Partagez|

[Lys/Tao] "In Whom can I put my faith ?"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/04/2017
›› Love letters written : 27
›› It's crazy, I look like : Kirsten Zellers
family don't end with blood
MessageSujet: [Lys/Tao] "In Whom can I put my faith ?" Ven 21 Avr - 14:41

In whom can I put my faith ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Maëlys faisait son petit rangement quotidien chez elle. Rien ne trainait jamais. Surtout dans sa cuisine, en fait. Elle n'avait pas de trouble obsessionnel compulsif, loin de là, c'était seulement une question d'hygiène. En fait, petite, la blonde était loin d'être comme ça. Mais son père lui avait appris à toujours ranger la cuisine... Et de fil en aiguille, pour elle, le rangement s'était étendu à toute la maison. Comme organiser était devenu un passe-temps. Elle avait passé sa matinée à nettoyer, passer l'aspirateur et un coup de serpillère. Une fois satisfaite par son ménage, elle passa deux bonnes heures dans sa cuisine. Nettoyage complet de son four, son micro-onde, et même son frigo. Elle prit le temps de s'occuper de ses couteaux. Elle vérifia qu'ils coupaient bien et en aiguisa quelques uns. Elle était très pointilleuse, surtout sur ses outils de travail. Elle finit vers quinze heures. Et comme elle ne se rendait à son restaurant que vers dix-huit heures pour vérifier les cuisines, elle décida de sortir un peu s'aérer.

Alors elle partit prendre une petite douche et regarda dehors. Quelques nuages, mais rien de bien menaçants a priori, donc elle se vêtit d'un débardeur long à bretelles épaisses ainsi qu'un pantalon de survêtement noir. Une tenue toute simple, avec un gilet noué autour de la taille. Elle attrapa son casque, sa planche, et vérifia qu'elle avait bien son téléphone et ses clés. Puis la blondinette sortit. Un petit vent frais soufflait, mais il faisait bon malgré tout. Par moment, le Soleil montrait le bout de son nez et chauffait agréablement. La jeune femme se promenait sur son skate, mains dans les poches, en regardant les alentours. Le parc était plein de vie, mais pourtant elle observait le lac en plein milieu d'un oeil méfiant. Comme si celui-ci allait se réveiller et l'attaquer.

Elle se revoyait, treize ans plus tôt, à essayer de sauver sa petite soeur. A la voir couler. A presque se noyer avec elle en essayant de la sortir... Elle se souvenait des cris, des aboiements du chien. De son réveil en sursaut. Elle soupira distraitement.

Soudain, elle vit quelque chose du coin de l'oeil qui la sortit de ses pensées. Mais un peu tard. Des enfants qui jouaient, et qui déboulèrent sur le chemin en courant comme des fous, coupant la route à la blonde, qui écarquilla les yeux, prise complètement au dépourvu. Elle perdit le contrôle de sa planche, qu'elle ne pouvait arrêter avant de percuter un enfant... Alors elle provoqua sa propre chute pour éviter tout dommage à l'un des trois petits qui jouaient inconsciemment, se retrouvant au sol avec un cri de douleur. Malgré tout, sa planche continua son chemin, et l'un d'eux trébucha dessus et tomba dans l'herbe. Enfin il ne sembla pas plus perturbé que ça, puisqu'il repartit aussi vite, toujours en riant, tel une antilope...

Maëlys soupira quand elle le vit repartir. Eux au moins, ils n'avaient rien. Elle se redressa et grimaça. Elle s'était pris ses clés dans sa cuisse en tombant dessus, et son téléphone avait sauté de sa poche et avait l'écran tout cassé. Puis elle vit quelqu'un qui arrivait droit sur la planche en marchant. Alors elle se redressa sans pour autant se relever, et avertit cette personne, juste au cas où.

« Attention à la planche, ne marchez pas dessus ! »

Elle voulut se mettre debout mais grimaça. Elle avait dû se tordre la cheville. Rien de bien grave en somme, ça ne tarderait pas à passer, elle avait l'habitude, mais sur le coup, c'était un peu douloureux.

lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/04/2017
›› Love letters written : 93
›› It's crazy, I look like : Godfrey attractive Gao
family don't end with blood
MessageSujet: Re: [Lys/Tao] "In Whom can I put my faith ?" Ven 21 Avr - 18:33



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« I never met a pizza like you before. »
Tao Wayne & Maëlys Howell
Cette fois-ci, ce n’était pas les cartons des meubles que Tao devait débarrasser, mais bien les cadavres de la soirée pizza-basketball qu’il avait organisée hier soir. Pour se détendre, le chirurgien pédiatrique avait invité deux de ses collègues masculins à regarder le match des play-offs des Miami Heat, équipe qu’il supportait depuis sa plus tendre enfance. Entre hommes, les médecins avaient pu décompresser de leur quotidien stressant et profiter de leur jour de repos pour parler de tout sauf de leur métier.

Remis de sa soirée riche en calories, Tao ramassa une à une les canettes de bière et plia les cartons de pizza pour les fourrer dans un sac poubelle vide. Une fois son salon nettoyé, il enfila un short de basket noir aux couleurs des Miami Heat et un tee-shirt blanc qui lui servait uniquement de haut de sport. Ce matin, il avait décidé d’aller s’aérer l’esprit au lac. Depuis qu’il était arrivé, il n’y avait été qu’à deux ou trois reprises pour se balader et s’était promis d’y remettre les pieds en chaussures de sport. La soirée d’hier et son taux de gras était un prétexte idéal pour profiter du soleil et de ce lieu plein de charme au cœur d’Echo Park. Il noua ses lacets, but la moitié d’une bouteille d’eau et enfila sa montre connectée à son poignet avant de quitter son joli petit pavillon en trottinant.

Rapidement, Tao rejoignit le lac et prit un rythme un peu plus soutenu. En matinée, le lac et ses alentours étaient plutôt déserts. Les habitués venaient donner du pain au canard, les sportifs foulaient le bitume et les enfants couraient sous les yeux bienveillants de leurs parents. Le chirurgien n’entendait rien si ce n’est sa playlist de sport qu’il avait mis dans ses oreilles. Son seul sens actif était la vue et Tao essayait de prêter attention à tout ce qui l’entourait pour éviter de percuter quelqu’un. Du haut de son mètre quatre-vingt-treize, il lui arrivait de ne pas avoir tout le monde dans son champ de vision.

Tout à coup, Tao freina. Devant lui, un enfant venait de se prendre les pieds dans une planche de skate et sa musique n’était pas assez forte pour couvrir les hurlements de protestation des parents. Le petit n’avait rien. En revanche, la jeune femme qui chevauchait la planche à roulettes était tombée sur le bas-côté et personne de ne venait à son secours. Le médecin retira ses écouteurs, les enroula et les mit dans sa poche. Il entendit la propriétaire du skate lui criait un discours d’alerte. A ça, il haussa un sourcil et ne répliqua pas. Il s’approcha d’elle avec bienveillance et s’accroupit instinctivement pour examiner la cheville qui la faisait grimacer.

« Votre cheville est enflée. Vous devriez rentrer chez vous et poser de la glace dessus. Vous habitez dans le coin ? » dit-il en lui tendant sa main pour l'aider à se relever. Il n'était pas la solution miracle, mais il avait au moins le mérite de ne pas lui infliger de porter le poids de son corps sur ses chevilles. Tao était timide, mais c'était le médecin qui sommeillait en lui qui était venu à son secours tel un beau chevalier... transpirant. La rencontre était bien loin des clichés que l'on pouvait contempler à la télévision, mais le trentenaire était persuadé qu'il avait fait ce qu'il avait à faire.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/04/2017
›› Love letters written : 27
›› It's crazy, I look like : Kirsten Zellers
family don't end with blood
MessageSujet: Re: [Lys/Tao] "In Whom can I put my faith ?" Ven 21 Avr - 21:50

In whom can I put my faith ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Elle se maudissait intérieurement. Si elle avait fait aussi attention que d'habitude, elle aurait vu les enfants jouer, donc aurait pu ralentir et même s'arrêter plutôt que de tomber volontairement. Cela dit, c'était aussi un arrêt. Un peu violent, mais elle avait arrêté d'avancer.

Bien entendu, elle était tellement prise par surprise qu'elle ne fit pas attention où elle tombait ni comment. La demoiselle soupira et massa sa cuisse. Elle aurait à coup sûr un bleu. Elle retira son casque et le posa à côté d'elle, passant une main dans sa crinière blonde. Puis après avoir prévenu le géant qui s'approchait -et qui ne sembla même pas prendre en compte sa petite mise en garde- elle reporta ses prunelles bleues sur sa cheville... Jusqu'à ce qu'elle voit l'homme qui était venu jusqu'à elle. Maëlys s'étonna qu'on vienne l'aider, et regarda le ténébreux qui se mit à examiner rapidement sa cheville. Elle ne fit rien, bouche légèrement entre-ouverte, hébétée, et hocha un peu la tête à ses observations. Elle déglutit doucement et elle humidifia ses lèvres en secouant légèrement la tête quand il se releva, histoire de se sortir de ses pensées.

Elle mit deux secondes à réaliser que de un il lui tendait la main, et de deux, il lui avait posé une question... Ce qui eut pour effet de la faire rougir davantage. Elle plaça alors sa main légèrement égratignée dans celle plus grande du jeune homme et s'aida de sa force pour se remettre debout, bien que légèrement déséquilibrée à cause de sa cheville endolorie. Elle ne lâcha pas tout de suite sa main, alors que son regard remontait le long du torse transpirant de l'homme qui avait daigné lui venir tout de suite en aide, jusqu'à son visage... Qui se trouvait être assez haut comparé au sien. Il devait faire une bonne tête de plus qu'elle. Les joues rougies par sa timidité, elle hocha la tête.

« E-Euh oui, j'habite près d'ici... Dans le quartier. Numéro deux cent quatre-vingt quatre. »

En se rendant compte qu'elle tenait toujours sa main, elle le lâcha en se raclant la gorge, un peu gênée par son propre comportement et sourit doucement, s'appuyant sur son pied valide.

« C'est gentil de m'aider, je vous remercie. »

Elle manqua de retomber parce que sa nervosité lui fait légèrement perdre l'équilibre, d'autant plus que sa cheville blessée se trouvait être sa "bonne jambe", celle sur laquelle elle était le plus à l'aise. Elle rangea son téléphone à l'écran cassé dans sa poche et regarda sa planche, à deux mètres, et soupira. Elle allait devoir rentrer, puis repartir à son restaurant. Elle avait intérêt à se faire un bon bandage, sans quoi elle aurait du mal à faire son boulot de façon efficace...

lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/04/2017
›› Love letters written : 93
›› It's crazy, I look like : Godfrey attractive Gao
family don't end with blood
MessageSujet: Re: [Lys/Tao] "In Whom can I put my faith ?" Ven 21 Avr - 22:54



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« I never met a pizza like you before. »
Tao Wayne & Maëlys Howell
Plus tard dans la journée, quand il aurait rempli sa mission, Tao regretterait sûrement ce geste. Il se trouverait effronté d’être allé vers la jeune femme et de lui avoir offert une consultation alors qu’elle voulait simplement qu’il évite d’abîmer sa planche à roulettes. Cependant, à l’instant-même où il redressait la jeune femme à la force de ses bras, le chirurgien ne pensait pas à tous ces détails. Il n’avait même pas songé à la réaction interne qu’avait eu sa patiente de l’instant. Peut-être avait-elle envie de le frapper ? Dans tous les cas, elle n’avait pas commis l’irréparable puisque le grand brun était toujours sur ses deux jambes.

En lui-même, il pensa au contact de leur main. Un contact sans sous-entendu, certes, mais un contact qu’il n’avait pas eu depuis un petit moment avec une autre femme que sa mère ou sa sœur. Il remarqua au même moment que la jeune femme avait les joues légèrement empourprées. Désireux de ne pas doubler la douleur physique d’une blessure mentale, il décida de ne pas faire de commentaire sur ce détail. Après tout, elle était peut-être gênée de devoir tenir la main d’un inconnu transpirant. A sa place, Tao aurait été embarrassé qu’on l’aide et qu’on lui impose une telle familiarité sans lui demander son avis.

Quand elle lui annonça qu’elle habitait à proximité du parc, le chirurgien eut un sentiment de soulagement. Il se devait maintenant de la raccompagner pour qu’elle puisse se soigner. A vue d’œil, sa cheville n’était pas cassée. Elle était simplement foulée. Cependant, Tao avait bien envie de lui proposer de passer à l’hôpital pour vérifier. Il aurait bien aimé poser ses mains plus en détail sur son articulation, mais la situation ne s’y prêtait pas forcément. Il avait gardé de bons restes de son internat où il avait fait le tour des services pour acquérir des connaissances générales en médecine.
Il n’était pas rare qu’on le remercie, même lorsque ses interventions étaient minimes, mais ce remerciement alliait gêne et sincérité et il trouvait ça particulièrement adorable. Il répondit seulement par un sourire du coin des lèvres et la regarda faiblir de nouveau. Evidemment, s’il la connaissait un peu mieux, il la porterait sur ses épaules et la raccompagnerait chez lui pour la soigner, mais ce genre de propositions était relativement déplacé pour une première rencontre. Néanmoins, il fit marcher son cerveau pour trouver une solution rapide et efficace sans passer pour un pervers.

« Vous voulez que je vous raccompagne ? Ce sera toujours mieux que d’aggraver votre état en portant en plus votre planche. »

En voyant que la jeune femme lorgnait sur son skate depuis plus de deux minutes, Tao prit l’initiative d’aller le rassurer et lui tendit tout en assurant qu’il était bel et bien en un seul morceau et avec bien moins d’égratignures qu’elle. Il ignorait si le skate était sa passion, mais elle semblait très concernée par l’état de sa planche. Il espérait simplement qu’elle prendrait son état avec autant de sérieux.

« Dans tous les cas, si vous avez toujours mal dans deux jours, il faudrait que vous passiez à l’hôpital. »



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/04/2017
›› Love letters written : 27
›› It's crazy, I look like : Kirsten Zellers
family don't end with blood
MessageSujet: Re: [Lys/Tao] "In Whom can I put my faith ?" Sam 22 Avr - 0:16

In whom can I put my faith ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


A vrai dire, si elle l'avait prévenu, c'était uniquement pour que lui ne se fasse pas mal en marchant sur la planche et en glissant à cause d'elle. Au fond, la planche, ce n'était pas bien grave si elle cassait, l'objet en question en avait vu des vertes et des pas mûres... Elle l'avait depuis longtemps. Et dans le pire des cas, elle avait une deuxième dans son placard. Oui, elle était prévoyante. Ca allait avec son organisation à toute épreuve. On la prenait rarement au dépourvu grâce à cela d'ailleurs. Son organisation combinée à sa créativité, elle trouvait généralement une solution à tout. Elle était très contente que quelqu'un soit venu l'aider d'ailleurs, même s'il avait un peu regardé sa cheville. Elle voyait le bon côté des choses : un bel homme aimable qui venait l'aider, et qui lui épargnait visiblement une visite chez le médecin. En tout cas, pour le moment.

Si elle était gênée, c'était plus par rapport à sa propre attitude face à un geste si simple. Tout ce que le jeune homme voulait, c'était l'aider. Et elle, elle avait l'impression qu'elle passait pour une imbécile, à agir au ralenti. Elle avait mis un certain temps avant de prendre la main du ténébreux pour se relever, puis pour répondre à la question. Elle avait peur qu'il la prenne pour une attardée... Alors elle décida de se reprendre un peu, tout de même, histoire qu'il voit qu'elle n'était pas mentalement dérangée. Enfin pas trop, en tout cas. Elle épousseta un peu ses vêtements et regarda ses mains, pliant ses doigts, juste pour vérifier que les plaies ne la gêneraient pas pour cuisiner. A vrai dire, c'était des petites égratignures, rien de grave, le genre de blessure qu'on se fait par dizaine depuis qu'on sait marcher. En entendant sa proposition, elle leva des yeux soulagés vers lui, et se massa légèrement les doigts.

« Vraiment ? Ca ne vous dérange pas ? Vous savez je ne veux pas vous embêter, ou vous imposer de m'aider... »

Oui, elle disait cela sérieusement. Elle n'aimait pas déranger, mais ça la soulageait nettement s'il proposait de l'aider. Elle comptait bien lui rendre la pareille, d'ailleurs, parce que ce n'était pas tous les jours qu'on voyait des gens prêts à aider comme ça, gentiment. D'ailleurs, il alla même lui ramener sa planche, qu'elle n'examina même pas. Il était déjà tombé, ce skate. Et pas très bien. Maëlys avait déjà dû redresser la ferraille, remettre des vis, voire changer les roues. Tant que la planche elle-même n'était pas cassée, ça allait. Puis en l'entendant, elle lui sourit. Elle était un peu moins étourdie, et lâcha même un petit rire en haussant un peu les épaules. Elle sentait que ses joues étaient toujours un peu chaudes donc rouges, belle preuve de sa timidité.

« Ca fait un bon nombre d'années que je fais du skate, j'ai fait des chutes bien pires que celle-ci. Et plus embêtantes, aussi. A vrai dire, je préfère me faire mal à la cheville qu'aux mains ou aux bras... »

Elle ne parlait pas bien fort, mais il fallait juste qu'elle se dégourdisse un peu, qu'elle prenne confiance. Elle clopina un peu et passa une main dans ses cheveux en le regardant.

« Donc... Euhm... Je... Vous pouvez me servir de... Béquille s'il-vous-plait ? » A nouveau, elle émit un petit rire, un peu gênée par sa demande. « Excusez-moi, c'est gauche comme demande, mais je ne vois pas vraiment comment avancer sans aggraver ma cheville, j'en ai encore besoin, quand même... » Puis, comme si elle avait été piquée par quelque chose, elle se redressa un peu, grimaça légèrement à cause de la douleur, et se présenta. C'était la moindre des choses. « Je m'appelle Maëlys, et je vous remercie encore de bien vouloir m'aider. »

lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/04/2017
›› Love letters written : 93
›› It's crazy, I look like : Godfrey attractive Gao
family don't end with blood
MessageSujet: Re: [Lys/Tao] "In Whom can I put my faith ?" Sam 22 Avr - 11:05


In whom can I put my faith?
The planet doesn't need more "successful people".
The planet desesperately needs more peacemakers, healers, restorers, storytellers and lovers of all kinds.
Tao n’avait jamais été attiré par le skate. Il trouvait ça stylé, surtout quand il était jeune, mais il n’avait jamais réussi à tenir suffisamment longtemps sur une planche pour pouvoir en faire un moyen de locomotion. Même si cela se révélait être moins économique, il préférait les voitures ou les motos. Avec un moteur, il était plus confiant et adroit. En plus, il s’y sentait en sécurité. C’est d’ailleurs pour ça qu’il n’avait pas attendu longtemps avant de racheter une voiture à son arrivée à Los Angeles. Le temps de parcours de Miami jusqu’à la ville des Anges était bien trop long pour qu’il songe à le faire avec son vieux tacot qui avait fait son temps. Depuis qu’il conduisait, Tao avait gardé la même voiture : une Ford des années 90 qui peinait parfois à affronter les côtes. Le médecin n’était pas matérialiste pour un sou. Une fois diplômé de la Med School, il se souvenait avoir vu certains de ses camarades investir dans de belles voitures. Après tout, ils ressentaient peut-être le besoin d’occuper leur place de parking réservée avec une belle cylindrée. Tao avait préféré économiser et dépenser son argent dans des choses dont il avait vraiment besoin. Une partie de ses premières économies était d’ailleurs partie dans cet aménagement, mais il ne regrettait pas.
Même s’il avait eu les moyens d’acheter directement une voiture, Tao avait fait deux ou trois banques différentes pour obtenir un prêt. Il n’était pas avare, mais il ne se voyait pas ajouter à ses dépenses d’ameublement l’achat d’un véhicule. De plus, être propriétaire à Los Angeles était peut-être l’une des choses qui l’intéresseraient le plus à l’avenir. Pour l’instant, son contrat était une sorte de crash test pour vérifier qu’il s’acclimatait correctement à la ville, à l’hôpital et à ses nouveaux collègues, mais il n’avait pas exclu d’y rester un peu plus longtemps. Dans cette décision, le plus dur avait été de couper encore un peu plus le cordon avec sa famille. Maintenant qu’il était ici, le temps l’aidait à accepter la distance et les nouvelles technologies l’empêchaient de tirer un trait définitif sur ceux qu’il aimait.

Quand la jeune femme écarta les doigts pour contempler ses plaies, le chirurgien conclut qu’il fallait absolument qu’il la raccompagne. Bien sûr, il n’y avait pas de quoi faire des points de suture, mais il saurait lui faire des pansements bien plus solides que quiconque. Elle ne l’embêtait pas. Certes, il devait aller travailler dans trois heures, mais cela faisait qu’il avait encore 180 minutes devant lui pour s’occuper d’elle. Néanmoins, il apprécia la remarque. Elle se préoccupait un minimum de lui alors qu’elle était la victime.

Son commentaire piqua sa curiosité. Pourquoi préférait-elle être touchée aux chevilles plutôt qu’aux mains ? Les jambes servaient à se déplacer et à tenir debout, chose essentielle pour un chirurgien bien qu’il ne puisse exercer son métier correctement sans ses mains. Il lui suspecta un métier manuel, mais ne put deviner quoi. Tao n’avait jamais été douée à ce genre de jeux et visiblement, ce n’était pas aujourd’hui qu’une révolution allait se produire.

« Pourquoi vous sacrifiez vos jambes ? Vous faites de la couture ? » Au fond de lui, il espérait que ce ne soit pas le cas. Elle pourrait croire qu’il était condescendant envers cette profession et cette idée était folle puisqu’il n’avait jamais réussi à recouvre une de ses chaussettes sans faire d’énormes boules de fil sur le dessus. Heureusement pour lui, il était bien plus doué lorsqu’il appliquait la chose à son métier.
Lorsqu’elle qualifia sa demande de « gauche », Tao eut envie de lui demander pourquoi elle préférait la gauche à la droite, mais il se retint. Ce genre de blagues n’était peut-être pas bienvenue à ce moment-là. Il passa sa main dans son dos jusqu’à atteindre ses côtes et la laissa libre de toute prise pour qu’elle puisse s’appuyer sur lui.

« Je m’appelle Tao. Et ne me remerciez pas, c’est mon métier d’aider les gens, je suis médecin. » dit-il d’une voix douce en même temps qu’ils commençaient à avancer vers la sortie des lieux.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/04/2017
›› Love letters written : 27
›› It's crazy, I look like : Kirsten Zellers
family don't end with blood
MessageSujet: Re: [Lys/Tao] "In Whom can I put my faith ?" Sam 22 Avr - 14:00

In whom can I put my faith ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le skate avait pris une grande importance dans la vie de Maëlys quand elle n’avait plus pu nager. Elle avait eu du mal au début, évidemment. Puis les moqueries des garçons notamment quant au fait qu'elle était une fille qui faisait de la planche ne l'avaient jamais découragée. Elle faisait son possible pour s'améliorer, pour les ignorer. Puis elle était devenue assez habile, finalement, même si ça lui avait coûté un bras cassé et plusieurs entorses surtout. Elle ne se déplaçait pas seulement ainsi, elle avait sa propre voiture aussi. Une Impala 67. Ce n'était pas un modèle récent, mais elle avait une valeur sentimentale, puisque son père l'avait eu de son père à lui avant de lui donner. Elle savait conduire, mais se déplaçait rarement avec sa voiture en ville, elle n'habitait pas si loin que ça de son restaurant, donc elle pouvait y aller à pied, ou en roulant en skate.

Maëlys était le genre de fille à se préoccuper d'abord des autres avant son propre état. Voilà la raison pour laquelle elle voulait être sûre qu'elle ne dérangeait pas. Ca lui faisait chaud au coeur qu'un homme comme lui l'aide. Sa tentative pour deviner dans quel domaine elle bossait la fit sourire. Elle secoua un peu la tête.

« Perdu. Je couds seulement quand c'est nécessaire, mais je ne suis pas très douée. Je suis cuisinière, j'ai ouvert mon restaurant il y a cinq mois. »

Dans sa voix, il n'y avait pas la moindre once d'orgueil, seulement de bonheur. Elle était vraiment heureuse d'avoir réussi à lancer sa petite affaire, parce que ça n'avait pas été très évident. La preuve, elle commençait tout juste à faire de vrais bénéfices, à vraiment en vivre. Voilà pourquoi elle était heureuse quand elle parlait de ça. Et puis en soi, parler de cuisine lui allumait toujours une petite flamme dans les yeux.

La blonde ne put empêcher un léger frisson agréable de parcourir son corps quand il passa son bras autour d'elle pour l'aider. Elle chercha un instant comment elle pouvait s'accrocher à lui. Elle n'avait plus l'habitude de contacts comme celui-ci, alors elle regarda d'abord le torse du jeune homme, puis ses propres mains légèrement blessées...

« Je vais mettre du sang sur votre t-shirt blanc... »

Elle se mordilla légèrement la lèvre avant de poser finalement sa main sur la hanche du jeune homme, qui lui servirait d'appui. Ils se retrouvaient chacun un bras dans le dos de l'autre, mais l'un pour soutenir l'une, et l'autre pour s'aider de l'autre. Ainsi, ils se mirent en marche vers la sortie du parc. grâce à lui, la blonde ne s'appuyait presque pas sur sa cheville enflée grâce à... Tao. Elle sourit en l'entendant et hocha légèrement la tête.

« J'aurais pu m'en douter, de votre métier... Vous n'avez que jeté un coup d'oeil à ma cheville, mais immédiatement vous m'avez dit de quoi il en retournait probablement. » Elle releva la tête un instant pour le regarder, avant de reporter ses yeux sur la route, toujours avec un doux sourire. « Vous savez, un "merci" ne tue personne. Ca a beau être votre métier, vous n'avez pas l'air d'être en service actuellement. Et quand bien même vous le seriez... Je vous remercierais quand même. J'ai été élevée comme ça... »

A nouveau, elle leva ses yeux bleus sur lui, et sourit. Sa cheville était légèrement douloureuse, mais le fait de ne pas la solliciter lui faisait du bien. Elle se demandait sincèrement comment elle aurait fait, toute seule.

lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/04/2017
›› Love letters written : 93
›› It's crazy, I look like : Godfrey attractive Gao
family don't end with blood
MessageSujet: Re: [Lys/Tao] "In Whom can I put my faith ?" Sam 22 Avr - 22:04


In whom can I put my faith?
The planet doesn't need more "successful people".
The planet desesperately needs more peacemakers, healers, restorers, storytellers and lovers of all kinds.
Cuisinière ? D’un seul coup, les yeux du jeune chirurgien se mirent à briller. Tao aimait la nourriture. Il avait la chance d’avoir un métabolisme coopératif qui lui permettait de manger plus ou moins comme il le voulait sans avoir à se soucier des conséquences sur ses abdominaux. Avec cette nouvelle, il pouvait s’assurer une nouvelle adresse à ajouter dans son application Google Maps. En revanche, Tao espérait que ses assiettes soient bien remplies. Il n’était pas un amateur de la cuisine moléculaire qui tenait en une cuillère à café. Cela ne tenait qu’à lui, mais il trouvait ça cher payé pour si peu. Avec un peu de chance, il réussirait à attraper le nom de son restaurant et irait y faire un tour à l’occasion.

Il trouva ça remarquable qu’elle possède déjà son propre restaurant. Il ne connaissait pas son âge, mais elle semblait assez jeune. De son côté, Tao avait aimé faire de longues études. Jamais il ne se serait imaginé prendre en main sa propre entreprise. Aujourd’hui encore, même s’il était libre de charcuter des patients s’il le voulait, il était suffisamment encadré par sa hiérarchie pour ne pas se sentir totalement délaissé. Cela dit, l’image d’avoir en face de lui une artiste gustative explicitait ses propos. Effectivement, sans ses mains, elle ne pouvait plus faire parler son art. D’ailleurs, son regard en disait long sur l’affection qu’elle portait à sa profession. Comme lui, elle avait choisi ce métier par passion et Tao avait tendance à s’entendre naturellement avec ces personnes.
En bon professionnel, Tao n’avait pas réellement prêté attention à l’endroit où il avait posé sa main. Lui était bien loin de penser à toutes ces choses-là lorsqu’il agissait en tant que médecin, ce qu’il faisait présentement. Il se fichait bien de comment il allait retrouver son tee-shirt par la suite. Après tout, il pourrait retrouver le même un peu partout.

« En dédommagement de mon tee-shirt, vous me cuisinerez un de vos plats. » dit-il d’un air malicieux qui lui collait à la peau dès qu’il cherchait à obtenir quelque chose. Il n’utilisait pas ce stratagème très souvent, seulement avec les membres de sa famille et ses proches qui ne pouvaient lui résister.

« C’est vrai que j’ai tendance à laisser mon métier prendre le dessus sur le civil que je suis » ajouta-t-il en riant de ses belles dents blanches. Son regard suffisait à la remercier de se comporter de la sorte. Il ne lâcha pas sa taille et ensemble, ils avançaient à un bon rythme. A première vue, ils formaient une bonne équipe. Une fois arrivé dans la rue, Tao se laissa guider. Après tout, il ne savait pas où il allait et lui faisait aveuglement confiance ; tant pis si elle avait de mauvaises intentions. Dans la rue, les regards allaient et venaient sur eux. Les passants étaient sûrement très curieux de savoir pourquoi ils se tenaient comme un jeune couple maladroit totalement silencieux. Il n’était pas question de conflit ou bien de manque d’envie de faire connaissance, mais Tao ne savait pas trop comment s’y prendre. Dans son esprit, quelques interrogations restaient en suspens. Que feraient-ils après ça ? Se reverraient-ils ? La jeune femme suscitait de l’intérêt – en grande partie pour ses talents culinaires – dans le cœur du médecin, mais jamais ô grand jamais il n’oserait lui poser une question ressemblant à une invitation.

« J’espère qu’on est bientôt chez vous. Votre cheville ne tiendra plus bien longtemps. »

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/04/2017
›› Love letters written : 27
›› It's crazy, I look like : Kirsten Zellers
family don't end with blood
MessageSujet: Re: [Lys/Tao] "In Whom can I put my faith ?" Dim 23 Avr - 0:19

In whom can I put my faith ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Ce que Maëlys entendait par "cuisinière", voire même par "cuisine" d'ailleurs, c'était les belles assiettes bien présentées... Mais aussi bien fournies. Si elle cuisinait, c'était pour nourrir, pas pour montrer qu'elle pouvait faire de jolies choses. On pouvait très bien faire quelque chose de soigné, de bon, et qui remplissait vraiment l'estomac. Quelques habitués s'était vite rendu compte par exemple que chez elle, on ne prenait l'entrée, le plat, et le dessert que si on avait vraiment faim. Elle-même était une grosse mangeuse, alors elle estimait qu'un restaurant digne de ce nom se devait de proposer des plats rassasiants. Et non pas ces pseudo-plats gastronomiques. A vrai dire, elle n'avait jamais compris l'intérêt. Oui c'était joli et bon, mais... L'intégralité de leur repas ne constituait même pas l'équivalent de ce qu'elle faisait comme entrée dans son restaurant. Et chez elle au moins, c'était bon, c'était beau, et quand on sortait de chez elle, on ne mangeait plus pendant huit heures. Enfin plus ou moins, ça dépendait toujours des gens, bien entendu.

La remarque du jeune homme la fit pouffer de rire légèrement, puis elle hocha la tête. Elle pouvait bien faire ça, après tout. De toute façon, elle l'envisageait !

« Ca roule pour moi. » Puis elle regarda sa planche et grimaça légèrement. « Enfin... Plus ou moins. »

Elle se racla la gorge et sentit que ses joues rougissaient à nouveau. Pour elle, c'était drôle. Mais elle était très bon public aussi. Maëlys faisait bien entendu référence au fait qu'elle était tombée en roulant, donc forcément, elle ne roulait plus aussi bien. Mais même si elle s'était blessée, elle préférait en rire, c'était ainsi. Elle riait quasiment de tout, mis à part de ses grandes peurs. Les grandes étendues d'eau en particulier, puisque c'était lié à la mort de sa soeur. Cela dit, elle tentait de rire comme elle pouvait de sa peur irrationnelle des orages. Elle avait du mal.

Tao avait un rire adorable, clair, et sincère. Elle était prête à dire des bêtises pour le faire rire de nouveau. D'ailleurs elle était curieuse d'entendre un éclat de rire de sa part. Il ne s'en rendait peut-être pas compte, sans doute ne le faisait-il pas vraiment exprès, mais il la mettait à l'aise. Sa timidité ne s'envolait pas comme ça bien sûr, mais elle se calmait.

« Oui, on y arrive, c'est là. »

Elle avait évité tous les regards des gens qui les regardaient. Non pas qu'elle était gênée qu'un beau, grand et fort jeune homme l'aide, même transpirant, mais elle était timide face aux regards des autres. Finalement, ils arrivèrent dans le petit immeuble qu'elle appréciait. Trois étages seulement, trois appartements par étages... Et c'était relativement spacieux, alors ça lui allait. Elle avait même un petit balcon.

« Premier étage ! »

Maëlys lâcha doucement la taille de Tao et tira la porte avant de rattrapa sa béquille humaine. Une fois la porte passée, elle le guida jusqu'à l'ascenseur et appuya sur le premier étage. Elle s'appuya momentanément contre la paroi, soufflant un peu et fouilla dans sa poche pour prendre ses clés. En règle générale, elle ne prenait pas l'ascenseur, mais disons que dans son état, c'était ce qu'il y avait de plus pratique. Finalement, ils sortirent et elle le mena, toujours en s'aidant de lui, jusqu'à son appartement, qu'elle déverrouilla, et le laissa entrer. Elle le lâcha finalement et ferma derrière eux, s'aidant désormais des murs comme appui. Elle tourna immédiatement à droite pour se retrouver dans le salon et se laissa choir assise sur le canapé en lâchant un soupir de soulagement.

« Ouf... Ca fait du bien. Euhm... Si vous avez besoin de quoi que ce soit pour les soins, c'est dans la salle de bain. Vous continuez tout droit dans le couloir, c'est la porte qu'on voit en entrant. Et sous l'évier, il y a tout ce qu'il faut. Des bandes, des pansements, désinfectant... Tout y est rangé, vous devriez vous y retrouver. C'est vraiment gentil de m'aider. »

Elle lui sourit encore sincèrement et se leva pour sauter encore à cloche-pied jusqu'à sa cuisine, voisine du salon, pour prendre une poche de glace dans le congélateur, et l'enveloppa dans un torchon avant d'enlever sa chaussure en grimaçant légèrement.

lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/04/2017
›› Love letters written : 93
›› It's crazy, I look like : Godfrey attractive Gao
family don't end with blood
MessageSujet: Re: [Lys/Tao] "In Whom can I put my faith ?" Lun 24 Avr - 20:34


In whom can I put my faith?
The planet doesn't need more "successful people".
The planet desesperately needs more peacemakers, healers, restorers, storytellers and lovers of all kinds.


Chez lui, Tao ne passait jamais trop de temps sur la décoration de ses plats. Il savait exécuter des recettes et en général, le goût était à la hauteur de ses espérances, mais la présentation des assiettes laissait à désirer. En même temps, le chirurgien était bien plus doué lorsqu’il s’agissait de faire une belle cicatrice. Il admirait les personnes qui maîtrisaient l’art de la décoration, mais souvent, celle-ci se faisait en dépit de la quantité. Tao était bien plus intéressé par la nourriture et pour l’effet qu’elle avait dans sa bouche. Il aimait la bonne nourriture américaine, mais ses papilles avaient été clairement séduites par la gastronomie française. Pendant l’un de ses voyages, il avait passé plusieurs jours à Paris, ville de l’amour, et parcourut pas moins d’une dizaine de restaurants.

Tao ne put retenir son rire à la phrase de la jeune femme. Effectivement, ses propos collaient relativement bien à la situation même s’ils semblaient très ironiques. Le jeu de mots était à oser et elle se sentait visiblement assez à l’aise pour se laisser aller à ce genre de plaisanteries. Le trentenaire le savait, il lui en fallait peu pour le faire sourire, mais le charme de la femme dont la main était posée sur son dos lui faisait de l’effet. Il n’eut pas le temps de rebondir sur ses propos qu’elle lui indiqua qu’ils étaient arrivés. L’endroit était un petit immeuble bien typique du quartier. Tao ne se souvenait pas l’avoir déjà vu, mais il était content d’avoir un repère de plus en mémoire. Désormais, il saurait que cette rue était le chemin pour voir Maëlys et c’est ainsi qu’il la mémoriserait. Les proportions étaient suffisamment généreuses pour ne pas réveiller la claustrophobie du médecin. En effet, depuis qu’il avait douze ans, Tao avait montré des signes de claustrophobie. Il se sentait très vite étouffé dans les lieux trop fermés et c’est pour cela qu’il avait tenu à visiter l’hôpital pour voir si les locaux n’étaient pas trop étroits pour lui. Heureusement, ce n’avait pas été le cas et il n’avait pas eu à changer de plan.

En bon petit soldat, il suivit la jeune femme dans l’ascenseur et l’admira se débrouiller avec un petit handicap. Les yeux de Tao se baladèrent dans chaque recoin. L’endroit était vraiment propre et chaleureux. Il aurait certainement pu se montrer intéressé si l’un d’entre eux avaient été libres, mais les annonces immobilières n’étaient pas allés dans ce sens-là. Néanmoins, il était très heureux d’avoir trouvé sa petite maisonnette. Une fois rentré chez elle, le trentenaire mit de côté sa curiosité et suivit ses indications bien concrètes. Il se rendit dans la salle de bain, ouvrit le placard sous l’évier et attrapa tout ce qui lui tombait sous la main : bandages, désinfectants et ciseaux.

« J’ai ce qu’il faut, chef ! »

Il fit le chemin inverse et retrouva Maëlys assise sur le canapé avec une poche de glace sur la cheville. Il s’approcha et se saisit de sa jambe pour la poser lentement sur le canapé. Tao préférait travailler de la sorte. La lumière était coopérative puisqu’elle éclairait l’articulation de la jeune femme. Il avait profité de sa petite visite dans la salle de bain pour laver ses mains et les posa délicatement sur la cheville qui faisait souffrir. Avec ses doigts, Tao fit une sorte d’examen rapide qui, même s’il n’était pas aussi approfondi que la radiologie, lui permettait de savoir comment il allait la bander. Il se saisit d’une bande et arracha le papier avant de la lui enrouler autour de cheville jusqu’à ce que l’os soit suffisamment immobiliser pour ne pas la faire souffrir. Il se redressa ensuite et afficha un sourire attendrissant.

« Bon et bien… » ajouta-t-il en laissant un petit silence « Pensez à vous reposer et ne forcez pas sur la cheville. Si vous avez encore mal dans quelques jours, passez à l’hôpital et on vous fera une radio. »

Suite à ça, Tao ne savait plus quoi dire. Il aurait été logique qu’il se hâte pour partir, mais son esprit était ailleurs. Sa timidité reprenait le dessus et il se retrouvait là, au milieu de la pièce, à ne pas savoir où se mettre. Décidément, il avait beau être à l’aise avec les enfants, il perdait toute crédibilité avec les adultes.

« Je devrais y aller, je dois travailler dans une heure trente alors… Enfin voilà » dit-il en éclaircissant sa voix à la fin de sa phrase.


« J’espère qu’on est bientôt chez vous. Votre cheville ne tiendra plus bien longtemps. »

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/04/2017
›› Love letters written : 27
›› It's crazy, I look like : Kirsten Zellers
family don't end with blood
MessageSujet: Re: [Lys/Tao] "In Whom can I put my faith ?" Jeu 27 Avr - 21:02

In whom can I put my faith ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Son rire, bon sang, il était comme elle l'espérait. Et il avait ri à la réflexion qu'elle avait faite... Il était donc bon public, ça lui plaisait. Elle aussi riait facilement. Et de tout. Ou presque en tout cas !

Chez elle, elle constata rapidement qu'on devinait facilement que Tao travaillait avec des enfants. Il était tellement doux et précautionneux dans ses gestes, elle en était captivée. Maëlys observait chacun de ses gestes, se laissa guider quand il changea sa cheville de surface, et posa la glace à côté quand il l'enleva. Puis la blonde pencha légèrement la tête, et grimaça même d'avance, se préparant mentalement à ressentir de la douleur alors qu'il approchait ses doigts pour palper l'endroit blessé...

Sauf que finalement, ça lui faisait beaucoup moins mal que ce qu'elle pensait. Ca brûlait un peu, et elle avait l'impression que des petits bonhommes tapaient à l'intérieur, comme s'ils étaient bloqués et tentaient de sortir... Mais Ces deux douleurs, elles étaient présentes depuis... Hé bien depuis sa chute, en fait. Elle tressautait parfois, quand il touchai une zone plus sensible de sa cheville endolorie, mais sans plus. Il devait avoir des doigts magiques, sans doute. Au fur et à mesure qu'il plaçait la bande, elle sentait la douleur qui diminuait un peu. Et quand il eut fini, elle sentait qu'elle était bien maintenue, et qu'elle n'aurait sans doute pas mieux fait. Alors elle releva sa tête vers le jeune homme et ne put que sourire en retour à celui qu'il lui faisait, et hocha la tête à sa petite recommandation.

« Merci beaucoup. »

Elle déglutit doucement et reporta son regard sur le bandage. Il sembla changer un peu d'attitude, et ça lui fit relever la tête. Tao avait l'air... Timide. Elle avait l'impression de s'entendre. Enfin de s'entendre avec une voix masculine, quoi. Elle hocha doucement la tête et quand il se leva elle se dit que... Ca lui plaisait bien l'idée de le revoir autrement que parce qu'elle avait mal. Et puis elle ne pouvait décemment pas le laisser repartir comme ça alors qu'il venait de l'aider. Maëlys porta ses grands yeux sombres sur lui et lui attrapa le poignet pour le retenir.

« Attendez ! » Elle se mit debout sur son pied qui allait bien, face à lui. « J-Je... Que diriez-vous de passer à mon restaurant ce soir après votre travail ? En-enfin... Si vous avez le temps. E-Et puis si vous avez envie aussi bien sûr, hein... » Son coeur battait à toute allure, et elle sentait ses joues qui devaient tourner au rouge pivoine. Puis pour se détendre elle-même, elle lui lança un petit sourire et haussa les épaules alors qu'elle passa une main dans sa crinière blonde tout en enlevant l'élastique qui les maintenait en queue de cheval. « Ce sera pour vous remercier... Et pour les quelques tâches de sang sur le t-shirt, aussi... Un repas offert par la maison. »

Elle se sentait très embarrassée de lui demander ça, mais elle savait que si elle ne le faisait pas à cet instant, elle risquait fort de ne plus en avoir l'occasion... Et elle se mordilla la lèvre distraitement, un peu nerveuse, alors qu'elle attendait une réponse, qu'elle espérait positive.

lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/04/2017
›› Love letters written : 93
›› It's crazy, I look like : Godfrey attractive Gao
family don't end with blood
MessageSujet: Re: [Lys/Tao] "In Whom can I put my faith ?" Sam 29 Avr - 17:47


In whom can I put my faith?
The planet doesn't need more "successful people".
The planet desesperately needs more peacemakers, healers, restorers, storytellers and lovers of all kinds.


Bien que la scène soit un grand classique des histoires d’amour tumultueuses, Tao n’avait jamais été retenu par quiconque et encore moins par le poignet. Un sentiment de gêne et de confusion l’envahit quand il sentit ses doigts fins se resserrer autour de son poignet. Jamais il n’aurait pu imaginer qu’elle oserait agir de la sorte. Après tout, il s’était simplement occupée d’elle dans un moment où elle en avait besoin et il n’attendait rien en retour, sauf un repas dans son restaurant.

Quand elle se redressa sur un pied comme un flamand rose, le chirurgien mit de côté son embarras pour lui attraper l’avant-bras et éviter qu’elle ne soit en déséquilibre. Il avait l’habitude de prendre des précautions alors ce geste était naturel et ne s’expliquait pas. A ce changement de position, elle lui fit une proposition surprenante. Visiblement, elle semblait plus que pressée de le revoir. Il se sentit flatté, mais essaya de ne montrer aucun signe. En théorie, Tao devait finir sa garde vers huit heures du soir, mais l’une des choses qui étaient excitantes dans le métier, c’est que les journées étaient souvent parsemées d’imprévus qui rallongeaient les heures. Comme il restait là, muet, elle se sentit presque obligée de rajouter que le repas serait gratuit. Le jeune médecin rit avec contentement. Bien sûr, il se fichait totalement de devoir payer ou non. Plus tôt, il lui avait demandé une faveur sur le ton de la rigolade, mais il ne comptait pas en profiter. A vrai dire, pour lui, l’invitation était bonne à prendre. Il n’avait pas envie de s’arrêter là dans la connaissance de la jeune femme et même s’il était pris par le temps à ce moment précis, il n’avait aucune envie de quitter les lieux sans savoir quand et où il pourrait la revoir. Dans son esprit, il ne calculait rien et ne la voyait pas comme une aventure potentielle, mais elle avait ce petit quelque chose qui suffisait pour qu’il surpasse ses démons du passé et fasse l’effort de mettre toutes les chances de son côté pour la revoir.

« Euh oui, bien sûr. Je ne sais pas encore à quelle heure je vais finir alors, peut-être que ce sera tardif, mais… » hésita-t-il « envoyez-moi l’adresse du restaurant par message » conclut-il, plutôt fier de sa phrase.

Heureusement pour lui, il ne lui fallut qu’une seconde pour se rendre compte que la jeune femme n’avait aucun moyen de le contacter. Il sortit alors son téléphone et retira la coque pour en tirer une carte de visite qui reprenait ses coordonnées. Tao avait pris cette habitude depuis qu’il avait pu sauver la vie d’une femme enceinte dont l’identité avait été retrouvée grâce à un petit morceau cartonné qui mettait en avant les services de son entreprise. Il tendit alors la carte à la jeune femme avant de se lancer.

« Je vais y aller… A tout à l’heure, peut-être » dit-il tout en se dirigeant vers la porte d’une démarche qui laissait entrevoir sa timidité.

Il salua sans artifice Maëlys et se mit en chemin tout en suivant les indications de son GPS. Une fois rentré, il se précipita à la douche et se prépara pour aller travailler. En sachant ce qui l’attendait à la fin de sa journée, Tao opta pour une chemise bleue qui mettait en valeur son teint et un jean très simple. Il se coiffa et prit une grande respiration avant de se saisir de ses clés et de franchir la porte de chez lui, encore tout égayé de cette rencontre.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/04/2017
›› Love letters written : 27
›› It's crazy, I look like : Kirsten Zellers
family don't end with blood
MessageSujet: Re: [Lys/Tao] "In Whom can I put my faith ?" Jeu 4 Mai - 23:25

In whom can I put my faith ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le coeur de Maëlys battait à toute allure. Elle n'avait jamais fait ça, demander à quelqu'un pour le revoir. D'habitude, on l'invitait, et la plupart du temps, elle était trop timide pour accepter. Alors elle s'était impressionnée toute seule pour le coup. Si elle avait eu l'air à peu près sûre d'elle parce que spontanée, la timidité de la demoiselle se voyait clairement dans son regard. Elle retenait presque son souffle, jusqu'à ce que Tao accepte. Elle lui offrit un sourire joyeux, et alors qu'elle allait lui demander à quel numéro elle pouvait lui envoyer l'adresse, il lui tendit une carte qu'elle attrapa tout en le remerciant.

« Et pour l'heure, ne vous en faites pas. »

Elle le regarda s'éloigner en souriant tendrement, assez fière d'avoir réussi à lui demander de venir. Elle lui adressa un petit signe de main quand il la salua, et resta plusieurs secondes dans son salon, sur un pied, en souriant bêtement, la carte dans la main. Puis comme si elle revenait de son petit monde, elle secoua vivement sa tête et attrapa son téléphone, grimaçant encore en voyant l'état de son écran. Au moins il fonctionnait toujours. Elle entra le numéro du jeune homme dans ses contacts et lui envoya l'adresse, comme convenu. Puis elle vit l'heure et boitilla jusqu'à la salle de bain pour tout ranger, et prendre au passage un anti-inflammatoire. Elle se rafraichit le visage et partit se changer pour revêtir un jean slim noir, une chemise blanche, et ses baskets montantes noires. Ses cheveux remontés en queue de cheval haute, elle mit par-dessus un gilet relativement épais et fourra dans ses poches téléphone et clés de voiture, fermant l'appartement à clé.

D'habitude, elle se rendait là-bas à pieds, ou en skate, mais vu sa cheville, la voiture était bien plus sûr. Alors elle se mit au volant de son Impala et en cinq minutes elle arriva aux cuisines, saluant ses employés. La jeune femme, malgré le fait qu'elle boitait, ses collègues voyaient qu'elle était rayonnante, et lui fit remarquer.

« Patronne, vous avez l'air de bonne humeur ce soir !
- Quoi, vous êtes en train de dire que d'habitude je suis renfrognée et râleuse ? »


Elle lui tira la langue et ils rirent de bon coeur. C'était toujours bon enfant entre eux, même si tous la respectaient parfaitement. Ils n'hésitaient tout de même pas à se taquiner, ils étaient une équipe après tout. Les premiers clients arrivaient, et les premières réservations étaient faites. D'ailleurs la jeune femme s'empressa d'aller réserver une table de deux, espérant sincèrement que Tao viendrait.

« M'dame, pour qui elle est cette table que vous venez de réserver ? demanda l'un des cuistots avec un sourire en coin. Il était plus vieux qu'elle, d'au moins dix ans, et sans s'arrêter de faire sa pâte à pain, il la regardait presque comme un oncle bienveillant avec pourtant le respect professionnel.
- Quelqu'un que j'ai rencontré aujourd'hui, qui m'a aidée quand je suis tombée tout à l'heure et qui m'a fait un super bandage grâce auquel j'ai quasiment pas mal.
- Et il vous plait ?
- Jaaaack... »


Elle lui fit les gros yeux alors que ses joues rougissaient. Il leva ses mains pleines de farine à hauteur de sa tête en signe d'innocence et lâcha un petit rire, avant que la nouvelle serveuse, Sarah, revienne dans les cuisines, avec une mine un peu gênée. La patronne alla vers elle en levant un sourcil, s'essuyant ses mains sur son tablier alors qu'elle venait de mettre trois brownies au four, chargeant un autre cuisinier pour les surveiller.

« Un problème ?
- Eh bien... Un enfant qui fait une crise et qui gêne d'autres clients... Je ne sais pas quoi faire, je suis désolée...
- Attendez voir, j'y vais. »


Sourire rassurant de sa part. Elle regarda sa montre. Presque neuf heures, et Tao n'était pas encore là. Elle soupira discrètement et entra dans la salle, remarquant rapidement la table où les parents semblaient avoir du mal avec leur enfant de quatre ans tout au plus. Alors elle se dirigea vers cette table, les adultes semblaient dépassés.

« Eh bah alors bonhomme ! Qu'est-ce qu'il se passe ?
- Les haricots, c'est pas booon ! »


Un peu plus et il jetait l'assiette par terre. La mère regarda Maëlys avec un regard désolé et dépassé, et la blonde lui sourit doucement avant de prendre une petite moue un peu triste, avant de s'accroupir pour être à la hauteur du petit qui faisait la tête.

« Ca me fait de la peine tu sais, c'est moi qui les ai fait ces haricots, et en plus je suis sûre que tu n'as même pas goûté. »

Le jeune garçon tourna la tête vers elle, et la jeune femme, ne le sentant pas convaincu, opta pour un autre argument. Enfin plus ou moins. Finalement, elle se redressa et fit une espèce de grimace à l'enfant, avant de s'adresser aux parents, même si indirectement, c'était pour l'enfant.

« Oh finalement il a raison, il ne vaut mieux pas qu'il goûte. S'il goûte il va aimer, et après il va manger tous mes haricots ! » puis elle se tourna vers le petit. « Ne goûte pas, sinon tu vas aimer, je suis sûre. »

Elle adressa un petit sourire aux parents, et alors qu'elle s'éloignait, elle vit du coin de l'oeil que le petit prenait une fourchette... Et semblait apprécier.

lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 19/04/2017
›› Love letters written : 93
›› It's crazy, I look like : Godfrey attractive Gao
family don't end with blood
MessageSujet: Re: [Lys/Tao] "In Whom can I put my faith ?" Sam 6 Mai - 18:48


In whom can I put my faith?
The planet doesn't need more "successful people".
The planet desesperately needs more peacemakers, healers, restorers, storytellers and lovers of all kinds.


Tao débarqua à l’hôpital au bon moment. Quelques minutes auparavant, un bus scolaire avait percuté la glissière de sécurité de l’autoroute et les blessés, pour la plupart mineures, étaient nombreuses. Très rapidement, le chirurgien se mua en chef d’équipe et envoya ses collègues au charbon de manière organisée. Lui-même se balada de lits en lits pendant deux à trois heures pour évaluer les dommages jusqu’à ce qu’il décide de partir au bloc pour mener une opération risquée. A ce moment-là, le souvenir de Maëlys l’avait totalement quitté. L’urgence le mettait dans un état de confinement mental qui l’empêchait de penser à quoique ce soit d’autre qu’à son patient.

Comme à son habitude, il se renseigna sur l’identité du jeune homme : le jeune Tom avait seulement 11 ans et était parti avec son frère jumeau pour un voyage scolaire à la frontière du Nevada. Son double n’avait pas autant souffert, mais Tom avait eu des éclats de verre qui lui avaient lacéré la peau et avait abimé plusieurs de ses membres. Son corps était désormais un chantier de mines que Tao et un de ses collègues de chirurgie plastique avait à déminer et à sécuriser. L’opération était délicate, le moindre geste brutal pouvait empirer l’état de l’enfant et cette situation avait le don de rendre silencieux le bloc. Les seuls bruits que l’on pouvait distinguer étaient ceux de Tao qui indiquait à son collègue que le champ était libre pour une réparer plastique après qu’il ait retiré les morceaux de verre.

L’opération dura plusieurs heures et Tao en sortit complétement vidé. L’état de l’enfant était stable et même s’il allait souffrir à son réveil, le chirurgien veillerait à ce qu’on lui administre la dose maximum de calmants. Il informa les parents dont les sentiments oscillaient entre la colère et la tristesse. Une fois que ces derniers furent calmés, Tao quitta la chambre et retourna voir ce qu’il en était aux urgences. A priori, tous les enfants blessés avaient été soignés et étaient stables. L’émotion pouvait se ressentir sur chaque visage. Dans la formation de médecin, on apprenait beaucoup de choses, mais la capacité à se détacher des situations étaient propres à chacun.

Ce soir-là, il resta deux heures de plus que ce qu’il ne le devait. Il fit le tour de toutes les chambres comme pour s’assurer que tout allait vraiment bien. Soudainement, il regarda sa montre : elle indiquait presque dix heures. Malgré ça, il ne se pressa pas. Bien sûr, il savait qu’il devait passer par le restaurant Maëlys, mais l’évènement de ce soir l’avait profondément marqué. Il se rhabilla et décida tout de même de suivre les plans qu’il avait prévus. Il programma son GPS et arriva quelques minutes plus tard au lieu en question. Il se dépêcha d’entrer dans le restaurant et s’adressa au premier serveur qu’il aperçut tout en esquissant un sourire fatigué, mais sincère.

« Bonsoir, je ne sais pas s’il est trop tard, mais je suis là pour voir Maëlys… Enfin, elle m’a dit que je pouvais passer alors euh… Vous pouvez lui que je – enfin que Tao – est arrivé ? »

Le serveur acquiesça et détala d’un pas élancé alors que Tao sortit son téléphone pour consulter ses messages et les nouvelles du jour.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas

[Lys/Tao] "In Whom can I put my faith ?"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Echo park :: echo lake
-