n’avait pas le droit de l’abandonner, c’était pour elle qu’il avait endurer les pires douleurs possibles. C’est l’amour de Sara qui l’avait sauvé et cela même s’il n’était définitivement plus le même, c’était pour cette raison précise qu’il avait refusé de la voir, l’imaginer la blesser et cela même s’il ne s’en rendait pas compte, il ne pouvait pas l’imaginer ou l’accepter. Jamais il n’aurait pu se le pardonner et il se doutait également qu’elle n’aurait pas pu le voir dans cet état si déplorable où elle pareillement que les autres auraient ressenti de la culpabilité de l’avoir certainement abandonné ou plus encore ne plus avoir cru en lui. Il avait vu sa sœur qui n’était pas le genre à pleurer être en sanglot tout en lui demander à chaque secondes pardon pour quelque chose dont elle n’était pas responsable. Il avait mis du temps à le comprendre. Il avait passé plus d’un an avec des spécialise qui eux-mêmes ne comprenait pas comment il avait pu survivre. Son psy n’avait cessé d’employé le terme de miracle, de survivant, mais il n’était pas d’accord, il n’aimait pas qu’on lui dise ça, il était loin d’être un miracle ou un survivant, il était en réalité une bombe à retardement tous le savait. Kane avait su que s’il avait vu Sara dans l’état où il se trouvait qu’il n’aurait jamais pu le supporter autant qu’être loin d’elle avait été plus difficile. Kane n’avait pas pu accepter d’être en vie ne cessant de se répéter à quel point il n’avait pas eu le droit au point de se faire du mal, de tenter de mettre fin à ses jours. Tous auraient cru que sa libération aurait été le moment pour Kane de se rendre compte qu’enfin ce cauchemar était fini, mais ce n’était pas le cas. Il vivait encore et encore cet événement des plus traumatisants sans arriver à trouver le moyen de sortir sa tête de l’eau où définitivement durant des mois il n’avait fait que se noyer avant d’être plongé dans le coma. Kane n’était pas seulement devenu un danger pour les autres, mais aussi lui-même. On avait dit que vu le traumatisme qu’il avait vécu, il était impossible pour lui d’en supporter, qu’il ne ferait que davantage que vouloir se tuer. Son cerveau avait besoin de repos assez pour que sa sœur finisse par accepter de le plonger dans le coma, elle lui avait dit expliqué du moins essayé à son réveil sans comprendre réellement ce qu’elle lui disait. Personne ne s’était douté des séquelles que cela aurait engendré avec une perte de mémoire importante où son cerveau semblait se protéger. On lui avait souvent donné trop d’informations tout ce qu’il savait c’était qu’il se rappelait des pires souvenirs de sa vie. L’armée n’avait eu cesse de lui demander comment il avait fait pour tenir plus encore s’il avait donné des informations il avait davantage pensé à leur fesses qu’en vérité à son bien être. Ses supérieures lui avait bourrer de question assez pour le rendre fou, c’est sa sœur qui avait réussi à  ce que l’armée n’est plus le droit de l’en approche, il ignorait comment Naïa avait fait cela, mais cela semblait l’avoir aidé plus avec son nouveau psy et redevenir un civile comme les autres ou presque. Kane avait eu cesse de demandé à Lissa des nouvelles de Sara, il avait eu l’impression de vivre à une vie qui lui appartenait pas ne cessant d’avoir du mal à supporté que la vie avait reprit pour chacun d’entre eux, une vie où en vérité Kane ne semblait pas trouver sa place c’était pour cette vrai raison qu’il était venue dans ce cimetière. Il avait besoin de voir cette pierre tombale vide à son nom. Voir son prénom et nom et la date où il avait poussé son premier cri à l’année de sa mort avait été plus douloureux qu’il le pensait. Kane s’était rendu compte que le type qu’il fut autrefois était bel et bien mort, il n’était plus cette personne et elle ne reviendrait jamais. Il le savait au fond de lui. Kane inspire difficilement repenser à tout ça était loin d’être évident, voir les yeux qu’il avait gravé en lui ne pas lui adresser un mot l’était encore plus. Il sent ses mains tremblé, il sent parfaitement qu’il va tomber s’il l’a regarde une nouvelle fois, mais il est incapable de baisser son regard. Il avait besoin de la voir de lui dire combien il en avait rêvé de cet instant bien loin de l’idée qu’il s’était fait. Il n’avait pas pensé que malgré quatre années écoulées elle continuerait à venir ici. Au fond, une parti de lui aurait préféré qu’elle refasse sa vie, qu’elle soit heureuse alors qu’il savait tout au fond de lui, qu’elle avait dû être dans un état auquel il ne pouvait imaginer. Kane avait dans un premier temps inspiré comme il le pouvait pour finalement laissé quelques mots sortir surement pour qu’elle se rende compte qu’il était là malgré que sa voix tremble comme jamais, il voit la jeune femme complètement émue réalisant enfin que ce n’était pas le fruit de son imagination. Kane la regarde où doucement elle fait quelques pas en sa direction. Il inspire profondément la laissant venir à lui où doucement malgré l’hésitation lorsqu’il sent ses doigts sur sa peau, il ne peut s’empêcher de sursauter. Ce contact il en a rêvé. Il n’avait jamais pensé possible de le ressentir une nouvelle fois pourtant quand elle s’approche davantage de lui et qu’il entend sa respiration s’accélérait il sait que c’est elle. Qu’elle est bien là. Kane secoue la tête, il détestait la voir pleurer, il ne le supportait pas. « Tu es si belle, même quand tu pleures tu ne peux pas être humaine » difficilement il sort ses quelques mots de plus où il peut voir Sara lui sourire. Elle lui couple le souffle il pourrait capturer ce moment tellement il pourrait ne jamais s’arrêter de le voir sourire, c’était la plus belle chose qui pouvait exister dans ce monde. Kane ne le remarque pas et pourtant, il lui sourit, il a beau avoir l’impression que son âme était brisé, dès que son regard s’était posée sur elle le monde semblait ne pas exister et c’était le cas Kane n’arrive plus à voir autre chose que ce visage qu’il caresse doucement d’une de ses mains. Kane ferme les yeux ne pouvant pas s’empêcher de craquer, il sent parfaitement ses larmes couler le long de son visage ne pouvant malgré tout pas s’empêcher de sourire de voir Sara avoir le même geste que de les arrêter sans pouvoir. Doucement sans geste brusque, Kane glisse sa main dans la sienne laisse ses lèvres de poser dessus rien qu’à ce contact il a l’impression de pouvoir vivre, il a la sensation que tout ses émois sont en éveille comme si durant quelque seconde il apprenait à marcher, à parler, mais surtout à aimer. Il n’avait eu cesse de lui dire qu’elle lui avait manqué et au fond, elle n’avait pas idée à quel point. Kane sent le corps de Sara contre lui si durant quelques secondes il est incapable de bouger, son parfum lui fait comprendre qu’elle était là. C’était elle, sa Sara, cette femme qu’il aimait plus que tout « Tu es bien réelle Sara » il lui avait murmuré quelques mots à son oreille sans réussir à quitter son étreinte, il lui était impossible de la lâcher, il ne le voulait surtout pas, il avait bien trop peur qu’elle s’en aille et que tout ce ci ne soit que le fruit de son imagination. Il n’aurait pas été capable de le supporter, pas cette fois ci. Kane sent les deux mains de Sara se poser sur son visage son front collé au sien, il est incapable d’en dire plus, elle acquiesce doucement de la tête comme pour lui faire comprendre que c’était elle. Qu’il ne rêvait pas, mais il avait besoin de l’entendre. De savoir ce qu’elle était devenu. Kane laisse un baiser se poser sur le front de la jeune femme avant de la regarder un court instant glissant ses mains dans les siennes où il se défait doucement de son étreinte, Kane a beau vouloir resté contre elle il aurait même souhaité y resté toute sa vie, il n’arrive pas à encore se faire à ce qu’on le touche bien trop sensible à cause de son corps complètement détruit plus encore par ces cicatrices. « Dis-moi quelque chose Sara » il se doute parfaitement qu’elle est en état de choc, qu’elle n’a pas l’air de vraiment réaliser et pourtant il était là. « Je ne m’en irai pas Sara je suis là vraiment là » il répète une nouvelle fois cette phrase qu’au fond il sait qu’elle a besoin d’entendre et il se doute bien par quoi elle commencerait par lui dire, il  n’est guère prêt à cela, mais il sait qu’il lui devait ça, il lui devait bien plus qu’elle n’imaginait. Kane ferme les yeux durant quelques secondes avant de sursauté entendant les murmures de Sara qui tente de le calmer. Il n’a pas l’habitude des portables. Il ne supporte d’ailleurs pas d’en entendre un, le vibreur est déjà un supplice et sans même faire attention le jette presque de l’autre côté. Il se doute qui l’appel, mais il est incapable de supporter ce bruit qui le rend dingue.  Sara n’y prêtait pas plus attention, il voit la jeune femme le dévisageait tandis qu’il a besoin de la voir cette fois-ci plus proche de lui comme s’il suffoquer qu’elle soit si loin. Doucement elle s’approche assez pour qu’il puisse sentir ses lèvres l’effleurer doucement. Kane ferme un instant les yeux hésitant ils mettent quelques secondes avant que les lèvres de chacun se touche. Un baiser plein d’innocence assez pour réaliser que Sara était là, qu’il était bien avec elle. Qu’il était chez lui avec elle. « Comment ? » Kane caresse doucement ses cheveux posant délicatement son doigt sur ses lèvres secouant la tête. Il était incapable de lui expliquer, il savait qu’il le devait, mais durant encore quelques secondes, il veut avoir l’impression que rien d’autre existe qu’eux. Kane pose sa main sur la joue de la jeune femme tout en posant son regard sur elle avant d’effleurer une nouvelle fois ses lèvres où il ouvre un peu plus la bouche pour cette fois déposer un baiser plus intense, un baiser qui lui donne l’impression d’être en vie comme jamais il ne l’avait été. « Si tu savais combien j’en avais besoin » sa voix ne cesse de trembler et plus encore quand il sent les mains de Sara contre lui malgré qu’il soit plus détendu dès qu’il sent ses mains l’effleurer il ne peut pas s’empêcher de sursauter. Kane se doutait bien que Sara voulait malgré tout savoir comment il était revenu, mais en vérité il avait encore dû mal à lui-même saisir. « C’est compliqué Sara... » et c’était le cas, il n’arrivait pas encore à assimiler la mission qu’il avait eu. En vérité, il savait que ce n’était pas lui qu’il devait trouvé, c’était un autre militaire disparu depuis quelques mois seulement sans savoir que celui-ci était mort tué par les ravages qu’on avait fait sur lui. Plus jeune, moins résistant son cœur n’avait pas tenu une chance pour lui certain diront même s’il ne voyait pas les choses comme ça. « Ils » Kane ferme les yeux durant un instant, il sent davantage ses mains trembler plus son corps rien qu’à y penser c’était bien trop difficile. « Ils n’étaient pas venus pour moi » Kane baisse son regard sans réussir à la regarder, cela lui était impossible. « Il y avait un autre militaire, mais il a pas tenu le coup et ils m’ont trouvés moi » s’il semblait si détaché c’était davantage parce qu’il ne réalisait pas réellement tout ce qui s’était produit, cette opération que ce calvaire était fini. « Si je suis là c’est grâce à toi Sara c’est tout ce que tu dois retenir » c’était véridique, elle lui avait sauvé la vie, elle n’avait pas idée à quel point. Il pince doucement sa lèvre pour finalement baisser son regard, il savait qu'il devait lui dire, qu'elle finirait par de toute façon le savoir.  «  Quand ils m'ont retrouvés, les médecins ont pensé qu'ils était bien mieux de me plonger dans un genre coma parce que je ne distinguais plus la réalité, j'étais un vrai danger pour Naïa, Lissa, mais surtout moi » Kane n'avait pas pu faire autrement que de reculer sans pour autant éloigné de lui Sara il en était incapable pas à cet instant. «  Quand je me suis réveillé au bout de six mois et demi on s'est rendu compte que j'avais perdue une partie de ma mémoire  » il ne comprenait pas réellement ce qu'il avait tenté de bloquer ou du moins son subconscient, c'était ses années de torture qu'il aurait dû et pourtant ce n'était pas le cas.  «  Je me souviens de ses quatre années... mais pour le reste mon dernier souvenir remonte quand on avait vingt-ans après ça je ne me souviens de rien Sara, absolument rien c'est le noir complet... » il avait beau voir un psychiatre tenter diverses possibilités pour l'aider à acquérir un souvenir il n'arrivait pas à s'en rappeler, mais en vérité à ce moment précis il s'en fichait tout ce qui lui importait c'était d'être auprès de Sara le reste n'avait à ses yeux aucune importance.
Revenir en haut Aller en bas

CAN YOU SAVE ME AGAIN ? ※ SARA & KANE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: lieux divers
-