Partagez|

a discussion is needed - Christopher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Love letters written : 412
›› It's crazy, I look like : La merveilleuse Jennifer Morrison
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: a discussion is needed - Christopher Dim 2 Juil - 0:56

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je posais mes affaires dans ma loge avant de faire un tour sur moi-même, j'avais l'impression de ne pas être venu ici depuis des mois et pourtant ça faisait seulement deux petites semaines que je n'avais pas franchis le seuil de ma loge, deux semaines durant lesquelles je n'étais pratiquement pas sortie de chez moi. Deux foutues semaines que le drame était arrivé, que la dispute de trop entre Christopher et moi avait eu lieu, créant au passage un buzz incroyable sur internet, j'avais pété les plombs et embrassé Christopher devant tout le monde, la seule chose que je n'avais pas prévu, c'était surement le fait que les gens autour penseraient à nous filmer, postant la vidéo sur le net. J'avais merdé et maintenant j'étais dedans jusqu'au cou, mais en même temps je ne regrettais rien, ni la dispute, ni même mon instant de folie, ni même ce baiser, ce baiser auquel j'avais pensé ces deux dernières semaines, ce baiser qui m'avait carrément rendu dingue, qui avait clairement dû être l'un des meilleurs de toute ma vie, mais ça il n'était pas obligé de le savoir et je ne lui dirais jamais. Je restais là à tourner en rond, jusqu'au moment où quelqu'un frappa à la porte, me faisant sursauter au passage, pour m’indiquer qu'il était l'heure de me bouger, je n'étais pas venue là pour trainer toute la journée dans ma loge. Même si ça ne m'aurait pas franchement gêné, non en fait j'aurais préféré rester chez moi, sous ma couette, mes pots de glace et mes films bien chiants pour seuls compagnons. Mais je devais travailler et assurer, je pris donc la décision de sortir enfin pour me rendre jusqu'à la loge maquillage, seulement je n'avais pas franchement prévu le fait de me retrouver nez à nez avec l'objet de mes pensées. Je plongeais mon regard dans le siens quelques secondes avant de détourner les yeux. « Tu n'as pas répondu à mes messages. » Je ne lui faisais pas un reproche, loin de là, j'étais simplement déçue, déçue de voir que j'avais pensé à lui durant ces deux semaines, que j'avais dues lui envoyé une dizaine de messages et que de son côté finalement il s'en foutait royalement. J'étais déçue et blessée. Je ne voulais pas lui faire de reproche, mais en même temps j'avais l'impression d'être la seule à morfler dans cette histoire, même si je savais qu'il avait dû en baver, j'avais vu tout ce que la presse people avait dit sur nous et ce n'était pas glorieux, ma mère m'avait téléphoné pour s'assurer que j'allais bien et que tout ça n'était pas vrai, que je n'étais pas la fille dont parlaient les journaux, mais si, finalement peut-être que j'étais cette fille qui faisait fuir les comédiens, qui embrassait ses partenaires pour les envoyer chier après. Je ne savais plus vraiment où se trouvait la vérité dans tout ça. Mais pour l'instant je voulais juste faire mon travail, finir le film et partir en vacances très loin. Je regardais autour de nous et attrapais la main de Christopher pour nous conduire jusque dans une loge qui semblait vide, une de celle où cette fois nous serions seuls, sans caméra, sans téléphone, juste nous. Je refermais la porte derrière moi et la bloquais avec mon dos, au moins j'étais sûre qu'il ne pourrait pas sortir sans qu'on puisse avoir cette conversation que j'attendais depuis deux semaines. « Je suis désolée Christopher, je sais que j'ai foiré, mais je veux juste être sûre que c'est cool entre nous et qu'on va pouvoir terminer le film sans autre incident. » Je n'en croyais pas un mot, je savais que c'était impossible, pas avec nos caractères, mais j'avais besoin d'y croire. Et en même temps j'en avais ras le bol de me sentir coupable, d'accord j'avais abusé et mal réagi, mais il avait commencé tout ça. J'aurais aimé qu'il se sente aussi mal que moi.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 11/11/2016
›› Love letters written : 116
›› It's crazy, I look like : Colin O'Donoghue
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Lun 3 Juil - 12:21



       

         
A discussion is needed

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le baiser frappe comme la foudre, l'amour passe comme un orage, puis la vie, de nouveau, se calme comme le ciel, et recommence ainsi qu'avant. Se souvient-on d'un nuage ?
Trina & Chris
Je n'étais pas revenu de gaîté de cœur. S'il n'en avait tenu qu'à moi, j'aurais tiré un trait sur ce film. J'aurais fait autre chose. Je me foutais royalement de ma réputation. Je ne voulais juste plus jamais voir cette femme. Mais l'avocat de la production m'avait montré par A+B que je n'avais pas le choix. J'avais signé deux contrat. Le premier pour tourner le film. Le second pour ma prime à la bonne conduite. Ils n'auraient pas hésité à parler publiquement de ce contrat et à m'attaquer en justice pour non respect des deux. Et je ne voulais pas que les gens sachent pour ce deuxième contrat. Ma gentillesse ne s'achetait pas... Du moins pas en dehors du travail. Je ne connaissais que trop bien le lot des amalgames dans ce milieu. Je ne l'avais que trop vu, dans la presse, à la télévision. Tout le monde n'avait parlé que de ça. Ce baiser et la vidéo qui en avait été faites. Les mots échangés en public... Combien de gens avaient détourné, analysé, cru comprendre, alors qu'il n'en était rien. Trina était passé pour la pire des connasses, tandis que j'étais la grande victime de l'affaire pour certains. Pour d'autres, Trina avait sans doute craqué en public après des mois de calvaires – parce que tout le monde savait que j'étais le pire des partenaires -. L'un était tout blanc, l'autre était tout noir, pour tout le monde. Foutaise. J'étais aussi coupable qu'elle et inversement. Mais de notre avis, tout le monde s'en foutait. Se faire sa propre histoire était bien plus intéressant.

Arrivé plus tôt que d'ordinaire, pour éviter d'avoir à la croiser en loge maquillage ou aux costumes, j'étais presque fier de moi quand j'ouvrais la porte, une fois correctement apprêté pour aller tourner. J'étais certain de pouvoir m'accorder un café tranquillement, avant d'avoir à me présenter sur le plateau et d'enfin la confronter. C'était sans compter sur sa ponctualité sans faille. Sur le pas de la porte, ici, je me retrouvais face à elle et la seule chose qu'elle trouva à me dire était que je n'avais pas répondu à ses messages. Vrai. Je ne les avais pas même lus. Je les avais tous effacés, après de longues hésitations pour ouvrir les petites enveloppes. Je n'en avais jamais vu que les premiers mots, alors que j'avais toujours obstinément refusé de les lire entièrement, de peur de me laisser avoir par cette femme. « Je suis désolée » Les mots étaient apparus mille fois. Le reste ne devait être qu'une succession d'excuses que je n'avais pas voulu voir.

Je serrais les dents, souhaitant l'ignorer et partir, mais elle ne m'en laissa pas l'occasion, attrapant ma main pour m'emmener dans un coin à l'écart. Pas vraiment conscient de pourquoi je la laissais faire, je la suivis, me retrouvant bientôt une nouvelle fois seul avec elle dans une loge, la belle blondinette bloquant la porte, cette fois-ci. Une nouvelle fois, elle s'excusa et je serrais les dents, la mâchoire crispée. Les bras ballants, les moins fermés, mais non serrés, je regardais partout ailleurs, sauf dans sa direction. Ma mâchoire palpita plusieurs fois sous mes dents serrées, avant que je ne soupire. « Pas d'autres incidents. Ce film doit être fini au plus vite, on a pris assez de retard comme ça », dis-je avant de planter enfin mon regard dans le sien, je l'espérais, froid et sans émotion. « Mais ne pense pas que les choses sont... comment tu dis « cool entre nous » ? Je sais être professionnel, contrairement à ce que tu penses. Je foutrais pas la merde, même si c'est pas l'envie qui m'en manque. Ne t'en fais pas. » J'esquissais un geste pour partir. « On peut y aller ? »

CODES BY MAY & AVATARS BY .CRANBERRY.


         
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Love letters written : 412
›› It's crazy, I look like : La merveilleuse Jennifer Morrison
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Lun 3 Juil - 13:51

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le seul avantage qu'il y avait dans toute cette histoire, ce bordel médiatique que j'avais créé en l'embrassant devant tout le monde, c'était sans doute les fans qui étaient tous fous, les pauvres pensaient qu'il y avait une sorte de romance entre Christopher et moi, j'avais lu tout un tas de messages sur facebook et twitter qui m'avait plus ou moins fait sourire, je trouvais l'imagination de certains presque adorable et du coup ça leur donnait encore plus envie de voir le film, au moins une bonne chose qui ressortait de tout ce bordel. Mais pour le reste les journaux eux n'avaient pas franchement été tendres avec nous. On passait pour quel genre de personne sérieusement ? Pour une simple baiser ? J'étais complétement estomaqué, j'avais passé ces deux dernières semaines à m'excuser, à me sentir mal et finalement pour quoi ? Rien du tout, car clairement il s'en foutait royalement. Je m'étais senti tellement mal que j'avais passé des heures au téléphone avec ma mère à lui expliquer à quel point j'étais nulle, lui expliquer l'histoire en long en large et en travers, j'avais même pleuré, mais quelle idiote je pouvais être. Ma mère me connaissait par coeur, elle savait ce que j'avais vécu avec mon ex, la façon dont il m'avait détruite et elle savait parfaitement que je n'étais pas du genre à me laisser aller facilement avec un homme et encore moins lorsqu'il me rendait dingue, mais elle soupçonnait quelque chose que je ne voulait pas admettre, si j'étais aussi mal c'était sans doute parce que je n'avais pas voulu blesser Christopher, sans doute parce que je commençais à m'attacher à lui et c'était pour ça que j'avais si mal vécu ces deux dernières semaines. Mais là j'étais en colère et blessée. « Mais quelle conne. En fait tu n'en as rien à foutre de mes excuses, trop centré sur ta petite personne, tu n'as pas pensé une seule seconde que je pouvais être sincère et vraiment m'en vouloir ? Mais quelle conne. » Je n'en revenais pas d'avoir été aussi naïve, tout était tellement plus simple lorsque je n'étais rien d'autre que la fille froide et distante. Je savais que c'était une erreur d'avoir voulu me rapprocher de lui, pourquoi j'avais fait ça déjà ? Parce que je pensais que c'était une bonne idée, qu'il ne pouvait pas être foncièrement méchant et sans coeur. Et une fois de plus je m'étais planté en beauté, ça m'apprendra à vouloir croire en l'autre. Je me décalais de devant la porte, lui laissant le champ libre, qu'il parte, c'était sans doute mieux comme ça. « J'ai passé deux semaines à culpabilisé comme une abrutie, d'avoir laissé mes nerfs prendre le dessus sur le reste et toi, ça ne t'a même pas touché, je suis sûre que tu n'as même pas lu un seul de mes sms. » Soufflais-je d'une voix plus forte que je ne l'aurais voulu, je ne voulais pas m'énerver, je n'aurais pas dû l'emmener ici, tenter de lui parler, c'était une idée ridicule. « Tu as raison, on va finir ce film aussi professionnellement que possible et après ça, je serais enfin débarrassé de toi. » J'avais l'impression d'être arrivé à une sorte de point de non retour, pas comme la fois où j'ai failli tout plaqué, parce qu'à ce moment-là, je me foutais bien de lui et tout le reste, mais là c'était différent, plus violent, comme si finalement quelque chose s'était brisé entre nous. Et ça me faisait mal, vraiment mal.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 11/11/2016
›› Love letters written : 116
›› It's crazy, I look like : Colin O'Donoghue
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Lun 3 Juil - 14:42



       

         
A discussion is needed

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le baiser frappe comme la foudre, l'amour passe comme un orage, puis la vie, de nouveau, se calme comme le ciel, et recommence ainsi qu'avant. Se souvient-on d'un nuage ?
Trina & Chris
Elle me rendait fou. Complètement. Je n'avais jamais été aussi froid ou brutal ou même salop, avec aucune femme. Pas depuis Cette-Elle, quand j'avais tout fait pour lui pourrir la vie après qu'elle m'ait largué comme une merde. Et Trina Taylor en subissait les conséquences de plein fouet, sans que je ne sache même pourquoi je devais à tout prix lui faire aussi mal. Seulement voilà, voir la colère, mélangé à la douleur dans son regard me brisait le cœur et me faisait perdre toute assurance dans mon rôle de gros connard.

Elle se dégagea de la porte, se reprochant à elle-même d'avoir cru pouvoir arranger les choses, me laissant passer, décidé à jouer à ce jeu-là de l'ignorance, du professionnalisme et déterminée à mettre tout ça derrière nous ensuite. Sauf que la partie professionnelle de moi-même me disait qu'il nous restait encore au moins une suite à tourner pour cette foutue production, tandis que la part encore semble de moi-même refusait l'idée de ne plus jamais la voir, en lui laissant cette seule et horrible image de moi-même. Serrant les dents, je cognais du poing contre la porte, faisant trembler tout le mur de maigre habitacle à bas prix, avant de poser la main complètement à plat sur le métal fragile, baissant la tête, respirant douloureusement, alors que mon autre poing était désormais complètement serré.

« Tu ne sais rien... de moi... », dis-je froidement, entre mes dents, toujours en fuyant son regard. Je lui avais déjà dit mille fois, mais je ressentais toujours le besoin de lui faire comprendre. Savoir que l'homme qu'elle voyait n'était pas le vrai Christopher. Si je ne pouvais pas lui montrer le vrai, je refusais qu'elle – plus que toute autre – croit qu'elle avait affaire au vrai moi. Pourtant, je savais bien, que si je voulais qu'elle le croit, je devais lui montrer le vrai. Même si ça allait me détruire. Même si c'était prendre un risque. Elle devait voir le vrai, pour comprendre pourquoi je ne pouvais pas lui montrer cet être brisé qui pouvait facilement couler dans ce monde effroyablement pervers dans lequel nous vivions. « Tu ne sais pas... »

Je me redressais, lentement, me tournant vers elle, toute l'attitude du Chris d'apparence disparue. Je redevenais si vite ce pauvre Christopher en lambeau, si je n'y prenais pas garde. Évitant toujours son regard, cette fois-ci plus pour éviter de lui montrer quelque-chose de sincère, mais parce que l'ancien Chris était incapable de soutenir un regard sans vaciller. J'inspirais un grand coup. « Cette... Elle... Même après toutes ses années, je suis encore incapable de prononcer son nom. Je l'appelle Cette-Elle. C'est tellement plus simple de la déshumaniser... Elle... Je l'aimais. J'étais fou d'elle. J'avais dix-sept ans, mais je pensais qu'elle était la femme de ma vie. Je voulais la demander en mariage après la remise des diplômes et je me fichais qu'on soit jeune, qu'on aille dans des universités différentes... J'étais convaincu que ça durerait toujours. Et puis un jour, sa meilleure amie s'est plantée devant moi et m'a dit que c'était terminé. » Ça faisait mal. Rien que d'y repenser, ça faisait mal. « Je lui ai demandé de quoi elle me parlait et elle m'a dit que j'étais le pire des crétins de croire qu'elle avait réellement des sentiments pour moi. Elle m'a dit qu'Elle me larguait, parce qu'elle en avait marre de faire semblant. Après ça, j'ai appris qu'elle s'était envoyée toute l'équipe de football du lycée et quelques autres athlètes et populaires. Elle m'a pris pour le dernier des cons et j'ai passé les derniers mois de l'année à être la risée de tout le lycée. On s'foutait de moi dans les couloirs, les filles pouffaient... Quand je suis revenu pour la dernière année, j'étais devenu le Chris que tout le monde connaît. Je l'ai ignoré et je leur ai prouvé à tous qu'elle avait fait la pire connerie de sa vie en me prenant pour un abruti. » J'étais dur, à nouveau. Le Chris froid et manipulateur de maintenant. L'homme qui se servait de sa belle gueule et de sa gouaille pour qu'on n'aille pas regarder plus loin.

Je fermais les yeux, essayant de trouver le courage de continuer. C'était plus dur que je ne le pensais et en même temps plus simple. Dur parce que ça faisait mal. Simple parce qu'en fait, c'était facile de lui parler... à elle. Et je détestais cela. « Tu lui ressembles, de bien des manières... Pas pour le côté salope garce, mais tu as tout ce qui m'avait attiré chez elle. Belle, forte, indépendante, intelligente, ambitieuse,... Je vois le meilleur de toi, comme je ne voyais que le meilleur chez elle... Et je ne sais que trop ce que cela peut cacher... »

Je le réalisais. A mesure que je lui parlais, que je lui expliquais, je réalisais pourquoi ça faisait si mal et pourquoi c'était si fort. Pourquoi j'avais tant besoin de la détruire, de l'éloigner de moi, comme si c'était ma seule chance de survie. Elle lui ressemblait dans tout ce qui m'avait toujours fasciné chez Cette-Elle. Elle avait tout ce qui m'avait fait tomber éperdument amoureux de cette fille au lycée. Et je savais que malgré les années, une part de moi était toujours le même Chris qu'avant devant la belle personne que j'avais connu – ou cru connaître – et que je pouvais aisément retrouver chez Trina. « J'ai passé deux semaines à lutter pour n'ouvrir aucun de tes sms », avouais-je finalement. Je n'avais pas supprimé ses messages sans remords. J'avais hésité, reculé plusieurs fois, jamais osé ouvrir, mais toujours interrogé sur le « Et si ? », si je l'avais fait. « Parce que chaque fois que je voyais ton nom s'afficher sur mon téléphone... je me demandais ce que ça ferait si je t'avais enfin dans mon lit. »

Une nouvelle fois, je poussais un soupir. Cette conversation était tellement plus que ce que je pouvais gérer... « Tu es la victime et je suis le connard ? Très bien. Crois ça si ça t'arrange. Mais dans ce cas, arrête de venir me voir encore et encore pour que je te plaigne et me sente coupable. Je n'ai pas envie de me sentir coupable. Je n'ai pas besoin de me dire que je merde sur tous les plans avec toi. J'ai besoin que tu restes loin de moi... » J'espérais juste qu'elle pourrait comprendre, enfin. J'espérais juste qu'elle arrêterait de me suivre pour me demander de m'excuser de ne pas être l'homme parfait ou pour chercher la preuve que j'étais affecté, tout comme elle. J'avais besoin de me détacher de ça. Besoin de croire que je pouvais être cet homme froid et sans sentiment. Parce que je n'avais cessé de rêver de ses baisers ces deux dernières semaines et que j'avais rêvé de tellement plus... Parce que c'était un risque trop grand. Je n'avais pas sa force. Je n'étais pas capable de l'affronter tous les jours, en ayant des sentiments aussi contradictoires à son égard. J'avais besoin qu'elle reste loin.

CODES BY MAY & AVATARS BY .CRANBERRY.


         
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Love letters written : 412
›› It's crazy, I look like : La merveilleuse Jennifer Morrison
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Lun 3 Juil - 15:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Tout c'était passé très vite, il fallait encore que nous passions notre temps à nous disputer, nous ne pouvions pas simplement parler comme n'importe quel être humain "normal", non de toute évidence nous n'étions pas doués pour ça. Je sursautais, sortant de ma léthargie. Je n'avais pas vu le coup venir, je pensais qu'il allait simplement partir avec son égo mal placé et qu'on finirait par laisser couler, mais au lieu de ça il avait préféré laisser sa rage exploser, la porte venait d'en faire les frais. Il valait mieux que ce soit elle que moi, bien que je n'avais pas vraiment peur de Christopher, je savais qu'il pouvait être violent avec les mots, qu'il était réellement très doué pour torturer un esprit, mais de là à frapper une femme, non, je n'y croyais pas une seule seconde. Je voulais vraiment que les choses se passent mieux entre nous, qu'on puisse juste s'entendre et finir le tournage le mieux possible. Je fermais les yeux quelques secondes juste pour profiter du silence, malgré la colère de Christopher. De toute évidence il avait raison, je ne le connaissais pas, je ne savais absolument rien de lui, rien en dehors de tout ce qu'on a pu entendre ou lire dans les journaux, on ne pouvait pas dire qu'il était la personne la plus loquace du monde, du moins lorsqu'on commençait à aborder sa vie priver, mais je pouvais le comprendre, je n'étais pas la personne la mieux placée pour lui faire la morale. J'aurais voulu lui hurler de me parler, puisque de toute évidence je ne savais pas, il n'avait qu'à me dire ce qui n'allait pas chez lui, ce qui faisait qu'il n'était qu'un con arrogant avec un putain de coeur de pierre. Mais je n’eus pas réellement le temps de le faire, il commença à parler et mon souffle se coupa, littéralement. Pour la première fois depuis que nous nous connaissions il se livrait à moi, enfin, j'avais attendu ça tellement longtemps, mais bizarrement je ne me sentais pas aussi bien que je ne l'aurais cru. Ses révélations me firent mal au coeur, il était tellement brisé et perdu. J'attendais quelques secondes après la fin de son discours, ne sachant trop quoi dire. Je lui tournais le dos et une larme coula le long de ma joue, je me sentais tellement ridicule, mais en même temps ce n'était pas de ma faute, tout ça, tout ce qui lui était arrivé, je n'y pouvais rien. « Je ne suis pas elle, Christopher. Et ça tu le saurais si tu me laissais la chance de te le montrer. » Je ne voulais plus qu'on se prenne la tête et en même temps je ne savais pas réellement pourquoi je lui avais dit ça, je ne voulais pas vraiment lui prouver que je n'étais pas son ex, à quoi bon ? Je ne m'attendais pas vraiment à ce qu'il se passe quoi que ce soit entre nous, ça serait vraiment mal venu et stupide. Je me retournais vers lui et m'approchais pour poser ma main sur son poing dont les jointures devenaient blanches. « Je suis vraiment désolée de te rappeler cette...fille. Mais ça, tu ne peux pas me le reprocher, je n'y peux rien. Je ne suis pas là pour te blesser et encore moins de cette manière-là. » Je fermais les yeux et lâchais sa main, reculant d'un pas pour le laisser se remettre de ses émotions. Il avait juste besoin de souffler, du moins, ça ne lui ferait pas de mal. J'avais attendu, patiemment au début, qu'il me réponde, qu'il fasse le moindre geste vers moi, deux semaines à attendre qu'il se manifeste et rien et lui de son côté il ne pensait qu'à une chose, moi dans son lit. Je levais les yeux au ciel malgré moi. « Donc on en revient là, tout ce que tu veux au final c'est finir par enfin m'avoir dans ton lit. Comment tu peux me dire ça après tout ce que tu viens de me dire sur ton ex ? » Je détournais le regard et haussais les épaules d'un air dépité, en même temps, à quoi je m'attendais exactement ? « Non, ce n'est pas ce que j'ai dit, tu m'as énervé et mes mots ont dépassé ma pensée, mais je ne pense pas que tu sois un connard. » Je ne le pensais pas une seule seconde, loin de là, il avait ce don incroyable pour me rendre dingue, mais un connard ? Pas vraiment, je pensais seulement qu'il y avait plus que ce qu'il voulait bien laisser voir aux autres et je n'avais pas tort. « Tu...quoi ? Tu veux que je...Non, pourquoi ? » Que je reste loin de lui, alors c'était donc comme ça que ça allait finir ?
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 11/11/2016
›› Love letters written : 116
›› It's crazy, I look like : Colin O'Donoghue
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Lun 3 Juil - 16:38



       

         
A discussion is needed

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le baiser frappe comme la foudre, l'amour passe comme un orage, puis la vie, de nouveau, se calme comme le ciel, et recommence ainsi qu'avant. Se souvient-on d'un nuage ?
Trina & Chris
Je savais qu'elle n'était pas elle, mais cela n'empêchait pas que ça faisait mal. Parce qu'elle était un danger pour mon cœur. Alors non. Non, je ne pouvais pas lui permettre de me montrer qu'elle n'était pas Cette-Elle. Pas quand elle pourrait se révéler l'être. Elle était un danger pour moi et elle ne réalisait pas combien, ni pourquoi. Elle disait que je ne pouvais pas le lui reprocher, si elle me la rappelait et c'était vrai, mais je pouvais l'éviter. Je voulais l'éviter. Absolument. Et elle ne voulait pas le comprendre ou l'entendre. Tout comme elle ne comprenait pas mon besoin de toujours tout ramener au sexe. Parce que c'était tout ce dont j'avais besoin. Parce que c'était encore le moyen le plus sain d'assouvir mes pulsions et mes besoins d'hommes, sans mettre en jeu mon cœur et prendre le risque qu'il parte en cendre, encore une fois...

Elle sembla même complètement dépassée par ma demande de rester loin de moi, me demandant pourquoi. Et dès que mon regard croisa le sien, je craquais complètement, m'approchant d'elle, l'attrapant par la taille pour la guider vers le meuble le plus proche. Je la soulevais, la portant à moitié, jusqu'à ce meuble m'arrivant à la taille et la posait doucement dessus, glissant entre ses cuisses, m'approchant dangereusement de son corps divin. « Tu ne comprends donc rien », soufflais-je, lâchant sa taille pour attraper ses joues, fouillant dans ses yeux, à la recherche de la moindre trace de compréhension. Si mon geste avait été impulsif et non contrôler, chacun de mes toucher était doux, prenant grand soin d'elle. « Le sexe, c'est tout ce que je peux donner. C'est tout ce que je peux prendre. Mais toi... Toi, tu es un risque, Trina. Parce que tu ne veux pas ça. Tu veux plus. Tu veux tout. Et bon sang... Je pourrais m'y perdre... » Je soufflais, durement, essayant de me retenir de lui sauter dessus, tout mon corps appelé par le sien. « Je ne veux pas coucher avec toi juste pour avoir un trophée de plus à un quelconque tableau de chasse. Je veux... Je veux te savourer, te déguster », soufflais-je, près de son visage, sentant déjà son parfum enivrant, me donnant l'eau à la bouche.

Soudain aventureux, je laissais une de mes mains jouer avec ses cheveux, l'autre glissant le long de son épaule, caressant sa clavicule du pouce, observant sans honte ses formes délicieuses. « Découvrir le goût de ta peau, savoir ce qui t'apporte le plus de plaisir, être un de ces privilégiés qui auront su te donner l'une des meilleures nuits de ta vie. Recommencer, encore et encore, s'il le faut, jusqu'à ce que tu sois certaine que tu as passé l'une des meilleures nuits de toute ta vie. » Je me vantais souvent de mes talents d'amant, mais je devais avouer que j'en étais arrivé là en partant de très loin. J'avais dû apprendre, je m'étais trompé, j'avais parfois fait de grosses erreurs, mais j'avais un avantage certain, sûr d'autres hommes : j'écoutais les besoins des femmes. Je savais prendre des risques, me tromper et recommencer. Je n'avais aucune honte à être moyen un jour, tant que je rectifiais le tir ensuite. J'aimais prendre soin de mes amantes et j'aimais les combler. Je n'étais pas un profiteur. J'étais un partageur. « Te vouloir n'est pas un manque de respect, Taylor. Te vouloir si fort n'est pas un jeu. C'est absolument tout. Tout ce que tu me fais ressentir. Ne te rends-tu donc pas compte de ce que tu peux provoquer chez un homme ? De combien tes lèvres, ton corps... Toi, ton esprit, ton être... Tout de toi m'obsède depuis que tu m'as embrassé. Je te veux, Taylor... Plus que je n'en ai jamais voulu aucune autre. » Je n'avais rien du beau parleur habituel. J'espérais qu'elle le sentait. Parce que je n'avais pas l'habitude de dire de telles choses avec tant de conviction et si peur d'assurance quand au résultat. Elle m'avait moi. Christopher James. Elle avait tout ce que je pouvais donner de moi. L'homme empli de respect, de désir et de dévouement. Trop proche du Christopher capable d'aimer et que peu avaient connus. Si proche de l'homme qu'elle pourrait briser d'un claquement de doigts.

CODES BY MAY & AVATARS BY .CRANBERRY.


         
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Love letters written : 412
›› It's crazy, I look like : La merveilleuse Jennifer Morrison
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Lun 3 Juil - 22:11

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Alors c'était donc ça, j'étais en quelque sorte le fruit défendu, celui qu'on admire, qu'on a envie de toucher, de goûter. C'était dans un sens assez valorisant et en même temps dégradant, car de son point de vue, je ne pouvais rien être d'autre. Je fermais les yeux au moment où ses doigts glissèrent dans mes cheveux, j'avais toujours été très sensible à cette sensation et tout ce qui se passait en ce moment était réellement très sexy, il était terriblement sexy et mon corps était de plus en plus attiré par le sien, ça devenait presque vital, mes lèvres appelaient désespérément les siennes, ça faisait presque mal tellement ça devenait fondamental, je glissais un peu plus mon corps contre le sien, bloquant mon bassin contre ses hanches. Il y avait une tension sexuelle assez impressionnante dans cette pièce et ça devenait presque étouffant, j'aurais pu me laisser aller, l'embrasser sauvagement et m'envoyer en l'air avec lui, ici, là, tout de suite. Mais je ne le pouvais pas, je n'étais tout simplement pas comme ça et je ne voulais pas le devenir. « C'est toi qui ne comprends pas Christopher, j'ai terriblement envie de toi et j'aurais presque envie que tu me prennes sauvagement sur ce meuble qui risque de s'écrouler à la moindre secousse, mais je ne peux pas parce que si je faisais une chose pareille, je n'arriverais surement plus à me regarder dans une glace. » Je soupirais d'un air dépité, mon souffle se mêlant au siens, il fallait que je me recule, que je m'éloigne, ça allait devenir dangereux, il était dangereux et le pire dans tout ça s'était qu'il le savait pertinemment. Mon coeur tentait une nouvelle fois de s'échapper de ma poitrine, de toute évidence c'était son jeu favori lorsque je me trouvais en présence du beau brun qui me faisait face. Je ne savais pas réellement pourquoi, mais j'avais peur, j'étais terrifiée, peur qu'il fasse un transfert entre son ex et moi, peur de trop m'attacher pour finir blessée et seule, peur de me laisser aller dans une sorte de relation toxique qui ne m'apporterait rien de bon, peur de finir brisé, peur d'être avec lui. Chaque parcelle de mon corps, de mon être ne demandait que d'être avec lui, dans ses bras, contre sa bouche, mais à quel prix ? Je ne pouvais pas devenir ce genre de femme. « Je ne peux pas, tu sais que je ne peux pas. Je pourrais tomber amoureuse de toi Christopher, tomber amoureuse de tes paroles, de tes yeux, de ton sourire. Et je crois que dans un sens c'est déjà un peu le cas, c'est pour ça qu'il faut qu'on arrête maintenant, avant que quelqu'un ne soit vraiment blessé. » Soufflais-je doucement, mon regard encré dans le sien, mes mains sur ses joues. Je voulais qu'il me regarde, qu'il voit à quel point tout ça me faisait souffrir, parce que je ne voulais pas m'éloigner de lui et en même temps nous n'avions pas le choix, il ne tomberait jamais amoureux de moi et je ne voulais pas lui demander une telle chose, je n'en avais pas le droit, il était un électron libre, je n'avais pas le droit de le changer. Doucement je venais coller mon front contre le sien, caressant doucement sa joue de mon pouce. « Je crois que tu ne te rends pas compte de l'effet que tu peux avoir sur moi. » J'avais dit ça tellement bas que je n'étais même pas sûre qu'il ait entendu, mais je m'en fichais. Je glissais doucement mes lèvres sur les siennes, pour lui offrir un baiser qui n'avait absolument rien à voir avec le premier que nous avions échangé, celui-là était à la fois doux, tendre et rempli d'une certaine douleur. Ma drôle de façon de m'excuser de devoir m'éloigner.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 11/11/2016
›› Love letters written : 116
›› It's crazy, I look like : Colin O'Donoghue
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Mar 4 Juil - 16:15



       

         
A discussion is needed

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le baiser frappe comme la foudre, l'amour passe comme un orage, puis la vie, de nouveau, se calme comme le ciel, et recommence ainsi qu'avant. Se souvient-on d'un nuage ?
Trina & Chris
Elle me désirait. Au moins autant que je la désirais. Je le ressentais dans son corps, dans la tension, dans sa manière de me rapprocher d'elle. Elle était une vraie sirène à laquelle j'étais incapable de résister. Bientôt, les mots rejoignirent les preuves que son corps imposait, alors qu'elle m'avouait ne rien vouloir plus que d'avoir des relations sexuelles ici et maintenant. Seulement, une nouvelle fois, elle faisait triple machine arrière, assurant qu'elle ne pouvait pas. Qu'elle serait incapable de se regarder en face ensuite. Pire encore, elle avouait savoir qu'elle serait capable de tomber amoureuse de moi. Je me tendis comme un arc lorsqu'elle avoua que c'était déjà un peu le cas et je bloquais mon regard dans le sien, essayant de voir la confirmation. Était-elle sincère ou le disait-elle uniquement pour me tester ?

Quoi qu'il en soit, elle avait raison. Si c'était une possibilité, il fallait s'arrêter là. Je ne pouvais pas l'aimer... Non... Je ne voulais pas l'aimer. J'aurais aimé pouvoir. En être capable et être le meilleur des hommes pour elle, mais je ne pouvais pas prendre ce risque. Elle avait toujours été un risque trop grand. J'avais su, dès le départ, que tout ça ne pouvait que très mal se terminer. Le baiser qu'elle me donna n'en était que l'ultime preuve. Il était doux, délicieux, rempli de toutes ses émotions qu'elle n'aurait jamais dû commencer à ressentir pour moi... et comme un fou, un assoiffé dans le désert, je goûtais à ce baiser comme au plus précieux des trésors, plongeant lentement une main dans sa chevelure d'or, glissant l'autre sur sa hanche, glissant les doigts sous le tissu de son haut pour sentir sa peau. Si c'était la dernière fois que je la touchais comme ça, pour moi, en tant que Christopher, touchant Trina, alors je devais profiter du peu que je pouvais prendre.

Lâchant ses cheveux, je posais le plat de ma main sur son buste, brisant le baiser lentement, collant une seconde mon front contre le sien, comme elle l'avait fait plus tôt. « Je suis désolé... », soufflais-je, les yeux clos, avant de reculer, lâchant son corps, mettant une distance raisonnable entre nous. « Je suis désolé d'avoir dépassé les limites. Je pensais que tu... J'espérais... que tu serais capable de détacher le plaisir de ce concept à la con d'amour. Je me suis trompé et ça t'as blessé... » Je soufflais doucement, glissant mon pouce sur mes lèvres, essayant d'enregistrer la sensation de ses lèvres sur les miennes. « C'est la dernière chose que je voulais. J'espérais qu'on pourrait s'amuser, passer un peu de bon temps ensemble et retourner à nos vies respectives et à nos recherches respectives pour les longues nuits d'hiver. Regardes toi, tu es tellement génial. J'aurais été fou de ne pas essayer de t'avoir toute à moi et de me donner à toi. J'espère sincèrement que tu sais que te blesser est la dernière chose que j'aurais voulu dans cette histoire... Je ne t'ennuierais plus, je te le promets. » Je suis désolé de ne pas être capable de tomber amoureux de toi... Dans un autre univers, si je n'avais pas eu le passé que j'avais, j'aurais pu. Je serais même sûrement tombé amoureux d'elle au premier regard. Qui ne le serait pas ? Mais je n'étais pas cet homme capable de nourrir de tels sentiments. Le plus perturbant restait... Que j'en restais perturbé, justement ! Je n'aurais pas dû. Et pourtant, j'étais presque désolé de ne pas être capable de lui donner tout.

J'inspirais un grand coup avant de tendre ma main vers l'avant, pour qu'elle la serre, si elle le voulait. « C'est cool entre nous. Okay ? », demandais-je, pas vraiment certain qu'elle soit toujours d'accord avec ça, maintenant, après ce qu'il venait de se passer. « Je veux dire... D'accord, on va probablement galérer quelques jours après... ça », dis-je, comme pour essayer de justifier les choses. « Mais on va y arriver. On va faire notre travail, on va tout faire pour avoir de bonnes relations de partenaires de travail et on va y arriver. Okay ? »


CODES BY MAY & AVATARS BY .CRANBERRY.


         
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Love letters written : 412
›› It's crazy, I look like : La merveilleuse Jennifer Morrison
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Mar 4 Juil - 17:19

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

C'était doux, chaud, agréable, comme une sensation de déjà vu, quelque chose qui faisait du bien et qui en même temps rendait nostalgique, c'est comme ça que je me sentais dans ses bras, contre ses lèvres, même si je savais pertinemment que ça ne donnerait rien, que tout ça n'était rien de plus qu'un doux rêve, j'avais simplement envie d'en profiter un peu, juste quelques secondes de plus. Du moins jusqu'au moment où il coupa court à ce moment. « C'est bon Christopher, laisse tomber, c'est ma faute, je n'aurais pas dû t'embrasser c'était une connerie. Je les enchaîne en ce moment. » Je ne savais pas vraiment pourquoi j'avais embrassé Christopher, c'était comme ça, sur le moment, je voulais sans doute voir s'il était capable de ressentir une émotion autre que le désirs physique, j'aurais pu l'embrasser sauvagement, mais au contraire, j'avais voulu un peu de douceur, quelque chose que je n'avais pas ressenti depuis bien longtemps, trop longtemps, aucun homme ne m'avait touché ou embrassé comme il venait de le faire depuis tellement longtemps que ça me perturbait, j'étais paumé, comment pouvait-il me faire ressentir tout ce flot d'émotion avec un seul baiser, alors qu'à côté de ça il n'était pas capable d'aimer ? Clairement pour le coup j'avais l'impression que peut-être j'aurais moi aussi le droit à un semblant de bonheur. Pas avec lui, ça s'était impossible, mais après ça, peut-être que je pourrais commencer à m'ouvrir aux hommes, essayer quelque chose, ne plus être froide et distante et refuser la moindre invitation à sortir ou boire un verre. Dans un sens il m'avait libéré de cette peur qui me bouffait depuis mon ex, je ne disais pas que la confiance se ferait les yeux fermés, mais j'étais prête à tenter des choses. Sa voix me ramena sur terre et dans un sens je n'étais pas vraiment heureuse d'entendre ce qu'il avait à me dire, j'étais surement ridicule, mais pendant un instant j'ai cru qu'il pourrait changer, qu'il pourrait lui aussi s'ouvrir aux sentiments que je pourrais lui offrir et finalement, non, il restait buté sur sa position. C'était dommage, mais je pouvais le comprendre, je n'arrivais pas à lui en vouloir, même si ça me faisait mal. Il tendit sa main vers moi et je ne savais pas trop quoi faire, est-ce que j'étais d'accord avec tout ça ? Je n'avais pas réellement le choix. « C'est...oui, cool, ouais, t’inquiète pas. » Soufflais-je légèrement bouleversé, mon corps encore tremblant suite à notre échange. Je continuais de regarder sa main avant de la serrer doucement. Nous devions faire notre boulot, faire en sorte que le film se termine et que tout ce passe bien, nous avions prit assez de retard, ça ne pouvait tout simplement plus durer. Je lui adressais un petit sourire et acquiesçais. « Amis ? » Je savais que ça serait compliqué, très compliqué, mais je pouvais le faire, il me suffisait d'éviter de penser à lui et à tout ce qui aurait pu se passer dans cette pièce et tout irait bien. Il le fallait, nous n'avions pas le choix. Je lâchais sa main et me remettais sur mes pieds, il fallait que je sorte d'ici, que je passe au maquillage et surtout que je me fasse coiffer, l'emprunte de ses doigts étaient encore bien présente dans ma chevelure. Je devrais peut-être les faire couper, juste un peu ? Histoire de changer. Je ne savais pas vraiment pourquoi je pensais à ça, mais j'avais besoin de penser à autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 11/11/2016
›› Love letters written : 116
›› It's crazy, I look like : Colin O'Donoghue
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Dim 9 Juil - 16:20



       

         
A discussion is needed

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le baiser frappe comme la foudre, l'amour passe comme un orage, puis la vie, de nouveau, se calme comme le ciel, et recommence ainsi qu'avant. Se souvient-on d'un nuage ?
Trina & Chris
Il y avait bien des années que je n'avais pas ressenti cela. C'était plus que de l'attirance et ça me foutait une peur bleue. Parce que c'était un risque que je ne pouvais pas prendre. Et en même temps, je ne comprenais pas, parce que mon cœur était éteint. Depuis des années et des années. Je n'avais jamais eu à me forcer pour ne pas ressentir quelque-chose de plus qu'une attirance. Ça avait été tout ce que j'étais capable de ressentir. Et si je ne cessais de lui dire que je ne pouvais rien ressentir d'autre, c'était, pourtant, autant pour la convaincre elle, que pour me convaincre moi-même. Parce que pour la première fois depuis un temps infiniment long, j'avais le sentiment que si je n'y prenais pas garde, justement, je pourrais ressentir plus. Bien plus. Sa peau m'enflammait. Ses lèvres m'animaient... Elle faisait battre mon cœur plus fort dans ma poitrine et me donnait bien des idées, ne comprenant pas uniquement son corps nu contre le mien.

Reculant, mettant de la distance – tant physiquement, que mentalement – entre nous, je lui demandais alors si tout était cool entre nous et après un instant de ce qui semblait être la réflexion, elle y concéda. Elle serra finalement ma main, avant de me demander avec un simple mot si nous pouvions, au moins, être amis. Je restais un instant stoïque, sa main toujours dans la mienne. Après un moment, je hochais finalement la tête. Nous pouvions l'être. N'est-ce pas ? Nous devions l'être. Nous n'avions pas le choix. Pour le bien de notre film, mais aussi pour le bien de cette relation bancale qu'on essayait de maintenir. Je n'avais pas vraiment envie de lui dire qu'en dehors de la caméra, nous devions nous comporter comme des étrangers. Mine de rien, notre relation avait trop évolué pour juste tout effacer. Et puis, je ne le voulais pas vraiment... Je voulais la garder encore un peu dans ma vie. Je voulais encore voir son sourire et entendre son doux rire.

« Amis... », soufflais-je, un peu perdu dans mes pensées, avant de me reconcentrer. « Oui. Je pense qu'on peut faire ça. » Je lui accordais à mon tour un petit sourire en coin. « Qui ne rêverait pas d'être l'ami de la grande Trina Taylor ? », demandais-je, amusé, mais le plus sincère du monde. C'était comme d'être incapable de l'aimer. Il fallait être totalement fou. Alors qu'elle quittait sa position, prête à quitter la caravane, je passais devant elle, ouvrant la porte et l'invitant à passer. J'étais toujours gentleman. Avec ma famille, comme mes amis, tout autant qu'avec les femmes que je tentais de séduire.

Malgré tout, à peine sorti de la caravane, je sentis la pression revenir à la charge et je pouvais déjà voir la tension reprendre sa place entre nous, alors que quelques regards interrogateurs et pas vraiment discrets se faisaient dans notre direction. « Trina, je... », soufflais-je, avant de me tourner vers elle, essayant de ne me concentrer que sur son regard et pas sur celui des autres. Ils avaient décidé de reprendre exactement là où on s'était arrêté la dernière fois et cette fois, je le savais parfaitement. Nous avions convenu que les choses étaient cool entre nous et que nous allions essayer d'être amis, mais ça n'était pas pour autant que ça allait couler de source dès le départ et que le tournage d'aujourd'hui allait être plus facile que la dernière fois. « Je sais ce qu'on doit tourner aujourd'hui... et je me demandais si... Je me tiendrais à carreau, je te le promets, mais c'est cool pour toi ? Tu es sûre ? Sinon, j'exige qu'on commence plus en douceur. J'ai tellement fait ma diva ces derniers temps que personne ne m'en voudra plus qu'ils ne m'en reprochent déjà si j'exige qu'on reste sur quelque-chose de moins... compliqué. »

CODES BY MAY & AVATARS BY .CRANBERRY.


         
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Love letters written : 412
›› It's crazy, I look like : La merveilleuse Jennifer Morrison
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Dim 9 Juil - 19:07

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mon coeur battait tellement fort dans ma poitrine que ça faisait presque mal, j'aurais tellement aimé ne pas en avoir, être insensible au point de croire que ce qui venait de se passer n'était rien, rien du tout, mais je n'y arrivais pas, je n'étais pas comme ça. Non, moi j'étais la fille terriblement hypocrite, autant envers Christopher qu'envers moi-même, être amis, sérieusement ? « Environs, tout le monde ? Tu sais je ne suis pas toi, je ne sors pas le soir, je passe mon temps à regarder des films nazes, manger de la glace et téléphoner à ma mère. Un mythe s’effondre, je ne suis pas fun. Être amis, je n'en avais absolument pas envie, je voulais plus, je voulais tout de lui, tout ce qu'il ne pouvait pas me donner, alors c'était la seule solution qui nous restait. Même si je savais que ça n'allait pas être une tâche facile, que ça allait même être très compliqué, mais je voulais vraiment faire en sorte qu'on y arrive, qu'on puisse se donner cette chance, parce que nous étions vraiment en possibilité de le faire, même si ce n'était pas ce que je voulais, mais il avait été très clair sur ces intentions envers moi et ça ne servait à rien qu'on se prenne la tête là-dessus, je valais mieux que ça, mieux que le genre de relation qu'il voulait me proposer, même si je savais que ça allait être dur de trouver quelqu'un qui me ferait ressentir ce que j'avais éprouvé dans ses bras, un simple touché de sa part m'avait fait perdre la tête, c'était complétement fou. J'aurais vraiment aimé tomber amoureuse de lui, mais c'était mieux comme ça. J'allais sortir, lorsqu'un tas de regards se braqua sur nous, certains interrogateurs et d'autre plus ou moins mauvais, la journée allait être longue. J'avais parfaitement conscience que nous avions fait perdre deux semaines de boulot à tout le monde, mais après tout, nous étions des êtres humains, nous avions nous aussi le droit à nos coups de mou. Je fronçais les sourcils, tout en secouant légèrement la tête pour lui faire comprendre qu'il pouvait continuer à parler, après tout ce qui avait été dit sur nous ces dernières semaines, nous n'étions plus vraiment à quelques rumeurs. Je n'avais jamais vraiment été une actrice à rumeurs, c'était même rare de me voir dans les journaux, je n'étais pas lui, laissant ma vie privée, privée, mais depuis quelque temps tout avait changé, j'étais devenue la personne dont les moindres faits et gestes devenaient intéressants, je n'avais pas vraiment l'habitude de ça, mais c'était le revers de la médaille. « C'est bon, on va tourner cette scène et la finir une bonne fois pour toute. » Je ne disais pas ça comme si tourner cette scène était une corvée, mais presque, surtout maintenant, après tout ce qui s'était passé entre nous dans cette pièce, mais il fallait le faire, nous n'avions pas réellement le choix alors autant en finir. Et après tout, si nous arrivions à passer ce moment, nous n'aurions plus aucun souci. Je lui adressais un petit sourire rassurant avant de poser ma main sur son épaule. « On est de bons acteurs, Christopher, ça va aller et puis ce n'est pas comme si...c'était jamais arrivé. Évitons juste de tout faire foirer cette fois. » Je ne pouvais pas vraiment dire que j'avais peur, ce n'était pas le cas, mais malgré tout j'étais stressée, parce que je ne savais pas comment ça allait se passer, si j'allais réussir à faire abstraction de tout ce que je pouvais ressentir, mais il fallait, je n'avais pas réellement le choix. Je gardais le sourire et le dépassais pour aller en loge maquillage, ça ne me ferait pas de mal de m'éloigner un peu de lui, juste quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 11/11/2016
›› Love letters written : 116
›› It's crazy, I look like : Colin O'Donoghue
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Lun 10 Juil - 9:47



       

         
A discussion is needed

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le baiser frappe comme la foudre, l'amour passe comme un orage, puis la vie, de nouveau, se calme comme le ciel, et recommence ainsi qu'avant. Se souvient-on d'un nuage ?
Trina & Chris
C'était difficile, parce que je voyais combien elle était perturbé. Je détestais ces moments. Je savais gérer avec mes propres sentiments. Qu'importe ce que je sentais, aurait voulu ressentir ou ne voulait pas ressentir. Je pourrais gérer cela plus tard, en privé, faire le tri et tout faire pour jeter ce qui ne me convenait pas. Mais je détestais quand une femme outrepassait mes avertissements et se mettait à nourrir pour moi des sentiments. Il y avait eu quelque-chose entre nous, c'est vrai et j'avais eu tort de jouer à ce jeu avec elle, malgré ses avertissements qu'elle ne savait pas jouer et ne pouvait s'ancrer que dans quelque-chose de réel. Alors, j'allais devoir redoubler d'effort. Ne rien lui donner de moins ou de plus que de l'amitié. Tant pis si je la trouvais toujours belle, sexy, si j'avais envie d'elle et si ses baisers faisaient bondir mon cœur de manière désordonné. J'allais devoir lui montrer que notre relation n'aurait rien de plus que la plus pure des histoires platoniques. Plus d'allusion sexuelle, plus de mots doux d'homme romantique ou séducteur. Juste des choses qu'on se disait entre amis. Qu'elle comprenne qu'aussi salop cela puisse être, je ne pouvais rien lui donner de plus. Qu'elle puisse s'en remettre, passer à autre chose et trouver cet amour, qu'elle trouvait si précieux, dans les bras de quelqu'un d'autre.

Elle argumenta finalement sur le fait qu'on pouvait s'en sortir et finir cette scène. D'un côté, elle n'avait pas tort. Plus vite on en terminerait avec cela, plus vite on pourrait mettre la tension et le désir derrière nous. Phedra n'était pas beaucoup plus expansive que Trina et Caleb était un romantique, incertain de plaire à une si merveilleuse femme. Hormis ce moment dramatique où elle lui avouait la réciprocité des sentiments qu'il évoquait plus tôt dans le film, avant de taire ses sentiments pour respecter les choix de la femme, le reste se concentrait sur l'action et sur leur complicité. Le romantisme pur n'avait lieu que dans cette unique scène, pour ce film. Le plus compliqué viendrait sur le suivant, mais nous avions encore des mois pour nous y préparer. Pour ce film, l'unique challenge « amoureux » était ce baiser et il devait être parfait. Récompenser toute la tension romantico-sexuelle mise en avant toutes les scènes précédents celle-ci. Nous pouvions le faire et nous devions le faire. Nous avions été engagé pour cela.

Je hochais la tête, avant de la laisser partir, seule, en direction de la loge maquillage. Moi, je me rendis sous la tente alimentaire, partant en quête d'un café. J'avais besoin de boire quelque-chose, de penser à autre chose et de me préparer, émotionnellement. J'avais besoin de quitter le costume de Chris James pour rentrer dans celui de Caleb. Et après ce qu'il venait de se passer, ça allait prendre un peu plus de temps que prévu. Je pouvais encore sentir la chaleur des lèvres de Trina sur les miennes et le goût de sa langue. Je pouvais sentir la chaleur de son corps contre le mien et le bien fou de son étreinte passionnée. Je m'assis sur une chaise, mon gobelet de café à la main, l'esprit perdu dans mes pensées. Cette femme causera ma perte... Je n'avais, bizarrement, jamais été plus certain de quelque-chose dans ma vie.

CODES BY MAY & AVATARS BY .CRANBERRY.


         
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Love letters written : 412
›› It's crazy, I look like : La merveilleuse Jennifer Morrison
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Lun 10 Juil - 13:53

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Une fois arrivée dans la loge coiffure/maquillage, je saluais chaleureusement les filles en les prenants tours à tour dans mes bras, elles m'avaient manqués, j'aimais passer du temps avec elles et pas seulement parce qu'elles savaient me rendre incroyablement belle. Je me laissais tomber sur un des fauteuils tout en laissant la pression retomber, du moins je tentais de la faire retomber. Je n'arrivais pas à faire l'impasse sur tout ce qui venait de se passer. J'avais Christopher dans la tête, ses doigts brûlaient encore ma peau, je ne savais pas dans quoi je venais de tomber, mais ça n'allait pas bien finir, je le sentais. Je savais pertinemment que j'allais une fois de plus tomber de haut et me faire très très mal. Les filles me parlaient, mais je n'écoutais pas vraiment, je répondais distraitement, les yeux fermés, perdue dans mes pensées. J'entendais des mots comme "rumeur", "idiotie", mais je ne comprenais pas trop de quoi elles parlaient, de nous sans doute. Elles savaient que ce n'était que des conneries, tout ce qui était dit sur nous et dans un sens ça me rassurait de savoir qu'elles étaient plus ou moins de notre côté. Je leur adressais un sourire chaleureux et les quittais pour commencer ma journée de tournage. J'arrivais sur le plateau, plus ou moins détendu, une jeune femme s'approcha de moi, un café à la main, café qu'elle me donna et que j'acceptais avec un léger sourire. Je l'avais tranquillement lorsque la voix de notre réalisateur préféré arriva jusqu'à mes oreilles. « Bien, maintenant que nos divas sont là, nous allons enfin pouvoir commencer et tourner cette putain de scène, je te préviens Taylor, tu nous fais ta petite crise de la dernière fois et je te pourris. » Je me tournais et adressais un large sourire bien hypocrite à ce connard de réalisateur. Je me demandais encore comment cet enfoiré d'égocentrique faisait pour être toujours sur les bons films. « Tant d'amour me fait chaud au coeur. » Je levais les yeux au ciel, pouffais et me plaçais sur ma marque, une boule d'angoisse au fond de la gorge et au fond de l'estomac. Mais je pouvais être professionnelle, du moins pendant quelques minutes. J'inspirais tout en fermant les yeux et passais une main dans mes cheveux, au moment où un "action" vibrant retenti dans le studio, nous plongeant instantanément dans une autre ambiance. Je levais mon regard vers Christopher et entrais en une nanoseconde dans mon personnage. Ma respiration s’accélérait, comme si je venais de courir un marathon et attrapais son bras. « Tu sais, c'était faux, quand j'ai dit que je ne t'aimais pas, que nous deux ce n'était pas possible, c'était faux. » Ces mots avaient étrangement un goût amer aujourd'hui, parce que j'aimerais l'entendre me les dires, c'était terrible, je devais arrêter d'y penser. Jamais, jamais ça n'arriverait, malgré tout j'étais un peu trop dans mon personnage. Une larme coula le long de ma joue, une de celle que je ne voulais pas arrêter, qui rendait les choses un peu plus réalistes. « Je t'aime Caleb. » Je tentais de faire passer toutes les émotions possibles à travers mes yeux, ma main glissa sur son torse pour finir par attraper sa main. L'empêchant de partir, de s'éloigner de moi, mon regard ancré dans le sien. « Ne me laisse pas. » J'avais l'impression que mes paroles sonnaient bien trop vraies, mais je ne pouvais pas me laisser submerger par mes émotions, nous devions finir cette fichue scène envers et contre tous. Nous y étions, ça allait être LE moment, ce moment qu'on n'avait pas su gérer quelques semaines plutôt, ce moment qui devait se dérouler sans soucis. « Je t'aime. » Soufflais-je doucement avant de franchir les quelques centimètres qui nous séparaient pour venir poser mes lèvres sur les siennes. Je retenais mon souffle, incapable de respirer.

Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 11/11/2016
›› Love letters written : 116
›› It's crazy, I look like : Colin O'Donoghue
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Jeu 13 Juil - 12:00



       

         
A discussion is needed

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le baiser frappe comme la foudre, l'amour passe comme un orage, puis la vie, de nouveau, se calme comme le ciel, et recommence ainsi qu'avant. Se souvient-on d'un nuage ?
Trina & Chris
J'étais ailleurs, dans mes pensées, jusqu'à ce qu'on vienne me chercher. Trina était bientôt prête et l'équipe nous attendait de pied ferme. Terminant mon café, j'arrivais donc sur le lieu du tournage, regardant rapidement autour de moi. La même équipe que la dernière fois. La plupart semblaient ou ennuyés, ou inquiet que la situation ne dégénère de nouveau. Je soupirais, buvant la dernière gorgée de mon café, avant de tendre le bras. Quelqu'un vint immédiatement me débarrasser de mon gobelet, alors que je souriais, amusé. Il fallait bien profiter des avantages qu'on avait à jouer les diva, non ?

Notre réalisateur adoré ne tarda pas à le faire remarquer, d'ailleurs, alors que Trina arrivait à son tour et qu'il s'énervait tout seul. Je le regardais un instant, un sourcil en l'air, avant de lui accorder un petit rictus entre la pitié et la moquerie. Trina me devança dans le sarcasme, mais je ne me retins pas pour ajouter à mon tour : « Elle doit être triste ta vie pour que tu sois aussi insensible à une scène si intense émotionnellement », dis-je avant de me mettre en place et de murmurer tout bas pour que seul Trina l'entente. « A moins que ça ne soit le complexe du petit pénis qui s'exprime devant toi. » Personne n'ignorait que cet abruti avait le béguin pour Taylor. La belle avait dû l'éconduire et, visiblement, il avait bien du mal à supporter qu'elle ait plus de mal à se tenir loin de ma bouche... Arrêtes Christopher. C'est un terrain trop dangereux, ça !

Fermant les yeux une seconde, je retrouvais l'attitude et le regard de Caleb, ouvrant les yeux quand le « action » fut lancé. Immédiatement, Trina attrapa mon bras, me forçant à me tourner vers elle, récitant son texte avec une force qui trahissait tous les sous-titres interprétables par nous uniquement. Je la regardais, intensément, comme cherchant à lire entre les lignes, un texte qui n'était que trop clair et aussi trop dangereux. Pourtant, je m'y accrochais, retenant la main qui voulait aller balayer la larme qu'elle avait laissé échapper, laissant mes propres peurs et mes objections se cristalliser pour donner l'air perdu, désireux et retenu de Caleb. Son « je t'aime » était déchirant, brûlant d'une sincérité qui ne pourrait que plaire aux spectateurs, alors qu'elle fondait à nouveau sur ma bouche, dans un vrai baiser de cinéma, cette fois. J'amenais doucement ma main libre autour de sa taille, la serrant contre moi, mes lèvres bougeant en symbiose avec les siennes, le baiser véritable à l'extérieur, mais tellement superficiel, tellement faux, après ceux que nous avions échangés quelques minutes plus tôt. J'avais envie de tellement plus, mais je luttais pour ne pas le faire. Je savais que ça n'en serait que meilleur. Caleb luttant pour s'en tenir à un baiser passionné, quand il aurait eu envie de la garder contre lui pour l'éternité.

Brisant le baiser, je posais mon front contre le sien, luttant pour retrouver mon souffle. « Je t'aime », soufflais-je, les années de pratique et d'acting me permettant de faire croire à une profonde vérité. « Mais je ne peux pas le faire... », soufflais-je, songeant à tout ce que je ne pouvais pas faire pour lui donner encore plus de sentiments torturés. Je ne pouvais pas l'aimer. Je ne pouvais pas être sien. Je ne pouvais pas lui offrir tout ce qu'elle méritait d'avoir et tout ce qu'elle souhaitait avoir. « Je ne peux pas te perdre... » Je détachais mon front du sien, cherchant son regard. « Mais ils finiront par t'atteindre si je ne le fais pas. Je dois y aller... » Jouant la douleur, m'extrayant difficilement de ses bras, parce que son emprise était forte et parce que Caleb n'avait pas envie de s'éloigner d'elle, je reculais, quittant la première croix, pour aller jusqu'à la seconde à mes pieds. Une danse parfaitement synchroniser, sans besoin de regarder au sol. Un, deux, trois pas en arrière, une pause, une longue observation de la parfaite créature qui venait de m'avouer son amour. « Je vais revenir, Phedra. Je DOIS réussir et je reviendrais. » Pas de vraie promesse. Caleb savait parfaitement qu'il courrait vers une mort certaine. Le rejet de Phedra l'avait aidé à accepter cette destinée. Mais maintenant, alors qu'elle venait de lui avouer son amour, il n'était plus sûr de rien. Et s'il mourrait ? Et s'il ne la revoyait jamais ? Parce qu'il ne pouvait plus se poser toutes ces questions et parce qu'il y avait urgence, je lui tournais le dos, quittant le champ...

CODES BY MAY & AVATARS BY .CRANBERRY.


         
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Love letters written : 412
›› It's crazy, I look like : La merveilleuse Jennifer Morrison
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: a discussion is needed - Christopher Jeu 13 Juil - 20:51

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les hommes pouvaient être tellement stupides et puérils parfois, mais en même temps ce n'était pas réellement une surprise, on apprenait à grandir avec ce genre d'abruti. Je relevais un regard amusé vers Christopher, avant de hausser les épaules, un air nonchalant sur le visage. « Tu n'as même pas idée. » Je m'éloignais pour me mettre à ma place, ne voulant pas vraiment continuer cette conversation, Christopher penserait sans doute que j'avais couché avec lui, mais je n'avais pas réellement à me justifier, après tout, nous n'étions rien lui et moi, rien de plus que des "amis". Michael, notre réalisateur aimé et adoré, avait tenté le coup avec moi, je ne lui en aurais même pas voulu, j'aurais même trouvé ça adorable, s'il n'avait pas osé m'envoyer une photo de son pénis par sms. La lourdeur à l'état pur. Le gros lourd par excellence, mais je savais plus ou moins gérer ce genre de personne, il n'était qu'un abruti de plus avec un ego tellement énorme qu'il pense vraiment que les femmes adorent être traitées comme des chiennes en chaleur ou comme des vagins sur pattes. Finalement la scène se passait plutôt bien, beaucoup mieux que la première fois. Notre baiser n'avait rien de vrai, de réel, mais il semblait assez concret, la tension assez palpable pour que les spectateurs y croient et c'était tout ce qui comptait. Et d'un coup, plus rien, le froid, il s'était détaché de moi et je le regardais, mon regard complétement bloqué dans le sien. Ses paroles étaient belles, violentes, n'importe quelle femme tomberait amoureuse de Caleb et encore plus de Christopher. Même si ce dernier n'était pas doué pour ça. « Non, non...Caleb. » Il s'éloignait et je tombais à genoux, la tristesse dévalant mon visage à grosses gouttes, malgré tout je le regardais s'éloigner, pas très loin, juste quelques pas, mais c'était déjà trop. Il n'y avait plus un bruit, seul ses pas s'éloignant de moi résonnais autour de nous. 3.2.1... « Coupé. » Cria la voix forte de notre réalisateur préféré. J'inspirais et séchais les larmes qui avaient coulé le long de mes joues et réajustais ma veste autour de ma taille. Mon regard toujours braqué sur Christopher, au bout de quelques secondes je me tournais vers une des maquilleuses qui se précipita vers moi pour essuyer le mascara qui avait coulé de mes cils sur mes joues, je continuais de penser que le waterproof serait une bonne idée, mais apparemment ça rend mieux au cinéma d'avoir les yeux en mode panda déprimé, j'avais le droit de trouver ça complétement nul, non ? J'adressais malgré tout un petit sourire à la maquilleuse et lui soufflais un "merci" inaudible. « C'était une bonne scène, on va la garder comme ça pour le moment. Taylor tu sors, j'ai plus besoin de toi. » Je levais les yeux au ciel, une envie de le frapper dans une partie très intime me prit à la gorge, mais je me retenais, juste pour ne pas avoir de problème. « Oh bordel, un compliment, que quelqu'un sabre le champagne, je vais pleurer de joie. » Le sarcasme dans ma voix ne laissait pas vraiment de place pour l'imagination, je ne le supportais pas et lui faisais bien sentir. Une fois, fraiche et présentable, je m'éloignais du plateau pour aller me poser sur la chaise qui portait mon prénom, la classe américaine. Le décor changea assez rapidement, mais cette fois ce n'était plus vraiment à moi de tourner, du moins pas au début, j'allais intervenir seulement à la fin, je pourrais être spectatrice du travail de Christopher. Mon téléphone à la main j'envoyais un message à ma mère et rangeais mon téléphone pour me concentrer sur ce qui se passait devant moi, histoire de ne pas louper mon entrée.


Revenir en haut Aller en bas

a discussion is needed - Christopher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Downtown l.a :: hollywood
-