Partagez|

PAPA DON'T PREACH (OANA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/06/2016
›› Love letters written : 494
›› It's crazy, I look like : james sexycute lafferty.
family don't end with blood
MessageSujet: PAPA DON'T PREACH (OANA) Sam 22 Avr - 16:40

Rares sont mes collègues qui connaissent mon ancienne carrière de sportif. Les rares qui le savent sont surpris d’un tel revirement professionnel : du panier de basket à l’objectif d’un appareil photo. De plus, cette profession, cette spécialité maternité, est beaucoup plus exercée par des femmes. C’est pour faire connaître mon travail auprès des autres salariés de l’hôpital que la direction a proposé que j’expose mes clichés. J’ai accepté non sans appréhension comme à chaque fois que je dois montrer mon travail à quelqu’un. J’ai toujours peur que l’on me trouve mauvais ou affreusement banal, qu’aucune émotion ne ressort de mes photographies alors que c’est là tout le but de mon travail. Ils m’ont laissés une salle plutôt bien éclairée où j’ai pu exposer mon travail moi-même, à ma guise. Certains clichés sont des patientes, d’autres sont plus personnels car deux ou trois représentent Polly, la mère porteuse de mon couple. Ici encore, tout le monde ignore ce projet de vie que j’ai avec mon épouse, que mes bons collègues (et amis) connaissent toutefois. Alors que je reviens de la cafétéria où je me suis pris un café avant de plancher sur des retouches sur mon ordinateur portable, je croise Oana, une étudiante pour devenir sage-femme, si mes souvenirs sont exacts. Le personnel du service Maternité est celui que je cotoie le plus car ce sont mes collègues et souvent, elles m’aident à apaiser le bébé avant une séance photo car je ne suis pas habilité à les manipuler. « Salut ! », je m’exclame pour attirer son attention. « Si tu as le temps, passe en salle 203, j’expose quelques clichés », je lui explique avec un large sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 20/11/2016
›› Love letters written : 283
›› It's crazy, I look like : Alexis Ren
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: PAPA DON'T PREACH (OANA) Lun 24 Avr - 2:37

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

J'étais maintenant à presque que 5 mois de grossesse. Mon ventre commençait à paraître. Surtout avec mes habits d'hôpital. J'étais néanmoins en pleine forme. Je continuais à bon rythme mes activités. L'année actuelle et mes stages s'achevaient bientôt. Je faisais que du bénévolat à l'occasion et j'aidais ma mère que rarement à présent. Je donnais toujours les cours de danse. Je retournais plus souvent qu'autrement chez moi, dans mon appartement et c'était elle qui se déplaçait pour faire mes courses, bien que je ne sois pas handicapée par ma grossesse. J'étais bien éduquée et entourée pour vivre une grossesse malgré mon très jeune âge. Mes hormones jouaient parfois sur mes humeurs, mais comme j'étais assez stable, optimiste et assez égale dans mes humeurs, je n'avais pas non plus de grande détresse psychologique et remaniement psychique et existentielle. Bien que la nouvelle en soit, soit un choc dans ma vie. Ce n'était pas prévu et en plus, le père de cet enfant, avec qui j'avais une relation plus amicale qu'amoureuse et encore moins officielle, était dans le coma. C'était entre autre pourquoi j'avais décidé de garder cet enfant. Je me voyais mal prendre une décision irrémédiable sans la personne concernée en plus d'être dans le domaine de la maternité. Je me voyais mal en considérant aussi que ma mère m'avait eu encore plus jeune. Bref Bref....

J'étais à l'hôpital. Je venais de terminer mon chiffre de travail en périnatalité. J'étais donc aller rendre visite à Adrian. Il me salue gaiement. Je lui rend son enthousiasme en le saluant d'un large sourire à son endroit. C'était une personne que j'appréciais et estimais beaucoup. Il était gentil, aimable et créatif. En plus, il était attentionné et même protecteur avec moi. Ce qui me faisait bien rigoler. Je n'avais pas franchement d'amis comme lui, ça me faisait sourire à chaque fois et j'adorais sa présence et son travail. Je trouvais ça admirable. Il m'invita justement à aller voir son exposition affiché dans une des salles de l'endroit. « Oui, bien sûre, je vais aller voir avec plaisir et hâte fis-je en me dirigeant presqu'en dansant tant j'étais emballée et de nature joyeuse dans la vie. En plus, avec mon petit bedon, j'avais une démarche assez rigolote.

Arrivée sur place, je me promenais de clichés en clichés en savourant ce délectable travail. Puis, au bout d'un moment, j'aperçue une super image, une photographie très impressionnante où l'on voyait un homme dans un lit d'hôpital, branché et blessé. Une femme, enceinte lui tenait la main, assise à côté de lui. Elle avait le regard dans le vide. La scène était mis en valeur, la grossesse de la femme était en second plan, ça l'avait tout de très touchant et unique. C'était réaliste, car des histoires comme celle-ci existaient bel et bien, malheureusement. Ce qui me faisait penser d'ailleurs à la miennes.
J'avais les larmes aux yeux. Je pris une profonde inspiration et je senti la présence d'Adrian.


Dernière édition par Oana Mo'Orea le Dim 7 Mai - 10:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/06/2016
›› Love letters written : 494
›› It's crazy, I look like : james sexycute lafferty.
family don't end with blood
MessageSujet: Re: PAPA DON'T PREACH (OANA) Ven 28 Avr - 20:32

Je suis ravi que Oana soit enchantée à l’idée de voir mes clichés et le fasse immédiatement. Nous nous dirigeons vers la pièce où j’expose avec le sourire et je ne peux pas m’empêcher d’être amusé par sa démarche dansante ainsi que par le rythme que sa grossesse donne à cela. Oana est rayonnante, enceinte. Tout comme Polly. Je regrette que Shelby ne puisse jamais être dans cet état, enceinte. Malheureusement, elle est stérile et cela nous ronge depuis que nous le savons, depuis deux ans. Cela menace de faire imploser notre mariage, ajouté à mon infidélité qui me rend tout honteux. Nous entrons dans la pièce où j’expose et j’observe les réactions d’Oana. Je pense que son état la rend d’autant plus sensible à ce que je fais. Je finis par apercevoir de l’émotion, beaucoup, sur un cliché qui fût particulièrement difficile à prendre en raison des circonstances. Je ne sais rien d’elle, de son chemin de vie, du père de son enfant mais je vois bien qu’elle est particulièrement émue. Je m’approche doucement de la jeune femme et pose amicalement ma main sur son épaule. « Tout va bien ? », je m’enquis doucement. « Si tu veux la photo, je te la donne ». Je ne vends pas mes photos. Je suis payé pour les prendre, les donner aux familles mais ensuite, les doubles, j’en fais ce que je veux à partir du moment où les modèles ont signés une décharge pour la diffusion de leur image. La plupart, je les garde dans des albums, sur papier glacé. Il est rare que j’en offre car c’est assez impersonnel puisque les gens n’apparaissent pas dessus , ce sont des inconnus.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 20/11/2016
›› Love letters written : 283
›› It's crazy, I look like : Alexis Ren
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: PAPA DON'T PREACH (OANA) Sam 29 Avr - 7:39

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

J'étais émue c'est vrai. C'était une photographie touchante. C'était un beau cliché. Je ne savais pas trop quoi répondre. Je ne savais pas exactement non plus pourquoi ça me mettait dans un tel état. Il était vrai que j'étais proche du père de mon bébé, mais on était pas amoureux. On n'était que des amis qui prenaient du bon temps ensemble. Malheureusement, je ne pouvais rien pour lui et ses parents savait pour ma grossesse, le concernant. Ce qui compliquait les choses. C'était entre autre ce qui m'avait poussé à faire le choix de garder cet enfant malgré la précocité de la chose. J'étais jeune, j'avais la vie devant moi. Je n'avais pas pu de toute façon, étant en maternité et ma mère m'avait eu à 16 ans. Je n'avais pas pu...

Adrian, voyant que j'avais les larmes aux yeux, s'était approché de moi amicalement. Il m'avait demandé si j'allais bien. Il m'avait gentillement proposé de me donner la photo. C'était un chouette présent. Maintenant, je ne pouvais m'empêcher de pleurer. Je m'identifiais à cette photo. Adrian ne connaissait pas mon histoire, il ne me connaissait pas très bien. En même temps, je n'étais pas une personne qui avait tant de choses à cacher. En surface, ma vie était plutôt simple et je n'avais pas véritablement de secrets. J'étais plutôt du genre à manquer de me confier. Je ne voyais pas l'intérêt. J'étais d'un optimiste fou et poignant. Je ne m'attardais rarement sur mes sentiments et émotions; tristes. Un peu à tord. Tout le monde pensait que j'étais sans cesse heureuse et que rien d'horrible m'était arrivé. Même si c'était en grande partie vrai, il m'arrivait d'être vulnérable.

Je le regarde donc et je séchai quelque peu mes larmes, autant que je peux. Je lui réponds: Oui ça va. Ne t'inquiète pas. Je reprends mon souffle tranquillement et prends une grande inspiration. Le père de mon bébé est mon meilleur ami. On était pas franchement amoureux... Je laisse ma phrase en suspend. Honteuse, je regarde le sol. Il est dans le coma depuis 4 mois et demi. Il va être débrancher.C'est un accident d'auto. fis-je, ne pouvant contenir mes larmes. Je pleurs silencieusement, mais je ne peux m'empêcher de gigoter les épaules tant je suis affolée. J'ai les joues pleinement mouillées maintenant. Je suis désolée de m'emporter, rajoutais-je.


Dernière édition par Oana Mo'Orea le Mar 2 Mai - 0:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/06/2016
›› Love letters written : 494
›› It's crazy, I look like : james sexycute lafferty.
family don't end with blood
MessageSujet: Re: PAPA DON'T PREACH (OANA) Lun 1 Mai - 17:42

Oana m’assure qu’elle va bien mais j’ai du mal à la croire car à peine a-t-elle essuyée une cascade de larmes qu’une nouvelle vient mouiller ses joues. Mon cœur se serre car cette jeune fille est fortement attachante et que je n’aime pas que les gens souffrent. Pourtant, je suis plutôt mal placé puisqu’actuellement, je fais souffrir ma femme mais également ma mère porteuse en jouant avec leurs sentiments sans réellement le vouloir (voir pas du tout). Oana doit certainement se sentir en confiance puisqu’elle se confie à moi, à cœur ouvert, m’expliquant une situation qui ne semble pas du tout évidente. Face à ses confessions, je vais refermer la porte de la pièce où j’expose afin d’avoir davantage d’intimité pour parler. Je lui pousse une chaise afin qu’elle s’asseye, pour se ménager de sa grossesse. Je m’installe face à elle et l’observe, attentif. Mon cœur se serre. « Il n’a aucune chance ? », je me risque à demander très doucement afin de ne pas faire plus de mal à Oana. « Ne t’en fais pas. Les amis sont là pour ça ». Je ne sais pas si elle me considère comme tel mais au moins sait-elle que je suis là pour elle si le besoin est. « C’était un accident, un dérapage ? », je demande. Je crains d’être trop curieux si bien que je me mords la lèvre inférieure, regrettant ma question. « Ma femme est stérile », j’annonce. Je sais qu’Oana va se poser des questions puisque mes collègues savent que je suis un futur papa.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 20/11/2016
›› Love letters written : 283
›› It's crazy, I look like : Alexis Ren
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: PAPA DON'T PREACH (OANA) Mar 2 Mai - 0:12

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Je suis à fleur de peau et j'ai fondu en larme devant Adrian. Je sais bien que j'ai intériorisé cette situation. Le refoulement, c'est bien beau pour tourner la page, mais ça prend beaucoup d'énergie en continu pour garder ça stable et en soi. Puis, j'ai beau essayer de m'étourdir, de faire tout ce qui faut, de m'occuper et me défouler dans le sport, je ne peux pas comme d'habitude. Je vis pour deux. Je dois prendre le temps de dormir, de bien manger et je ne dois pas faire de mauvaises chutes au yoga et à la danse. Il ne m'est rien arrivé de grave depuis le début de ma grossesse, par chance. Adrian, suite à ce que je lui révèle, va refermer la porte et m'amène une chaise. Je m’assois et le remercie d'un regard reconnaissant. J'ai un peu honte. Ce n'est pas dans mon habitude de pleurer devant les gens. Je sèche mes larmes alors que je me dis qu'il est vraiment quelqu'un d'attentionné. Il est maintenant face à moi, bien installé. Merci, fis-je, alors que je reprend mon souffle peu à peu, naturellement et que j'ai cessé de pleurer. Il me demande par la suite s'il n'y a aucune chance... Je fais signe que non et dis tout bas, ce n'est pas à moi de décidé, c'est à ses parents de le faire. La complexité d'une telle décision s'arrête là pour moi, je n'ai aucun pouvoir décisionnelle. Adrian me demande si c'était un accident ou un dérapage. Je lui dis: Il y avait une tempête de neige et il ne voulait pas râter son examen d'université, il a glissé sur la chaussé, à quelques km du pavillon, en fait. Je reste calme, cette version de l'histoire, la vrai, pour tout dire, ne me dérange pas. Ça ne me fait plus rien de la raconter, tant je l'ai raconté pour expliquer objectivement la tragédie de la situation. Je vois bien qu'Adrian est mal à l'aise et qu'il craint de poser les mauvaises questions. Je lui dit: Ne t'en fais pas, ça vas aller, je le sais, ça m'arrive d'être plus sensible sur ce sujet et tu poses les bonnes questions, elles sont pertinentes. La plupart du temps, on me demande toujours si je l'aimais, pourquoi j'ai gardé le bébé, s'il savait etc. Tout ses petits détails qui ne concène pas mon ami blessé, puisqu'il n'a jamais été question qu'on soit ensemble et qu'il n'était pas au courant. Qu'est-ce que le bébé vient faire dans le fait que sa vie ne tient qu'à un fil. Bien entendu c'est un détail important, mais plutôt dans ma vie, pas dans la sienne, pour le moment, ou plutôt, ça n'aura jamais d'importance pour lui.

Finalement, Adrian me dit que sa femme est stérile. J'écartille les yeux, grands ouverts, les sourcils froncés. Je ne comprends pas. Il va avoir un bébé, on en a souvent parlé. D'accord je ne connais pas sa femme et je ne le connais pas de fond en comble. Bien que j'ai confiance en lui, c'est un homme sensible et aimable. Il a de belle valeur et il a un sens de l'observation et de l'écoute très appréciable. Ce qui me charme chez lui. En plus de nos affinités sur le sujet de la périnatalité et parentalité.

Je réponds, surprise: Quoi...? Attends? Non.. Tu .... Tu sais bien...
Fis-je en lui laissant le soin de m'expliquer. Je sais bien qu'il peut y avoir un millier d'explications sur une telle situation. Je suis bien placé pour le savoir. J'accompagne des femmes enceintes. Avoir un bébé, ce n'est pas si simple ou ne rythme pas toujours avec: maman et papa décide de faire un enfant après des années de vie commune.




Dernière édition par Oana Mo'Orea le Jeu 4 Mai - 7:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/06/2016
›› Love letters written : 494
›› It's crazy, I look like : james sexycute lafferty.
family don't end with blood
MessageSujet: Re: PAPA DON'T PREACH (OANA) Mar 2 Mai - 20:10

Je suis attristé par l’histoire d’Oana et de son meilleur ami qui est également le père biologique de l’enfant qu’elle porte. Cette peine me pousse moi-même à des confessions surprenantes puisqu’ici, à l’hôpital, tout le monde ignore les propos que je tiens et révèle à la jeune femme. Celle-ci ne manque pas d’exprimer physiquement sa surprise. Oana exprime également sa surprise, verbalement. J’opine du chef avec un sourire timide et gêné. Je comprends son étonnement. « Et pourtant oui, tu ne perds pas la tête, je suis un futur papa », je lui dis afin qu’elle ne pense pas qu’elle perde la boule ou confond avec un autre. Je suis bien l’homme qui attend un enfant, ici, mais pas de sa femme. « Ce n’est pas non plus une maîtresse que j’ai mise enceinte », je dis en plaisantant avant de m’apercevoir qu’en fait, la plaisanterie est de très mauvais goût. Car si Polly n’était pas ma maîtresse, elle l’est plus ou moins devenue ; du moins, j’ignore comment on peut appeler quelqu’un que l’on embrasse et avec qui l’on a couché une fois. « Ma femme, Shelby, est stérile. Nous avons fait le choix d’une mère porteuse », j’explique. Ce sujet est clairement enclin à polémique. On adhère ou on se scandalise, comme ce fût le cas de mes parents qui n’acceptent clairement pas notre choix, à ma femme et moi. « Certains peuvent trouver cela scandaleux et inhumain de ‘’louer ‘’ l’utérus d’une femme mais … nous n’avions que cette solution pour un enfant naturel, portant mes gênes et nous le voulions tant », je me justifie, un peu ému.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 20/11/2016
›› Love letters written : 283
›› It's crazy, I look like : Alexis Ren
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: PAPA DON'T PREACH (OANA) Jeu 4 Mai - 7:36

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



J'ai éclaté en sanglot devant mon ami, face à un cliché touchant, allant me chercher et pour lequel, je m'identifie. Je lui explique ma situation avec le père de mon bébé afin de répondre de la situation et à ses questions, mais ça me fait aussi un certain bien. Ça me soulage de me confier. Je le fais rarement. Finalement, Adrian en vient lui aussi aux confidences. Il m'explique qu'en effet, je ne perds pas la tête. Il a bien vu que j'étais très surprise par sa confession. Il est connu pour être un papa en devenir. Il me le confirme. Je m’assois alors confortablement et le regarde perplexe. Jusqu'à ce qu'il m'explique que ce n'est pas parce qu'il a mis une autre femme enceinte ou qu'il a une aventure. Il est timide et un peu inquiet, il semble l'être, en me racontant tout cela. Il en arrive finalement à la véritable raison de toute ce suspence, enfin, si on peut dire cela ainsi. Il m'explique que sa femme Shelby, est stérile, mais qu'il on fait appel aux services de mère porteuse. Je comprends ainsi mieux. Je sourie, délicatement et reste silencieuse, je le fixe et l'écoute attentivement. Il rajoute : « Certains peuvent trouver cela scandaleux et inhumain de ‘’louer ‘’ l’utérus d’une femme mais … nous n’avions que cette solution pour un enfant naturel, portant mes gênes et nous le voulions tant ». Je hoche la tête de gauche à droite. Je vois bien qu'il est attristé par la situation et il me confie cette situation des plus complexes avec délicatesse. C'est courageux de ta pars de m'expliquer cela. En effet, je connais bien les mythes, les préjugés à ce propos. Cependant, ne t'inquiète pas, je ne juge pas. Je me doutes bien que c'est difficile, je suis désolée pour vous. Je marques une pause puis rajoute: C'est un don de soi très grand de la part de cette mère porteuse et vous êtes bons de lui accorder votre confiance. Je le regarde moi aussi émue. Je suis devant lui, enceinte, par accident et je travail en périnatalité. J'accompagne les femmes et les couples à travers leur démarche d'avoir un enfant. Je ne suis pas inconnu à cette problématique. Je sais que c'est difficile pour les couples et le moral. Je vous le souhaite vraiment! L'important, c'est d'y arriver et qu'il soit en santé. Dis-je en lui souriant. Je me veux rassurante et compatissante.

Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/06/2016
›› Love letters written : 494
›› It's crazy, I look like : james sexycute lafferty.
family don't end with blood
MessageSujet: Re: PAPA DON'T PREACH (OANA) Ven 5 Mai - 18:25

Le visage d’Oana reste serein et n’affiche aucune marque d’opposition lorsque j’explique par quelle méthode mon épouse et moi souhaitons accéder à la paternité. Je suis également très soulagé par les propos qu’elle tient. Je me permets même un petit sourire tant je suis réconforté et me laisse tomber, enfoncer, davantage sur ma chaise. Elle évoque indirectement Polly et niaisement, je me mets à sourire. Polly, notre mère-porteuse, est formidable. Sans doute un peu trop puisqu’elle en est devenue dangereuse pour mon mariage. J’ai succombé à son charme, à son accent ukrainien, à son sourire, à sa générosité de porter cet enfant pour nous, son premier qui plus est ! « Elle est formidable », je me surprends à confier, toujours souriant. « Oui, c’est l’essentiel : que nos enfants soient en forme », je dis, autant pour son bébé que pour le nôtre, à nous trois ne quelque sorte. « Devenir parent me fait peur quand je vois comment j’en ai fais baver à mes parents », je plaisante. Et encore, je n’étais pas un gamin turbulent. Je ne voyais que par le sport et ne pensait qu’à cela, jusqu’à ma blessure. Je parlais basket, mangeais basket, pensais basket en permanence et cela a du être difficile pour mes parents qui n’aiment pas spécialement le sport. Niveau fille, je n’ai pas trop fais de bêtises. Shelby doit être ma troisième partenaire uniquement (exclu Polly) et nous sommes ensembles depuis plus d’une décennie. « … mais cela doit être encore plus difficile pour toi compte tenu de ta situation », je dis, contrit. « Je suis là si tu as besoin, Oana. Sincèrement. Si tu as besoin d’aide pour monter le berceau, peindre la chambre ou quoi que ce soit ».
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 20/11/2016
›› Love letters written : 283
›› It's crazy, I look like : Alexis Ren
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: PAPA DON'T PREACH (OANA) Dim 7 Mai - 10:49

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je suis flatté qu'Adrian se confie à moi. Je comprends la suite logique des choses. Ce pourquoi, on en est arrivés là. J'étais à fleur de peu et émue et je me suis confiée. J’interprète qu'il se dit que je comprends qu'avoir un bébé n'est pas chose facile pour tout le monde et que ça ne rime pas à une simple équation. De plus, on partage plusieurs points en commun et je dois dire que je remarques chez lui un sens de l'observation, de l'écoute et une grande sensibilité. Je vois en lui beaucoup de gentillesse. Une qualité qu'on sous estime à tord. Comme le dit Dumbledore- si si, ça m'a marqué! Ainsi, il me confirme que leur mère porteuse est formidable. Je souris à cette nouvelle. C'est tant mieux, s'ils  peuvent n'avoir davantage d'ennuis pour avoir un bébé, c'est tant mieux! Je n'imagines pas le désarroie que d'être infertile. Aussi, parfois, il y a des mères porteuses qui se désistent, c'est toujours triste, ce genre de nouvelles. Ainsi, il me confirme qu'il partage mon point de vue sur la santé prioritaire des enfants et sur l'essentiel. Je lui souris lorsqu'il me dit cela. Il ajoute que devenir parent lui fait peur, il semblerait qu'il ait été baveux avec ses parents. Il semble rigoler en me disant cela. Pour ma part, ça me fait penser à la chance que j'ai d'être proche de ma mère comme nous les sommes. Ce qui m'illumine intérieurement. Je rigoles à mon tour à la suite de son affirmation. Puis j'ajoute: Je t'avoues que moi aussi j'ai causer des peurs bleues à ma mère, mais quand on est parent, on s'inquiète habituellement d'un rien, ça n'a pas tout à voir avec le fait d'avoir un enfant ultra sage. Je lui fais un clin d'oeil en guise d'amitié et pour approuver ma plaisanterie. Puis, il me dit qu'il croit que ce doit être difficile pour moi, en pareille situation. Je hoche la tête affirmativement, mais tout en haussant les épaules. Il m'avoue alors qu'il est là si j'ai besoin. Comme quoi il est sincère. Comme par exemple pour le berceau ou la chambre etc. Je lui sourie, réellement touché par ces affirmations. Je lui réponds alors compatissante et émue: Merci, c'est très apprécier! Moi aussi je suis là, pour quoique ce soit. Et t'en fais pas, je gères bien la situation, je suis bien outillé et j'ai ma mère qui est là pour moi. Tu sais, on est proche. C'est pas donné à tout le monde. C'est ma meilleure amie. Je lui sourie et ajoute en plus: Tu dois avoir hâte d'avoir ce bébé avec ton épouse. C'est pour quelle date ? Fis-je curieuse.  


Dernière édition par Oana Mo'Orea le Jeu 8 Juin - 5:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/06/2016
›› Love letters written : 494
›› It's crazy, I look like : james sexycute lafferty.
family don't end with blood
MessageSujet: Re: PAPA DON'T PREACH (OANA) Dim 7 Mai - 13:00

Je suis soulagé d’apprendre qu’Oana est entourée par sa mère, à défaut de l’être par le géniteur de son bébé, dans le coma. Au moins, elle n’est pas toute seule pour affronter cela. Pas comme Shelby et moi qui ne trouvons pas de soutien autant chez nos proches que chez nos amis. « Je pense que je vais être un père absolument chiant », je plaisante. Je suis très protecteur, déjà en temps normal alors je n’ose pas imaginer en tant que père d’un enfant tant voulu qui a causé tant de dommages avant de naître. En effet, l’annonce de la stérilité de Shelby a causé sa tentative de suicide. De plus, le fait d’avoir eu recours à une mère porteuse menace dangereusement la bonne santé de mon mariage, malheureusement. Oana semble touchée de ma volonté à l’aider et à la soutenir. « Je t’en prie, Oana, ce n’est pas la peine de me remercier », j’ajoute avec un sourire sincère. Comme elle le dit si bien, j’ai hâte que le bébé naisse mais parfois, j’ai l’impression que cela n’est pas partagé avec mon épouse. Je la sens moins enthousiaste depuis qu’elle sait pour mon baiser avec Polly : qu’en sera-t-il si elle apprend que j’ai eu un rapport sexuel avec elle ? « C’est pour cet été et toi ? », je demande. « C’est … très compliqué entre ma femme et moi, pour tout t’avouer alors je ne sais pas vraiment si elle a autant hâte que moi, si nous partageons cela. Quoi qu’il en soit, moi, je meurs d’impatience de devenir papa et de serrer mon fils dans mes bras.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 20/11/2016
›› Love letters written : 283
›› It's crazy, I look like : Alexis Ren
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: PAPA DON'T PREACH (OANA) Dim 14 Mai - 21:21

Adrian s’est confié à moi. C’est une situation ambiguë voir ambivalente qu’il vivait. Enfin, je m’imagine bien. C’est difficile confier son bébé à une femme. Enfin, j’ignore quels sont les arrangements et leurs rapports. Je comprends également ce désir d’avoir des enfants. Je ne peux pas dire que j’en était rendue là avant de tomber enceinte, mais je travail dans ce domaine, alors je suis à l’écoute et sensible à ce désir et cet aspect de la vie, soit la parentalité etc. Il m’explique qu’il croit qu’il sera un père tout à fait chiant. Il me fait bien rigoler et je me marre. Je rajoute : Et moi donc, bien trop jeune, quasi pour être mère. Je rigoles, car je plaisante. Il n'y a pas d'âge, mais reste que c'est une crainte que j'ai. Moi qui a tant un coeur d'enfant et qui n'est pas la plus responsable non plus. Enfin si, mais je ne me vois pas tout à fait mère pour l'instant. C'est impromptue, sarcastiquement, ou pas, vue mon terme.

Puis, je dis ainsi : Tu sais, nos bébés pourront être amis si ça se trouve, je suis dû pour le mois de septembre. Et je te comprends, moi j’ai hâte aussi de serrer ce bébé dans mes bras, mais je l’aime bien au creux de moi, bien nicher. Fis-je heureuse. Mais je sais que pour les pères, vous êtes encore plus impatient que nous, enfin la plupart du temps, afin d’avoir le privilège vous aussi d’être en contact plus direct avec le bébé. Fis-je empathique.


Puis, il me dit qu’il n’y a pas de quoi. Qu’il me propose son aide avec plaisir. Je lui souri, reconnaissante. Il en est de même pour moi lorsque je lui dis que je l’aiderai moi aussi sans l’ombre d’un doutes. Je suis étonnée de ce qu’il me confie concernant sa femme et lui. Après tout, un bébé est supposé réunir les membres d'une famille. Sauf que je sais qu'on ne vit pas dans un monde de fée. Tout peut arriver. Je suis désolée d'apprendre cela pour ta femme et toi. Je suis là, si je peux faire quoique ce soit pour toi ou pour vous tous. Je marques une pause, pensive.


Mais si ça se trouve, je connais sa mère porteuse, non.  Faudrait je vois avec lui, plus tard. Ça me laisse pensive du coup.


Dernière édition par Oana Mo'Orea le Jeu 8 Juin - 5:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/06/2016
›› Love letters written : 494
›› It's crazy, I look like : james sexycute lafferty.
family don't end with blood
MessageSujet: Re: PAPA DON'T PREACH (OANA) Lun 15 Mai - 14:29

« Tu n’es pas trop jeune, Oana. Devenir parent n’est pas une question d’âge. Mes parents m’ont eu très tard, certainement trop. Ma mère allait avoir quarante ans. Je n’ai pas eu pour autant une éducation parfaite et sensationnelle. Alors qu’au contraire, ma tante a eu un enfant à tout juste vingt ans et ma cousine a une superbe vie, brille réellement dans la vie », je dis avec une haute conviction afin qu’elle soit assurée que son âge n’impactera pas la mère qu’elle sera, sans doute excellente, j’en mets ma main à couper. « Oui, nous ne les portons pas puis dans mon cas, je ne suis pas au quotidien avec la mère porteuse comme je l’aurais été si cela avait été ma femme. C’est un éloignement qui est difficile ». Doublement difficile dans la mesure où je suis attiré par Polly, la femme qui porte mon enfant biologique mais pas celui de Shelby, ma femme. Parler de ma joie d’être parent mais de la peine que cela apporte à mon couple me mets dans tous mes états. Je ne sais pas si je dois sourire ou pleurer, comme chaque jour depuis plusieurs semaines. Mon cœur balance entre plusieurs états, d’autant plus que je sens Shelby s’éloigner indéniablement mais également Polly. En plus de perdre ma femme, j’ai l’impression de perdre également la femme qui m’attire pour qui j’ai pris des risques et entamer la lente destruction de mon mariage. « J’espère simplement que je ne vais pas divorcer avant la naissance de cet enfant », je souffle, nostalgique. Mon regard se pose sur le ventre arrondi d’Oana alors qu’une idée germe dans mon esprit. « Cadeau de naissance ! Je te fais un shooting pré-natal puis ensuite, quand il sera né ! », je m’exclame avec enthousiasme.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 20/11/2016
›› Love letters written : 283
›› It's crazy, I look like : Alexis Ren
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: PAPA DON'T PREACH (OANA) Jeu 8 Juin - 5:48

Il est vrai que j'étais un peu apeurée d'être seule avec l'arrivée de ce bébé. J'étais soutenue par ma mère, mais ce n'était pas comme le fait de prévoir de faire un bébé et de s'en occuper longtemps d'avance avec quelqu'un d'autant responsable, préoccupé par son propre bébé, à lui aussi. Bref. Adrian semblait croire en moi et essayait de me le traduire et de me remonter le moral. Il me rassura en me disant que je n'étais pas forcément trop jeune et que l'âge n'avait rien à voir avec la compétence de parent. Enfin, pas directement, on s'entendait. Il m'expliqua pour ces parents et son enfance. Comme quoi, ses parents l'ont surement eu trop tard etc. Je lui souris, reconnaissante de me soutenir. Je lui répondis: merci, je tâcherai de m'en rappeler. Je lui dis un clin d'oeil amical. Puis je l'écoutais me raconter ce qu'il vivait en tant que père avec l'éloignement et cette délicate situation. Il était vrai que ça ne semblait pas évident et qu'il ne pouvait pas être autant présent qu'il le pouvait et le voudrait. Même chose pour ta femme aussi, je présume. Demandais-je un peu timidement et avec une moue désolée. Il me racontait également ces problèmes avec son épouse. Ça ne semblait pas rose du tout toute cette histoire et ce contexte. J'étais franchement perplexe et intimidée. Ça allait au-delà de mes compétences d'amie. Comme ça devait être difficile, me dis-je intérieurement. Je lui répondis: J'espère que vous allez rester ensemble, vous ne pouvez pas, je sais pas, voir quelqu'un pour ça ou est-ce insurmontable?En même temps, je ne connaissais pas les détails, mais le pouvais et le voulais vraiment? Ça me semblait plus que compliqué. C'était triste.

Finalement, je remarque qu'il scrute mon ventre. Je suis son regard, curieuse. « Cadeau de naissance ! Je te fais un shooting pré-natal puis ensuite, quand il sera né ! » me dit-il. Je restai surprise, sur le coup. Ein.. ee quoi !? dis-je, au tact au tac. On était en train de parler de lui et de ses problèmes difficiles et puis maintenant on parlait de moi, ma grossesse à tout le moins et de ce petit bébé en train de germé et prendre racine dans mon ventre. Je lui souris et lui dis rayonnante : Je ne peux pas refusé! C'est  super gentil et une superbe idée! Fis-je, émue. Surtout si ça te fais plaisir, je ne voudrais pas que ça te brime le moral ou quoique ce soit, rajoutais-je


Dernière édition par Oana Mo'Orea le Dim 11 Juin - 5:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/06/2016
›› Love letters written : 494
›› It's crazy, I look like : james sexycute lafferty.
family don't end with blood
MessageSujet: Re: PAPA DON'T PREACH (OANA) Jeu 8 Juin - 10:44

Oana me remercie mais je n’en vois pas l’utilité dans la mesure où tout cela est sincère et me semble d’une évidence déconcertante. Je me contente de sourire à la future maman, me voulant toujours rassurant alors qu’elle compatit sur mes problèmes et sur le manque de suivi de la grossesse de Polly. Cette dernière s’est éloignée par sécurité pour elle, pour l’enfant, jugeant que notre proximité est mauvaise pour le bébé. Je comprends totalement son choix et le respecte bien que celui-ci me fasse énormément souffrir. Oana me dit espérer que nous allons rester ensemble. Je hausse des épaules, incertain : j’ignore de quoi demain sera fait, avec Shelby. « Quoi qu’il en soit, mon mariage restera toujours un excellent souvenir à mes yeux ». Je suis en couple depuis onze ans, marié depuis sept et j’ai toujours été amoureux de mon épouse mais également présent, dans les moments les plus sombres qu’un couple peut traverser comme l’annonce d’une stérilité ou une tentative de suicide. « Je ne suis pas convaincu que ma femme soit d’accord pour voir un spécialiste et en parler ». Shelby suit une si grosse thérapie qu’une deuxième, je ne suis pas certaine que son mental ne le supporte. Je propose un shooting avant et après la naissance à Oana. C’est un geste gracieux et bien entendu, gratuit, que je lui fais puisqu’il s’agit d’un cadeau. La jeune femme ne semble pas réaliser. « Oui, oui », je confirme et lorsqu’elle réalise, elle semble comblée. Son bonheur me touche et me fait plaisir, énormément. « Pourquoi ça me ferait du mal ? C’est mon métier, Oana, je fais ça cinq jours sur sept dans cet hôpital ! », je rétorque avec un naturel déconcertant. « Cela te fera un souvenir de plus de ta grossesse, en plus », j’argumente. « Il n’y a plus qu’à fixer une date », j’ajoute en m’emparant de mon agenda pour consulter mes disponibilités.
Revenir en haut Aller en bas

PAPA DON'T PREACH (OANA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Downtown l.a :: downtown hospital
-