Partagez|

I think I am going to hell. ♦ Ella

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 24/04/2017
›› Love letters written : 121
›› It's crazy, I look like : Selinda Swan ♡
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: I think I am going to hell. ♦ Ella Mar 6 Juin - 15:55


❝I think I am going to hell. .❞
- Sonia Levinsn& Ella Malone -
‘The best part about having true friends is that you can go months without seeing them and they’ll still be there for you and act as if you’d never left!’
Je ne devrais pas me prendre autant la tête. Après tout avec Adam nous étions sur la voie de la réconciliation. Malgré nos boulots respectifs, nos soirées ressemblaient un peu plus à ceux d’un couple normal. J’avais retrouvé notre lit conjugal que j’avais troqué ces dernières années contre un plus petit dans la chambre d’Anna. Tout semblait aller comme pour le meilleur du monde. Ella avait raison, il fallait que je donne une nouvelle chance à mon couple. Adam était l’homme idéal, je ne devais plus douter. Il était temps que je lui pardonnes et que j’accepte enfin de passer à autre chose. Ce petit week-end en tête à tête à Yellowstone nous avait fait beaucoup de bien à tout les deux, et voila que je me remettais de nouveau à douter. Que se passerait-il si Adam découvrait que je l’avais trompé? Tout nos efforts tomberaient surement à l’eau. Myles et moi n’avait été que l’affaire de quelques heures, une erreur de parcours. Jamais, je n’ai été de cela. Et je me maudissais d’avoir craquer mettant en péril mon mariage et mon amitié avec Myles. Je ne pouvais plus le regarder dans les yeux sans nous voir sur cette table, sans penser à la manière obscène dont j’avais rendu Adam cocu. Et plus mon mari se montrait attentionné, plus je culpabilisais de mon acte odieux à son égard. Parfois, il m’arrivait de craquer de me dire que je lui devais au moins ça, la vérité. Peut être qu’en crachant le morceau, je finirais par me sentir mieux. Je n’aurais plus l’impression de lui mentir à chaque sourire ou chaque mot tendre que je lui adresse. Mais ça serait trop, le coup de grâce, je n’avais pas le droit de lui faire ça.

« Un café Sonia? » Ava me sort de mes rêves. Je ne sais pas combien de temps je suis restée là, fixant l’écran noir de mon ordinateur à penser à tout ça. Surement est-ce dû au tête à tête que j’ai eu avec Myles plus tôt dans l’après midi. Je n’étais pas encore prête à le voir, pas après que les choses se soit arrangée avec Adam. Il s’agissait d’affaires et pas des moindres puisque l’on devait faire le point sur le procès qui allait s’ouvrir très bientôt. Il devait me briefer. Je devais être présente cette fois à la cour car les accusations contre moi étaient assez graves, mais ce n’était pas ce qui m’inquiétait le plus. J’avais eu des crampes aux ventres toute la matinée en pensant devoir me retrouver seule avec l’avocat. J’appréhendais qu’un jour l’on soit emmené à discuter de ce qui s’était passé. Je m’étais faites une certaine vérité de tout cela, un peu amélioré où j’avais fini par me percevoir que j’avais le bon rôle. Ella avait aussi eu le droit à cette même version, n’assumant pas du tout ma part de responsabilité dans tout ça. « Merci, c’est gentil. » répondis-je enfin à Ava en hochant la tête de gauche à droite. J’en étais à mon troisième ou quatrième verre de l’après midi, ce qui commençait à me rendre légèrement speed et nerveuse. Je pensais surement pouvoir mieux me concentrer après ce que j’avais du vivre un peu plus tôt, mais mon comportement n’avait rien de normal et j’avais rendu quelques collègues suspicieux à mon égard. Il fallait vraiment que je travaille, le gouverneur Malone devait se préparer pour une petite conférence à Portland et je n’avais toujours pas mis à jour ses réseaux sociaux. Nous étions deux à nous occuper mais voila qu’Oston avait quitté un peu plus tôt le boulot pour s’occuper d’une autre affaire plus urgente. Tout devait être bouclé avant 18 heures de façon à ce que tout le monde soit informer de son déplacement. Il était bientôt seize heures et j’avais de plus en plus de mal à voir le bout du tunnel.

Je pensais à une centaine de choses à la fois et je ne voulais absolument pas rater ma soirée avec Ella. J’avais besoin d’elle, c’était mon petit remontant de la semaine. Elle saurait surement me guider dans tout ces petits soucis qui m’empêchait d’être au mieux de ma performance. Sans oublier qu’il fallait encore que je contacte la styliste de Malone pour qu’elle récupère ses chemises au pressing et qu’elle choisisse sa tenue pour le lendemain. J’avais réussi à le convaincre de l’engager. Elle avait travaillé avec moi pour les diables de la télé et je pensais que la garde robe du Gouverneur avait besoin d’un souffle nouveau. Il ne s’agissait pas seulement de plaire au cinquantenaire de son âge, mais à une population d’électeur plus large et diversifiée. Son discours devait être plus nuancé. Je m’occupais également de relire parfois ses notes et le poussait parfois à déconner, avoir l’air moins sérieux et plus proches de ses électeurs. Barack Obama avait compris ça, et ce n’est pas pour rien qu’il s’était retrouvé à la tête du pays pendant 8 ans. Trump, lui avait surfé sur le buzz et le scandale. La meilleure façon de gagner pour nous, c’était de jouer sur les tendances, utiliser les médias et les différents modes de communications pour Jack Malone. Il fallait qu’il ait l’air plus humain et plus présents pour les gens qui allaient voter pour lui. Du temps de la télé-réalité, j’avais compris comment fonctionnait les audiences. Les gens avaient faim d’actions. On ne voulait pas avoir à la tête du pays un type mou, il fallait que l’on soit plus engagé, plus présents et surtout polyvalent. C’est pourquoi on diversifiait nos modes de communications et nos apparitions. Tantôt Malone était dans une école au nord du New Jersey, tantôt il rendait visite à des malades à l’hôpital. Et lorsqu’il avait l’âme à défendre les animaux, on le retrouvait en vidéo conférence Skype avec l’un des plus important militant qui n’hésitait pas à user d’action plus ou moins controversés. L’idée était pour nous de marquer les esprits, que chacun de ses déplacements ait un impact sur les américains. Je finis assez tôt mon travail. Jack n’est pas dans son bureau, je lui dépose donc les dernières recommandations pour cette conférence à laquelle je ne suis pas convié. Une fois sur deux Oston et moi faisons le relai, de façon à ne pas susciter l’intérêt des journalistes sur les coulisses de la campagne de Malone, comme nous avons très moyennement apprécié qu’ils rapportent cette élection à mon ancien métier de productrice.

Il est un peu moins de vingt heure lorsque je décroche le téléphone pour annoncer à Ella que je n’aurais finalement pas de retard. Il était vraiment temps pour nous de nous retrouver, ne serait-ce que pour faire le point sur nos vies respectives. Elle n’avait été que brièvement débrider sur mon retour de Yellowstone et voila qu’en une après midi j’avais une tonne de chose à lui raconter. Il me faut une bonne vingtaine de minutes avant de trouver un taxi vide. Ayant perdu tout les points de mon permis, je n’étais plus apte à prendre le volant tant que je n’aurais pas fait une formation pour avoir le droit de reconduire. Une autre mauvaise histoire que j’aurais le temps de raconter à mes enfants plus tard. Il s’agit de se retrouver une fois par semaine au café français ou la propriétaire est devenue avec le temps une amie. Je suis la première sur les lieux, j’en profites donc pour m’installer et commander un café latte - ignorant par la même occasion qu’il s’agit d’une spécialité italienne et non française, accompagné bien évidemment de pâtisseries tout aussi succulentes les unes que les autres. Ella pointe enfin son nez, je lui fait un signe des mains pour attirer son attention.


code by lizzou — gifs by TUMBLR

Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 05/03/2016
›› Love letters written : 595
›› It's crazy, I look like : jenna cutie coleman
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: I think I am going to hell. ♦ Ella Mar 20 Juin - 17:26

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
i wanna dream, leave me to dream
SONIA LEVINSON AND ELLA MALONE ※
True friends are rare. They are the ones who care enough to go deeper and are always there for you when you need them the most.


La définition de sa vie actuelle ce définissait à l’exactitude d’un enfer. Clairement, Ella ne savait plus vraiment ou donner de la tête ni même quoi penser du chaos invisible qui déchirait sa famille. Son père avait eu une affaire avec une autre femme que sa mère, cette première nouvelle elle même avait créer un séisme dans l’image parfaite qu’avait encore Jack Malone aux yeux de sa fille en dépit des histoires qui pouvaient ce passer entre Alec et lui. Car si elle avait toujours défendu bec et ongles son petit frère, son père n’en restait pas moins son père et elle continuait toujours malgré elle à l’admirer pour la carrière qu’il avait pu accomplir, pour la place ou il ce trouvait aujourd’hui. Ce n’était donc pas pour rien qu’elle répondait toujours présente quand il le lui demandait, qu’elle ai du travail ou non. Il était rare en revanche qu’elle n’en ai pas, elle ne comptait plus le nombres d’heures qu’elle pouvait passer au bloc. Après tout, elle était la meilleur dans son domaine et être la meilleure avait un prix : celui de ne plus avoir de vie. Encore une fois elle savait parfaitement que c’était elle qui avait choisit ce mode de vie quand tout autre chose s’offrait à elle, quand la simplicité lui tendait les bras sans le moindre efforts. Pourtant Ella Malone ne pouvait accepter cela, ne pouvait accepter d’être sous la coupe de son nom de famille seulement et de ne rien avoir qui lui appartienne vraiment, dont elle pouvait être fière. C’est son frère qui sans réellement le vouloir l’avait poussé vers le domaine de la médecine, un terrain encore non couvert par leur famille ô combien grande et importante, et dans lequel elle était la première à s’aventurer. Pas tout le monde avait été unanime face à cela, son grand-père avait même refusé en bloc l’idée et avait assouplit ses propos quand Jack le lui avait fait compte de la gloire que cela pouvait apporter. Elle était une Malone après tout, il était certain qu’elle réussirait. Son père pendant tout ce temps avait été un soutient pour elle inébranlable et dieu sait à quel point elle en avait eu besoin avec les années qu’elle avait passé par la suite. Elle ne ce souvient pas avoir fait autant de nuits blanches quand elle était plus jeune qu’a l’instant ou elle était entrée en école de médecine !!! Encore une fois Jack était toujours là quand elle avait eu besoin de ce changer les idées, de parler à quelqu’un … Le fait est qu’il avait toujours été différent avec elle, pour une raison qu’elle ignorait, mais qu’elle acceptait volontiers parfois. Leurs seuls désaccords subsistaient principalement quand il s’agissait d’Alec, parce qu’elle ne comprenait pas sa façon de faire avec le cadet et fils unique de la famille, parce qu’elle ne comprenait pas qu’on ne le laisse pas vivre sa vie comme on avait pu le faire avec elle. Après tout, il avait un potentiel énorme qu’il avait longtemps mis en péril volontairement afin d’aller à l’encontre des dictas familiaux. La situation n’était toujours pas désamorcée entre eux aujourd’hui, mais elle aimait penser que les choses c’étaient plus ou moins apaisées. Ou en tout cas c’était le cas jusqu’a quelques jours encore, quand elle avait appris les noirs secrets de son paternel : il avait un autre enfant. Un fils qui plus est. Malgré elle, elle aurait voulu ne jamais connaître le fin fond de cette histoire, juste oublier et reprendre là ou ils en étaient. Mais elle savait que c’était impossible. Elle en voulait à son père pour bien des raisons différentes, non seulement parce qu’il avait été un idiot sans fin en trompant sa mère et en ayant l’audace en plus de quoi de lui faire un enfant dans le dos, mais plus encore parce que ses parents n’avaient pas eu le courage de l’annoncer à Alec et lui avait laissé cette tache plus que délicate. Lui qui ne c’était jamais jusqu’alors sentit réellement à sa place dans cette famille inondée de préjugés, allait avec cette nouvelle ce sentir encore plus en retrait. Et c’était elle qui avait du le regarder dans les yeux en lui annonçant que Peter Watson était en réalité plus qu’un employé de leur père, mais bel et bien leur demi-frère. Eleanor n’avait jamais eu en Peter la rancoeur que pouvait avoir son frère … Au contraire, relativement neutre dans leurs histoires, elle avait toujours apprécié le jeune homme et lui trouvait bien de courage de rester aux côtés de son père sachant parfaitement le tempérament qu’il pouvait avoir puisqu’elle en avait elle-même hérité. Les choses étaient différentes maintenant, car cette annonce loin d’être anodine avait encore plus ébranlé le clan Malone qui avait déjà bien du mal a rester souder. Elle avait l’impression d’étouffer à jouer l’arbitre entre tout le monde, tout en essayant de contrôler tout le ressentiment qu’elle pouvait éprouver à l’égard de son père et qu’elle n’avait jusqu’alors jamais ressentit à ce point … C’est pourquoi en voyant le message de sa meilleure amie, elle ne c’était pas faîte prier pour accepter la bouée de secours qu’elle lui lançait. Sortir, ce changer les idées ne lui ferait pas de mal, et un peu de temp loin des blocs opératoires non plus. A dix-neuf heure trente, tapantes, Ella sortait des vestiaires fraichement préparée pour rejoindre une soirée qui lui ferait un bien fou. DE plus cela faisait quelques temps qu’elle n’avait pas eu l’occasion de profiter d’un moment avec Sonia, puisqu’elle évitait aux possibles les bureaux de son père et que cette-dernière travaillait pour lui depuis quelques temps déjà. Elle ne quitta pas l’hôpital tout de suite, s’assurant que ses internes seraient à la hauteurs pour ses post-op, et rappelant à chaque qu’ils pouvaient la joindre si il arrivait quoi que ce soit. Ce n’est pas tant qu’elle ne leur faisait pas confiance … Ou presque. Ce n’est que lorsqu’elle reçu un message de la part de Sonia qui lui annonçait qu’elle ne serait pas en retard à leur rendez-vous, qu’elle fini par quitter les lieux afin de retrouver ce moment de tranquillité dont elle pouvait rêver. Si son père avait plus d’une fois insisté pour lui affubler une équipe de sécurité et par conséquent une voiture avec chauffeur elle avait refusé catégoriquement préférant largement conduire seule, et surtout elle aimait les belles voitures donc elle refusait de ne pas les conduire. Il ne lui fallut pas bien longtemps pour rejoindre le lieu de rendez-vous fixé par sa meilleure amie. A peine Ella fut-elle rentrée qu’elle aperçue Sonia qui lui faisait signe, elle passa commande - un café noir des plus basiques- avant de ce diriger vers la table occupée par la jeune femme. Elle lui fit rapidement la bise, un sourire aux lèvres « Bon sang, ça fait un bien fou de te voir Sonia! » déclare la chirurgienne après avoir brièvement serré la jeune femme dans ses bras. Elle prend place en face d’elle, dépose son sac à main a terre tout en plaçant son iPhone sur la table afin de pouvoir y répondre rapidement. « Il me semble que tu à beaucoup, beaucoup de choses à me raconter ! »
Revenir en haut Aller en bas

I think I am going to hell. ♦ Ella

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Echo park :: au café français
-