Partagez|

(Anastasia) Réunion de famille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 05/02/2017
›› Love letters written : 47
›› It's crazy, I look like : Emilia Clarke
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: (Anastasia) Réunion de famille Mer 8 Fév - 10:10

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Family may to rest the prettiest.

(together we can be stronger )
anastasia palmer and christy palmer
Head stuck in a cycle, I look off and I stare. It's like that I've stopped breathing, but completely aware. Can't you give me what I'm needin', needin'.Every heartbreak makes it hard to keep the faith.


Le sourire aux lèvres, le regard bien décidé, Christy venait tout juste de sortir de l’habitacle du métro pour prendre ce chemin devenu bien trop connu depuis quelques temps. L’hôpital de la ville était un lieu dans lequel elle n’aspirait à rien, si ce n’était peut être accueillir de nouvelles naissances auprès de la famille. Néanmoins, cet espace était devenu en quelques mois une menace pesante, pour se figer dans une volonté d’espoir à demi retrouvé avec le temps. La culpabilité la rongeait encore quant à cette absence qu’elle n’avait pu envisager. Comment aurait-elle pu vivre sans sa petite sœur ? Comment même aurait-elle eu le droit de le faire alors qu’Isabella aspirait à avoir la vie devant elle ? Cette jeune fille était une battante, un réel exemple en ce qui concernait la force et le courage, tant son combat quotidien était incessant. Elle représentait d’ailleurs un modèle pour l’aînée des Palmer. Une vie toute entière qu’elle désirait avant tout préserver du moindre mal et chérir du mieux qu’elle le pourrait. La solitude l’avait envahi le soir même. Et ce, même si elle était restée au chevet de la petite Isabella. Son meilleur ami lui avait manqué à ce moment, certes, le soutien de la famille était important et reflétait d’une réelle force pour affronter les épreuves, mais celui d’une amitié était aussi important que le reste. Elle avait été seule, ce constat lui avait ouvert un peu plus la blessure béante dans sa poitrine, qu’elle tentait de raccommoder du mieux qu’elle le pouvait pour rester présente auprès de ses sœurs. Sa vie toute entière s’articulait grâce à elles. Le retour d’Anastasia avait d’ailleurs été une source de soulagement pour la plus âgée, tant ce signe prouvait à quel point elles restaient soudées. Malheureusement les évènements avaient eu raison de ce bonheur, puisque l’inquiétude pour Isabella avait été tel qu’il avait fallut à Christy pour se rendre compte qu’elle était revenue. La jeune femme mangeait, dormait, se douchait même dans cette chambre, ne désirant voir la lumière du jour que lorsque les yeux de la plus jeune seraient ouverts. Et à croire que l’on avait entendu ses prières puisqu’Isabella avait finit par se stabiliser. Ce n’était certes pas le meilleur pour sa forme, mais il n’en restait pas moins que les docteurs avançaient l’idée que ses jours n’étaient plus en danger. Pouvait-elle se fier à leur témoignage ? N’étant pas une professionnelle dans ce domaine, Christy avait appris à faire confiance. C’est ce qui lui permit de quitter la chambre pour retourner chez elle. Ce pauvre Polochon avait aussi besoin d’elle et il lui était arrivé de pleurer devant lui lorsqu’elle avait relâché toute la pression des jours passés. Bien heureusement, le sourire n’était jamais bien loin. Il savait percer toujours alors que l’optimisme restait son allié. Le bonheur se situait là, dans ces retrouvailles, dans ces nouvelles qui les encourageaient à espérer le meilleur pour Isabella et Christy se battrait pour le garder intact. Elle avait repris son travail et la vie lui donnait un arrière goût d’habitudes retrouvées, ce qui lui plaisait bien entendu. Elle se rassurait de cette manière là et pouvait ainsi s’intéresser à la petite Charlize qu’elle ne connaissait pas très bien pour l’instant. Mais là encore, le temps avait eu raison d’elle, alors que le nourrisson semblait atteint d’une vilaine grippe. Elle aussi avait été internée pour quelques temps à l’hopital et chacune des visites de Christy se soldaient toujours par un détour au niveau des services de pédiatrie pour prendre des nouvelles de sa nièce. Aujourd’hui n’était pas une exception à la règle. Et munie de ses sachets, Christy gardait son sourire intact alors qu’elle poussait la porte de la chambre d’Isabella. « Salut Isya ! » laissa t-elle emporter dans la petite pièce alors que son sourire se traduisait déjà dans le ton de sa voix. « Comment ça va aujourd’hui ? » continua t-elle sur sa foulée avant de venir embrasser sa petite sœur au niveau de son front. Cette dernière l’informa qu’elle avait connu des jours meilleurs, mais qu’elle préférait se sentir fatiguée plutôt que d’avoir l’impression de tourner de l’œil à la moindre occasion. Christy en profita pour rapprocher une chaise et s’installa de manière à ce qu’elle puisse prendre la main de la plus jeune. « Si tu veux on peut faire la sieste à deux. » Toujours trouver des répliques pour inciter les autres à sourire et à se sentir mieux. Voilà comment la jeune femme agissait auprès des siens et des gens qu’elle aimait. On l’avait éduqué de cette manière. « Et en plus, suffit qu’on trouve le programme des chiffres et des lettres, je suis sûre qu’en moins de cinq minutes on dort. On fait le pari ? » Isabella se mit à sourire, ce qui raviva de plus belle celui de sa grande sœur. Et cette dernière lui répondit qu’elles devraient surement attendre Anastasia, qui leur dirait qui s’est endormie la première. « Pas bête, de toute façon je pense qu’elle ne va pas tarder. Elle doit être avec Charlize. » Elle n’eut pas le temps d’attendre la réponse d’Isabella que le son d’un toc à la porte se fit entendre, révélant la chevelure flamboyante de la deuxième Palmer. « Ah ben tiens quand on parle du loup. » Se mit –elle à rire avant de se relever pour prendre Anastasia dans ses bras et en profiter pour prendre connaissance de son visage. Un geste maternel qui ne la trahissait qu’en de rares occasions. Après quoi, elle se dégagea pour laisser la cadette rejoindre la petite dernière qui en profitait pour lui expliquer les idées de l’aînée concernant une éventuelle sieste. « Quoi ? C’est Isya qui a dit qu’elle était fatiguée, je ne fais que veiller à son bien être c’est tout. » commenta t-elle d’un ton innocent avant de se rassoir et d’attendre que toutes les trois se calment pour ainsi se retrouver convenablement. «  Comment va Charlize ? » s’enquit-elle de demander avec un regard empli de compassion.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 13/12/2016
›› Love letters written : 165
›› It's crazy, I look like : Katherine Wonderful McNamara
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: (Anastasia) Réunion de famille Sam 11 Fév - 17:14


Christy & Anastasia

Réunion de famille


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Je me souviendrais toujours des paroles de ma mère lorsque celle-ci m'a appelé pour m'annoncer qu'Isabella avait fait un malaise cardiaque. On avait l'habitude ce n'était pas la première fois, mais apparemment celui-ci était plus gros que les autres et on a bien failli la perdre. Je me suis alors tout de suite sentie égoïste, j'étais partie à 2 800 km de ma famille, de mes sœurs alors que l'une d'elle avait encore besoin de moi. Je n'ai pas réfléchie pendant des heures, ce que je devais faire était devenu une évidence. La mascarade était finie, il était temps que je rentre auprès des miens avec ma fille. En arrivant à l'aéroport on peut dire que mes parents ont eu un sacré choc, mais ils ne m'ont pas fait de reproche et c'est tout ce que je demandais. La première chose que j'ai faite à mon retour c'était de rendre visite à Isabella. Christy était à son chevet, ma mère m'a dit qu'elle ne l'avait pas quittée depuis que c'était arrivé, elle n'a même pas remarqué mon retour. Après des semaines d'angoisses, Bella a enfin ouvert les yeux, elle était mal en point, mais elle était en vie et c'était tout ce qui comptait. Son pronostic vital était plutôt positif et nous on avait besoin d'y croire pour tenir le coup. Elle n'a que 22 ans et 22 ans ce n'est pas un âge pour mourir, elle a encore toute sa vie devant elle. L'ordre des choses serait que nos parents partent, puis que l'on parte, nous ses sœurs et enfin que ce soit elle la dernière, mais avec cette maladie, son avenir était incertain. Elle avait emporté notre grand-mère et elle avait failli emporter notre tante, mais le cancer s'en était chargé avant, je ne comptais pas la laissé emporter ma petite sœur, pas tant que j'étais encore de ce monde. J'essayais d'être à son chevet le plus souvent possible, ayant sans cesse la trouille que quelques choses lui arrivent lorsque je serai loin d'elle. Une fois, Christy n'avait pas réussi à se libérer, je m'étais donc rendue seule à l'hôpital et là j'ai eu la confirmation qu'elle m'en voulait pour mon départ. Devant Christy elle ne disait trop rien, mais quand on se retrouve toutes les deux, je ressens sa colère et elle m'adresse à peine la parole. Elle est encore très faible, je ne veux donc pas l'ennuyer avec ça, mais quand elle quittera cet hôpital une discussion sera inévitable. D'ailleurs j'avais hâte qu'elle quitte cet endroit de malheur, j'avais un peu trop tendance à le fréquenter en ce moment. Entre mes visites à ma petite sœur et les allers-retours pour Charlize. Celle-ci tombe sans cesse malade, elle attrape tout ce qui traine, si bien que je n'ose même plus la câliner lorsque je suis malade. Dernièrement c'était la grippe et ils ont décidé de la garde en observation. La voir pleurer dans son lit à barreau et ne rien pouvoir faire c'est un vrai calvaire. C'est d'ailleurs dans ces moments-là que j'aimerais ne plus être seule et que je regrette de n'avoir rien dit à Killian au sujet de sa fille ou à qui que ce soit à propos de l'identité du père de Charlize. Heureusement, j'ai ma famille et ils me sont d'un grand soutient, ils ne me jugent pas ou du moins ils ne me disent rien et ne sont pas curieux à ce sujet. Je sais que ça ne durera pas, tôt ou tard je devrais bien révéler la vérité, le plus tard sera le mieux. En attendant, je reste au chevet de ma fille et puis de ma sœur, alternant entre les deux et ayant l'impression de passer ma vie à l'hôpital depuis quelques jours. Christy n'allait pas tarder à arriver, je m'assurais alors que Charlize s'était endormie avant de quitter sa chambre et de me rendre dans une aile opposée de l'hôpital et rejoindre mes sœurs. Je toque à la porte et en entrant je découvre que Christy est déjà arrivée. Je souris alors ravie de retrouver mes sœurs, malgré la fatigue qui me submerge. Ma grande-sœur se leva pour me prendre dans ses bras puis inspecta mon visage au millimètre. J'étais cernée par le manque de sommeil et j'étais certaine que ce détail n'allait pas lui échapper. Finalement, je vais prendre ma petite-sœur dans mes bras sans trop la serrer. Elle m'expliqua alors que Christy avait comme projet de faire une petite sieste collective et que je devais rester pour voir laquelle s'endormira la première. Je jette un regard à mon aîné qui cherche à tout prix à se justifier. « Dans ce cas je parie sur Christy. » Dis-je en lui tirant la langue. Je vais alors m'installer dans le fauteuil se trouvant au coin de la chambre et une fois le calme revenu, Christy me demande des nouvelles de Charlize. « Mieux, d'après les médecins elle devrait pouvoir sortir demain. » Dis-je soulagée.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 05/02/2017
›› Love letters written : 47
›› It's crazy, I look like : Emilia Clarke
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: (Anastasia) Réunion de famille Lun 20 Fév - 14:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Family may to rest the prettiest.

(together we can be stronger )
anastasia palmer and christy palmer
Head stuck in a cycle, I look off and I stare. It's like that I've stopped breathing, but completely aware. Can't you give me what I'm needin', needin'.Every heartbreak makes it hard to keep the faith.


Le regard de Christy restait ancré dans celui de sa plus jeune sœur. Soucieuse de son état, elle ne pouvait s’empêcher de la couver des yeux en quête d’une éventuelle requête qu’elle lui ferait. Peut être qu’elle avait soif ou faim, ou qu’elle désirait qu’on l’aide à se redresser voire même à se rendre dans la salle de bains, l’aînée avait endossé ce rôle qu’elle appréciait prendre dès que l’occasion s’y prêtait. En réalité, il s’agissait là d’un naturel qu’elle veillait à garder intact dans la mesure où elle se sentait serviable. Christy en avait besoin aussi bien pour affronter le quotidien que pour puiser de cette force intérieure qu’on lui connaissait. Si elle désirait garder le sourire, il n’y avait qu’en la laissant s’occuper des autres pour que cela fonctionne. Et à cet instant précis, cela fonctionnait à merveille. Ses yeux riaient avec ceux de d’Isabella, désireux de leur transmettre toute sa bonne humeur et sa joie afin de l’aider à affronter au mieux cette épreuve. Et si raconter des bêtises était un excellent moyen pour que cet état d’esprit perdure, la jeune fille recommencerait encore et encore et ce jusqu’à ce qu’elles ne finissent par s’endormir. Elles se rassuraient l’une et l’autre et l’arrivée d’Anastasia ne faisait qu’accroître un peu plus ce sentiment. « Hey !!! » se contenta t-elle de commenter avec une mine faussement offusquée au moment où Anastasia pariait contre elle. Christy en profita pour relever les yeux en direction du ciel, l’occasion était trop bonne pour le faire. « Je vous jure le respect des aînés, c’est vraiment plus ce que c’était. » souffla t-elle dans cette même intention avant de surveiller du coin de l’œil les réactions de ses deux sœurs. Son sourire en coin ne tarda pas à lui revenir alors qu’elle comprenait le mal être qui s’installait petit à petit dans cette chambre. Isabella et Anastasia n’avaient surement pas parlé depuis le retour de la rousse. Et à en juger par les comportements de la petites dernières, quelque chose lui disait que cela finirait par arriver tôt ou tard. Christy, elle, avait probablement le rôle le plus mal placé. Car l’amour qu’elle portait aussi bien à l’une qu’à l’autre faisait en sorte que son désir le plus cher résidait dans leur entente. Cette amitié qu’elles partageaient et dont elles avaient toujours tenu pour ainsi avancer et s’apporter du soutien l’une et l’autre. Malheureusement, les aléas de la vie étaient tels que les épreuves infligées des tensions nuisibles pour tout le monde. « C’est une excellente nouvelle ça. » se réjouit l’aînée en apprenant que sa petite nièce était dans un meilleur état et susceptible de pouvoir bientôt sortir. Son sourire se partagea d’ailleurs avec Anya dans le même temps où sa main venait chercher la sienne  pour la lui serrer en guise de nouveau courage à transmettre. « Je suis en congés après demain, si tu veux je pourrai la garder. » Sa proposition n’était pas anodine, car elle permettait de comprendre à quel point elle désirait que la jeune femme se repose à son tour. « Au moins tu pourras te reposer un peu, j’aime pas voir ces paupières gonflées là. » Christy en profita pour avancer sa main libre en direction du visage d’Anastasia avant d’appuyer doucement juste sous ses yeux, témoins des cernes qu’elle disposait. « En plus, si tu me la confies on ira voir papi et mamie toutes les deux. » Elle n’avait pu se retenir plus longtemps à ce sujet et se mit à rire alors que les appellations de papi et mamie pour ses parents avait une tendance aux moqueries. Elle en profita pour regarder en direction d’Isabella. « Oh les vieux croutons n’empêche. » Son rire espérait se transmettre aux travers de la pièce pour ainsi peut être détendre l’atmosphère. Mais Isabella la regardait avec ce même air sévère qui lui indiquait qu’elle n’arrivait pas encore à laisser livre court à la plaisanterie. « Ok j’arrête. » Rajouta Christy tout en s’adossant comme il le fallait sur sa chaise et en lançant des regards aussi bien à Anastasia et Isabella. « Ca va vous durer longtemps cette bouderie ? Non parce qu’on est toutes les trois, peu importe le passé, on est là dans cette pièce toutes les trois. » Elle inspira bruyamment avant de se mettre à souffler alors que ses yeux alternaient à nouveau entre ses sœurs.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 13/12/2016
›› Love letters written : 165
›› It's crazy, I look like : Katherine Wonderful McNamara
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: (Anastasia) Réunion de famille Ven 3 Mar - 11:03


Christy & Anastasia

Réunion de famille


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Je venais de rejoindre mes deux sœurs dans la chambre d'hôpital de la plus jeune. Elles avaient l'air de bien rigoler et cette scène me fit chaud au cœur. Voir mes sœurs heureuses étaient l'une des choses qui comptait le plus pour moi, surtout après les récents évènements. Je m'amusais à charrier Christy et celle-ci fit une remarque sur les respects des aînés. « Tu n'es pas non plus une petite mamie, n'exagères pas. » Dis-je avant de lui tirer la langue. Je vais ensuite m'installer dans un coin, posant mon sac et retirant ma veste, tandis que ma sœur aîné me demande des nouvelles de ma petite princesse. Ces derniers jours j'ai passé la majorité de mon temps dans cet hôpital un coup auprès de Charlize, un autre au côté d'Isabella. Je suis alors ravie de pouvoir dire que ma fille va beaucoup mieux et qu'elle sortira demain, un vrai soulagement pour ma part. Christy s'en réjouit et attrapa ma main que je serrais un peu plus dans la mienne. Ce genre de petit contact n'était pas grand-chose, mais il signifiait beaucoup. Elle me proposa ensuite de garder Charlize lorsqu'elle sera en congé, ainsi je pourrais rattraper mon sommeil et dire au revoir à ses vilaines cernes qu'elle ne se gêna pas de souligner avec son doigt. « C'est vrai que je n'ai pas eu l'occasion d'énormément dormir ses derniers jours, alors oui, pourquoi pas. » Avouais-je en souriant. Je savais que le fait que j'accepte la ravirait, elle adore Charlize et je ferais certainement mieux de faire attention si je ne veux pas que ma fille devienne pourrit gâter par sa vieille tante. Je rigolais suite à sa remarque à propos de nos parents. S'il avait accepté le fait d'être grands-parents, ils avaient encore bien du mal à ce qu'on les surnomme papi et mamie, c'est pourquoi on en profitait pour les faire enrager avec Christy et Bella. « Ils seraient là, ils seraient déjà en train de nous réprimander. Ils ont encore l'espoir que Charlize leur trouve un autre surnom. » Lâchais-je en riant toujours. La plaisanterie fut de courte durée puisque Isabella n'était pas d'humeur à rire avec nous. Elle n'avait toujours pas accepté que je sois partie et elle était devenue glaciale avec moi. Elle aimait beaucoup Charlize, mais elle ne se remettait pas du fait que j'ai pu leur mentir pendant plus d'un an et que j'avais eu un si gros secret. Christy nous regarda à tour de rôle, puis nous demanda quand allait cesser cette bouderie. Elle avait raison, le plus important c'était que nous étions présentes toutes les trois dans la même pièce, ce qui aurait pu ne pas être le cas il y a quelques mois. Mais je sentais bien que pour Isabella, ce n'était pas suffisant, sa rancœur envers moi était trop imposante. « C'est de ma faute, ok ? Je n'aurais jamais dû partir comme je l'ai fait, j'aurais dû vous dire toute la vérité. Mais j'étais terrifiée et je sais que ça n'excuse pas tout. » Avouais-je en soupirant. Je ne savais pas comment faire pour me rattraper, peut-être ne le pourrais-je jamais.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 05/02/2017
›› Love letters written : 47
›› It's crazy, I look like : Emilia Clarke
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: (Anastasia) Réunion de famille Mar 14 Mar - 10:24

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Family may to rest the prettiest.

(together we can be stronger )
anastasia palmer and christy palmer
Head stuck in a cycle, I look off and I stare. It's like that I've stopped breathing, but completely aware. Can't you give me what I'm needin', needin'.Every heartbreak makes it hard to keep the faith.


Les petits détails ainsi que les attentions même les plus minimes contribuaient toujours à raviver le cœur de tout un chacun. Il suffisait simplement de s’y intéresser, de laisser l’espoir envahir son cœur pour ainsi profiter d’un instant, d’une heure, d’une minute ou d’une seconde. Laisser ce sentiment s’immiscer dans son être afin d’imprégner le meilleur afin de finalement renforcer sa force et son courage pour affronter le reste. Voilà comment l’aînée des Palmer avait été éduquée. Suivant ce schéma, selon lequel le bonheur était nulle part et partout à la fois et qu’il fallait lui laisser une chance de grandir pour ainsi sourire. Cet acte, pourtant minime, prévalait sur toutes les batailles qu’il remportait. Il permettait de franchir les étapes, sauter par-dessus les épreuves pour n’en ressortir que plus grand et plus riche. Une richesse qui ne cesserait jamais d’augmenter au fil du temps, tant cette dernière était intarissable. Beaucoup pouvaient y voir là de naïveté, peut être même qu’ils y ajouteraient un ordre d’innocence. Pourtant, ceux là même ne comprenaient rien au bonheur simple : celui de pouvoir garder sa famille intacte, réunie pour des occasions particulières où non. Celui de voir cette étincelle dans le fond des yeux de ses jeunes sœurs parce qu’elles étaient heureuses de se trouver là ou plutôt parce qu’elles étaient contentes de se retrouver. Christy préférait toujours voir le verre à moitié plein, surtout lorsque les donnes de sororité étaient mises en vigueur. Car selon elle, rien n’était plus beau que cela. Rien ni personne n’était capable de briser ce lien qui les unissait et sa bataille continuerait quotidiennement pour que cela demeure ainsi. La bonne humeur avait sa place, tout comme le contentement d’un nouveau partage. Anastasia venait à peine de rentrer dans la chambre que déjà Christy ressentait une sorte de soulagement par sa présence. Réunies toutes les trois, elle avait l’impression de se projeter à des années en arrière lorsque tout allait pour le mieux pour tout le monde, lorsque leurs seuls soucis consistaient à savoir qui avait mangé la dernière part de gâteau. Elle idéalisait probablement ces derniers, mais cela lui faisait du bien et lui permettait de garder espoir : l’espoir que cet épisode finirait par se terminer et qu’Isabella rentrerait à la maison bras dessus bras dessous avec Anastasia. Il le fallait, pour leur bien à toutes les trois. « Attends deux secondes, faut que je la note celle là. Pour une fois que tu dis que je ne suis pas vieille. » Son rire transperçait surement les murs de ce petit espace que représentait la chambre de convalescence de la plus jeune. Elles s’amusaient toutes les trois, rien n’était plus intense et plus beau que cette réalité qui parvenait à se mettre en exergue sous les yeux ébahis de chacune des jeunes femmes. Christy en profitait déjà pour sortir son téléphone et faire celle qui cherchait l’application d’un bloc notes afin d’y inscrire ces mots. Même si elle ne l’effectuait pas pour autant, cela veillait simplement à garder en mémoire une date et une heure afin de lui rappeler ce souvenir bienséant. Après quoi, son tempérament de grande sœur donna des allures de galop sauvage dès l’instant où la légèreté se réinstallait dans la pièce. L’inquiétude ne tarda pas à rejoindre les prémices de ses troubles actuels, l’incitant par ce biais à prendre connaissance de la situation mais également des santés de ses deux petites poupées que représentaient sa sœur et sa nièce. Bien vite, l’apaisement vint à s’installer sur le visage de l’aînée, alors qu’elle pouvait apprendre que Charlize se portait mieux. Et au moment où ses doigts effleuraient le visage de sa petite sœur son sourire grandissait, témoin de sa véritable nature : bienveillante et protectrice. D’ailleurs, ce fut sous cet état d’esprit qu’elle s’était proposée de garder sa petite nièce le temps que sa sœur puisse trouver un peu de repos. Et déjà son sourire grandissait de plus belle, prouvant de sa joie quant à partager des instants avec Charlize, au moment où Anastasia lui donnait l’autorisation. « Je sais déjà quel planning on va avoir toutes les deux. » Elle sautillait dans son fauteuil, exprimant sa joie et sa bonne humeur alors qu’Isabella se mettait à commenter le fait que Charlize allait être la petite fille la plus pourrie gâtée du monde avec Christy. Chose à quoi elle s’empressa de répondre avec un grand sourire. « Ne fais pas ta jalouse, si tu veux je t’apporterai des peluches à toi aussi. » Les rires éclatèrent à nouveau, attisant un peu plus cette complicité qui refaisait doucement surface. Christy se sentait bien, enfin, elle faisait mine de faire abstraction de la tension qu’elle ressentait, pour le bien de ses sœurs. Néanmoins, elle n’était pas dupe et elle savait bien que tôt ou tard une discussion viendrait à avoir lieu entre elles et que forcément des choses se révèleraient au grand jour. L’aînée espérait simplement être là lorsque cela arriverait, afin de pouvoir apaiser un peu les tensions mais surtout les ramener toutes les deux vers le droit chemin. Mais pour l’heure, elle préférait en profiter un peu plus et par conséquent se moquer de leurs parents et de cette nouvelle condition qu’ils devaient accepter. Bien sûr, ils l’avaient fait dès l’instant où ils avaient posé leurs regards sur la petite bouille mignonne de Charlize. Mais les filles se plaisaient toujours à se moquer, encore un signe de cette complicité qui restait là. « Grand Papi et Grand Mamie ? Rien que pour le fun, quand elle commencera à parler tu devrais lui dire de les appeler comme ça. » Elles riaient encore, elles transposaient toute cette relation forte entre elles de manière à renforcer un peu plus les liens qui les unissaient. Enfin… Christy y avait cru l’espace de quelques secondes. Puisque la lourdeur veillait à reprendre de ses droits dès lors que l’euphorie du moment était retombée. Tant pis pour le délai, tant pis pour tout en fait, il fallait que crever l’abcès à un moment donné et Isabella portait à croire qu’elle désirait le faire maintenant. L’aînée en profita pour les regarder à tour de rôle, jaugeant du regard de la petite dernière face à la gêne de la seconde. Elle les aimait mais à cet instant même, elle avait envie de les secouer pour que tout cela s’arrête. D’ailleurs, les paroles qu’elle lâchait exprimaient bien ce désir. Telle la grande sœur protectrice, Christy savait aussi réprimander quand cela était nécessaire, avec deux petites sœurs, elle avait appris à être une mère avant l’heure. Ses yeux se froncèrent doucement en prenant conscience de la défensive dans laquelle Anastasia se retranchait immédiatement. Elle avait le caractère le plus virulent alors qu’Isabella était celle qui avait un sarcasme déroutant. Les yeux de la jeune femme se dégagèrent de la silhouette de la seconde pour jauger du comportement de la dernière, ses yeux noirs étaient aussi expressifs que les mots. Isabella était en colère. « Isya, on ne peut pas refaire le passé. » Se contenta t-elle de répondre pour essayer d’apaiser les rages internes de la plus jeune, vu son état, il ne valait mieux pas qu’elle s’énerve. « Le pardon n’est pas une chose qu’on peut donner du jour au lendemain, on sait qu’on a tous besoin de temps pour l’accorder. Et jamais on ne te demandera de te dépêcher de le donner. » Cette fois-ci, sa main vint retrouver celle d’Isabella pour appuyer ses propos, pour lui prouver qu’elle la comprenait tout comme elle parvenait à comprendre Anastasia également. La place du milieu n’était jamais simple à endosser. « Ce n’est pas à nous que tu dois rendre des comptes Anya. Enfin je veux dire que… Tu as pris ta décision, bien sûr le fait que tu ne nous aie rien dis reste là et est plus ou moins difficile à accepter en fonction des personnes. Mais c’est avant tout ta vie, tes choix et ton expérience. » Son regard clair vint à trouver celui plus foncé de sa sœur dans le même temps où ses deux mains serraient celles d’Anya et d’Isya.   « Je crois que ce qu’on ne comprend pas Isya et moi, c’est pourquoi tu as eu peur de nous ? » demanda t-elle dans un ton qui se voulait très calme et désireux de comprendre le raisonnement de sa petite sœur. Peut-être qu’ainsi, elles se retrouveraient. Les mots seraient échangés et tout ira mieux ?
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 13/12/2016
›› Love letters written : 165
›› It's crazy, I look like : Katherine Wonderful McNamara
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: (Anastasia) Réunion de famille Sam 15 Avr - 17:22


Christy & Anastasia

Réunion de famille


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]On dit souvent que la famille est comparable à un arbre, comme les branches, nous prenons tous des directions différentes, mais nos racines ne font qu'un. C'est exactement comme ceci que je qualifierais notre famille. Il y a ma mère qui malgré ses nombreux déplacements pour son travail, nous revient toujours et avec quelques surprises. Mon père, nous n'avons peut-être pas le même sang, mais il m'a élevé de la même manière que mes sœurs et il m'a offert le privilège de pouvoir porter son nom de famille. Ensuite, il y a Christy, ma grande-sœur, il m'arrive parfois de me demander comment aurait été ma vie sans elle ? Elle m'a tout appris, elle m'a protégé, elle s'est même sacrifiée pour Isabella et moi, je lui en serais éternellement reconnaissante. Pour finir, Isabella, ma petite-sœur, la petite dernière, elle a cette saleté de maladie qui a failli l'emporter plus d'une fois, je sais qu'elle aimerait que l'on cesse de la considérer comme une petite chose fragile, mais mon besoin de la protéger prend toujours le dessus. Je crois que je ne leur ai jamais assez dit, mais je les aime, tous, quoiqu'il s'est passé et quoiqu'il arrivera par la suite. J'aimerais qu'il sache à quel point je m'en veux de les avoir abandonnés sans un mot un an plus tôt, j'aimerais qu'il comprenne mon point de vue, qu'il sache à quel point ma décision a été difficile et à quel point j'avais peur. Je sais aujourd'hui, que c'était une mauvaise décision et je la regrette amèrement, mais aujourd'hui nous sommes tous réunies et j'espère du plus profond de mon cœur que mon erreur ne changera rien entre nous. Seule Isabella n'arrive pas à me pardonner et depuis mon retour, je ne cesse de lui rendre visite, pour essayer d'arranger les choses. Charlize se trouvant également à l'hôpital suite à une vilaine grippe, j'ai profité de sa sieste pour retourner la voir. Je savais que Christy serait également présente pour un moment à trois comme avant. Nos rires étaient de la partie, l'espace d'un instant, c'était comme si rien n'avait jamais changé. Ma grande-sœur ne manqua pas de relevé que pour une fois je ne l'aie pas traité de vieille et il fallait à tout prix qu'elle le note. « Comme si c'était dans mes habitudes de te traiter de vieille. » Dis-je pince sans rire. Il est vrai que c'était l'un de mes passe-temps favoris de rappeler à ma grande-sœur qu'elle était la plus vieille de nous trois ou de glisser subtilement qu'elle avait déjà dépassé la trentaine. On repartie de plus belle dans un fou rire qui faisait du bien. Ma vieille sœur me proposa par la suite de garder ma fille, afin que je puisse me reposer. L'offre était bourrée de bonnes intentions, je ne pus la refuser. Cela me ferait le plus grand bien et puis Charlize serait contente de passer du temps avec sa tante et ses grands-parents puisque apparemment elle avait l'intention de passer les voir. Ces deux-là s'étaient fait à l'idée d'être grands-parents, mais ils refusaient d'être appelé papy et mamie ce qui nous amusait énormément avec mes sœurs. Il avait espoir que Charlize les surnomme autrement et la suggestion de Christy me fit repartir de plus bel dans un fou rire. « Tu cherches à te débarrasser d'eux ? Ils vont faire une crise cardiaque si elle ose les appeler ainsi. » Déclarais-je en rigolant. « Non, elle les appellera comme elle voudra et ils devront bien s'y faire. » Pas de doutes, ça faisait vraiment du bien d'être réunie toutes les trois, pendant quelques minutes j'ai cru que tout était redevenue comme avant, mais il a fallu un moment de calme pour que les tensions refassent surface. Isabella me fit bien comprendre, à sa manière, qu'elle m'en voulait toujours, que la pilule n'était pas encore passée. Christy tentait de la résonner, mais je voyais clairement que c'était peine perdue. Cette histoire était entre elle et moi, elle devait être réglée entre nous. Je tentais des excuses, des explications qui n'en étaient pas, mais ça ne servait malheureusement à rien. Ma grande-sœur tenta de me rassurer comme quoi je n'avais pas de compte à leur rendre et que le pardon viendrait avec le temps. Plus ou moins rapidement selon les personnes. Mais vint la question que je redoutais tant. Peur d'elles ? Je n'ai jamais eu peur d'elles. Peur de moi en revanche oui, peur de ce que j'allais devenir, de comment faire face à cette nouvelle. J'avais surtout très peu de la réaction de Killian, le père de Charlize, mais ça ce n'était pas une chose que je pouvais leur dire, pas pour l'instant en tout cas. « Je n'ai jamais eu peur de vous. J'ai eu peur de pleins de choses, mais jamais de vous. Vous étiez juste les dommages collatéraux de ma décision. J'aurais dû tout vous dire avant de m'en aller, ou peut-être ne jamais m'en aller. Mais ce qui est fait est fait et on en peut plus rien changé alors à quoi ça sert d'en reparler ? » Demandais-je le regard suppliant. Je sais que je leur devais une explication, mais je ne m'en sentais tout simplement pas encore capable.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 05/02/2017
›› Love letters written : 47
›› It's crazy, I look like : Emilia Clarke
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: (Anastasia) Réunion de famille Lun 8 Mai - 11:36

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Family may to rest the prettiest.

(together we can be stronger )
anastasia palmer and christy palmer
Head stuck in a cycle, I look off and I stare. It's like that I've stopped breathing, but completely aware. Can't you give me what I'm needin', needin'.Every heartbreak makes it hard to keep the faith.


Les joies des retrouvailles ne cessaient de battre de leur plein dans cette pièce. Du moins il s’agissait là de ce qu’espérait Christy alors qu’elle veillait à garder intactes chacune des relations qu’elle entretenait avec ses jeunes sœurs. Certes, le départ d’Anya avait été difficile, voire même une épreuve dans laquelle il lui avait été douloureux de remonter à la surface. Après tout, son départ n’était que le propre reflet de celui auquel elle avait eu à faire face quelques années plus tôt. Si ce n’était pire puisqu’il mettait en évidence un défaut bien présent, celui de ne pas parvenir à retenir les personnes auxquelles elle tenait. Une partie de l’aînée des Palmer ressentait une énorme douleur à ce propos. Les rêves de chacun avaient toujours raison sur l’amour qu’elle leur portait et qu’elle leur offrait. Lui laissant ainsi envisager qu’elle n’était pas suffisante et qu’elle ne le serait probablement jamais. Pouvait-elle leur en vouloir pour autant ? Non. Puisque ses choix étaient également de son propre chef et non pas de ceux d’une tierce personne. Mais la douleur elle ne s’estompait pas et ne donnait pas lieu d’en prendre ne serait-ce que la tournure. Elle persistait encore et encore, la plongeant dans les méandres d’une répétions sans fin avec d’autres acteurs. A vrai dire, Christy ne pouvait rien faire, si ce n’était sourire encore et toujours. Echanger de cette joie et cette bonne humeur qu’elle mettait en évidence à la moindre occasion afin de permettre aux autres de se sentir mieux en sa compagnie. Peut être même qu’elle désirait simplement leur accorder un peu de paix là où elle-même ne la trouvait pas. Parce qu’ils le méritaient et parce qu’elle devait simplement faire avec. Il s’agissait là de sa force la plus puissante et la plus à même de révéler à quel point les autres étaient bien plus importants qu’elle. Isya en était un exemple à part entière. Puisqu’elle représentait cette impuissance qui plongeait un peu plus encore Christy dans les méandres d’une injustice qu’elle ne parvenait plus à supporter. Il lui arrivait le soir de s’étouffer, d’être encline à des crises d’angoisse, parce qu’elle craignait pour ses sœurs, pour ses parents, pour son meilleur ami. Et pourtant, elle gardait le silence et dégageait ce sourire dans lequel tout le monde trouvait son compte. En réalité, c’était ça la vie. Faire semblant, et permettre aux autres de sourire, de rire et de partager des instants qui veilleraient à détendre l’atmosphère ainsi à leur permettre de soulager leurs tourments pour les oublier un peu, un peu comme maintenant. Le regard entendu qu’elle venait tout juste d’offrir à sa petite sœur prouvait bien à quel point elle comprenait sa boutade. Et c’est ce qui veilla à les faire rire de plus belles devant ce sourire qu’Isabella leur offrait. Christy aimait énormément ses deux sœurs, comme si elles étaient la prunelle de ses yeux. Aussi pouvoir les admirer de cette manière et retrouver ne serait-ce qu’une infime part de ce qu’elles vivaient avant le départ d’Anastasia, lui faisait énormément de bien. Et cette joie et cette bonne humeur continua à franchir les barrières de leurs cœurs pour donner l’impression de répondre en écho à leurs appels aux rythmes de cette conversation. Bien sûr, la petite Charlize ne manqua pas une occasion de pointer le bout de son nez et déjà Christy imaginait les scénarios dans lesquels elle osait se plonger pour ainsi profiter de sa petite nièce. « Mais non, je trouve que c’est quand même un honneur de se faire appeler papi et mamie. » Elle se moquait un peu, mais les rires de ses petites sœurs l’encourageaient à continuer sur ce chemin. Tant est si bien que lorsque Anya finit par admettre que la petite fille appelleraient ses grands parents comme elle le désirait, Christy se contenta de hausser ses épaules avant de se mettre à sourire. Cela permit d’ailleurs de ramener un semblant de calme à la conversation. Calme qui prit une tournure dans laquelle personne n’aurait désiré se lancer, du moins pas maintenant, pas alors que Isya n’allait pas bien et pas au moment où elles étaient en pleines retrouvailles. Mais malheureusement, personne n’était à même de contrôler les autres, à moins d’être un X-Men. Et même si la bonne volonté essayait de reprendre de ses doits, il n’en restait pas moins que le regard accusateur et le ton employait par la plus jeune, n’arrivaient pas à ramener un semblant d’agréable. De toute façons, il fallait qu’elles y passent à un moment donné et même si Christy détestait endosser ce rôle d’arbitre ou de position Suisse, il n’en restait pas moins qu’elle ne désirait qu’une seule chose : qu’elles en profitent toutes les trois. Déviant son regard à la fois des yeux d’Anya et d’Isya, elle finit par les planter dans ceux de la plus âgée des deux dans l’espoir que sa réponse puisse apaiser un peu les reproches de la plus jeune. Le cœur de Christy lui donnait l’impression de tambouriner de plus belle contre sa poitrine, surtout lorsqu’elle prenait conscience de l’ampleur des dégâts dans les attitudes d’Anastasia. Cela lui crevait littéralement le cœur de la voir aussi mal à l’aise, surtout avec elles. Douleur qui s’accentuait de plus en plus aux rythmes des révélations d’Anastasia. Elle ne comprenait pas. Du moins, elle n’arrivait pas à admettre les raisons pour lesquelles elle avait pu avoir peur à ce point de leurs jugements à toutes les deux. Elles étaient ses sœurs, pas des amies ou elle ne savait quoi encore. Ses sœurs. Isabella ne manqua pas de répéter les mêmes mots qu’elle venait tout juste d’entendre. « Dommages collatéraux. » Le ton qu’elle venait d’employer était pareil à celui d’un reproche qu’elles étaient en train elle et Christy de se prendre en plein visage. « Oui, ce qui est fait est fait. » se contenta de répondre Christy alors qu’elle avait elle aussi du mal à encaisser ce qu’elle venait d’entendre. Ce comportement ne ressembler pas à Anastasia, voire même pas du tout. On aurait cru voir une autre personne dans le corps de sa petite sœur. « Je crois qu’il nous faudra du temps à toutes les trois pour passer au dessus, c’est tout. » La jeune femme se pinça les lèvres avant de lancer un regard entendu à Isabella. Ce n’était pas la peine d’insister, pas maintenant. Et elle espérait bien que la plus jeune le comprendrait. Il ne fallait pas qu’elle s’énerve, pas dans son état et même si elle était de son côté pour partager la même douleur, il fallait qu’elles soient fortes toutes ensemble. « C’est juste dommage que tu nous vois comme des dommages collatéraux et rien de plus. » Son regard s’était baissé au moment de cet aveu. Elles avaient tant partagé durant leurs enfances et même dans le passé qu’entendre ce genre de remarque lui faisait énormément de mal.
Revenir en haut Aller en bas
❉ my way home is  through  you
avatar
my way home is through you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 13/12/2016
›› Love letters written : 165
›› It's crazy, I look like : Katherine Wonderful McNamara
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: (Anastasia) Réunion de famille Mer 7 Juin - 21:23


Christy & Anastasia

Réunion de famille


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Toute ma vie une part de moi a été égoïste et c'est ce côté égoïste qui m'a fait fuir ma ville natale, fuir mes proches, sans même leur en toucher un mot. C'est bien une chose que la naissance de ma fille a changé, je ne suis plus seule, je ne pouvais plus me permettre de penser d'abord à ma petite personne parce qu'elle était là et qu'elle n'avait que moi. Pourquoi ? Parce que j'avais fait un choix lourd de conséquence et qu'aujourd'hui je n'assume plus ce choix, j'ai même honte d'avoir pu faire une chose pareille. Au plus profond de moi j'ai espéré très fort que mon départ n'avait rien changé, qu'à mon retour personne ne m'en voudrait, que tout le monde me pardonnerait d'être partie et de n'avoir rien dit à propos de Charlize. Mais tout ça n'était que des illusions, bien sûre qu'on m'en a voulu et que l'on m'en veut encore. Quoi de plus normal ? A leur place je me détesterais. De nombreux amis m'ont tourné le dos allant jusqu'à couper les ponts avec moi, en fait seule ma famille m'a accueillie les bras ouverts et m'a quasiment pardonné, mais à la fois ont-il eu le choix ? Et s'il l'avait m'aurait-il réellement pardonné ? Je n'en suis pas si sûre. Je pense qu'apprendre qu'il avait une petite-fille ou bien une nièce a légèrement diminué la colère qui sommeillait en eux, cela a permis à la pilule de passer plus facilement. En tout cas je leurs suis reconnaissante de ne pas totalement me détester et je suis aussi reconnaissante que ma complicité avec mes sœurs, du moins avec Christy soit toujours présente. Pour le cas d'Isabella c'est encore une autre histoire, mais je compte me battre pour qu'elle me pardonne. Chaque moment passés auprès des miens est une bénédiction et je remercie le ciel de permettre à ma petite-sœur d'être encore parmi nous malgré toutes les difficultés rencontrés. Bella avait beau me haïr ces derniers temps, j'étais toujours présente à son chevet, que ça lui plaise ou non. Christy aussi et toutes les trois pendant l'espace d'un instant, c'était comme si rien n'avait changé, comme si nous étions encore ces 3 gamines inséparables qui ne connaissaient encore rien du monde adulte. On se moquait gentiment de nos parents, comme dans nos habitudes, ce qui nous permit de rire un bon coup. Nos pauvres parents, ils avaient eu bien du souci à se faire avec trois filles comme nous et c'est loin d'être finie puisque même à l'âge adulte on continue de leur en faire voir de toutes les couleurs. Mais tout cela n'empêche pas qu'on les aime et c'est bien pour cela que l'on aime les enquiquiner de temps en temps. J'aime ces moments-là, ces moments où plus rien ne compte à part l'instant présent, ces moments où l'on oublie tout. Malheureusement, la rancœur d'Isabella à mon encontre était palpable et les tensions refirent surface. Il fallait que je m'explique, que je justifie mes choix, même si je me doutais qu'elles ne comprendraient certainement pas. Je savais que je n'avais pas pris la meilleure solution, mais je n'avais pas réfléchie avant d'agir, j'avais simplement suivie mon instinct. Encore une fois je fis tout de travers, je n'utilisais pas les bons mots. J'aurais fait une piètre politicienne si j'avais mené une carrière de politique, car je ne m'en sortais jamais avec les mots et les grands discours. Au moins mon travail ne me demandait pas de parole, on me demandait simplement d'être belle et de poser pour les photographes, on se fiche pas mal de ce que j'ai dans le crâne. Quand Isabella reprit mes propos, je grimaçais, j'étais une catastrophe ambulante. J'aurais voulu faire un retour en arrière pour tout arranger, mais cela m'était impossible, je devrais donc vivre avec mes erreurs. Pendant l'espace d'un instant je suis soulagée de sentir que Christy essaie de calmer la situation. « Oui, je crois que le temps sera le meilleur remède. J'aimerais tellement faire un saut dans le temps soit pour corriger mes erreurs, soit pour arriver directement à la phase où on se réconcilie. » dis-je avec une note d'espoir pour que tout s'arrange. Puis, par la suite je me rends compte que j'ai également blessé Christy en choisissant les mauvais mots. A présent elle pense toutes les deux qu'elles ne sont que de vulgaires dommages collatéraux hors ce n'est pas du tout ce que j'ai voulu dire. Je n'ai jamais voulu qu'elles vivent ça, je ne voulais pas leur faire de peine et encore moins les abandonner, c'est juste que sur le moment ça me semblait la meilleure solution. Mes sœurs sont celles qui comptent le plus, après ma fille maintenant, l'idée que j'ai pu les décevoir m'est complètement insupportable, je les ai habituées à une autre image de moi et à présent j'ai bien l'impression que cette image a été ternie par mon départ précipité et par le mensonge sur ma grossesse. « Ce n'est pas ce que je voulais dire… Je… » commençais-je à me justifier. Finalement, je me lève de mon fauteuil et les regarde tour à tour. « Je suis désolée, je ferais mieux de retourner voir Charlize avant d'envenimer la situation. » lâchais-je en attrapant mon sac à main. Je commence à sérieusement douter que notre relation redevienne comme avant, j'ai tout gâché et je devrais vivre avec ça sur la conscience. Je ne leur demande pas de me comprendre, j'aimerais simplement qu'elle passe l'éponge là-dessus et que je retrouve mes sœurs et notre complicité d'antan.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

(Anastasia) Réunion de famille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Downtown l.a :: downtown hospital
-