Poster un nouveau sujetPartagez|

(Kilian) Your place is with us

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 05/02/2017
›› Love letters written : 50
›› It's crazy, I look like : Emilia Clarke
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: (Kilian) Your place is with us Sam 4 Mar - 14:12

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I'm proud about what you're become

(little brother of my heart)
kilian fraser and christy palmer
When I was six years old I broke my leg. I was running from my brother and his friends, and tasted the sweet perfume of the mountain grass I rolled down. I was younger then, take me back to when I found my heart and broke it here


Une nouvelle saison, un nouveau temps, seul l’espace perdurait devant le regard mi-enchanté mi-volontaire de la petite brune. Los Angeles grouillait de monde, tous les uns plus différents que les autres et pourtant seuls les siens comptaient. Son sourire perçait toujours, témoin du bien être qui tendait à habiter à nouveau dans son être. Sa famille était réunie, Isabella donnait l’impression de mieux se rétablir de jour en jour alors qu’Anastasia retrouvait sa place auprès des siens.  Même Charlize chérissait à son tour la famille Palmer, dont le rythme de ses gazouillis permettait d’accroître un peu plus la légèreté des instants. Los Angeles avait surement du bon. Christy essayait de s’en convaincre malgré les aléas d’un passé qu’elle n’avait pas pu contrôler. Et rien que ce fait lui permettait d’affronter le quotidien plus en avant, l’aidait à trouver assez de force pour se lever le matin et retourner travailler. Son service n’en devenait que plus amical et jovial d’ailleurs. Ses cernes s’étaient estompés à mesure que ses rires étaient parvenus à percer à nouveau dans ce grand espace de service. Les petites mamies lui racontaient de nouvelles histoires et à chaque fois, elle se plaisait à les entendre et à les commenter à son tour. Son rythme lui était revenu et avec lui toute cette impression de bien être. Si seulement son meilleur ami pouvait également profiter de cet état lui aussi… Cette simple pensée était son propre voile de tristesse, sa peine qui cachait les rayons de ce soleil pourtant si lumineux. Néanmoins, l’affrontement qui s’en dégageait ne prévalait rien qui vaille. Au contraire, songer à lui, se rappeler de ces instants partagés à deux ne faisait qu’accentuer la douleur, rien de plus… Probablement qu’il l’avait oublié d’ailleurs. Depuis le temps, l’idée même des permissions qu’elle avait ratées ne lui venait même plus en tête. Elle avançait tout simplement. Sans lui. Et elle n’aimait pas cette sensation. Alors Christy veillait à se changer les idées par ses sourires, par ses bêtises, et parfois même par ses maladresses dont elle pouvait faire preuve. Un juste retour des choses ne ferait qu’alléger un peu sa peine et elle s’attachait à le réaliser au mieux. Ainsi donc, c’est avec cette détermination qu’on lui reconnaissait qu’elle avait retrouvé le sourire de Nevaeh Brodsky, cette magnifique tête blonde avec qui elle se sentait bien vis-à-vis de ce qu’elles se racontaient. Cette jeune femme était parvenue à se faire une grande place dans sa vie, peut être même qu’elle ne s’en rendait pas totalement compte, mais Christy la voyait comme une confidente à part entière, une amie dont le soutien comptait bien plus qu’elle n’aurait jamais osé l’imaginer. Toutes deux trouvaient toujours le moyen de se faire sourire, de s’amener un petit brin de folie dans ce quotidien parfois trop sérieux. Elle était devenue sa bouffée d’oxygène rien que par ce regard pétillant qu’elle lui lançait à chaque fois qu’elle lui servait une gourmandise pleine de coulis de chocolat. Et cela faisait énormément de bien à la Palmer. D’ailleurs, elle espérait la croiser aujourd’hui. Peut-être qu’elles se rencontreraient pendant la pause déjeuner ? Ou peut-être pas. Les emplois du temps des personnes importantes avaient tendance à fluctuer d’un jour à l’autre parfois même d’une heure à l’autre. Voilà pourquoi Christy ne désirerait jamais faire partie de cette strate.  Ils lui paraissaient tellement inaccessibles que cela en était complètement déroutant. D’ailleurs, elle n’arrêtait pas de se demander comment est-ce qu’il était possible de pouvoir allier vie de famille et travail dans leur cas ? A moins que la réponse ne soit toute simple, ils menaient une double vie et se bourraient de vitamines pour réaliser la nuit ce qu’ils n’avaient pas pu faire durant la journée. L’évidence quant à cette conclusion se prouvait de jour en jour alors que des clients toujours pressés, toujours sur le qui-vive s’enchainaient les uns après les autres devant le comptoir. Ils n’avaient jamais le temps, ils ne le prenaient tout simplement pas et s’ils leur arrivaient de le trouver, ils ne pouvaient pas s’empêcher de dégainer leurs téléphones ou ordinateurs portables pour rester connecter en permanence avec leurs mondes. Cela allait trop vite pour la jeune Christy et elle préférait éviter ce genre de complication. « Bonjour, qu’est-ce que ce sera pour aujourd’hui ? » Le sourire de la jeune femme accentuait un peu plus de ce regard empli d’attention qu’elle portait à chacun des clients qu’elle servait. Selon elle, tout le monde méritait ce traitement, tant chacune des personnes sur cette Terre avait droit à sa place. La commande ne tarda pas à être donnée et c’est en reprenant la carte qu’on lui tendait qu’elle s’affaira à retourner du côté du comptoir pour ainsi transmettre ce qu’on venait de lui demander à l’arrière. Elle en profita pour charger son plateau des diverses assiettes dont les contenus allaient être engloutis dans les prochaines minutes. Le rythme du rush du jour était lancé depuis un petit moment déjà. Christy n’entendait même plus le tintement de la porte qui s’ouvrait et se fermait à tout bout de champs. Elle en avait pris l’habitude à vrai dire. Elle venait à peine de replonger son regard sur le tableau de commande lorsqu’une nouvelle silhouette lui donnait l’impression de venir à sa rencontre. « Je finis ça et je suis à vous. » prévint-elle la personne alors qu’elle tapotait toujours en souriant sur l’écran coloré. « Voilà, ce n’était pas très… » Ses paroles s’arrêtèrent d’une manière nette alors que ses yeux s’étaient relevés et reconnaissaient distinctement l’allure de Kilian. Son sourire s’agrandit de plus belle alors que déjà ses yeux pétillaient de cette joie qui la prenait dès lors qu’elle reconnaissait un visage, un visage qu’elle considérait comme faisant parti de sa famille d’ailleurs. « Hey salut toi. » Ni une ni deux, elle se dégagea de derrière le comptoir et s’empressa de le rejoindre afin de lui donner une accolade amicale, qui exprimait bien sa joie. « Comment ça va ? Je suis contente de te voir. » Christy était toujours très sympathique avec les gens et s’avérait le demeurer encore plus quand il s’agissait d’un de ses proches. Et autant le dire clairement, pour elle Kilian était une sorte de petit frère qu’elle avait vu grandir. Bon et le père de sa nièce accessoirement aussi, néanmoins elle n’avait aucune information quant à cette révélation qu’elle avait trouvé toute seule. « T’es venu tout seul ? » S’enquit-elle de demander tout en lançant un regard derrière l’épaule du jeune homme pour ainsi vérifier d’une tierce personne. Oui, elle était en train d’espérer qu’Anya et Charlie soient en train de le suivre, mais malheureusement, il était bel et bien seul. « Va t’installer je t’apporte de quoi manger. Dans dix minutes j’ai une pause, je viendrai avec toi. » rajouta t-elle de cette même voix enjouée alors qu’elle retournait vers le comptoir. « Comme d’hab ? » Elle attendit qu’il lui confirme et s’empressa de demander les petites habitudes de Kilian en direction de la cuisine avant de le couver du regard au moment où il se dirigeait vers une table. La joie se lisait sur le visage de l’aînée des Palmer, une joie qui veillait à se transmettre un peu plus à l’adresse des clients alors qu’elle ne représentait simplement que le bonheur de se sentir entouré des siens. Les dix minutes passèrent plus ou moins rapidement et c’est en se dirigeant vers Kilian avec une assiette contenant une gaufre souriante de nutella qu’elle prit place devant lui. « Bon appétit. » Son sourire se voulait réconfortant, pareil à celui d’une grande sœur. « Alors comment tu vas ? ca faisait un petit moment que je ne t’avais pas vu. » Et étrangement, Christy faisait le parallèle entre le retour d’Anastasia et cette absence, cependant elle préférait rester silencieuse à ce sujet. Du moins pour l’instant.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 17/12/2016
›› Love letters written : 58
›› It's crazy, I look like : Dominic Sherwood
family don't end with blood
MessageSujet: Re: (Kilian) Your place is with us Ven 10 Mar - 13:10

Cela faisait maintenant quelques jours que Killian avait découvert le terrible secret de son ancienne meilleure amie. Il avait découvert l’affreuse vérité qui l’avait blessé au plus au point. Une fois qu’il avait fui de chez Anastasia, lui faisant bien comprendre sa façon de penser, Killian s’était réfugié chez Luca. Il y était resté quelques temps avant de rentrer chez lui. Il ne voulait pas imposer sa présence à Amber. Ce n’était pas parce qu’il était au fond du gouffre qu’il devait être au fond du gouffre. De plus, il arrivait à court de sa réserve de médicament et il avait du rentrer pour pouvoir en prendre de nouveau. Killian avait annulé tous ses rendez-vous chez le psychologue, chez le kinésithérapeute. Il aurait même du voir son chirurgien orthopédique cette semaine et il avait annulé. Le jeune homme ne pouvait tout simplement pas sortir de chez lui. Retour à la case départ comme après sa sortie de l’hôpital quand il avait découvert qu’il avait de nouveau abandonné Luca. Il était resté des jours enfermé dans le noir jusqu’à ce que sa mère vienne le faire sortir par la peau des fesses. Mais cette fois-ci le jeune homme n’avait rien dit à sa mère adoptive. Il faisait donc comme si tout allait bien quand il l’avait au téléphone. Mais en réalité, rien n’allait. Killian passait la journée couché dans sa lit sans manger, sans bouger, sans voir la lumière du jour. Il ne dormait plus depuis presque trois jours. L’aveux d’Anastasia était complétement entrain de le bouffer. Comment avait-elle osé lui faire une telle chose ? Elle savait pourtant à quel point il était touché par l’abandon de ses propres parents et elle l’obligeait à faire la même chose. Elle ne lui avait laissé aucun choix. Elle avait pris la décision seule sans même penser à lui. C’était simplement ignoble. Jamais le jeune homme n’aurait imaginé sa meilleure amie, la femme qu’il avait tant aimé d’une telle trahison. C’était le pire des actes pour lui. Anastasia lui aurait planté un couteau en plein cœur, l’effet aurait certainement été le même. Le jeune homme était dans un état catastrophique. Il avait bu de l’alcool durant ces quelques jours où il était resté chez lui. Il avait mélangé cette substance avec ses médicaments malgré qu’il sache que ce n’était pas bien. Mais il savait qu’il n’aurait jamais tenu sans. Le jeune homme avait aussi acheté des paquets de cigarette et avait fumé comme jamais. Il ne fumait pas en temps normal mais à situation extraordinaire, mesure extraordinaire. Cela lui avait permis de se détendre et de refouler la peine pendant quelques instants. Au bout du troisième jour, Killian se dit néanmoins qu’il ne pouvait pas continuer de la même manière. Il avait une petite fille dont il devait s’occuper et il ne devait pas se détruire. Il devait prendre soin de lui. Il n’était plus tout seul maintenant et même si il n’avait pas été présent dans la vie de Charlize pendant les premiers mois, maintenant ça allait être le cas. A l’aube du troisième jour, Killian se leva de son lit et décida qu’il devait agir. Pour cela, il allait aller voir la seule personne qui pourrait le conseiller et qui connaissait également Anastasia. Il savait que l’avis de Luca serait biaisé vu l’amour que le jeune homme portait à son ancienne meilleure amie. En revanche, Christy serait de bons conseils. Killian savait bien que c’était la grande sœur de Anastasia mais il connaissait aussi la jeune femme et la considérait comme sa propre sœur. Il savait qu’elle serait capable de lui donner des conseils et lui dire comment agir sans que les deux partis ne soient avantagés ou désavantagés. La jeune femme avait une qualité de jugement juste et très poussée. Killian s’était donc levé en grimaçant de douleur. Ne pas bouger pendant presque 4 jours n’avait pas été l’idée la plus brillante du siècle. Il faillit même s’écrouler sur le sol tant il n’avait plus de force et que la douleur était intense. Le jeune homme se rendit dans sa salle de bain et son reflet lui fit peur. Il avait une tête de déterré. De grosses cernes s’étendaient sous ses yeux formant des poches violacées. Il était amaigri également. Trois jours sans rien n’engloutir n’avait certainement pas aidé. Killian se trainant jusque sous sa douche où il y resta une bonne demi-heure les yeux fermés laissant son esprit vagabondé. L’eau chaude lui avait toujours fait énormément de bien et c’est certainement l’une des choses qu’il regrettait le plus lorsqu’il était en mission dans des zones pauvres et à risques. Prendre une douche était vraiment en luxe que peu de personnes pouvaient comprendre. En sortant de sa douche, Killian s »habilla très lentement. Il avait du mal à bouger et à utiliser sa jambe. Il espérait que son immobilité n’avait pas endommagé encore plus sa jambe. Il ne le saurai que lorsqu’il prendrait un nouveau rendez-vous. Killian s’était donc rendu dans le dinner où travaillait Christy. C’était le meilleur endroit pour pouvoir la voir. De plus, il pourrait manger et ça il en avait bien besoin. Le chemin ne fut pas de tout repos et il était content de ne pas avoir une distance énorme à parcourir. Il arriva néanmoins en nage dans le restaurant. Il se dirigea vers la jeune femme qui était entrain de prendre ou passer une commande, il ne savait pas vraiment. Elle était en tout cas occupée. Killian attendit donc qu’elle finisse. Lorsqu’elle releva enfin la tête, un grand sourire orna son visage. Elle était heureuse de le voir et lui aussi. Il était très contente. Une bouffée de bonheur s’empara de lui et lui fit le plus grand bien. Le jeune homme lui rendit son sourire et il allait parler mais elle était aussi rapide qu’une tornade. Rapidement, elle le fit s’installer à une table tout en lui posant quelques questions.

On fait aller et toi comment vas tu ? Oui, je suis tout seul. Pas de soucis, je t’attends Christy» répondit-il tout en n’étant pas sûr qu’elle a entendu ce qu’il lui disait. Le jeune homme hocha la tête à sa question suivante. Oui, il mangerait avec plaisir la même chose que d’habitude, surtout après ne pas avoir mangé pendant 3 jours.

Le jeune homme n’attendit pas longtemps avant que sa grande sœur adoptive revienne s’installer en lui apportant sa gaufre. Il huma la pâtisserie avec plaisir alors que sa bouche se remplissait de salive. Elle lui souhaita un bon appétit et il lui sourit en commençant à couper sa gaufre. Il engouffra une bouchée et l’avala avec bonheur. Il était presque sûr que ses yeux devaient pétiller comme lorsqu’il était heureux. Parfois les bonheurs les plus simples étaient les meilleurs. Il se renfrogna néanmoins à sa question.

Oui, cela fait un moment. Mais j’ai quelques difficultés à me déplacer » dit-il en montrant d’un geste ses béquilles. Christy avait été l’une des premières à savoir pour son accident une fois qu’il lui avait fait promettre de ne rien dire à sa petite sœur. « Tu sais, ce n’est pas très facile en ce moment. Je fais un peu comme je peux. Mais je commençais à remonter la pente avant d’être de nouveau projeté au fond du gouffre. » expliqua t-il en baissant les yeux sur sa gaufre avant d’en manger une nouveau bouchée. Il laissa un temps d’attente, le temps de manger avant de donner des explications plus fournis à la sœur de Anastasia. « J’ai eu une discussion avec ta sœur, il y a quelques jours. J’ai découvert pourquoi elle était partie à Chicago. » avoua t-il en soupirant. Toute sa tristesse devait certainement se lire sur son visage bien qu’il garde toutes ses émotions pour lui. « Tu étais au courant Christy ? » demanda t-il. Le jeune homme soupira de désespoir montrant qu’il était totalement perdu dans ce qu’il devait faire. « Et toi comment vas tu ? Tout vas bien ? » s’inquiéta t-il s’en voulant soudainement de ne pas avoir pris le temps de prendre des nouvelles de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 05/02/2017
›› Love letters written : 50
›› It's crazy, I look like : Emilia Clarke
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: (Kilian) Your place is with us Ven 17 Mar - 9:51

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I'm proud about what you're become

(little brother of my heart)
kilian fraser and christy palmer
When I was six years old I broke my leg. I was running from my brother and his friends, and tasted the sweet perfume of the mountain grass I rolled down. I was younger then, take me back to when I found my heart and broke it here


Le service était un des instants durant lesquels la concentration de Christy était mise en exergue. Retenir les commandes, servir les clients, songer à toujours leur offrir un petit mot personnel de manière à leur prouver que cette journée n’était pas si mal. Les codes de la jeune fille avaient su s’inscrire d’ne manière bien définie dans son être, lui permettant ainsi de laisser de côté ses tourments, ses questionnements, et parfois aussi ses doutes. Il n’y avait que dans le mouvement et l’action qu’elle pouvait se détendre, une contradiction pour beaucoup, mais qui donnait l’air de convenir à la brune alors qu’elle donnait un énième sourire. Oser réaliser un tel acte révélait d’une force, enfouie dans le fin fond de son cœur. D’une éducation toute entière, durant laquelle, le bien pouvait toujours contrer le mal, où la lumière surplomber l’ombre, mais surtout où l’espoir gagnait toujours toutes ces batailles contre la tristesse. Un sourire, un rire, un regard qui témoignait d’une bonne volonté se révélaient être ses alliés et ce depuis son plus jeune âge. Son père lui avait répété encore et encore, son sourire déplacerait des montagnes et permettrait d’alléger le cœur de n’importe qui. Christy avait appris à croire ces dires, à les chérir et à les faire germer de manière à ce que ses intentions n’en deviennent que plus affinées. Offrir une sourire à une petite fille pouvait se révéler encourageant pour cette dernière, le donner sans retenue à cet homme d’affaires qui venait ici tous les jours ou presque veillait à le conforter dans ses habitudes, le partager avec la petite vieille dame qui venait prendre un thé à 16h permettait d’établir un lien de sympathie entre elles, Christy leur prouvait à tous qu’elle les soutenait et ce même si ils étaient de parfaits inconnus. Elle l’était pour eux également mais pourtant ce simple geste veillait à les couvrir d’une certaine bienveillance à tous. Il n’y avait eu qu’une seule fois où l’ombre avait daigné prendre le dessus sur ce ravissement. Une seule expérience durant laquelle elle n’avait pas pu faire semblant, à cause de la peine qu’elle éprouvait. Et cette fois là lui restait encore gravée dans son esprit. Ainsi donc, voilà comment la jeune fille appréhendait son service du jour. Témoignant de sa bonne humeur, la partageant à maintes occasions, les soucis étaient simplement restés de l’autre côté de la porte de son appartement et ils y résideraient jusqu’à ce qu’elle rentre. Ce n’était d’ailleurs pas pour tout de suite au vue de l’emploi du temps qu’elle tenait depuis quelques semaines maintenant. Une sorte de routine avait su s’installer malgré elle, lui prouvant davantage à quel point sa famille tenait énormément pour elle. Peut-être d’ailleurs le maintenait-elle au détriment de sa propre vie ? Christy finissait par admettre que sa seule existence était là, entre les mains de sa famille et de ses amis, elle n’avait pas besoin de plus, elle ne désirait pas plus de toute manière. Elle ne le voudrait plus. C’est alors que, concentrée dans la bonne réalisation de ses missions quotidiennes, une voix tendit à attiser sa curiosité. Cette dernière n’en devint que plus acerbe encore au moment où les traits d’un visage bien familier vinrent se mêler à ce ton bien connu. Le sourire de Christy lui apparaissait tel un ravissement, un radieux dans lequel se mêlait joie et bonheur quant à l’occasion de croiser un être aussi cher que Kilian. A l’image d’un petit frère qu’elle avait vu grandir, la jeune fille l’aimait énormément pour ce qu’il avait pu apporter à la famille toute entière. Il avait su d’ailleurs s’y faire une place importante, veillant ainsi à laisser supposer à Isabella et elle de cette relation naissante qu’il partageait avec Anastasia. Combien de fois l’avaient-elles chambré à ce sujet ? Le simple fait de se souvenir du nombre laissait apparaître un léger sourire en coin qui restait accroché sur les lèvres de l’aînée des Palmer. Kilian était un jeune garçon, elle ne parvenait toujours pas à l’assimiler à un homme malgré les années et la taille qu’il toisait, dont la gentillesse et le soutien étaient sans égal. Un cœur tout entier avec lequel partager passion, avis et projet était toujours très enrichissant. Bref, Christy voyait en lui le petit frère qu’elle n’avait jamais eu. Les retrouvailles faites, la jeune fille s’empressa de terminer son service afin de le rejoindre au plus vite. Sa solitude ne lui plaisait guère et elle avait bien pu remarquer à quel point ses traits étaient tirés et son visage beaucoup plus amaigri qu’à la normale. Quelque chose n’allait pas. Il n’était pas nécessaire d’être devin pour le constater, et déjà la jeune fille se promettait de l’aider à se tirer de ce mauvais pas. Comment ? Elle ne le savait pas encore, néanmoins sa conviction lui dictait qu’elle finirait par connaître les raisons d’un tel comportement. Bien entendu, son regard se riva quelques fois en direction de la porte, désireux de peut-être y voir apparaître Anya et Charlie, même si il lui avait affirmé qu’il était seul. En vain. Intérieurement, Christy en arrivait même à vouloir gronder sa petite sœur de laisser son meilleur ami dans un tel état seul. Elle-même n’avait jamais pu supporter voir le sien tourmenter et malgré les circonstances, elle savait au fond d’elle qu’elle ne laisserait jamais Liam dans un état semblable à celui de Kilian. Perdue dans ses pensées, Christy finit par admettre qu’elle avait certainement dû le faire à ses dépends, puisqu’ils ne se parlaient plus à cause d’elle. Et déjà une pointe vint à titiller son cœur alors qu’elle secouait la tête pour revenir à l’instant présent. Soucieuse, Christy s’appliquait à vite le rejoindre avec cette gaufre. Pensant que le geste en viendrait à le faire sourire. Mais au lieu de cela, elle se confrontait à ce mal être qu’il ressentait et la peine qui s’en dégageait ne faisait qu’aviver un peu plus encore la douleur dans le cœur de la jeune fille. Elle n’aimait décidément pas le voir ainsi. Lui qui savait toujours détendre l’atmosphère et qui avait cet air de défi dans le regard, Kilian savait embrasser la vie à pleine bouche, il osait sans se soucier des conséquences, il était courageux. « Ca ne t’empêchait pas de venir avant. » Elle lui tirait la langue pour essayer de communiquer sa bonne humeur tout en déviant son regard de la béquille vers les yeux clairs du jeune garçon. Mais déjà, son sérieux lui revenait au moment où elle faisait le lien entre sa fatigue bien visuelle et cette supposition quant à un délai plus conséquent pour se déplacer. « Le mal se réveille ? » lui demanda t-elle avec cet air inquiet qu’on lui connaissait dès lors que quelque chose touchait ses sœurs. Kilian et Christy se faisaient confiance, l’une de celle aveugle qui puisait ses sources dans une relation fraternelle. Telle la confidente qu’il recherchait, la jeune fille avait su accueillir ses secrets et les préserver parce qu’il le lui avait demandé. « Si t’as besoin d’aide pour quoi que ce soit, surtout n’hésite pas à demander. » affirma t-elle de cette même voix encline à vouloir l’aider plus que tout au monde. Elle se souvenait encore très bien des difficultés que son propre meilleur ami avait eu à affronter lors de son opération, et elle avait été là pour l’aider. Certes, le mal était différent concernant Kilian mais il n’en restait pas moins, qu’elle veillerait à lui permettre de soulager la douleur d’une manière ou d’une autre. La conversation s’en suivit sur un sujet sincère, dont l’honnêteté transparaissait déjà sur les visages des deux protagonistes. Christy fixait Kilian, dégageait son regard pour le poser vers les couverts qu’il tenait et qui exprimaient ses doutes, avant de le remonter pour lire sur son visage cette détresse qu’elle n’appréciait pas voir. Il lui faisait littéralement mal au cœur. Surtout qu’elle parvenait à comprendre les raisons pour lesquelles il se sentait si mal. La jeune fille devait probablement transmettre cet air triste dont l’honnêteté était bien palpable à mesure que le désir de réponse se mettait en exergue sur Kilian. N’importe qui aurait posé cette question, n’importe qui aurait voulu être rassuré après une telle révélation. Christy n’avait même pas besoin qu’il lui explique ce qu’il en ressortait, elle l’avait compris. Et elle serait là pour lui avouer la vérité, elle allait justement lui prouver en soupirant une première fois devant l’injustice face à laquelle Anya les avait tous plongé. « Non je ne le savais pas. » commença t-elle à avouer avant de détourner son regard pour le poser sur le porte serviettes qu’ils remplissaient avant chaque service. « Elle est juste partie peu après ton départ, nous a simplement dit qu’elle avait signé un contrat à Chicago. On l’a eu assez souvent au téléphone et quand on lui demandait les raisons de sa fatigue, elle nous répondait toujours que c’était à cause du rythme des shoots. » Et ils y avaient tous crus… Une part d’elle était en colère contre ce fait, mais comment en vouloir à une évidence qui avait toujours été là depuis toutes ces années. « Je sais pas si elle serait revenue, si il n’y avait pas eu Isabella… » Un autre soupir vint à franchir le seuil de ses lèvres, las mais surtout empli de ces doutes qu’elle n’avait pas le droit d’avoir puisqu’elle était la grande sœur. « Elle te l’a dit c’est ça ? » Cette fois ses yeux clairs vinrent rencontrer ceux de Kilian, désireux d’avoir à leur tour la vérité. « Que c’était toi le père de Charlize ? » Elle se pinça les lèvres alors même qu’elle n’avait jamais eu la révélation quand à la véritable identité du père de sa nièce. « On a toujours su qu’il y avait quelque chose entre vous et Charlize est arrivée neuf mois après ton départ… » avoua t-elle tout en laissant ses yeux ancrés dans ceux de Kilian avec un air qui se voulait à la fois interrogateur mais surtout désireux d’espérer dans la confirmation de cette réponse. Néanmoins, la manière dont il lui renvoya la balle pour prendre de ses nouvelles eue tendance à la prendre de cours. Si bien, qu’elle eut un léger mouvement de recul et qu’elle se contenta de baisser ses yeux pour regarder ses mains. Comment allait –elle ? « Ca va mieux maintenant. Depuis que les docteurs sont confiants pour Isya on est tous soulagés d’un grand poids. Et puis, la famille est complète maintenant, c’est plus facile pour avoir du soutien et pour arriver à affronter les choses. » Elle se mit à lui sourire, lui faisant ainsi comprendre qu’elle l’intégrait dans le terme ‘famille’ puisqu’il en faisait parti selon elle. Mais elle savait pertinemment qu’elle n’avait pas répondu à la question, elle l’avait détourné pour mettre en avant qui il fallait qu’elle soit et non pas qui elle était au fond. « J’ai peur… peur qu’une crise revienne et que cette fois elle soit fatale. Je me sens impuissante, c’est pas juste ce qu’il lui arrive, c’est elle qui devrait être là ou en train de vivre son rêve et moi dans ce lit d’hôpital… » Ses poumons se gonflaient et au moment où elle laissait s’échapper ses angoisses, sa main alla piquer la fourchette de Kilian pour couper à son tour un morceau de gaufre et l’engloutir pour retrouver un peu de courage. « T’es allé la voir ? » lui demanda t-elle doucement avant de tendre à nouveau la fourchette vers Kilian.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 17/12/2016
›› Love letters written : 58
›› It's crazy, I look like : Dominic Sherwood
family don't end with blood
MessageSujet: Re: (Kilian) Your place is with us Ven 5 Mai - 18:16

Le jeune homme avait fait un effort immense en se rendant dans le restaurant au travailler Christy. Mais il avait besoin d’aide. Il avait besoin de savoir comment il devait agir, quoi faire. Il avait bien entendu demandé l’avis à son meilleur ami Luca. Seulement, celui-ci n’était pas vraiment fair-play puisqu’il n’avait jamais porté Anastasia dans son cœur. Il ne lui avait jamais dit. Mais Killian n’était pas bête et connaissait les expressions de Luca par cœur. Il ne lui avait donc pas été difficile de voir qu’il ne l’aimait pas, sa meilleure amie. Apparemment, elle lui rendait très bien. Mais cela n’avait pas été très grave, jamais, car il n’avait pas besoin de ses deux meilleurs amis ensemble. Il préférait les voir l’un et l’autre séparément. Il ne partageait les mêmes choses, la même relation avec Luca et avec Anastasia. Après avoir passé quelques jours difficiles, enfermé dans son appartement, sans manger, sans dormir, il avait décidé d’agir. Il n’y avait qu’une personne qui lui était venue en tête pour lui donner le soutien dont il avait besoin. Christy. La jeune femme avait beau être la grande sœur d’Anastasia, elle avait toujours considéré Killian comme son petit frère. Elle ne prenait donc jamais de position. De ce fait, elle était la personne idéale à qui demander des conseils. L’ancien militaire aimait profondément l’ainée des Palmer. Il la considérait comme sa sœur, celle qu’il n’avait jamais pu avoir. Les deux n’avaient jamais eu besoin de liens de sang pour ressentir cet amour fraternel si puissant qui pouvait exister. Killian s’était assis dans un coin sur les ordres de sa sœur de cœur. Elle lui avait dit qu’elle lui apportait quelque chose à manger. Rapidement, il l’a vit arriver avec une assiette de gaufres au nutella avec de la chantilly fumantes. L’odeur alléchante qui venait lui lécher les narines lui mit l’eau à la bouche. Dès que Christy déposa l’assiette en face de lui, il la regarda avec bienveillance et la remercia. Il commença à manger savourant son met préféré avec bien être. Après avoir passé plusieurs jours sans manger, cela faisait un bien fou. Très vite, l’ainée de Palmer lui lança une petite pique sur le fait que cela faisait longtemps qu’il n’était pas venu l’avoir. Il lui expliqua qu’il avait des difficultés à se déplacer mais elle ne se gêna pas pour lui répondre que cela ne l’avait jamais dérangé avant. Qu’est ce qu’elle voulait qu’il lu dise ? Qu’entre son mal-être qu’il ressentait vis-à-vis de Luca et la trahison d’Anastasia, il n’avait même plus envie de quitter son appartement ? Non, elle n’apprécierait certainement pas cela, elle qui l’avait toujours protégé. Il devait lui cacher la vérité. Killian ne voulait pas voir la jeune femme malheureuse. Mais Killian savait qu’elle plaisantait. Il suffisait de voir la petite langue qu’elle lui avait tiré avant de rapidement redevenir sérieuse. Voilà déjà son air inquiet pour celui qu’elle considérait comme son petit frère qui était de retour. Il aurait voulu la rassurer mais malheureusement sur cela, il ne pouvait pas le faire. « C’est de pire en pire Christy. Les médecins disent que c’est normal. Que je dois avoir plus mal avant que cela s’améliore… Mais… Je ne suis pas convaincu. Les séances de rééducation ne servent à rien. Je sens ma jambe perdre de sa souplesse, perdre des forces. J’ai presque l’impression qu’elle perd sa vitalité. Je ne sais pas où tout cela va me mener. Je ne peux plus marcher, plus conduire et je souffre. Parfois, j’aurai presque préféré me faire amputer. » Dit-il sans lui cacher une once de ce qu’il pouvait ressentir à cet instant. Il baissa légèrement les yeux pour ne pas qu’elle puisse découvrir sa détresse et sa tristesse briller dans ses pupilles. Le jeune homme reprit une bouchée de cette délicieuse gaufre pour se redonner du courage. Puis, il releva la tête et fit un petit sourire à son amie. Déjà Christy était entrain de lui proposer son aide. Mais il ne voulait pas d’aide. Il devait apprendre à se débrouiller seul. De plus, en temps que militaire, il était beaucoup trop fier pour cela. « Tu connais les militaires Christy… Nous sommes têtus comme des mules… Je… je veux apprendre à me débrouiller par moi-même. Il le faut. Je ne peux pas dépendre des autres. » Répondit-il d’une voix sans vraiment de conviction dans ce qu’il disait. Rapidement après cela, Killian lança le sujet sur Anastasia. C’était pour cela qu’il était venu à la base. Il n’y avait pas de temps à perdre. Christy ne pourrait pas rester en pause pendant un très long moment. Il lui dit donc qu’il était au courant au sujet du départ précipité de sa meilleure amie pour Chicago. Mais il ne manqua pas de lui demander si jamais elle avait été au courant. Il ne savait pas comment il réagirait si jamais Killian apprenait que sa sœur de cœur savait. Il n’était pas sur de bien le prendre. Bien entendu, il comprenait qu’elle soutienne sa sœur avant lui. Mais Charlize était quand même son enfant et il avait été privé des quatre premiers mois de sa vie avec tout ce cinéma. Il poussa un petit soupir de soulagement presque inaudible lorsque celle qui considérait comme sa sœur, lui répondit qu’elle n’en savait rien. « Je vois que vous avez eu à la même version que moi dans ce cas. Elle n’a pas été plus honnête avec sa famille qu’avec moi. » Dit-il en se passant une main dans les cheveux. Il avait posé sa fourchette dans son assiette, l’appétit un peu coupé. Il reviendrait certainement très rapidement lorsque le sujet « Anastasia » serait clos. Il hocha les épaules quand Christy lui annonça qu’elle ne savait pas si elle serait revenue si jamais Isabella n’avait pas fait un malaise cardiaque. Il ne le savait pas non plus mais il avait de sérieux doutes vu ce que son ancienne meilleure amie lui avait avoué. Mais avant qu’il ne puisse répondre, la jeune femme continua à parler. Elle lui demanda si Anastasia lui avait dit. Avant qu’il ne puisse savoir véritablement quoi répondre, son amie poursuivit. Elle laissa échapper ses doutes quant à sa paternité. Elle avait visiblement vu juste. « Je pense qu’elle ne voulait pas me le dire. La découverte a été pour le moins…. » Commença t-il sans savoir comment finir sa phrase. « Je ne lui ai jamais dit pour mon accident tu sais ? Je lui en voulais tellement d’avoir disparu comme cela du jour au lendemain sans me dire au revoir. Mais elle ne m’a pas dit non plus qu’elle était rentrée. Nous nous sommes rentrés dedans pour ainsi dire alors que j’allais à la pharmacie pour mes cachets. Elle a rapidement compris que j’avais un problème. On ne peut pas vraiment dire que ce n’est pas visible du premier coup d’œil » continua t-il de manière sarcastique en montrant sa jambe d’une main lasse. « J’ai tout de suite compris que quelque chose n’allait pas. Elle a voulu que je lui laisse du temps. Le lendemain j’étais chez elle. Elle me l’a avoué à demi mot. Elle ne voulait même pas que je vois ma fille » finit-il en baissant la tête. « Et ce n’est pas moi qui suis parti. C’est elle. J’avais une permission que durait encore deux semaines lorsqu’elle est partie. Je l’ai écourté à son départ. » Expliqua t-il en essayant une larme d’une main rageuse qui avait coulé sur sa joue. Ensuite la jeune femme lui répondit sur sa façon d’aller. Elle expliqua au jeune homme qu’elle avait peur, très peur de perdre sa plus jeune sœur. Mais qu’elle était néanmoins heureuse que la famille soit au complet. Killian posa sa main sur celle de Christy essayant de la rassurer par ce contact. « Isabella est une battante Christy jolie. Elle l’a toujours été. Je sais qu’elle fera tout pour se battre et vivre, pour vous, parce qu’elle vous aime. Il ne faut pas que tu dises des choses comme cela. Elle n’aimerait pas entendre cela. Je sais que je suis mal placé pour dire ce genre de chose car je me sens tout aussi coupable que toi pour des histoires où je comprends aujourd’hui que je n’avais aucun contrôle. Les choses sont comme elles sont et tu ne peux pas vouloir les changer. Chacun à sa part de malheur et de bonheur » soupira t-il. L’ainée des Palmer lui piqua sa fourchette pour prendre une part de sa gaufre avant de la reposer dans son assiette. Il lui fit un petit sourire avant de recommencer à manger. Il ne devait lui rester que deux bouchées de ce délicieux plat. De ce fait, la gaufre fut rapidement finie. « Oui, je suis allé la voir. J’ai été très bien reçu » dit-il de manière ironique. « Elle m’a clairement fait comprendre qu’elle n’aurait jamais du me dire la vérité. Et j’ai été obligé de la forcer à me laisser voir le bébé. Tout à été dit. Je crois que je n’ai jamais eu aussi mal de ma vie, que je ne me suis jamais senti aussi trahi. Comment a t-elle pu me faire cela Christy ? Comment a t-elle pu me faire ça alors qu’elle sait ce que je ressens quant à l’abandon de mes parents. Elle ne m’a même pas laissé le choix. Elle m’a forcé à abandonner ma fille et je ne pourrai jamais lui pardonner, je ne pourrais jamais me le pardonner de l’avoir fait. Et Charlize ? Qu’est ce qu’elle me dira quand elle sera plus grande ? Elle pourrait penser que je n’ai jamais voulu d’elle. J’ai tellement peur. J’ai vraiment mal. J’ai l’impression que mon cœur est brisé. J’ai l’impression qu’elle l’a arraché de ma cage thoracique, qu’elle l’a broyé au mixeur et ensuite elle l’a remis en place. J’ai l’impression de ne plus pouvoir respirer tellement la douleur est forte. Je… je… je ne sais pas quoi faire. Tu veux savoir le pire dans tous cela ? C’est que j’ai toujours été amoureux d’Anastasia, depuis le début… je crois… Je n’ai jamais été très fort pour mettre mes sentiments au clair. Mais si avoir le cœur brisé devait ressembler à quelque chose, ça serait certainement à cela. » Avoua t-il. Il n’avait pas voulu lui dire tout cela mais il s’était laissé emporter par ses révélations. Il se mordit la lèvre et se passa une main dans les cheveux tout d’un coup véritablement gêné. Pourquoi avait-il tant parlé ? Il n’aimait pas paraître aussi faible. Si il n’avait pas été dans un lieu public, il se serait certainement mis à pleurer devant sa grande sœur de cœur. Si il ne pouvait pas se montrer faible devant elle, il ne pouvait l’être devant personne. Il respira fortement pour contenir la forte émotion qui prenait possession de son être à ce moment là. Il devait rester fort. Il ne devait pas se laisser abattre. Il était ici pour trouver une solution. IL n’était pas là pour se plaindre mais pour parler de ce qu’il devait faire avec Anastasia et Charlize. Killian planta ses yeux bleus dans ceux azurés de la serveuse. « Qu’est ce que je dois faire Christy ? Je suis totalement perdu. Je… Je ne sais plus. Je veux être impliqué dans la vie de ma fille. Je ne l’ai vu que quelques secondes mais je l’aime déjà comme si je la connaissais depuis toujours. Elle est ma chair et mon sang. Mais j’ai peur qu’Ana ne me laisse pas faire. Dois-je reconnaître ma fille ? Me battre pour avoir sa garde ? Totale ? Partagée ? Si je ne fais rien, ta sœur me laissera t-elle une place dans sa vie ? J’en doute fortement. » dit-il d’une voix suppliante. Le jeune homme avait vraiment besoin des sages conseils que sa grande sœur pouvait lui donner. Ce qui allait suivre dans les prochaines semaines changerait à jamais sa relation avec Anastasia, Charlize mais également sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 05/02/2017
›› Love letters written : 50
›› It's crazy, I look like : Emilia Clarke
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: (Kilian) Your place is with us Mar 4 Juil - 12:49

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I'm proud about what you're become

(little brother of my heart)
kilian fraser and christy palmer
When I was six years old I broke my leg. I was running from my brother and his friends, and tasted the sweet perfume of the mountain grass I rolled down. I was younger then, take me back to when I found my heart and broke it here


Partager de nouveaux instants avec sa famille contribuait toujours à apporter de nouveaux espoirs dans le cœur de la jeune femme. Encline au partage, elle ne se faisait jamais attendre dès l’instant où elle entendait son prénom et lorsqu’elle pouvait admirer les sourires de ceux qui contribuaient à son bien être. Ses parents, ses sœurs, Kilian, même son meilleur ami, dans son absence parvenait à la faire sourire grâce aux souvenirs communs qu’ils avaient pu partager. Des souvenirs mettant en évidence des rires, des instants où l’innocence prévalait sur tout le reste et ne laissait jamais croire dans les tourments que le simple fait d’être adulte était à même de pouvoir apporter. Si on lui avait expliqué plus tôt à quel point le devenir était si compliqué, alors Christy aurait probablement tout fait pour rester dans l’enfance. Juste pour pouvoir profiter un peu plus de tout le monde, juste pour n’avoir des soucis que parce que ses collants étaient troués et qu’elle se ferait gronder par sa mère en rentrant de l’école, juste pour laisser de côté les maladies et les déceptions à venir parce qu’ils étaient mieux sans cela. Mais les responsabilités avaient su les rattraper tous autant qu’ils étaient. Ces dernières ne les avaient pas épargnés et pour cause, elles étaient parvenues à les séparer d’une manière ou d’une autre. Par la distance, par les non-dits, par les à côtés, par le temps tout simplement. Mais malgré tout, son sourire ne faiblissait pas et une part d’elle continuait à croire qu’un jour peut-être ils parviendraient à avoir raison de ces tracas. Qu’ils sauraient se retrouver autour d’une grande table et qu’ils profiteraient des présences de tous. Que les rires viendraient à pourfendre les airs justes pour laisser passer le message qu’ils étaient heureux d’être là. Heureux de pouvoir avoir cette occasion de partager un instant tous ensemble, heureux de laisser de côtés les raisons pour lesquelles ils avaient perdu foi en ce lien qui les unissait. Parce qu’il serait à nouveau présent. Christy osait y croire alors qu’elle restait devant son petit frère de cœur. Elle pouvait prétendre enrichir les racines de son désir le plus fou de vouloir la paix entre tous, rien que par cette présence. Lui qui, lui avait manqué pendant plusieurs semaines et dont elle n’avait pas tardé pour lui envoyer un message auquel il n’avait pas répondu. Kilian devait probablement avoir ses raisons pour ne pas l’avoir fait et en cela l’aînée des Palmer ne lui en tenait pas rigueur. Pas alors qu’elle était heureuse de le retrouver à présent et qu’elle ne tardait pas à le rejoindre pour qu’ils puissent ainsi partager un peu de temps ensemble. Bien entendu, la bonne humeur était au rendez-vous et ce malgré les réticences du jeune homme. Si il y avait bien un trait de caractère qu’on ne pourrait pas lui ôter, c’était bien celui de désirer voir apparaître le sourire auprès de ceux qu’elle aimait. Parce qu’ils le méritaient et parce qu’il valait toujours bien mieux de voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. Pourtant ses aspirations les plus profondes vinrent à être troublées à mesure que le regard de son petit frère se renfrognait. Sa douleur lui paraissait d’une brutalité si insistante qu’elle le figeait dans le temps et l’espace. Une constatation qui émit une lueur de tristesse dans le regard de la jeune femme alors qu’elle s’empressait de prendre le bras de son ami à mesure de l’avancée de son témoignage. Des souvenirs mêlant violence et tristesse lui revinrent en mémoire devant les mots qu’il lui semblait avoir déjà entendu d’une autre personne pour une autre circonstance. Des mots dont elle était parvenue à venir à bout à force de persévérance et détermination, mais surtout d’amour à ce moment où Liam avait eu le plus besoin d’elle. « Je ne sais pas ce que c’est que de ressentir cette douleur, parce que je ne l’ai jamais vécu. Mais je sais ce que c’est que d’avoir envie de s’en sortir pour ne plus souffrir. Je ne sais pas si tu te souviens mais quand ils ont rapatrié Liam pour sa blessure au genou, il… était démoralisé. Ca a été difficile pour lui d’affronter cette douleur mais il y est arrivé. On a su trouver des solutions à ses problèmes à force de chercher des informations sur internet, je me souviens même qu’une fois j’a du aller me disputer avec son kiné parce qu’il le faisait trop forcer. Je sais bien que c’est pas la même chose mais… est-ce que t’as essayé la piscine ? Tu sais c’est tout bête mais l’eau favorise les mouvements. » Ses yeux cherchèrent à aider le jeune homme. Peut-être avait-il entendu ce discours d’une tierce personne déjà, tant pis, Christy tentait sa chance et voulait surtout lui prouver qu’elle ne le laisserait pas tomber. Pas lui. Surtout pas lui. Ses yeux inquiets ne quittèrent pas la silhouette de Kilian et ce même si il se plaisait à mettre en exergue ce côté énervant des militaire qui avait tendance à l’exaspérer plus qu’autre chose pour le connaître par cœur. D’ailleurs, elle ne manqua pas de lever ses yeux au ciel à cet instant, exagérant ainsi son geste pour peut être amené son petit frère à sourire à nouveau. « Blablabla… Le discours du militaire je l’ai déjà entendu plusieurs fois et ça ne marche pas avec moi. Fier ou pas, si ça me pique de t’emmener à la piscine pour essayer tu n’arriveras pas à m’en dissuader. A croire que t’as oublié à quel point je peux être têtue, Petite tête ! » Sa main venait de se tendre pour venir lui ébouriffer les cheveux alors que son rire transperçait l’espace de sa bonne volonté. Oh elle savait qu’il allait probablement lui inventer une excuse, mais elle espérait que derrière tout cela, le jeune homme puisse voir à quel point il était important pour elle et elle tenait à lui. Rapidement, le sujet en vint à changer. Mettant en avant les raisons pour lesquelles Kilian paraissait confus et d’autant plus malheureux : Anastasia. L’impuissance gagnait forcément la jeune femme alors qu’elle assistait à toutes les erreurs de sa jeune sœur. Si seulement, elles pouvaient remonter le temps… Peut être auraient-elles pu épargner ce mal de s’instaurer là où il n’aurait jamais du l’être. Car elle avait beau aimer sa sœur, la protéger et désirer son bien, Christy lui en voulait autant que Kilian était en train de le décrire aux travers ses tristesses. Pourquoi avait-elle réagi de cette manière envers eux ? Même l’aînée des Palmer était incapable de donner une réponse décente à cette question tant elle ne parvenait pas à avoir une discussion sérieuse avec elle. Dès lors que le sujet était abordé, cette dernière tendait à fuir tout en s’enfermant dans cette sorte de défensive que personne n’arrivait à percer. « Malheureusement non… » commenta t-elle dans une voix pleine de déception devant le constat émis par Kilian. Non, Anastasia ne les avait pas épargné, tout comme elle n’avait pas épargné son meilleur ami. Et comme si cela n’était pas suffisant, plus le temps passait et plus il apparaissait à Christy qu’Anastasia avait simplement décidé de se lancer seule vers un chemin où tous les autres ne pourraient pas suivre. Pourtant, elle désirait la retenir afin de lui permettre de se rendre compte qu’ils en valaient la peine. Mais là encore, la grande sœur n’avait pas le droit de contraindre sa petite sœur à envisager une vie qu’elle n’avait pas choisi. Personne n’en avait le droit. Tout comme Anastasia n’avait pas le droit de faire à Kilian ce qu’elle était en train d’apprendre à son sujet. De quel droit osait-elle ôter à un père le droit de voir ou même de s’occuper de sa fille ? Encore une fois, Anastasia avait beau être sa sœur, il n’en restait pas moins qu’en entendant les détails de la rencontre entre les deux amis, Christy avait envie de lui coller une belle baffe pour qu’elle prenne conscience qu’il fallait qu’elle grandisse à présent. « Comment ça elle ne voulait pas te le dire ? » répéta t-elle d’un air choqué avant de finalement reporter toute son attention sur le récit de Kilian. Et plus il avançait dans ce dernier plus les yeux de la serveuse n’en devinrent que plus ronds devant cette injustice mais surtout cette irresponsabilité de sa sœur. Elle avait même l’impression qu’on était en train de lui raconter une histoire invraisemblable, Anya ne pouvait pas être comme ça. « Mais elle est idiote ou bien ? » Ses mots lui échappèrent alors qu’elle n’arrivait pas à intégrer les informations correctement dans son cerveau. Surtout pour la petite Charlize. Quelle mère serait aussi méchante pour enlever le droit à sa fille de connaître son père ? Surtout lorsque ce dernier était aimant et laissait nettement comprendre qu’il prenait en compte ses responsabilités. Christy n’en revenait pas et elle avait l’impression que le plafond du restaurant était en train de s’écrouler sur elle. « Attends je voudrai qu’on reprenne tout à zéro s’il te plait. En fait, tu me dis que vous étiez ensembles, elle est tombée enceinte et plutôt que te le dire, elle est partie… » Elle donnait l’impression de se parler seule, comme pour essayer de trouver un sens à ce qu’elle était en train de formuler. Sauf que, visiblement, elle n’y parvenait pas. « C’est moi ou ça sonne comme mauvais scénario de série en fait ? » Elle essayait de dédramatiser la situation mais là encore, elle se heurtait de plein fouet à un mur. « Je crois que c’est normal que tu lui en veuilles, c’est ton droit. Et même si elle est ma sœur, je ne pourrai pas t’en vouloir de réagir comme tu le fais. Au contraire, je te comprends. » Et c’était véridique, elle le comprenait assez pour admettre à quel point la déception devait le détruire. Surtout au moment où il avait le plus besoin de sa meilleure amie pour l’aider à affronter ce quotidien pour autant difficile. Un soupire lui échappa entre ses lèvres et lorsque le temps fut venu à ses propres confessions, Christy essaya de traduire son mal-être en lui donnant des mots. Lui assignant peut être une signification qui aurait pu la délivrer, mais au lieu de cela elle se confrontait à un nouveau problème, celui de se sentir impuissante face à la maladie. Le discours qu’entretenait Kilian à son égard parvint à faire à nouveau naître le sourire sur ses lèvres. Bien sûr qu’Isabella était une battante, elle l’avait toujours été et le demeurerait à jamais. Néanmoins, persistait cette part d’elle qui tendait à vouloir lui accorder de cette vie qu’elle méritait tant, de ce souffle qui l’animait et de ce bonheur dans lequel elle s’épanouirait. Et tout ceci pouvait lui être enlevé du jour au lendemain. La morosité s’immiscer doucement dans les tréfonds de son cœur alors que l’évidence dans les propos de son petite frère témoignait de cette vérité qu’elle connaissait déjà mais qu’elle avait du mal à admettre. « Je sais… » fut la seule chose qu’elle parvint à répondre avant de baisser son regard en direction de la fourchette et de s’en saisir pour piquer un morceau de gaufre. Elle n’avait pas véritablement faim, mais il s’agissait surtout d’une manière pour peut être passé à autre chose. D’ailleurs, elle espérait y parvenir en posant cette question aussi simple à Kilian que de savoir s’il était allé voir Isabella. Mais apparemment, elle n’avait pas été assez explicite dans sa question puisqu’il reprenait là où ils s’étaient arrêtés toute à l’heure au sujet d’Anastasia. Et par ses dires, Christy comprenait à quel point Kilian avait besoin de parler à quelqu’un voire même de se confier par rapport à cette injustice qu’il ne comprenait pas. Silencieuse et attentive, la serveuse se contenta d’appréhender chacun de ses aveux et les chérir par le biais de son regard alors que ce qu’elle entendait éveillait de nouvelles rancœurs en direction de sa petite sœur. Jamais elles n’avaient été élevé de cette façon et plus le discours de Kilian continuait plus Christy comprenait à quel point il en était dévasté. « Doucement Kilian, doucement. » tenta t-elle de le rassurer pour essayer de préserver sa santé alors qu’elle relâchait sa fourchette pour venir prendre la main de son ami dans la sienne. Bien entendu qu’elle connaissait toutes les peurs qui troublaient le jeune homme, tout comme elle savait à quel point il aimait sa jeune sœur. Alors pourquoi lui avait infligé cela ? Visiblement les non-dits étaient toujours enclins à favoriser les peines… Alors qu’il n’aurait fallut que d’une simple conversation pour rectifier le tir. Il était certain que Christy aurait une discussion avec Anya après cette rencontre. Qu’elle le veuille ou non, Anastasia pourrait fuir, sa grande sœur la rattraperait pour obtenir des réponses à ses questions mais surtout pour qu’elle prenne conscience qu’elle n’était plus une adolescente maintenant mais bel et bien une mère avec des responsabilités. « Je sais que tu l’as toujours aimé. On vous a charrié pendant longtemps mais on le savait. Parce qu’il y avait des gestes qui vous trahissaient depuis le début mais on faisait les idiots pour vous faire plaisir. » Un timide sourire se dessinait sur ses lèvres alors qu’elle inspirait fortement pour ainsi essayer de retrouver un ordre dans ses dires. « Je crois qu’il faut parler d’ordre des priorités avant tout. Et on va tous les deux s’entendre en mettant en évidence que la première d’entre elles est Charlize. » Ses yeux ne se détachaient pas de ceux du jeune homme. « Tu es son père, si tu veux la reconnaître c’est ton droit. Si tu veux la garder c’est également ton droit parce que n’importe quel enfant a le droit de connaître ses parents et de profiter d’eux. Surtout si ces derniers le désirent et ne veulent que son bien. Charlize n’a pas demandé à naître, elle n’a pas demandé à être ballotée comme ça, il lui faut de la stabilité et donc une famille pour arriver à grandir sereinement. Je peux t’aider si tu veux. De toute les manières, Anya et moi auront une conversation sérieuse sur ce qu’est être une mère. Et si il faut que je passe par la case de sa propre histoire pour lui rappeler à quel point elle a pu souffrir quand elle était petite je le ferai. Parce que c’est pour protéger Charlize. »  Ce même sourire continuait de s’étirer sur ses lèvres avant que ses yeux n’en viennent à se déporter sur les béquilles du jeune homme. « Et si tu veux t’occuper au mieux de ta fille, tu dois toi aussi t’occuper de toi. Bats-toi pour elle. Fais tous les exercices qu’on te demande de réaliser et pense à elle en les faisant. Parce qu’elle aura besoin de son père et qu’elle devra savoir qu’elle peut compter sur toi. » Sa main joignait celle de son ami pour serrer ses doigts entre les siens dans l’espoir de faire passer cette force qu’elle lui connaissait et dont elle le savait capable de retrouver pour déplacer des montagnes. « Et si tu aimes véritablement Anya ne laisse pas tomber. Elle va te mettre des bâtons dans les roues parce que, visiblement, elle n’a pas encore grandit. Tout risque d’être compliqué et plus d’une fois tu viendras pour me dire qu’elle t’a anéanti, mais je serai là. Pour te soutenir, pour t’aider, pour vous remettre les pendules à l’heure tous les deux parce que ce sont les non-dits qui vous on fait ça. Ne les laisse plus tout foutre en l’air, affronte la, pense à Charlize. » Elle ne savait pas si ses mots sauraient trouvé une oreille attentive, néanmoins la sincérité qu’elle dégageait était bien réelle. Christy désirait aider Kilian, tout comme elle désirait venir en aide à sa sœur si seulement elle lui laissait l’occasion d’agir ainsi.
Revenir en haut Aller en bas

(Kilian) Your place is with us

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Echo park :: patty's dinner
-
Poster un nouveau sujet