Partagez|

Ainsley ∇ Un rendez-vous au Japon, rien que ça

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 29/11/2016
›› Love letters written : 126
›› It's crazy, I look like : Armie Hammer
MessageSujet: Ainsley ∇ Un rendez-vous au Japon, rien que ça Ven 10 Mar - 17:57

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un rendez-vous au Japon, rien que ça
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Et voilà, le voyage au Japon en compagnie de Ainsley avait débuté. Cela faisait maintenant trois jours qu’ils étaient dans le pays du soleil levant ensemble. Le début avait été étrange. Lorsque Richard avait attendu la jeune femme à l’aéroport de Los Angeles le jour de leur départ, il était comme une boule de nerf. Il était arrivé bien en avance dans ce lieu permettant de partir aux quatre coins du monde. Il n’arrivait pas à dormir tant le stress du départ avec la jeune femme était important. Déjà il n’était jamais très confiant avant une compétition ayant peur de ne pas avoir ses motos, de ne pas pouvoir repérer le terrain avant la course etc. Mais la présence d’Ainsley n’avait fait qu’augmenter son angoisse si bien qu’il n’avait pas pu dormir de la nuit. C’était entièrement la faute de sa petite sœur qui lui avait mis dans la tête des pensées qu’il n’était pas encore prêt à avoir. Mais il ne voulait pas se prendre la tête alors il était venu s’installer au café de l’aéroport qui était ouvert toute la nuit en attendant l’arrivé de la jolie blonde qui devait arriver dans les heures qui suivaient. L’avion était très tôt le matin puisqu’il décollait à 5h30 du matin. Il fallait donc y être de très bonne heure. Cela devait faire un peu plus de deux heures que Richard était plongé dans son café tout en lisant un livre sans queue ni tête qu’il avait piqué à son frère Julian. Julian avait toujours eu des lectures sans grand intérêt et Richard ne comprenait pas pourquoi il continuait à lui emprunter ses livres. Mais bon pour passer le temps dans un aéroport cela faisait largement l’affaire. Il n’avait pas envie de se plonger à fond dans un livre de peur de ne plus pouvoir arrêter sa lecture. Lorsqu’il était plongé dans un livre, il pouvait lire pendant des heures sans s’arrêter. Ainsley avait donc fini par arriver. Ils s’étaient serrés la main avant de partager un petit café et de se diriger vers l’enregistrement. Ils ne voulaient pas vraiment trainer sans quoi ils avaient peur de louper l’avion et c’était absolument hors de question pour le pilote de course. Il avait une compétition à gagner. Ainsley et Richard n’avaient pas vraiment parlé jusqu’à ce qu’ils montent dans l’avion. Richard ne savait pas vraiment quoi dire. De plus, il était crève et faire la conversation était dure pour lui. Il fallait surtout avouer qu’il était un peu gêné par la situation et ne savait pas vraiment comment il devait se conduire. Une fois dans l’avion, ils prirent de nouveau un café ensemble parlant de tout et de rien. Puis, Richard déclara qu’il aimerait bien dormir un peu avant l’arrivé. Ils avaient quand même des heures et des heures de vol. Il mit ses écouteurs et regarda un film, un des Harry Potter tout en somnolant à moitié. Il les connaissait par cœur et n’avait donc même pas besoin de voir les images pour savoir ce qui se passait. Il n’était pas fan de cette série littéraire pour rien. Il se sentait un peu coupable d’abandonner Ainsley de la sorte mais il ne voulait pas perturber son rituel dans l’avion avant une compétition. Il avait expliqué tout cela à la jeune femme et il espérait qu’elle a compris. Les deux jours qui avaient suivi l’arrivé au Japon avait été très chargé pour Richard et il n’avait guère eu le temps de voir la jeune blonde qui l’avait accompagné. Il avait enchainé entrainements sur entrainements et compétition sur compétition. Ainsley avait pu assister à tous les moments où il était sur la moto et elle avait l’air très heureuse de cela. Ils partageaient leur petit déjeuner ensemble comme Richard avait promis à la jeune femme. Il ne trahissait jamais ses promesses. Mais ils n’avaient pas le temps de parler d’autre chose que de motos. Ils parlaient du modèle que choisissait Richard, de la stratégie etc. Qu’est ce que c’était bien d’avoir une personne qui comprenait ce qu’il faisait. Il aimait quand Freya venait mais ce n’était pas du tout pareil. Elle n’y connaissait rien et ne pipait pas un mot de ce que son frère lui racontait. En même temps, il n’avait lui même aucune notion en patinage. Il ne pouvait donc pas lui faire de reproche. Ils se comprenaient sur le sport et sur la passion et la dévotion qu’il fallait avoir pour le métier, le reste n’avait pas d’importance pour eux. L’essentiel était là. Il aimait sa sœur et la relation qu’il avait et il ne changerait cela pour rien au monde. Le jeune homme était un peu triste de ne pas avoir pu partagé plus de temps avec la jeune femme mais c’était malheureusement la triste réalité des compétitions. Heureusement qu’il avait prévenu la PDG de l’agence de voyage avant de partir sinon il se serait sans doute senti beaucoup trop coupable. Mais aujourd’hui, il n’avait rien de prévu. C’était sa journée de repos entre les compétitions. Il avait donc prévu de passer un moment en compagnie de la jeune femme. Il ne lui avait cependant rien dit. Il avait prévu de l’amener se promener dans la ville japonaise où ils se trouvaient. Le matin, il avait donc commandé deux cafés et les avait pris pour les amener directement à la jeune femme dans sa chambre. Il savait qu’elle devait être prête car ils avaient rendez-vous dans dix minutes. Il ne lui avait rien dit de sa journée de libre voulant lui faire une surprise complète pour se faire pardonner de son absence au cours de ses derniers jours. Richard avait alors frappé à la porte de la jeune femme qui n’avait pas tardé à s’ouvrir. Il lui avait fait un sourire et lui avait tendu son café. Il avait bien vu l’air surpris de la jeune femme mais il n’avait rien dit. Il ne voulait pas faire de commentaires. De plus, il se sentait animé d’une audace nouvelle et il ne voulait pas vraiment réfléchir à ce qu’il faisait de peur de changer d’avis et de commencer à s’en vouloir. Il fallait avouer que Caélia avait une nouvelle fois était très présente dans sa tête lors de cette compétition. Il se sentait au fond de lui véritablement coupable d’avoir amené la blonde. Mais comme le lui avait dit Freya cela ne servait à rien. Il se contentait donc de faire au jour le jour et verrait les conséquences de ces actes plus tard.

Bonjour Ainsley. Vous allez bien ? Je vous ai apporté le café. J’ai une surprise pour vous. Je ne vous l’avez pas dit, mais aujourd’hui, c’est ma journée de repos. Je vous propose donc de partir à la découverte de cette ville en ma compagnie. Qu’en pensez vous ? Bien sûr, j’aimerai également partager le déjeuner et le diner en votre compagnie si cela ne vous pose pas de problèmes » exposa le jeune homme comme un gentlemen, chose qu’il était.

Richard lui fit un grand sourire tout en faisant tourner son alliance entre ses doigts. Il s’était lancé, maintenant il ne fallait pas que Ainsley le repousse. Il venait de faire une avancée phénoménal dans leur relation en lui proposant tout cela. Il n’y avait donc aucune certitude qu’elle ne dise oui. Peut-être avait-elle simplement accepté pour passer des moments merveilleux avec le pilote de course et non le vrai Richard. Elle avait droit à un spectacle magnifique de course et cela était peut-être suffisant. Dans son stress et son inquiétude, le coureur avait complétement oublié tout ce que Ainsley lui avait avoué dans son agence de voyage. Il ne pensait plus à combien il était important pour elle. Tout ce qu’il savait c’était qu’elle comptait pour lui et qu’il n’était pas certain de supporter un refus. Surtout qu’il avait prévu de faire plein de belles choses au cours de cette longue journée qui s’annonçait certainement très belle.


black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 30/12/2015
›› Love letters written : 286
›› It's crazy, I look like : Katheryn Winnick
MessageSujet: Re: Ainsley ∇ Un rendez-vous au Japon, rien que ça Mar 14 Mar - 15:05

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un rendez-vous au Japon, rien que ça
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le Japon. Ce pays dans lequel le rêve était à portée de bras et où tout paraissait possible. La nature se mêlait à la technologie, la tradition avec le moderne tout en suivant une harmonie en symbiose. Peut-être que cette atmosphère propice à l’enrichissement et à l’ouverture d’esprit ferait du bien aux deux jeunes gens ? La PDG de l’agence de voyage osait y voir un geste enclin à la bonne élaboration d’une amitié en devenir, voire même d’un soutien duquel naîtrait forcément quelque chose de meilleur que ce dans quoi ils s’enfermaient aujourd’hui. D’ordinaire, jamais Ainsley n’aurait accepté une telle proposition. Désireuse avant tout de songer à la bonne pérennité de son entreprise, elle préférait envoyer quelques uns de ses employés afin d’émettre un nouveau parcours à proposer à la clientèle plutôt que partir elle. Les raisons d’une telle décision lui étaient parfaitement évidentes. Non seulement laisser son entreprise encourait peut être des difficultés à venir, mais surtout un tel agissement lui rappelait les divers voyages réalisaient avec son ex-mari. Chargés de mission, ils veillaient toujours à établir des programmes privilégiant toujours le couple ou la famille, afin d’offrir le meilleur à ceux qui désiraient partir en vacances. Il leur était arrivé de vivre des rêves éveillés, de parvenir à se déconnecter complètement de la réalité pour ainsi profiter des paysages qu’ils étaient à même de découvrir. Ils en avaient profité ensemble et avaient toujours trouvé le moyen de raviver la petite étincelle de leur couple à chacune des occasions qui se présentaient à eux. Jusqu’à ce que la triste réalité ne les rattrape ou plutôt ne la gifle en plein visage le jour où tout bascula et lui prouve que finalement personne ne pouvait véritablement connaître une autre personne dans le fond. Les souvenirs pourtant heureux devinrent petit à petit douloureux, lui affligeant même de quelques remords quant à la mascarade à laquelle elle avait forcément dû assister sans même le savoir. Son ex-mari l’avait brisé de cette manière et pourtant, il n’avait pas emporté avec lui sa passion pour les voyages. Au contraire, il le lui avait permis d’en retirer le meilleur, sous une autre forme cependant, néanmoins Ainsley prouvait quotidiennement de sa revanche rien que par l’aisance dans laquelle elle se mouvait dans l’élaboration des contrats. Peut-être s’y impliquait-elle trop d’ailleurs ? Car de ce professionnel, la jeune femme en venait à négliger le reste à savoir sa vie de manière générale. Enfin, pas complètement puisque sa sœur et ses meilleurs amis tenaient une place particulière dans son existence, néanmoins elle savait au fond d’elle que le vide perdurerait encore et encore. Aveugle en raison de ce sujet, l’aînée des Brodsky avait fini par se convaincre qu’il valait mieux qu’il en soit ainsi et qu’elle serait beaucoup plus efficace dans la direction de ses initiatives. Son travail était son refuge et sa sûreté. Pourtant une petite voix lui avait chuchoté à son oreille d’oser pour une fois. De laisser s’abaisser ses barrières pour ainsi profiter de l’instant présent et envisager même de s’accorder un peu de bon temps. Cette petite voix, elle pouvait la rencontrer chaque matin depuis plusieurs années maintenant et cette dernière lui avait récemment prouvé de sa détermination quand à ce désir de partager un peu plus avec elle. Désireuse d’aller vers l’inconnu mais également poussée par une soudaine audace qu’elle ne s’était connue qu’en étant plus jeune, la jeune femme avait accepté ce voyage. Peut-être ainsi parviendrait-elle à tirer complètement un trait sur le passé ? Lui laissant l’opportunité de glisser vers les pentes abruptes de l’oubli ? Peut-être même que ce voyage serait le début d’une nouvelle amitié bien plus forte que ce qu’elle pouvait l’être en ce jour ? Ainsley osait y croire, elle devait y croire, pour elle mais surtout pour Richard Queen.

Esseulée à maintes occasions, la blonde découvrait le prestige d’une compétition motorisée. Passionnée par ces engins aux allures bombées et affinées, la jeune femme n’avait pu qu’appréhender chacune des représentations auxquelles elle assistait qu’avec émerveillement et excitation tant l’adrénaline ne cessait de s’exorter de-ci de-là des diverses écuries. Bien entendu, son soutien ne se portait qu’en l’unique personne de Richard. Elle se plaisait à le voir concourir, apprendre de lui cette nouvelle personnalité à laquelle elle ne pouvait être confrontée devant un café. D’ailleurs, elle admettait que l’apercevoir accoutré de sa combinaison et de son casque à la main ne la laissait pas indifférente et lui conférait un charme dont elle ne se lassait pas d’admirer. Souvent elle déviait son regard afin de ne pas se faire prendre, mais bien vite, sa concentration se reportait sur la course de manière générale et sur les diverses étapes qu’il devait franchir. Autant l’avouer, Richard l’impressionnait énormément et le désir de le rejoindre sur la piste, moto enfourchée, ne faisait que la titiller de plus belle alors qu’elle l’accueillait toujours dans ce même sourire quand il avait fini son tour. Les équipes autour de lui faisaient un travail admirable, tant est si bien qu’il arrivait à la jeune femme de demander conseils à l’un d’eux concernant son propre bolide. Elle y apprit certaines choses, put s’amuser à partager d’autres détails avec eux et elle eut même la chance de mettre la main à la pâte une fois. Un souvenir qu’elle comptait bien garder pendant très longtemps et qu’elle partagea d’ailleurs avec sa petite sœur après avoir pris une photo avec l’équipe. Ainsley ne s’ennuyait pas de ce voyage et essayait simplement de penser à autre chose et d’en profiter comme Nevaeh le lui avait conseillé. Mais pourtant, lorsque le temps de rentrer était là, la jeune femme ne pouvait s’empêcher de passer un appel en direction de Los Angeles pour prendre connaissance des nouvelles quotidiennes de son agence. Savoir si tout se passait bien était un moyen pour elle de se rassurer, dans le même temps qu’elle veillait à mettre à jour les données inscrites dans son ordinateur. Cela durait à peu près deux heures, le temps qu’elle puisse analyser les fluctuations, donner son avis sur tel ou tel client, émettre des hypothèses sur une grille tarifaire. Bref, même à des kilomètres de son entreprise, la PDG ne parvenait pas à décrocher de ses fonctions. Et une fois l’appel terminé, Ainsley se contentait de commander un repas dans sa chambre avant d’appeler sa petite sœur et ainsi de partager les divers mets culinaires en les décrivant et en commentant le goût. Toutes les deux riaient mais à chaque fois que Nevaeh lui demandait comment se portait Richard, l’aînée se contentait de répondre qu’il allait bien, tout en affichant un sourire attristé par la situation. Ils étaient chacun de leur côté, le jeune homme lui avait décrit chacune de ses expériences avec les rituels qu’il effectuait et Ainsley les avait accepté sans ciller. Il était le seul maître de ce qu’il désirait vivre et si cette situation lui plaisait et le rassurait, alors la blonde n’avait pas son mot à dire. Elle l’acceptait tout simplement, comme les amis étaient à même de le faire, elle espérait seulement qu’il sache qu’elle était là pour lui si jamais il en ressentait le besoin. Nevaeh lui répondait toujours que le lendemain serait meilleur, chose à quoi Ainsley se contentait d’acquiescer en hochant la tête avant de lui souhaiter une bonne nuit. Après quoi, la jeune femme se changeait et allait profiter de la piscine de l’hôtel. Un moyen pour elle d’évacuer ses doutes et ses troubles avant de retrouver les bras de Morphée une heure plus tard tout en pensant déjà au café du lendemain.

Elle était justement en train de finir de se préparer, remontant doucement la fermeture éclair de cette combinaison élégante qu’elle comptait porter aujourd’hui pour soutenir Richard, lorsque le son d’un poing toquant à sa porte l’interpella. Vérifiant l’heure sur son téléphone, Ainsley n’était pourtant pas en retard et savait que le service de chambre s’effectuait toujours dans l’après midi. Ce constat tendit à lui faire froncer ses sourcils avant de finalement ouvrir la porte et rester surprise de se confronter à la silhouette imposante du coureur. Sa stupeur se traduisait déjà sur son visage alors qu’elle prenait doucement l’un des gobelets qu’il lui tendait tout en faisant quelques pas en arrière de manière à l’inviter à entrer si il le désirait. « Bonjour Richard. » Déjà un sourire en coin commençait à naître sur ses lèvres alors qu’elle rassemblait ses idées pour essayer de rétablir l’ordre dans lequel il avait commencé à lui parler. « Vous désirez entrer peut-être ? » lui demanda t-elle en repoussant légèrement la porte pour qu’il puisse pénétrer dans l’espace si il le désirait. « Merci pour le café c’est très gentil et je vais très bien merci et vous ? Vous avez bien dormi ? » Finalement son sourire lui revint de manière entière mais surtout selon cette beauté qu’elle savait partager avec les siens. Elle espérait le rassurer par ce geste, tout comme elle était réellement heureuse de pouvoir le voir. Son bonheur ne fit que grandir encore lorsqu’elle assimilait les informations qu’il lui donnait et lorsqu’elle comprit enfin qu’il désirait passer du temps avec elle. « J’en serai ravie. » répondit –elle dans un sourire radieux alors qu’il lui semblait à peine retrouver celui avec qui elle était habituée de passer du temps. D’ailleurs, ses yeux durent lui prouver alors qu’ils osaient se perdre dans le bleu turquoise qui l’admirait également. Ainsi, il ne l’avait pas oublié ou du moins, elle parvenait à sentir l’importance qu’il lui accordait, il s’agissait de la même qu’elle se plaisait à lui offrir également. « Vous voulez partir maintenant ou j’ai le temps d’enfiler mes chaussures le temps qu’on boive notre café ici ? » Sa joie était palpable tout comme son désir de profiter un maximum de cette journée qui s’annonçait être très bien, elle n’en doutait pas. Elle se recula un peu plus et alla dégager la petite table installée à côté d’une grande baie vitrée, qui donnait sur la ville, pour ainsi déposer son gobelet et tirer une chaise. « Vous voulez profiter de la vue ? Je ne suis pas sûre que vous ayez la même de votre chambre. » L’invita t-elle avant de finalement se diriger vers le dressing et choisir les chaussures adaptées à sa tenue. Après quoi, elle s’enquit de s’assoir sur son lit et les enfila l’une après l’autre avant de rejoindre Richard avec ce même sourire. « Je suis prête à vous suivre. » Bien sûr, elle s’était penchée pour attraper son gobelet et en but une gorgée. « Toujours le même. » commenta t-elle comme pour témoigner de leur complicité, cette amitié qu’ils apprenaient tout juste à appréhender d’une autre manière et qui veilleraient surement à leur prouver qu’ils étaient présents l’un pour l’autre. Ainsley l’était pour Richard et elle le resterait jusqu’à ce qu’il en décide autrement.


black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 29/11/2016
›› Love letters written : 126
›› It's crazy, I look like : Armie Hammer
MessageSujet: Re: Ainsley ∇ Un rendez-vous au Japon, rien que ça Jeu 6 Avr - 13:54

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un rendez-vous au Japon, rien que ça
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ça pour une surprise, c’était une surprise. Et cela se traduisait sur le visage délicat de la jeune femme qui venait juste d’ouvrir la porte. Le pilote de course motorisée ne savait pas si il devait être fier de lui pour avoir réussi à la surprendre de la sorte ou bien au contraire être désolée pour l’avoir prise au dépourvu.  Pendant un instant, il eut peur, peur de la réaction de la jeune femme. Pourquoi n’avait-il pas plus réfléchi avant d’agir de la sorte ? Peut-être qu’elle avait déjà prévu une chose pour la journée. Et lui, il arrivait tel un cheveu sur la soupe et imposait sa volonté. Il n’avait pas à faire cela. Il aurait du parler avec elle auparavant. Mais Richard avait été tellement heureux de pouvoir faire une chose avec Ainsley qu’il avait était impatient et n’avait pas songé aux conséquences. Comme la fois où le jeune homme avait débarqué dans l’agence de voyage de la PDG, mais cela s’était soldée sur une réussite sur leur relation. Peut-être devrait-il être tête brulée plus souvent, peut-être qu’avec Ainsley, il devrait agir comme lorsqu’il conduisait sa moto. Peut-être devrait-il laisser les choses se faire en arrêtant de se prendre la tête. Si Ainsley ne voulait pas de lui, elle lui aurait certainement fait comprendre. Malgré la gentillesse et la douceur de la jeune femme, elle devait avoir son caractère et une main de fer pour tenir d’une telle manière son agence de voyage. Elle lui aurait donc certainement dit si il la déranger. De plus, ils devaient se retrouver pour le petit-déjeuner dans quelques temps. Il avait juste un peu d’avance non ? Et puis, il n’imposait rien. Non, au contraire. Il lui faisait une proposition. Elle avait le loisir de refuser. Il devait arrêter de se prendre la tête pour le moindre geste qu’il faisait avec la jeune femme et cela irait certainement mieux pour eux deux. Richard sourit doucement à la jeune femme pour lui montrer sa bienveillance. Le jeune homme était venu avec une bonne intention. Il n’y avait pas de raison que Ainsley se sente agressée. Mais bon, il l’avait également délaissé au cours des jours précédents. Elle avait dit qu’elle comprenait très bien mais Richard se sentait coupable. Il était donc possible que Ainsley lui tienne également une certaine rancœur même si elle disait le contraire. Non, il ne devait pas penser cela. Ainsley n’était pas comme cela. Elle était franche et quand une chose la déranger, elle le disait. Elle savait que Richard avait besoin de concentration pour ses compétitions et elle ne voulait pas le voir perdre. De cette façon, il n’avait rien à craindre. Il respira en grand coup avant de tendre le gobelet de café à la jeune femme. Même si elle lui disait qu’elle avait une chose de prévu, au moins, ils pourraient partager le café ensemble. Et rien que pour cela, il en serait néanmoins heureux. Il avait appris à se contenter des choses simples de la vie après le décès de sa femme et de sa fille. Le moindre fait qui pouvait apporter du bonheur, devait être chéri et on devait s’en imprégner.  

La jeune femme à la chevelure éclatante attrapa la tasse de café en lui souriant. Cela signifiait-il qu’elle acceptait son invitation ? A son tour, elle le salua avec douceur avant de lui poser une question. Passant une main dans ses cheveux, il lui répondit un léger sourire venant orner ses lèvres. « Oui, je rentrerai avec plaisir si cela ne vous dérange pas. Ou sinon, nous pourrions partager notre café sur le seuil de la porte. Mais je ne suis pas sûr que les autres personnes comprennent pourquoi nous faisons cela ». A son plus grand étonnement, il était même parvenu à faire une note d’humour en présence de la jeune femme. C’était rare. Richard n’était pas connu pour son sens de l’humour très développé mais apparemment aujourd’hui il l’était. Ce n’était pas non plus la blague de l’année mais ça avait permis de le détendre et cela, c’était déjà bien. En effet, il était plus stressé qu’il n’aurait du l’être par le fait d’avoir invité la PDG de l’agence de voyage à passer la journée avec lui. A ses paroles, Ainsley s’était également décalée sur le côté pour le laisser entrer. Elle n’avait même pas besoin de répondre à sa question pour que Richard comprenne que sa présence dans la chambre de la jeune femme était la bienvenue. C’était un bon pas en avant. Alors qu’il s’apprêtait à rentrer, elle le remercia pour le café et lui posa de nouvelles questions. En faisant un pas à l’intérieur de la chambre, tout en referma la porte derrière lui, il s’empressa de répondre. « C’est avec plaisir pour le café. Je sais à quel point vous en raffolait. Et surtout, je sais que vous ne pouvez pas commencer une bonne journée sans en avoir bu. Il était de soit que je ne pouvais pas venir vous déranger sans une bonne tasse de café. Je vais bien également. Ça fait du bien d’avoir un jour de break. Cette compétition est épuisante. Oui, j’ai bien dormi. Cela fait du bien de pouvoir se reposer sans avoir une compétition le lendemain. Je ne dors jamais très bien quand je dois concourir. Et vous ? Vous avez bien dormi ? ». Il lui fit un petit sourire pour lui signifier qu’il avait fini de parler. Encore une fois, il avait été un moulin à paroles. Pourquoi devait-il toujours parler plus que nécessaire lorsqu’il était stressé ? Au moins, il ne racontait pas n’importe quoi pour une fois. C’était déjà pas mal. Il lui était déjà arrivé de parler de son chien qu’il avait eu lorsqu’il était enfant lors d’un entretien avec un journaliste simplement parce qu’il était stressé. Le journaliste avait bien entendu rigolé puis lui avait posé des questions très précises. Il avait donc pu se concentrer et répondre de manière correcte aux questions. Ainsley l’aurait certainement pris pour un fou si il avait commencé à parler de Pluto alors qu’elle lui demandait comment il allait et si il avait bien dormi. Heureusement, les neurones de son cerveau, parvenaient encore à faire des connexions les uns avec les autres.

Et enfin, elle accepta sa demande. Toute la pression que Richard avait ressentie au cours des dernières minutes se relâcha d’un coup. Elle voulait bien venir avec lui. Elle semblait même heureuse d’aller découvrir la ville en sa compagnie. Et cela, c’était vraiment ce que Richard avait voulu. Le magnifique sourire que la jeune femme lui fit, cela réchauffa le cœur de Richard et il ne put s’empêcher de sourire bêtement à son tour. Ses yeux se perdirent dans ceux de la jeune femme. Pendant un moment, il fut comme déconnecté de la réalité. Ses yeux bleus étaient si magnifiques. Richard se secoua la tête pour chasser cette pensée et pour se concentrer de nouveau. Il ne devait pas penser cela. Il se refusa de se l’avouer mais le bonheur intense qu’il ressentait par le simple fait qu’Ainsley accepte de passer du temps avec lui n’était pas anodin. Ce bonheur montrait tous les sentiments qu’il ressentait pour la jeune femme et qu’il n’était pas prêt à accepter pour l’instant. Mais comme sa philosophie des dernières années lui imposait, il se concentrait sur le bonheur présent et penserait aux conséquences plus tard. La vie pouvait s’arrêter à tout moment et il ne fallait rien louper des instants précieux. Lorsque la PDG de l’agence de voyage lui demanda si il souhaitait passer du temps ici pour prendre le café ou bien si il voulait partir maintenant, il se rendit compte qu’elle n’était pas tout à fait prête. Le jeune homme ne put s’empêcher de rougir face à cela. Il avait débarqué à l’improviste, ne lui laissant même pas le temps de se préparer. Il devrait avoir honte de lui. Le jeune homme fit un sourire gêné. « Oh, je suis désolée Ainsley. J’étais tellement motivé pour que l’on parte que je n’ai même pas prêté attention au fait que vous n’étiez pas prête. On va prendre notre café tranquillement ici, puis après nous partirons. Nous avons toute la journée rien que pour nous. Nous ne sommes pas du tout pressée. Nous sommes là pour profiter, pas pour nous stresser. » Rassura t-il en se justifiant par la même occasion. La jeune femme lui proposa par la suite de prendre le café sur la terrasse. Il acquisa par la suite avant d’ouvrir la baie-vitrée et de regarder la vue. En effet, elle était bien différente de la sienne. Lui, donner sur l’autre côté du bâtiment mais la vue de la chambre d’Ainsley était bien mieux que la sienne. Enfin, ce n’était que son avis personnel. « Oui, en effet, la vue est bien différente. Elle est magnifique. Ça doit être agréable de se réveiller avec cette vue le matin non ? » Demanda le jeune homme en s’installa sur une chaise tournée vers la jeune femme. Il regarda Ainsley se dirigeait vers son placard avant de s’installer sur son lit pour mettre ses chaussures. Elle était magnifique. Le fait de voir la jeune femme dans cette position, enfilant ses chaussures d’une manière si séduisante sur ses jambes galbées le rendit toute chose. Pour la première fois depuis qu’il était rentré dans la chambre, Richard remarqua à quel point la combinaison de la jeune femme lui allait bien. Elle était époustouflante de beauté. Richard en eut presque le souffle coupé et ne put s’empêcher de secouer sa tête pour se changer les idées. Ce n’était guère le moment de céder à ses pulsions sexuelles. La relation avec la jeune femme n’était pas du tout avancée comme cela et n’était pas de ce genre là. Il ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Il fit un sourire à Ainsley lorsqu’elle remarqua qu’il lui avait donné le bon café. Il n’aurait pas pu en faire autrement. Il connaissait les goûts de la jeune femme et il avait voulu lui faire plaisir. Richard respira fortement en finissant son café. Et enfin Ainsley fut prête. Il l’invita donc à sortir de la chambre. « Alors, le programme que j’ai prévu. On prend une de mes motos, sauf si vous ne voulez pas monter derrière moi, je vous en prêterai une. On va visiter un ancien temple japonais qui se trouve à proximité. Ensuite, j’aimerai vous amenez dans un champ de cerisier qui est en fleur en ce moment. Pour les repas, j’avais prévu des repas dans des restaurants typiques. Qu’en pensez vous ? Tout est modifiable. Je ne connais pas bien. C’est vous la professionnelle dans le domaine du voyage ? Avez-vous des propositions à me faire ? » demanda t-il doucement en l’accompagnant vers l’entrée de l’hôtel. Il avait essayé d’organiser cela au mieux mais il n’était pas le spécialiste des vacances et des découvertes culturelles bien qu’il aimait cela.



black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 30/12/2015
›› Love letters written : 286
›› It's crazy, I look like : Katheryn Winnick
MessageSujet: Re: Ainsley ∇ Un rendez-vous au Japon, rien que ça Ven 28 Avr - 13:15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un rendez-vous au Japon, rien que ça
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les yeux ancrés dans le bleu écarlate qui la fixait, son sourire toujours à même de révéler des beautés qu’elle désirait partager avec lui, Ainsley se sentait agréablement surprise par cette compagnie matinale. Sous les traits de celui qu’elle avait suivit jusqu’ici, celui qu’elle soutenait par le biais de sa présence mais également des conversations qu’ils savaient s’offrir l’un l’autre au sujet de la compétition, Richard se présentait devant elle comme un ami qu’elle appréciait chérir. Par des sourires, par quelques paroles, des attentions également, la jeune femme adorait pouvoir admirer pour quelques instants de plus, ce sourire qu’il était en train de lui donner à cet instant. Celui dans lequel, il donnait l’impression que rien ni personne n’était à même de le troubler et qui exprimer énormément de joie et peut être même du bonheur. Elle ne le savait pas complètement et probablement ne le saurait-elle jamais mais il lui donnait l’impression d’un renouveau par ce sourire, et par cet état d’esprit qui veillait à lui permettre à prendre des initiatives. Ainsi était-il enclin à trouver une nouvelle façon de vivre ? Un renouveau dans lequel il saurait avancer enfin ? La PDG l’espérait plus que tout dans la mesure où, selon elle, le coureur de moto méritait énormément de belles choses dans sa vie. La gloire était une chose, le succès aussi, mais qu’est-ce que cela pouvait bien représenter lorsqu’on se sentait seul ? Ainsley était la première à répondre à cette question, rien… Cela n’était rien en comparaison de ce qu’une vie riche en amitié et en amour était capable d’offrir. Elle l’avait compris lorsque son ex mari était parti, ou du moins lorsqu’il avait pris la décision de la tromper. Voilà pourquoi, elle n’avait pu que compter sur les soutiens de sa sœur et de ses meilleurs amis pour affronter cette épreuve et ainsi n’en ressortir que plus grande. L’était-elle réellement ? Elle n’était plus certaine de le savoir alors qu’elle hésitait à maintes reprises lorsqu’elle prenait conscience que cette amitié qui l’unissait à Richard dissimulait en réalité une attirance bien particulière. Celle qui veillait à faire battre son cœur contre sa poitrine, à l’angoisser sur certains sujets mais surtout à se rendre compte qu’elle s’apprêtait de cette manière pour lui plaire un peu. Certes, elle savait que ce chemin ne la mènerait surement à rien, puisque leur amitié était bien plus importante que tout le reste, néanmoins elle ne pouvait se résoudre à ne pas vouloir essayer. Peut être y parviendrait-elle ? Ou pas… Aux vues des derniers jours qu’ils venaient de vivre, l’aînée des Brodsky n’était plus certaine de rien et avait simplement veillé à repousser ses mauvaises pensées pour ainsi profiter d’une autre manière de ce voyage. Après tout, ils étaient ensemble et elle adorait pouvoir assister à une compétition de ce type. Les motos étaient une passion qui l’animait depuis toujours, et les occasions pour ainsi découvrir ce monde de l’autre côté, lui avaient permis de profiter, de sourire de plus belle et de laisser de côté son travail pour quelques jours. Bien entendu, elle n’avait pas pu résister bien longtemps à ce rythme et se devait de garder un œil sur son affaire. C’était également l’occasion pour elle de retrouver une part de son passé, ce passé qui avait forgé son caractère et ses envies, celui là même qui avait fait d’elle qui elle était aujourd’hui et cette femme que Richard appréciait. Et alors que tous les deux se regardaient de cette manière, Ainsley ne put que ressentir une chaleur naître doucement dans le fond de son cœur. La berçant pour quelques secondes, lui laissant ainsi envisager qu’il la voyait peut être enfin. Ce sentiment lui faisait énormément de bien, dans la mesure où elle avait l’impression de pouvoir exister devant lui, d’être là et d’avoir droit à un regard. Peut être n’était-elle plus simplement l’ombre avec qui il prenait son café tous les matins ? Mais bien une jeune femme dont il appréciait la compagnie et qui lui ouvrait les yeux sur ce que le monde avait encore à lui offrir. Peut être oui. Elle osait y croire lorsqu’il l’admirait de cette manière là tant est si bien qu’elle se plaisait à lui rendre une nouvelle fois son sourire au moment où il lui témoignait de cette note d’humour qu’elle lui connaissait lorsqu’il se sentait à l’aise. En plus de lui faire la surprise de la voir, il lui laissait envisage le bien être qu’il recevait ici avec elle. En guise de réponse, la jeune femme se mit à rire doucement avant de finalement le laisser entrer et en apprendre un peu plus sur son état de santé. Le stress devait lui être une épreuve difficile ces derniers jours. Elle avait eu l’occasion d’en prendre connaissance aux cours de ses diverses apparitions dans les écuries. Richard lui donnait toujours l’impression d’être dans un autre monde, si bien que le sérieux ne le quittait plus et la jeune femme préférait rester là où elle était plutôt que chercher à le faire sourire dans ces occasions. Une part d’elle était intimidée par lui, par sa carrière, mais surtout par cette force de caractère qu’il affrontait tous les jours afin de continuer à vivre.

La suite de la conversation contribua à alimenter un peu plus encore le sourire qu’elle lui offrait. Sa prévenance à son égard avait tendance à la toucher énormément, dans le même temps que la conscience quant au fait qu’il ne l’avait pas oublié perdurait pour quelques secondes de plus. La joie irradiait probablement de ses éclats pareils à ceux du ciel. « Je suis persuadée aussi que cette journée vous fera le plus grand bien, vous la méritez amplement. » commença t-elle à répondre sur ce ton rassurant et amical qu’elle adoptait lorsqu’elle comprenait que Richard commençait à stresser. Car il était probablement en train d’angoisser en ce moment même, vu les flots de paroles qu’il échangeait avec elle mais également le débit de ces dernières. Jamais elle n’avait pu comprendre les raisons d’une telle appréhension en sa compagnie, cependant, Ainsley s’attachait toujours à le calmer, le rassurer, lui permettre ainsi de souffler par le biais de ses mots amicaux mais surtout de son tempérament doux qu’elle adorait lui rendre. « J’ai également bien dormi, comme un bébé. » lui avoua t-elle à son tour avant de finalement refermer la porte derrière eux pour ainsi permettre à son ami d’entrer de manière plus convenable dans la chambre. D’ailleurs, elle profita de cette occasion pour également le prévenir de son acceptation pour le suivre. Ce qui leur permit d’établir un nouveau contact visuel pour quelques temps de plus. Perdue à nouveau dans les abysses de son regard envoutant, Ainsley ne put s’empêcher de se pincer la lèvre comme si elle se retenait de dire quelque chose ou plutôt pour dissimuler la gêne qu’elle ressentait lorsqu’il la regardait de cette manière. Son cœur s’emballait à nouveau jusqu’à ce qu’elle ne décide de mettre un terme à cela pour ainsi s’excuser de ce léger retard mais également pour l’inviter à passer du temps en sa compagnie ici. Heureusement le jeune homme ne tarda pas à la rassurer sur le fait qu’il ne lui en tenait pas rigueur. « Merci. » se contenta t-elle de répondre le plus simplement du monde avant de l’inviter à rejoindre sa terrasse pour ainsi profiter de la vue. Au moment où Richard lui témoigna ses aveux concernant la vue, la PDG donna l’impression de laisser perdre son regard vers l’horizon. Il était vrai que cette vue était imprenable. « Ca l’est oui, même si elle devient plus exceptionnelle en fonction des journées. » laissa t-elle échapper d’un air rêveur sans en dire plus sur les intentions qui se dissimulaient derrière cette phrase. Aujourd’hui faisait partie de ces exceptions puisqu’il était avec elle et qu’ils pouvaient profiter tous les deux. Mais le lui avouer serait probablement une erreur. Aussi, c’est en s’excusant une nouvelle fois qu’elle pénétra à nouveau dans la chambre et qu’elle entreprit de chausser ses pieds. Mais alors qu’elle exécutait cette tâche au mieux, elle sentit qu’un regard se posait sur elle, celui de Richard, et fit celle qui ne remarquait rien. Intérieurement, la flamme léchait à nouveau son cœur et habitait son être entier alors qu’elle finissait par comprendre qu’il l’admirait là aussi d’un autre regard. Une fois prête, elle se dirigea à nouveau vers le jeune homme dont le charisme l’interpellait de plus en plus et entreprit de boire doucement mais surement le café qu’il lui avait rapporté. Ecoutant avec attention le programme qu’il avait prévu pour eux, la jeune femme sourit à maintes reprises alors qu’elle osait imaginer les divers endroits qu’il lui présentait comme un cadre idyllique. « Je ne suis pas PDG d’une agence de voyage pour cette semaine, c’est vous qui me l’avez demandé avant que nous partions. »lui rappela t-elle tout en prenant un petit air taquin qu’ils savaient partager tous les deux.

Car elle lui faisait confiance, et elle espérait le lui prouver par les attitudes qu’elle adoptait. Aussi, ce fut sans crier gare qu’elle plaça sa main autour de son bras et qu’elle se laissa conduire jusqu’en dehors de la chambre afin de prendre la direction de l’ascenseur. « Je m’en remets totalement à vous pour aujourd’hui. Nous aurons bien d’autres occasions pour faire une petite course entre nous, en attendant je suis une touriste. » Elle relâchait son bras le temps que l’ascenseur descende jusqu’au niveau du rez-de chaussée et lorsque le tintement indiqua qu’ils arrivaient à bon port, la jeune femme eut un léger mouvement de recul. C’était une habitude qu’elle avait apprise à adopter depuis le début de la compétition. Les paparazzis chassaient toujours des images du coureur par-ci par-là et Ainsley ne voulait pas mettre Richard dans l’embarras d’une quelconque manière qui existe. Ainsi, elle s’empressa de mettre les lunettes de soleil sur son nez et baissa la tête de manière à suivre le mouvement qu’il lui instiguait. « Vous savez comment on va les contourner ? » lui demanda t-elle doucement avant de finalement redresser la tête pour jauger des environs extérieurs. Il y avait déjà trois photographes derrière les portes, probablement deux de plus une fois ces dernières franchies et elle était prête à parier qu’ils les suivraient pendant un temps juste pour obtenir un cliché parfait.



black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 29/11/2016
›› Love letters written : 126
›› It's crazy, I look like : Armie Hammer
MessageSujet: Re: Ainsley ∇ Un rendez-vous au Japon, rien que ça Mar 1 Aoû - 13:01

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un rendez-vous au Japon, rien que ça
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les courses, les courses, les courses. Voilà tout ce qui avait occupé l’esprit de Richard depuis le début de cette compétition des plus importantes dans le pays du soleil levant. Le jeune homme ne voulait pas passer pour un bourreau du travail mais malheureusement pour lui, c’était ce qu’il était. En particulier quand la compétition pour laquelle il courrait cette semaine là pouvait avoir des conséquences importantes sur sa future carrière. Depuis la mort de sa femme, Richard avait fait de son travail, sa priorité numéro 1 faisant même parfois passer sa famille après. Ce n’était pas pour cela qu’il n’aimait pas ses parents ou sa fratrie mais il avait besoin d’avoir l’esprit sans cesse occuper pour ne pas sombrer dans la dépression et perdre l’esprit. Même après sept ans, la perte de Caélia ne cessait de venir le hanter jour après jour. Jamais il ne prenait le temps de visiter le pays dans lequel avait lieu la compétition. Ils passaient des heures et des heures à s’entrainer sans relâche parfois jusqu’à l’épuisement. C’était pour cela qu’il était le meilleur. En plus de son don pour la conduite des motos, il travaillait jusqu’à ne plus avoir de forces. Il se devait de gagner. Il ne voulait pas raccrocher le métier trop jeune. Mais voilà, cette compétition était différente des autres. Ce voyage n’avait rien de semblable aux précédents qu’il avait mené. Pour la première fois depuis sept ans, une personne étrangère à sa famille l’avait accompagné. Suite à sa propre initiative, bien que cela n’avait absolument rien de prémédité, Richard avait proposé à la jeune femme avec qui il partageait son café du matin depuis deux ans de venir avec lui. Pourquoi ? Il n’en savait rien. D’après sa sœur, il avait certain le béguin pour elle mais le pilote ne voulait pas trop y réfléchir. Il n’arrivait même pas à la tutoyer alors réaliser qu’il pouvait être attiré par elle ? Non, c’était tout simplement trop pour le moment. Le pilote de course se contenterait donc de profiter du moment et voir où cela le mènerait. Richard avait donc décidé de décrocher pour une journée. Il avait décidé de profiter de son voyage avec la jeune femme. Il était déjà venu au Japon de nombreuses fois pour ses compétitions mais il ne connaissait rien à part les lieux où se déroulaient ses dites compétitions. C’était une honte mais il n’avait jamais eu le courage de voyager sans sa femme. Caélia avait été sa partenaire de vacances après les compétitions. C’était avec elle qu’il découvrait de nouveaux endroits. Tout cela avait disparu avec elle. Même quand ses sœurs ou son frère étaient du voyage, il déclinait les invitations pour se rendre hors du centre de course. Les premiers jours, le jeune homme avait plongé tête baissée dans la compétition ne pouvant se permettre de se laisser distraire. Ainsley le prendrait certainement pour un fou du travail mais la jeune femme était exactement comme lui. Si il y avait bien une personne qui pouvait comprendre cela, c’était Ainsley. Mais, ce matin là, Richard avait enfin décidé de s’accorder un moment avec son accompagnatrice. Il avait prévu tout un programme de visite. Il espérait de tout cœur que cela plairait à la jeune femme. Après tout, elle dirigeait une agence de voyage. Il devait en falloir pour l’impressionner sur son propre terrain. En particulier quand Richard n’y connaissait rien et avait l’impression de s’y prendre comme un manche. Après lui avoir emmené un café qui avait pour le moins surpris la jeune femme, il avait attendu qu’elle finisse de se préparer. Puis, comme à l’accoutumée, ils avaient partagé leurs petit-déjeuner avant que Richard n’expose le programme à Ainsley. Le jeune homme avait bien essayé de lui demander si le programme tenait la route mais la PDG de l’agence de voyage la plus célèbre de Los Angeles avait pris un malin plaisir à lui rappeler qu’elle était en vacances et qu’elle devait en profiter et non pas travailler. A ce moment là, Richard l’avait regardé avec une mine dépitée avant de lui lancer « Madame Brodsky, si j’avais pu deviné que vous me refuseriez votre aide de cette façon, je ne vous aurez jamais demandé de m’accompagner ». Il la regarda d’un air déçu avant d’avancer dans le couloir, voyant qu’il n’était pas suivi, il se retourna et explosa de rire. « Non, mais je plaisante Ainsley. Je l’ai bien cherché. Mais vous devez savoir que je n’y connais rien en organisation alors il faudra faire avec mes maigres compétences. » Se rattrapa t-il bien décidé à ne pas blesser la jeune femme. Décidément, il n’avait vraiment plus l’habitude du comportement à avoir en compagnie de la gente féminine. Ainsley attrapa alors le bras du jeune homme et se laissa conduire vers l’ascenseur. A ce contact, Richard se raidit instantanément avant de se détendre. Il devait se laisser aller et arrêter de stresser pour la moindre chose. Il inspira profondément avant de sourire à la jeune femme à ses côtés et d’appuyer pour que l’engin descende au rez-de-chaussée de l’hôtel. Comme à chaque fois, qu’une personne sortait de cet établissement, une flopée de journaliste pouvait être présents dans les environs. Richard vit Ainsley rabattre ses lunettes de soleil sur son nez pour se donner un minimum d’intimité. Il s’empressa de faire la même chose. Il n’aimait guère ses vautours et était heureux de ne pas être aussi célèbre que les acteurs ou les chanteurs. Il n’aurait jamais pu le supporter sans envoyer dans le plafond un de ses paparazzis. Heureusement pour eux, il n’y en avait que trois qui guettaient les environs à la recherche d’une magnifique photo à publier dans leurs torchons qui s’appelaient « magazines ». Richard poussa un soupir avant de passer une main dans ses cheveux. Il attrapa la jeune femme par le bras et se cacha derrière un pilier décoratif ou servant au maintien de l’immeuble. Le pilier étant étroit, Ainsley avait été collé contre celui-ci et Richard s’était collé contre le corps de la jeune femme. Il adressa un regard d’excuse à la jeune femme. Elle n’avait certainement pas demandé à être poursuivie par des vautours. Et si ils voulaient pouvoir les éviter, les vautours ne devaient pas prendre conscience de leurs présences. Il réfléchit deux secondes avant de répondre à Ainsley qui lui demandait comment les éviter. « Nous avons deux solutions qui se présentent à nous. Dans tous les cas, il va falloir agir vite. Soit, on les affronte. On passe certainement un mauvais quart-heure où ils nous éblouissent par leurs flashs et posent des centaines de questions. Mais après cela, nous serons tranquilles. Ou alors, nous nous enfuyions et nous passons par l’entrée des artistes, celle qui donne près du centre d’entrainement. J’ai une ou deux motos qui sont restées là-bas. Je n’avais pas vraiment prévu de m’en servir pour une balade mais ce n’est pas celles que je vais utiliser pour les prochaines épreuves. C’est donc totalement possible. Mais si vous choisissez cette option. Il va falloir courir vite, monter sur la moto en vitesse et démarrez en trombe pour les semer. Ceux sont peut-être des vautours mais malheureusement, ils sont malins comme des singes. Je vous laisse choisir Ainsley » déclara le jeune homme en remettant en place une mèche de cheveux en place derrière l’oreille de la jeune femme. A cette distance, il pouvait sentir son parfum et il ne pouvait que penser qu’il était entêtant et lui faisait tourner la tête. Mais que lui arrivait-il ?


black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 30/12/2015
›› Love letters written : 286
›› It's crazy, I look like : Katheryn Winnick
MessageSujet: Re: Ainsley ∇ Un rendez-vous au Japon, rien que ça Ven 4 Aoû - 8:38

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un rendez-vous au Japon, rien que ça
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le temps donnait lieu à certaines opportunités d’autant plus amusantes qu’enrichissantes. Les yeux perdus dans l’écarlate qui l’affrontait, dans ce regard qui ne cessait de lui renvoyer des sortes de culpabilités mêlaient à du désir de s’en sortir, la PDG ne savait plus comment elle devait s’y prendre. Agissait-elle bien ? Mettait-elle tout en œuvre afin de permettre à Richard de comprendre qu’il avait le droit de se laisser aller avec elle ? Certains de ses agissements veillaient à lui prouver qu’ils arrivaient à construire des bases solides en raison de cette amitié qu’ils s’attachaient à partager alors que dans d’autres instants, Ainsley avait l’impression… de ne plus exister. Voire même que ses sentiments quand à son existence l’assénaient de remords puisque le jeune homme s’infligeait des tourments sans qu’elle ne puisse en comprendre les véritables raisons. Bien entendu, son caractère poli et courtois avait toujours eu tendance à faire taire ses questions à ce sujet, mais jusqu’à quand cela pourrait-il durer ? L’ainée des Brodsky ne comprenait plus rien, si ce n’était le fait qu’elle pouvait le gêner alors qu’elle n’était même pas l’instigatrice de cette invitation. Elle s’était laissée aller afin de répondre à la positive pour cette invitation et plus les jours passaient plus elle se rendait compte de son erreur. Peut-être qu’elle n’aurait pas du céder. Peut-être même qu’elle n’aurait pas du envisager cette idée seulement. Mais ni elle, ni lui ne pouvaient revenir en arrière. Et elle était bien présente avec lui, pour le soutenir dans sa compétition, pour peut être même passé du temps avec lui si il le désirait. Sauf qu’il lui donnait toutes les raisons du monde d’accepter l’idée qu’il ne le désirait pas. Alors, la jeune femme avait fini par comprendre qu’elle n’y pourrait rien et qu’elle devait simplement faire en sorte de tuer son temps à sa manière. Non pas en visitant, mais en essayant de ramener le travail au plus vite dans sa chambre dès lors qu’elle s’y enfermait. Bien sûr, Nevaeh n’avait pas été dupe plus de deux jours devant le ton auquel elle s’était confrontée. Elle avait compris beaucoup trop rapidement que quelque chose clochait et qu’elle était déçue. Chose à quoi, Ainsley se hâtait de répondre que tout allait bien et que de toutes les manières ils rentreraient bientôt. Bien sûr qu’ils rentreraient. Elle avait voulu faire confiance et finalement, elle aurait du garder le contrôle comme elle en avait l’habitude. C’était ainsi, et le mieux à faire était de relativiser les choses en profitant de tout ce qu’elle pouvait découvrir. Le monde de la moto lui était inconnu, du moins du point de vue des écuries, voilà pourquoi elle avait pu profiter de chaque instant pour en apprendre davantage aussi bien sur d’éventuelles anecdotes pour débrider son bolide que d’autres apprentissages concernant des réflexes de conduite. Comblée d’en apprendre ainsi, la jeune femme savait à présent que la moto resterait à tout jamais sa passion favorite, son havre de paix mais surtout son échappatoire.  Et malgré tout cela, la surprise n’avait pu que s’inviter favorablement dans sa chambre au moment où Richard l’avait rejoint. Peut être s’était-il rendu compte de son comportement ? A moins qu’il ne désire simplement lui rappeler combien il était inaccessible ? Quoi qu’il en soit, le sourire n’avait pas mis longtemps à se retrouver sur les lèvres de la jeune femme. Heureuse de pouvoir partager ne serait-ce que quelques minutes en sa compagnie, elle avait l’impression d’exister enfin ou plutôt d’être vue. Elle se fichait pas mal que d’autres hommes la regardent ou puissent la dévorer des yeux, ils n’étaient pas Richard Queen. Et celui qu’elle attendait, ne cessait de lui renvoyer ce regard dans lequel elle ne savait pas exactement ce qu’elle devait lire. De la joie ? Des remords ? De la culpabilité ? Il était extrêmement difficile de lire dans le jeune homme, surtout lorsque ce dernier donnait l’impression de se perdre encore et encore dans ses pensées. Signe qu’il n’était pas entièrement là et qu’elle n’était même pas en mesure de le garder auprès d’elle. Une nouvelle chute, comme celle qui la renvoyait à des années en arrière. A croire qu’Ainsley était très douée pour garder la fidélité de ses clients, mais incapable d’établir des relations dans sa vie personnelles. Est-ce que ses encouragements payaient au moins ? De prime abord, la jeune femme aurait eu tendance à répondre à l’affirmative à ce sujet alors que plus le temps s’écoulait et plus elle songeait qu’il n’en était rien. Richard établissait bien trop de barrières entre eux pour qu’elle puisse parvenir à échanger même un peu d’humour avec lui. Et en cela, elle ne ressentait que de la peine voire même une sorte de honte. La mine dépitée qu’il lui renvoyait tendait à faire disparaître son sourire alors qu’elle se sentait coupable une nouvelle fois. S’il désirait réellement Ainsley Brodsky, PDG d’une agence de voyage, il allait la trouver immédiatement. Revêtant son air sérieux et professionnel, la jeune femme finit par inspirer fortement avant de laisser échapper malgré les tentatives d’excuses qu’elle venait tout juste d’entendre. « Je trouve que vous vous en sortez très bien. Temple, parc de cerisiers et restaurant traditionnel sonne comme un superbe parcours à fouler. » Arriverait-elle à l’encourager cette fois ? Vu la manière dont il se raidissait au moment où elle prenait son bras, elle en doutait… A croire qu’elle n’était vraiment bonne à rien.

Mais heureusement, la légèreté donna l’air de prendre le dessus sur le reste, leur permettant d’accorder leurs sourires le temps du trajet dans l’ascenseur. Le silence donna lieu de recouvrer ses droits lui aussi alors que la blonde essayait de trouver un nouveau sujet de conversation. Elle avait l’impression d’être une adolescente qui se trouvait avec son premier rendez-vous du lycée et cela avait plutôt tendance à l’agacer. Elle qui, mettait toujours un point d’honneur à tout contrôler, voilà qu’elle devenait aussi silencieuse qu’une carpe devant une musique d’ascenseur. Pourquoi les choses ne pouvaient-elles pas être faciles et évidentes ? Tout simplement parce que l’humanité était compliquée. Ce constant eut tendance à s’imposer d’une manière plus qu’évidente au moment où les portes s’ouvrirent quelques secondes plus tard, dévoilant quelques photographes en quête du meilleur cliché pour le pilote. Ses instincts prirent le dessus assez rapidement, lui dictant de rabattre ses lunettes de soleil sur son nez et de baisser son regard de manière à ne pas être l’attention qui aurait pu nuire à son ami. Le soupir d’agacement qu’elle entendait visait à lui faire baisser un peu plus son regard alors qu’elle émettait des hypothèses qu’ils pourraient peut être prendre. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il s’empresse de lui prendre son bras de manière à la plaquer contre un pilier de cette manière et d’établir une certaine proximité entre leurs corps et leurs visages. Le souffle coupé, la jeune femme entrouvrit ses lèvres alors que son regard remontait pour essayer de voir par delà les verres teintés de leurs lunettes au même moment qu’une chaleur tendait à s’insinuer dans diverses parties de son corps. Cette sensation lui donna l’impression de se perdre dans une autre dimension. Un autre monde dans lequel, toutes ses questions s’envolaient pour laisser place à cette chance qu’elle pourrait saisir. Et si ce n’était pas une question de dimension et de monde ? Si elle avait droit à sa chance là maintenant ? Son cœur battait à tout rompre contre sa poitrine et devait probablement établir un rythme visible au niveau de son cou alors qu’elle portait son attention sur les diverses propositions qu’elle entendait. Affronter ou fuir ? Aller de l’avant ou retourner en arrière ? Dans tout ce qu’il émettait tout portait à croire que Richard avait déjà fait son choix, il ne restait plus qu’elle pour le faire. « Si vous afficher à mes côtés ne vous pose pas de soucis, ça ne m’en pose pas tout autant. » Son sourire n’en devenait que plus grand alors que son visage se dégageait un peu afin de permettre à Richard de mieux replacer sa mèche derrière son oreille. Cette attention lui plu énormément, l’incitant même à remonter ses mains afin de lisser doucement le haut qu’il portait. Qu’est-ce qu’il était en train de se passer ? Ainsley n’en avait aucune idée, mais pouvoir avoir le jeune homme pour elle à cet instant lui plaisait beaucoup. Loin de ses pensées moroses, il lui donnait l’impression de la voir enfin ou du moins d’être avec elle. « Par contre devant eux, il faudra se tutoyer, qu’en penses-tu Richard ? » Un nouvel amusement venait s’installer tout juste sur les lèvres de la PDG alors que son sourcil s’arquait sous sa monture de lunettes. Jouer le jeu lui plaisait bien, surtout qu’elle y voyait là l’occasion de pouvoir se confronter à une nouvelle réalité, la leur. Un nouveau soupir qui exprimait cette fois de l’encouragement vint à gonfler les poumons de la jeune femme avant qu’elle ne se dégage de derrière le pilier, se frottant un peu plus contre le corps de Richard au passage, et tendant sa main au jeune homme avec un sourire sincère. « On y va ? » Demanda t-elle avant de finalement sentir ses doigts croiser les siens et qu’ils commencent ainsi à déambuler main dans la main dans le hall de l’hôtel. Déjà quelques sons de clichés pris purent se faire entendre alors que des flashs se répercutaient contre les verres teintés de leurs montures de lunettes. Après tout, puisqu’ils avaient choisi cet affront pourquoi se cacher derrière cela ? Ainsley finit par ôter les siennes et au moment où ils franchissaient la porte de l’hôtel, la jeune femme en profita pour s’arrêter afin de les ranger dans son sac avant de venir devant la silhouette du jeune homme et de le regarder avec des yeux qui exprimaient une joie incommensurable. « Et si tu me laissais voir tes yeux à ton tour. » Sans plus attendre, elle se mit sur la pointe de ses pieds, au vue de la taille du jeune homme, et se saisit de ses dernières en souriant. C’est alors que prise dans un élan qu’elle ne contrôlait pas, qu’elle en profita pour poser rapidement ses lèvres contre les siennes dans un baiser aussi rapide que timide, mais pourtant bien désirer. « Affrontons-les » chuchota t-elle avant de se remettre à sourire pour ainsi prouver à Richard qu’elle ne regrettait rien. Au contraire, si elle avait pu, probablement qu’elle aurait donné un meilleur baiser beaucoup plus passionné. Néanmoins, elle craignait tellement d’être repoussée qu’il valait peut être mieux qu’elle joue la carte de la prudence. Reprenant ensuite sa main, elle suivit ses pas pour se rendre jusqu’à la moto et entreprit de mettre son casque avant de finalement enfourcher le bolide derrière Richard et passer ses mains autour de sa taille avant de se laisser guider vers la première destination.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 29/11/2016
›› Love letters written : 126
›› It's crazy, I look like : Armie Hammer
MessageSujet: Re: Ainsley ∇ Un rendez-vous au Japon, rien que ça Mer 13 Sep - 16:30

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un rendez-vous au Japon, rien que ça
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Pendant des jours et des jours, Richard avait hésité sur la marche à suivre. Pendant des heures, le jeune homme s’était questionné sur les raisons de son invitation. Regrettait t-il le fait d’avoir proposé à Ainsley de le suivre au Japon ? Non, aucunement mais il ne pouvait s’empêcher de se sentir coupable. Comme depuis plus de sept ans, à chaque fois que le jeune homme semblait s’autoriser à vivre, la culpabilité reprenait le dessus sur le bonheur qu’il ressentait. Il n’avait pas le droit d’être heureux alors que sa femme et sa fille n’étaient plus de ce monde. Plus rien d’autre ne devait avoir d’importance que cette disparition. Mais, plus le temps passait et plus Richard avait des difficultés à rester enfermé sur lui-même. Il recommençait à vivre et cela était en grande partie du à ses rendez-vous quotidien avec cette magnifique blonde qui occupait ses pensées de manière incessante. Mais cette culpabilité l’empêchait d’avancer, de vivre sa vie. A chaque fois que Richard faisait un pas en avant, le jeune homme reculait de deux pas. Au plus profond de lui, le pilote de course ne savait pas comment agir. Il était tiraillé entre son envie de voir Ainsley et ses réserves face à son deuil impossible à réaliser. Après des jours à s’être concentré sur ses compétitions, ignorant superbement son invité, Richard avait décidé de passer du temps avec elle. Il ne pouvait se sentir coupable éternellement et le manque de ne pas voir Ainsley était de plus en plus grand à chaque minute qui défilait. Le jeune homme avait donc décidé d’organiser un rendez-vous avec la PDG de l’agence de voyage la plus célèbre de Los Angeles. Pas de culpabilité, seulement profiter du moment présent. Pour une fois, il allait vivre pour lui et faire ce qu’il souhaitait réellement sans se soucier des conséquences. Car lorsque l’on se trouve dans le même état d’esprit que le champion de moto, vouloir sauter des étapes n’est pas recommandé. Le coureur risquait de se brûler les ailes sans même en avoir conscience. Serait-il prêt à affronter ses actions une fois que la culpabilité le rongeant ferait son grand retour ? Rien n’était moins sûr. Seulement, Richard était à mille lieux de penser à cela alors qu’Ainsley et lui-même se dirigeaient vers l’ascenseur. Extrêmement silencieux, Richard n’osait faire un geste ni même prononcer un mot. Maintenant qu’il devait agir, il avait peur, une peur incontrôlable de se faire rejeter. L’homme de pourtant plus de trente ans se comportait comme un adolescent pré-pubère d’à peine quinze ans. Il avait pourtant plus du double de cet âge, n’aurait-il donc pas du se comporter de manière plus sûr de lui ? Certainement. Seulement, Richard n’avait plus eu de rendez-vous depuis des années et ne savait pas comment il devait agir. Beaucoup trop timide, il cherchait ses mots mais ces derniers restaient bloqués dans sa gorge. Il voulait avoir un contact physique avec Ainsley mais de manière inévitable le jeune homme le fuyait. L’homme n’était plus que contradiction. Cela aurait pu durer très longtemps et certainement mal finir mais un événement inattendu permis à Richard de reprendre le desus de la situation.

Des centaines de journalistes leur faisaient face alors qu’ils sortaient tout juste de l’ascenseur. Parler de centaines de paparazzis était certainement exagéré pour décrire les dix vautours attendant de pieds fermes les coureurs devant l’hôtel. Mais, du point de vue de Richard, il était beaucoup trop nombreux. Sans même réfléchir, il plaqua Ainsley derrière un pilonne maintenant la structure de l’hôtel en place. Il ne pouvait pas prendre de décisions sans lui avoir parlé. Elle devait connaître tous les choix qui s’offraient à elle mais également les conséquences de ses actes. Si ça ne tenait qu’à Richard, il se serait jeté dans la fosse aux lions sans même attendre la réponse de la jeune femme. Mais en tant que gentleman, il ne pouvait pas décidé pour elle et la forcer dans ses choix. Le coureur s’adapterait donc à ce que son invité de marque choisissait de faire. S’exprimant clairement mais rapidement, Richard exposa les possibilités qui les attendaient à Ainsley s’autorisant même un geste tendre envers la jeune femme. Il dut lutter contre l’envie de rester durant des heures à caresser sa joue et admirer son visage d’une beauté sans pareille. Ce n’était pas le moment de se perdre dans ses rêveries. Il devait conserver son sang froid et agir. Mais son corps si proche de celui de la jeune femme pour la première fois depuis leur rencontre ne pouvait s’empêcher d’être en désaccord avec son esprit. Même son cœur semblait être contre lui au vu du rythme chaotique qu’il avait pris. Le corps d’Ainsley contre le sien lui faisait simplement perdre toute notion avec la réalité. Il ne pouvait plus se mentir, Richard ressentait quelque chose de fort pour Ainsley dépassant largement le stade de l’amitié. Le simple fait de vouloir s’afficher avec elle face à une horde de journalistes ne faisait que le prouver. Richard lui adressa un sourire encourageant attendant la réponse de la jeune femme sans même se douter de l’état d’esprit dans lequel la PDG de l’agence de voyage devait se trouver. Par ce sourire, il souhaitait lui montrer de ne pas s’inquiéter pour lui et choisir pour elle-même. Il lui montrait également que sa décision était prise. De toute manière, si il n’avait pas voulu être vu en compagnie de la jeune femme, cela ferait longtemps qu’il aurait fui utilisant la deuxième option. Aussi égoïste que cela puisse paraître, il n’aurait guère laissé le choix à Ainsley et ils auraient filé par l’entrée des artistes. Avant l’image de la jeune femme, c’était la sienne qui allait être impactée par la présence de Ainsley à ses côtés. Il était donc très sûr de lui et si il ne l’avait pas été, les choses se seraient déroulées de manière différente. Au diable les conséquences ! Mais était-ce vraiment sage de raisonner de la sorte ?

Ainsley ne mit pas longtemps avant de répondre au jeune homme. Elle semblait également avoir pris rapidement sa décision sans avoir eu besoin de réfléchir. Les choses étaient donc claires comme de l’eau de roche entre eux. Ils étaient sûrs des attentes de chacun et il n’y avait plus de non dits. Faisant un sourire resplendissant à la jeune femme, Richard du se retenir de déposer ses lèvres sur les siennes tant il était heureux de savoir qu’elle voulait être associé à son nom. C’était un grand pas dans leur relation. Mais Richard était-il vraiment prêt à le franchir ? A vouloir jouer avec le feu, on finit par se brûler les ailes. Faisant appel à une grande maitrise de soi, le pilote de course parvint néanmoins à ne pas fondre sur les lèvres pulpeuses de la jeune femme. Il fut néanmoins très étonné, lorsqu’elle lui proposa de passer au tutoiement et laisser tomber le vouvoiement qu’ils adoptaient depuis bientôt deux ans. Un sourire amusé sur les lèvres, Richard baissa ses lunettes de soleil cachant ses yeux orages sur son nez pour scruter le visage de la jeune femme. Ses deux prunelles océans brillaient d’une lueur joyeuse que Ainsley ne leur avaient certainement jamais vue. Après quelques secondes, Richard finit par répondre « Je pense que tu viens d’avoir une idée lumineuse ma chère Ainsley. ». Mais il ne bougea pas, restant caché derrière sa cachette secrète coupé de la réalité en compagnie de cette femme si importante à ses yeux. Il n’avait guère envie de partir préférant profiter du contact de leurs deux corps et jouer à ce jeu silencieux du regard qui semblaient les amuser tant. Ainsley le ramena soudain à la réalité en lui proposant d’aller affronter les vautours. Elle joignit le geste à la parole en lui tendant une main fine et délicate. Main que Richard s’empressa de prendre, nouant ses doigts aux siens. Le pilote de course et la PDG d’agence de voyage sortirent donc de leur cachète mains dans la mains afin d’affronter les journalistes. Rapidement, les flashs des appareils photos raisonnèrent aux oreilles de Richard qui se crispa légèrement malgré le sourire radieux qui s’était dessiné sur ses lèvres. Il n’aimait décidemment pas ces individus de la pire espèce à son gout. Des nombreuses questions allaient certainement voler mais Ainsley comme Richard les ignoreraient. Les paparazzis n’avaient pas besoin de réponses. Arrivés aux portes de l’hôtel, Ainsley marqua une pause afin d’ôter ses lunettes de soleil, bien décidée à réellement affronter les vautours. Elle demanda à Richard de faire de même mais avant qu’il ne s’exécute, la jeune femme s’était déjà mise sur la pointe des pieds pour lui retirer. Les deux paires d’yeux océans se rencontrèrent alors et Richard crut un instant qu’il allait se noyer à force de les regarder. Ses yeux étaient si beaux, si envoutant qu’il se sentait toute chose à peine le regard d’Ainsley croisait le sien. Alors qu’il ne s’y attendait pas, la jeune femme toujours sur la pointe des pieds déposa un baiser sur les lèvres du jeune homme. Complétement sous le choc, Richard resta sans réaction, la bouche et les yeux grands ouverts. Il serait certainement resté planté comme un piquet devant le hall d’entrée si Ainsley ne l’avait pas tiré en direction de la moto devant leur servir de moyen de transport. Les journalistes se trouvant dans les environs avaient tout simplement été effacés par le baiser si doux d’Ainsley. Jamais Richard n’aurait pensé que la jeune femme l’embrasserait. Jamais il n’aurait pensé ressentir autant de sensations si elle le faisait. Des milliers de questions volaient dans son esprit alors qu’il n’arrivait pas à se raccrocher à la réalité. Il avait posé sa main sur ses lèvres et les caressaient comme si il avait rêvé et que cela ne s’était jamais produit. Pourtant, son cœur qui battait la chamade, les papillons qui volaient dans son ventre, le bonheur qu’il ressentait ne pouvaient pas le tromper. Ainsley avait posé ses lèvres sur les siennes et il avait aimé ça. Pire, il aurait aimé avoir un baiser plus passionné, montrant tout ce qu’il ressentait à cet instant et qu’il ne savait malheureusement pas comment exprimer. La culpabilité était bien loin, les images de Caélia avaient été rangées pour être remplacées par celle d’Ainsley. Mais que se passerait-il quand Richard prendrait conscience de ce qui venait de se passer ? Quand la culpabilité serait de retour ? Enfourchant sa moto après avoir enfilé un casque, il savoura le contact de la jeune femme venant s’installer derrière lui croisant ses bras autour de son torse. Il n’avait pas prononcé un seul mot depuis qu’elle avait embrassé et qu’il avait démarré en trombe pour s’éloigner des journalistes. Le jeune homme était même resté dans ses pensées assez tendu alors qu’il conduisait pour s’éloigner de la ville. Il ne pouvait se défaire de cette sensation si intense des lèvres de la jeune femme sur les siennes et plus le temps passait plus le désir d’en avoir plus s’agrandissait. Cela devait faire une trentaine de minutes que Richard roulait à toute allure en direction de leur premier arrêt convenu. Il n’y avait maintenant plus aucune trace de la ville et seuls les champs et autres arbres étaient spectateurs. Soudain, bien qu’ils ne furent pas arrivés, Richard arrêta la moto et se gara en vitesse, avant de descendre rapidement. Il enleva son casque de moto, commençant à faire les cents pas tout en se passant une main dans les cheveux semblant lutter contre son propre désir et sa bienséance. Ainsley était également descendue de la moto et avait enlevé son casque. La jeune femme semblait troublée mais si elle parla à Richard, ce dernier ne l’entendit pas. Soudain, le jeune homme s’arrêta brusquement et se dirigea en jurant vers Ainsley. « Et puis merde » S’écria t-il alors qu’il prenait son visage en coupe avant de poser ses lèvres sur les siennes. Le désir et la passion de Richard l’avaient emporté sur son côté trop sérieux de gentleman. Le baiser qu’il donna à Ainsley n’avait rien à voir avec le premier. Ce baiser bien que très doux était empli de passion et de désir si longuement refoulés. Après plusieurs minutes, Richard rompit le baiser, posant son front sur celui de la jeune femme bien plus petite que lui et murmura doucement sans lâcher son regard des yeux « Si tu savais depuis combien de temps, j’ai envie de faire ça… ». Après une seconde à regarder la jeune femme, Richard ferma les yeux avant de déposer un nouveau baiser sur ses lèvres. Il avait attendu bien trop longtemps pour s’arrêter maintenant et qu’importait les conséquences...


black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 30/12/2015
›› Love letters written : 286
›› It's crazy, I look like : Katheryn Winnick
MessageSujet: Re: Ainsley ∇ Un rendez-vous au Japon, rien que ça Mar 19 Sep - 8:11

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un rendez-vous au Japon, rien que ça
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les sentiments des premiers instants passés, les questionnements internes en raison du mystère qui pouvait parfois entourer l’aura du jeune homme, Ainsley désirait plus que tout profiter. De l’instant, des escapades à venir, des rires qu’ils partageraient, des regards qu’ils se donneraient, des moments de complicité qu’ils voleraient, mais surtout de lui. De Richard Queen, qui, avait laissé de côté son esprit challengeur et son côté professionnel pour elle. La pdg désirait elle aussi lâcher prise, ne plus songer aux conséquences et aux divers tracas qui planaient autour de ses « et si » constants. Elle désirait les balayer d’un geste de main, les laisser ici, dans cette chambre, pour peut être même ne pas avoir à les retrouver. Puisque ce qui importait était juste là devant elle, dans ce regard à mi perdu à mi déterminé. Dans cette tentative qu’il s’efforçait de mettre en exergue pour lui prouver qu’il voulait se battre contre le passé pour ne plus avoir à l’affronter plus tard. A ses yeux qui lui avaient donné le choix de savoir si elle voulait ou non le suivre. A vrai dire, la question ne se posait plus depuis pas mal de temps à présent. Probablement depuis qu’elle avait accepté de le suivre ici, au Japon, sur un autre continent, à des milliers de kilomètres de la vie qu’elle menait à Los Angeles. Alors oui, elle voulait prendre le risque, la blonde désirait plus que tout avoir le cœur net sur ce qu’elle ressentait, sur ce comportement qu’elle n’adoptait que lorsqu’elle était avec lui, sur cette chaleur qui parcourait son corps dès l’instant où il lui accordait une once d’intérêt, sur ce sourire dont elle n’arrivait plus à se défaire maintenant qu’elle était celle qui pouvait choisir sur leur destinée. Son choix était tout tracé, elle était prête à prendre le risque et recommencerait à choisir cette même solution autant de fois qu’il le faudrait si en échange elle pouvait revoir ce regard qu’il lui lançait. Leurs mers se joignaient pour ne former qu’un seul et même océan, celui dans lequel confiance, complicité, joie et peut être même assurance se joignaient ensemble pour leur permettre une croisière sereine et bienveillante. Il y avait un peu de fierté aussi. Celle là même qui participait à l’élaboration de ce courage pour oser affronter les aléas autour. Les paparazzis n’en devenaient que des détails de plus, des êtres qui n’arriveraient certainement pas à leur ôter ce qu’ils avaient appris à construire ensemble par leur présence quotidienne dans le café. Ils pourraient ne former plus qu’un devant cette masse difforme, ils ne formeraient plus qu’un devant eux. Parce qu’ils avaient choisi ensemble mais surtout parce qu’ils n’étaient plus de simples connaissances, ni même des amis. Ils étaient bien plus que cela. Néanmoins, la jeune femme était encore incapable de mettre un terme exact sur ce qu’ils étaient en train de devenir, la seule chose dont elle était certaine n’était autre que le fait que cela lui plaisait énormément et qu’elle ne voulait plus faire machine arrière. Ne plus avoir à marcher sur des œufs, ne plus avoir à prendre des pincettes, plus maintenant qu’elle sentait son corps épouser de cette manière les cambrures naturelles du sien. Si ses yeux restaient fixés à ceux de Richard, ses pulsions internes désiraient plus, lui assénant des confidences qu’elle n’oserait jamais avouer. Il la transportait partout où il le désirait rien que par ses gestes et ses intentions, il parvenait à la déstabiliser rien que par son regard, si bien, qu’elle en oubliait les moments solitaires qu’elle avait eu à passer au cours de ces dernières journées. Leurs sourires  se répondaient mutuellement, désireux de recouvrer de cette joie qu’ils savaient s’offrir que lorsqu’ils étaient ensemble. Et puis leurs doigts en vinrent à se mêler naturellement, désireux de préserver ce lien qu’ils n’avaient de cesse de maintenir pour ainsi continuer ce voyage ensemble. La chaleur n’en devenait que plus confortable, semblable à un cocon que la blonde ne voulait plus quitter, alors qu’ils franchissaient les quelques limites qu’ils s’étaient imposés. Ils s’affichaient ensemble devant cette assemblée, prêts à transmettre ce désir d’aller en avant de tout ce qu’ils avaient pu partager jusqu’alors. Ainsley ne se posait plus aucune question, où s’il y en avait, ces dernières dirigeaient son regard vers le visage du jeune homme. Son sérieux, devant les appareils photos, la frappa, l’enivrant presque alors qu’elle songeait à cette distance qu’il rapprochait de plus en plus d’elle. Peut être qu’il parviendrait même à la contourner ? La franchir ? De manière à ainsi lui accorder une place dans sa vie. S’il en émettait le désir, la jeune femme serait prête à l’aider, prête à lui offrir l’intégralité de son courage pour qu’il n’en ressorte que plus grand. Car Richard était un homme dont la splendeur naturelle n’avait d’égale que la bonté de son cœur. Un homme, qui, avait su reconnaître ses faiblesses pour les transformer en forces, un homme qu’elle admirait de plus en plus.

Les sons des divers flashs passés, l’air extérieur rappela à quel point l’oppression pouvait être un mal à part entière. Néanmoins, les intentions d’Ainsley demeurèrent intactes alors que son désir ne faisait que monter de plus en plus. Son caractère entreprenant en arriva même à prendre le dessus sur le reste. Lui accordant le courage nécessaire pour rapprocher la proximité qui les séparait encore. Ses convictions n’en devenaient que plus résolues encore, alors qu’elle relevait les lunettes du jeune homme. Laissant ses yeux se perdre à nouveau dans ce rêve qu’elle apprenait tout juste à élaborer, rapprochant un peu plus encore la limite qu’ils avaient pu s’infliger, finalement, Ainsley ne pouvait plus tenir. Ses lèvres sur les siennes n’en devinrent que le résultat de son désir pourtant tenu à distance depuis pas mal de temps déjà. La pdg ne pouvait laisser cette chance lui échapper, pas alors que son cœur lui rappelait combien il était existant en ce moment même. Richard la transportait par delà les cimes de la ville, vers ce ciel qui donnait, pourtant, l’impression d’être intouchable. Voilà qu’elle s’y trouvait juste à cet instant précis, par ce baiser qui l’enivrait malgré sa timidité. Par ce goût qu’elle n’était pas encore capable d’en élucider les teintes parce qu’elle n’osait pas encore y ajouter de la passion. Son sourire n’en devenait que plus grand, ses yeux cherchèrent même à transmettre ce message inavoué dans lequel son ravissement s’y trouvait, au moment où elle reconnaissait de la surprise dans les appréhensions du jeune homme. Étaient-ils sûrs d’avoir à partir ? Le monde entier disparaissait sous les augures de ce sentiment d’apaisement. A moins qu’ils ne se construisent devant ce regard envoutant ? Le fil de ses pensées parvenait à se perdre déjà, surtout au moment où la réalité la frappa et lui asséna l’idée d’une potentielle erreur par son geste. Richard aurait très bien pu la repousser, tout du moins, lui faire comprendre qu’elle s’était trop engagée vers un chemin hasardeux. Mais pourtant il n’en était rien de cela. Au contraire, cette surprise qu’elle lisait, malgré la raideur de ses membres, lui témoignait de quelque chose d’autre qu’elle ne lui connaissait pas encore.  Une chose, qui la rassurait bien plus qu’elle n’aurait pu l’effrayer et qui l’incitait à recouvrer son courage pour l’inviter à la rejoindre. Leur journée n’en devenait que plus idyllique alors que son corps épousait à nouveau celui du coureur sur sa moto. Un soupir d’apaisement échappa d’entre les lèvres de la blonde alors que ses yeux se fermaient et que son sourire se dissimulait volontiers derrière le casque qu’elle portait. Pour l’une des rares fois de sa vie, Ainsley Brodsky ne ressentait plus cette tension sur ses épaules. Elle s’en soulageait au profit de ce sentiment de sérénité qui lui rappelait que la vie pouvait parfois apporter de bonnes choses. Lorsqu’elle ouvrait ses yeux, la jeune femme essayait simplement de voir les diverses bâtisses qu’ils contournaient comme si il s’agissait d’une première fois.  Elle en appréciait chaque détail, tout comme elle appréciait ressentir cette fougue qui donnait l’impression d’échapper de leurs corps pour conduire l’engin. La conduite de Richard était sportive et cela ne fit qu’alimenter un peu plus le désir de la pdg d’en vouloir plus.

Ses doigts se serraient un peu plus sur la veste de cuir du jeune homme, son corps se rapprochait incontestablement du sien, sans même qu’elle n’en prenne conscience. Tout dans ses agissements n’en devenaient que de plus en plus subconscient alors que son cœur lui battait d’une manière qui n’avait de cesse que de la plonger dans une réalité qu’elle appréciait. Bientôt Richard se déportait de la route pour s’engouffrer vers un chemin non balisé, jusqu’à ce que le moteur ne soit coupé et qu’il ne retire son casque. A ce geste, Ainsley fit de même et regarda aux alentours pour essayer de reconnaître, peut-être, une des visites qu’il lui avait décrite plus tôt. Son sourire heureux s’évapora soudainement, devant le spectacle devant lequel elle se heurtait. Ses yeux se froncèrent dans le même temps qu’ils suivaient les mouvements de va et vient qu’il établissait dans cette démarche qui exprimait son mal être. « Tout va bien ? » lui demanda t-elle avec de l’inquiétude aussi bien dans le ton qu’elle venait d’employer que dans ce regard qu’elle lui portait. Mais elle n’eut d’autre réponse que le silence. Le silence et cette sorte d’énervement qui contrastait maintenant complètement avec ce désir qu’elle avait pu lire toute à l’heure dans ses yeux. Le doute vint à trouver rapidement une place ici. Mettant à nouveau de la distance entre ce qu’ils avaient pu vivre toute à l’heure et ce qu’ils avaient traversé pendant ces quelques jours. Instinctivement, Ainsley songea au baiser qu’elle lui avait donné avant de partir, émettant la conclusion quasi parfaite entre la comédie qu’il avait probablement du jouer devant les appareils photos et la réalité. Elle s’était trompée sur toute la ligne et cela eut tendance à lui faire du mal. Sa déception eut surement l’occasion de se glisser dans le bleu de ses yeux alors qu’ils se lançaient un nouveau regard. Pourtant le temps lui donna l’impression de se figer au moment où Richard lui donna l’impression de s’emporter. Elle eut d’ailleurs un mouvement de recul, à cet instant où il se rapprocha d’elle avec cette conviction qui aurait put en effrayer plus d’une. Mais au lieu d’avoir peur, de se sentir énervée, déçue, ou elle ne savait trop quoi, Ainsley ressentit une chaleur émaner de son cœur et remonter jusqu’à ses joues lorsqu’il lui prit le visage de cette manière entre ses mains. Si son expression faciale exprimait de la surprise dans les premières secondes du baiser échangé, elle se changea bien vite en une passion dévorante devant les impulsions entreprises du jeune homme. Si bien, que naturellement ses mains remontèrent au niveau de son cou pour laisser l’animosité du baiser s’exprimer davantage encore. La tendresse ne tarda pas à se mêler à cet échange et pourtant la passion la dévorait encore de l’intérieur alors que cette fois-ci elle eut l’occasion de le goûter véritablement. Leurs souffles s’entrechoquaient sous les impulsions passionnelles qu’ils s’échangeaient jusqu’à ce qu’il ne rompe en premier le contact. La jeune femme releva sa tête et ses yeux de manière à pouvoir accorder leurs tailles dans cette position. Profitant de ce contact qui la faisait sourire, Ainsley osa franchir la distance qui les séparait encore pour que son corps en vienne à s’accoler au sien. « Si tu savais depuis combien de temps, j’attendais que tu fasses ça… » rétorqua t-elle avec une pointe d’amusement dans la voix devant ce regard qu’elle se plaisait à retrouver. Ses lèvres encore désireuses de vouloir retrouver les siennes, elle osa les effleurer jusqu’à ce qu’il ne cède le premier et l’enivre à nouveau de sa passion. Elle y répondait volontiers, y laissant se mêler sa passion et sa tendresse. Son cœur était probablement au bord de l’implosion, et la chaleur qu’elle ressentait n’en devenait que plus irradiante. La tendresse mêlait aussi bien des instants de douceur que quelque chose de plus sauvage, lui laissant l’opportunité d’amener Richard contre un arbre. Ses doigts s’engouffraient dans sa chevelure, jusqu’à ce que l’un d’eux ne parvienne à se frayer un chemin entre leurs lèvres, rompant ainsi le baiser qu’ils se donnaient encore. « A ce rythme, on arrivera peut être pas à tenir ton planning. » Et est-ce que cela était un problème ? Pour la pdg pas du tout à partir du moment où elle pouvait simplement profiter de la présence de Richard. Son corps entier répondait à ses pulsions et autant l’avouer, elle voulait simplement retourner dans une de leurs chambres pour s’adonner complètement à lui. Cette idée eut tendance à faire naître un sourire en coin sur le bord de ses lèvres alors que son autre main rejoignait la première pour que toutes les deux descendent à l’unisson sur le torse du coureur. Ses lèvres se rapprochèrent une fois de plus de celle de Richard et alors qu’elle l’embrassait à nouveau, la jeune femme entrecoupa chacune de ses interventions par des dires qui prouvaient de son lâcher prise le plus total. « Ce que je visite est époustouflant. » Ses mains avaient profité de leur découverte pour abaisser doucement la fermeture éclair de la veste de Richard et s’engouffrèrent vers le bas de son tee shirt pour leur permettre d’explorer son ventre dans un premier temps. Ses baisers reprirent là où ils les avaient laissés, désireux de profiter tout simplement de tout ce qu’il avait à lui offrir. Elle en faisait de même à son tour, sans se cacher, sans craindre en une quelconque conséquence, Ainsley voulait simplement perdre pied et le faire avec Richard.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is through you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 29/11/2016
›› Love letters written : 126
›› It's crazy, I look like : Armie Hammer
MessageSujet: Re: Ainsley ∇ Un rendez-vous au Japon, rien que ça Ven 10 Nov - 14:49

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un rendez-vous au Japon, rien que ça
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le bonheur n’était qu’une pathétique illusion, aveuglant la majorité des personnes peuplant la planète. La vie n’était qu’une amère ironie qui ne valait pas la peine d’être vécue. Mais personne ne semblait s’en rendre compte à part lui. Les passants qu’il observait alors qu’il marchait dans la rue, respiraient le bonheur et la joie de vivre. Rien que le fait de les voir si heureux suffisait à lui faire monter la bile dans la gorge et il devait détourner le regard avec dédain. Pourquoi méritaient-ils de vivre cette illusion alors que lui devait affronter la dure réalité, réalité qu’il était apparemment le seul à apercevoir ? La vie ne tenait qu’à un fil et personne ne pouvait choisir le moment où ce fil se briserait, réduisant la vie d’une personne à néant, la conduisant à la mort, la consumant jusqu’à la réduire en cendres. Nous sommes nés poussière et nous redeviendrons poussière. Certaines personnes crapuleuses pouvaient vivre une centaine d’année alors que des enfants innocents perdaient la vie suite à de terribles maladies. Où était la justice dans tout cela ? Désillusion. Amertume. Sarcasme. Plus rien n’avait d’importance. Plus rien ne comptait. La vie n’était pas juste. Elle ne valait pas la peine d’être vécue. Pendant des jours, des mois, des années, Richard Queen avait pensé de cette manière. Son existence n’avait plus aucun sens. Sa vie se résumait au néant. La personne la plus importante de sa vie s’était envolée comme un nuage de fumée emporté par le vent. Il n’avait rien pu faire pour la retenir. Suite à cette disparition, le jeune homme qu’il était à l’époque s’était refermé sur lui même coupant court à sa vie, s’interdisant de vivre. Il ne méritait plus d’être heureux sans celle qu’il avait aimé plus que tout. Sans Caélia, son existence n’avait plus d’intérêt. Richard Queen ne pouvait simplement pas vivre sans elle.

Durant sept longues années, Richard s’était convaincu que la manière dont il vivait, était celle qui lui convenait le mieux. Le jeune homme s’interdisait le moindre bonheur et se noyait dans le travail et la compétition. Pendant sept ans, la moto lui avait permis de rester dans le monde des vivants entre la vie et la mort. Car, on ne pouvait pas dire que le pilote de course avait vécu au cours de ces longues années. Non, le sportif s’était maintenu en vie. Il avait subi son existence comme une âme en peine, sans but. Il préférait rester caché dans le passé plutôt qu’affronter le présent et essayer de faire son deuil. Cette douleur constante qu’il ressentait l’empêcher de remonter la pente et il sombrait de plus en plus profondément au fil des jours qui passaient. Mais l’idée de passer à autre chose, de mettre Caélia de côté lui était insupportable. Cette douleur qui l’empêcher de respirer correctement, qui lui broyait le cœur, Richard avait appris à vivre avec et si elle devait disparaître, il ne saurait pas comment se comporter. Le jeune homme ne parvenait tout simplement pas à tourner la page malgré les nombreuses heures passées chez les psychologues.

Mais depuis quelques temps, deux ans pour être exacte, Richard commençait à évoluer. Il arrivait à se concentrer sur autre chose que ses compétitions. Ses sœurs l’avaient parfois surpris en flagrant délit alors qu’il souriait doucement face à une pensée qu’il venait d’avoir. Et la seule qui parvenait à le faire sourire, se nommait Ainsley. Pendant des années, Richard avait essayé de maintenir un fossé entre eux. Durant deux ans, ils s’étaient contentés de partager un petit-déjeuner tous les matins dans un célèbre café de la ville. Aucun des deux n’avaient cherché à avoir plus. Richard avait essayé de se convaincre qu’il ne se passait rien avec la jeune femme, qu’elle était une simple amie. Mais il avait du se rendre à l’évidence. Il ressentait plus pour elle qu’une simple amitié. Le pilote de course était tout simplement incapable de décrire de quoi il s’agissait mais ce sentiment lui redonnait le sourire. Pour la première fois depuis des années, Richard Queen avait envie d’être heureux. Richard Queen avait envie de vivre sa vie sans la subir. Peut-être avait-il trouvé un nouveau but à son existence sous les traits d’Ainsley ? Bien entendu, le jeune homme agissait avec la PDG de l’agence de voyage comme un oiseau effrayé. Il faisait un pas en avant puis il reculait de deux. Le moindre geste ou la moindre parole de la jolie blonde pouvait lui faire prendre peur et disparaître pendant plusieurs jours de suite. Mais Richard finissait toujours pas revenir vers elle. Il s’était aperçu qu’il ne supportait pas de rester loin d’elle trop longtemps. Il avait besoin des longues conversations qu’ils pouvaient avoir tous les deux. Avec Ainsley, il pouvait parler de tout sans se sentir jugé. Peut-être parce qu’elle ne savait rien de lui ? Elle ne savait pas qu’il avait été marié, pas qu’il était veuf. Il ne ressentait pas cette pitié que tout le monde lui renvoyé. Puis un jour, il avait craqué. Sans savoir ce qu’il faisait, sans se rendre compte, Richard avait proposé à la jeune femme de l’accompagner à une de ses compétitions au Japon. Alors qu’il se rendait compte de ce qu’il venait de faire, il était déjà trop tard pour regretter. Dans la foulée, Richard lui avait même avoué qu’il était veuf. Mais le regard de la jeune femme n’avait pas changé à son encontre.

Cependant, comme à chaque fois que Richard faisait un pas en avant, il avait reculé d’une bonne dizaine de kilomètres. Pendant les jours qui avaient suivi leur arrivé au pays du soleil levant, le jeune homme s’était fait un devoir d’éviter Ainsley. Il s’était lui-même convaincu que c’était parce qu’il devait se concentrer sur la compétition. Mais en réalité, Richard avait peur. Il avait peur de ce qu’il pourrait se passer avec cette femme extraordinaire. Ainsley était la première femme qu’il amenait pour une compétition si importante depuis Caélia. Rose ou Freya étaient bien entendu souvent venu lui tenir compagnie mais c’était ses sœurs. Il n’y avait rien de comparable avec la relation qu’il pouvait avoir avec la blonde. Mais comme à chaque fois qu’il fuyait Ainsley, le jeune homme revenait. Après plusieurs jours à avoir agi de manière honteuse, Richard avait fini par se rendre compte qu’il ne pouvait pas continuer comme cela. Le pilote de course avait alors organisé un rendez-vous pour la jeune femme. Il avait fait en sorte que tout soit parfait pour qu’ils passent un bon moment et puisse profiter de ce magnifique pays dans lequel ils se trouvaient. Le challenge était difficile sachant qu’Ainsley travaillait dans une agence de voyage mais il espérait néanmoins lui faire plaisir et surtout se faire pardonner de son comportement. A peine avait-il frappé à sa porte, que déjà son cœur se mettait à battre la chamade. Comment avait-il pu resté loin d’elle si longtemps ? La réponse à cette question était des plus évidentes. Il se sentait coupable. Richard avait l’impression de trahir et de tromper Caélia. Mais dès qu’il était en présence d’Ainsley, ses doutes se dissipaient et le jeune homme essayait de se concentrer sur le moment présent. Ce rendez-vous devait être parfait. Il devait montrer à Ainsley qu’il ne se payait pas sa tête. Mais Richard ne se serait certainement jamais douté que les choses se passeraient de cette manière entre eux. Jamais il n’aurait pu prédire l’issu de ce rendez-vous.

A peine étaient-ils arrivés dans le hall d’entrée que déjà les choses échappaient au contrôle de Richard. Une horde de paparazzis faisait le pied de grue devant l’hôtel cherchant certainement à prendre des photos des célèbres coureurs. Depuis les sept dernières années, ces rapaces avaient perdu tout intérêt en Richard. Pour eux, il n’était qu’un veuf dépressif malgré ses nombreuses victoires et son talent pour la moto. Les seuls articles qui étaient parus sur lui depuis le décès de sa femme étaient des articles traitant de ses victoires. Mais le jeune homme savait très bien que de voir le grand Richard Queen en compagnie d’une jeune femme qui n’était aucune de ses deux sœurs, allait réveiller ses oiseaux infâmes avides d’informations juteuses. Il avait fallu agir en vitesse et dans la précipitation. Richard savait comment se comporter dans ce genre de situation. C’était comme en moto. Il ne fallait pas réfléchir pendant des heures en se retournant une question dans sa tête. Il avait alors exposé ses choix à Ainsley. Affronter ou Fuir. Secrètement, le jeune homme espérait qu’elle voudrait les affronter. Dans ses moments d’action, le cerveau de Richard était aux abonnés absents. Il agissait avec son cœur et ce qu’il avait envie. Mais le revers de la situation serait-il bien pour les deux tourtereaux lorsque le pilote de course se rendrait compte de ce qu’il venait de faire ? Lorsqu’il recommencerait à se poser un million de question ? Mais dans le feu de l’action, Richard profitait simplement du temps qu’il passait avec Ainsley. Il aimait sa présence à ses côtés, sentir les effluves de son parfum qui venaient lui chatouiller les narines. Cette femme était tout simplement extraordinaire et elle était à ses côtés. Richard se laissait guider par Ainsley et par l’adrénaline. Mais quand la jeune femme déposa un baiser sur ses lèvres devant tous ses journalistes, le cerveau de Richard se déconnecta encore un peu plus. Il savait qu’il devait s’échapper d’ici le plus vite possible avant de se faire dévorer par ses rapaces. Il avait donc entrainé Ainsley à sa suite et l’avait fait monté sur sa moto sans oublier de lui faire parvenir un casque. Sans penser à la manière dont il conduisait, Richard poussa sa moto à grande vitesse afin de s’éloigner le plus rapidement possible de la foule. Sa conduite était sportive comme d’habitude. Il faisait de la moto à haut niveau ce n’était pas pour rien. Mais il n’avait pas calculé que Ainsley aurait pu avoir peur. L’habitude l’avait empêché de réfléchir qu’il pouvait conduire trop brutalement pour elle. Il aimait tellement sentir ses bras s’enroulaient autour de sa taille. Son corps était si proche de celui de la jeune femme qu’il devinait ses courbes gracieuses. Leurs deux corps s’emboitaient parfaitement alors que la moto dansait à vive allure à travers les virages de la campagne japonaise. Le seul souhait de Richard était de s’éloigner de la ville, de la foule. Le pilote de course souhaitait être seul avec Ainsley. Il voulait plus que tout profiter de son contact et de cette journée. L’image de ce baiser qu’Ainsley lui avait donné ne cessait de tourner dans sa tête. Il ne pouvait pas s’en détacher. Il ne pouvait pas penser à autre chose. Le jeune homme sentait son corps tendu. Ses muscles ne parvenaient pas à se relaxer. Ce baiser avait déclenché des sensations bien trop intenses dans son corps, dans son esprit. Cela faisait des années qu’il n’avait pas été embrassé par une femme, des années qu’il n’avait pas embrassé une femme. Il s’était toujours refusé à ce que les lèvres d’une autre touche les siennes après le décès de sa femme. Bien entendu, il avait eu des aventures d’un soir étant un homme avec des désirs et des besoins. Mais jamais il ne les avait autorisé à l’embrasser. Ses relations n’avaient rien eu de romantique, cela se résumait à un rapport bestial dont le jeune homme n’était pas fier. Mais il lui était impossible de donner plus à ses femmes. Le baiser que Ainsley venait de lui donner était le premier depuis la disparition de Caélia.


Perdu dans ses pensées, dans ses sensations qu’il ressentait naitre en lui, Richard oublia totalement le programme qu’il avait mis tellement de temps à préparer pour rendre ce rendez-vous parfait. Après avoir roulé pendant une trentaine de minutes, Richard s’arrêta en plein milieu de la campagne japonaise. Après s’être détaché d’Ainsley et avoir mis la béquille pour faire tenir sa moto, le jeune homme retira son casque. Il le laissa tomber dans les herbes hautes du bord de la route. Il avait besoin de réfléchir. Il avait sérieusement besoin de savoir ce qu’il devait faire. Ce baiser lui avait complétement embrouillé le cerveau. Il n’avait qu’une envie, plaquer Ainsley contre un arbre et l’embrasser jusqu’à plus soif. Mais pouvait-il réellement faire ça ? Pour une fois, son cerveau et son cœur semblaient être sur la même longueur d’onde. Pour une fois, il ne se posait pas des questions sur le fait d’avoir le droit de faire cela via à via de Caélia. Au contraire, il avait peur qu’Ainsley interprète mal son action. Richard faisait les cent pas dans ce champ, se passant de temps en temps une main dans les cheveux réfléchissant à la marche à suivre. Devait-il écouter son désir ? Ses pulsions qui étaient nées en lui suite à ce baiser ? Le jeune homme était complétement déconnecté de la réalité. Il ne se rendit même pas compte qu’Ainsley était descendue de la moto et qu’elle le regardait d’un air inquiet. Il ne se rendit pas compte qu’elle lui parlait doucement pour savoir si tout allait bien. Alors qu’il allait entamer un énième va et vient, son regard tomba sur celui inquiet de la jeune femme qui l’accompagnait. Son sang ne fit qu’un tour alors que son rythme cardiaque s’accéléra encore un peu. Elle était tellement belle avec ses cheveux un peu en bataille à cause de la vitesse de la moto et le port du casque. Ses yeux océans lui faisaient ressentir tellement de choses. Fermant les yeux, Richard déglutit avec difficulté alors que le souvenir du baiser revenait de plus bel dans son esprit. Un simple contact des lèvres d’Ainsley avait déclenché tant d’émotions chez le jeune homme. Un véritable combat avait lieu dans la tête de Richard. Mais voir Ainsley ainsi devant lui, coupa court à tous ses doutes. Et alors qu’il jurait, il s’approcha à grand pas d’elle pour l’embrasser avec une passion qu’il ne se connaissait pas.

Si le premier baiser avait eu un effet incroyable sur le jeune homme, ce n’était rien comparé à ce qu’il ressentait maintenant. Son cœur allait exploser dans sa poitrine, des dizaines de papillons semblaient avoir décidé de se libérer de leurs cages dans son ventre. Rompant le baiser, Richard avoua que cela faisait longtemps qu’il avait envie de faire cela. Et quand Ainsley lui répondit que cela faisait aussi longtemps qu’elle attendait qu’il le fasse, le désir ne se fit que plus intense. Le jeune homme ne tarda pas avant de fondre de nouveau sur les lèvres de la PDG. Maintenant qu’il les avait gouté, il ne voulait pas rester loin d’elles trop longtemps. Même cette courte pause lui avait semblé être bien trop longue et une torture. Ce nouveau baiser fut beaucoup plus intense et passionné que le précédent. Pour la première fois depuis sept ans, Richard se laissait aller à ses envies. Pour la première fois depuis le décès de Caélia, Richard s’autorisait à vivre pleinement. Le jeune homme passa une main sur la taille de la jeune femme pour coller davantage son corps contre le sien. Maintenant qu’il pouvait l’avoir contre lui, il ne pouvait pas supporter d’avoir le moindre espace entre leurs deux corps. Son autre main alla fourragea dans les cheveux déjà en désordre de la jeune femme. Blond comme les blés, ils étaient aussi incroyablement doux et Richard se surprit à apprécier les caresser. Emporté par le moment, le pilote de course n’hésita pas avant d’approfondir le baiser. Il était digne d’une grande histoire d’amour que l’on pouvait voir au cinéma. Ainsley ne semblait pas se plaindre non plus de ce qui se passait entre eux. Elle n’avait pas tardé à le plaquer contre un arbre pour avoir un meilleur accès à sa bouche. La jeune femme s’accrochait désespérément à la veste de Richard comme si elle avait peur qu’il disparaisse. Ce baiser leur faisait ressentir beaucoup trop de sensations à tous les deux.

Lorsque Ainsley rompit le contact de leurs deux lèvres, ce fut un grognement de mécontentement qui quitta la bouche de Richard. Il ne voulait pas arrêter de l’embrasser. Pas encore. « Au diable mon planning » lui répondit-il les yeux brillant d’une lueur que la jeune femme ne devait pas lui connaître. Certainement pour la première fois qu’elle le connaissait, il n’y avait aucune once de tristesse dans son regard. Les mains d’Ainsley qui se baladaient sur son torse lui faisaient totalement perdre l’esprit alors que de nouvelles pulsions naissaient dans le corps de Richard. Le jeune homme désirait Ainsley plus que tout. Et proche comme ils étaient, la jeune femme devait certainement le savoir. Il n’y avait aucun doute là dessus. Seule une imbécile n’auraient pas senti le désir de Richard contre elle. « Peut-être pourrions nous faire un nouveau programme » Murmura t-il proche de l’oreille de la jeune femme d’une voix où l’on pouvait clairement sentir l’envie et l’excitation. Richard Queen avait complétement perdu la tête et le contrôle de son corps après avoir échangé un simple baiser avec Ainsley. Quand la jeune femme embrassa de nouveau Richard, ses yeux se fermèrent alors qu’une nouvelle décharge de plaisir prenait possession de son corps. Il n’y avait aucun doute à avoir. Ainsley avait elle aussi envie de bien d’autres choses qu’une visite touristique du Japon. Coquine, elle essayait de faire tomber les dernières barrières de résistance du jeune homme et de le faire craquer. Elle voulait qu’il change le programme. Elle venait de réussir. Il entendit à peine la fermeture éclair de sa veste descendre mais par contre, il sentit très clairement les mains de la jeune femme sur sa peau nue. Elle venait de passer ses mains sous son tee-shirt et caresser maintenant son ventre. Fermant les yeux une nouvelle fois, il accueillit avec un plaisir non dissimulé un nouveau baiser empli de passion. Cette femme lui faisait perdre l’esprit. Le désir se mêlait au plaisir et un léger son de contentement quitta ses lèvres. Il ne pourrait plus lui opposer aucune résistance. Toutes ses barrières étaient tombées. D’un mouvement qui allait certainement surprendre la jeune femme, il se décala de l’arbre contre lequel il était et inversa leurs positions. D’un geste vif, il sortit les mains de la jeune femme de sous son tee-shirt et les bloqua avec ses propres mains avant de les placer au dessus de la tête de la PDG de l’agence de voyage. Elle était prise à son propre piège, bloquée à son tour contre l’arbre. Sans pour autant arrêter ce qu’ils avaient commencé, Richard colla de nouveau son corps contre elle, ne pouvant rester loin trop longtemps. Ses lèvres se posèrent doucement à la naissance de son cou et il déposa de doux baisers remontant vers son oreille. « Si vous continuez comme cela Mademoiselle, vous allez avoir droit à une visite plus poussée. Et je ne parle pas du Japon » Murmura t-il de manière suave à l’oreille d’Ainsley. Lui-même ne se reconnaissait pas. Cela faisait des années qu’il ne s’était pas comporté ainsi. Des années que Richard n’avait pas désiré une femme à ce point. Son désir était si grand qu’il en avait presque mal. « Au diable le Japon. J’ai tellement plus intéressant à découvrir » Murmura t-il encore une fois, sa voix toujours plus rauque. D’un geste précis, le jeune homme mordilla doucement le lobe de l’oreille d’Ainsley. Elle lui avait fait perdre le contrôle. C’était son tour maintenant. Délicatement, une de ses mains souleva le haut de la jeune femme et à l’aide de son pouce, Richard caressa doucement la peau nue qui se dévoilait. Il ne s’aventura pas plus loin, se contentant de faire des petits cercles avec son doigt. Le but était de lui faire perdre la tête, pas de lui faire l’amour contre cet arbre. Bien que si ils continuaient de la sorte, Richard n’était pas sûr de pouvoir attendre de rejoindre l’hôtel. « Mais si vous continuez Mademoiselle Brodsky, je ne suis pas sûr de pouvoir me contenir avant de rejoindre l’hôtel. A moins que vous ne souhaitiez rester ici ? » Demanda t-il toujours sur le même ton, appel à la luxure. Sans même sans rendre compte, il était revenu à vouvoiement. Il avait toujours trouvé cela terriblement sexy et excitant de parler à la deuxième personne du pluriel dans ce genre de moment. Ayant fini de dire ce qu’il avait sur le cœur, Richard fondit une nouvelle fois sur les lèvres de la jeune femme sans enlever sa main. Il ne voulait plus perdre contact avec sa peau. Il fallait rapidement qu’ils se rendent dans cet hôtel si ils ne voulaient pas que leur première fois se déroule contre un arbre dans un champ de la campagne japonaise. Ce n’était pas le plus romantique, bien qu’il pouvait y avoir un certain charme. Ici, ils étaient seuls au monde. Elle et lui. Loin de tout. Loin de la réalité. Et pour la première fois depuis si longtemps, Richard Queen avait terriblement envie de vivre sa vie.


black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 30/12/2015
›› Love letters written : 286
›› It's crazy, I look like : Katheryn Winnick
MessageSujet: Re: Ainsley ∇ Un rendez-vous au Japon, rien que ça Ven 24 Nov - 14:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un rendez-vous au Japon, rien que ça
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les doutes et les remises en questions s’estompaient petit à petit. Délivrant des instants dans lesquels la bienveillance trouvait refuge dans les sourires qu’ils osaient s’offrir l’un et l’autre. Les hommes n’étaient pas tous mauvais, ils ne désiraient pas tous élaborer des plans consistant à mettre à mal la confiance d’une femme. La jeune femme en avait la preuve vivante, dès lors que ses yeux reconnaissaient la silhouette du coureur moto. Le sourire lui revenait dès les premières secondes, dès ce moment où leurs regards se croisaient pour ainsi prouver au reste du monde qu’ils se comprenaient. Peut-être pas de la manière dont beaucoup espéraient, néanmoins ce qu’ils avaient su construire au fil du temps et grâce à leur rituel avait eu une incidence bien précise en eux. Richard avait pu reconstruire la confiance d’Ainsley. Par son écoute, par ses avis, mais surtout par ce qu’il lui échangeait en retour, ce jeune homme était parvenu à lui ouvrir les yeux sur le fait qu’elle avait droit autant que quiconque de se reposer sur quelqu’un. Et cette personne avait eu le mérite de lui ouvrir son cœur, sans même s’en rendre compte, dès lors que les rendez-vous se répétaient tous les matins. Pendant deux années, les sourires gênés s’étaient transformés petit à petit en des intentions d’autant plus réelles que douces, les confidences échappées à la volée, s’était dégagée comme des sureté qui leur avait permis d’anticiper cette confiance à venir, mais surtout leurs présences avaient su consolider un peu plus les parois de cette confiance dont ils étaient les seuls à en connaître les secrets. Richard Queen avait réussi à ce que les appréhensions et les craintes de la PDG ne s’envolent au plus loin, pour oser lui faire croire que le monde n’attendait qu’elle. Non pas parce qu’elle était assez bien placée dans une hiérarchie, mais parce qu’elle n’avait été qu’une victime de plus face à l’injustice. Femme trompée, femme souillée à la suite des révélations que son ex-mari avait pu lui jeter à la figure comme un verre d’acide trempé, la blonde n’avait plus osé croire en une quelconque sureté, et pourtant, il était parvenu à lui prouver le contraire. Alors même si il l’abandonnait à son tour sous prétexte de concentration à retrouver. Même si il la délaissait pendant plusieurs jours pour ainsi préserver son intimité face au reste du monde, une part de la jeune femme ne lui en tenait pas rigueur. Certes, la déception avait eu raison d’elle les premiers jours. Tant bien même qu’elle en était venue à se demander pourquoi l’avoir convié si c’était pour la laisser à son triste sort par la suite ? Mais il ne suffisait que de quelques secondes, que de ce regard qu’il accrochait au sien de cette manière pour en oublier tout le reste et se laisser bercer par cette complicité qu’ils recouvraient. Le bleu de ses yeux savaient l’appeler, la rassurer à leur manière alors qu’elle désirait simplement lui prouver qu’il avait également sa place à ses côtés. Les révélations concernant son passé furent une étape de plus qu’ils avaient su franchir avec le plus de bienséance possible. Ainsley connaissait à présent les démons qui le hantaient et elle était prête à l’attendre encore et encore tant qu’il lui revenait. Néanmoins, le doute lui revenait dès lors que les songes l’amenaient à se projeter vers une autre direction. Qu’en serait-il au moment où Richard aurait assez confiance en lui ? La délaisserait-il au profit d’une autre ou au contraire veillerait-il à garder tout ce qu’ils avaient pu consolider avec les années ? La jeune femme en avait même délaissé l’idée qu’elle aurait pu lui plaire d’une quelconque manière que ce soit. Leur amitié lui importait bien plus que l’ivresse d’un désir partagé. Et les réserves qu’elle avait pu élaboré avec le temps n’existaient plus, au point que la douleur quant à un quelconque abandon venant de sa part lui aurait été telle qu’elle ne savait pas comment l’anticiper. Est-ce qu’elle pouvait croire en une autre tournure ? Est-ce qu’elle pouvait délaisser son contrôle au profit d’une réelle libération ? Le temps le lui dirait certainement, tout comme il serait à même de pouvoir participer à toute cette histoire qu’ils étaient en train d’écrire. La leur. Celle qui inscrivait en haut d’une page l’élaboration d’un nouveau chapitre. L’intrigue n’en deviendrait que plus enivrante, surtout face à ce regard dans lequel elle se plongeait à peine. Si elle pouvait se noyer, alors elle plongerait la tête la première dans cet océan qui lui faisait face.

Les intentions de Richard ravivaient chacune des parcelles de son cœur. Sa prévenance, elle, ne faisait que consolider les soubresauts qui l’envahissaient alors qu’ils osaient émettre ensemble un plan qui mettait au pied du mur toutes les barrières qu’ils avaient pu élaborer. Main dans la main, voilà qu’ils les franchissaient ensemble pour permettre à la liberté de gagner un peu plus de terrain. L’illusion extérieure pour les paparazzis serait probablement parfaite, pourtant la réalité entre leurs deux regards emplis de malice ne pouvait que laisser supposer en cette complicité qu’ils développaient un peu plus encore. La chaleur confortait le corps de la jeune femme, l’aidant à puiser de ses ressources pour accompagner chacune des intentions du coureur. Les questions ne se posaient plus, seules les actions comptaient. Et ces dernières n’avaient d’autres buts que de vouloir libérer Richard de ses chaînes. Le monde ne l’étouffait pas, ne lui faisait pas porter un poids qu’il ne pouvait pas soulever, Ainsley se persuadait de pouvoir soulever un peu plus ce dernier pour qu’il puisse recouvrer une force qu’il ne soupçonnait plus. Ce premier baiser en était d’ailleurs la preuve, alors qu’ils se confrontaient devant des rapaces avides de rumeurs et de clichés parfaits. L’aurait-elle réalisé si cette pression n’avait pas été exercée ? Aux vues de l’ivresse qui avait su l’envahir pendant l’instant, la question ne se posait pas. Oui, elle l’aurait fait. Oui, elle aurait franchi les limites au détriment de leur amitié juste pour pouvoir se sentir vivante aux travers ce baiser. Parce qu’elle venait à peine de le ressentir, tout comme elle ressentait combien ce geste la délivrait. Si seulement elle avait pu, elle aurait recommencé, ou aurait pris sa main pour l’entraîner vers sa chambre dans le but de continuer, de recommencer, de se perdre dans ses bras pour ne plus craindre ce que le monde aurait pu lancer contre eux. Protégée, la jeune femme avait pu ressentir le cœur qui s’offrait à elle et elle désirait s’y perdre pour un simple instant de plus. Une seconde en aurait probablement été suffisante, une minute, une heure, un jour, une semaine… Elle sentait combien toute cette douceur parvenait à l’emporter vers ces contrées qu’ils pourraient construire tous les deux, vers ce renouveau qu’ils sauraient embrasser comme elle venait de le réaliser à cet instant même. Son bonheur nécessitait-il quelque chose de plus ? Pour l’heure, le simple regard qu’ils se lançaient lui était suffisant, preuve de ce bien être qu’elle avait voulu lui partager mais surtout de cette force qu’elle laissait échapper de son être pour la lui confier. Si Richard osait la revêtir, alors peut-être parviendrait-il à se libérer pendant un temps de ses démons. De ses ombres qui l’attaquaient de toutes parts et qui visaient à l’isoler du reste du monde. Ainsley venait à peine de lui donner sa main, par le biais de ce baiser, de lui offrir une opportunité pour avancer et ainsi se sentir soutenu face au reste. Néanmoins, elle n’était pas en mesure de le forcer à quoi que ce soit. Elle n’en détenait ni le pouvoir et ni le rôle, c’était à lui seul de faire ce dernier effort. Et si tel était son choix, il le verrait récompenser par toutes les attentions qu’ils découvriraient avec elle. Cependant, la question ne se posait pas pour l’heure. Tant la rapidité des évènements les avait conduits tout droit vers cette cavalcade d’émotions. La vitesse et l’allure du bolide n’avaient rien à envier en raison de la cascade d’ivresse qui continuait à s’écouler le long de ses veines. Transportée, la jeune femme se laissait guider les yeux fermés vers cet horizon confiant, vers ce paysage qui les accueillerait les bras ouverts et qui aurait l’occasion de leur démontrer qu’ils pouvaient se laisser aller. Elle espérait que la route n’en devienne que plus intime, et son corps qui épousait les formes du sien ne faisait que renforcer un peu plus ce sentiment. Ses mains se serraient un peu plus contre son torse, désireuses de garder précieusement ce souvenir qu’ils étaient à peine en train de vivre. Son sourire ne faisait que grandir au fil des kilomètres, prouvant de ce bien être dont elle l’avait laissé la baigner intégralement. Ou était la première destination du planning de Richard ? En cet instant précis, Ainsley n’en avait plus aucune idée, et à vrai dire, ce qui l’importait le plus n’était autre que pouvoir profiter un peu plus de lui. De sa personne toute entière, pour ainsi oser entrevoir ce que le monde avait à leur offrir à tous les deux.

Le moteur coupé, le casque enlevé, la surprise figeait ses traits doucereusement alors que l’incertitude la gagnait. Cette réaction n’avait rien à voir avec ce qu’ils venaient de partager. Au contraire, elle paraissait aux antipodes du reste, immisçant là de l’inquiétude sur les traits de l’un comme de l’autre. Les remords veillaient à glisser dans ses veines, coupant court à tous les remous qui avaient pu constituer sa cascade de toute à l’heure. L’incompréhension battait de son plein, visant à accueillir en son sein une culpabilité dévorante devant laquelle la pdg était prête à mettre un terme. Son baiser se démontrait comme étant trop prématuré,, trop rapide en raison de ce cadeau qu’il lui avait offert en l’invitant à ses côtés. Elle n’aurait pu du réagir de cette manière mais plutôt attendre que le geste vienne de lui. Mais là encore, Ainsley ne se reconnaissait pas. Elle, qui, appréciait prendre les directives et ne regrettait jamais ce qu’elle faisait, voilà qu’il arrivait à lui faire perdre la raison mais surtout toutes ses natures au profit d’une erreur qu’elle aurait commise. Et encore, cet échange n’avait rien de tel selon elle. Il ne s’agissait là que d’un meilleur qu’elle avait désiré lui offrir, rien de plus et surtout rien de moins.  Ses yeux cherchaient des réponses, alors que son cœur lui donnait l’impression de s’arrêter de battre contre sa poitrine. Et alors que tout aurait pu prétendre à devenir plus tendu entre eux, la surprise la gagna derechef au moment où elle put sentir les lèvres du jeune homme s’aplatir dans une telle fougue contre les siennes. La délivrant de ses remords, la plongeant à nouveau dans cette eau d’ivresse, la chaleur ne tarda pas à l’habiter entièrement pour la conforter dans une plénitude qu’elle osait à peine découvrir. L’échange n’en devenait que plus passionné suivant là des impulsions dictées par des désirs inavoués. La liberté était bien là, entourée dans ce typhon qui l’entraînait vers le fond, ou vers le haut. A vrai dire, elle n’arrivait plus à concevoir où étaient les choses les plus banales. Seules les lèvres de Richard comptaient à ses yeux, seul cet échange, dans lequel elle pouvait se donner et ce en abaissant toute ses barrières sans craindre d’être rejetée. Elle ne le serait pas. Elle osait lui faire confiance dans cet ordre. Le temps se figeait autour d’eux et leur permettait d’imaginer des illusions propres à ce qu’ils étaient. Leurs corps se répondant parfaitement, s’épousant dans des allures qui se cambraient déjà alors que le souffle venait à leur manquer. Ainsley osait se perdre complètement dans son désir, dans ces sentiments qui lui donnaient l’impression d’exister, mais surtout de le faire aux travers les attentions et les regards de Richard. Son cœur battait à l’unisson avec le sien, et alors qu’il lui confiait de telles révélations, son regard donnait l’air de répondre aux siens en prenant exactement les mêmes teintes que son bleu. Azur, Océan, Ciel éclairci, ils se confondaient tous pour former cette voute sous laquelle ils se consumaient l’un et l’autre sous l’impact de ces nouveaux baisers échangés. Ils osaient se perdre, se révéler tels qu’ils avaient toujours su l’être l’un pour l’autre, sans craindre en une quelconque retenue de l’autre. Ainsley appréciait chacun des gestes de Richard, s’enivrait de son parfum mais surtout de ce goût amer dont elle ne pouvait plus se passer. La difficulté de le voir s’échapper n’en devenait que plus palpable, surtout au moment où elle prenait les choses en main. Son corps contre le sien ranimait des frissons qu’elle ne pensait plus connaître un jour, éveillant même de nouveau désirs ainsi que de nouvelles sensations comme celle qui la brûlait de l’intérieur. Son ventre se tordait devant les caresses qu’elle lui donnait, et pourtant, elle continuait de l’appeler à mesure que ces dernières s’intensifiaient. Elle ne voulait pas le laisser partir, elle ne le pouvait pas. Pas alors qu’elle trouvait une réponse évidente à toutes les attentes qu’elle avait pu espérer depuis tout ce temps. La jeune femme se sentait belle à cet instant, et elle espérait pouvoir transmettre de ce sentiment aux yeux du coureur. Ses lèvres quittèrent les siennes pour oser découvrir une nouvelle parcelle de son corps, déposer un baiser sur sa pomme d’adam ne fut qu’un moyen de plus pour ranimer le sourire devant le râle qui quittait le jeune homme. Tous les deux s’entendaient à merveille, tous les deux apprenaient à construire une part du monde qu’il serait à même de fonder plus tard. Ainsley osait y croire, surtout face à cette remarque qui avait tendance à la faire sourire. Au Diable son planning oui. Si d’ordinaire, la pdg appréciait remplir des agendas et les tenir, aujourd’hui elle était prête à faire une exception à la règle pour pouvoir apprécier les moindres instants. Ils étaient incertains du chemin que cela les amènerait à prendre, mais à vrai dire tous les deux préféraient se livrer à cet intime plutôt que songer au reste. Se perdre, se noyer, se laisser immerger par tout ce qu’ils avaient pu connaître jusqu’alors, Ainsley n’avait pas envie de faire marche arrière et le nouveau baiser qu’elle lui donnait prouver de sa ferme intention de ne pas le faire. D’ailleurs, d’autres sensations vinrent à s’affoler sous cette impulsion, surtout au moment où elle sentait combien elle pouvait faire de l’effet à Richard. Son souffle s’accélérait déjà, son ventre tressaillait à son tour, et ses mains vinrent à pousser un peu plus les caresses qu’elle lui délivrait. La fièvre l’envahissait pleinement, au point où l’oasis duquel elle s’abreuvait l’appelait encore et encore et encore.

Elle aurait voulu se retourner, jouer de son dos et de ses fesses contre lui pour ainsi profiter un peu plus de ses caresses. Elle aurait désiré sentir ses lèvres dans son cou au moment où elle aurait penché sa tête en arrière de manière à ce que son épaule devienne son refuge. Néanmoins, les intentions du jeune homme la surprirent au point que des flammes donnèrent l’impression d’échapper de ses yeux clairs. L’ivresse l’irradiait au point que cette même lueur qu’elle lisait dans le regard du jeune homme, trouvait un écho direct dans ses propres iris. Tous les deux se désiraient plus que de raison, tous les deux ne voulaient plus attendre que le temps joue en leur faveur pour pouvoir se reconnaître, ils le suspendaient ensemble. Et cette vision veillait à plaire énormément à la blonde, dans le sens où un gémissement équivoque quitta ses lèvres au moment où le bois la coinçait par derrière. Si elle brûlait déjà de désir avant ce geste, voilà qu’elle ressentait une impression de se consumer sur un brasier ardent à cet instant précis. Et dès l’instant où les mains de Richard retrouvèrent les siennes pour les capturer, une sorte d’incompréhension teinta le voile de ses aciers avant de finalement se laisser guider par les impulsions qu’il décidait d’émettre. Répondant à ces dernières sans émettre aucune résistance, Ainsley se contenta de retrouver ses lèvres, bras relevés, alors que son corps cherchait à se serrer davantage encore contre le sien. Ses dents capturaient doucement sa langue, dans l’espoir de lui prouver qu’ils étaient sur ce même chemin ensemble et qu’elle s’oubliait pour lui. Elle ne désirait plus faire machine arrière. Et une part d’elle sentait qu’il en était de même pour Richard. Son souffle se perdait le sien encore et encore, ses impulsions trouvaient des échos qu’elle ne pouvait plus refouler au point que la chaleur glissait dangereusement vers son bas ventre. Ses frissons s’amplifièrent au moment où ses lèvres quittaient les siennes pour descendre contre son cou. Un soupir empli de désir quitta ses propres lèvres alors qu’elle redressait doucement son menton en fermant les yeux pour profiter de ce contact. Le souffle lui manquait davantage alors qu’il continuait sa course et veillait à venir jouer avec le lobe de son oreille. L’ivresse appelait la luxure et cette dernière répondait présente alors que son dos se cambrait doucement rappelant à Richard combien elle le désirait à son tour. « Le souvenir n’en sera que plus imprégné. » confia t-elle entre deux souffles désireux de partager la chaleur qu’elle ressentait avec lui. Le sourire s’en intensifia au moment où Richard lui révélait combien il ne pouvait plus attendre mais surtout combien il ne désirait plus le faire. En guise de réponse, la jeune femme laissa échapper un gémissement dans lequel il pouvait entendre combien elle appréciait ce qu’il était en train de lui faire. Si il voulait la voir abattre ses dernières barrières, il venait tout juste de le lui permettre alors qu’elle se mordait sa propre lèvres pour profiter un peu plus de ce contact. Son cœur tambourinait partout contre son corps, il lui donnait l’impression de faire des ratés, ne sachant plus si il devait battre ou plutôt s’arrêter de le faire. Son souffle s’entrechoqua au moment où les doigts du coureur parcouraient sa peau dénudée. Lui donnant l’impression d’y concevoir des impulsions électriques, ses lèvres lui manquaient, et ses bras encore attachés à celui qui la maintenait au dessus, prouvaient de cette idée. « Embrasse moi. » souffla t-elle entre deux souffles, la tête toujours relevée et les yeux toujours clos. Même si il l’avait vouvoyé, elle ne pouvait répondre à ses appels qu’en en lançant de nouveaux. Rester ici. La pdg avait perdu toute notion de la réalité jusqu’à ce qu’il ne lui permette de rouvrir ses yeux et se confronter au ciel. L’écorce de l’arbre frottait déjà contre son dos et la malice veillait à se glisser dans cette scène qu’elle trouvait terriblement excitante. « Je crains que nous ne soyons déranger par la pluie. » laissa t-elle échapper avant qu’il ne fonde à nouveau sur ses lèvres. Ce baiser n’en devenait que plus passionné, fougueux, libérateur de ce message duquel jaillissait combien l’envie et le désir se mêlaient au reste. Tous les deux auraient pu rester ici, si seulement les premières gouttes ne commençaient pas à s’abattre doucement mais surement sur leur tête. Elle attendit de sentir que le jeune homme relâche quelque peu la pression de sur son bras pour se dégager de sa prise et veilla à venir passer ses bras de part et d’autre de ses épaules pour enfin se saisir de son cou. Son corps se serra un peu plus contre le sien, elle voulait perdre haleine, perdre pied complètement, l’embrasser jusqu’à ce que son souffle ne l’oblige à le quitter. « Rentrons à l’hôtel. » parvint-elle à articuler alors qu’elle parvenait à se retrouver un peu mais surtout qu’elle songeait bien plus au confort de Richard qu’au sien. Ils avaient pu s’y échapper, ils pourraient y revenir et passer par l’arrière sans se faire remarquer pour rejoindre une de leurs chambres. L’idée n’en devenait que plus réelle, alors que la pluie menaçait de plus en plus et que le tonnerre vrombissait à son tour.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


MessageSujet: Re: Ainsley ∇ Un rendez-vous au Japon, rien que ça

Revenir en haut Aller en bas

Ainsley ∇ Un rendez-vous au Japon, rien que ça

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: sweet taste of liberty
-