Partagez|

[TAO/OANA] I'll become a doctor or die trying.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/04/2017
›› Love letters written : 88
›› It's crazy, I look like : Godfrey attractive Gao
family don't end with blood
MessageSujet: [TAO/OANA] I'll become a doctor or die trying. Mar 2 Mai - 13:48


I'll become a doctor or die trying.
« The very fact that you worry about being
a good mom means that you're already one »


C’était une journée comme une autre pour Tao, enfin presque, puisque le quotidien de chirurgien n’était que très rarement répétitif. Depuis qu’il était entré dans la profession, il ne lui était jamais arrivé qu’une journée soit le copier/coller de la veille. Au fond, c’était sûrement l’une des choses qui faisaient le charme de la fonction ; ne jamais réellement savoir ce qui nous attend et devoir s’adapter à toutes les situations dans un laps de temps minimal.

Le chirurgien pédiatrique de 32 ans venait d’arriver à l’hôpital quand son bipeur sonna. Il était appelé en salle d’échographie, à quelques pas de là où il se trouvait. Il termina sa consultation en rassurant l’enfant, mais surtout ses parents qui se faisaient un sang d’encre. Il leur adressa un sourire poli tout en fermant la porte derrière lui et se dirigea d’un pas décidé vers l’endroit où il était attendu.
En arrivant, il reconnut la sage-femme qui pratiquait l’échographie. Tao avait déjà travaillé avec elle et il ne pouvait en dire que du bien. Il cliqua la porte doucement pour ne pas faire peur à la mère en devenir et s’approcha des deux femmes tout en posant ses yeux sur le moniteur.

« Bonjour madame, je suis le docteur Wayne, chirurgien pédiatrique, et je viens juste vérifier que tout va bien pour votre bébé »

Tao agissait toujours de la sorte. La présence d’un médecin inhabituel avait tendance à stresser les futures mamans qui s’alarmaient toujours quand elles voyaient un chirurgien pénétrer la salle. Pendant ce temps-là, il jeta un œil aux constantes de l’ancien fœtus. A première vue, le bébé présentait un rythme cardiaque élevé pour seulement vingt semaines dans le ventre de sa mère. La sage-femme abandonna un instant la jeune femme et s’isola à l’extérieur avec Tao pour lui expliquer le cas. La future maman n’avait que vingt-un ans, s’était présentée seule à ses deux précédentes échographies et avait un mode de vie. Elle assurait ne pas consommer de caféine ou toutes autres substances susceptibles d’accélérer le rythme cardiaque du petit être qui était en elle. Tao écarta donc cette possibilité et mordilla sa lèvre en réfléchissant à ce qui pouvait bien occasionner un tel trouble. Il prit une grande respiration et entra à nouveau dans la pièce pour parler à la jeune femme.

« Ecoutez, on a diagnostiqué à votre bébé un cœur un peu rapide pour son âge. Je vais simplement vous poser quelques questions et on décidera ensemble de ce qu’il y a à faire pour votre bien et celui de l’enfant. » il fit une pause pour laisser le temps à la maman en devenir d’assimiler les informations puis reprit « Tout d’abord, avez-vous une activité physique élevée ? Faites-vous beaucoup de sports ? Avez-vous… un métier stressant ou une vie sexuelle plutôt active ? »


code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 20/11/2016
›› Love letters written : 282
›› It's crazy, I look like : Alexis Ren
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: [TAO/OANA] I'll become a doctor or die trying. Mer 3 Mai - 9:58


Une écographie du bonheur

Tao & Oana


I'll become a doctor or die trying.


J’avais un rdv de suivi pour une écographie. Pour l’instant, ma grossesse se déroulait bien et ma vie suivait son cours normal. J’étais d’ailleurs en train d’organiser avec ma meilleure amie et ma mère, mon babyshower. Quelle tradition intense et drôle. J’avais pris ma journée de congé, pour venir à ce rendez-vous. Bon d’accord, vous me direz que j’aurais été sur place, néanmoins, j’essaies tout de même de garder séparé ma vie privée et profesionnelle, même -si les deux se chevauchent et se ressemblent, casi étrangement…

J’étais arrivée d’avance pour mon rendez-vous et j’avais jasé quelque peu avec les patientes et les infirmières;sages femmes, sur place. Je les connaissais casiment toutes, pour la plupart. J’étais tout de même stagiaire ici depuis 6 mois. Puis, j’avais déjà accompagné plusieurs sages-femmes dans le déroulement des soins auprès de patientes, forts sympathiques. J’aimais réellement mon travail, ou plutôt, mon domaine d’étude en devenir.

La sage femme était en train de pratiquer l’écographie sur mon bédon alors que j’étais confortablement allongée. Enfin, autant qu’il soit possible de l’être, à l’hôpital. Finalement, un homme, habillé de blanc vêtu, rentra dans la pièce. Mes yeux s’écarquilèrent. Puis, ce fut au tour de mes sourcils de se froncir. Oh mince, pensais-je, que se passait-il? J’avais déjà entendu parlé de cet homme. Je savais qui il était et je savais aussi qu’il vallait mieux ne pas avoir à faire à lui. Il était chirurgien pédiatrice, après tout. Si mon souvenir était exact, mon coloc m’avait parlé de lui, comme il étudiait la médecin périatrique, ici.

Le chirurgien me salua et se présenta à moi. Je l’écoutais attentivement et hochais affirmativement la tête en signe d’attestation. Il me dit qu’il venait seulement vérifier que tout allait bien. Alors curieuse et non pas timide, comme j’étais et fidèle à moi-même:  Comme ça c’est simplement une visite de routine? Fis-je septique. J'avais le présentiment que je pouvais me douter de quoi il en retournait qu'à sa présence, je me trompes? J'espérais

Finalement, le médecin effectua ce qu’il avait à faire. J’avais un ventre énorme pour un terme de 20 semaines, mon bébé était gros, dans les dernier percentile, certainement. Seulement, ce n’était pas supposé être inquiétant. Je jetais le blame à son géniteur. J’étais un petit bébé à la naissance etc. Enfin, je sais que la génétique et hérédité ainsi de suite, c’est plus complexe que cela.  Par la suite, les deux soignants sortirent de la pière. Je commençais à me douter de quelque chose… Pourquoi donc sinon iraient-ils parlé dehors. Je n’étais pas une inconnue ici et du domaine, après tout.

Ceci explique cela, il me posa ensuite la question suivante :
« Ecoutez, on a diagnostiqué à votre bébé un cœur un peu rapide pour son âge. Je vais simplement vous poser quelques questions et on décidera ensemble de ce qu’il y a à faire pour votre bien et celui de l’enfant. ». D’accord, dis-je en ravalant bruyamment ma salive et en tenant fermement, mais délicatement, mon ventre.  Il marqua une pause, non pas sans m’inquiéter d’avantage.  « Tout d’abord, avez-vous une activité physique élevée ? Faites-vous beaucoup de sports ? Avez-vous… un métier stressant ou une vie sexuelle plutôt active ? » Je fus surpris… Ainsi, je pris un moment pour réffléchir.

Je suis professeur de danse et de yoga. Je fais du sport prudemment et comme à mon habitude. J’ai toujours cru qu’il ne fallait pas changer ses habitudes sportives en autant d’être prudente, enceinte. Je fis une légère pause. Pour répondre à vos questions, je suis stagiaire à titre d’assistance à la naissance en périnatalité, ici. Je suis à l’université. Donc oui c'est stressant, mais j'ai toujours bien toléré le stressJe travails et j’ai quelques activités ici et là. Je suis bénévole dans un refuge, je promène les chiens le week-end et je m'occupes de la réception. Je ne me sens pas fatiguée, pourtant. Enfin, j’ai diminué ma charge de travail dans environ toutes les sphères de ma vie et ça va de soi pour la sexualité… Enfin, pas trop par choix, je me vois mal discuter de cela avec vous, mais j’ai 21 ans seulement et même si je n’ai pas honte de ma situation en ce moment et de mon corps, je suis enceinte, ça attire pas les garçons, vous voyez? Fis-je tout en m’éfforçant de ne pas être anxieuse et en lui souriant, timidement. Je lâcher un léger soupir, un peu gênée et triste de la situation et tournure des choses. Mon bébé avait peut-être un problème cardiaque, alors… QUOI?! Commençais-je à réaliser aussitôt répondu à ses questions. Une chose était sûre, j’avais beau avoir voulu venir seule, je regrettais que ma mère ne soit pas là. C’était ma meilleure amie, mais j’avais insisté pour qu’elle ne vienne pas afin de faire mes preuves en tant qu’adulte, mais aussi pour ne pas lui imposer cela en plus du fait qu’elle travaillait dans une garderie, les jours de mes rendez-vous. Elle ne pouvait pas se faire remplacer.





code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.



Dernière édition par Oana Mo'Orea le Mar 9 Mai - 6:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/04/2017
›› Love letters written : 88
›› It's crazy, I look like : Godfrey attractive Gao
family don't end with blood
MessageSujet: Re: [TAO/OANA] I'll become a doctor or die trying. Ven 5 Mai - 21:18


I'll become a doctor or die trying.
« The very fact that you worry about being
a good mom means that you're already one »


Pour Tao, ce genre de questions était normal. A vrai dire, après presque dix ans d’exercice, le chirurgien était habitué à dérouler un questionnaire sans s’émouvoir. Il ne jugeait pas ses patients, mais faisait en sorte d’analyser les réponses le plus vite possible pour prendre les bonnes décisions. Hélas, pour un médecin, il y avait rarement de choix faciles.

Pour commencer, la jeune femme et future maman était visiblement susceptible d’avoir une activité physique élevée. Tao n’y connaissait pas grand-chose en yoga, mais il pouvait affirmer avec certitude que la danse pesait beaucoup dans la balance. Néanmoins, elle avait raison. Aussi tôt, il n’était pas d’usage de changer ses habitudes. Le chirurgien pédiatrique le savait bien, mais il lui était impossible d’écarter la possibilité. Il écouta avec attention chacune des activités qu’elle énonçait. Visiblement, ils avaient le même intérêt pour les enfants puisqu’elle travaillait près d’eux. C’était peut-être pour ça qu’à son âge, elle se retrouvait déjà enceinte. Tao avait souvent rencontré des jeunes mamans qui justifiaient leur grossesse par une envie et un amour immesurables pour les enfants et tout ce qui s’y rapportait. De toute façon, il se posait rarement la question. Pour lui, seul le bien de ou des enfants comptait.

Quand le sujet se porta sur la sexualité, Tao sentit une sorte de froideur. Il n’était pas rare que les patients réagissent ainsi et il le savait, à leur place, il ferait sûrement la même chose. C’est pour cette même raison qu’il décida de ne pas répondre. Après tout, elle avait bien le droit de faire ce qu’elle voulait. Lui s’inquiétait simplement des conséquences que cela pouvait avoir sur le cœur du bébé.
A la fin de cet interrogatoire médical, Tao ne vit aucune vraie raison qui pouvait justifier ce dysfonctionnement. Il prit une mine à la fois contrariée et réflexive. Il lui fallait agir vite maintenant qu’il était en face de la patience. Dans d’autres services, prendre du recul était plus facile, mais en pédiatrie, c’était hors de question. Le stress avait un très mauvais impact sur les bébés et c’était l’une des choses qu’on avait apprises en premier à Tao. Il remarqua que le visage de la jeune femme se ternissait au fur et à mesure et prit un air compatissant. Il n’était pas père, mais son habitude de la situation et son amour pour cette idée lui suffisaient à comprendre ce qu’elle pouvait ressentir. Ainsi, il posa une main sur son avant-bras qui avait pour but de commencer le travail de réconfort.

« Ecoutez, je ne vois pas de vraies raisons à tout ça. Ce que je peux vous proposer, maintenant, c’est de réduire votre activité, même si vous n’êtes pas censée vous ménager pour le moment. La semaine prochaine, vous n’aurez qu’à venir et on vérifiera que le problème n’est plus. » dit-il tout en contrôlant son ton de voix. « Je dois simplement vous prévenir que si le problème persiste, il faudra envisager un accouchement prématuré. »

Vingt-et-une semaines : c’était bien trop tôt pour que ce petit bébé sorte du ventre de sa mère, mais il arrivait de plus en plus fréquemment que les médecins soient obligés d’accoucher des femmes avant le terme. Le mode de vie stressant de la ville n’arrangeait rien à la situation et Tao le savait, Los Angeles, malgré son cadre idyllique, n’y échappait pas. Il avait déjà accouché une femme à vingt-cinq semaines et l’enfant avait survécu, mais il n’avait jamais osé opter pour plus tôt. Néanmoins, le chirurgien était l’un des plus doués de sa génération et il savait qu’il avait les moyens de sauver cet enfant.


code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 20/11/2016
›› Love letters written : 282
›› It's crazy, I look like : Alexis Ren
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: [TAO/OANA] I'll become a doctor or die trying. Mar 9 Mai - 6:40


Une écographie du bonheur

Tao & Oana


I'll become a doctor or die trying.


Je n'étais pas habituée d'être patiente dans ce contexte. Après tout, c'était mon domaine d'étude de travail. J'étais pour finir bientôt et pourtant j'étais enceinte. Je ne regrettais pas franchement, mais ce n'était pas une idée facile à tous les jours. C'était particulier de se retrouver dans cette tenue, dans cette position, à cette place. J'avais répondu ainsi aux questions du médecin, bien franchement.  Je m'étais un peu braquer, car je sentais que la situation s'escaladait. Il y avait quelque chose qui clochait. En fait, ça allait de soi, ça tournait dans le sens logique. Le sport ne pouvait pas être un problème. J'en faisait depuis que j'étais petite. Et puis c'était mon travail. Dans mes cours on m'avait toujours dit de ne pas changer drastiquement nos habitudes de vie que ce soit en moins ou en plus. Quand au travail, j'aimais ce que je faisais et malgré le stress parfois intense, mais situationnel, je ne ressentait rien qui me pesait, pas de fatigue intense qui s'éternise etc. Quand à la sexualité, je n'étais pas malheureuse de se changement et je ne l'avais pas tant remarquer, mise appart dans les faits, comme quoi, oui ça faisait peur à certain. Bien que c'était encore drôle. Alors je me doutais qu'il y avait un problème. Il me dit alors que j'étais perdu un peu dans mes pensées et je m’efforçais de rester confiante en garder le sourire. Ainsi pour avoir du courage:

« Ecoutez, je ne vois pas de vraies raisons à tout ça. Ce que je peux vous proposer, maintenant, c’est de réduire votre activité, même si vous n’êtes pas censée vous ménager pour le moment. La semaine prochaine, vous n’aurez qu’à venir et on vérifiera que le problème n’est plus. » . « Je dois simplement vous prévenir que si le problème persiste, il faudra envisager un accouchement prématuré. » finit-il par me dire. J'avais les larmes aux yeux, mais je ravalai ma salive. Alors qu'est-ce que ça peut être? Demandais-je. Je rajoute après un léger soupir. C'est beaucoup, beaucoup trop tôt. Je refuse un accouchement prématurée, enfin en autant que possible, c'est bien compris? Dis-je.  Je ne voulais pas lui manquer de respect, mais j'étais à vif. Moi qui voulais un accouchement naturel à la maison. Je me sentais faiblir. Bon c'était peu de problème de ne pas accoucher à la maison, ce qui comptait, c'était mon bébé! Je réussissais à contenir mes larmes, néanmoins.

Ainsi, je me déplaçai. Je m'assis sur le bord de la chaise, face au médecin et je m'étire un peu pour prendre ma veste et mes chaussures qui sont rangées soigneusement, à côté, par la sage-femme. J'attends sa réponse et après qu'il me répondre, j'enfile mes chaussures et je me lève et enfile mon coupe vent. Je lui serre la main et lui dit: Merci, à la semaine prochaine, même heure, même poste. Je vais prendre mon rendez-vous à l’accueil. Je sais comment ça fonctionne. Alors je lui souri, reconnaissante et je sors de la pièce.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.



Dernière édition par Oana Mo'Orea le Lun 15 Mai - 6:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/04/2017
›› Love letters written : 88
›› It's crazy, I look like : Godfrey attractive Gao
family don't end with blood
MessageSujet: Re: [TAO/OANA] I'll become a doctor or die trying. Ven 12 Mai - 11:44


I'll become a doctor or die trying.
« The very fact that you worry about being
a good mom means that you're already one »


Maintenant qu’il était titulaire, Tao pouvait affirmer une chose : il détestait recevoir des ordres. Il avait passé tout son internat à obéir à des ordres, souvent pour le bien-être des patients, mais désormais, il était son propre chef. Bien sûr, il avait toujours des supérieurs, mais les relations étaient bien différentes. C’est pour cette raison qu’il fut légèrement offusqué lorsque la jeune femme s’adressa brusquement à lui. Il comprenait qu’elle soit inquiète, l’inverse aurait été étonnant, voire même choquant, mais il ne s’attendait pas à ce qu’elle soit aussi agressive. Il fronça les sourcils et lui adressa une réponse sèche qui, bien qu’elle ne lui correspondait pas, en disait long sur ce qu’il ressentait.

« Ici, c’est moi le médecin. Je connais mon métier et si je juge que votre bébé doit découvrir le monde réel, il est de mon devoir de vous le dire. »

A vrai, il voulait rajouter qu’elle était obligée afin de préserver sa santé, mais c’était trop. Tao était un véritable amoureux des enfants, de tous les âges, et il détestait que les gens prennent des décisions alors qu’ils n’en n’étaient pas vraiment à-mêmes. Les parents étaient toujours les plus inquiets, mais ils étaient souvent trop influencés par ce qu’ils pouvaient lire dans les magazines ou entendre à la télévision. Heureusement, les médecins se basaient sur la situation à laquelle ils avaient à faire.

Néanmoins, le chirurgien pédiatrique se tut. Il la laissa sortir sans prendre note des mots qu’elle venait de lui dire. Après tout, elle verrait ça avec les secrétaires et elle ne pourrait aller contre les rendez-vous déjà prévus. Cette entrevue, Tao préférait l’oublier au plus vite. Il avait une semaine pour se préparer à la revoir et mettre de l’eau dans son vin. Il fallait qu’il le fasse.

Il prit une grande respiration et sortit à son tour de la pièce pour poursuivre ses consultations. Il avait interrompu ses visites pour cette patiente, mais maintenant, il fallait qu’il se remette en selle. Il erra de chambre en chambre et passa du temps avec ses jeunes patients avant de regagner son bureau pour examiner d’autres dossiers.

---

Une semaine plus tard, Tao avait bel et bien toujours en tête cette rencontre. Il savait que c’était aujourd’hui qu’elle devait revenir à l’hôpital. Par précaution, il avait demandé à la sage-femme de le biper uniquement si le problème se posait à nouveau. Son réveil avait été difficile et il avait envie de tout sauf de se faire à nouveau agresser par quelqu’un qu’il voulait aider.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 20/11/2016
›› Love letters written : 282
›› It's crazy, I look like : Alexis Ren
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: [TAO/OANA] I'll become a doctor or die trying. Lun 15 Mai - 7:17


Une écographie du bonheur

Tao & Oana


I'll become a doctor or die trying.


Alors que le médecin, Dr Wayne était en train de m'annoncer la mauvaise  nouvelle, il me dit qu'il était le médecin en place et qu'il se baserait sur son jugement pour prendre une décision et que ce serait lui qui trancherait sur les mesures à prendre, pas moi. Je comprenais bien le message, mais je restais septique, car en réalité, j'étais sous le choc et je réagissais vivement à ce qu'il m'avait dit. J'étais inquiète et c'était bien normal. J'étais enceinte de 5 mois seulement, c'était impossible que ce bébé survive s'il était mis à terme plus tôt. Je n'étais pas prête non plus, je ne savais même pas si c'était un garçon ou une fille. Je me sentais non pas comme l'adulte que je devais être, mais bien comme une enfant qui avait besoin de sa mère, en ce moment. Bien que j'aille été sec et froide, la réponse tu médecin m'indignait à ce moment précis. Je ne trouvais pas en lui le réconfort que j'avais besoin et je ne trouvais pas qu'il avait le tact nécessaire pour me soutenir avec une telle nouvelle. Bref, je me rhabillai et lui confirmai que j'allais prendre rendez-vous. Je n'étais pas assez choquée et rancunière, voire déraisonnable, pour demander un deuxième avis. J'étais une fille responsable et optimiste à l'habitude, c'était simplement le positivisme que j'avais laissé derrière moi. Je pris certes avec moi, ma peine et mes doutes ainsi que toutes mes craintes. Mon sens du devoir primait sous tout le reste et je ne devais pas me laisser emporter par la peur.  

J'étais sur le pas de la porte et je me retournai pour lui demander : Quelque chose que je devrais savoir de plus avant de partir ou faire? Demandais-je suppliante, afin de trouver un espoir et honteuse. J'attendis sa réponse et je partis par la suite pour aller prendre rendez-vous.

----------------- 1 semaine plus tard -----------------

« Ici, c’est moi le médecin. Je connais mon métier et si je juge que votre bébé doit découvrir le monde réel, il est de mon devoir de vous le dire. »
------ -----------------  -----------------  ------
Cette phrase ne cessait de faire écho dans mon esprit. J'étais encore déréalisée par cette nouvelle. J'avais cessé de pratiquer mes activités. J'observais et coachait simplement les cours de danse et de yoga que je donnais. Puis, j'avais expliqué à ma supérieur de stage que je devais être au repos et moins stressée, alors elle m'avait mis à la rédaction des rapports.  Elle me proposa aussi de faire un travail de réaction de recherche pour compenser mes apprentissages en stage et aussi de visionner des simulations et des vidéo documentaire sur le sujet. C'était à rendre pour dans un mois. Je lui avais dis que si elle avait besoin d'une preuve, elle n'avait qu'à s'informer au Dr. Waynes. Elle me croyait sur parole de toute façon. Elle avait confiance en moi et dans le domaine, on ne questionnait pas réellement ce genre d'information. On avait pas une culture d'entreprise aliénante ici, afin pas au moins de mettre à risque la santé d'un employé et en doute sa parole à ce propos. Bien qu'on soit dans un corps médical, tout le monde ici pense: Vaut mieux prévenir que guérir. J'avais donc pris rendez-vous même heure même poste avec le Dr. Wayne. J'avais suivi les recommandations à la lettre. J'avais pris congé de mes activités bénévoles, j'avais eu des activités personnelles calme, comme lire et j'avais fais de la méditation et des étirements, simplement. Je ne pouvais pas  non plus arrêté le sport complètement, j'avais un sale caractère et je déprimais sinon. En plus, ça avait tendance à me faire des migraines. J'étais active depuis ma plus tendre enfance... Puis, ça allait de soit, je n'avais pas vraiment de rapports sexuels. J'avais même pas flirter avec quiconque. Au cas où ça me stresserais trop. Fallait le faire... non?

J'étais maintenant allongée sur le lit de consultation. La sage femme avait pris quelques renseignements et mes constantes en plus d'effectuer une échographie. Le Dr. Waynes allait arriver d'un moment à l'autre. Je le savais. J'étais d'humeur un peu morose, mais j'étais surtout anxieuse. Néanmoins, j'avais la ferme intention de comprendre ce qui se passait sans anicroches avec ce dernier. Ma mère était présente. Quand elle avait su la nouvelle, elle avait insister pour venir. J'espérais juste qu'il me donne des bonnes nouvelles... Elle aussi!

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas

[TAO/OANA] I'll become a doctor or die trying.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Downtown l.a :: downtown hospital
-