Partagez|

a discussion is needed - Christopher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Love letters written : 495
›› It's crazy, I look like : La merveilleuse Jennifer Morrison
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Ven 28 Juil - 11:43

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le trajet me paraissait durer une éternité, c'était horrible et en même temps très agréable, quel paradoxe. Son parfum embaumait toute la voiture, ce qui était assez grisant. Il avait cette odeur masculine très attirante et qui en même temps me retournait la tête. Malgré tout, le silence était légèrement pesant, en même temps je n'osais pas vraiment lancer la conversation, pour dire quoi ? En même temps je préférais ne rien dire, histoire de ne pas encore dire une bêtise, quelque chose qui pourrait l'énerver encore plus. Ce n'était pas vraiment la bonne chose à faire, surtout qu'il commençait seulement à s’apaiser et ce n'est que lorsque je vis le panneau lumineux du traiteur un peu plus loin que je commençais à souffler, nous allions bientôt manger et du coup, rentrer chez moi. Ce qui allait certainement apaiser les choses. Je secouais positivement la tête sans le lâcher des yeux. « Oui, d'accord. De toute façon, je ne vais pas courir un marathon. » Je levais les yeux au ciel, un petit sourire sur les lèvres, je ne voulais pas le fâcher, juste le taquiner un peu, tout en m'enfonçant un peu plus dans le fauteuil, qui semblait chauffer ? Rien de vraiment étonnant au final. Rien qu'avec sa voiture il devait toutes les faire craquer. Quand il me demanda ce que je voulais manger ce soir, je fouillais dans mon sac pour en sortir une carte de fidélité déjà bien remplis, que je lui tendais. « Le propriétaire me connaît très bien, j'ai un compte chez lui, dis lui simplement que je prendrais comme d'habitude, il saura quoi faire. » Il faudrait quand même que je pense à manger ailleurs, découvrir d'autre choses, d'autres saveurs, ça devenait critique, mais sincèrement, je n'arrivais vraiment pas à résister à son poulet à la citronnelle qui était à tomber. Je n'en avais jamais mangé de meilleur, même dans des restaurants qui étaient soit disant les meilleurs de la ville. Mais je tenterais bien le nouveau petit restaurant italien qui venait d'ouvrir en bas de chez moi, j'y penserais. Je regardais Christopher partir en direction du petit traiteur et attrapais mon téléphone qui traînait dans la poche de ma veste, pour envoyer un message à ma mère, la prévenir que je ne pourrais pas passer ce soir, mon genou n'aidait pas, mais je n'allais certainement pas lui dire que Christopher passerait la soirée chez moi, elle allait monter sur ses grands chevaux et commencer à se faire des films et sincèrement je n'avais pas besoin de ça. J'aimais ma mère, vraiment, mais elle était trop romantique, trop fleure bleue, tellement perdue dans son petit monde rose qu'elle ne voyait pas que parfois tout ne fonctionnait pas aussi facilement. Mais elle restait mignonne dans sa naïveté. Et d'un coup je me mis à réfléchir à l'état de mon appartement, est-ce qu'il était rangé ? Je ne me souvenais plus vraiment de ce que j'avais fait ce matin avant de partir. Non, je n'avais pas trop à m'inquiéter, dans l'ensemble ça devait aller, mais malgré tout ça me stressait un peu qu'il vienne chez moi, ce n'était pas quelque chose de naturel pour moi. Christopher arriva et je lui adressais un petit sourire, les plats qu'il tenait sentait terriblement bon et mon ventre commença à crier famine. « Tu as trouvé tout ce que tu voulais ? » Même si je ne doutais pas vraiment de la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 11/11/2016
›› Love letters written : 144
›› It's crazy, I look like : Colin O'Donoghue
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Mer 2 Aoû - 18:02



       

         
A discussion is needed

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le baiser frappe comme la foudre, l'amour passe comme un orage, puis la vie, de nouveau, se calme comme le ciel, et recommence ainsi qu'avant. Se souvient-on d'un nuage ?
Trina & Chris
J'étais content qu'elle ne cherche plus, au moins, à faire la fière et prenne inutilement le risque de se faire encore plus mal. Me donnant rapidement le peu d'indication qu'il suffisait pour lui obtenir le repas de son choix, elle me tendit une carte de fidélité qui en disait long sur sa bonne connaissance de la nourriture de ce traiteur. Je hochais la tête en prenant la carte, avant de quitter la voiture. L'attente à l'intérieur ne fut pas trop longue, la carte en elle seule suffit à obtenir la commande sans même que je n'ai réellement à prononcer le moindre mot. Pour ma part, j'optais pour quelques beignets de crevettes, des nouilles chinoises et des bouchées vapeurs après une longue hésitation face au porc au caramel. Si j'avais la chance d'avoir un bon métabolisme, je devais quand même limiter un minimum mes apports en graisse et en sucre. J'étais moins regardant en dehors de mes périodes de travail, mais j'avais quand même toujours eu tendance à faire attention depuis le lycée. Depuis que j'étais devenu cet autre Christopher James, en fait. Un autre moyen, assez radical, de me différencier du pauvre lycéen qui avait vu tout son maigre ego bafoué.

Sortant du restaurant, je repérais facilement au coin d'une rue le reflet d'une lentille d'appareil photo et la forme noire d'un type qui ne voulait pas être vu. Cela m'amusait. Les paparazzi n'étaient pas les gens les plus discrets de la planète. Et puis ils étaient prévisibles au possible. Ils savaient, bien sûr, que Trina avait ses habitudes ici. Il devait y en avoir d'autres sur le coup, cherchant à capter les premières images de Taylor au sortir de son premier jour de reprise du travail. Ils avaient été sur les dents, à la seconde où la rumeur de la reprise du tournage avait commencé à tourner. Mon ancien assistant au nom déjà oublié était bon pour ce qui tenait des commérages et m'avait rapidement fait part de toutes les rumeurs qui tournaient autour du film, de Taylor et moi et de « l'affaire du baiser ».

Je hochais la tête quand je remontais dans la voiture et que Trina me demandait si j'avais trouvé ce que je voulais. Déjà, l'odeur de la nourriture emplissait la voiture et me mettait l'eau à la bouche. Jetant un coup d'œil à mes vitres teintées, je souris du coin de la bouche, satisfait de savoir qu'ils ne pourraient prendre aucune photo de Trina en ma compagnie de soir. Le mystère allait planer, au moins jusqu'à ce que quelqu'un dans le restaurant ne vende la mèche. « Ton traiteur sait se montrer discret sur sa clientèle ? », demandais-je, rallumant le contact avant de manœuvrer pour sortir de ma place et reprendre la route. « Il y a un paparazzi au coin de la rue derrière nous et il m'a pris en photo, sortant de chez ton traiteur chinois préféré. Si l'un d'eux avait voulu prendre l'intérieur de la voiture en photo, tu l'aurais forcément vu », ajoutais-je, comme si je voulais la rassurer – à moins que je ne veuille me rassurer moi ? -. « Mais ils vont assurément se poser des questions sur l'identité de la personne qui m'a fait m'arrête directement chez le traiteur quand j'ai l'habitude de rentrer chez moi et de commander par téléphone. »

J'aimais ce jeu du chat et de la souris. La plupart du temps, je contrôlais parfaitement mon image. Je n'étais pas du genre à organiser des paparazzades, comme certaines stars en mal de reconnaissance ou comme les gens qui faisaient de la télé-réalité, mais je maîtrisais mon image. Celle que je donnais, la bonne, comme la mauvaise. Il m'était arrivé, bien sûr, de me faire photographier à mon désavantage, saoul et/ou belliqueux au sortir d'une soirée ayant un peu trop dérapé, mais je m'en fichais. Je rattrapais le tir, j'en jouais, je racontais ma version quand on m'interrogeait dessus. J'aimais autant cette image de bad boy, que celle d'acteur professionnel et d'homme au grand cœur, impliqué dans les causes et les bonnes œuvres. Trina s'était toujours montré plus mal à l'aise devant cette contrepartie de la célébrité.

CODES BY MAY & AVATARS BY .CRANBERRY.


         
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Love letters written : 495
›› It's crazy, I look like : La merveilleuse Jennifer Morrison
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Mer 2 Aoû - 22:40

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je n'aimais pas vraiment me retrouver seule, même si c'était pour cinq minutes, c'était assez étrange parce que je passais beaucoup de temps seule, je n'avais pas beaucoup d'amis et pas beaucoup de compagnie, mais ça m’angoissais, même si je n'en disais rien, je ne voyais pas vraiment ce qu'il y avait à dire là-dessus, au contraire, c'était un peu triste. C'était sans doute pour ça que je m'accrochais autant à Christopher et à cette relation bizarre que nous avions, juste par peur d'être encore seule, que lui aussi m'abandonne. L'air s’engouffra dans l’habitacle, ce qui m'indiqua que Christopher était de retour et sa première question me fit lever un sourcil interrogateur, c'était assez intéressant, je devais l'avouer. « Je suppose, du moins j'ai jamais eu de soucis jusque là, pourquoi ? » Des paparazzis, sérieusement ? Je soupirais, j'aurais dû m'en douter, en général j'étais assez tranquille à ce niveau-là, je ne leur apportais rien de bien intéressant, la dernière fois que j'avais fait la une des journaux people c'était à cause de cette histoire avec Christopher et avant ça, je n'arrivais plus vraiment à m'en souvenir, non, je n'avais jamais vraiment fait la une, il m'était arrivé de trouver des photos de moi faisant mes courses ou achetant un café, mais je supposais qu'ils s'étaient lassés, faute de scoop et on ne pouvait pas vraiment leur en vouloir, je m'en fichais, ce n'était pas mon truc de toute façon, j'aimais mon boulot, plus que je ne saurais le dire, mais à côté de ça voir sa vie étalée dans les journaux pour un rien, je n'arrivais pas à le supporter, je ne savais vraiment pas comment Christopher faisait pour tenir, même si je supposais qu'il aimait ça, au moins un peu, il en jouait tellement. Je ne savais pas vraiment si c'était une bonne chose, seulement s'il était content comme ça, pourquoi est-ce que je m'en ferais ? Pour le coup, je n'étais pas Christopher et sa super aisance, je préférais m'enfoncer dans le siège, évitant la fenêtre, juste au cas où. « Oui Christopher, je l'aurais vu. » J'étais légèrement agacée et pour une fois ce n'était pas de sa faute, mais nous étions seuls dans cette voiture, alors par défaut, c'est lui qui prenait. Ma maigre expérience avec ces gens-là, m'avait appris pas mal de choses et je saurai quand même les reconnaitre. Je tentais de cacher mon visage avec l'une de mes mains, juste au cas où, heureusement pour moi, il y avait un parking souterrain pour accéder à mon appartement, mais d'un coup, quelque chose fit tilt dans mon petit cerveau. « J'espère qu'ils ne vont pas te suivre jusque chez moi, sinon on est foutus. » Ils ne sont malheureusement pas assez stupides pour ne pas faire le rapprochement. Ce qui était dommage c'était que nous ne pouvions pas être amis sans que tout de suite les journaux peoples s'emparent de l'affaire et commence à lancer tout un tas de rumeurs fausses photos à l'appui et je n'étais pas prête à ça, pas après ce que nous venions de vivre ces dernières semaines, surtout en sachant que notre relation était encore bien trop fragile. « On devrait peut-être aller chez toi ? » Je ne savais pas vraiment pourquoi j'avais proposé une telle idée, surtout en sachant que c'était réellement une très mauvaise idée, parce que clairement, aller chez lui, voulait dire que je devrais par conséquent dormir chez lui ou devoir attendre que les paparazzis lâchent l'affaire. Je ne voulais simplement pas qu'ils nous suivent jusque chez moi, pas que j'avais honte qu'ils me voient en présence de Christopher, loin de là, mais j'avais simplement envie de garder ma vie privée encore un peu privée, même si ce n'était que pour une amitié ou quoi que soit que nous étions.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 11/11/2016
›› Love letters written : 144
›› It's crazy, I look like : Colin O'Donoghue
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Jeu 24 Aoû - 18:15



       

         
A discussion is needed

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le baiser frappe comme la foudre, l'amour passe comme un orage, puis la vie, de nouveau, se calme comme le ciel, et recommence ainsi qu'avant. Se souvient-on d'un nuage ?
Trina & Chris
Comme j'aurais pu le prédire, le fait d'apprendre que des paparazzis étaient dans le coin l'avait renfrogné. Trina détestait cela, contrairement à moi. Elle ne savait pas et ne voulait pas jouer avec eux. Elle voulait juste qu'on la laisse tranquille. Je pouvais comprendre. Cela m'arrivait, parfois, quand je n'étais pas en forme ou que je subissais des déconvenues. Je pouvais comprendre qu'on ne se sentait jamais assez à l'aise pour jouer avec ce type un peu particulier de journalistes. Avoir conscience de son image et des conséquences de ses actes était essentiel pour y arriver et Trina avait clairement montré qu'elle n'avait pas réellement une image correcte d'elle-même. Ni même la même image que les autres avaient d'elle. Elle n'était pas en colère contre moi, pour une fois. Il lui fallait juste un bouc émissaire.

Hochant la tête, je remis le contact et quittait la place de parking, alors qu'elle émettait l'espoir qu'ils ne nous suivent pas. Malheureusement, je connaissais trop bien les rapaces en question pour y croire. C'est alors qu'elle émit l'idée à laquelle je n'avais pas osé penser. Je la regardais brièvement, avant de me reconcentrer sur la route pour ne pas causer d'accident. « Okay », soufflais-je simplement, essayant de ne pas montrer d'émotion particulière. Combien de fois j'avais rêvé l'emmener chez moi ? Je n'étais pas du genre à emmener mes conquêtes chez moi. Je préférais de loin aller chez elles, avoir une possibilité de fuir, si besoin, ce qui n'était pas possible quand on se trouvait dans MON domicile, mais cela ne m'avait jamais empêché d'avoir quelques idées et fantasmes ayant lieu chez moi.

Secouant la tête, je tirais le clignotant vers la gauche, avant de prendre la première rue perpendiculaire. Je quittais la route pour aller vers chez elle, mais je m'éloignais aussi de chez moi et elle le savait. Si elle ignorait peut-être l'immeuble exact, personne n'ignorait le quartier dans lequel je vivais. « J'aurais dû tourner quatre rues plus tôt si j'avais pris le chemin le plus direct pour aller jusque chez moi et ils le savent », lui dis-je avec un clin d'œil, jetant un coup d'œil dans mon rétroviseur. « De temps en temps, je les fais se balader dans la ville. Parfois, je tourne jusqu'à ce qu'ils abandonnent l'idée de me suivre. Une fois, deux d'entre eux ont tenu trois heures entières avant de se dire que je leur faisais perdre leur temps. » Je n'aimais pas la routine des aller et venues de manière générale, mais j'aimais encore moins perdre le contrôle sur mes faits et gestes. A les balader comme ça, ils n'avaient aucun itinéraire simple, aucune accroche. Pour d'autres célébrités, ils savaient parfaitement. Si untel tournait à droite dans telle rue, alors il rentrait chez lui et il n'y aurait rien d'intéressant à photographier ce soir. Moi, je leur avais déjà fait le coup de me garer dans mon immeuble et de repartir dix minutes plus tard chez une de mes conquêtes. J'aimais leur faire perdre du temps, encore plus quand ils repartaient avec rien d'autre que l'heure à laquelle j'avais rejoint mon chez moi.

« Ils seront moins soupçonneux si on les balade un petit peu avant de rentrer chez moi. » Je jetais un nouveau coup d'œil dans le rétroviseur avant d'ajouter. « Il y a une casquette et des lunettes noires dans la boite à gants », lui dis-je, au cas où elle voudrait ne prendre aucun risque et se masquer entièrement le visage pour être certain que personne ne la prendrait en photo en ma compagnie par inadvertance. Même si le parking était sous-terrain et inaccessible aux paparazzis, l'un d'eux pouvait toujours attendre devant la porte d'entrée et subtiliser une photo ou deux, un peu floues, certes, mais pour beaucoup de journaux, cela était suffisant, tant qu'on reconnaissait la dorure des cheveux ou un haut bien connu pour être portée par elle en particulier. « C'est les Giants », ajoutais-je.

Fervent adorateur de sport, j'avais mes équipes favorites et j'entretenais quelques rivalités saines avec les clubs adversaires aux miens. Je savais donc que certains pourraient s'insurger – surtout ici, à Los Angeles – de devoir arborer les couleurs de l'équipe de baseball de San Francisco. « Et avant que tu ne le demandes, oui, ce sont des lunettes de femmes. Et non, aucune de mes conquêtes ne les a portées avant toi. Elles sont à ma petite sœur. » Et en vérité, aucune des femmes que je ramenais n'avait droit de toucher aux affaires de ma petite sœur. Pas même pour se cacher..

CODES BY MAY & AVATARS BY .CRANBERRY.


         
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Love letters written : 495
›› It's crazy, I look like : La merveilleuse Jennifer Morrison
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Ven 25 Aoû - 14:31

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Peut-être qu'aller chez lui n'était pas une super bonne idée, j'aurais sûrement pu trouver une autre idée, il n'avait laissé aucune émotion transparaître sur son visage, peut-être que ça le gênait que je vienne chez lui, mais en même temps, est-ce que nous avions d'autres choix ? Ils ne m'avaient pas vu, seulement Christopher, alors autant ne pas pousser les choses en rentrant chez moi, ils avaient eu assez de quoi se mettre sous la dent avec mon petit moment de folie quelques semaines plus tôt. Je n'allais pas leur en offrir encore plus. Je n'avais pas la moindre idée de ce qu'il faisait, mais de toute évidence Christopher contrôlait les choses, je n'allais pas m'inquiéter. « Si tu sais ce que tu fais, pas de quoi s'inquiéter. » Je ne comprenais pas ce jeu que certaines personnes connues lançaient parfois avec les paparazzis, je trouvais ça parfois malsain, mais si Christopher s'en fichait, tant mieux pour lui, après tout il était assez grand pour pouvoir se gérer. Alors, nous allions faire quelques tours en ville jusqu'au moment où ils en auraient marre, mais maintenant qu'ils savaient que Christopher avait changé ses habitudes, ça pouvait durer un moment, un très long moment. Heureusement que sa voiture était confortable. Il allait donc falloir qu'on prenne notre mal en patience. J'aurais pu allumer la radio, mais je n'étais pas dans ma voiture, je n'allais pas me permettre de faire comme chez moi. Christopher s'adressa à moi, me faisant sortir de mes pensées. J'acquiesçais et ouvrais la boite à gants de laquelle je sortais la casquette et les lunettes, d'un geste doux, je déposais les lunettes sur mes genoux pour examiner la casquette. Je relevais le regard vers Christopher, tout en haussant un sourcil, me prenait-il pour une inculte ? Je savais parfaitement à quelle équipe appartenait ces couleurs et ce logo. « Les Giants sérieusement, drôle de choix, mais pourquoi pas. » Je n'étais pas vraiment une fan de sport, mais le baseball, c'était une histoire de famille, mon père avait été entraîneur dans sa jeunesse, juste de la petite équipe du quartier, mais il adorait ça et il m'avait un peu fait tomber dedans, malgré lui. C'était pour cette raison que j'aimais tant cette pratique sportive, mais les Giants, quand même. Je haussais les épaules et glissais la casquette sur ma tête, prenant le soin de rentrer mes cheveux à l'intérieur, tout en faisant attention de ne pas laisser une mèche dépasser, les cachant ainsi aux visiteurs curieux. Je regardais les lunettes et secouais doucement la tête d'un air dépité. « Je n'allais pas demander. T'es un grand garçon Christopher, ce que tu fais ou ce que tu gardes de ces...nuits, c'est ton problème pas le mien. » Alors, ça allait se passer comme ça entre nous maintenant ? Il me prenait pour qui, une admiratrice jalouse ? Il fallait peut-être remettre les choses à leurs places, même si je pouvais éprouver une certaine jalousie, ça n'avait rien à avoir avec tout ça, il pouvait s'envoyer en l'air avec qui il voulait. Au final je commençais juste à apprécier l'attention qu'il pouvait me porter. « Tu remercieras ta soeur pour moi. » Je plaçais les lunettes sur mon nez et attendais que la voiture s'arrête pour pouvoir sortir, c'était la première fois que j'allais mettre les pieds chez Christopher et bizarrement j'avais hâte de voir à quoi ressemblait son antre. Je ne m'imaginais pas vraiment l'endroit dans lequel il vivait, car ça risquait de vite devenir cliché. « Je suppose donc qu'on va en avoir pour un moment, alors, dis moi, tu as l'air de beaucoup l'aimer ta soeur. » Si nous devions tourner, autant en profiter pour parler un peu.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 11/11/2016
›› Love letters written : 144
›› It's crazy, I look like : Colin O'Donoghue
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Jeu 7 Sep - 21:59



       

         
A discussion is needed

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le baiser frappe comme la foudre, l'amour passe comme un orage, puis la vie, de nouveau, se calme comme le ciel, et recommence ainsi qu'avant. Se souvient-on d'un nuage ?
Trina & Chris
J'avais toujours l'impression de merder avec Trina Taylor. Quand je parlais de mes conquêtes, ça n'allait pas. Quand je précisais que quelque-chose n'était pas en lien avec l'une d'entre elle, ça n'allait pas. Le peu de fois où j'avais évité de parler de ma vie sexuelle, c'était elle qui avait ramené la discussion sur ce point et ça n'avait pas été mieux. Je ne savais sérieusement plus quoi dire avec elle pour éviter qu'elle ne me reproche (encore) de courir les femmes. Je n'avais pas l'intention d'arrêter. Certainement pas maintenant qu'elle m'avait dit qu'elle pourrait tomber amoureuse de moi si je n'étais pas si instable dans ma vie personnelle. Le contraire de cela aurait été trop effrayant...

Elle aborda finalement Romy, assurant que j'avais l'air de beaucoup aimer ma sœur. Je restais, une seconde, silencieux. Je n'aimais pas parler de Romy avait des femmes. Romy était la partie stable de ma vie personnelle. Mes conquêtes étaient tout l'inverse. J'évitais de mélanger ces deux vies, même si j'aimais taquiner Romy avec le fait que j'avais de nombreuses conquêtes et du succès. Elle ne savait jamais – du moins pas par moi – qui et quand. Mais Trina et moi avions décidé d'être amis et c'était ce que faisaient les amis, non ? Ils se confiaient des choses personnelles. « C'est littéralement... la femme de ma vie », avouais-je finalement. Un sourire se dessina progressivement sur mes lèvres, alors que je pensais à ma sœur. « Quand elle est née, elle était si petite, si fragile. Je me suis juré d'être le meilleur grand-frère au monde. Je ne l'ai pas toujours été... J'ai commis des erreurs, mais... Je l'aime. J'aime cette grande chieuse depuis qu'elle n'est qu'une toute petite crevette. » Je savais que Romy était la seule femme qui pouvait se targuer de m'entendre dire que je l'aimais. Rarement, mais si sincèrement qu'il n'y avait ni grimace, ni soubresaut. J'aimais ma sœur d'un véritable amour de grand-frère protecteur et j'aurais presque pu en parler pendant des heures, si je n'avais pas été moi.

Inspirant un grand coup pour me remettre les idées en place, l'odeur de la nourriture chinoise qui embaumait à présent entièrement l'habitacle me frappa de plein fouet et me mit grandement l'eau à la bouche. Trop lassé du jeu avec les paparazzis et affamé, je bifurquais à gauche deux fois avant de prendre à droite. Droit vers mon appartement. Je jetais un bref coup d'œil à Trina. Je la trouvais belle. Je la trouvais toujours belle, mais ainsi, en mode « discrète », je lui trouvais une aura particulièrement séduisante. Arrêtes Chris, tu ne peux pas penser cela. Tu n'as pas le droit. Laisse-là tranquille. Laisse là te fuir...

Je me concentrais rapidement sur la route, à nouveau, faisant preuve de plus de prudence que nécessaire pour ne pas jeter de nouveau coup d'œil à Trina. « Et toi ? Une personne dans ta vie qui a une importance capitale ? » Je voulais vraiment faire la conversation. Apprendre à la connaître et créer un vrai lien d'amitié. Serait-il durable ? Au-delà du temps que nous avions à passer ensemble pour ce film ? Je n'en savais rien. Je n'avais pas vraiment hâte de le découvrir, mais je voulais voir jusqu'où cela pouvait nous mener. Même si cela restait un jeu dangereux pour nous.

CODES BY MAY & AVATARS BY .CRANBERRY.


         
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Love letters written : 495
›› It's crazy, I look like : La merveilleuse Jennifer Morrison
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Jeu 7 Sep - 23:25

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mon coeur tentait une escapade hors de ma poitrine, je ne savais pas si c'était parce que j'étais stressé de savoir que j'allais franchir le seuil de l'appartement de Christopher ou parce que justement j'allais devoir y rester jusqu'à ce qu'il décide de me ramener, mon genou ne me permettant absolument pas de laisser rentrer seule chez moi. Et en même temps mon esprit contradictoire avait décidé de me torturer parce que j'avais terriblement envie qu'il veuille que je reste avec lui, juste cette nuit. Je ne m'étais pas du tout attendu à ce genre de réponse en lui demandant une chose aussi banale que ce qu'il ressentait pour sa soeur. Je tournais mon regard dans sa direction et je le regardais parler de cette jeune femme qu'il aimait profondément, il semblait si sincère, tellement authentique. Il aimait sa soeur, il n'y avait aucun doute là-dessus, ça se voyait dans ses yeux et j'aimais vraiment ce que je voyais, j'aimais ce Christopher là. Il était incroyablement charmant, non il était beau tout simplement, le naturel lui allait finalement très bien. « J'aurais aimé avoir un grand frère pour avoir ce genre de relation. » Soufflais-je doucement. J'en avais un peu voulu à mes parents au fil du temps, être seule n'était pas franchement facile, c'était sans doute pour cette raison que j'avais doucement commencé à me renfermer sur moi-même. Heureusement il y avait toujours ma cousine. Alors c'était donc ça être amis, nous allions parler de tout et de rien, comme le ferait n'importe quels êtres humains ? Je devais l'avouer ça me faisait quand même assez bizarre, mais en même temps c'était la meilleure chose à faire, nous ne pouvions pas avoir plus. Il ne voulait pas plus et je ne pouvais pas, la vie était finalement trop cruelle. Je haussais doucement les épaules à sa question. Il n'y avait qu'une seule et unique personne qui pouvait prétendre à ce rôle si cher à mon coeur, ma douce Alice. « Oui, une, la seule et unique. Ma cousine, Alice. » Il l'avait déjà rencontré, plusieurs fois, mais je n'étais même pas sûre qu'il s'en souvienne, elle n'était rien qu'une fille parmi tant d'autre, même si elle, elle se souvenait de ces rencontres et m'en parlait à chaque fois qu'elle en avait l'occasion, parce que bien évidemment Alice était totalement et complétement sous le charme de Christopher, au début je pensais qu'elle n'avait rien de plus qu'un petit coup de coeur pour l'acteur, comme toutes les femmes qui croisaient son chemin, mais non, il y avait plus, elle me posait sans cesse des questions, elle voulait toujours tout savoir. Et au final je sentais qu'elle commençait à avoir plus qu'un simple coup de coeur pour lui, mais je ne pouvais pas accepter ça, je ne voulais pas qu'elle souffre. « Elle est née un an après moi et on a plus ou moins été élevée ensemble, je ne me souviens pas d'un jour durant mon enfant où Alice n'était pas là. C'est ma meilleure amie, mon pilier, mon tout. » Un petit sourire étira mes lèvres et en même temps je m'en voulais vraiment, parce qu'avec tout ce que j'avais fait ces derniers temps, dans un sens je trahissais ma cousine. Je n'avais qu'elle, pas d'amis sincères, pas de frère, pas de soeur, non c'était Alice et moi contre le reste du monde. Je me sentais un peu pathétique, dans un sens j'avais une relation incroyable avec ma cousine, mais en même temps je n'avais qu'elle, personne d'autre à qui me raccrocher. C'était franchement triste. « Alors, tu vas faire quoi une fois que le film sera terminé ? » Je ne savais pas vraiment quel genre de conversation pouvait avoir des amis et encore moins des amis comme nous, parce que techniquement, nous n'étions pas vraiment amis, pas de vagues connaissances, mais pas des amis, alors c'était assez compliqué de parler comme si de rien. Mais en même temps c'était la meilleure chose à faire. Je croisais les bras sur mon ventre qui commençait à grogner, je ne savais pas vraiment quelle heure il était, mais nous devions tourner depuis un moment.

Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 11/11/2016
›› Love letters written : 144
›› It's crazy, I look like : Colin O'Donoghue
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Mer 13 Sep - 10:37



       

         
A discussion is needed

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le baiser frappe comme la foudre, l'amour passe comme un orage, puis la vie, de nouveau, se calme comme le ciel, et recommence ainsi qu'avant. Se souvient-on d'un nuage ?
Trina & Chris
Trina avouait qu'elle aurait aimé avoir un grand-frère pour avoir ce genre de relation. J'aurais aimé lui demander si elle en avait un petit ou une sœur, mais je croyais me souvenir qu'on m'avait dit, une fois, qu'elle était fille unique et je ne voulais pas demander. J'aurais eu l'air trop stupide, alors qu'elle, elle avait visiblement toujours su que j'avais une sœur – en même temps, ce n'était pas compliqué, c'était la femme que j'avais le plus souvent au téléphone quand je travaillais, ne répondant ou n'appelant qu'elle... ou ma mère, quand je n'avais pas le choix. Je savais, de toute manière, que je pourrais aller vérifier sur internet pour confirmer ce que je pensais. Une petite recherche rapide en toute discrétion et la question aurait sa réponse.

Elle évoqua cependant sa cousine Alice, la seule personne qui semblait réellement compter pour elle. Elle assurait ne pas se souvenir d'un jour sans elle, la qualifiant de meilleure amie et de pilier, en plus de membre indéniable de sa famille. Je ne répondis rien, me contentant de l'écouter. J'avais rencontré la brune, bien sûr. Elle suivait Trina partout sur le plateau, étant aussi son agent. Elle était gentille, agréable, même si je lui avais peu parlé jusqu'à présent. Auparavant, je n'avais fait l'effort que pour le bien de nos relations, avec Trina, mais finalement, j'en venais à me dire qu'apprendre à la connaître un peu mieux pourrait m'aider à mieux comprendre la blondinette. Si les deux femmes étaient aussi liées qu'elle le disait, elle devait connaître sa cousine par cœur, non ?

Alors que j'entrais finalement dans le parking souterrain de mon immeuble, Trina demanda ce que je comptais faire, une fois le film terminé. Je soupirais, réfléchissant, alors que je conduisais ma voiture directement à la place numérotée qui m'avait été attribué le jour de mon emménagement. « Je ne sais pas encore », avouais-je, coupant le contact et retirant ma ceinture. « J'ai plusieurs projets pour lesquels je suis en négociation. Attrape les sacs ! », intimais-je en pointant la nourriture du menton, alors que j'ouvrais ma portière pour me glisser à l'extérieur et rapidement contourner la voiture pour venir ouvrir sa portière. « Je te porte », dis-je, affirmant que j'allais le faire, ne lui laissant pas vraiment le choix d'argumenter. Il fallait qu'elle préserve son genou et je refusais qu'elle marche et se blesse. Personne ne risquait de nous prendre en photo ici. Les règles d'entrée dans l'immeuble étaient strictes, la plupart des appartements appartenant à de grandes stars hollywoodienne ou de la chanson. La sécurité était optimale pour éviter les intrusions de paparazzis et chacun était responsable de ses actes et de ses visiteurs. Il était connu qu'en cas de manquement au droit à la vie privée des autres habitants, le syndicat des propriétaires pouvait réclamer le départ d'un habitant en cas d'unanimité. Et puis de toute manière, toutes les personnes vivant ici, même celles qui n'étaient pas célèbres, étaient riches et aimaient cette tranquillité qu'offrait l'immeuble. « Prends ça et attrape la clé carrée s'il te plaît. » Je lui donnais mon trousseau de clés avant de la prendre dans mes bras. Une fois assuré qu'elle était bien calé entre mes bras, mais restait libre mouvoir ses bras, je pris la direction de l'ascenseur.

Jusqu'au penthouse, je lui indiquais quoi faire – appuyer sur le bouton d'appel de l'ascenseur et insérer et tourner la clé dans le trou qui se tenait face au numéro 34 -. Une fois en haut, les portes s'ouvrirent et j'entrais directement dans l'appartement – le plaisir tranquille d'avoir un ascenseur arrivant directement dans votre logement - apprivoisant vite l'immense canapé du coin « salon », faisant face à l'écran géant permettant le meilleur home cinéma que je n'avais jamais eu de mon existence. Je déposais Trina sur le canapé, avant de me diriger de l'autre côté de l'immense pièce à vivre, dans la cuisine ouverte qui aurait suffi à me faire craquer sur ce penthouse en particulier, si le reste n'avait pas été autant à la hauteur. « Fait comme chez toi », intimais-je. « Je vais nous chercher de quoi boire. Une envie particulière pour accompagner la nourriture ? », demandais-je.

J'aimais ma maison. J'aimais cette immense pièce à vivre et son coin « jardin d'hiver » aménagé dans un coin. J'aimais toutes ces grandes baies vitrées qui rendaient l'endroit si lumineux, me permettant de voir le monde entier. J'aimais chaque recoin surprenant, ces vitres savamment glissées dans les murs, permettant de voir à l'intérieur de toutes les pièces, à différents endroits. Celle permettant, depuis la cuisine, de voir dans la salle de bain ou depuis le jardin d'hiver, de ne rien loupé de ce qu'il pouvait se passer dans la chambre. Cette chambre qui était la mienne, la plupart du temps. La piscine à débordement qui « clôturait » la terrasse en bois. La grande cheminée design et son fauteuil cocooning, chauffant sans mal tout l'endroit grâce à un réseau de distribution de chaleur et l'étage qu'on devinait par l'escalier en bois clair, contrastant avec le blanc immaculé des murs et les quelques pierres apparentes. Trois autres chambres avec terrasse privative, un immense panneau/bibliothèque et un autre coin de pouf, fauteuils et chaises longues pour s'installer confortablement formaient le deuxième étage. J'adorais mon penthouse, à la fois garçonnière savamment calculée pour les plus grandes luxures et maison accueillante et chaleureuse. Un mix que je ne devais qu'au travail expert de mon designer de génie, qui avait su allier les qualités d'origine du penthouse à mes désirs les plus profonds.

Dans le fond, je devais l'avouer... J'appréhendais l'avis qu'elle aurait sur mon chez moi...

CODES BY MAY & AVATARS BY .CRANBERRY.


         
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Love letters written : 495
›› It's crazy, I look like : La merveilleuse Jennifer Morrison
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Mer 13 Sep - 13:35

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Finalement je devais l'avouer, j'avais aimé cette balade en voiture, même si les circonstances n'étaient pas géniales, le moment avait été assez agréable, être près de lui, encore un peu, encore un instant. Je savais que je n'avais pas le droit de me laisser aller à ce genre de pensées, parce que jamais je ne pourrais en profiter pleinement, mais j'avais envie juste pour ce moment. Il avait d'autres projets, ce qui était normal, j'avais déjà prévu les choses aussi grâce à Alice, même si dans un sens savoir qu'on allait plus se voir me faisait bizarre. C'était sans doute pour ça que je n'aimais pas les suites, s'attacher aux gens, mêmes les équipes de tournage, c'était juste compliqué de dire au revoir. J'allais moi aussi me lancer dans un autre film, quelque chose de vraiment différent de ce que j'avais fait jusque là, mais depuis quelque temps je réfléchissais au fait de me lancer à nouveau dans une série, pourquoi pas repartir sur quelque chose qui durerait quelques années ? J'attrapais les sacs et attendais qu'il vienne jusqu'à moi. Nous étions à l’abri des regards, il n'y avait plus personne, plus de paparazzi, juste nous. Je le laissais me porter, de toute façon, il ne me laissait pas le choix, alors autant faire avec. Du Christopher tout craché, de toute évidence monsieur aimait prendre les choses en mains, il avait juste de la chance que je ne puisse pas me débattre. J'exécutais chacune des actions qu'il m'indiquait. « Bien chef. » A l'instant même où l’ascenseur ouvrit ses portes sur le salon je ne pus m'empêcher de souffler d'admiration, c'était beau. Étrangement, je n'avais pas les goûts de luxe que pouvait avoir Christopher, du moins, je n'avais pas cette envie de grandeur, mon appartement était beaucoup moins somptueux, plus petit, plus cocooning. Il me déposa sur le canapé pour aller chercher à boire, même le canapé était terriblement confortable,. « J'en sais rien, surprends moi. » J'aurais pu lui dire de me donner quelque chose sans alcool, parce que déjà je ne buvais que très rarement de l'alcool et en plus j'avais pris des antidouleurs pour mon genou, mais je pouvais faire une exception pour ce soir. Je regardais autour de moi, chaque centimètre de cet appartement passait sous mon radar. Je devais avouer que j'étais surprise et en même temps pas tant que ça, c'était un endroit dans lequel je me sentais bien, qui avait cette décoration tellement charmante et en même temps, c'était vraiment un appartement masculin, je devais avouer que franchement, c'était un endroit agréable où on avait franchement envie de vivre. Je me levais tant bien que mal, tout en évitant de m'appuyer sur ma jambe, de toute façon j'allais bien finir par devoir marcher par moi-même. J'approchais doucement de la première baie vitrée, celle qui se trouvait le plus proche de moi, posant ma main légèrement dessus, histoire de m'aider à tenir debout et je commençais à admirer l'extérieur, profitant de la vue incroyable, toutes ses lumières, la mer au loin, c'était juste magique, on avait tout simplement l'impression de surplomber la ville, d'être au dessus de tout. Il fallait que je me calme, parce que j'étais capable de tomber amoureuse de cet endroit. Et je n'avais pas encore vu le reste. « C'est superbe. » Soufflais-je doucement. J'en avais le souffle coupé, littéralement. Finalement cet endroit lui ressemblait, c'était charmant, viril et hypnotisant. Je retournais me poser sur le canapé, non m'affaler sur le canapé, qui était vraiment trop confortable pour être honnête, c'était cruel, tout ici donnait envie de rester, de prolonger l'instant, c'était clairement un piège à fille. « Tu as vraiment un appartement magnifique, ça doit être agréable de vivre ici, se lever tout les matins avec cette vue incroyable. » J'imaginais assez facilement un petit déjeuner sur la terrasse avec le lever du soleil, ça devait être ça la définition du bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 11/11/2016
›› Love letters written : 144
›› It's crazy, I look like : Colin O'Donoghue
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Dim 1 Oct - 23:26



       

         
A discussion is needed

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le baiser frappe comme la foudre, l'amour passe comme un orage, puis la vie, de nouveau, se calme comme le ciel, et recommence ainsi qu'avant. Se souvient-on d'un nuage ?
Trina & Chris
J'aurais pu sortir du vin, un grand cru, quelque-chose de réellement utile à ma cause, mais elle avait pris des antalgiques, sans doute des anti-inflammatoires et il ne fallait pas jouer avec le feu et la rendre incapable de réflexion parce qu'elle aurait mélangé antalgiques puissants et alcool. Je la voulais toujours, même si nous avions convenu d'une amitié factice et je n'aurais certainement pas dit non si elle m'avait fait des avances, mais j'avais une morale, même dans les relations sexuelles et il était hors de question de profiter d'une femme qui n'aurait pas été en état de choisir en toute conscience le plaisir physique avec ma personne. Je refusais d'abuser d'une femme. Bon, oui, j'avais parfois couché avec des femmes un peu trop ivre, mais l'ivresse avait juste servi à les détendre. Je n'avais jamais saoulé une fille jusqu'à obtenir son approbation pour une partie de jambe en l'air. Je voulais des femmes qui me voulaient vraiment, pas des proies faciles parce que limité dans leurs jugements.

Tirant donc la porte du réfrigérateur, je cherchais un moment quelque-chose à boire de plus agréable que de l'eau et trouvait du soda et du jus de raisin. Je souris à la comparaison avec le vin et décidait de verser le liquide dans deux verres à vin pour donner l'impression d'un verre d'alcool, profitant que la belle soit admirative de mon appartement pour effectuer la manœuvre sans qu'elle ne s'en rende compte.

Je souris en revenant vers elle, alors qu'elle complimentait l'endroit comme le plus parfait qu'elle n'avait jamais vu. « Je te ferais visiter, tout à l'heure, si tu le souhaites », dis-je en m'installant à ses côtés, lui tendant le verre. « Je suis tombé sous le charme de cet endroit dès la première visite. Je savais que je devais vivre là. » Malgré mon air détaché et complètement tourné vers la maison, je jetais un coup d'œil à la jeune femme, attendant qu'elle trempe ses lèvres dans le « verre de vin ».

Je ne pus m'empêcher de rire dès qu'elle réalisa que ça n'était pas ce que ça semblait être. « Désolé, mais pas de vin pour toi ce soir. Je suppose que tu as pris des anti-inflammatoires, non ? Hors de question de mélanger alcool et médicaments donc ! » Je levais mon verre. « Mais comme je suis un être fort galant, je t'accompagne. Ce sera jus de raisin pour moi aussi. » Et pour confirmer mes mots, je trinquais contre son verre avant de boire une gorgée. « Le meilleur de ma réserve personnelle, je te l'assure ! »

L'odeur de la nourriture chinoise commençait déjà à envahir l'appartement et me donnait, une nouvelle fois l'eau à la bouche. J'attrapais donc un premier sac pour en sortir les boites et essayer de partager les commandes sans me tromper. « Je dois t'avouer que je meurs de faim. On commence et on remet la visite à un peu plus tard ? »

CODES BY MAY & AVATARS BY .CRANBERRY.


         
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Love letters written : 495
›› It's crazy, I look like : La merveilleuse Jennifer Morrison
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Jeu 5 Oct - 23:02

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

J'aimais cet endroit, vraiment beaucoup, j'aurais pu rester là des heures, juste à admirer la vue, je regrettais presque d'habiter mon petit appartement, qui n'était pas si petit que ça, mais à côté de cet endroit, mon chez-moi était clairement ridicule. Peut-être qu'un jour j'aurais aussi l'occasion de le faire venir chez moi, qu'il puisse voir mon intérieur, mon cocon. J'étais vraiment à mon aise ici et je comprenais pourquoi il ne faisait pas venir les femmes avec qui il passait une nuit, ici chez lui, parce que c'était pratiquement sûre qu'elles ne voudraient plus jamais repartir. Mais il ne fallait pas que je prenne trop mes aises ici, parce que je savais qu'on était ici, seulement parce que nous n'avions pas eu le choix, connaissant Christopher, je savais que s'il avait eu le choix, jamais il ne m'aurait proposé de venir chez lui et je pouvais le comprendre, c'était son endroit à lui, je ne pouvais clairement pas lui reprocher ça. Je le laissais s'occuper des boissons et me laissais choir sur le canapé qui était aussi confortable que sa voiture, voir bien plus, c'était tellement agréable d'être ici, il ne fallait pas que je reste, sinon, j'allais clairement prendre racine. Je tournais mon regard vers Christopher et lui adressais un sourire, oui, je voulais voir le reste de son chez lui, mais quelque chose me fit tiquer. Je fronçais les sourcils avant de sourire. « Et cette visite, je vais la faire dans tes bras ? » Je n'avais pas réellement envie qu'il me trimballe partout, je préférais pouvoir marcher, alors peut-être qu'après quelques jours de repos, je pourrais revenir de moi-même pour faire cette fameuse visite. Je tournais mon regard autour de moi, tout en me mordant la lèvre, comme je pouvais comprendre son coup de coeur, cet endroit avait quelque chose de magique. « Je crois que n'importe qui tomberait amoureux de cet endroit. » Je levais le verre qu'il venait de m'apporter pour pouvoir en boire une gorgée, avant de faire une grimace terrible, pas que je m'attendais réellement à boire du vin, mais simplement parce que je n'aimais pas le jus de raisin. Je ne savais pas réellement pourquoi, mais je trouvais simplement que ce "jus de fruits" avait un goût exécrable, je posais donc mon verre sur la table basse qui se trouvait en face de nous, sous l'hilarité de Christopher. Je levais les yeux au ciel, un petit sourire en coin. « Bravo. T'es un petit comique. Mais je n'aime pas le jus de raisin. » Il semblait vraiment fier de son petit effet et je devais l'avouer, c'était plutôt drôle, enfin ça aurait pu l'être si j'aimais le jus de raisin. Si seulement je pouvais boire une bière. Je savais que ça ferait sans doute bizarre, mais je n'étais pas franchement soirée vin et repas quatre étoiles, de toute façon il n'y avait jamais rien à manger dans leurs assiettes, non, moi je préférais une bonne bière et une pizza devant un film sympa, oui, j'étais ce genre de fille là. L'odeur de la nourriture me fit fermer les yeux, qu'est-ce que j'aimais ce traiteur, c'était clairement le meilleur de Los Angeles, sans aucun doute. Je laissais Christopher s'occuper de nous servir avant de me tourner vers lui, une question me brûlant les lèvres. « Tu crois que les paparazzis vont faire le gué en bas de chez toi jusqu'à ce que je parte ? » Je ne savais pas trop quoi penser de tout ça, mais il fallait bien, malgré le fait que j'adorais être ici, que je finisse par rentrer chez moi, je n'allais clairement pas passer la nuit ici, du moins le reste de la nuit, je ne savais pas vraiment quelle heure il pouvait être. Mais demain nous avions du boulot et j'allais devoir rentrer dormir un peu, quitte à prendre un taxi.

Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 11/11/2016
›› Love letters written : 144
›› It's crazy, I look like : Colin O'Donoghue
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Dim 8 Oct - 23:10



       

         
A discussion is needed

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le baiser frappe comme la foudre, l'amour passe comme un orage, puis la vie, de nouveau, se calme comme le ciel, et recommence ainsi qu'avant. Se souvient-on d'un nuage ?
Trina & Chris
Elle n'avait aucune envie de finir à nouveau dans mes bras. Compris. Tant pis pour elle. Elle ne savait pas ce qu'elle perdait. Pour éviter une dispute inutile, je préférais ne pas relever et faire comme si cela n'avait pas d'importance, me concentrant plutôt sur la boisson et le repas. Elle avoua détester le jus de raisin et je dus avouer que je ne le savais pas. Je ne savais pas grand-chose d'elle, après tout. Nous apprenions encore à nous découvrir. Je hochais donc la tête, notant mentalement chacune des révélations qu'elle pouvait me faire sur son compte. « Très bien, c'est noté, mademoiselle Taylor », soufflais-je en reprenant son verre une fois mon partage des plats faits. « Je peux te proposer du jus de pomme, du sirop de fraise, de l'eau, bien sûr. » J'ouvris mon réfrigérateur une nouvelle fois, cherchant quoi proposer d'autre. « Oh, j'ai du smoothie fraise et cerise, aussi, si tu préfères. A toi de me dire. »

Alors que je versais le contenue de son verre dans l'évier et nettoyait rapidement le verre pour pouvoir le lui rendre ensuite, elle me questionna plutôt sur la présence des paparazzis. « Je n'en ai aucune idée. Ils savent être tenace, quand ils veulent. » J'essayais de ne pas montrer combien j'étais affecté par les sous-entendus. J'étais donc si horrible que ça pour qu'elle veuille déjà partir, alors même que nous venions à peine d'arriver ? J'aurais dû la ramener chez elle, partir sans me retourner et prétendre que je l'avais juste raccompagné parce qu'elle s'était blessée. Cela m'aurait évité bien des ascenseurs émotionnels.

« Ne t'en fais pas, tu ne seras pas condamné à rester dormir ici », dis-je en ramenant la boisson qu'elle désirait, avant de m'asseoir sur le canapé, à distance respectable d'elle et d'attraper la télécommande pour allumer Netflix. « Je connais un service de taxi avec des vitres teintées résistant même aux flash les plus puissants des vermines. Beaucoup de gens dans l'immeuble les utilisent pour se déplacer en toute discrétion. Ils suivent rarement les voitures, ne sachant jamais si la personne à l'intérieur vaut le coup ou pas et si jamais, ils ont de très bonnes techniques pour les semer. Ils sont très professionnels. Je les ai souvent employés pour quitter une conquête que je n'avais pas forcément envie d'exposer à la presse à scandale. » Ils étaient très bons. Avait des techniques de mélange de voitures qui permettait même au suiveur le plus attentif de perdre la trace de sa cible. Je n'avais jamais eu de problème avec eux. Les avantages d'être dans le monde si confidentiel des gens poursuivit sans cesse par la presse à scandale. « Tu souhaites un film en particulier ? », demandais-je, posant la télécommande entre nous pour attraper une boite de nouilles et l'ouvrir pour commencer à manger. J'avais tellement faim.

CODES BY MAY & AVATARS BY .CRANBERRY.


         
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Love letters written : 495
›› It's crazy, I look like : La merveilleuse Jennifer Morrison
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Lun 9 Oct - 20:49

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je le regardais me proposer tout un tas de boisson, avant de hausser les épaules, clairement je n'étais pas compliqué sauf pour le jus de raisin, alors il pouvait bien me donner tout ce qu'il voulait, je n'allais pas rechigner. Les paparazzis avaient le don de m'angoisser, je ne savais pas réellement pourquoi, peut-être parce que les seules fois où j'ai vraiment eu affaire à eux, ils n'ont jamais franchement été cool et j'ai retrouvé des photos de moi pas forcement à mon avantage, sauf la photo du baiser qui finalement n'était pas trop loupé, ma mère m'avait incendié pendant des heures parce que je ne lui avais pas parlé de ma relation avec Christopher. La pauvre si elle savait, je crois qu'elle s'arracherait les cheveux, elle qui comme toutes les femmes que je pouvais connaître, avait une sorte de béguin pour le beau brun. Les femmes et leurs hormones. Je le regardais se poser à ce qui me semblait presque être l'autre bout du canapé, je ne pus m'empêcher de lever les yeux au ciel avant de me rapprocher de lui, je ne comprenais pas vraiment sa soudaine mauvaise humeur, même si après réflexion quelque chose me fit tiquer, j'avais suggéré que je ne voulais pas passer la nuit chez lui, mais ce n'était pas du tout ce que j'avais voulu dire et comme d'habitude nous avions dû mal à nous comprendre. « Je n'ai pas dit que je ne voulais pas passer la nuit chez toi Christopher. C'est juste que... » Je soufflais agacée par la tournure de cette conversation, pourquoi fallait-il que les choses soient si compliqué entre nous, j'aurais juste voulu que tout soit simple, qu'on se comprenne sans avoir à parler, qu'on ne se prenne pas la tête pour de mauvais sous-entendus. « Je ne suis pas sûre d'arriver à dormir sereinement en sachant que tu es dans le coin. » Je n'étais qu'une femme faible et lui, il passait son temps à me tester, alors non, je n'étais clairement pas sûre de réussir à dormir tranquillement chez lui. Le dire à haute voix me fit me rendre compte à quel point je pouvais être ridicule. « Je n'ai pas envie que tu prennes soin de moi Christopher, je n'ai pas envie que tu sois gentil, parce que tu deviens attirant à mes yeux et ça je ne le veux pas, tout était plus simple quand je te voyais seulement comme un petit con arrogant. » Je ne voulais pas le voir comme l'homme qui me faisait perdre la tête, parce qu'il ne le voulait pas non plus, il ne voulait pas de ce genre de relation, alors c'était mieux quand on ne s'appréciait pas. Mieux pour ma santé mentale. Je ne voulais pas qu'il croie que le problème pouvait venir de lui. « N'importe, je te laisse choisir, tant qu'aucun de nous joue dedans. » Soufflais-je taquine. Je n'avais clairement pas envie de voir un film avec Christopher, pour la simple et bonne raison que je les avais déjà tous vus et ça bien entendu, il n'était pas censé le savoir, quant à regarder un de mes films non merci, je ne supportais pas le fait de me voir jouer, ça avait le don de me stresser. J'attrapais mon plat et commençais à manger, tout en allongeant mes jambes sur celle de Christopher, il n'allait rien dire, j'étais blessée tout de même. Même si j'avais l'impression que la douleur commençait doucement à se dissiper, sans doute les médicaments qui commençaient à faire effet. De l’extérieur nous avions certainement l'air d'un charmant petit couple, mais nous en étions tellement loin. Je tournais mon regard vers le beau brun avant de me mordre la lèvre. « Je peux te poser une question ? » J’attendais qu'il accepte, même si je supposais qu'il devait s'attendre au pire, je n'étais pas du genre à proposer, en général je posais mes questions sans me soucier de l'état de la personne en face, mais là, c'était différent. « Tu l'aimes toujours, ton ex, la fille qui... t'a rendu comme ça ? » Ce n'était pas péjoratif, loin de là. Je savais que c'était une question indiscrète et qu'il ne voudrait sans doute pas y répondre, mais j'étais curieuse, je voulais vraiment savoir, parce qu'au fond de moi je pensais que oui, il l'aimait toujours, peut-être pas du même amour qu'il avait eu pour elle, mais il y avait toujours quelque chose et c'était sa façon à lui de se préserver. Ce que je pourrais comprendre.








Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 11/11/2016
›› Love letters written : 144
›› It's crazy, I look like : Colin O'Donoghue
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Jeu 12 Oct - 19:25



       

         
A discussion is needed

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le baiser frappe comme la foudre, l'amour passe comme un orage, puis la vie, de nouveau, se calme comme le ciel, et recommence ainsi qu'avant. Se souvient-on d'un nuage ?
Trina & Chris
Il y avait une incompréhension mutuelle permanente entre nous. Un parti pris et des réactions viscérales... A chaque fois. C'était difficile de communiquer et peut-être que notre désir frustré l'un pour l'autre jouait totalement dans ce fait. Rapidement, donc, elle précisa son propos, assurant qu'elle n'avait pas en horreur l'idée de passer la nuit ici, mais qu'elle avait peur de ne pas arriver à dormir en me sachant là. Je poussais un soupir. Elle continua, expliquant que chaque fois que j'étais gentil et agréable, je redevenais trop attirant à ses yeux et que c'était plus simple quand j'étais un type insupportable.

Je laissais ma tête tomber en arrière, fermant les yeux. Nous tournions en rond. Nous tournions littéralement en rond. Malgré tout, elle me demandait de répondre à une question aussi douloureuse que personnelle et je me redressais, me tournant face à elle. Le vrai Christopher et le Chris de spectacle se chamaillant ardemment en moi pour répondre. Le Chris ayant besoin de se protéger du pouvoir qu'avait cette femme et le Christopher honnête et désireux de la garder dans sa vie se livrant une lutte acharnée qui détruisait mon palpitant avec brutalité.

« Et qu'est-ce que tu veux que je réponde à cette question ? », demandais-je brutalement, alors que j'avais hoché la tête si simplement juste avant, malgré le bouillon d'émotions en moi. « Quel Christopher tu veux ? Celui qui aimerait être ton ami ou celui qui n'en a rien à foutre ? » C'était brutal, mais c'était tout ce que je pouvais sortir, pour le coup, trop blessé et perturbé par ses changements d'humeurs constants. « Parce que le Christopher que j'essaye désespérément d'être pour toi et le Christopher qu'il me serait plus simple d'être te répondrait totalement différemment. L'un d'eux te dirait que oui. Probablement... Que la question est trop douloureuse pour y penser et que ça a toujours été plus simple de ne pas y réfléchir. Qu'ironiquement, c'est sans doute ce qui prouve que je le serais toujours, d'une certaine manière. » Je parlais froidement, comme le Chris qu'elle voulait voir, qu'elle semblait préférer et que je détestais être avec elle, désormais. « L'autre te dirait que ce ne sont pas tes oignons et que tu peux aller te faire voir avec ta moralité de bonne femme dégoulinante de sentiments. Que cette connerie qu'on appel l'amour c'est pour les abrutis qui ont trop peur de se regarder de faire quelque-chose de leur vie par leurs propres moyens. »

Je me relevais, m'éloignant le plus possible d'elle. Elle me rendait tellement fou, à chaque fois. Lutter pour ce soir avait été une mauvaise idée, dès le départ. Elle avait raison. Les choses étaient bien plus simples quand j'étais juste un salopard sans nom. « Je pense qu'on fait une erreur à essayer de prétendre pouvoir devenir des choses qu'on ne sera jamais. Tu me détestes et tu aimes me détester. C'est bien plus simple que de t'avouer qu'une partie de jambe en l'air sans conséquences te tétanise tellement que c'est plus simple de se cacher derrière un comportement de midinette qui ne sait pas ce qu'elle veut. » Je filais vers ma veste, cherchant mon téléphone portable dans les poches. « Mais je suis fatigué de jouer les pauvres cons à tes pieds Trina. Alors, j'arrête... J'appelle le service dont je t'ai parlé. Ne t'inquiète pas, je te le paye. » Portable en main, je retournais près de la baie vitrée. « Pas de paparazzis et pas de Christopher James dans ton paysage ce soir », assurais-je en cherchant le numéro dans mes contacts. « Tu avais raison, plus tôt. On va s'en tenir à une relation professionnelle. Finir ce putain de contrat et arrêter de prétendre qu'on peut être autre chose que deux personnes qui se tolèrent parce qu'elles savent être professionnelles. » De toute façon, elle le prouvait bien à chaque seconde. Personne ne pouvait aimer Christopher James réellement. Il avait bien travaillé son image. Il avait travaillé à la perfection. Il était devenu l'homme qu'il avait toujours voulu être. Celui qui n'avait même pas besoin de faire d'effort pour repousser une femme et même la révulser.

CODES BY MAY & AVATARS BY .CRANBERRY.


         
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Love letters written : 495
›› It's crazy, I look like : La merveilleuse Jennifer Morrison
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Dim 15 Oct - 20:37

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je ne savais pas réellement ce que je voulais qu'il me réponde, je voulais juste qu'il me parle avec son coeur, que pour une fois il laisse un peu parler son coeur, qu'il ne laisse pas simplement parler son apparence ou l'homme qu'il montre aux autres, parce que je n'étais clairement pas les autres. Sa réaction me choqua légèrement, parce que je ne pensais pas qu'il pourrait être aussi violent, d'un coup, comme ça. Mais bizarrement, je ne lui en voulais pas, je le laissais s'énerver tout seul, terminer sa petite crise, parce que, peut-être qu'il en avait besoin, peut-être que c'était une bonne chose, autant qu'il le fasse sur moi, ça me permettait de voir qu'il était humain, qu'il avait des sentiments. Je me levais du canapé sans difficulté pour venir me rapprocher de lui, il fallait qu'il s'arrête de parler, qu'il se calme, je venais d'ouvrir la porte sur une catastrophe. J'attrapais son visage et collais mes lèvres sur les siennes, juste pour qu'il se taise. Au bout de quelques secondes, je m'éloignais de lui, ne sachant trop quoi dire. « Je suis désolée. » J'avais juste eu besoin qu'il se taise. J'avais l'impression de me retrouver face à un enfant en train de faire une petite colère, il n'était pas content et ne savait pas vraiment comment l'exprimer. J'attrapais son téléphone et le posais sur un meuble qui se trouvait derrière moi avant de me retourner vers lui, je ne pensais pas qu'une simple question le rendrait complétement dingue, clairement il voulait me mettre à la porte, seulement, je n'allais pas le laisser faire. Il ne pouvait pas tout envoyer valser simplement parce qu'il était contrarié, ça ne fonctionnait pas comme ça. Je n'allais clairement pas le laisser penser comme ça ou alors, il ne voulait tout simplement pas que nous soyons amis. « Je ne te déteste pas Christopher. Loin de là. » Je soufflais, tout en m'appuyant contre la baie vitrée. Mon genou me faisait légèrement moins mal, les médicaments devaient faire effet ou alors le choc commençait simplement à être un mauvais souvenir. « Je ne te déteste pas du tout, je ne t'aurais pas dit que je pourrais facilement tomber amoureuse de toi sinon. » Je croisais mes bras sous ma poitrine avant de soupirer, dans un sens il avait raison, j'en avais marre de cette situation, nous étions toujours à nous prendre la tête pour rien, à nous tester. Et c'était épuisant, mais en même temps je ne voulais pas imaginer ma vie sans ça, sans lui, ça deviendrait tellement triste et monotone. Mais en même temps ce semblant de relation était voué à l'échec. « Depuis quand, tu joues les pauvres mecs aux pieds de n'importe quelle fille ? Je ne t'ai jamais rien demandé Christopher, je ne veux pas de ça, pas quand on sait que de toute façon tu ne veux rien d'autre, ça ne vaut pas le coup de te donner autant de mal juste pour du sexe. » Je ne comprenais pas ce fait d'être un défi pour lui, tout ça me dépassait littéralement. Je venais doucement poser ma main sur sa joue et lui adressais un léger sourire, je pouvais comprendre sa souffrance, tout ce qui pouvait le blesser, parce qu'au final nous n'étions pas si différent l'un de l'autre, nous avions nos blessures, nos déceptions et une source de souffrance qui restait bloqué, mais aujourd'hui nous devions avancer,il fallait qu'on le fasse. « Tu es quelqu'un de bien Christopher, on a juste du mal à se comprendre. » Nous n'attentions pas les mêmes choses de la vie, alors pourquoi continuer, puisque de toute façon ça ne mènerais nul part et de toute évidence le simple fait d'être mon ami, ne lui plaisait pas, alors oui, peut-être que je devrais simplement rentrer chez moi. J'attrapais son téléphone et lui tendais, la décision était entre ses mains, je lui laissais le choix.









Revenir en haut Aller en bas

a discussion is needed - Christopher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Downtown l.a :: hollywood
-