Partagez|

The sound of the storm Miguel & Nora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 21/01/2017
›› Love letters written : 91
›› It's crazy, I look like : Jesse Hot Williams
family don't end with blood
MessageSujet: The sound of the storm Miguel & Nora Jeu 2 Mar - 21:29


THE SOUND OF THE STORM
Miguel & Nora



Aujourd'hui est un jour de repos pour moi. Le premier depuis des lustres. Si cela n'avait tenu qu'a moi je n'en aurai pas pris mais lorsque cela vous est fortement conseillé par un directeur d'enquête il n'y a pas possibilité de tergiverser longtemps.
J'ai beau tout faire pour ne rien laisser paraître, il arrive que parfois le corps nous trahisse. C'est ce qui s'est produit hier alors que nous étions en plein débriefing entre les détectives et le directeur d'enquête.
J'ai eu comme un étourdissement qui m'a valu de me rasseoir aussi vite que je m'étais levé. Et bien évidemment c'est suite à cet incident que le "patron" m'a vivement recommandé de prendre ce jour de congé  forcé.
Je vis ça comme une punition quelque part au fond de moi, c'est vrai que je ne vais pas bien en ce moment, mais rester a ne rien faire ne m'a jamais aidé, m'occuper l'esprit demeure une échappatoire et ce depuis que mon frère à trouver la mort en Irak. Néanmoins j'essaie de relativiser et puis cette journée s'annonce constructive tout de même puisque j'ai laissé un texto à Nora pour lui demander si elle avait  consulté le carnet que je lui ai remis. Elle m'a dit que c'était le cas et que nous n'avions qu'a nous voir au café français pour en parler. Rendez-vous pris ! C'est donc l'esprit aussi serein que possible que je  monte dans ma voiture pour prendre la direction d'Echo park. Cette fin de matinée n'est pas très agitée au niveau routier, ce qui fait que j'arrive avec vingt minutes d'avance au rendez-vous. Il est onze heures quarante à peu près quand je fais mon entrée dans le café français. Nora doit arriver vers midi comme nous l'avions convenu par sms. Je m'approche du comptoir et commande un café avec un grand verre d'eau. La serveuse m'offre un sourire et me demande si je souhaite rester au bar ou m'installer auquel cas elle m'apportera ma commande. Je lui réponds que j'attends quelqu'un et que je vais donc m'installer puis je la remercie et je me dirige vers une petite table discrète qui donne sur la rue.
Je sors mon téléphone pour consulter les deux textos et l'appel manqué que j'ai reçu. L'un des textos provient de ma soeur qui souhaite prendre des nouvelles et l'autre provient de ma "girlfriend" qui me propose de manger ensemble. Je lui réponds aussitôt pour lui dire que j'ai d'autres projets. Quant à ma soeur je préfère attendre d'être rentré chez moi pour l'appeler directement, cela fait un bail que nous ne nous sommes pas parlés, elle n'est même pas au courant que j'ai revu Nora et que nous travaillons ensemble. Et je crois que ça me fera énormément de bien de me confier sur ce fait à quelqu'un en qui  j'ai une entière confiance. Alors que la serveuse s'approche avec ce que j'ai commandé, je regarde ce fameux appel manqué, c'est Murray ! Qu'est ce qu'il me veut lui ? Je l'appelle et d'un signe de tête je remercie la serveuse. Après deux sonneries il décroche:
- Murray, Belaza à l'appareil, j'ai vu que tu m'avais appelé qu'est ce qui se passe ?

- Ah Belaza ! Je m'inquiétais de ne pas te voir ce matin, tout va bien ?
- Euh je te remercie de t'inquiéter mais ouais ça va, le boss t'as pas dit ? Je suis en repos aujourd'hui j'ai fait un petit malaise hier il m'a seriné pour que je prenne ma journée !
- Ah merde, je te dérange pas plus alors rétablis toi bien et s'il y a quoi que ce soit de nouveau je t'appelle !
- Merci Murray, j'apprécie beaucoup, bonne journée.

Il me renvois les formules d'usages, je raccroche. Nora devrait arriver d'un moment à l'autre. Je repense  à notre dernier échange, au maillot des Dodgers que je lui ai donné. J'ai hâte de savoir ce que son fils en a pensé. Et puis... Je me souviens de ce baiser que je lui fait sur la joue avant qu'elle ne sorte de ma voiture, nous n'avons pas eu l'occasion d'en reparler. Quoi qu'il en soit, je ne veux plus me battre avec Nora et ce baiser était une façon de le lui faire comprendre, comme le fait que je lui ai accordé mon pardon, ça non plus nous n'en avons pas parlé mais le fait de faire cette démarche m'a apaisé.
Je regarde ma montre, il est presque midi. Je suis plutôt impatient de savoir ce que Nora va me dire  concernant la lecture de mes notes, et c'est vrai aussi que j'aimerai que nous reparlions de toutes ces petites choses qui se sont produites mais chaque chose en son temps. Je n'ai pas envie de la brusquer ni qu'elle se braque, ce serait remettre en cause tous les mots que j'ai pu lui dire et je ne veux absolument pas retomber dans cette spirale de conflits incessants. Et puis la priorité reste le boulot !
Je regarde brièvement par la fenêtre et je l'aperçois qui arrive. Elle semble assez pressée, elle regarde autour d'elle comme si elle se méfiait de quelque chose. Elle fonce littéralement en se dirigeant vers l'entrée du café, ses cheveux recouvrant une partie de son visage. Alors qu'elle pénètre dans le café, je me lève et tout en lui faisant un signe de la main je lui dit :

-Nora, je suis là.

Je lui offre un sourire pour continuer dans la lancée de la fois dernière, elle semble déjà pas mal contrariée alors si en plus je me montre hostile, elle risque de me fuir comme la peste. Je ne connais que trop le personnage. Et puis de toutes les façons ma démarche est sincère, je souhaite que tout se passe pour le mieux. Alors qu'elle s'approche peu à peu de moi, je remarque immédiatement qu'elle ne va pas bien, tout cela semble être de très mauvaise augure... Je la regarde et je me demande bien ce qui se cache derrière son visage fermé comme en proie à une certaine douleur...


Codage par Libella



Dernière édition par Miguel Belaza le Sam 18 Mar - 21:50, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/05/2016
›› Love letters written : 818
›› It's crazy, I look like : TatianaMaslany
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: The sound of the storm Miguel & Nora Dim 5 Mar - 23:22


the sound of the storm
feat. Miguel & Nora

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Voilà quelques jours que tu te balades avec une gueule cassée ou du moins salement amochée. Tu n'as jamais été très friande du fond de teint et pourtant tu ne cesses d'en mettre pour cacher tes blessures physiques, celle au coeur malheureusement sont pour le moment trop douloureuses pour les évoquer. Tes frères domicilient pour ton plus grand bonheur chez toi, depuis l'attaque. Tu as beau t'en plaindre, leur dire que tout va bien se passer, que tu vas bien.. Au fond ils savent que tu es plus que ravi de leur présence au vu des événements. Ollie est très en colère et j'ai beau essayer de le rassurer sur les coups donnés par le père de Clara... Je sens à travers ses remarques et son comportement qu'il est en colère. Je l'entends même parfois demander à Drew et Jonas de jouer à la bagarre. Il veut apprendre à se défendre, à riposter. Ce n'est plus ton petit garçon d'autrefois... Il a appris de l'injustice et n'arrive pas à en démordre. S'en est trop pour un garçon de dix ans et tu t'en veux de lui avoir fait subir cette souffrance. Tu n'aurais jamais dû t'y rendre seule. Tu as du mal à t'endormir le soir... et tu as beau avoir repris le cours de ta vie très rapidement après l'incident, tu as du mal à rester près des hommes. Tu sais que tu ne devrais pas... que tu devrais même penser à consulter. Que ce que tu as vécu est loin d'être facile et que ce n'est pas une tare de suivre une thérapie... mais ta fierté est trop grande pour que tu réagisses pour ton propre bien. Tu t'enfermes dans ton mal-être jour après jour. Lorsque tu refermes la porte de ta chambre. Que tu attends que tout le monde dorment... y compris tes frères. Tu te mets en boule et commence à pleurer. L'oreiller te permets de te morfondre, l'oreiller permet d'étouffer ta douleur le temps d'une heure... ou peut-être plus.

Voilà quelques jours que tu te balades avec tes blessures... et aujourd'hui tu les détestent encore plus. Rien que de les voir à travers le miroir... changer de couleur, mais ne pas disparaître... t'horripiles. Tu n'aimes pas, tu ne supportes pas dégager cette aura de femme faible. Cela te ramènes à cette image que tu caches au fond de toi : cette vulnérabilité que tu as caché au plus profond et qui refais surface aujourd'hui de la manière la plus brutale. Tu effectue ton rituel matinal... très récent... lorsque tu reçois un message de Miguel. Tes battements de coeur s'accélère rien qu'au vu de son prénom. Ce n'est clairement pas la bonne période. Tu soupires et ouvre le sms. Il te demande si tu as lu ses notes... Ton regard se pose sur les dossiers évoqués. Tu réponds rapidement en lui proposant de le voir au café français. Comme ça ce sera fait. Comme ça tu seras débarrassée. Il te réponds à l'affirmative. Tu te presses donc pour le maquillage. Une personne tapote à la porte. Tu te retournes immédiatement, un visage inquiet s'inscrivant sur ton visage. Ce n'est que Drew. Qui souris légèrement. "Ça va ?" Bien que vous vous êtes engueulés le jour de l'agression, ton petit frère ne cesse d'être adorable à ton égard... certainement par culpabilité, certainement parce qu'il a eu peur de te perdre. "Oui... je vais voir Miguel." "Monsieur l'ex? Tu penses que c'est une bonne idée? Il ne t'as pas dit la dernière fois que ce n'était pas... fini?" "Drew... je..." Tu n'as pas envie de te lancer dans une grande discussion... "Je sais je sais... tu préfères en parler avec Jonas ou encore Willa... mais c'est juste que je ne veux pas qu'il tente quelque chose alors que tu es dans cet état !" "Cet état ?" Un sourire se dessine sur ton visage, mais s'esquive rapidement dû à la douleur de ta joue. "Brisée tu veux dire!" Il te prends dans ses bras. "Je m'inquiète... on s'inquiète avec la famille! Et surtout le petit gnome!" "Je m'en veux de lui faire subir ça..." "Ça va aller... il va s'en remettre!" "Je me sens honteuse!" Dis-tu alors que des larmes coulent sur ton visage. Tu as l'impression d'être une fillette. Il prends ton visage, te regarde droit dans les yeux. "Tu es une très bonne mère ! Avoir voulu protéger cette petite est tout à fait normal! J'aurais du venir avec toi... Je... Ollie va dépasser ça tout comme toi! Maintenant on va sécher ses larmes de crocodiles et tu vas y aller d'accord? Avec le sourire si possible!" Tu renifles, hoche la tête et fait un dernier check-up devant la glace pour te re-poudrer le nez, attraper le dossier, le mettre dans ton sac et filer. Tu y vas à pied et marche d'un pas rapide. Tu n'es pas sereine toute seule et psychote à la vue de chaque homme ressemblant au père de Clara.

Tu atteins le café, y pénètres et entends ton prénom. Tu sursautes légèrement, mais reprends de la contenance immédiatement. Il ne faut pas que tu te permettes un moindre faux pas, encore moins avec Miguel. Tu replaces tes cheveux de tel sorte à ce qu'on ne voit pas ton hématome présent près de ton oeil gauche et recouvrant le haut de ta joue. Tu as beau avoir poudré, on ne sait jamais. Ta lèvre ayant été bien amoché, elle a eu le temps de dégonfler, mais il reste cette petite coupure.. du moins sa cicatrice. Bref tu as une belle tête. "Parfait." dis-tu en t'installant sur la chaise devant lui. Tu gardes une limite de distance. Tu sais que Miguel ne pourra jamais te faire de mal... mais tu restes méfiante. Puis tu ne veux surtout pas qu'il remarque la moindre différence sur ton visage. "Donc... voilà ton carnet. J'y ai mis quelques annotations... comme ça tout est bon." dis-tu légèrement stressée. Tu attrapes le carnet de ton sac et le lui tend. "On m'a dit que tu avais pris des jours de congés c'est ça? C'est bien! Profite pour te détendre, te balader!" lance-tu jovialement. Détourner l'attention est toujours ta spécialité, on ne pourra jamais te l'enlever, même dans les moments les plus dures.


♡ ♡ ♡
MACFLY
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 21/01/2017
›› Love letters written : 91
›› It's crazy, I look like : Jesse Hot Williams
family don't end with blood
MessageSujet: Re: The sound of the storm Miguel & Nora Lun 6 Mar - 1:07


THE SOUND OF THE STORM
Miguel & Nora




Nora prend place en face de moi. Je la sens très distante, ce qui habituellement est aussi le cas à mon égard mais jamais à ce point. Je fais mine de passer outre ce fait qui me désole et écoute ce qu'elle a à me dire concernant mon carnet.

"donc... voilà ton carnet. j'y ai mis quelques annotations... comme ça tout est bon."


Elle est tendue, elle prend mon carnet à l'intérieur de son sac et me le tend. J'évite de la regarder dans les yeux depuis son arrivée. Je n'irai pas jusqu'à dire que je baisse la tête mais je ne m'attarde pas au niveau des échanges de regard. Cela est du au fait que je ne sais pas trop comment me comporter depuis la manière dont nous nous sommes quittés la fois dernière. Nous n'en avons pas reparlé et je sens dans son attitude présentement que nous n'allons surement pas en reparler aujourd'hui.
Toujours est-il que je tend la main pour reprendre mon carnet, et comme cela est dans ma nature de regarder franchement mes interlocuteurs quand je leur parle et bien que ce soit Nora en cet instant je prends sur moi et la regarde droit dans les yeux tout en me saisissant de mon bien.

Je remarque une petite entaille au niveau de sa lèvre, je ne m'attarde pas pour éviter de la mettre mal à l'aise mais cela m'inquiète.

"on m'a dit que tu avais pris des jours de congés c'est ça? c'est bien! profite pour te détendre, te balader!"
me dit-elle avec un ton faussement gai. Cela ne fait qu'accroître mon inquiétude. Je la connais trop bien... Esquiver certaines choses tout en embrayant sur d'autres est une seconde nature chez Nora et c'est un art qu'elle maîtrise sauf qu'elle semble oublier en face de qui elle est assise.

Dans ma tête tout se met à tourner a mille à l'heure. Dois-je lui poser des questions et passer pour un lourd ? Dois-je laisser passer ? Après tout ça ne me regarde pas et c'est probablement ce qu'elle me dira... Je ne sais pas comment agir, comment réagir à vrai dire. Cette entaille n'est peut être qu'un malheureux accident après tout, je décide de ne rien dire pour le moment et de lui donner réponse :

- Merci, tu as bien fait d'annoter tes pensées, ça facilitera les choses. Alors, maintenant que tu as pu prendre connaissance du contenu de mon carnet, tu penses que je suis fou, totalement obsédé par ce dingue pour de mauvaises raisons ou bien que je suis sur la bonne voie ?

Je bois une gorgée de mon verre d'eau puis j'ajoute :

- J'y pense je t'ai même pas demandé si tu voulais boire quelque chose ? J'appelle la serveuse, ça te laisse un petit temps de réflexion. Et en ce qui concerne les jours de congés, pour dire vrai je... Je ne voulais pas en prendre, c'est juste que j'ai fait un petit malaise hier et le boss m'a quasiment imposé ce repos. Mais je reprend le boulot demain quoi qu'il arrive.

Mon attitude a changé depuis le début de notre entrevue, je ne quitte plus Nora du regard à présent. Je crois que cette entaille ne me dit vraiment rien qui vaille, et même si j'ai tenté de me persuader que c'était probablement un accident l'attitude de Nora me laisse penser le contraire. Encore une fois déformation professionnelle !! Bravo Miguel ! Me voilà encore dans une situation délicate, une situation que j'aurai voulu éviter. Mais c'est ainsi, l'arrivée de Nora, le fait qu'elle scrutait sans cesse ce qui se passait autour d'elle, le fait qu'elle se soit précipitée à l'intérieur du café comme pour échapper à quelque chose, le fait qu'elle soit beaucoup plus distante que d'habitude avec moi, et puis cette entaille... Je sens que quelque chose se trame derrière, et puis son sourire de circonstance ne fait que nourrir un peu plus ma pensée.

Alors que la serveuse me fait signe qu'elle va passer à notre table pour prendre commande, mon téléphone sonne, je me lève, m'éloigne un peu et décroche :

- Allo ?
-Hey, alors comme ça Monsieur à d'autres projets ?
- Je suis en congé officiellement mais je travaille en fait on se verra plus tard ok ?
- Ca me va, je voulais te taquiner un peu beau gosse !
- Ah ah oui comme toujours avec t...
- Mig ? T'es toujours la ? Allo ?

Mon interlocutrice se retrouve désormais à parler dans le vide, et moi... Moi je suis comme suspendu dans le temps, je suis abasourdi, totalement anéanti par ce que je viens de voir. Par un mouvement quelconque que je ne saurai expliquer, les cheveux de Nora ont bougé, et la partie du visage qu'ils recouvraient m'est apparue. Je la regarde et mes soupçons sont désormais vérifiés. Je passe par tout un tas d'émotions différentes en un quart de secondes, je serre les dents, je maudis ce que je vois et surtout celui ou celle qui a bien pu se rendre coupable de ces marques sur le visage de Nora, de cette entaille sur sa lèvre. J'essaie de me contenir, mais c'est plus fort que moi, ce que je vois empli mon coeur d'une profonde tristesse, d'une colère indescriptible.

- Ecoute, Irina on se voit plus tard je te rappelle !

Je raccroche et vient me rasseoir en face de Nora. J'ai beau contenir tout ce que je peux contenir au fond de moi, elle me connait elle aussi, bien plus que je ne le voudrais et elle va bien se rendre compte que quelque chose cloche. Alors soit je joue la carte de la franchise, soit je lui ment et je lui dit que mon état à un rapport avec l'appel que je viens de recevoir.
Dans les deux cas, une discussion s'en suivra mais mon cerveau qui tourne a plein régime se demande encore laquelle des deux options fera le moins de dégâts. Car si je ment, et qu'elle l'apprend ensuite, ça ne se passera pas bien et si je suis honnête qui sait comment ça va se passer ?
Mais la réponse à mon dilemme interne s'impose d'elle même, je n'ai pas envie de mentir, je ne l'ai jamais fait vis à vis de Nora et je ne veux certainement pas commencer aujourd'hui ! Et puis j'ai besoin de savoir, qu'elle me dise quelque chose sur son état, qu'elle me rassure même si je sais au fond de moi qu'elle va se fermer. Elle fera tout pour me tenir éloigné de ce qui la ronge, de ce qui la rend faible aux yeux de tous, elle jouera la carte de la fierté, de l'orgueil c'est certain. Mais cette fois je ne lâcherai rien, je ne laisserai pas tomber. Qu'elle ne veuille pas aborder notre histoire, notre passé, ces brides de sentiments qui ont refait surface dans mon coeur je peux le concevoir. Mais qu'elle refuse mon aide alors qu'il semble qu'elle en ai besoin plus que jamais c'est au dessus de ce que je peux accepter, il est hors de question que je la laisse affronter ce qui a pu lui arriver sans qu'elle me laisse le droit de la soutenir. Notre histoire est passée c'est vrai, elle me l'a bien fait comprendre, mais ce qui se passe en ce moment même est encré dans notre présent à tous les deux. J'aurai voulu ne pas voir tout ça, parce que ça me brise le coeur de la voir dans cet état, j'aurai voulu ne jamais être confronté à une telle souffrance que je peux voir sur les traits de son visage mais par la force des choses je suis impliqué maintenant. Je sais qu'elle ne voudra rien savoir, qu'elle ne voudra pas que je l'aide mais c'est trop tard, beaucoup trop tard pour que je ferme les yeux sur ce que j'ai vu. Et même si elle ne m'a encore rien dit, les signes que j'ai pu noté dans son comportement et les blessures apparentes me font grandement penser à une agression et je dois savoir. Il faut absolument que je sache qui s'est permis de l'abîmer et de la briser à ce point.
Heureusement pour moi, la serveuse est arrivée alors que je venais juste de reprendre ma place, ce qui m'a laissé le temps de réfléchir, mais c'est tout réfléchi désormais ! La serveuse s'éloigne après avoir pris la commande de Nora, je la regarde fixement et spontanément je lui dit :

- Est-ce que tu vas me parler ou décider de me laisser dans l'ignorance la plus totale ?

Je ne la quitte pas des yeux cherchant à déceler la moindre de ses réactions, je suis profondément ému mais je ne laisse rien paraître, je ne m'en sens pas le droit, si quelqu'un doit craquer en cet instant ce n'est certainement pas moi. Peut importe le cheminement et le temps que ça va prendre, il faut qu'elle comprenne que je suis de son coté, et que seul le présent compte pour moi en cet instant. Elle a besoin de soutien, d'une épaule sur laquelle se reposer...


Codage par Libella




-


Dernière édition par Miguel Belaza le Jeu 9 Mar - 2:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/05/2016
›› Love letters written : 818
›› It's crazy, I look like : TatianaMaslany
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: The sound of the storm Miguel & Nora Jeu 9 Mar - 2:17


the sound of the storm
feat. Miguel & Nora

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu évites son regard parce que tu ne désires qu'une chose que cet entretien se termine au plus vite. C'est à ton tour d'avoir demandé une semaine de congés. Après une première semaine de travail ça ne fait pas bon genre, mais au lieu d'utiliser l'excuse de la violence tu as préféré dire que ton fils était malade. Mensonge. Et que tu n'avais personne à le confier. Ce qui est bien dans ce genre de gros organisme, c'est que personne ne vérifie complètement. Tu es donc bien tranquille. Tu peux donc te cacher au moins une journée sous ta couette. Pleurer et essayer d'oublier ce qui vient d'arriver.. tout ça avant 16h, tout ça avant l'arrivée d'Ollie puis celle de Clara. Tu dois te montrer forte auprès de ton entourage, malgré tes souffrances, malgré ce sentiment renaissant d'abandon... Toutefois tu ne peux t'en prendre qu'à toi-même a u vu du fait que tu as toujours rompu. Que tu as toujours été la première à rompre les liens. Il est vrai que tu as été égoïste. Tu le sais... il n'est pas question de ne pas s'en empêcher c'est dans ta nature... et lorsque tu as failli plier à tes règles, tu t'es pris un bon vieux retour de bâton. Cette personne à un nom. Elle a déménagé. Tu n'as plus de nouvelles. Parce que Mateo a voulu reconstruire sa vie dans une ville nouvelle. Tu ne peux lui en vouloir malgré tes sentiments naissants, malgré cette nuit torride.

Lorsque Miguel détourne son attention tu soupires contre ces catastrophes qui ne cesse de s'accumuler dans ta vie. Tu aimerais bien recevoir une nouvelle, n'importe laquelle, pourvu qu'elle soit positive. Pour le bien de tous et de toi. Tu as tellement envie de protéger ton fils que tu veux lui présenter le bon. Pas une aventure de passage. Juste un homme qui te fais battre le cneur à mille allures? Comme un Miguel. Excepté les problèmes. Il t'exposes de nouveau son point de vue ce qui t'amènes à réfléchir... à cette affaire que tu avais complètement zappé ces derniers jours. "Je pense que tu suis une piste... Après qu'elle soit bonne ou non c'est à vérifier. C'est mon job!" Précises-tu non sans ironie. Tu es devenue profiler pour tu ne sais quelle raison, te sentir utile devrais-te faire plaisir, pourtant tu as l'impression que cela n'a de cesse que de te rappeler toutes tes bêtises. Son téléphone sonne. Il s'excuse tu acquiesces et commande une boisson. La fenêtre étant légèrement ouverte de ton côté, un courant d'air passe. Surprise et par réflexe tu refermes immédiatement ce provocateur de vents, brises, bourrasques, bref de preuves de force de la nature. Miguel revient à tout allure, s'installe alors que la serveuse te sers ton café. Tu la remercie avant de scruter le visage inquiet de Miguel. Quié tait au téléphone ? Tu le découvres très vite. La serveuse arrive avec le café, tu la remercies, prends une gorgée et de ton air méfiant tu rétorques : "De quoi tu parles ?" Dis-tu dans un air de défi. Parce que tu sais particulièrement ce qu'il évoque. Mais Miguel est le roi pour en parler en toute "délicatesse", jamais de bout en blanc. "De ça?" dis-tu en relevant légèrement ta mèche de cheveux, permettant de voir ta blessure. Tu la replaces par la suite. "Un petit problème que j'ai réglé comme je fais toujours!" Sauf que cette fois-ci Nora, ton regard te trahis. Parce que cet événement t'as blessée plus qu'il ne faut... et que cette fois-ci tu réalises l'impact et la lumière qui n'est autre qu'Ollie ton fils... faiblis. Tu te bas pour lui depuis que tu sais que tu es enceinte... mais... tu as envie d'être aimée. Tu as envie de tomber amoureuse. Tu as envie d'être protégée... mais tout ça a été gâché par cette douleur bien présente suite à ton agression.


♡ ♡ ♡
MACFLY
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 21/01/2017
›› Love letters written : 91
›› It's crazy, I look like : Jesse Hot Williams
family don't end with blood
MessageSujet: Re: The sound of the storm Miguel & Nora Jeu 9 Mar - 3:16


THE SOUND OF THE STORM
Miguel & Nora




La voilà qui me prend de haut, comme d'habitude ! Sauf que cette fois je ne suis pas certain de parvenir à me contenir très longtemps et d'un autre coté je n'ai pas envie de lui ajouter des ennuis à ceux qui semblent-ils sont bel et bien présents. Elle me toise en me demandant de quoi je parle puis juste après tout en relevant ces cheveux qui laisse de nouveau apparaître cet hématome qui me révulse elle me dit :

"de ça?". Je n'en crois pas mes oreilles. Mais je ne dis rien et l'écoute qui poursuit :
"un petit problème que j'ai réglé comme je fais toujours!"

Je ne détourne en aucune façon mon regard du sien. Le silence qui s'installe me permet de voir qu'elle est malheureuse comme les pierres, qu'elle se sent démunie, complètement anéantie par ce "petit problème" comme elle me dit si bien.
Je suis torpillé moi aussi, la voir comme ça si... vulnérable, si vidée et à la foi emplie de douleur me retourne littéralement les boyaux. Si bien que je fini par poser mon point fermé devant ma bouche pour bloquer un reflux de café. Ce n'est pas très reluisant, mais ce que je vois est d'autant plus dégueulasse. Je ne parle pas de ses blessures qui pourtant me parviennent comme des coups de poignard. Je parle de la femme qui se trouve en face de moi, celle qui a perdu toute cette insouciance qui la caractérisait, celle qui est marquée par la vie, par ses choix bien plus qu'elle n'aurait du l'être à son age. Une partie de moi ne peut refouler ce sentiment d'abandon qu'elle m'a transmis sans le vouloir, mais cette pensée ne fait que me donner des frissons quand je ressens que cette femme que j'ai tant aimé et qui se trouve en face de moi est habitée par ce sentiment en ce moment même. Je crois qu'au fond quelque chose l'a vraiment bousillée de l'intérieur et ce qui s'est produit récemment n'a fait que renforcé tout ça. Au point qu'elle est la, le regard vitreux, comme noyé de larmes qui n'apparaissent pas, qui ne veulent pas sortir. Je sais qu'elle se refuse à admettre la moindre faiblesse, mais sa souffrance est telle que je la ressent.

Dans un profond soupir, je tente de chercher les mots, une fois de plus mais je me dis que parfois les mots doivent être dits tel qu'ils sont pensés alors je lui dit :

- Nora, regarde toi, même toi tu crois pas toi même a ce que tu dis ! T'a été agressée ça se voit comme le nez au milieu de la figure ! Parles moi putain ! C'est donc de défouloir que je te sers uniquement ? Je suis juste le mec d'il y a dix ans, le pauvre con qui t'a aimé d'un amour sincère et que tu t'évertue à garder bien loin de toi désormais ?

Je respire tant bien que mal, car mon coeur plie sous les palpitations. Tout ça est trop lourd, trop grave pour que je prenne des pincettes. J'ai peur de la brusquer mais je me dois de le faire. Si personne ne lui dit les choses telles qu'elles sont en réalité qui le fera ?

- Je te jure, peut être que je vais y laisser ma licence, mais que tu me parles ou non je retrouverai la personne qui t'a foutue en l'air ! Bordel de merde, regarde toi ! Et ton fils Nora ? Il va bien au moins ?

Cette pensée qu'il a pu arriver quelque chose également à son fils me foudroie sur place. Je suis atterré, je me lève, place ma chaise à coté d'elle et lui prend la main.

- Cesse de me voir comme une personne de qui tu dois te protéger je t'en supplie, je peux pas supporter de te voir comme ça et je supporte encore moins que tu ne me parles pas, je ne peux pas rester dans l'ignorance j'ai trop souffert de ça tu peux le comprendre ? Laisse moi t'aider...

J'essaie de rester calme, de prendre sur moi au maximum car certes j'ai mal, tout cela me tue viscéralement, mais Nora elle, comment se sent-elle ? Probablement aussi mal que je peux le penser si ce n'est davantage...


Codage par Libella



Dernière édition par Miguel Belaza le Sam 18 Mar - 20:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/05/2016
›› Love letters written : 818
›› It's crazy, I look like : TatianaMaslany
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: The sound of the storm Miguel & Nora Ven 17 Mar - 1:14


the sound of the storm
feat. Miguel & Nora

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
C'est bien la première fois que tu aimerais être accompagnée de tes frères. Que tu aimerais qu'ils soient présents pour te protéger. Que tu aimerais avoir à tes côtés Harry qui t'aurais malgré vos différents défendu bec et ongle ne serait-ce que pour défendre l'honneur de la famille. Car aujourd'hui il est vrai tu imagines te cacher sous cette prison de verre que ta tante t'as tant vendu lorsque tu étais plus jeune. Tu aimerais y placer ton enfant, Clara et arrêter de vivre ne serait-ce que pour quelques jours, pour souffler et reprendre cette vie qui s'avère être aujourd'hui un véritable bordel infini. Que tu te retrouves à devoir gérer toute seule, avec ces bras que tu as l'impression de sentir rapetisser jour après jour et tu as Miguel de l'autre côté qui essaye tant bien que mal de récupérer un je ne sais quoi. Qui veux certainement te protéger... Tu n'as plus d'énergie pour combattre. Certes tu restes sarcastique, mais même là on sent un ralenti. "Arrête, mais ça pourra jamais se terminer cette histoire!" dis-tu les larmes aux yeux et c'est là où tu décides de tout relâcher. "Arrête de ressasser tout ça !" Tu entends à ta voix que tu hausses le ton, que des regards se dépose sur vous, mais tu es fatiguée de tous ces problèmes s'accumulant tu as besoin que ça cesse et rapidement. "Si je te repousse c'est parce que je ne te veux pas dans ma vie, je ne te veux pas dans la vie d'Ollie ! Parce que je ne sais pas si je pourrais me contrôler, parce que je ne connais pas ce qu'est l'amour ok ? C'est ça finalement ce que tu voulais entendre !" dis-tu te laissant totalement aller. Pour une fois, tu te décharges. Dans un lieu public certes, mais la boîte de pandore s'ouvre et tu ne pourras la refermer avant de révéler ce qui fâche, quitte à faire mal... en ce moment tu as très égoïstement cette pensée qui fait que ton interlocuteur ne pourra jamais autant souffrir que toi... du moins aujourd'hui c'est toi qui gagne haut la main. "Je n'ai jamais réussi... l'amour je... c'est trop dur, ça fait trop mal... je peux pas le supporter..." Tu renifles. Miguel évoque ton fils. Tu fermes les yeux le temps de quelques secondes, le temps de reprendre ton souffle tu fixes alors son regard. "Je donnerais ma vie pour Ollie... Alors ne t'inquiète pas pour lui." dis-tu d'un ton plus que déterminée. "Il n'a rien." Il est juste énervé par le fait que tu sois blessée, par le fait qu'il n'a pas été là... Maintenant ton fils se bat à l'école... Ce petit gnome qui n'a rien voulu se retrouve avec des parents complexes.

Miguel se rapproche de toi. Tout de suite tes sens sont en alerte. Tu jette des bref coup d'oeil vers cette proximité. Tu décides de soutenir de nouveau son regard pour lui balancer : "Tu attends quoi de moi?" dis-tu tes yeux plongés dans les siens. Tu sais ce qui pourrait se passer dans sa tête et peut-être que tu n'attends finalement que ça... pour mieux le rejeter. Parce que tu as toujours été cette personne qui a toujours mis des distances, malgré les relations, malgré le lien qui t'unissais à lui. Sauf que cette fois-ci tu n'arrives pas à te contrôler. Tu as beau te mordre la langue, la peur te reprends et tu te laisses aller. Tu poses ta tête sur son torse. Quelques larmes coulent sur tes joues. Tu penses à Mateo. A cet Adriel venu vous sauver Clara et toi. Au fait que tu t'es totalement sentie impuissante alors que tu aurais dû le maîtriser, que tu as failli être bien plus amochée que ça... que tu as eu un coup de bol... "Je ne suis pas faite pour être profiler." Tu as la boule au ventre maintenant pour aller au travail et le fait de savoir que cette situation ai été rencontré en dehors du travail ne fais qu'accentuer tes frayeurs concernant ta famille. Tu te dois de les protéger et commence à véritablement douter sur cette décision qui te donnais si envie il y a de ça un mois.


♡ ♡ ♡
MACFLY
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 21/01/2017
›› Love letters written : 91
›› It's crazy, I look like : Jesse Hot Williams
family don't end with blood
MessageSujet: Re: The sound of the storm Miguel & Nora Sam 18 Mar - 21:59


THE SOUND OF THE STORM
Miguel & Nora





Nora s'emporte devant mes propos. Je la regarde perdre le contrôle qu'elle s'inflige continuellement. Ses larmes me bouleverse lorsqu'elle me demande d'arrêter, de cesser de ressasser tout cette histoire qui nous unissait autrefois et les conséquences qu'elle a pu apporter dans le présent. Pour la première fois depuis très longtemps, je n'ai pas été touché ainsi, mais il faut dire que je n'ai jamais vu Nora dans un tel état. Le ton de sa voix se durcit, à cet instant elle ne fait plus attention aux apparences, ni à tous ces regards suspicieux qui se posent sur nous. Et elle se lâche littéralement, elle lance toutes les choses qu'elle gardait bien cachées au fond d'elle. Le poids de la situation l'a sans doute aidée dans cette voie et elle me regarde en me disant :

"si je te repousse c'est parce que je ne te veux pas dans ma vie, je ne te veux pas dans la vie d'ollie ! parce que je ne sais pas si je pourrais me contrôler, parce que je ne connais pas ce qu'est l'amour ok ? c'est ça finalement ce que tu voulais entendre !"


Je reçois ses mots comme un coup de poignard. Ca me blesse tellement que c'est comme si elle tournait le poignard dans la plaie béante qu'elle vient de me faire pour aggraver la douleur et m'achever. Mais je sais qu'elle a mal, que si elle vide son sac à ce point c'est que tout est devenu trop lourd à porter pour elle. Je le sais, alors je tente sans grande conviction de ne rien laisser paraître, mais elle me connaît et quoi que j'en dise, elle verra sans doute que ce qu'elle vient de dire m'a profondément blessé.
En la regardant continuer de verser son flot de paroles assassines, j'ai le sentiment qu'elle veut me blesser, inconsciemment, et peut être que je me trompe mais je ne sais pas, je ne sais plus du tout quoi penser. Tout ce que je sais c'est que même si ses mots me terrasse, je ne veux pas lui dire. Je ne veux pas parce que je ne m'en sens pas le droit. Je n'ai pas envie de m'apitoyer alors qu'elle est au bout du rouleau, et je le sais sinon, jamais de la vie elle ne se serait livrée de cette manière.

Elle parle de l'amour, du fait qu'elle a peur, que c'est trop dur pour elle d'aimer, qu'elle ne supporte pas l'idée qu'elle pourrait avoir mal par amour. Je lis entre ces lignes qu'elle se refuse d'aimer depuis toujours, du moins depuis aussi longtemps que je la connais. Pour le reste je ne sais pas trop, après tout elle ne m'a jamais parlé de sa famille, je n'ai connu que ses frères au lycée et jamais elle ne m'a invité pour un repas ou une quelconque autre chose, à l'inverse de moi. Rien de bien formel, mais elle avait eu l'occasion de croiser mes parents au moins.

Avant de me parler de son fils Ollie, elle tente de reprendre un semblant de sérénité, puis elle me dit qu'elle donnerait sa vie pour lui, que je n'ai pas à m'inquiéter. Elle me précise qu'il va bien, ce qui me rassure vraiment beaucoup je dois le dire. Je la regarde avec un regarde neuf, un regard plein de compassion, mais une véritable compassion. Ce qui n'est absolument pas comparable avec de la pitié. J'ai aimé cette fille tellement si fort, aujourd'hui j'en viens d'ailleurs à tout mélanger de nouveau et jamais je ne pourrai la prendre en pitié.
Ou alors il faudra véritablement qu'elle fasse quelque chose de totalement impardonnable pour que j'en arrive à ce point et encore je n'en suis même pas certain.

La proximité entre nous est évidente, nous n'avons jamais été si proches l'un de l'autre depuis nos retrouvailles. Et dans ma tête tout se mélange, une fois de plus. Je sens bien que je pourrai faire quelque chose que je regretterai probablement aussitôt. Alors que j'essaie de contrôler tous ces sentiments contraires qui opèrent en moi elle me dit :

"tu attends quoi de moi?"

Je ne la quitte pas des yeux, mes yeux dérivent un instant sur sa bouche puis je me reprend. Mais pour une très courte durée car Nora pose sa tête sur mon torse et se laisse aller à verser quelques larmes.
J'hésite à plusieurs reprises, puis je décide de l'enlacer pour lui offrir le réconfort qu'elle recherche indéniablement. Un petit moment s'écoule, je ne saurai dire combien de temps car cette proximité est à la fois apaisante et étouffante pour moi.

"je ne suis pas faite pour être profiler."

Je la serre un peu plus contre moi, je prends le temps de choisir dans ma tête les mots que je vais lui dire, et la raison est simple : Je suis pris entre l'envie de lui dire que j'ai mal mais ce serait d'un égoïsme sans nom, et par l'envie de... Je ne sais même pas réellement quoi en fait. Alors je me lance pour casser ce nouveau silence qui s'est installé :

- Si tu sais que l'amour fait mal, c'est que tu sais ce que c'est Nora. C'est vrai ça fait mal, ça peut être a la fois salvateur comme ça peut être totalement destructeur je sais bien... Mais tu sais dans la vie, le pire c'est de s'empêcher de vivre, à tel point qu'on fini par exploser. En tout cas je suis content de savoir que ton fils va bien, je sais a quel point il est important pour toi.

Je l'invite à se redresser pour pouvoir la regarder dans les yeux, mais je ne lâche pas sa main, pour lui montrer que mon but premier est de la soutenir puis je dis :

- Ce que j'attends de toi ? La tout de suite, j'attends que tu me parles comme tu as commencé à le faire parce que je crois que tu en a véritablement besoin, je crois qu'il le faut. Tu sais j'ai eu un passage à vide après la rupture nette que tu as marqué entre nous et j'en garde des séquelles aujourd'hui alors je sais ce que c'est de croire qu'on peut tout gérer et un beau jour se rendre compte que ce n'est pas forcément le cas. Et d'ailleurs si ma soeur n'avait pas été la je ne serai probablement pas en train de t'en parler mais bon passons c'est un tout autre débat.

Je respire un bon coup, me livrer à ce point sur des choses que Nora ne savait pas , une nouvelle fois c'est vraiment un exercice difficile, plus difficile que je ne pensais.

- Et pour être tout à fait honnête avec toi, non ce n'est pas ce que je voulais entendre, vraiment pas Nora.
Maintenant c'est clair, tout est parfaitement clair, tu ne veux pas de moi dans ta vie alors je vais en sortir, je vais respecter ton choix. Mais je ne le ferai pas avant de savoir que tu vas aller mieux, c'est hors de question tu m'entends ? Tu as trop souvent voulu gérer seule mais aujourd'hui je te laisserai pas faire c'est mort.


Je me dis que peut être j'en ai trop dit, mais au fond je crois que c'est aussi ce qu'elle a besoin qu'on lui dise. Je crois qu'elle est arrivée à un stade ou quelqu'un doit lui imposer son aide, pour son bien. Et je ne sais pas si je suis le meilleur candidat, la seule certitude que j'ai c'est que je ne la laisserai pas tomber, pas le temps qu'il sera nécessaire que je sois à ses cotés. Alors simplement mais avec une parfaite détermination je lui dit :

- L'endroit n'est pas vraiment adéquat au vu de ton état, alors on va sortir d'ici, et tu vas venir chez moi.
Et ce n'est pas une question Nora, tu sais pertinemment qui je suis même si tu fais parfois mine de l'ignorer, tu sais que je ne veux que ton bien et que jamais je ne pourrai te faire de mal ni profiter de toi.
Alors on y va, et tu m'expliqueras pourquoi tu penses ne pas être faite pour être profiler une fois qu'on sera chez moi, loin du bruit et des regards insistants.


Je me lève et la regarde toujours aussi déterminé. Je lui tends la main, au sens propre comme au sens figuré, reste à savoir ce qu'elle va décider...


Codage par Libella











-


Dernière édition par Miguel Belaza le Ven 31 Mar - 8:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/05/2016
›› Love letters written : 818
›› It's crazy, I look like : TatianaMaslany
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: The sound of the storm Miguel & Nora Sam 25 Mar - 19:42


the sound of the storm
feat. Miguel & Nora

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Je sais ce qu'est l'amour familial... j'ai pu vivre toutes les émotions relier à ce sentiment. Alors l'amour tout court, je devine la douleur Miguel... et j'ai... trop peur!" dis-tu en repensant à la perte de ta mère, à la maladie de ton père, à la cruauté de ton oncle et de ta tante, à l'abandon des jumeaux Harry et Harlow... du retour hypocrite du dernier... Seul tes deux autres frères et tes deux soeurs sont restés soudés. Tel un bloc vous avez avancé contre vent et marées. Tu ne te comprends pas toi-même, comment ce fais-ce que tu te confies à autant à Miguel ? La seule personne à être au courant de tes problèmes de coeur c'est Alec... ou encore ta famille... mais Miguel, ton ex... jamais il n'aurait dû se rapprocher. Tu n'aurais pas du laisser ça arriver. Qu'il s'inquiète pour ton fils ? A un autre moment tu aurais trouvé ça adorable de sa part... même admirable au vu de votre passé commun et pourtant aujourd'hui, en ce moment-même tu as presque envie de lui arracher la tête dès qu'il ose prononcer son prénom. Parce que tu ne lui dois rien, parce que Miguel n'a pas a être autant attentionné à ton égard... Parce qu'il n'y a encore que quelques semaines vous n'étiez plus rien l'un pour l'autre... qu'il réapparais dans ta vie, qu'il s'immisce le doute en toi et que tu te demandes véritablement comment te sortir de ce pétrin. Il plonge son regard dans le tien, tu remarques toutefois qu'il n'a pas lâché ta main. Ton regard est méfiant. Tu sèche tes larmes, par ta main libre. "Tu n'es pas mon psy Miguel... tu es mon ex..." dis-tu en essayant de remettre les pendules à l'heure. Tu veux lui faire comprendre de par cette remarque que ton agissement d'aujourd'hui est une faiblesse, que tu ne te permets pas ce genre d'écart encore moins en public. Mais il continue son speech, malgré ton regard noir, malgré tes réticences, il ne lâche pas prise et son discours te réchauffe, légèrement, le coeur. Il te confirme de se retirer dès qu'il t'auras remis sur pied. Sa proposition est alléchante... Tu sais que Miguel ne te laisseras pas, qu'il est obstiné... que vous avez ça en commun.

Il te propose d'aller chez lui pour continuer la conversation. Tu lèves les yeux au ciel. Il se lève et tend sa main. Tu détournes ton regard pour jeter un coup d'oeil sûr ce qui vous entoure. Tu as l'impression d'être une bête de foire, du moins c'est ce que tu crois percevoir dans le regard des clients et des serveurs. Tu te lèves, attrape ton sac et lui dit : "Je préfère chez moi. Ce n'est pas contre moi, mais je préfère être dans des endroits que je connais maintenant!" Tu récupères quelques pièces dans ta poche de jean et dépose le tout sur la table. Tu files en dehors du café, te dis à ton for intérieur que tu ne risques pas de retourner au café français avant bien un certain temps. Après Asher qui te parle de son cancer, c'est à toi de s'effondrer dans ces lieux. Tu ne sais pas si c'est un signe, mais tu as cette forte impression qu'il porte la poisse.

Tu te diriges en direction de ta voiture. L'attends et lui demande : "Comment on fait pour les bagnoles ? Sauf si tu es venu en balai magique ce qui serait vraiment pratique côté transport !" dis-tu non sans ironie. Avec une légère pointe de sarcasme. Tu ne veux pas l'agresser, mais tu es très suspicieuse des futurs agissements de Miguel concernant ta remise en forme. Pas que tu penses qu'il va te faire du gringue, même si vous avez eu ce moment tout à l'heure... mais ce serait déplacé... au vu des événements... au vu de votre relation passé... au vu de vos personnes.  


♡ ♡ ♡
MACFLY
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 21/01/2017
›› Love letters written : 91
›› It's crazy, I look like : Jesse Hot Williams
family don't end with blood
MessageSujet: Re: The sound of the storm Miguel & Nora Ven 31 Mar - 9:24


THE SOUND OF THE STORM
Miguel & Nora






La carapace de Nora se fissure lentement et je suis déstabilisé autant qu'inquiet. Seulement je ne lui montre pas , il n'est pas question que je me permette de flancher, c'est elle qui à besoin d'une épaule actuellement. Mais j'avoue que je ne suis pas habitué à tout ça, c'est nouveau le fait qu'elle laisse entrevoir certaines faiblesses. Peut-être est-ce dû à la façon dont je lui ai présenté les choses ou à ma détermination ? Je ne saurai répondre, alors je me contente d'assurer du mieux possible pour la soutenir.

L'entendre évoquer l'amour familial me file des frissons, mais pas ceux qu'on peut ressentir dans un moment de bien être non, plutôt ceux qui te font froid dans le dos. Par déduction je m'imagine qu'elle doit avoir un lourd passif familial, et que c'est probablement ce qui lui à forgé ce caractère et cette personnalité de feu, sans doute pour ne pas sombrer, pour ne pas se heurter à la possibilité de souffrir à nouveau. Ce que j'aimerai savoir, c'est ce qui à pu se produire, parce que je suis détective mais pas devin et je ne me vois vraiment pas aller fouiner dans son histoire familiale, déjà que le faire dans sa vie actuelle n'était pas une de mes plus brillantes idées mais enfin c'est un tout autre débat.

Au fond elle doit sans doute être tout autant étonnée que moi de se confier ainsi, enfin du moins ce serait logique qu'elle le pense, elle qui met un point d'honneur à ne jamais rien laisser filtrer concernant ses craintes, ses peines et ses souffrances.
Je l'écoute avec attention, sans jamais lui laisser paraître autre chose qu'un réel soutien et une présence qui cessera lorsque je serai certain qu'elle ira mieux. Je dois partir, parce que c'est ce qu'elle veut, alors pourquoi m'obstiner ? A ses dires , je lui rendrai probablement service si je sors de sa vie alors qu'il en soit ainsi.

Pendant notre échange, je n'ai toujours pas lâché sa main, sans doute une façon de me rassurer moi aussi quelque part, et de profiter de ces derniers moments de proximité même si je me sens coupable de penser en ce sens. Mais quoi de plus humain ? Elle est mon premier amour, elle va mal et je sais qu'elle souhaite que je sorte de sa vie lorsqu'elle sera remise alors quelque part, j'imagine que c'est plutôt "normal" même si les conditions ne sont pas réunies. Je la regarde sécher les larmes qui perlent sur ses joues, lorsqu'elle me dit :

"tu n'es pas mon psy miguel... tu es mon ex..."

*Je sais Nora, je sais...* Je me parle à moi même, au fond de moi je bouillonne.

Je n'ai pas envie d'être son psy, j'ai juste envie d'être la pour elle et parfois je me demande si c'est un acte criminel tant j'ai le sentiment que ma présence la dérange.

Après lui avoir proposé d'aller chez moi, elle jette un regard autour d'elle, comme pour sonder les esprits, je sens bien qu'elle est sur ses gardes, que la situation la désole alors elle se lève en attrapant son sac et me dit qu'elle préfère qu'on aille chez elle, un environnement connu lui est préférable, ce que je comprend au vu de la situation.
Elle règle ce qu'elle à consommé et se dirige rapidement vers la sortie,je fais de même et je lui emboîte le pas. De par l'énergie qu'elle met dans cette démarche j'ai l'impression qu'on est en train de sortir d'une sorte de maison hantée un truc du genre.

Une fois sortis, Nora se dirige vers sa voiture, s'arrête un instant et me dit :  

"comment on fait pour les bagnoles ? sauf si tu es venu en balai magique ce qui serait vraiment pratique côté transport !"


Je sens le sarcasme à dix bornes à la ronde, et en levant les yeux au ciel je lui répond :

- On va prendre la tienne, je me débrouillerai pour récupérer ma caisse puis au pire j'ai un pote qui à un doublé des clés donc je lui demanderai qu'il me la ramène.

Je la suis de près. Je n'ai pas peur qu'elle se sauve en courant, mais mon coté protecteur prend indéniablement le dessus et je n'ai pas envie de lutter contre ça. En marchant rapidement pour revenir à sa hauteur, je repense à ce qu'elle m'a dit sur la famille, la boulot enfin tout en fait, tout le contenu de la conversation depuis qu'on est entrés dans ce café puis je tourne légèrement la tête alors que nous arrivons à hauteur de sa voiture et je lui dit :

- Le fait de parler et de te libérer de certains poids te fera du bien, alors je te suis et nous allons parler.
De toute façon je suis en arrêt forcé et j'ai pas l'intention d'aller ailleurs le temps que tu n'ira pas mieux tu l'as bien compris je pense.


J'attends qu'elle déverrouille les portières de sa voiture et je ne sais pas vraiment pourquoi je lui dit ça maintenant mais le fait est que les mots sortent :

- Pour tout à l'heure dans le café, je m'excuse, je crois que j'ai été pris d'une certaine nostalgie et je ne veux pas profiter de la situation saches le. Tout comme je sais que je ne suis pas ton psy, mais je veux juste être la pour toi parce que certes tu veux que je sortes de ta vie et je t'ai donné ma parole mais tu sais aussi qui je suis et je crois que c'est important que tu saches à qui tu as affaire en ce moment non ?

Je lui adresse un regard franc, parce que même si une boule se forme dans ma gorge à l'idée de ne plus jamais la revoir, de ne plus jamais rien partager avec elle, je me fais violence pour accéder à sa demande et ça me coûte. Et puis je crois que j'aurai pu dérapé tout à l'heure dans le café, tout comme elle aurai pu me suivre dans cette folie alors si je lui ai sorti des excuses spontanément c'est probablement pour me protéger un peu aussi, me protéger des conséquences que pourrait occasionner un laisser-aller, me protéger des sentiments qui refont surface peu à peu, me protéger d'un nouvel abandon...

Mais tout en essayant de me répéter ces choses et de garder la tête froide, j'ai peur... Je crains ce que je pourrai faire, ce que Nora pourrait faire car il est vrai que lorsqu'elle veut quelque chose, elle fini toujours par l'obtenir...


Dernière édition par Miguel Belaza le Jeu 27 Avr - 15:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/05/2016
›› Love letters written : 818
›› It's crazy, I look like : TatianaMaslany
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: The sound of the storm Miguel & Nora Jeu 6 Avr - 23:18


the sound of the storm
feat. Miguel & Nora

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Il lève les yeux et ça te décroche un sourire. Tu baisses la tête immédiatement. Rien que sa mimique t'as rappelé un souvenir de votre passé, de votre relation que tu essayes d'oublier. Car c'était à la fois une très belle époque et aussi un véritable chaos... Les extrêmes, les opposés s'attirent et c'est ce que tu as ressenti lors de cette période. Et c'est ce que tu as l'impression de ressentir de nouveau. Tu as cette drôle d'impression que toi et Miguel ce ne sera jamais simple, il y aura toujours les phénomènes de la vie qui vous amèneront à vous séparer... quoi qu'il arrive. Mais alors pourquoi vous faire vous retrouver? Pour vous faire plus de mal qu'autre chose? Tu as très bien remarqué à travers le regard de Miguel qu'il y a toujours quelque chose entre vous. Que toi même ne peut pas nier que tu as une certaine attirance pour lui... mais tu sais, du moins te convainc que tu ne peux pas aller au-delà de tes envies, de tes désirs. "Parfait... alors prenons la mienne." dis-tu en relevant ton regard. Tu attrapes tes clés de voiture dans ta poche de jean. Tu appuies sur le bouton permettant son ouverture. "Oui bien que ce genre de parole ne me donne pas très envie de me confier!" dis-tu avant de faire une grimace souriante. Tu accèdes à ta portière et l'ouvre. Tu y pénètres et attends que Miguel fasse de même. Alors qu'il ouvre la portière il a ce discours qui te reste perplexe. Tu le regardes droit dans les yeux et tu lui dis: "Miguel arrête de jouer avec les mots ok ? Tu veux que je te dises quoi ? Que nous avons eu ce moment tout à l'heure qui fait que nous aurions pu déraper.. c'est le cas ok ! C'est le cas! Parce que tu es de retour dans ma vie et que bien avant ma... mon..." dis-tu en montrant par des gestes de main ton visage... "Je me suis fait voilà... bien avant ça tu me déroutes voilà je l'ai dit! Sauf que lorsque tu es arrivé un homme à qui je tenais beaucoup est parti et il m'est difficile d'imaginer quoi que ce soit... puis tu dois certainement avoir une vie amoureuse ou je ne sais quoi non ? Alors si tu veux vraiment m'aider on peut..." tu soupires avant de reprendre la parole. "On peut être copain? On s'aide ok c'est tout... si tu veux vraiment m'aider on va dire qu'on sera copain durant une certaine période..." Tu n'es pas prête de lui proposer un contrat à signer, mais s'il insiste tu veux bien l'écrire.   


♡ ♡ ♡
MACFLY
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 21/01/2017
›› Love letters written : 91
›› It's crazy, I look like : Jesse Hot Williams
family don't end with blood
MessageSujet: Re: The sound of the storm Miguel & Nora Jeu 27 Avr - 16:18


THE SOUND OF THE STORM
Miguel & Nora





Nous prenons donc la voiture de Nora, lorsqu'elle déverrouille les portières elle me fait remarquer que mes dires ne lui donne pas le moins du monde envie de se confier. Son sourire grimaçant en dit long, je sais qu'elle n'aime pas qu'on cherche à comprendre, qu'on creuse et qu'on aille ainsi au coeur de ce qui la touche. Mais je suis obstiné et elle même aussi têtue soit-elle ne saurait me dire le contraire, elle sait bien que je ne suis pas du genre à baisser les bras. Je ne dis pas que ça ne m'arrive jamais ce serait mentir, seulement envers Nora je ne me sens pas d'abandonner, de renoncer... La voir tellement meurtrie qui tente de sauver la face m'atteint réellement et je ne peux pas me résoudre à faire comme si tout allait bien, à faire comme si je ne pouvais absolument rien faire pour l'aider. Sa réticence ne veut pas dire qu'elle ne veut pas de mon soutien, bien au contraire, mais je sais qu'il me faudra user de beaucoup de patience pour qu'enfin elle se décide à se laisser aller totalement.

Elle entre dans sa voiture, je fais de même. Très vite je m'aperçois du ton sérieux qui orne son visage encore marqué de la sauvagerie de son agresseur. Elle me regarde dans les yeux et me dit :

"miguel arrête de jouer avec les mots ok ? tu veux que je te dises quoi ? que nous avons eu ce moment tout à l'heure qui fait que nous aurions pu déraper.. c'est le cas ok ! c'est le cas! parce que tu es de retour dans ma vie et que bien avant ma... mon..."


Je sais que c'est le cas, je le sais bien, et cela me fait peur même si je me garde bien de le lui dire. Je la regarde tenter de poursuivre ce qu'elle a entreprit de me dire, elle montre son visage par des gestes furtifs de la main puis fini par me lâcher une bombe en me disant que je la déroute et ce depuis que nous nous sommes revus, donc bien avant son agression. Moi qui pensait que c'était la situation qui lui avait fait perdre pied, je me rends compte que je faisais fausse route. Me revoir l'a troublée elle aussi, peut être pas au même degré que moi mais tout de même, l'apprendre ainsi me laisse pantois.

Elle poursuit en me disant que lorsque je suis revenu dans sa vie, quelqu'un à qui elle tenait beaucoup est parti et que de ce fait, il est difficile pour elle d'envisager quoi que ce soit nous concernant. Puis elle me dit sur le ton de l'interrogation que de toute façon il doit bien y avoir quelqu'un dans ma vie... Pour finalement terminer en me disant dans un soupir que si je veux vraiment l'aider, le mieux serait que l'on soit copains durant une certaine période.

Je la regarde tout en assimilant ce qu'elle vient de me dire, je détourne le regard vers la vitre passager puis je lui dit :

- Je n'en demandais pas tant Nora...Je.. J'ignorais que tu avais ressenti ces choses pour tout te dire. Pourtant j'aurai du le savoir, je te connais bien. Mais si je me suis excusé c'est parce que je le pensais vraiment. Tu es mon premier amour c'est un fait, le nier serait renier une partie de moi même.

Je fini par diriger mon regard sur elle, et j'ajoute :

- Et je comprend que ce soit difficile pour toi de me revoir dans la mesure ou il y avait quelqu'un dans ta vie, quelqu'un qui comptait... J'en mesure vraiment le poids. Et j'aimerai de mon coté pouvoir te dire qu'il y a quelqu'un qui compte, seulement ce n'est pas le cas. L'engagement me fait trop peur désormais.

Je déglutis tout en essayant de rester digne, car en cet instant, m'écrouler ne serait pas la meilleure option mais je souffre. Je me demande ce que je vais devenir, car moi qui pensait que c'était Nora qui était incapable de donner, de s'ouvrir aux autres, je constate qu'elle a pu s'attacher à un homme finalement... Alors que moi j'en suis incapable clairement.
Tout cela me déroute, néanmoins je fini par dire simplement à Nora :

- Bref, ce n'est pas le sujet, on est copains ça me va, c'est toujours mieux que de se faire la guerre.

En terminant ma phrase je lui tend la main, comme pour sceller cette sorte de "pacte" entre nous.
Je ne sais pas ou ça va nous mener, je n'en sais absolument rien, mais vu ce que Nora m'a dit je vais éviter à l'avenir de bloquer sur des certitudes qui risquent de voler en éclats en un quart de seconde.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 15/05/2016
›› Love letters written : 818
›› It's crazy, I look like : TatianaMaslany
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: The sound of the storm Miguel & Nora Lun 1 Mai - 23:53


the sound of the storm
feat. Miguel & Nora

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu es dans ta voiture, prête à rouler en direction de chez -oi. Tu n'es pas toute seule, tu es accompagnée. Miguel Belaza. Si un jour on t'avait dit qu'il reviendrait dans ta vie, tu aurais ri au nez de cette personne. Parce que tu sais depuis que tu l'as quitté que c'est la personne que tu as le plus blessée. Le plus heurté. Tu le regrettes... mais il est vrai que tu étais aussi passé outre, que tu avais essayé d'avancer, parce que c'est ça être adulte, arrêté de regarder dans le passé et avancer du mieux que tu peux. Avec Ollie à tes côtés tu ne pouvais te permettre de ressasser des mauvais souvenirs. Il y en a eu des bons aussi... c'est tout de même de ton premier amour dont tu parles et au vu de ses dires Miguel ressentais la même chose. Il reste des particules de cet amour entre vous, vous le ressentez tout deux. .. mais tu te dois de résister, car remettre les couverts serait selon toi une mauvaise idée. Cela n'apporterait rien de bon entre vous... car vous avez un passif trop lourd, vous êtes maintenant collègues... vous n'avez pas le droit de franchir les lignes sans penser aux conséquences. Puis tu viens tout juste de te faire agresser... et... tu réalises que tu énumères tous les points, toutes les raisons qui fait que vous ne pouvez être ensemble et tu te doutes que monter cette liste prouve que tu as encore des sentiments pour lui... et cela ne signale rien de bon. Encore moins lorsqu'il te tend sa main et qu'il approuve tes propos, confirme et accepte cette idée de rester amis et seulement amis. Tu esquisses un léger sourire et attrape sa main. "Contente d'entendre ça!" dis-tu en soutenant son regard quelques minutes. Puis avant que cela ne devienne gênant, tu détournes ton attention sur le contact de la voiture. "Allons-y!" dis-tu en tournant la clé. Le moteur gronde, et tu sors de ta place de parking pour filer en direction de ton home sweet home.  


♡ ♡ ♡
MACFLY
Revenir en haut Aller en bas

The sound of the storm Miguel & Nora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Echo park :: au café français
-