Partagez|

On se rencontre plutôt pour la premier fois [David Hamilton]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 20/11/2016
›› Love letters written : 283
›› It's crazy, I look like : Alexis Ren
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: On se rencontre plutôt pour la premier fois [David Hamilton] Mar 21 Mar - 4:35


On se rencontre plutôt pour la première fois

David Hamilton & Oana Rhodes -


La vie nous réserve bien des surprises!

J'étais un peu nerveuse. Je n'avais rien dit à ma mère. En fait, je ne m'étais confié qu'à ma meilleure amie. J'avais un peu pu ventiler de cette façon. Par chance qu'elle était là, car en réalité, ma meilleure amie de coeur et de sang, c'était ma mère. Je n'avais pas de soeur, enfin, pas de proches, à dire vrai maintenant, alors ma mère était mon acolyte.

David et moi avions convenu de nous voir dans un lieu neutre, Ce pourquoi j'étais ce matin même dans petite café-restaurant. C'était un endroit peu bondé et intime, branché, mais pas trop onéreux. Bon, pas intime dans un sens quelconque. J'avais entendu une semaine avant de lui téléphoner avant de fixer un rendez-vous. Nous nous étions entendu pour se voir une semaine plus tard, le samedi matin. Nous avions décidé d'aller prendre un café ou peut-être de bruncher. J'avais déjà manger tôt le matin, comme je faisais du bénévolat au refuge le matin. Il était toutefois 11 heure, peut-être me laisserais-je tenter par une assiette repas, si mon estomac ne me trahissait pas. J'étais un peu stressée. C'était une drôle de situation. J'espérais également ne pas avoir l'air nerveuse. Ce n'était pas mon genre d'être intimidée par les autres. Néanmoins, cet homme, je ne le connaissais pas et pourtant, il était mon demi-frère. Je n'étais peut-être plus sous le choc, mais je n'arrivais pas encore à réaliser complètement ce que ça voulait dire et si ça changerait réellement de quoi dans ma vie. Peut-être ne voudrait-il pas de moi. ou bien que je ne l’apprécierais pas. Dire que j'avais failli coucher avec lui. Une chance que je m'étais ouverte la grande trappe en mentionnant l'Irlande.  Moi qui de prime abord n'avais pas voulu me fier à mes suspicions lorsque j'avais entendu son nom de famille.

J'étais donc assise à la table du bon, avec un verre d'eau. J'étais d'avance pour être sûre d'avoir une place de parking. J'avais pris une place pour deux à mon nom. David le savait. J'étais en train de regarder mon cellulaire à l'attendant. Je me jouais dans les cheveux sans m'en rendre compte.


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

#


Dernière édition par Oana Mo'Orea le Lun 24 Avr - 2:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 18/09/2016
›› Love letters written : 261
›› It's crazy, I look like : Ian Somerhalder
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: On se rencontre plutôt pour la premier fois [David Hamilton] Jeu 23 Mar - 13:54

Cela faisait au moins deux semaines que David avait rencontré celle qui se révélait être sa demi-sœur. Au cours de cette période, le jeune homme n’avait pas perdu de temps et avait envoyé ses meilleurs enquêteurs pour se rendre compte de qui elle était. Après un test ADN réalisé à partir d’un des cheveux trouvés dans la voiture de David, il s’était révélé qu’elle était bien sa sœur même si cela était dur à avaler. Les enquêteurs n’avaient rien trouvé de compromettant que ça soit pour elle ou sur sa mère. Il commençait donc à prendre confiance. C’est pourquoi il avait accepté de la rencontrer dans un café une semaine après qu’elle les appelait. Ils devaient avoir de nouveau une conversation. David arriva vers 11h05. Il était un peu en retard mais une de ses réunions avaient duré plus de temps que prévu. Il n’avait pu décaler. Oana pouvait bien attendre. Arrivé au restaurant, il donna le nom de la réservation et on le conduisit à la table de sa plus jeune sœur. Il la salua de la tête avant de s’asseoir en face d’elle. La jeune femme en face de lui semblait des plus nerveuses. Lui, n’en avait que faire. Il était habitué à gérer de telle situation et ses sentiments. « Bonjour Oana. Content que l’on puisse se voir de nouveau. Je tenais à te dire que j’avais beaucoup réfléchi à la situation et je ne serai plus aussi menaçant. » expliqua t-il. Bien entendu, il ne lui dit pas qu’il avait fait des recherches sur elle. Ce ne serait pas très bien vu. Il regarda la carte avant de choisir une salade de boulet et une bière irlandaise. Il était un peu tot pour le whiskey. Son choix fait, il put se concentrer sur la jeune femme qui était elle même entrain de regarder la carte. « Tu dois avoir des dizaines de questions. C’est plutôt moi qui en est posé la dernière fois. Je t’écoute donc et j’essayerai d’y répondre le plus précisément possible. » lui sourit t-il d’un sourire un peu faux mais l’intention y était. Il n’était pas sûr de répondre à toutes les questions qu’elle lui posait. Il avait défini avec Tomas les limites des choses qu’il pouvait lui dire et celles qui ne pouvaient pas lui dire. Elle en saurait donc autant que Elicia et Neala. Si elles étaient amenées à se rencontrer, il n’y aurait aucun risque comme cela.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 20/11/2016
›› Love letters written : 283
›› It's crazy, I look like : Alexis Ren
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: On se rencontre plutôt pour la premier fois [David Hamilton] Mer 5 Avr - 1:47


On se rencontre plutôt pour la première fois

David Hamilton & Oana Rhodes -


La vie nous réserve bien des surprises!



J'étais très nerveuse. J'essayais de tuer le temps. J'étais arrivé que quelque peu à l'avance, sans plus. Ma voiture était garée, non loin de là. Je buvais mon verre d'eau ici et là et me jouait dans les cheveux. La table était à mon nom. C'était plus simple ainsi. Au fond de la salle du restaurant, je trouvais que c'était un bel endroit pour rencontrer plus formellement mon demi-frère. Quel choc, de découvrir qui il était et qu'il existait bel et bien. Je vis David arrivé au loin après quelques minutes. Je me redressai et lui affichai un sourire presque timide. Il me salua et s'assit en face de moi. Je serrai au même moment mon cellulaire dans mon sac à main, histoire de ne pas être dérangés. Il m'affirma être content du fait qu'on se revoit. Moi aussi, dis-je avec certitude. Il m'avoua aussi qu'il avait bien réfléchi à la situation et qu'il ne se ferait plus aussi intimidant/menaçant. J'hochai la tête. Satisfaite. Il semblait avoir beaucoup d'insight, pensais-je. Par la suite, il regarda la carte et j'en fis autant. Je choisi une salade de tofu et de légumineuse balsamique. La viandes me donnait des nausées ces temps-ci. De toutes façons, je ne mangeais pas souvent de viande. Ça avait toujours été ainsi. Je demandai un thé comme accompagnement. J'avais besoin de me détendre. Il avait terminé de regarder la carte avant moi. Quand j'eus fini, il me dit qu'il se doutait que j'avais plusieurs questions. Il était vrai qu'il m'avait posé davantage de questions à notre dernière rencontre. Il me dit qu'il serait à l'écoute et qu'il y répondrait autant qu'il le pouvait. Touchée, sensible comme je l'étais c'est temps-ci, j'affichai un sourire de reconnaissance. J'étais après tout curieuse et j'avais un sens et un sentiment de la famille assez large. Je me plaisais bien à l'idée d'avoir une famille, dont je ne connaissais pas l'existence, qui s'offre à moi. Bon, j'étais prudente et je ne me faisais pas trop d'attentes, mais j'étais assez optimiste de nature. Je lui dis donc: Oui j'avoues, j'en ai plusieurs. Je ris amicalement afin de ponctuer mes dires. La serveuse vint prendre nos commandes et nous lui dîmes nos choix. Ainsi, je pus par la suite, pendant ce délais, commencer à le questionner ou ne serait-ce que bavarder avec lui.

On peut aussi jaser, je ne comptais pas te faire un interrogatoire après tout. Je repris une gorgée de mon verre d'eau. D'ailleurs, entre temps, la serveuse avait tout naturellement amené un verre d'eau et nos breuvages avant de repartir à sa besogne. Mais, maintenant que tu en parles, je me demandais comment tu occupes ton temps, qu'est-ce que tu faisais dans la vie et pourquoi vous aviez quitté le continent Européen pour venir ici.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

#
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 18/09/2016
›› Love letters written : 261
›› It's crazy, I look like : Ian Somerhalder
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: On se rencontre plutôt pour la premier fois [David Hamilton] Jeu 6 Avr - 16:09

Jaser ? Mais il n’était pas venu ici pour jaser. Il avait un emploi du temps chargé et il n’avait pas le temps pour cela. Heureusement, il avait réussi à caler le rendez-vous et manger en même temps. De ce fait, il ne perdait absolument pas de temps et il pouvait continuer la journée par la suite. Il ne savait pas quoi lui dire à cette fille lui. Elle était peut-être sa demi-sœur mais il ne savait rien d’elle et il n’était pas l’homme le plus doué pour nouer des liens.
Tu peux me faire un interrogatoire Oana. J’ai l’habitude que l’on m’interroge. Je préfère quand c’est carré. Je ne suis pas la personne la plus sociable on va dire. Je n’ai pas vraiment l’habitude de nouer des liens hormis pour les relations d’un soir. » expliqua t-il doucement.
Heureusement, la jeune femme enchaina par la suite avec des questions. Des questions par lesquelles il allait devoir répondre par des mensonges. Il n’allait quand même pas lui avouer qu’il était le chef de la mafia Irlandaise non ? Même ses sœurs ne savaient pas exactement.
« Comment j’occupes mon temps ? Je suis assez occupée. Toujours à courir partout. Je suis médecin mais je gère également l’entreprise familiale et la fortune des Hamilton. Ça prend du temps. J’ai très peu de temps pour les loisirs. Même pas du tout si je peux dire. Mais ça ne me dérange pas. Je ne suis pas marié, je ne suis pas en couple. Si tu veux savoir. En Irlande, je n’exerçais pas la médecine, ici que de temps en temps. L’entreprise me prend trop de temps. Mais cela me pèse un peu. Pourquoi j’ai quitté l’Europe ? Pour rejoindre mes sœurs. Elles sont venues aux Etats-Unis pour leur étude. Elles avaient également besoin de s’éloigner de l’Irlande. Comme je te l’ai dit, notre père n’était pas vraiment un modèle paternel. Après sa mort, elles en ont profité pour prendre leurs libertés. Après quelques années, j’ai également suivi. Elles me manquaient trop. » Continua t-il.
Et toi Oana ? Tu as un homme dans ta vie ? Tu n’as besoin de rien ? Tes études ? Comment s’est passé ta jeunesse ? » demanda t-il. Il avait balancé tout ce qui lui passait par la tête. Il n’était vraiment pas doué pour faire connaissance avec les autres. mais là, il devait faire des efforts, c’était sa demi-sœur. La famille c’était important. Et c’était ce qui comptait le plus pour le jeune homme. Maintenant qu’il avait vu les bonnes intentions de la jeune femme, il allait essayer de l’accueillir du mieux possible. Il espérait juste que Neala et Elicia prennent bien la présence de la jeune femme dans leurs vies. Ça s’était une autre histoire. Mais si il devait choisir, le choix serait très rapidement fait.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 20/11/2016
›› Love letters written : 283
›› It's crazy, I look like : Alexis Ren
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: On se rencontre plutôt pour la premier fois [David Hamilton] Lun 24 Avr - 2:33


On se rencontre plutôt pour la première fois

David Hamilton & Oana Rhodes -


La vie nous réserve bien des surprises!


Je me montrais amicale comme à mon habitude. J'étais du genre extravertie et assez énergique. Ça ne convenait pas à tout le monde. Je le sentis lorsqu'il rectifia mon intention en m'assurant que je pouvais lui faire un interrogatoire. Il en avait l'habitude et il semblait dire qu'il préférait cela ainsi. Il m'expliqua qu'il avait du mal, entre autre, socialement. J'acquiesçai de la tête. Il me revenait alors la responsabilité de me fondre à ce qu'il attendait de nos échanges pendant notre rendez-vous. Il ne semblait pas mal intentionné, juste mal à l'aise. Je pouvais comprendre. C'était une situation étrange, assez pour que j'aille une boule dans l'estomac.

Je lui avait ensuite demandé, ce qu'il faisait dans la vie. Il me répondit que c'était quelqu'un d'occupé. . Peut-être était-ce de famille ou tout simplement imputable au courant populaire de la modernité. Il était médecin et possédait une entreprise familiale. Il y avait de quoi être occupé, ça oui! Il disait qu'il n'avait pas de loisirs. Ce qui m'attrista et me désola pour lui même s'il disait que ça le dérangeait pas. Il n'était pas en couple, pas marié. Il était donc seul. Il semblait adepte des relations d'un soir. Pourquoi pas, c'est certain, mais c'était un peu triste comme vie, non? Bref, ce n'était pas mes affaires. Il m'expliqua par la suite qu'ils avaient déménagé de l'Irlande pour les études de ses soeurs et pour rester unis. Il parlait aussi du fait que lorsque leur père était décédé, ils avaient ressenti et eu l'occasion de partir pour prendre de la distance. En effet, plus j'apprenais à connaître David, plus j'entrevoyais que ce père biologique était mieux hors de ma vie. Je me consolais de ne pas l'avoir connu. Même si j'en avais jamais vraiment souffert, de son absence. Il m'avoua aussi qu'il était proche de ses soeurs, puisqu'il me dit qu'il les avait rejointes, car il s'ennuyait d'elles. Je ne les connaissais pas et j'avoues que j'étais curieuse. Alors, comme il m'avait permis, je posa les questions qui me vinrent en tête.

Alors il est mort récemment, fis-je. Et tes soeurs, elles ne savent pas que j'existe, comme ce parternel ne la jamais su... Curieuse, étaits-je. Je laissai sous entende par le ton de ma voix que je voulais en savoir plus. Comme il était mon père aussi, je voulais savoir qui il était. C'était une histoire un peu triste de ne jamais avoir existé pour une personne qui nous donne la moitié de notre propre patrimoine génétique. Je ne voulais pas me plaindre.

Par la suite, David me demanda, si j'avais un homme dans ma vie. Je hochai la tête que non. Juste avant de répondre. Pour faire court, j'avais un petit copain depuis 3 ans, mais l'été dernier, il est parti faire le tour du monde. Il vient de la ville natale de ma mère. J'y retourne chaque année. Puis, c'est embêtant avec l'histoire de l'autre soir, mais en ce moment, je ne suis pas du genre à rêver du  prince charmant, comme tu peux t'en douter. Je suis pas mal occupée, avec les études, le bénévolat et je suis proche de ma mère. Je l'aide beaucoup à la garderie et je suis heureuse. Sinon, mon meilleur ami est dans le coma suite à un accident d'auto. Alors je passe mes soirées là-bas pour lui tenir compagnie. Ça fait quelques semaines déjà. J'ai pas l'esprit pour m'investir dans une relation sérieuse, disons cela comme ça...

Sinon pour ma jeunesse, tu sais, il n'y a pas grand chose à dire. J'étais sage, mais énergique, très active. J'ai fais le lycée et collège public et je travail depuis mes 14 ans pour aider ma mère, sauf qu'on vit très très bien et c'est plus une question de tempérament et d'attitude que de fautes de moyens. On a toujours été que tout les deux et j'ai eu aucun problème à l'école, mais j'avais du mal à me sentir à ma place, j'ai eu le sens des responsabilités tôt et je préférais être en compagnie des enfants, comme c'est le cas encore aujourd'hui. Même si j'ai l'air super sociable, à priori. Je lui sourie, fidèle à moi-même.


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

#


Dernière édition par Oana Mo'Orea le Dim 14 Mai - 21:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 18/09/2016
›› Love letters written : 261
›› It's crazy, I look like : Ian Somerhalder
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: On se rencontre plutôt pour la premier fois [David Hamilton] Ven 5 Mai - 18:12

Rapidement, on vint leur servir ce qu’ils avaient commandé, David commença à manger tout en écoutant ce que Oana avait à lui raconter. Il préférait écouter que parler. Hormis pour draguer ou pour les menaces, avoir une conversation pour sociabiliser l’ennuyait profondément. Mais la blonde aux origines grecques était quand même sa demi-sœur, il se devait donc de faire des efforts. Chose, qu’il n’avait vraiment pas envie à l’heure actuelle. Il avait bien d’autres choses à gérer : sa relation avec Louise, récupérer sa fille, comprendre ce qui se passait avec Tomas mais également avec le beau Rafael. Tout cela était bien trop compliqué pour qu’il ne souhaite perdre son temps dans un déjeuner. Il écoutait attentivement tout en dégustant son plat. Puis, les premières questions, légèrement déguisées arrivèrent.

Il est mort, il y a quelques années. Ça fait 6 ans. Un accident… enfin si on peut appeler cela un accident. » Commença t-il sans vraiment en ajouter davantage. Elle n’avait pas besoin d’en savoir plus sur cette histoire. « Non, elles ne savent pas que tu existes, comme je ne le savais pas et John ne l’a certainement jamais su non plus. De toute façon, je ne veux pas paraître désobligeant avec toi Oana. Mais ton existence ne l’aurait pas intéressé. La seule chose qui intéressait père était d’avoir un héritier pour l’entreprise familiale. Mais il était profondément amoureux de ma mère. Quand elle a souhaité avoir d’autres enfants, il n’a pu le lui refuser. Elle est tombée enceinte. Mais, elle est également tombée malade. Elle a refusé de se soigner pour mener sa grossesse à terme. Elicia et Alexandrina sont alors venues au monde. Notre mère est décédée en couche dès suite de sa maladie. J’avais 9 ans. John qui était déjà très froid, s’est totalement refermé sur lui même. Il ne s’est jamais occupé des jumelles. C’est moi et leur nourrice qui les ont élevées. A 9 ans, elles étaient déjà tout ce qui comptaient pour moi. Alors tu peux comprendre le lien qui nous unis » expliqua t-il. Il se garda de préciser que John Hamilton était un homme mauvais, brutalisant ses enfants. David gardait les traces des coups de ceinture qu’il avait reçu toute son enfance puis adolescence dans le dos. Il avait également des marques de cigarettes éteintes sur le torse. Oana n’avait pas besoin de savoir cela. Elle n’avait pas besoin de savoir que John n’aurait pas hésité à tuer Alexandrina pour obtenir ce qu’il souhaitait de la part de David. Il arqua un sourcil à l’écoute de la vie sentimentale d’Oana.

Du coup, tu ne le vois plus ? Que se passera t-il si jamais il revint ? Je suis vraiment désolé pour ton meilleur ami. J’espère que tout ira mieux pour lui. J’espère qu’il se réveillera. Je comprends que cela soit difficile pour toi. La disparition d’un être cher même si elle est simplement plongée dans un profond sommeil est toujours difficile » souffla t-il en plantant des yeux perçants face à Oana. Il parlait en connaissance de cause après tout non ? Il avait perdu sa fiancée, sa fille. Mais bientôt, il pourrait rattraper tout cela avec Emmalee.

Oui, en effet pour faire des études de sage-femme, tu as du bien réussir dans ta scolarité. C’est bien. Les études sont importantes dans la vie. Je vois que tu es également très active. Cela doit être un trait partagé par les enfants Hamilton. Si tu écoutais mes sœurs, elles te diraient qu’il est presque impossible de me joindre ou de me voir tellement j’ai d’obligations. Je sais que ma vie peut paraître triste. Mais je m’en contente pour le moment. J’ai besoin de calme autant niveau familiale que sentimentale après mon adolescence mouvementé. » Dit-il en reposant ses couverts dans son assiette. Il n’avait plus réellement faim. Parler et se livrer, lui coupait toujours l’appétit. Quand il disait qu’il n’était pas sociable c’était l’entière vérité. Il n’était pas sociable ! Et il ne souhaitait pas l’être. Mais avec sa famille, il fallait faire des efforts. Alors, il essayait d’en faire pour se rapprocher de sa sœur –demi-sœur en réalité-. Et peut-être qu’un jour, il n’y aurait plus cette barrière entre eux.

Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 20/11/2016
›› Love letters written : 283
›› It's crazy, I look like : Alexis Ren
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: On se rencontre plutôt pour la premier fois [David Hamilton] Dim 14 Mai - 21:41


On se rencontre plutôt pour la première fois

David Hamilton & Oana Rhodes -


La vie nous réserve bien des surprises!


On fut servi rapidement. J’avais faim, ça tombait bien, quoique j’étais nerveuse. Il fallait pas que je rende tout monde repas. Non ? Oh lala vous imaginez la tête de David, cet homme si … Si formel. J’aurais tendance à dire ça. Bien que, on avait failli coucher ensemble. Quelle histoire quand même! Digne d’une saga… De mauvais goût. Ça aurait été douteux. Je lui avais donc demandé des nouvelles de ce père… De sa mort plutôt, enfin, celle de notre père. C’était étrange à dire. Et il fallait bien que je pose des questions. Je voyais bien qu’il était mal à l’aise, limite ennuyer. Il était poli et consciencieux. Il devait avoir de bonnes raisons d’apprendre à me connaître. J’avoues que moi aussi j’en avais des bonnes, mais on avait pas l’air d’aborder la situation tout à fait du même angle. Il semblait méfiant, mais j’appréciais vraiment l’effort qu’il faisait et quant à moi, ça ne me dérangeait pas. Son attitude m’intimidait un peu au début, mais maintenant, je comprenais mieux et puis, c’était déjà délicat comme situation. Pas la peine de se prendre la tête. Il m’expliqua alors que oui il était bel et bien mort, il y a 6 ans. D’un accident... Il restait vague. J’étais un peu curieuse de savoir ce qu’il voulait dire. Pouvais-je en savoir plus… Il est mort d’un accident de voiture ? C’est ça ? Demandais-je candide, en haussant les épaules. Il le disait sans rien rajouter de plus, il devait parlé d’un accident de la façon dont on l’emploi au sens commun. Bref, je n’avais aucun point de référence. Je trouvais cela bien triste qu’il soit mort. Enfin, pas pour lui en tant qu’individu, quoique personne méritait de mourir, non? Peut-être? Je ne sais pas je suis trop joviale pour penser une telle chose. Puis, je voulais le connaître. Je ne l’aurais jamais considéré comme un père, sans doute, ou peut-être m’aurait-il rejeter, mais j’avais espéré un certain dénouement. Bien que, je n’étais pas à plaindre, en partie, je découvrais une fratrie à mon endroit. C’était pas si mal… À condition que ça marche, je ne voulais pas être une intru ni ambitionner.

Il m’expliqua aussi que ses sœurs ne savaient effectivement pas pour moi. Il élabora aussi certains détail sur ce John. En partie comme quoi je ne l’aurais pas intéressé. Mon existence ne l'aurait pas intéressé. Par chance, ma mère était tellement aimante et chaleureuse pour moi, qu'elle faisait la part des choses pour deux. J’affichai une moue sans doute triste, mais je me tue et tentai de rester neutre. J’étais un peu déçu, mais sans plus. Je soupirai seulement, mais silencieusement, en mon fort intérieur. Il me raconta aussi l’histoire de leur mère. Elle était décédé alors qu’il était jeune. Il avait donc dû devenir un adulte rapidement afin d’élever ses sœurs. Effectivement, je pouvais comprendre le lien qui les unissait alors. J’étais surprise. C’était une histoire triste et touchante. Je ne savais quoi dire. Je suis vraiment désolée, je ne peux imaginez ce que ça dû être, mais vraiment, je compatis, même-si on ne se connais pas réellement. Dis-je, un peu honteuse et timide. Je regardai mes mains posées sur la table après avoir fini de manger.

Finalement, on avait fini par parlé de moi. J’avais fait un petit monologue me concernant. Afin de répondre à ses questions, ses attentes… Quelle attentes? Je n’étais pas sure de ce dont il en retournait maintenant que la révélation était dévoilée au grand jour. Comme quoi on était lié, en partie, par le sang.
Il me scrutait d’un regard perçant, selon mon impression. C’était des questions très intimes. J’étais un peu prise par surprise. Je ravalai ma salive et y pensai un bon quoi… 10. 20. Secondes. Um… Je n’y ai jamais pensée réellement. Je ne voudrais pas revenir avec lui. Je veux tourner la page, c’est tout. J’ai ma vie et je suis satisfaite de ou j’en suis et puis j’ai bien d’autres choses sur lesquelles m’accrocher et chats à fouetter, comme on dit. Fis-je en tâchant de ne pas avoir l’air trop intimidée. Quelle était la bonne réponse? Je tentais de rester naturelle, mais j'avoues que j'avais l'impression de devoir impressionner quelqu'un. Puis, je rajoutai : j’espère aussi que tout ira pour le mieux, pour lui. Après il est jeune. On verra bien, après tout. Fis-je en souriant, un peu triste et désolée. J'étais confuse, ça se voyait. J'étais sous le choc. Merci de ta compassion. fis-je. J’étais assez transparent et probablement tout autant que indépendante, alors pour ce qui était de sa première question concernant mon ex-petit-copain, c'était la vérité, même-si je n'y avais jamais réfléchie. Je m'étais toujours dis que c'était terminé. Justement, je n’étais pas du genre à m’accrocher à mon passé. Peut-être pas assez… Je ne voyais jamais quand j’avais réellement de la peine et je ne me laissais pas le temps de vivre mon spectre émotif négatif. Vous voyez le portrait?

David me dit également qu’il voyait bien que j’avais bien réussi l’école et que j’étais active. C’était probablement un trait en commun, semblerait-il. Je lui sourie. Il m’expliqua aussi à quel point il était difficile de le rejoindre. Ce qui me fit rigoler. Je respectais cela. Je n’étais pas difficile à rejoindre, mais il fallait toujours prévoir d’avance les trucs avec moi pour me voir. Enfin, sauf exception, dans les cas d’urgence et j’étais flexible quand même. Je pouvais et savais toujours comment m’arranger.

C’est qu’elles doivent vraiment tenir à toi si elles cherchent à te voir, fis-je. Mais je savais qu'il n'en doutait pas. Enfin, j'osais croire et le déduire avec justesse. Puis, je savais ce que c'était. Je rajoutai histoire d'être fidèle à moi-même, consciencieuse et sensible: Tu sais, merci de partager ton temps précieux en ma compagnie pour un déjeuner. Je suis qu'une pure inconnue, mais voilà, pour moi ça change beaucoup de chose. Ma famille ne tient qu'à ma mère et ma famille maternelle, mais encore là, nous sommes éloignés. Je suis ici depuis quoi, des années, depuis la petite enfance, mais l'idée d'avoir une famille plus élargie, me plais bien. Je veux pas m'imposer, et je n'ai pas d'attente, mais simplement l'idée de ne pas venir de nul part. Tu vois? C'était un peu maladroite, je l'admets. Mince! Trop tard, j'avais été sincère. Peut-être prendrait-il la fuite hahaha!


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

#
Revenir en haut Aller en bas

On se rencontre plutôt pour la premier fois [David Hamilton]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Downtown l.a
-