Partagez|

♡ INTRIGUE - AIDAN COLLINS AND ANNA MORELLO : VIGNOBLE DE SANTA BARBARA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ the bitch is back
avatar
the bitch is back

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 24/08/2014
›› Love letters written : 500
›› It's crazy, I look like : reese fabulous witherspoon
›› Credit made by : ultraviolences (avatar) ≡ @tumblr (gifs)
family don't end with blood
MessageSujet: ♡ INTRIGUE - AIDAN COLLINS AND ANNA MORELLO : VIGNOBLE DE SANTA BARBARA Lun 3 Juil - 20:58

Duos pour la charity night

AIDAN COLLINS AND ANNA MORELLO : VIGNOBLE DE SANTA BARBARA


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Si vous avez reçu cette enveloppe, c’est que vous avez décidé de participer à ma grande charity night au profit des enfants défavorisés de notre belle Cité des Anges. Si le hasard vous a adressé un homme, une femme, votre binôme le temps d’une soirée, c’est votre générosité qui vous amène ce soir dans ce lieu si spécial. Nous voilà donc prêts pour une découverte du vignoble de Santa Barbara.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Même si la France est réputée pour son vin, les californiens ne sont pas en reste. Depuis de nombreuses années, ils tentent de se mettre à la page avec les nombreux vignobles qui viennent parsemer le paysage. Dans l'un des plus réputés du pays, passez une soirée exceptionnelle à déguster les dernières réalisations, à en apprendre plus sur l'oenologie avant de goûter à un repas digne des plus grands chefs.  

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Ce soir il s'agit de votre soirée, apprenez à vous connaître, vous vous êtes tous les deux retrouvés à partir de 18h dans ce lieu jusque là tenu secret et libre à vous d'occuper ce temps comme vous le désirez. Le plus important: amusez vous !
Revenir en haut Aller en bas
❉ the search for something more
avatar
En ligne
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 22/07/2015
›› Love letters written : 1687
›› It's crazy, I look like : colin perfect donnell
›› Credit made by : fakementine (avatar) psychotic bitch, foolish blondie and fakementine (crackship) ≡ @tumblr (gifs)
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: ♡ INTRIGUE - AIDAN COLLINS AND ANNA MORELLO : VIGNOBLE DE SANTA BARBARA Lun 10 Juil - 0:32

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
the charity night ; santa barbara
ANNA MORELLO AND AIDAN COLLINS ※
feeling used. but i’m still missing you. and i can’t see the end of this. just wanna feel your kiss against my lips. and now all this time is passing by. but i still can’t seem to tell you why it hurts me every time i see you. realize how much i need you. i hate you i love you. i hate that i love you. don’t want to, but i can’t put nobody else above you. i hate you i love you. i hate that i want you. you want her, you need her. and i’ll never be her..


Combien de temps était-il resté planté devant le miroir tentant difficilement de noué cette cravate qui commençait à l’exaspérer au plus au haut point ? Certainement un peu trop longtemps à son goût. D’ailleurs, après avoir soupiré agacé il avait finalement décidé de l’enlever pour ne pas la porter. On lui avait dit et répéter surtout son beau-père qu’il était l’image de l’hôpital et la raison pour laquelle il avait voulu le faire participer à cette œuvre caritative auquel en vérité Aidan se serait prêté au jeu tout de suite si son beau-père n’avait pas vu en cela quelque chose de politique lié à l’hôpital et l’image qu’il voulait offrir pour bien évidemment que cela est un avantage qu’un médecin important qu’il pouvait être se trouve à cette œuvre. Il avait beau admiré les gens qui donnait leur temps de penser aux autres. A cet instant, il aurait presque préféré ne pas devoir y aller. Toutefois, après plusieurs heures à se battre avec lui-même, il avait choisi de faire quelque chose pour lui. Lorsqu’il avait accepté d’y participer, Aidan l’avait fait car il croyait en la bonté et la générosité que faisait preuve cette œuvre qui le touchait particulièrement, mais lorsque son beau-père avait eu vent qu’il y participait. Celui-ci avait tourné cela d’une façon qu’Aidan n’en pouvait plus. Il n’avait jamais aimé le discours qu’il devait être plus qu’un médecin, mais une image, il ne voyait pas les choses ainsi. Aidan avait choisi ce métier pour une raison simple. Celle de sauver des vies voilà exactement ce qu’était son métier et ô grand jamais de sa vie il ne voulait retourner sa veste se retrouver dans un bureau coincé à parler chiffres et investissement des choses qui pourrait facilement le rendre fou. C’était un médecin, celui qui sauver des vies, celui qui aimait l’adrénaline lorsqu’il tenait un scalpel. C’est pour cette raison qu’il vivait. « Je croyais que tu porterais quelque chose de plus chic, mon père ne risque pas d’apprécier cela s’il te voyait » Aidan relève la tête pour finalement la voir enter dans la chambre les bras croisés à le fixer tandis que Aidan récupère sa veste posée sur le lit pour l’enfiler rapidement. « Depuis quand porter une cravate donne l’air d’être plus chic ? Et ce que ton père en pense ce n’est pas mon problème, c’est une œuvre caritative j’y vais pour cette raison et rien de plus » Aidan avait de plus en plus de mal à garder son calme à chaque fois qu’elle se trouvait dans la même pièce que lui, c’était plus fort il n’arrivait plus faire à semblant de l’aimer alors qu’il ne l’avait jamais pas même une seconde. « Ce n’est jamais qu’une simple œuvre caritative Aidan tu devrais le savoir mieux que personne à présent. » doucement il la voix se rapprocher d’elle récupérant au passage la cravate qu’elle glisse autour de son cou pour lui faire un nœud avant de la serrer sous le regard noir de Aidan « C’est bien mieux ainsi et ça t’évitera plus de problème qu’il n’en faudrait autant pour toi que pour moi » sa phrase aurait pu le surprendre avant qu’elle ne finisse sa phrase où la seule personne à qui elle songeait c’était elle. « Ce qui peut bien t’arriver n’est pas mon problème Gabriella et ne m’attend pas ce soir » lui jetant un dernier regard où il sait parfaitement qu’elle n’a guère aimé ses propos, il quitte la maison récupérant ses clés au passage où une fois installé dans sa voiture il ne peut pas s’empêcher de fermer les yeux pour finalement poser sa main sur cette stupide cravate qui l’étouffe assez pour qu’il finisse par l’enlever hâtivement et démarrer sa voiture pour se rendre à cet œuvre où dès qu’il franchit les portes, son esprit se retrouve à oublier tout le reste et penser aux raisons qui l’ont poussés à être ici. Durant la soirée tout se passe bien, il est même heureux de voir la donation récoltée, mais comme à chaque soirée de charité. Il sait parfaitement qu’il devrait joué le jeu au bout en acceptant de venir, il a choisi d’être mis aux enchères bien qu’il ne s’attendait pas à la surprise de taille que la personne avec qui il passera la soirée sera connu que lorsqu’il sera au lie de rendez-vous indiquez. D’ailleurs, très vite Aidan ne met pas longtemps à être convié à suivre une voiture qu’il suit un peu perdu malgré lui. Rapidement pour se retrouver dans l’ambiance il sent quelque chose lui cacher les yeux, mais se laisse faire malgré que cela ne l’aide pas à se sentir à l’aise. Il ne sait d’ailleurs pas combien de temps la voiture à conduit, mais assez longtemps pour qu’il manque presque de s’endormir avant d’entendre la voiture enfin se garer et le chauffeur lui ouvrir la porte pour qu’il finisse par enlever le masque qui lui recouvrait les yeux lui faire découvrir un lieu des plus incroyables qu’il n’est alors vu jusqu’ici. Grand amateur de vain, Aidan est en pleine admiration devant le paysage qui s’offre à lui oubliant durant quelques secondes les raisons qui l’ont poussés à se retrouver ici avant que le chauffeur ne lui tendre une enveloppe lui précisant de ne pas l’ouvrir avant que la jeune femme qui l’aura pour toute la soirée arrive. Très vite Aidan revient à la réalité sentant le stress monter priant presque pour que la personne qui sera présente soit quelqu’un qu’il connaisse. Pas à pas il monte l’allée avant de voir une table extérieur qu’on lui indique face à des lumières d’ambiance qui tamise parfaitement l’endroit des plus spectaculaire. Tournant doucement la tête il remercie la serveuse venir lui rapporter un verre de vin qu’il apporte rapidement à sa bouche tentant ainsi de retrouver un calme en vain. Finalement son calvaire semble prendre fin quand il entend doucement les talons de la jeune femme arriver presque à quelques mètre de lui. Il inspire profondément buvant son verre entièrement mettant malgré tout quelques secondes avant de se retourner pour faire face à son interlocutrice et la femme avec qui il va passer ses quelques heures. Lorsque son regard se pose sur elle, il manque presque d’être sous le choc. Était-il en train de rêver ? Il espérait que non, mais dès qu’elle lui sourit elle aussi soulagé il sait que c’est réelle. « J’espérais vraiment que ce soit toi au fond tu n’imagines même pas à quel point ! » doucement il avance vers elle d’un pas sur sans pouvoir la lâcher du regard. Son sourire s’élargit autant que le sien. Il n’a jamais vu de femme aussi belle qu’elle. « Tu es a tombée Anna » doucement en regardant autour de lui il ne peut pas s’empêcher de poser ses lèvres sur les siennes avant de la regarder une nouvelle fois heureux comme jamais il ne l’avait été « Je ne pouvais pas résister à t’embrasser tes lèvres m’ont tellement manqué » déclara t-il sans pouvoir la lâcher du regard, cela lui était impossible.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 22/07/2016
›› Love letters written : 449
›› It's crazy, I look like : karla gorgeous souza
›› Credit made by : jugband blues (avatar) ※ fakementine + psychotic bitch (crackship) ※ tumblr (gifs) ※ luke sital singh (quotes)
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: ♡ INTRIGUE - AIDAN COLLINS AND ANNA MORELLO : VIGNOBLE DE SANTA BARBARA Dim 16 Juil - 0:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
the charity night ; santa barbara
ANNA MORELLO AND AIDAN COLLINS ※
feeling used. but i’m still missing you. and i can’t see the end of this. just wanna feel your kiss against my lips. and now all this time is passing by. but i still can’t seem to tell you why it hurts me every time i see you. realize how much i need you. i hate you i love you. i hate that i love you. don’t want to, but i can’t put nobody else above you. i hate you i love you. i hate that i want you. you want her, you need her. and i’ll never be her..


Perdue devant son armoire, Anna Morello réfléchissait à la tenue qu'elle allait pouvoir mettre pour la soirée à laquelle elle allait participer. Elle ne savait même pas pourquoi elle s'était lancée là-dedans. Au début c'était Ava qui lui en avait parlé et qui lui avait dit que ce serait une bonne chose pour elle de connaître d'autres personnes en ville. Et quand elle avait appris que tout l'argent gagné serait reversé à une bonne cause, elle s'était laissée convaincre. Car elle était ainsi et qu'elle aimait donner de son temps pour des oeuvres humanitaires. C'était d'ailleurs pour cette raison qu'elle avait passé des mois complets en Afrique et en Syrie à s'occuper des enfants malades et des familles dans le besoin, contraintes de vivre la guerre tous les jours et n'ayant aucune issue pour s'en sortir. Les deux années sur place l'avaient profondément changé, elle n'était plus réellement la même que cette jeune insouciante ayant quitté Baltimore pour monter dans un avion en direction de terres lointaines. Elle avait vu à quoi pouvait ressembler la vraie détresse, le malheur au sens propre du terme. Et certaines images restaient gravées à jamais dans son esprit. Jamais elle ne pourrait les faire disparaître et elle ne le souhaitait même pas véritablement. Elle voulait se souvenir, se rappeler, pour se nourrir de cette expérience pour grandir, pour devenir meilleure. Même si elle n'avait jamais été comme sa grande soeur Gabriella ou comme sa mère à se sentir supérieure aux autres grâce à l'argent, elle était devenue encore moins matérialiste à présent, se contentant de vivre avec l'essentiel. Elle n'avait pas besoin des extravagances les plus coûteuses. Et elle avait beau avoir un véritable penchant pour les beaux vêtements, elle tentait autant que possible de se montrer raisonnable. De toute façon, elle passait tellement de temps à l'hôpital chaque semaine qu'elle n'avait que guère la possibilité de dépenser à outrance. Car en plus quand elle n'était pas en blouse blanche en train d'arpenter les couloirs blancs du bâtiment hospitalier, elle dormait pour récupérer de ses gardes, elle voyait Ava pour profiter de sa meilleure amie ou elle aimait rester avec Aidan. Elle aurait aimé se dire qu'il s'agissait de la pire décision de son existence, qu'il était mal pour elle de fréquenter un homme marié, encore plus un homme en couple avec sa propre soeur. Sauf que l'attirance qu'elle avait à son égard était bien trop forte pour qu'elle puisse la contenir ou tenter de lutter contre. Il n'était pas qu'un homme avec lequel elle pouvait vouloir passer la nuit, elle se sentait bien quand il était auprès d'elle, elle était plus apaisée lorsqu'il était à ses côtés et surtout il lui faisait un bien fou. Peut-être parce que contrairement à tous les autres auparavant, il la comprenait. Il la voyait telle qu'elle était, avec ses défauts et ses qualités, et quand il était question de médecine, ils étaient les mêmes. Cela les rapprochait. Elle n'avait pas oublié l'exact instant où ils avaient commencé à discuter plus ou moins innocemment dans ce bar de Los Angeles. Une conversation tellement banale mais qui progressivement avait entraîné un flirt qui ne s'était plus jamais interrompu. Elle avait cru qu'elle serait capable de le fuir, de faire comme si de rien était et d'oublier les sensations qu'il pouvait provoquer dans son être, mais ils n'avaient pas mis longtemps avant de craquer. De laisser cette tension si grande entre eux prendre le dessus. Ils s'étaient laissés emporter, ils avaient succombé, elle avait chaviré, et elle ne le regrettait absolument pas. C'était mal, elle transgressait toutes les règles, mais pour une fois elle avait décidé de penser à elle. Uniquement à elle. Elle qui consacrait tout son temps à faire le bien pour les autres, elle s'octroyait le droit d'être heureuse avec l'homme qu'elle choisissait. Peu importe si cela ne devait pas durer et si cela devait se terminer un jour, elle voulait y goûter tant qu'elle le pouvait. Mais pour le moment elle savait surtout qu'elle devait se dépécher si elle ne voulait pas être en retard pour la soirée qu'elle allait passer. Très rapidement, elle enfila une tenue assez simple, mais classe malgré tout avec une combinaison short. Heureusement pour elle, elle avait fait l'effort de se coiffer et de se maquiller auparavant, elle se pressa donc pour attraper toutes ses affaires importantes avant de descendre pour monter dans la voiture qui l'attendait déjà. Une fois à l'intérieur, on lui annonça qu'elle ne découvrirait la destination qu'à l'arrivée et que les vitres teintées allaient l'empêcher de savoir où ils se rendaient. Décidément, elle n'était pas faite pour être surprise. Elle n'était pas non plus une control freak mais l'idée de passer plusieurs heures avec un inconnu dont elle ne connaissait toujours pas l'identité dans un lieu encore secret lui plaisait de moins en moins. Elle espérait ne pas tomber sur n'importe qui. Et encore moins sur un fou. Intérieurement, elle priait pour se retrouver avec quelqu'un qu'elle pouvait connaître, mais elle en doutait. Assise à l'arrière de la voiture sans aucune occupation, le trajet lui parut long, presque interminable, comme si on avait décidé de la stresser davantage avant le grand moment de la découverte. Mais après un long moment, elle sentit la voiture s'arrêter et elle ne put s'empêcher de soupirer de soulagement. Le chauffeur vint lui ouvrir la porte pour la libérer et elle en profita pour le remercier avant de laisser son regard observer le lieu où elle se trouvait. Tout était sublime autour d'elle et elle reconnaissait ce genre d'endroits pour en avoir déjà visité en France quelques années plus tôt. En bonne vivante, elle adorait le vin et cela lui plaisait de passer du temps dans un vignoble. C'était presque hors du temps, loin de tout, loin de la ville, loin du stress quotidien. Le visage illuminé par un sourire, elle suivit le chemin qu'on lui indiqua, partant à la découverte de l'homme dont elle avait remporté l'enchère. De nouveau, elle ressentit un stress l'envahir au niveau de la poitrine. Une silhouette masculine se dessina devant elle et elle ne savait pas si c'était l'habitude de l'observer de dos et l'envie qu'elle avait de passer du temps en sa compagnie, mais elle avait l'impression de reconnaître les épaules, les cheveux et l'allure d'Aidan. En tout cas l'homme qui se tenait là lui ressemblait étrangement. Il fallut qu'il se retourne pour qu'elle comprenne qu'elle ne faisait pas fausse route et instantanément son sourire s'agrandit un peu plus sur ses lèvres. C'était de la joie et un véritable bonheur que l'on pouvait lire sur ses traits. « J’espérais vraiment que ce soit toi au fond tu n’imagines même pas à quel point ! », elle l'avait espéré dans un coin de sa tête elle aussi avant de se dire que ce serait impossible. C'était le meilleur scénario possible pour qu'elle puisse passer une bonne soirée. Elle se retrouvait dans un lieu paradisiaque avec le seul homme qu'elle souhaitait voir. « Moi aussi je voulais que ce soit toi  », souffla-t-elle doucement, continuant de le regarder avec cet éclat si particulier dans le regard, comme à chaque fois qu'il se tenait non loin d'elle. Elle n'était plus totalement la même quand elle l'observait, ni quand il la regardait avec autant d'intensité. « Tu es à tomber Anna », il n'y avait que lorsqu'il s'agissait d'Aidan qu'elle trouvait ce genre de compliments aussi agréables à entendre. Comme s'ils étaient seuls au monde, il s'approcha d'elle pour l'embrasser timidement, trop timidement à son goût alors remarquant qu'ils n'étaient que tous les deux, elle en profita pour l'embrasser davantage. Avec plus de passion et d'envie. « Je ne pouvais pas résister à t’embrasser tes lèvres m’ont tellement manqué », c'était lui tout entier qui lui manquait quand ils n'étaient pas ensembles, quand ils ne faisaient que se croiser à l'hôpital ou quelques minutes par jour. Elle voulait toujours plus de temps en sa compagnie et elle réalisait que ce soir était une chance pour eux. Ils n'étaient que tous les deux, l'hôpital n'existait pas, ils n'étaient pas à Los Angeles, alors ils pouvaient être eux-mêmes et ensemble sans aucun risque. C'était tout ce qui comptait. « Toi aussi t'es plutôt pas mal. Tu comptais séduire quelle femme avec cette tenue dis-moi ? Toutes les ménagères de Los Angeles auraient craqué devant toi je crois. », demanda-t-elle d'une voix malicieuse en lui faisant un petit sourire amusé. Au final elle s'en fichait bien car c'était elle qui avait la chance d'être avec lui. Posant doucement une main dans le dos d'Aidan, elle se tourna vers l'horizon pour contempler la vue qu'elle pouvait avoir d'ici. « On aurait vraiment pu plus mal tomber je crois.  », annonça-t-elle joyeusement en parlant à la fois du vignoble majestueux et du hasard qui les avait réuni ensemble pour un long moment. Un long moment à deux.  
Revenir en haut Aller en bas
❉ the search for something more
avatar
En ligne
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 22/07/2015
›› Love letters written : 1687
›› It's crazy, I look like : colin perfect donnell
›› Credit made by : fakementine (avatar) psychotic bitch, foolish blondie and fakementine (crackship) ≡ @tumblr (gifs)
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: ♡ INTRIGUE - AIDAN COLLINS AND ANNA MORELLO : VIGNOBLE DE SANTA BARBARA Jeu 31 Aoû - 20:04

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
the charity night ; santa barbara
ANNA MORELLO AND AIDAN COLLINS ※
feeling used. but i’m still missing you. and i can’t see the end of this. just wanna feel your kiss against my lips. and now all this time is passing by. but i still can’t seem to tell you why it hurts me every time i see you. realize how much i need you. i hate you i love you. i hate that i love you. don’t want to, but i can’t put nobody else above you. i hate you i love you. i hate that i want you. you want her, you need her. and i’ll never be her..


Durant presque une grande période de son existence, la vie de Aidan avait été faites de règles bien précises. Ses parents l’avaient élevé d’une droiture qui ne dérogeait au fait qu’aucune erreur n’était possible. Ces parents l’aimaient autant que son frère ainé et que sa sœur, mais ils ont toujours dû suivre une éducation très stricte où toutes les choses devaient se faire correctement quelque chose qu’en réalité Aidan détestait par-dessus tout. Il a toujours été un jeune garçon qui rêvait de liberté, de pouvoir vivre sa vie comme il l’entendait à tel point que parfois il aurait aimé dire au diable les règles tant il voulait faire les choses à sa façon, mais Aidan respectait trop sa famille pour cela. Il avait toujours été le garçon modèle ou presque, plus impulsif que son frère ou sa sœur, il savait que parce que c’était le dernier des enfants, on pouvait pardonner un écart ou deux tant que cela n’était pas non plus trop important. Son père était un homme fier qui avait des valeurs bien défini et les avaient inculquées à ses trois enfants. Il n’en était pas arrivé dans leur vie par hasard. Aidan savait qu’il devait remercier souvent ses parents de l’avoir souvent poussé à dépassé ses limites et cela malgré si parfois vivre dans une certaine éducation comme la leur n’était guère évident. Aidan n’avait jamais eu le moindre doute sur l’amour que son père pouvait lui porter ou bien sa mère. Si sa mère était douce, son père était un homme qui n’était pas le genre à montrer ses sentiments, le plus souvent il recevait une tape sur l’épaule comme pour lui indiquer combien il était fier de lui. Il savait que s’il était ainsi c’était par l’éducation de ses grands parents qui l’avait élevé à la dure et au final l’avait fait de même pour ses enfants pour qu’il est une chance d’avoir tout ce qu’il désirait dans leur vie et pour toute ses raisons Aidan avait toujours eu un profond respect pour ses parents, son frère, mais aussi sa sœur. Pendant de longues années, il avait fait tout ce qu’on attendait de lui et comme son frère et sa sœur, il avait suivi une carrière exemplaire entre la médecine plus encore quand il avait annoncé à ses parents qu’il voulait passer plusieurs années en tant que médecin de guerre, il avait choisi de faire son internat en aidant au plus possible des militaires, des héros qui donnait leur vie pour que tout américains puisse être en sécurité. Il savait parfaitement que ses parents étaient fiers plus encore son père qui était un vrai patriote et qui croyait réellement en l’armée et les valeurs de l’Amérique. Durant de longues années, Aidan avait fait tout pour plaire à ses parents espérant ne jamais les décevoir avant de revenir aux USA plus changés qu’il n’y paraissait, car quand bien même il n’était pas sur le terrain, il avait vu ses hommes souffrir dans des conditions des plus terrifiantes, il avait souvent cru que sa vie se finirait quand il avait vu les bombes explosés au plus près de lui voulant faire ce qu’il savait mieux le faire sauver des vies même s’il avait vu plus de morts que de survivants, il n’a jamais regretté d’avoir pu participer à ses différentes missions et s’il était rentrée c’était non par envie, mais parce qu’il le devait se rappelant parfaitement du coup de téléphone de son frère. Il n’avait jamais entendu son frère pleurait, il ne l’avait jamais vu si désemparé et l’idée d’imaginer qu’il était arrivé quelque chose à sa filleule l’avait soudainement traversé l’esprit avant d’entendre difficilement la mort de sa sœur qu’il avait tant aimée et de sa nièce. On l’avait laissé repartir faire son deuil, on l’avait laissé retourner à Los Angeles où son esprit était loin d’être le même. Il avait mis longtemps d’ailleurs à retrouvé ses marques à accepter que sa sœur et sa nièce était décédé sans comprendre comment et pourquoi. Une terrible injustice c’est ce que lui avait dit son père qui était resté comme il était sans montrer quoique ce soit même si Aidan s’était douté que la douleur l’envahissait, mais Aidan n’avait pas pu se retenir ou pour la première fois il avait laissé sa colère s’emparait de lui pour le provoquer pour qu’il réagisse, mais rien. Aidan avait beau aimé son père, il ne voulait pas se retrouver comme lui, il voulait pouvoir aimer, être libre de ses actes c’était la raison pour laquelle il avait choisi la médecine, faire un métier qui lui donnait envie de se lever tous les jours c’était ça le plus important et jusqu’ici il avait fait ce métier par envie jusqu’à ce qu’il rencontre Gabriella et qu’il fasse l’erreur ce soir-là de boire trop beaucoup trop. En réalité, Aidan ne s’était pas franchement rendu compte à quel point il pouvait boire, la douleur était tellement difficile qu’il n’avait pas pu la contrôler s’il s’était imaginer que sa vie se finirait ce soir-là. Il était certain qu’il n’aurait jamais autant bu surtout que couché avec une femme dont il ne ressentait rien, qu’il n’aimait pas n’était pas son genre, mais pour apaiser sa peine, il s’était laissé allé avec la première venue sans penser que cela marquerait certainement la fin de sa vie cela pouvait sembler dramatique, mais depuis trois années à présent il vivait dans une relation qu’il ne supportait pas et avec une femme qu’il n’aimait pas et ce n’était pas faute d’avoir essayé. S’il l’avait épousé c’était pour prendre ses responsabilités face à la grossesse non voulue, mais présente. Il était le père, le test qu’elle avait fait été clair et malgré qu’il n’était pas toujours d’accord avec l’éducation qu’il avait reçu. Aidan était quelqu’un de responsable et avait fait les choses comme il le fallait en se mariant, en devenant un bon époux, mais loin de sentir la flamme avec sa femme. S’il dormait avec elle, il ne pouvait que très peu la toucher hormis pour accomplir son devoir de mari pourtant, il ne ressentait rien et souvent s’en était voulu culpabilisant de ne pas être capable de l’aimer alors qu’elle semblait avoir de forts sentiments pour lui. Il était bien trop naïf pour se rendre compte qu’en réalité sa femme, Gabriella tout ce qui l’importait était le grand médecin au grand nom qu’il deviendrait plus tard parce que son père était le chef d’un grand hôpital ou actuellement Aidan travaillait. Combien de temps avait-il fait semblant d’être amoureux ? Beaucoup trop au point souvent d’étouffer, si durant la première année, il avait fait les efforts possible rapidement il avait vu le visage de sa femme, une personne superficielle qui ne voyait pas plus haut que le bout de son nez ou seul l’argent et le nom lui importait. Elle était prête  à tout pour garder cette image et cela même si cela voulait dire menacer la personne la plus cher au cœur de Aidan qu’était son frère qui connaissait lui aussi de graves soucis sans compter ses problèmes d’alcool. Gabriella avait le pouvoir de briser son frère et de lui enlever sa fille et il ne pouvait l’accepter assez pour jouer le rôle d’un mari aimant qui aimait sa femme alors que tout ce qu’il espérait c’est qu’un jour horriblement il lui arrive quelque chose. Il l’a méprisait au plus au point, mais plus encore il vivait dans une cage dorée, une prison où il étouffait avant qu’elle n’apparaisse dans sa vie. Quand Aidan avait vu à cet instant son sourire où son cœur battait plus la chamade que jamais, l’air soulagé que ce soit elle, il ne pu s’empêcher de repenser à la première où il l’avait rencontré après une garde qui l’avait épuisé. Elle était belle, sauvages, les yeux pétillant, elle respirait le goût de vivre et la liberté toute ses choses à laquelle avait tant rêver Aidan, à la voir elle était la femme la plus belle de ce monde. Il en était complètement coupé et à cet instant il ressentait encore la même chose. C’était ce genre de chose qu’il avait toujours rêvé sans pour autant l’avoir. Aidan se rappelait précisément quand il avait goûté au lèvres interdit de cette brune dont il avait ignoré l’identité et qu’en vérité ce soir-là il avait désiré plus que n’importe qui au monde, mais s’était retenu parce qu’il ne pouvait pas. Il avait beau avoir envie d’elle, pouvoir la posséder, il restait un homme marié. Certes, il n’aimait pas Gabriella, mais il avait toujours tenu ses promesses d’engagement et jusqu’ici il avait toujours pensé tenir avant de la voir tous les jours pire encore de savoir qu’elle était sa belle-sœur. Tout aurait dû l’arrêter, mais il n’avait pas pu, car pendant un lapse de temps à ses côtés il ne voulait qu’une chose — Être enfin heureux, penser à lui des choses que seul Anna arrivait à lui offrir. Il n’avait jamais songé être ce genre d’homme, car il l’était devenu, un homme infidèle qui avait une maitresse. C’était le schéma typique, mais Anna était plus que ça, elle était la femme qui lui redonnait goût à la vie même s’il savait qu’il aurait dû se stopper. Qu’il aurait dû arrêter leur relation, il n’avait pas pu et plus le temps passé et plus ses sentiments pour la jeune femme devenait sérieux ou très vite Aidan se rendait compte que cela devenait dangereux, mais elle en valait la peine et lorsqu’elle montait les escaliers pour la rejoindre, il ne pouvait s’empêcher d’oublier tout ses soucis avec elle. Il ignorait comment elle faisait cela, mais il n’avait qu’à poser son regard sur Anna pour avoir la sensation que le monde n’existait plus. Qu’il n’y avait qu’elle et lui et rien d’autre. S’il avait mit des doutes sur cette soirée, à cet instant il remerciait presque le destin que ce soit Anna face à lui il n’aurait pas voulu d’une autre femme à ses côtés et plus encore face à un décor des plus magnifique qui s’offrait à eux. Aidan n’avait pas pu s’empêcher de lui dire combien il espérait que ce soit elle. Il n’avait pas pu lâcher son regard de la jeune femme qui était belle encore plus à chaque seconde, il ne pensait pas que c’était possible et pourtant Anna le surprenait à chaque seconde. « Moi aussi je voulais que ce soit toi  » il n’avait pu s’empêcher de sourire et en vérité à ses côtés il ne pouvait faire autrement  à tel point que cela en devenait dangereux il en était parfaitement conscient surtout à l’hôpital où Anna faisait parti de ses internes, il la regardait parfois trop longtemps avant de sourire, il savait qu’à force on finirait par comprendre ce qui se passait, mais plus le temps passé et plus cela devenait compliqué de cacher leur attirance, mais surtout les sentiments forts qu’il éprouvait pour elle. Aidan n’avait pas pu faire autrement que de la regarder de la tête au pied face à cette robe renversante où il s’estimait chanceux que ce soit sur lui qu’elle soit tombé, car selon lui, aucun homme n’aurait pu résister. Il n’avait cessé de lui répéter qu’elle était belle parce que c’était ce qu’elle était, il avait les yeux qui pétillait le genre de chose qui ne lui était pas arrivé depuis trop longtemps à tel point qu’il ne se souvenait plus de la dernière fois qu’il avait été presque comme un adolescent. Il avait observé le regard de Anna qui avait vu le serveur les laisser quelques minutes seul assez pour sentir les lèvres se plaquer sur les siennes. Il en rêvait de ces lèvres de sentir son corps coller au sien où il profita de ce baiser des plus intenses et langoureux qui durant quelques minutes laissant l’une de ses mains s’enfouir dans ses cheveux tandis que l’autre arrivait à sa taille pour qu’elle soit plus proche de lui que jamais. Il avait presqu’eu beaucoup de mal à se détacher d’elle « Bon sang ça m’avait beaucoup trop manqué ! » le front collé au sien, il ne pouvait pas arrêter de rire avant de caresser les joues de la jeune femme avant de l’embrasser cette fois-ci plus délicatement. « Toi aussi t'es plutôt pas mal. Tu comptais séduire quelle femme avec cette tenue dis-moi ? Toutes les ménagères de Los Angeles auraient craqué devant toi je crois. » Aidan n’avait pas pu s’empêcher de rire face à la phrase de Anna qui se donnait sur un ton taquin des plus irrésistibles que de cette jalousie naissante entre eux. « Et toi alors ? Qui compte tu séduire dans une robe qui met si tu veux mon avis ton corps bien trop en valeur assez pour qu’aucun homme ne puisse faire autre chose que te regarder » et il devait l’avouer qu’il ne se gênait pas une seule seconde pour se rincer l’œil. Aidan se mit à rire en cœur avec Anna avant de déposer un doux baiser sur le front de la jeune femme prenant sa main pour finalement laisser celle-ci caresser le dos dénudée de la jeune femme en regardant l’horizon devant eux. A cet instant, il savait qu’il n’aurait voulu partager ce moment avec personne d’autre qu’elle. « On aurait vraiment pu plus mal tomber je crois.  » elle n’avait pas tort, il avait toujours admiré ce genre de vignoble qui s’avérait à une communauté bien luxueuse. Il avait toujours songé à visiter cet endroit qu’il avait qualifier des plus beaux de la Californie et en voyant la vue, cette nature si apaisante, il ne s’était pas trompé et plus encore de le partager avec Anna il ne pouvait pas demander plus. « Cette soirée est bien au-delà de tout ce que j’avais espérais » déclara t-il avant de la regarder avec insistance, il aimait ce genre de moment où il n’avait plus à faire semblant avec elle il pouvait être lui. « Tout est absolument parfait, tu es parfaite Anna Morello comment cela est-ce possible ? » plus le temps il passait avec Anna et plus il découvrait une femme qui le rendait complètement fou. Son frère était au courant de sa relation avec Anna malgré qu’il avait toujours peu de ce qui se passerait, il l’avait soutenu voyant surement Aidan plus heureux que jamais parce que c’était exactement le sentiment qu’il ressentait avec elle. «  Tu me rends dingue Anna tu as pas idée à quel point » non elle l’ignorait plus encore qu’à chaque fois qu’il l’a regardait, l’embrassait son cœur en explosait, il sentait ce genre de choses qu’il n’aurait jamais imaginé ressentir à nouveau. Elle n’était pas simplement son amante, elle n’était pas seulement là quand il avait besoin de ressentir physiquement quelque chose non elle faisait partie de sa vie, elle connaissait plus de chose que lui que n’importe qui et il savait que dangereusement il se retrouvait à avoir de vrais sentiments pour elle quelque chose qui lui faisait peur il ne pouvait pas le nier plus encore qu’il n’arrivait pas à se sortir de la tête si elle-même ressentait les mêmes sentiments. Aidan savait qu’il ne pouvait pas se poser la question, il était marié, c’était sa belle-sœur, mais à la fois elle était bien plus et il n’avait eu guère envie de casser l’ambiance ou cette soirée. « J’aimerai que cette soirée dure plus longtemps, plus qu’une nuit en vérité si elle pouvait ne plus s’arrêter cela m’arrangerait » d’une voix douce et souriante il avait finit par lui avouer cela, il avait tenté de sourire comme il le pouvait, mais il n’arrivait pas à s’empêcher de se demander ce qu’Anna ressentait pour lui malgré la complication de leur relation, il ne pouvait pas s’empêcher d’imaginer bien plus avec elle et il savait il n’avait pas le droit alors qu’elle avait plus de choses à perdre que lui. « Tu es en train de me rendre fou Anna tu ne t’en rend pas compte, mais je suis complètement dingue de toi » il savait qu’il aurait peut-être pas dû dire tout ses mots raisons pour laquelle rapidement il avait eu le geste de prendre le verre de vin à la main et de le boire rapidement avant que son regard se pose une nouvelle fois sur le paysage face à eux et des plus majestueux. Il avait beau être malgré lui perdu, il n’avait pas de doute sur le fait qu’être avec Anna à cet instant était l’un des meilleurs moments de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 22/07/2016
›› Love letters written : 449
›› It's crazy, I look like : karla gorgeous souza
›› Credit made by : jugband blues (avatar) ※ fakementine + psychotic bitch (crackship) ※ tumblr (gifs) ※ luke sital singh (quotes)
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: ♡ INTRIGUE - AIDAN COLLINS AND ANNA MORELLO : VIGNOBLE DE SANTA BARBARA Dim 17 Sep - 19:57

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
the charity night ; santa barbara
ANNA MORELLO AND AIDAN COLLINS ※
feeling used. but i’m still missing you. and i can’t see the end of this. just wanna feel your kiss against my lips. and now all this time is passing by. but i still can’t seem to tell you why it hurts me every time i see you. realize how much i need you. i hate you i love you. i hate that i love you. don’t want to, but i can’t put nobody else above you. i hate you i love you. i hate that i want you. you want her, you need her. and i’ll never be her..


Toute sa vie Anna Morello avait appris à devenir indépendante, à ne dépendre de personne, à part d'elle-même. Parce qu'elle ne voulait pas avoir besoin de s'appuyer sur d'autres personnes et parce qu'il était dans son caractère d'évoluer par elle-même. C'était tout ce qui comptait pour elle. Déjà adolescente, elle était cette jeune fille de quinze ans avec une personnalité bien trempée, ne se laissant jamais marcher sur les pieds et n'acceptant jamais qu'on lui dise ni quoi dire ni quoi faire. Elle avait un caractère de feu et elle le prouvait à n'importe qui, surtout à ceux tentant de s'en prendre à elle. Et elle avait eu l'occasion de le prouver à maintes reprises, que ce soit durant ses années au lycée ou à l'université de médecine par la suite. Elle était l'exact opposé de sa grande soeur, Gabriella, ne sachant pas se débrouiller sans argent ou sans toutes les relations qu'elle s'était faite dans la haute société. Anna n'était pas ainsi. Elle se fichait assez du statut de sa famille, du fait que les Morello étaient connus dans le milieu de la médecine. Elle n'en jouait pas pour se faire sa place dans les hôpitaux, au contraire c'était pour éviter le poids de ce nom de famille qu'elle avait quitté Los Angeles pour se rendre à Baltimore. Là-bas, son père continuait d'être réputé, mais il l'était nettement moins que dans la cité des anges. Durant ses études, elle avait pu se faire sa propre place, elle avait pu faire ses preuves par elle-même et non à cause d'un nom de famille qu'elle portait et du sang coulant dans ses veines. C'était ce qui lui avait plu quand elle était à John Hopkins, elle avait pu grandir et en partant à des milliers de kilomètres de sa famille, elle avait montré à tout le monde qu'il n'était pas nécessaire pour elle de rester près des siens pour s'épanouir. C'était son indépendance innée qui ressortait. Et qui après plusieurs années et des études réussies l'avait entraîné jusqu'en Afrique pour deux années. Deux ans dans un continent qu'elle ne connaissait pas à soigner tous ces innocents ne demandant qu'à être soutenus, n'attendant qu'à être aidés par des bonnes âmes comme elle pouvait l'être. Elle avait un grand coeur, elle était prête à tout pour tendre la main vers tous les autres. Elle en avait vu des enfants blessés par les ravages de la guerre, des familles brisées par la misère, des femmes violées par des truands et pansant petit à petit leurs plaies. Les avoir accompagnée autant qu'elle le pouvait restait sa plus grande fierté, quand bien même elle savait qu'elle n'avait pas pu guérir tous les maux de la planète. Elle savait qu'à son échelle, elle avait agi, qu'elle avait contribué à faire quelque chose de bien dans cet univers rempli d'absurdité et d'obscurité. Elle n'exerçait plus le même travail maintenant qu'elle était de retour dans sa ville natale, mais elle continuait de sauver des vies. Jour après jour, opération après opération, elle apprenait son métier auprès des meilleurs, néanmoins elle était différente des autres internes qui pouvaient parcourir les couloirs avec elle. Elle n'avait pas la même énergie, pas la même volonté et elle était la seule à être gagnée par cette passion aussi intense. Par ce désir aussi profond de sauver la vie d'un blessé quand elle tenait un scalpel dans la main. Parfois, cela entraînait des situations problématiques. Quelques fois, elle avait été amenée à transgresser les règles, elle avait dévoilé trop fortement son caractère à ses supérieurs, fort heureusement jamais elle n'avait été mise de côté. Ou punie pour cela. Et dans des situations de la sorte, elle savait que son nom de famille n'y était pas pour rien. Car elle n'était pas n'importe quelle étudiante à l'hôpital de Los Angeles, elle était la fille du chef et elle pouvait lire dans le regard de certains chirurgiens une sorte de crainte. Comme s'ils avaient peur de ce qu'elle pouvait faire ou dire s'ils n'étaient pas de son avis. Ils n'étaient pas tous de la sorte et elle le préférait, ne souhaitant pas recevoir de traitements de faveur. Depuis qu'elle avait remis les pieds sur le sol californien, elle avait retrouvé certaines de ses habitudes, certains de ses proches, pourtant elle n'était plus la même Anna que par le passé. Elle avait grandi, elle avait mûri, les années avaient fait leurs oeuvres sur elle. Elle n'était plus une jeune étudiante de dix huit ans, à présent elle en avait vingt-sept. Elle n'avait plus la même manière de regarder l'univers autour d'elle, d'appréhender l'avenir ou de se comporter. Et depuis quelques temps, elle avait cessé d'être cette femme si détachée ou indépendante qu'elle pouvait l'être autrefois. Elle n'était pas liée par des chaînes, elle ne laissait personne guider ses choix ou prendre des décisions à sa place, mais son coeur battait fortement pour quelqu'un en particulier. Un homme qu'elle n'était pas supposé rencontrer et encore moins aimer. Ce n'était pas dans l'ordre des choses, ni dans la logique des événements. Elle ne devait pas laisser son organe vital prendre l'ascendant sur toutes ses réactions, tout comme il n'était pas habituel pour elle d'éprouver des sentiments aussi forts envers un homme. Elle avait eu des réactions par le passé, mais jamais elle n'avait ressenti des émotions aussi fortes. Jamais quelqu'un avait pris autant d'importance. Encore moins en si peu de temps. Mais Aidan n'était pas comme tout le monde, il n'était pas juste un homme de passage, avec lequel elle avait une aventure. Il était nettement plus important. Dans le fond, cela avait un côté effrayant, parce qu'elle savait que plus elle se rapprochait de lui, plus elle prenait le risque de tout perdre. De le perdre lui aussi. Parce qu'il n'était pas logique pour eux d'être ensemble. Ils n'étaient pas faits pour être ensemble, pas selon les codes de la morale en tout cas. Mais malgré tout elle était incapable d'arrêter cette relation. Parce que pour la première fois, elle avait besoin de tout ce qu'Aidan lui apportait. Elle était tombée amoureuse de lui, tout du moins ce qu'elle éprouvait ressemblait étrangement à de l'amour. Elle ne l'avouait pas, gardant secret chaque sentiment qui régnait dans son muscle cardiaque. Il était exactement tout ce qu'elle aurait pu rechercher, si un jour elle avait désiré avoir quelqu'un dans son existence. Il la comprenait, il avait la même passion qu'elle pour la médecine. Et quand il était à se côtés, elle se sentait bien. Entière, parce qu'ils évoluaient sur la même fréquence. Il était comme elle. Ils étaient tous les deux des âmes sauvages, aimant l'un comme l'autre l'idée d'une randonnée en forêt ou tendre la main vers les plus démunis. Alors elle n'était plus exactement aussi indépendante, rêvant prolonger chaque moment qu'elle pouvait passer en compagnie d'Aidan. Elle aimait quand ils se retrouvaient pour discuter, quand ils se réveillaient côte à côte le matin. Et elle en voulait toujours plus. Cette soirée était donc une aubaine pour la jeune Morello. Il n'y avait qu'eux deux, coupés du monde, sans personne pour les observer. Ils n'allaient pas avoir besoin de se cacher, de faire semblant qu'ils n'étaient que des collègues. Ils allaient pouvoir passer du temps ensemble et elle ne put masquer sur son visage toute la joie qui l'habitait. Ils étaient ensemble et c'était tout ce qui importait à cette seconde précise. Le regard planté dans les yeux bleus d'Aidan, elle l'observa longuement, attendant patiemment que le serveur disparaisse de leurs champs de vision pour se rapprocher de celui se tenant face à lui. Avec hâte, elle posa ses lèvres sur les siennes pour l'embrasser sans masquer à quel point il avait pu lui manquer. Pendant un long moment, elle garda ce contact intime entre eux, posant une main sur sa joue pour caresser sa peau.   « Bon sang ça m’avait beaucoup trop manqué ! » , le coeur battant la chamade dans sa poitrine, le souffle d'Aidan se mêlant au sien, elle lui adressa un sourire sincère, comme pour lui signifier qu'elle ressentait exactement la même chose que lui, car c'était le cas. Elle avait la sensation de ne pas l'avoir vu depuis des semaines, alors que tous les jours ils arpentaient les mêmes couloirs à l'hôpital. Se détachant légèrement du chirurgien, elle observa sa tenue qui le rendait plus que charmant, et elle ne pouvait qu'imaginer les remarques des autres internes en chirurgie de l'hôpital si elles avaient eu l'occasion de le voir ainsi vêtu. Mais il n'était qu'à elle, personne n'allait arriver pour mettre fin à ce moment entre eux deux, personne n'allait les appeler pour une intervention urgente. Ils étaient seuls, loin du vacarme de la ville.  « Et toi alors ? Qui comptes tu séduire dans une robe qui met si tu veux mon avis ton corps bien trop en valeur assez pour qu’aucun homme ne puisse faire autre chose que te regarder », spontanément elle se mit à rire, hochant la tête, les épaules haussées. Elle avait souvent eu l'âme d'une séductrice, n'ayant que peu de mal à avoir des conquêtes, assumant totalement sa sexualité et son corps de femme, mais depuis qu'elle connaissant Aidan, elle ne pensait jamais à plaire ou à attirer les oeillades appuyés des autres hommes. Elle ne pensait pas à charmer quiconque ou à rentrer accompagnée. A part lui évidemment. « C'est sûr que ça me met bien plus en valeur que la blouse de l'hôpital. Mais dis toi que c'est toi qui me regarde ce soir » , répondit-elle d'une voix suave à quelques centimètres de son oreille. C'était lui qui allait profiter de cette robe qu'elle avait mis si longtemps à choisir en regardant son dressing quelques heures plus tôt. Le regard perdu face à l'horizon, la main d'Aidan serrée dans la sienne, elle laissa ses prunelles contempler le paysage époustouflant qui se dessinait devant eux. Le vignoble, dans lequel il se trouvait, avait tout du paradis. Elle n'aurait guère pu espérer mieux. Et son compagnon pour la soirée paraissait partager son opinion:  « Cette soirée est bien au-delà de tout ce que j’avais espéré », elle qui avait peur de se retrouver avec un homme aux croyances différentes des siennes et parfaitement soporifique, elle avait fait totalement fausse route et elle en était des plus satisfaites.  « Tout est absolument parfait, tu es parfaite Anna Morello comment cela est-ce possible ? », son coeur rata un battement, comme emporté dans une folle frénésie que rien ne pouvait arrêter. C'était l'intensité du regard du beau Aidan qui la faisait vaciller. Qui la chamboulait. Jamais elle n'avait pu ressentir quelque chose d'aussi fort. Cela dépassait l'entendement, ou les règles de la logique. «  Tu me rends dingue Anna tu as pas idée à quel point », c'était la première fois qu'il lui disait, qu'il lui avouait ce qu'il pouvait penser. Ils n'étaient pas des sentimentaux, dévoilant aisément ce qui les habitait ou ce qui les animait. Ils parlaient de leurs états d'âme, de ce qui se passait dans leurs existences ou de ce qui leur était arrivé par le passé, mais jamais d'eux deux comme un couple. Presque toujours, ils laissaient parler des pulsions et cette attirance si grande qui inondait chacune de leurs cellules. « Je ne suis pas parfaite, cela se saurait si c'était le cas. Tu me vois comme parfaite, mais tu manques d'objectivité. La preuve je te rends dingue, donc tu es totalement subjectif », déclara-t-elle d'un ton amusé, un immense sourire toujours perdu sur ses lèvres. Elle était heureuse, elle se sentait parfaitement bien, comme jamais cela n'avait pu se produire par le passé. « Et cela tombe bien si je te rends dingue, car tu me rends folle aussi », ajouta-t-elle, sentant son organe vital s'emballer, presque sur le point d'exploser dans sa cage thoracique. C'était si fort que cela aurait pu en être douloureux, mais c'était une douleur des plus agréables, qu'elle espérait ressentir encore et encore. Jour après jour. Jusqu'à la fin des temps, même si elle se doutait que cette relation prendrait fin tôt ou tard. Car il était marié, et pas à n'importe quelle femme. Il était uni à sa soeur par les liens sacrés du mariage et rien ne pouvait changer cela. Tout comme rien ne pouvait faire disparaître les sensations si grandes qui la gagnaient quand il se tenait si près d'elle.   « J’aimerai que cette soirée dure plus longtemps, plus qu’une nuit en vérité si elle pouvait ne plus s’arrêter cela m’arrangerait », doucement elle posa sa main sur sa joue, lui adressant un sourire à la réconfortant et mélancolique. A chaque fois ils n'avaient le droit qu'à des moments perdus, des bouts de nuit à deux, une après midi ensemble hors du temps ou quelques heures. Jamais ils ne pouvaient aller au restaurant pour déguster un bon repas à deux, le bonheur absolu leur était interdit. Parce qu'ils étaient des amants maudits. « On a qu'à s'enfuir au bout du monde comme des fugitifs pour faire durer cette soirée plus longtemps », proposa-t-elle d'un ton plus décontracté pour ne pas gâcher ce moment à deux qu'ils allaient partager. Dans son esprit, elle savait qu'elle était capable de prendre ce genre de décisions sur un coup de tête. Elle l'avait déjà fait en quittant Baltimore pour l'Afrique, et elle pouvait recommencer. Surtout si cela lui offrait des instants en compagnie d'Aidan. Elle les imaginait parfaitement loin de tout, uniquement tous les deux à exercer leur métier, à vivre de leur passion. C'était le concept même du rêve. Ou du paradis. Peut-être les deux à la fois. Mais elle n'avait pas le droit d'y songer.  « Tu es en train de me rendre fou Anna tu ne t’en rend pas compte, mais je suis complètement dingue de toi », il se dévoilait et plus il parlait, plus elle appréciait ce qu'elle avait le loisir d'entendre. C'était peut-être des mots, mais pas n'importe lesquels et ils ne venaient pas de n'importe qui. Si auparavant, elle n'avait pas désiré les entendre par un homme, n'en ayant pas besoin, ni envie, quand ils venaient d'Aidan, tout était différent. Et complètement unique. « Fais attention si tu continues je pourrais finir par être amoureuse de toi  » , avoua-t-elle sincèrement, sachant parfaitement que cela était déjà le cas. Car ce qui l'animait ressemblait fortement à de l'amour, elle n'avait aucun doute là dessus. Pour ne rien regretter, elle allait profiter de chaque seconde que l'univers était décidé à leur offrir. Ils le méritaient certainement plus que tous les autres.



 
Revenir en haut Aller en bas
❉ the search for something more
avatar
En ligne
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 22/07/2015
›› Love letters written : 1687
›› It's crazy, I look like : colin perfect donnell
›› Credit made by : fakementine (avatar) psychotic bitch, foolish blondie and fakementine (crackship) ≡ @tumblr (gifs)
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: ♡ INTRIGUE - AIDAN COLLINS AND ANNA MORELLO : VIGNOBLE DE SANTA BARBARA Mer 20 Sep - 21:30

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
the charity night ; santa barbara
ANNA MORELLO AND AIDAN COLLINS ※
feeling used. but i’m still missing you. and i can’t see the end of this. just wanna feel your kiss against my lips. and now all this time is passing by. but i still can’t seem to tell you why it hurts me every time i see you. realize how much i need you. i hate you i love you. i hate that i love you. don’t want to, but i can’t put nobody else above you. i hate you i love you. i hate that i want you. you want her, you need her. and i’ll never be her..


Durant quelques secondes, Aidan ne peut s’empêcher de regarder Anna qui avait cette faculté à lui donner l’impression de liberté, de pouvoir être libre d’être lui-même. Il n’y avait pas faux-semblant c’était comme si on lui offrait la possibilité de respirer de lui rappelait ce que cela faisait de vivre, sourire et surtout de voir que le bonheur pouvait être également à porté de lui même si une partie de lui ne pouvait pas s’empêcher de sentir un nœud se serrer dans son estomac. Il savait une part de lui que plus il s’attaché à cette brune sauvage qu’elle était et plus il ne pourrait de détacher d’elle. En vérité rien que l’idée de penser un instant la laisser partir était presqu’un supplice assez pour qu’il ferme les yeux et ôte cette image à laquelle il ne voulait pas penser en tout cas pas ce soir il préférait profiter de l’instant où tout semblait si facile, si incroyable et intense. Jamais il n’avait ressenti ce genre de sentiment pour qui que ce soit. Il n’avait jamais imaginé qu’un jour son cœur s’emballerait d’une manière des plus explosifs assez pour avoir la nette impression par moment d’être un vrai ado qui rencontrait pour la première fois la fille la plus belle qu’il est jamais vu de sa vie parce que c’était exactement comme ça qu’il se sentait à ses côtés. Aidan avait toujours eu la fâcheuse tendance à avoir dû mal à s’accrocher à quelqu’un assez pour que très souvent son frère se moque de lui. Ils avaient beau être différent il était certain que Andrew connaissait son frère mieux que quiconque se doutant bien que s’il agissait parfois comme un vrai connard avec les femmes alors qu’au fond il ne profitait juste de sa vie de célibataire de jeune médecin loin de vouloir une relation stable plus ancré à penser à sa carrière et rien d’autre son frère savait que depuis le décès de leur sœur l’idée même de s’attacher à quelqu’un l’effrayait. Rare était les fois où il parlait de sa sœur et plus encore du décès de celle-ci ainsi que de sa nièce il n’avait jamais évoqué à quel point il en avait souffert et n’imaginait pas ce que pouvait ressentir Jace assez pour ne pas vouloir ressentir ça plus encore qu’il voyait de loin la relation que son frère avait avec sa femme loin d’être si idyllique qu’il le prétendait il n’avait pas eu besoin de lui dire pour que Aidan comprenne ce qui se passait, il s’en doutait mais restait silencieux parce qu’il savait que Andrew n’avait pas forcément envie d’en parlé il voyait son frère vivre dans un calvaire sans fin assez pour ne pas vouloir s’attacher à quelqu’un quand il avait rencontré Gabriella elle n’était qu’une simple fille dans un bar avec qu’il avait profité de la nuit bien qu’en vérité il ne s’était même pas rappelé d’elle au petit matin. Il n’avait pas eu le moindre souvenir de son identité et avait bien eu du mal à se rappeler de cette soirée où l’alcool l’avait plongé dans un blackout qui avait durée quelques jours. Une soirée qui avait été pour lui la pire et mit fin à sa vie. Cela pouvait semblait exagéré de dire et pourtant c’était exactement son sentiment. Aidan s’était retrouvé prisonnier de sa propre vie sans trouver aucune échappatoire avant de la rencontrer. Il n’avait jamais pu oublier son visage à elle. Son sourire avait été étincelant, son rire il s’en rappelait encore. Ils avaient discuté de tout et de rien parlant des choses qu’ils appréciaient et de leur rêve qu’au fond Aidan n’y croyait plus depuis bien longtemps. Ils avaient plus de choses en commun assez pour que la première fois depuis des lustres il avait vu le temps passé vite bien trop à son goût il avait eu envie d’en savoir davantage, dès que son regard se posait sur elle il pouvait très bien sentir cette once d’électricité le parcourir et lorsqu’elle avait effloré son bras avec ses doigts il n’avait pas pu s’empêcher de s’approcher d’elle. Elle était l’interdit au fond il savait qu’il n’aurait dû faire, il n’aurait jamais dû répondre à son sourire, mais quand elle avait pincé sa lèvre cela l’avait rendu fou assez pour effleuré ses lèvres et l’embrasser avec fougue et pleine de passion, une passion qui avait réveillé la personne qu’il était, il avait durant quelques secondes eu la sensation de pouvoir enfin revivre comme si tout le reste n’avait eu aucune importance. Jamais il n’aurait pu oublié ce baiser ou l’envie d’aller plus loin et qu’elle soit sienne toutefois il s’était détaché d’elle ce soir là sans qu’ils ne disent rien il avait disparu et cela devait resté ainsi, car il était un homme marié, il était marié à une femme qu’il détestait, mais avec qui il avait fait un pacte avec le diable, car définitivement Gabriella était le diable incarnée il l’a maudissait de ne pas pouvoir vivre sa vie, d’être une personne qu’il n’était plus. Aidan a toujours été un homme plein de passion qui aimait vivre selon ses propres règles, mais qui s’était avec le temps oublié se laissé entrainé dans une routine qui en vérité le rendait complètement fou. Il n’y avait pas eu de raison pour que cela ne change pas avant que son regard se pose à nouveau sur elle qu’il comprenne qui elle était tout aurait dû lui faire arrêter, lui dire stop et combien de fois avait-il fait pour la repousser sans pouvoir y arriver assez pour se retrouver dans une relation interdite, mais qui lui faisait un bien fou. Aidan savait qu’il ne pouvait pas continuer ainsi cela devenait dangereux plus depuis quelques temps où il le reconnaissait il lui arrivait bien difficilement à détacher son regard sur celui de Anna, elle avait cette facilité lorsqu’il ne la voyait pas de créer un manque en lui assez pour que cela devienne un calvaire. Il en était accro et cela rendait les choses bien pires. Il l’a voulez il n’y avait aucun doute, mais au fond il savait parfaitement que cette relation allé nulle part, ils le savaient chacun pourtant, il ne pouvait pas imaginé un instant la laissé partir, c’était au-dessus de forces plus encore à cet instant où elle était près de lui avec ce sourire qui élargissait son visage et lui donnait envie de croire en l’impossible. D’un geste des plus doux il caresse sa joue d’un doigt comme s’il voulait enregistré chaque détail de son visage qu’il connaissait en vérité par cœur assez pour ne pas s’empêcher de lui sourire, elle le rendait différent, elle lui rendait sa personnalité et plus encore elle semblait arrivait à le comprendre bien mieux qu’il s’était imaginé. Cela paraissait fou qu’en si peu de temps, elle avait su plus de chose sur lui que Gabriella qui en vérité ne le connaissait pas et il devait reconnaître qu’il n’avait aucune idée de ce qu’elle aimait réellement. Il ne savait pas quel plat elle aimait mangé, il ignorait la couleur qu’elle appréciait le plus des choses certes futiles, mais qu’au bout de plusieurs années de mariage il aurait dût connaître, mais qu’en vérité il ignorait et se fichait royalement alors que avec Anna il en savait chaque détail. Chaque matin qu’il se réveillait auprès d’elle il aimait en découvrir plus sur elle, à chaque instant qu’il passait à discuter il apprenait la femme qu’elle était bien loin de ce qu’on aurait pu croire. Il se souvient encore quand son frère lui avait demandé si c’était vraiment ce qui voulait qu’elle soit son amant, c’était assez étrange d’entendre ses mots il se doutait que son frère lui avait dit cela c’était pour qu’il se rende compte dans la situation où il était et à quel point ça pouvait être dangereux plus que Anna était sa belle sœur assez pour qu’il se stoppe, mais il en était incapable parce que à ses yeux elle n’était pas juste une femme avec qui il couchait de temps à autre pour se sentir bien, elle n’était pas un plan cul comme on aurait pu le croire définitivement sans le vouloir il s’était retrouvé dans une relation avec la jeune femme, une relation très secrète et des plus dangereuse, mais bon sang qui lui faisait un bien fou et dès qu’il posait son regard sur elle sentant sa peau contre lui, il savait qu’elle en valait la peine au point de s’en foutre des conséquences pour le moment il n’avait pas à y penser et c’était tout ce qui importait qu’elle soit là avec lui et qu’il puisse profiter d’un weekend où ils pourraient être rien que tous les deux sans devoir à se cacher et cette idée lui plaisait, car il se doutait que même si Anna ne lui disait pas cela n’était guère évident cela ne l’était pas toujours pour lui, mais l’un comme l’autre avait choisi de prendre le risque il ne le regrettait pas pour une fois depuis bien longtemps il faisait quelque chose pour lui.  Lorsque Aidan avait senti les lèvres de Anna se poser sur les siennes rapidement toutes les questions et doutes qu’ils auraient pu avoir s’était vite envolé assez pour intensifier ce baiser s’accrochant à elle pour qu’elle ne puisse jamais partir il ne le voulait aucunement. Cela lui avait manqué bien plus qu’il ne le disait et plus il regardait Anna et plus il ne pouvait démentir que quelque chose se passait entre eux, que chaque instant qu’il passait avec elle en devenait plus difficile à la quitter. Loin de ce que l’on imaginait Aidan n’a jamais connu autant l’amour certes il avait eu de nombreuses femmes qui était entrée dans sa vie, mais être amoureuse véritablement il ne l’avait jamais connu préférant davantage sa carrière que ses histoires d’amours qui finissait par s’estompait avec le temps sans y faire une affaire personnelle sauf qu’il voyait bien que lorsqu’il était avec elle il ne pouvait s’empêcher de faire des projets cela paraissait fou et pourtant il ne comptait pas le nombre de fois où ils avaient pensées à partie ensemble en vacances à visiter des pays qu’il rêvait, elle ne cessait de le surprendre elle cherchait souvent à savoir ce qu’il voulait et elle aussi la plupart du temps quand il devait partir avec Gabriella en vacances qui était une véritable corvée il se retrouvait dans endroits des plus luxueux et surtout des hôtels où elle passait le plus souvent ses vacances installés dans un transat plutôt que de visiter le pays quelque chose qu’il détestait tandis que avec Anna il constatait facilement son enthousiasme à découvrir diverses pays leur culture en s’y imprégnait c’était tellement facile de lui parler que parfois il se demandait comment il avait fait pour ne pas la rencontrer plus tôt il aurait parfois bien aimé, mais définitivement Anna n’était pas simplement la femme avec qu’il ne faisait que coucher ou il était devenu un homme infidèle à sa femme elle était bien plus assez pour l’effrayer, mais auquel il ne pouvait pas se battre il ne voulait pas pour la première fois il s’était laissé allez et plus il la regardait et l’a sentait contre lui et plus au fond il savait qu’il avait besoin d’elle dans sa vie, il l’a voulait et c’était tout ce qui importait plus encore qu’Aidan avait développé une certaine jalousie face à des regards qu’on posait sur elle après tout c’était une femme des plus séduisantes magnifiques avec un corps à rendre dingue tout homme qui se respectait et Aidan savait de quoi il parlait davantage face à la robe affriolant qu’elle portait et qui le rendait fou assez pour bien sous entendre tout ce qu’il en pensait s’imaginait si elle s’était retrouvé avec une autre personne à ce rendez-vous combien chanceux il pouvait être, mais au final c’était lui le plus chanceux et il n’avait pas pu s’empêcher de laisser son regard glisser sur cette robe qui l’a rendait plus attirante qu’elle était sans compter se décolleté qui mettait parfaitement sa valeur en poitrine assez pour qu’il ne puisse pas s’empêcher de sourire. « C'est sûr que ça me met bien plus en valeur que la blouse de l'hôpital. Mais dis toi que c'est toi qui me regarde ce soir » et il devait admettre qu’il aimait la regarder c’était une chose dont il se régalait de faire encore plus ce soir. « Je ne suis pas si sûre que toi  sur ce point là ! Est-ce que dois réellement te rappeler combien de fois j’ai pu t’enlever cette blouse à l’hôpital ? Alors je peux t’assurer que quoique tu pourrais porter tu rendrais un homme fou » et en l’occurrence elle le rendait dingue comme personne assez pour que parfois cela en devienne difficile de soutenir son regard vers elle au risque que quelqu’un le remarque parfois il se disait qu’il jouait à un jeu dangereux, mais dès qu’il la frôlait il ne rêvait souvent que d’une chose pouvoir l’embrasser, la serrer contre elle et la sentir au plus près de lui. « Je ne suis pas parfaite, cela se saurait si c'était le cas. Tu me vois comme parfaite, mais tu manques d'objectivité. La preuve je te rends dingue, donc tu es totalement subjectif » elle marquait un point elle le rendait dingue c’était quelque chose qu’il ne pouvait pas nier après tout combien de fois il avait tenté de lui résister pour chaque fois craqué de tout évidence il était bien trop faible après d’elle et cela ne le gênait aucunement « Je ne vais pas mentir tu me rends dingue voir complètement fou ça c’est certain et prouvé ! Par contre tu as tord, c’est parce que tu n’es pas parfaite que je craque à chaque seconde sur toi la perfection par pitié de ne le devient jamais ça serait ennuyant et puis tu as dû bien voir que j’aimais ton côté si … sauvage » il s’était amusé parfaitement à soutenir sa dernière phrase assez pour entendre le rire de Anna dont il n’arrivait pas à se lasser. « Et cela tombe bien si je te rends dingue, car tu me rends folle aussi » un sourire apparaît très vite sur son visage ou sans tarder joignant ses mains sur les joues de la jeune femme il ne peut s’empêcher de l’embrasser comme un besoin il n’arrivait pas à se séparer de ses lèvres bien longtemps. « Tu sais que je pourrais passer des heures à t’embrasser ? » sans se détacher d’elle collant son front au sien il ne peut s’empêcher de lui murmurait ses mots doucement il sentait facilement son cœur battre rapidement assez pour d’un geste il inspire elle avait un effet qu’il ne pouvait contrôler quelque chose qu’il n’avait pas connu jusqu’ici assez pour à la fois l’effrayer, mais aussi qui lui donnait envie d’aller plus loin avec elle. Il savait qu’il avait beau être marié qu’il ne pouvait parler ainsi ou même y penser, mais c’était plus fort que lui assez pour qu’il puisse rêver de pouvoir fuir cette vie avec elle et pouvoir vivre simplement à croire que c’était trop demandé d’avoir une vie où il pouvait être maitre de sa vie choisir qui il aimait sans le remarquer Aidan baissa sa tête son regard plus sérieux avant de fermer les yeux, il ne voulait pas gâcher cette soirée, mais il ne pouvait pas nier que par moment il avait l’impression d’être dans un gouffre sans fin. « On a qu'à s'enfuir au bout du monde comme des fugitifs pour faire durer cette soirée plus longtemps » Elle ne devrait pas lui dire ça, elle ne devrait pas lui faire implanté ce genre d’idées en tête plus encore qu’il rêvait de pouvoir se réveiller plus d’une matinée à ses côtés de pouvoir l’embrasser dans la rue sans devoir avoir peur que quelqu’un les remarques, ne plus à se cacher oui il en rêvait bien trop ces temps-ci. « Ne me tente pas Anna ne me tente surtout pas parce que je serais bien capable de te prendre aux mots » lâche-t-il avant de soupirer quelques instants de sentir la main de la jeune contre sa joue où il pose automatiquement la sienne avant de lui répondre par un simple sourire. Plus il l’a regardait et plus il ne pouvait pas se mentir sur ce qu’il ressentait sur ses véritables sentiments pour la jeune brune, elle le rendait dingue il lui avait d’ailleurs dit à quel points assez pour sentir dans sa voix quelque chose de bien plus fort, mais c’était sur un coup arrêté pourtant il ne pouvait pas nier l’évidence, il tentait de passé son temps libre avec elle, il trouvait excuse sur excuse pour passer ses weekend auprès de cette femme qui définitivement battre son cœur. « Fais attention si tu continues je pourrais finir par être amoureuse de toi  » Aidan relève d’un geste le regard vers Anna il pouvait voir dans ses yeux la sincérité de ses mots assez pour le surprendre, mais de façon agréable. S’il avait entendu ses mots auparavant d’une autre personne il se serait excusé un instant et serait parti tel un voleur tandis que là c’était différent. « Qui te dis que je ne l’espère pas ? » déclare t-il avec des plus sincère sans la lâcher du regard « Et qui te dis que je ne le suis pas... » Il avait vite pu remarquer le regard de Anna ne plus le lâcher tandis que doucement l’une de ses mains caressait tendrement le bras dénudées de la jeune femme avant de planté son regard dans ses yeux où il ne comptait plus le nombre de fois où il se perdait « ...amoureux de toi ? » il avait pendant un fort moment tenté de contenir ce qu’il ressentait pour elle. Aidan n’avait jamais connu ça de toute sa vie, mais au fond il savait qu’il en était tombé fou, il n’avait aucun doute plus encore à cet instant telle une véritable révélation. « Parce que c'est le cas. Je suis amoureux de toi Anna. » il pouvait sentir son cœur s’accélérait, laissé ses mots sentir était loin d’être évident, s’il maniait à la perfection un scalpel dans un bloc où il était le maitre en la matière, faire parler ses sentiments et surtout se laisser guider comme il le faisait à cet instant c’était nouveau ça l’effrayait, mais maintenant c’était dit il ne pouvait pas reculer. Une part de lui savait que cela compliquerait davantage leur relation, mais il ne pouvait pas lui mentir et plus encore se mentir à lui-même, il savait qu’il l’aimait il n’avait plus un doute sur ça et il espérait qu'elle verrait toute la sincérité dans ses mots bien loin d'être si évident qu'il n'y paraissait.
Revenir en haut Aller en bas

♡ INTRIGUE - AIDAN COLLINS AND ANNA MORELLO : VIGNOBLE DE SANTA BARBARA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: lieux divers
-