Partagez|

- your presence is a liberating pain ( Hunter )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 28/05/2015
›› Love letters written : 1549
›› It's crazy, I look like : Emily Bett Rickards
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: - your presence is a liberating pain ( Hunter ) Mar 29 Nov - 22:45

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Je voulais sortir, j'étouffais, c'était simplement terrible de rester dans cet endroit. Il y avait bien trop de personnes, trop de paroles que je n'arrivais pas réellement à assimiler, je crois même finalement que j'avais réellement arrêté d'écouter depuis un moment déjà, ne souhaitant plus vraiment faire attention à tout ce qui pouvait m'entourer. Depuis ce qui maintenant me semblait être une éternité je regardais mes doigts, jouant nerveusement avec mes ongles. Je sentais quelques regards posés sur moi et je n'osais pas relever les yeux, pour voir quoi ? Mon père se faire juger, ses acolytes plus ou moins heureux, les regards assassins de certaines personnes ? Non, ça ne m'intéressait pas, je ne savais même pas pourquoi j'étais venu ici, quelle idée saugrenue d'avoir enfilé ses habits propres et bien taillés pour venir ici, pour soutenir un homme que je méprisais. Malgré tout je pris la décision folle de lever les yeux, ce que je regrettais à l'instant même où je croisais celui de ma mère, il semblait accusateur, haineux, comme si elle m'en voulait de quelque chose, je n'arrivais pas vraiment à comprendre si elle m'en voulait parce que j'étais partie ou alors peut-être qu'elle savait ? Elle savait que nous étions ici part ma faute. Mon coeur loupa un battement et la voix de l'avocat de mon père me ramena sur terre. L'audience était suspendue je n'avais pas entendu pour combien de temps, surement le temps que les jurés se mettent d'accord sur la sanction à prendre. Combien prendrait un baron de la drogue exactement ? J'avais, aussi étrange que ça puisse paraitre, terriblement envie d'entendre ça. Je me précipitais hors de la salle d'audience, étant dans les premières à sortir, ne voulant absolument pas affronter ma famille, je n'étais pas prête pour ça et en même temps je n'avais pas vu venir le coup qui me tombait dessus en franchissant les portes de la salle de tribunal. Je voulais juste sortir, boire un café et même fumer, j'avais tenu presque quatre ans sans toucher à une cigarette, mais là j'en avais besoin, du moins jusqu'à ce que je le vois et qu'il arrive juste par sa présence à me bloquer littéralement dans mon élan. « Hunter ? » Il était là, à quelques mètres de moi, je ne savais pas pourquoi je lui avais parlé, pourquoi je l'avais abordé, après notre dernière conversation je n'étais pas sûre qu'il veuille me parler et en même temps comment lui en vouloir, je l'avais fait réellement souffrir la dernière fois qu'on s'était parlé, et je ne pouvais pas dire que je ne m'en étais pas voulu, parce que clairement je n'en avais pas dormi de la nuit, mais que faire d'autre. Il avait le droit de savoir, il devait savoir. Je m'approchais de lui avec une lenteur sans nom, un air interrogateur et terriblement coupable sur le visage. « Qu'est-ce que tu fais ici ? » Je ne pensais franchement pas le voir aujourd'hui et encore moins ici. Il était bien la dernière personne au monde que je m'attendais à rencontrer dans ce couloir. Il avait peut-être besoin de venir voir que la justice n'était pas totalement à la ramasse et qu'elle allait bien mettre mon père derrière les barreaux et pour un sacré moment si possible. Mais il aurait pu attendre tranquillement à son bureau que quelqu'un vienne lui apporter des nouvelles, alors pourquoi venir ici ? Malgré tout j'étais heureuse de le voir, même si nous n'étions pas en bon terme, même s'il m'en voulait, même si tout est toujours compliqué entre nous, bizarrement ça faisait du bien de le voir et je me sentais d'un coup beaucoup moins seule.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 11/03/2016
›› Love letters written : 759
›› It's crazy, I look like : tom perfect hiddleston
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: - your presence is a liberating pain ( Hunter ) Mar 10 Jan - 15:19

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
i don't love you but i always will
※ hestia greenwood and hunter gordon ※
❝ love is never easy. we begin by loving the things we can, according to our stature, but it is not long before we find that what we love is other than ourselves and that our love is no protection against being wounded. do we then speak to dominate what we love, to make it bend to our will, to stop it from hurting us even though to do so is to betray love ? and that is only where the difficulty begins. ❞


Il y avait des endroits dans lesquels Hunter Gordon ne se sentait pas réellement à l'aise et il était certain que les tribunaux en faisaient totalement partie. Avec son travail, il lui arrivait tout de même de venir pour des procès, cela faisait partie du boulot. Et il ne pouvait pas vraiment refuser quand on l'incitait à comparaître lors d'une audience. Mais il ne savait pas ce qui l'avait poussé à venir cette fois-ci. Personne ne l'avait obligé. Au contraire, son chef lui avait même totalement déconseillé d'aller assister au procès de monsieur Greenwood, à cause de ses antécédents. On lui avait répété de rester dans son coin, de faire sa vie comme si de rien était, sauf qu'il n'avait pas véritablement écouté les conseils qu'on lui avait donné. Comme à chaque fois. Il n'était pas connu pour être un homme sage faisant comme tous les autres, il était même plutôt l'exact opposé. Toujours en train de franchir les limites, toujours en train de faire n'importe quoi et de suivre son propre chemin. Alors c'était ce qui l'avait poussé à prendre la direction du tribunal. Et c'était ce qui le poussait la plupart du temps à se mettre en danger même quand n'importe qui aurait décidé de jouer la sécurité. Seulement, il ne savait pas ce que c'était de penser à lui, de ne pas faire n'importe quoi et encore moins ces derniers temps. Car il passait tout son temps à se laisser envahir par ses émotions et celles-ci devenaient de plus en plus obscures. Comme si les ténèbres commençaient à gagner du terrain pour le posséder totalement. Tout était dû à l'aveu qu'Hestia lui avait fait lorsqu'ils s'étaient vus. A vrai dire, à aucun moment, il ne s'était attendu à ce qu'elle lui dise quelque chose de ce genre. Il n'était pas préparé à ça. A apprendre que peut-être si les choses s'étaient déroulées autrement, il aurait fini par être père. Finalement, il ne l'était pas. Parce que tout avait basculé du mauvais côté. Mais pleins d'interrogations demeuraient dans son esprit. Que se serait-il passé dans une situation différente ? Qu'aurait-il fait si Hestia lui avait avoué plus tôt qu'elle était tombée enceinte de lui il y a quatre ans ? Il ne savait absolument pas. La colère était simplement trop forte pour le moment et il n'arrivait pas à passer outre. Intérieurement, il espérait ne pas la voir aujourd'hui. C'était une idée utopiste, étant donné qu'il s'agissait de son père, mais il allait tout faire pour ne pas l'apercevoir. Après tout, il était connu pour être doué pour ça. Il était capable de se faufiler partout sans être vu, d'être une ombre dans une pièce sans que jamais on ne remarque sa présence et assis au fond de la salle, c'était exactement ce qu'il faisait. A l'instant même où le juge sonna la suspension de l'audience, il en profita pour s'éclipser à l'extérieur, se dirigeant vers les couloirs. Il ne savait pas ce que le jury allait décider, de quelle peine il allait écoper, mais il ne pouvait que vouloir la plus dure pour lui. C'était tout ce qu'il méritait. Après avoir passé toutes ces années à faire du mal aux autres, c'était à lui de payer à présent. Comme lui avait pu payer pour les erreurs qu'il avait commise avec Hestia lors de leur mariage. Une fois dans le couloir, il aperçut la silhouette de son ex-femme en face de lui, et il n'eut pas le temps de changer de direction avant qu'elle ne le remarque à son tour.  « Hunter ? », il ne voulait pas vraiment lui parler, ne sachant même pas ce qu'il pourrait lui dire, sans devenir désagréable avec elle. Et il savait que quand il perdait le contrôle, il pouvait se transformer en un homme qu'il n'était pas bon de fréquenter. Qu'il était préférable d'éviter. Les traits fermés et lui lançant un regard désapprobateur, il la laissa s'approcher de lui, sans bouger, les bras croisés devant la poitrine. « Qu'est-ce que tu fais ici ? » , à vrai dire lui non plus ne savait pas véritablement ce qu'il était venu faire ici, ni pourquoi il avait fait le déplacement. Un coup de tête. Une idée saugrenue certainement. « Hestia...... Je suis venu car il s'agit de mon travail tout simplement... »  , répondit-il d'une voix manquant de chaleur. Il ne voulait pas se montrer cordial ni amical pour le moment. C'était n'importe quoi il le savait. Il avait commis pire qu'elle par le passé, il était le premier qui avait commencé à mentir. Il avait lancé la voie des mensonges et des secrets, elle n'avait fait que le suivre dans cette direction. « Je vais te laisser j'ai des choses à faire pour le boulot et toi tu devrais retourner avec ta famille », souffla-t-il en lui adressant le premier vrai regard depuis le début de leur échange. C'était al seule manière qu'il connaissait pour prendre la fuite et pour ne pas rester ici auprès d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 28/05/2015
›› Love letters written : 1549
›› It's crazy, I look like : Emily Bett Rickards
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: - your presence is a liberating pain ( Hunter ) Dim 15 Jan - 22:07

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


J’étais réellement surprise de le voir ici, je ne pensais franchement pas qu'il viendrait, même si cette affaire avait fait un peu trop partie de sa vie, jamais je n'aurais cru qu'il puisse prendre le temps de venir voir ce qui se passerait pour mon père, il voulait surement entendre le verdict de ses oreilles. La façon dont il venait de me répondre ne me disait rien qui vaille, il n'y avait rien de chaleureux ou d’accueillant dans sa façon de me parler et en même temps, comment lui en vouloir. Après la nouvelle que je lui avais balancée en pleine figure la dernière fois que nous nous étions vus, il avait tous les droits de m'en vouloir et d'être distant, je m'en voulais tellement de lui avoir dit, non plutôt de la façon dont c'était sorti de ma bouche, je n'aurais jamais dû lui dire comme ça, il méritait la vérité, mais pas de cette façon. Mais de toute façon, c'était fait et nous étions maintenant dans une impasse, moi voulant me faire pardonner et lui qui de toute évidence m'en voulait à mort, il fallait croire que les rôles s'étaient finalement inversés. Je souffrais réellement de la situation, ça faisait des jours que je ne dormais plus, entre notre dispute, l'agression et le procès, je ne savais plus où donne de la tête, mais en tout cas, j'y laissais mes nuits et ça ne pouvait plus durer, bien que je savais que le problème du procès allait se régler aujourd'hui, je devais maintenant m'occuper du problème "Hunter". Je le regardais, sans savoir comment réagir, si je m'énervais ça ne ferait seulement qu'empirer la situation et ce n'était vraiment pas ce que je voulais. Je prenais donc sur moi et inspirais avant de dire une bêtise ou de l'agacer, même si je supposais assez aisément que seule ma présence devait l'agacer. « Non, attend, il faut qu'on parle. Sérieusement. Hunter, je t'en pris. » Soufflais-je, une voix mal assurée et remplis de remords. Je me sentais mal, je ne voulais pas qu'il reste par pitié, mais simplement qu'il se rende compte que j'avais mal agi et que je le regrettais réellement, du plus profond de mon âme. Dans la précipitation et surtout la peur de le voir partir, j'avais attrapé son bras pour qu'il reste là, qu'il ne s'éloigne pas. C'était surement ridicule, mais si je lui avais simplement demandé de rester, il ne l'aurais jamais fait. « Écoute, je ne veux pas te forcer à quoi que ce soit, mais vient boire un café avec moi. S'il te plaît. » Il fallait qu'on parle, que l'on puisse se poser quelque part en terrain neutre et qu'on puisse enfin mettre les choses à plats. Nous en avions bien trop besoin. Je lâchais son bras, en espérant qu'il ne parte pas, qu'il ne m'envoie pas sur les roses, avec Hunter, tout était possible. Je m'attendais à ce qu'il me hurle dessus ou au contraire qu'il reste muet, peut-être même qu'il me plante et parte sans un mot, vraiment je m'attendais à tout venant de lui. Je pourrais tout planter s'il me disait "oui", laisser le procès et ma famille, de toute façon, je ne me sentais pas réellement à ma place et je ne leur manquerais certainement pas, partir du tribunal et simplement le suivre, pour l'entendre me parler à nouveau. Je le regardais, avec cet air plein d'espoir et pourtant tellement angoissé, j'avais l'impression que le temps s'était arrêté et que sa réponse ne viendrait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 11/03/2016
›› Love letters written : 759
›› It's crazy, I look like : tom perfect hiddleston
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: - your presence is a liberating pain ( Hunter ) Dim 19 Mar - 22:32

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
i don't love you but i always will
※ hestia greenwood and hunter gordon ※
❝ love is never easy. we begin by loving the things we can, according to our stature, but it is not long before we find that what we love is other than ourselves and that our love is no protection against being wounded. do we then speak to dominate what we love, to make it bend to our will, to stop it from hurting us even though to do so is to betray love ? and that is only where the difficulty begins. ❞


Hunter Gordon n'était pas connu pour être un homme sentimental, il n'était pas un homme de ce genre, accordant de l'importance à l'amour ou rêvant même du grand amour. Dès l'adolescence, il avait compris qu'il était différent, qu'il n'était pas comme toutes les personnes autour de lui et qu'il est destiné à être seul. Il était même fait pour être seul, car il ne comprenait pas comment on pouvait avoir envie d'être avec lui, ou comment on pouvait vouloir l'approcher trop près. Son âme s'était tellement noircie avec les années, il avait fait tellement de mal et il prenait tellement de risques au quotidien, qu'avoir quelqu'un dans sa vie n'était pas une priorité. Cela ne l'avait pas empêché de se lier d'amitié fortement avec Ella depuis son arrivée à Los Angeles. Il ne savait pas pourquoi avec sa meilleure amie, il avait accepté de la laisser rentrer dans son univers, sans prendre peur de la blesser ou d'être néfaste pour son existence. C'était différent avec elle. Il y avait avec Roxanne que les choses étaient légèrement similaires, parce qu'elle était un peu comme lui alors c'était plus facile de ne pas faire semblant, de ne pas jouer la comédie en sa compagnie. Mais dans une autre partie de son coeur, il y avait Hestia et avec elle, il ne savait plus ce qu'il voulait, ce qu'il désirait ou ce qui était le mieux pour elle et pour lui. En tombant amoureux d'elle, il avait pris le plus grand risque de son univers, parce qu'il l'avait laissé prendre une place importante dans son existence et surtout dans son esprit. Même après quatre années de divorce, quatre années sans se voir, les sentiments n'avaient pas disparu. Et depuis qu'ils s'étaient revus plusieurs fois, depuis l'agression de la jeune femme, leur relation s'était améliorée et ça avait suffi à l'effrayer. Pourtant, il ne pouvait pas se décider à la laisser prendre de nouveau part à sa vie. Parce qu'il savait que c'était une mauvaise chose. Autant pour lui que pour elle, mais bien plus pour elle. Il l'avait brisé une fois en lui mentant, et il ne pouvait pas imaginer recommencer une seconde fois. Puis maintenant il savait ce qui s'était passé pour elle, après qu'elle l'ait quitté. Il avait appris pour le bébé et même s'il savait que c'était lui l'unique coupable de ce qu'elle l'avait fait, cette annonce l'avait mis en colère. Car il n'avait pas compris pourquoi elle avait décidé de lui cacher quelque chose d'aussi important. Pourquoi elle avait préféré garder le secret sur cet enfant qu'elle avait porté et qui était le sien. Dans le fond, c'était normal, il était supposé la comprendre, parce qu'il était le premier à avoir menti. Il avait commencé avec les mensonges en lui cachant sa véritable identité, en ne lui avouant qu'après leur mariage qu'il était flic et qu'elle avait été une mission. Une mission qui avait mal tourné quand les sentiments s'en étaient mêlés, quand finalement il était tombé amoureux d'elle. Alors il n'avait pas le droit de lui en vouloir pour cette vérité qu'elle avait dissimulé, mais il ne pouvait pas empêcher cette colère et cette rancoeur qu'il y avait dans son organisme et qui envahissaient chaque cellule de son être. Il lui en voulait et il ne savait pas ce qui l'avait poussé à se rendre au tribunal pour le procès du père de la jeune femme, il n'aurait pas dû, c'était une mauvaise idée et il le réalisa encore plus en voyant Hestia devant lui. Il n'avait aucune envie de la voir, ou même de lui parler. Parce qu'il savait que s'il lui parlait, il prenait le risque de laisser s'extérioriser les pires aspects de sa personnalité. Et il ne désirait même pas être en sa compagnie pour le moment. Ce qui était le mieux pour lui, c'était la solitude. Le temps que ses émotions se calment ou qu'il trouve un moyen de se défouler. « Non, attend, il faut qu'on parle. Sérieusement. Hunter, je t'en pris. », il pouvait entendre à sa voix qu'elle avait des remords et qu'elle se sentait mal, il n'y était pas indifférent mais cela ne faisait pas redescendre ce feu qui remplissait toutes ses cellules. Et il n'était pas certain que parler soit une bonne chose. « Pourquoi on devrait parler ? », demanda-t-il d'un ton sec, manquant clairement de courtoisie ou de sympathie. En temps normal, il n'était déjà pas connu pour mettre les formes, allant souvent droit au but, paraître désagréable lui importait peu, mais aujourd'hui sa mauvaise humeur le poussait un peu plus. Sentant la main de la jeune femme se poser sur son bras, il laissa son regard se poser sur ce contact, comprenant à quel point elle était désespérée. A quel point, elle avait peur de le voir partir loin d'elle. Elle occupait la place qu'il avait occupé quatre années auparavant quand il avait peur de la voir s'éloigner après son aveu. A présent elle était à sa place et ce geste provoquait des sensations étranges dans les cellules de son épiderme, sans qu'il ne puisse les expliquer. « Écoute, je ne veux pas te forcer à quoi que ce soit, mais vient boire un café avec moi. S'il te plaît. », le regard d'Hestia était rempli d'espoir et de cette crainte grandissante en même temps, comme si elle était effrayée par la réaction qu'il pourrait avoir, par la réponse qu'il allait lui donner. Tout dans la situation faisait qu'il souhaitait partir, s'en aller loin d'elle mais il se doutait que la laisser planter là était un mauvais choix. Car si elle désirait lui parler, il pouvait peut-être lui accorder cette possibilité. « Ok, je te laisse quelques minutes et après je m'en vais. », répondit-il simplement, réagissant comme un condamné se rendant sur le poteau d'exécution. Il se comportait très mal, mais être raisonnable n'était pas une habitude qu'il avait, il était entier, autant dans ses qualités que ses défauts et cet après-midi c'était dans ses pires côtés qu'il laissait parler ses émotions. Se déplaçant à l'extérieur du tribunal, il prit la direction du café le plus proche et une fois à l'intérieur, assis à une table, il la regarda fermement. « Tu voulais me dire quoi ? », s'enquit-il de demander froidement. Il ne prenait aucun gant, voulant en terminer au plus vite.

Revenir en haut Aller en bas
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 28/05/2015
›› Love letters written : 1549
›› It's crazy, I look like : Emily Bett Rickards
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: - your presence is a liberating pain ( Hunter ) Ven 24 Mar - 22:29

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Sa froideur me fit frissonner, mais au moins il ne m'avait pas abandonné avec toute ma souffrance, malgré tout il me laissait seulement quelques minutes, quelques minutes pour que je puisse lui dire tout ce que j'avais sur le coeur, ça semblait vraiment peu, surtout en sachant tout ce que j'avais sur le coeur, que ça me prendrait surement plus que quelques minutes, mais bon, j'allais faire avec ce qu'il voulait bien me donner. J'étais déjà contente qu'il accepte de me parler, enfin techniquement de me laisser parler. « Je ne sais pas comment te dire à quel point je suis désolée de t'avoir menti, enfin de ne t'avoir rien dit. » Je n'avais pas vraiment les mots pour qu'il puisse comprendre, faire en sorte qu'il puisse se mettre quelques secondes à ma place et en même temps comment lui en vouloir ? Je ne lui avais laissé aucune chance à l'époque, je n'avais pas voulu entendre ses explications, au lieu de ça je m'étais braquée et j'avais demandé le divorce, alors que je l'aimais, je l'aimais plus que de raison, mais je m'étais senti trahi et blessée, alors oui, c'était légitime qu'il puisse se sentir aussi mal, parce que je l'avais trahi à mon tour. « Je ne voulais pas que tu te sentes trahi, mais au moment où je l'ai appris, nous étions en train de signer les papiers du divorce. Qu'est-ce que tu voulais que je fasse exactement ? Que je te le dise, que je le garde ? Tu crois vraiment que ça aurait aidé, que ça aurait changé les choses ? » Je baissais les yeux sur mon café avant de soupirer, je ne savais plus réellement comment me sortir de tout ça, je voulais tellement qu'il me pardonne, mais en même temps, je n'arrivais déjà même pas à me pardonner moi-même. « Tu n'acceptes même pas d'avoir quelqu'un de stable dans ta vie, de m'avoir moi dans ta vie, alors un bébé, sérieusement ? » Je ne le pensais pas capable à l'époque d'être père, c'était sans doute une réaction égoïste, j'en avais conscience, mais sur le moment je trouvais que c'était la meilleure solution, autant pour lui que pour moi, du moins je le pensais, je n'étais plus sûre de rien. Je glissais mes mains autour de la tasse chaude et laissais le liquide brûlant me réchauffer. Je plongeais mon regard dans le sien, cherchant un peu de douceur, d'empathie, je cherchais surtout quelque chose d'autre que la froideur à laquelle j'avais le droit depuis que nous étions arrivés dans ce petit café. « Pourquoi tu m'en veux exactement ? Parce que j'ai menti, parce que tu aurais voulu ce bébé, pourquoi ? » Je ne comprenais pas pourquoi il s'était mis dans une telle colère, pourquoi il m'en voulait autant, je ne comprenais pas ce que j'avais fait de si terrible, il n'avait pas le droit de m'en vouloir, pas après ce qu'il m'avait fait, pas dans la situation où nous étions. « J'ai eu peur Hunter, tu peux le comprendre ça, juste te mettre deux secondes à ma place, je n'arrivais pas à me voir seule avec ce bébé et à ce moment-là je ne te voyais pas non plus dans le tableau, je ne savais juste pas quoi faire, j'étais seule et perdue. Je suis désolée. » Soufflais-je doucement. Je ne savais plus comment lui dire à quel point j'étais désolée, mais en même temps dans un sens j'en avais marre de m'excuser, alors que je ne pensais pas avoir tort sur ce coup-là. J'avalais quelques gorgées de mon café et me calais contre le dossier du siège, tout en croisant les bras sous ma poitrine, en fait, je crois que j'attendais qu'il se lève et qu'il parte, c'est ce qu'il voulait et je lui avais dit tout ce que j'avais à dire, il pouvait me quitter, je ne le retiendrais pas.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 11/03/2016
›› Love letters written : 759
›› It's crazy, I look like : tom perfect hiddleston
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: - your presence is a liberating pain ( Hunter ) Ven 21 Avr - 22:27

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
i don't love you but i always will
※ hestia greenwood and hunter gordon ※
❝ love is never easy. we begin by loving the things we can, according to our stature, but it is not long before we find that what we love is other than ourselves and that our love is no protection against being wounded. do we then speak to dominate what we love, to make it bend to our will, to stop it from hurting us even though to do so is to betray love ? and that is only where the difficulty begins. ❞


La froideur était quelque chose qu'Hunter maîtrisait à la perfection et cela depuis des années déjà. Ce n'était même pas une image qu'il aimait se donner ou un style qu'il avait pour ne pas être blessé, c'était simplement sa façon d'être. Il était cet homme froid capable de parler sans éprouver la moindre émotion, il était ce masque de glace que rien ou presque ne parvenait à faire réagir. Mais quand il était question d'Hestia, évidemment il mentait en faisant semblant d'être complètement insensible. Simplement sa colère ne le rendait pas rationnel. Il était tellement énervé depuis qu'il avait appris pour le bébé qu'il ne pouvait pas passer outre et qu'il n'arrivait pas à se dire que peut-être elle pouvait avoir eu de bonnes raisons de ne pas lui en parler. Comme il avait eu de bonnes raisons de lui cacher qui il était véritablement quand ils s'étaient mariés. Tous les deux ils avaient menti à un moment clé, ils avaient dissimulé des informations importantes, mais la rancune du britannique était tenace. Il acceptait de lui parler, mais il savait déjà qu'il était trop têtu pour lui pardonner d'un claquement de doigts grâce à une discussion de quelques minutes. « Je ne sais pas comment te dire à quel point je suis désolée de t'avoir menti, enfin de ne t'avoir rien dit. », elle n'avait pas les mots pour lui expliquer ce qu'elle ressentait, ce qui lui était passé par la tête, et il n'avait pas non plus les mots pour lui répondre, pour lui faire comprendre ce qu'il ressentait depuis qu'il savait qu'elle avait préféré avorter de leurs bébés sans penser bon de l'en avertir. Il savait qu'il lui avait fait du mal, mais cela ne l'autorisait pas à prendre une décision de cette ampleur, une décision les concernant tous les deux sans jamais lui en parler. A cet instant, il se sentait certainement aussi trahi qu'elle avait pu l'être quatre années auparavant en découvrant la vérité sur lui. Et il comprenait maintenant pourquoi elle avait choisi de ne plus lui parler pendant si longtemps. Parce qu'il en était capable à son tour. Il pouvait envisager cette solution comme alternative pour éteindre le feu qui le traversait, ou il pouvait choisir aussi d'extérioriser de la pire des manières qu'il connaissait: par les ténèbres. « Je ne voulais pas que tu te sentes trahi, mais au moment où je l'ai appris, nous étions en train de signer les papiers du divorce. Qu'est-ce que tu voulais que je fasse exactement ? Que je te le dise, que je le garde ? Tu crois vraiment que ça aurait aidé, que ça aurait changé les choses ? » , il fronça les sourcils en la fixant, ayant doucement l'impression qu'elle ne cernait pas le noeud du problème. Il ne lui demandait pas de garder le bébé, de l'élever, ce n'était aucunement ce qui le dérangeait actuellement, et en l'écoutant lui dire cela son sang ne fit qu'un tour. Le poing fermé sur sa tasse, il attendit que le calme revienne un peu avant de faire une remarque bien trop glaciale. « Alors parce qu'on était en train de divorcer je n'avais pas le droit de savoir que j'allais devenir père ? C'est ça en fait ? J'étais le père Hestia, c'était mon enfant autant que le tien, qu'on soit en train de divorcer ou non ! Je voulais juste le savoir c'est tout ! Si tu ne voulais pas le garder, j'aurais compris mais j'aurais voulu au moins que tu m'en parles au lieu que tu le fasses sans jamais me le dire !  », s'exclama-t-il d'un ton affreusement glacial. Il ne lui demandait pas la lune ou de devenir mère si elle ne le souhaitait pas, il n'arrivait simplement pas à concevoir qu'elle ait pu lui mentir pendant tout ce temps tandis qu'elle lui avait reproché ses propres mensonges. C'était comme si elle se moquait de lui. « Tu n'acceptes même pas d'avoir quelqu'un de stable dans ta vie, de m'avoir moi dans ta vie, alors un bébé, sérieusement ? », elle n'avait pas tort, il n'était pas prêt à devenir père, ni à cette époque, ni maintenant et il n'était pas sûr d'en être capable un jour, parce qu'il ne se voyait pas comme un homme destiné à avoir des enfants ou ce genre de vie. Mais sa réaction n'était pas poussée par une quelconque fibre paternelle se dévoilant tardivement. C'était le sentiment de trahison qui prenait le dessus. Elle l'avait trahi, elle l'avait regardé dans les yeux à maintes reprises sans trouver le bon moment pour lui avouer la vérité. Elle en avait eu l'occasion plusieurs fois et elle ne l'avait pas fait. Elle avait préféré l'accuser de tous les maux au lieu de confesser ses propres péchés. « Pourquoi tu m'en veux exactement ? Parce que j'ai menti, parce que tu aurais voulu ce bébé, pourquoi ? », il lui en voulait pour les mêmes raisons qu'elle, c'était bien le problème. Pendant quatre ans il s'en était voulu de l'avoir manipulé, de s'être joué d'elle, de n'avoir été qu'un vulgaire menteur lui faisant du mal mais finalement il n'était pas le seul dans cette pièce. Elle était comme lui.  « Tu penses vraiment que je t'en veux car je voulais être père ? Merde Hestia. Pendant 4 ans tu m'as traité de tous les noms, tu m'as vu comme un connard alors que toi t'as signé les papiers du divorce sans trouver bon de me glisser que tu étais enceinte de moi ! Je t'ai épousé par amour, pas pour ma mission et au moins je ne t'ai pas caché la vérité pendant quatre ans.  », siffla-t-il entre ses dents d'une voix dévoilant parfaitement sa colère. Il  ne s'agissait pas d'une banale colère pouvant disparaître emportée par le vent, celle-ci était profonde et violente. Une rancune tenace dont lui seul avait le secret. Il n'était peut-être pas le mieux placé pour le faire, mais il n'était pas connu non plus pour être un homme censé. Il en était tout bonnement l'opposé. « J'ai eu peur Hunter, tu peux le comprendre ça, juste te mettre deux secondes à ma place, je n'arrivais pas à me voir seule avec ce bébé et à ce moment-là je ne te voyais pas non plus dans le tableau, je ne savais juste pas quoi faire, j'étais seule et perdue. Je suis désolée. », il comprenait la peur, c'était exactement ce qu'il avait ressenti quand il avait compris qu'il tombait totalement amoureux cette jeune femme supposée n'être qu'une source d'informations. Et il avait eu si peur que la culpabilité l'avait poussé à tout lui dire au risque de la perdre. Elle n'avait pas fait le choix, et il n'arrivait pas à se mettre à sa place. Parce qu'il avait été à sa place par le passé et il avait fini par tout lui dire. Par parler malgré tout. Tandis qu'elle ne l'avait pas fait. « T'es désolée ? Tant mieux dans ce cas. Je t'ai dit la même chose quand je t'ai révélé mes mensonges et ça ne t'a jamais empêché de me gifler et de me détester. », lança-t-il violemment. C'était petit de sa part, incroyablement mesquin et méchant, mais c'était aussi plus fort que lui. Il ne connaissait que cette manière d'être et de se comporter quand quelque chose l'atteignait.




Revenir en haut Aller en bas
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 28/05/2015
›› Love letters written : 1549
›› It's crazy, I look like : Emily Bett Rickards
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: - your presence is a liberating pain ( Hunter ) Lun 24 Avr - 22:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Je savais parfaitement que lui mentir sur ce coup-là n'avait pas réellement été la bonne chose à faire, que j'avais tout foiré, alors que nous commencions tout juste à réussir à nous faire confiance à nouveau, tout partait à nouveau en lambeaux. Je n'avais pas réellement voulu le blesser, du moins pas aussi facilement, mais il fallait qu'il comprenne mon point de vue, parce que s'il pensait que tout ça n'avait été qu'une partie de plaisir pour moi, il se fourrait le doigt dans l'oeil et jusqu'au coude. Devoir aller dans cette clinique pour me faire avorter a été la décision la plus dure et la plus déchirante que j'ai prises de toute ma vie, si j'avais pu faire autrement, je l'aurais fait, mais je n'ai pas eu le choix et ça malheureusement il n'arrivait pas à le comprendre. Et dans un sens je n'arrivais pas à lui en vouloir. Je l'avais trahi et il me le faisait payer de la pire des manières, par l’indifférence et sa froideur constante. « Tout ça n'avait rien à voir avec le divorce, je ne savais juste pas quoi faire, je suis désolée si tu te sens trahi et blessé par ma décision, mais je ne pouvais pas t'avoir près de moi à ce moment-là. Je sais que c'est terriblement égoïste, mais j'avais juste peur. » J'étais juste une gamine perdue, brisée et qui était en train de perdre tout ceux en quoi elle avait cru, alors oui, j'ai fait une erreur, mais je crois finalement que je ne regrette rien. De toute façon il n'y avait plus rien à regretter, c'était trop tard. Il m'en voulait, ça je l'avais bien compris, mais ses raisons, à mes yeux, n'étaient pas franchement valables, du moins pas autant que l'étaient les miennes à l'époque, du moins, je le supposais. « Tu sais, la différence entre nous c'est que moi je ne t'ai pas menti en te regardant droit dans les yeux. Jamais, à aucun moment de notre relation je ne t'ai menti sur quoi que ce soit, là je me suis simplement retrouvé dans une situation qui m'a complétement dépassée. » Je ne savais même pas pourquoi je continuais à me justifier, ça ne servait à rien. Il pensait sans doute que je ne valais pas mieux que lui et il avait surement raison. Sa voix me glaça le sang, il était en colère, je pouvais le voir, en même temps Hunter n'était pas réellement doué pour cacher ses émotions les plus sombres et là tout de suite, je le regrettais fortement. J'aurais aimé qu'il garde ça pour lui, qu'il ne me fasse pas part de sa rancoeur. Tout simplement parce que j'avais vraiment du mal à encaisser. « D'accord, j'ai compris, quoi que je dise de toute façon, tu n'as pas du tout envie de m'écouter, donc ça ne sert à rien de continuer. » J'étais las et fatiguée, je n'avais plus du tout envie de me battre contre lui, de toute façon ça ne servait strictement à rien, nous étions chacun campé sur nos positions et de toute évidence rien ne nous ferait changer d'avis. Malgré tout il avait raison, les faits étaient là, je ne lui avais pas laissé une seule chance de s'expliquer il y a quatre ans, alors pourquoi me laisserait-il une chance aujourd'hui. Je soupirais et m'enfonçais dans ma chaise avant de croiser les bras sous ma poitrine. « J'abandonne Hunter, ça ne sert à rien, je t'ai dit que j'étais désolée, tu ne veux pas l'entendre alors, tant pis. Tu peux retourner à ta vie, je ne viendrais plus t'embêter, promis. » Je détournais le regard, je lui laissais la chance de pouvoir enfin faire ce qu'il voulait faire depuis le début de cette conversation, partir. J'étais fatiguée de me battre, de courir après du vent, ça ne voulait plus rien dire, ça n'avait plus vraiment d'importance. Autant que nous retournions à nos vies, de toute façon il était sans doute bien mieux sans moi. De toute façon nous avions réussi à vivre l'un sans l'autre durant les dernières années, nous pouvions continuer le reste de nos vies. Même si clairement ça me crevait le coeur.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 11/03/2016
›› Love letters written : 759
›› It's crazy, I look like : tom perfect hiddleston
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: - your presence is a liberating pain ( Hunter ) Ven 19 Mai - 14:26

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
i don't love you but i always will
※ hestia greenwood and hunter gordon ※
❝ love is never easy. we begin by loving the things we can, according to our stature, but it is not long before we find that what we love is other than ourselves and that our love is no protection against being wounded. do we then speak to dominate what we love, to make it bend to our will, to stop it from hurting us even though to do so is to betray love ? and that is only where the difficulty begins. ❞


Hunter Gordon n'était jamais doué pour faire confiance aux autres, pour les laisser rentrer dans sa vie, parce qu'il savait que l'homme était fait pour faire du mal. Fait pour mentir et pour manipuler les autres. Il le savait parce qu'il le faisait lui aussi  et qu'il était l'image de la personne n'ayant pas une bonne influence sur les autres. C'était aussi pour cette raison qu'il avait aussi peu d'amis, de personnes à qui il faisait confiance. Il ne voulait pas prendre le risque de leur faire du mal, ni de s'attacher à des gens n'en valant pas la peine. Alors depuis son divorce avec Hestia, il ne laissait aucune femme prendre la place qu'elle avait laissé dans son coeur. Pour ne plus jamais connaître ce sentiment. Et maintenant qu'il faisait face à la trahison de la jeune femme, qu'il se retrouvait devant le secret qu'elle avait caché, il savait que l'amour était capable de rendre les esprits plus faibles et il détestait cette sensation.  « Tout ça n'avait rien à voir avec le divorce, je ne savais juste pas quoi faire, je suis désolée si tu te sens trahi et blessé par ma décision, mais je ne pouvais pas t'avoir près de moi à ce moment-là. Je sais que c'est terriblement égoïste, mais j'avais juste peur. », il ne se sentait pas seulement trahi, il l'avait été et il était blessé, sans parvenir à savoir pour autant ce qui lui faisait le plus de mal et ce qui le mettait le plus en colère. Car il était certain d'une chose, c'était qu'il ne parvenait pas à comprendre les décisions de son ex-femme. Ou tout du moins, il ne voulait pas faire l'effort de la comprendre, parce qu'il était emporté par ses propres émotions. Sa propre colère qui obscurcissait son jugement.  « Tu as raison Hestia c'est terriblement égoïste, au moins on est d'accord sur un point c'est déjà bien . », répondit-il d'une voix si froide qu'elle aurait pu glacer n'importe quel objet. Il était injuste avec elle, il se comportait mal en lui reprochant la décision qu'elle avait prise, tandis qu'il n'était pas non plus un modèle de vertu. Ni un exemple à suivre. Il avait choisi de lui mentir à son tour et elle lui avait fait payé pendant quatre années. Quatre longues années où elle lui avait fait comprendre qu'il avait fait le mauvais choix.    « Tu sais, la différence entre nous c'est que moi je ne t'ai pas menti en te regardant droit dans les yeux. Jamais, à aucun moment de notre relation je ne t'ai menti sur quoi que ce soit, là je me suis simplement retrouvé dans une situation qui m'a complètement dépassée. », elle s'était retrouvée dans la même situation que lui auparavant. Elle avait perdu le contrôle, comme cela avait été son cas quand il avait compris qu'il était amoureux d'elle. Il était le mieux placé pour la comprendre, tout comme finalement, elle était la plus à même de le comprendre. Pourtant, au lieu de lui pardonner, elle avait choisi de continuer à lui en vouloir. Elle avait fait le choix de ne pas oublier le mensonge de l'anglais, alors qu'elle aurait pu. Et c'était certainement ce qui l'énervait le plus, ce qui provoquait cet état de colère intense.  « Tu t'es retrouvée dans une situation qui te dépassait, mais au lieu de venir m'en parler, tu as choisi de le cacher. Alors peut-être que tu ne m'as pas menti en me regardant droit dans les yeux, mais tu m'as quand même menti Hestia ! Ne pas m'avouer que tu étais enceinte, c'est un mensonge. Ne fais pas comme si tu n'étais pas une menteuse, tu en es une toi aussi.... », lança-t-il cinglant, dévoilant un visage mauvais et froid à cette femme qu'il avait aimé. Et qu'il continuait d'aimer d'ailleurs. Il ne pouvait pas être totalement indifférent à elle, il ne le serait jamais, et son état émotionnel en était la preuve. C'était l'amour qu'il éprouvait encore pour elle qui le rendait aussi désagréable. Mais il ne voulait ni se l'avouer, ni lui avouer que les sentiments n'avaient pas disparu avec le temps.   « D'accord, j'ai compris, quoi que je dise de toute façon, tu n'as pas du tout envie de m'écouter, donc ça ne sert à rien de continuer. » , elle avait raison, elle le connaissait assez pour savoir que lorsqu'il était comme cela, que lorsqu'il était aussi borné, rien ne pouvait le faire changer d'avis. Hunter n'était pas connu pour être facile à vivre, pour être un homme conciliant, et encore moins quand il était touché en plein coeur.  « J'abandonne Hunter, ça ne sert à rien, je t'ai dit que j'étais désolée, tu ne veux pas l'entendre alors, tant pis. Tu peux retourner à ta vie, je ne viendrais plus t'embêter, promis. », les excuses étaient trop faciles pour qu'il puisse les entendre pour le moment. Il avait besoin de temps pour réfléchir, pour penser à lui-même avant de pouvoir envisager autre chose. De toute façon,  il savait que c'était une mauvaise situation pour elle, comme pour lui. Ils ne devaient pas se rapprocher et l'annonce de l'avortement d'Hestia n'avait été que l'obstacle supplémentaire destiné à totalement les séparer. A les éloigner pour que plus jamais leurs univers ne viennent à se rencontrer. « Peut-être que je ne veux pas l'entendre car tu as mis quatre ans avant de m'avouer quelque chose..... Quand auparavant, tu m'en avais voulu pour t'avoir menti. Je t'avais peut-être menti sur la raison de notre rencontre, mais le reste était sincère, et ça tu n'as pas été capable de l'accepter non plus. Alors je ne vois pas pourquoi, je devrais accepter ton mensonge plus facilement. », lâcha-t-il, telle une bombe explosant sur le sol. Il appuyait à l'endroit exact où il pouvait lui faire du mal, sans penser aux dégâts qu'il pouvait causer. Comme toujours, il agissait sans réfléchir, ne pensant qu'à cette douleur qu'il ressentait non loin de son organe vital. Il dévoilait son pire côté pour dissimuler ses blessures.




Revenir en haut Aller en bas
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 28/05/2015
›› Love letters written : 1549
›› It's crazy, I look like : Emily Bett Rickards
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: - your presence is a liberating pain ( Hunter ) Lun 22 Mai - 14:32

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


J'étais épuisée, fatiguée de me battre jour après jour, que ce soit pour me sortir de cette vie merdique, pour essayer d'oublier ma famille, lâcher ce nom qui ne fait que m'apporter des problèmes, oublier Hunter et tout ce que nous avons été, juste oublier, malgré le fait que je n'y arrivais pas, parce que malgré tout ce que je pensais de ce qu'il m'avait fait, je n'arrivais pas à l'oublier, à cesser de l'aimer, parce qu'il faisait partie de moi et que de toute façon cela serait toujours le cas, même si je voulais me convaincre du contraire, dès l'instant où j'avais croisé son regard, à la première minute, à la première seconde, je savais qu'il causerait ma perte. C'est sûrement pourquoi je n'avais plus l'envie ni la force de me battre, je comprenais parfaitement sa réaction si froide, mais en même temps cela me faisait terriblement mal, j'avais juste l'impression qu'il m'avait arraché le coeur, qu'il le tenait entre ses doigts et qu'il le serrait à chacune de ses paroles. Mais non, je ne pouvais pas lui en vouloir, je l'avais fait souffrir aussi pendant quatre longues années, avec mon silence et mon ignorance, alors ce serait largement légitime qu'il me le rende et même si ça risquerait de me faire un mal de chien, je ne pourrais pas lui en vouloir. Il avait raison, j'avais été égoïste, au moins, je ne pouvais pas le nier. Je baissais la tête malgré moi et me ratatinais sur moi-même, légèrement mal à l'aise. Sa voix me glaça littéralement le sang, j'avais l'impression d'être une petite fille grondé, je ne savais même plus quoi dire, je me sentais juste...ridicule. « D'accord, tu as raison. » Je n'osais même plus le regarder, en quelques secondes je venais de perdre toute ma repartie, il avait réussi à me faire sentir minable, je comprenais ce qu'il avait dû ressentir au moment où je lui avais annoncé que je voulais divorcer. Seulement j'aurais voulu qu'il comprenne, que je n'avais pas fait ça contre lui, loin de là, mais au contraire, j'avais fait ça pour moi. Juste pour moi, parce que je ne me voyais pas entre les gardes partagées, devoir côtoyer Hunter alors que je lui en voulais tellement, je n'en avais pas eu la force. Je commençais à désespérer, il commençait à me désespérer et je ne savais plus si j'étais agacée ou compréhensive, tout ça tournait au ridicule, malgré tout je le laissais être froid et distant, je le laissais me cracher sa haine au visage sans ciller. Je l'écoutais me dire à quel point j'avais foiré, à quel point j'étais ridicule et surtout à quel point je venais de lui faire mal, parce que même s'il m'avait toujours dit qu'il ne voulait pas être père, du moins pas maintenant, je ne lui avais pas laissé la chance de pouvoir changer d'avis, de pouvoir se rendre compte que peut-être finalement il le voulait. Je n'avais agi que dans mon propre intérêt sans penser aux conséquences, sans réfléchir au fait que quelqu'un d'autre dans cette histoire allait peut-être souffrir. Hunter avait ce don incroyable d'appuyer avec fermeté sur une plaie qui avait déjà du mal à se refermer. « Je sais. J'ai foiré en beauté. » Soufflais-je doucement, je n'étais même pas sûre qu'il avait entendu ce que je venais de dire, mais j'avais eu besoin de le dire à haute voix, pour moi. Juste pour rendre les choses plus réelles. « Tu as toutes les raisons du monde de me haïr, je ne t'en veux pas pour ça, je comprends. » Je détournais le regard et essuyais une larme solitaire qui commençait à couler le long de ma joue. « Prends le temps que tu voudras et quand tu te sentiras prêt, je serais là, tu sais où me trouver. » Ma voix était douce, posée. Je ne savais pas vraiment de combien de temps il aurait besoin, mais je n'allais pas lui courir après, ça n'en valait pas la peine, ça ne ferait qu'empirer les choses.
Revenir en haut Aller en bas
❉ locked hearts and hand grenades
avatar
locked hearts and hand grenades

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 11/03/2016
›› Love letters written : 759
›› It's crazy, I look like : tom perfect hiddleston
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: - your presence is a liberating pain ( Hunter ) Mer 14 Juin - 11:54

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
i don't love you but i always will
※ hestia greenwood and hunter gordon ※
❝ love is never easy. we begin by loving the things we can, according to our stature, but it is not long before we find that what we love is other than ourselves and that our love is no protection against being wounded. do we then speak to dominate what we love, to make it bend to our will, to stop it from hurting us even though to do so is to betray love ? and that is only where the difficulty begins. ❞


Il y avait bien une raison pour laquelle Hunter Gordon disait qu'il n'était pas doué pour les relations amoureuses et toute la situation avec Hestia ne faisait que prouver davantage qu'il avait raison d'éviter une quelconque forme d'attachement avec les femmes. Parce qu'il n'était doué que pour leur faire du mal, pour les blesser. Il n'était pas connu pour être un homme romantique, pour être attentionné et tout dans son caractère le rendait difficile à comprendre au quotidien. Il ne pouvait pas se considérer comme quelqu'un de bien, alors au lieu de plonger tête la première dans sa relation avec son ex-femme, il savait qu'il aurait dû prendre la fuite .S'en aller tant qu'il était encore temps au lieu de se retrouver toujours amoureux d'elle, quatre ans après le divorce. Il ne valait pas mieux que certains adolescents, sauf qu'il savait qu'il pouvait davantage la briser qu'un jeune homme de dix sept ans. Tout dans son être le faisait être froid, se comporter comme un véritable prédateur capable de tuer sans sourciller une proie. Même quand il était question d'amour ou de sentiment, il agissait ainsi, nullement doué lorsqu'il était question de sentiments. Il gérait sa vie personnelle de la même manière que son travail, et c'était tout le problème avec l'anglais. Il pouvait voir au regard que lui lançait la blonde qu'il lui faisait du mal, qu'elle n'aimait pas ce ton glacial qu'il employait avec elle, ce même ton qu'il pouvait avoir quand il interrogeait un suspect. Sauf qu'elle n'était pas supposée être assise dans une salle d'interrogatoire accusée d'un crime. Pourtant, elle en avait commis un à ses yeux en lui cachant des informations qu'il aurait aimé connaître. Et le fait qu'il le prenne aussi mal l'incitait à être aussi en colère contre elle. « D'accord, tu as raison. », il lui en voulait de la manière la plus paradoxale qu'il était envisageable de voir. Il lui en voulait pour beaucoup de choses. Pour tous ces longs mois où elle avait passé son temps à le détester silencieusement alors qu'elle lui mentait comme il l'avait fait. Il était en colère car elle n'avait pas pris la peine de lui demander son avis. Elle avait traversé cela sans lui, sans même savoir s'il aurait pu être un bon soutien pour elle. Jamais il ne lui aurait imposé quoi que ce soit, si elle en lui avait laissé la possibilité, il savait qu'il aurait pu être présent pour elle. Et qu'il l'aurait été. Mais elle ne lui avait pas laissé l'occasion de lui prouver que parfois il pouvait être quelqu'un de bien. Qu'il n'était pas toujours un homme  rongé par son métier.  « Je sais. J'ai foiré en beauté. », il ne pouvait pas le nier. Elle avait foiré totalement comme lui auparavant. Ils étaient destinés l'un comme l'autre à prendre les mauvaises décisions. Ils ne dévoilaient que le pire chez l'autre, oubliant que le bon pouvait exister. « On peut le dire en effet... », répliqua-t-il sèchement. Il ne faisait rien pour faciliter la tâche de la jeune femme, pour apaiser son fardeau et le rendre plus facile à gérer. Il se comportait comme le pire des connards, comme elle l'avait fait avec lui par le passé. Il ne parvenait pas à la regarder simplement dans les yeux, à laisser son regard se perdre dans le sien, sans avoir envie de sortir de ses gonds, sans sentir un feu violent gagner ses veines. Parce qu'elle faisait naître tout un tas d'émotions chez lui. Auparavant, elle avait réussi à le rendre plus doux, comme il pouvait l'être quand il était en présence d'Ella, mais cette fois elle faisait ressortir ce démon noir qui envahissait son âme constamment.   « Tu as toutes les raisons du monde de me haïr, je ne t'en veux pas pour ça, je comprends. », évidemment il la détestait d'une certaine façon pour ce qu'elle avait fait et c'était là tout le problème. Car il n'était pas supposé avoir encore un semblant de sentiments pour elle. Après tout ce temps, il devait être insensible, indifférent, mais il n'y arrivait pas. Il faisait son possible pour y parvenir, mais elle demeurait chaque jour quelque part en lui sans qu'il ne puisse totalement l'oublier. Et c'était le pire pour Hunter. A ses yeux, l'attachement était une abomination qu'il fuyait comme la peste mais depuis plus de quatre ans, il était épris de la même femme, sans trouver une quelconque manière de se désintoxiquer.  Apercevant une larme solitaire le long de la joue d'Hestia, il s'en voulut presque de lui imposer ce mal. De la faire souffrir en étant incapable de lui accorder son pardon. Et il s'en voulait encore plus de lui avoir fait croiser sa route un jour. Elle ne méritait pas cela.  « Prends le temps que tu voudras et quand tu te sentiras prêt, je serais là, tu sais où me trouver. », il pouvait sentir qu'elle était fatiguée de se battre contre lui, qu'elle choisissait de battre en retraite pour mettre fin à un combat qu'elle était certaine de perdre. Contre lui, elle ne pouvait pas gagner. Personne ne pouvait le battre quand il était aussi têtu et qu'il dévoilait les pires aspects de sa personnalité. Pas même une femme qu'il aimait de tout son coeur. « Si tu attends que je te pardonne facilement, que je te dise "c'est rien on passe à autre chose" tu sais parfaitement que ce n'est pas moi.... Et pour le coup je ne suis même pas certain d'en avoir envie.  », commença-t-il à dire d'une voix calme mais manquant nettement de chaleur. « De toute façon ce n'est pas comme si cela allait changer quelque chose pour toi que je te pardonne ou pas. », ajouta-t-il en plantant un regard froid dans les prunelles de la jeune femme. Après tout, elle ne lui avait toujours pas pardonné le mensonge concernant leur rencontre, alors l'avenir était tout tracé pour eux deux.



Revenir en haut Aller en bas
❉ the search for something more
avatar
the search for something more

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 28/05/2015
›› Love letters written : 1549
›› It's crazy, I look like : Emily Bett Rickards
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: - your presence is a liberating pain ( Hunter ) Mer 14 Juin - 21:39

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Il était désagréable, voir même désobligeant, mais je préférais ne pas relever sa mauvaise humeur et son ton froid pour essayer de me concentrer sur ce qu'il me disait, même si ça ne me plaisait pas vraiment. Je soufflais d'un air las et passais une main nerveuse dans mes cheveux blond, tout ça ne servait à rien, cette conversation tournait en rond, de toute façon, il ne ferait pas d'effort et je n'avais plus la force de me battre, alors autant laisser tomber, ça ne servait à rien. J'étais déçue et blessée de ne pas avoir réussi à le faire changer d'avis, mais en même temps Hunter restait Hunter, malgré tout je le connaissais par coeur et je savais que ça allait être long et compliqué, qu'importe mes paroles, ça ne changerait rien. « Je ne te demande absolument pas de me pardonner tout de suite, je t'ai dit de prendre ton temps. Je ne t'ai pas dit de m'appeler demain pour me dire que tout va bien et que tu m'as pardonné, je peux attendre Hunter, même si je dois attendre des semaines, je peux le faire. » Je savais parfaitement qu'il avait besoin de temps, je ne pouvais pas lui en vouloir pour ça, mais en même temps j'avais peur, peur qu'il abandonne, qu'il se rende compte finalement que je n'en valais pas la peine, que je n'étais rien de plus qu'une idiote qui finissait par tout gâcher, tout le temps. Je ne savais plus vraiment quoi dire ou quoi faire, il m'en voulait et là, je n'étais pas sûre qu'il soit capable de me pardonner un jour et ça me faisait mal, parce que je ne contrôlais plus bien, lorsque je lui en voulais, lorsque j'étais à sa place c'était plus facile de lui en vouloir, parce que je partais du principe où dès que j'aurais eu envie de changer d'avis il ne serait pas loin, mais là, je n'avais plus aucune certitude, parce que c'était moi qui étais à sa place et moi qui avais foiré. Je relevais la tête et rentrais directement en contact avec ses prunelles qui étaient devenues orageuses. Je me mordais la lèvre nerveusement et grattais nerveusement mon tatouage, plusieurs fois j'avais voulu le faire enlever, mais je n'en avais jamais eu la force, parce que c'était la dernière chose qui me rattachait à lui. « Tu as sans doute raison. » Je secouais doucement la tête, je savais parfaitement à quoi il faisait allusion et j'aurais voulu lui dire qu'il se trompait, que je lui avais pardonné depuis longtemps, que je l'aimais toujours, mais que ma fichue fierté m'empêchait de lui dire, seulement là ce n'était juste pas possible, parce qu'il ne me croirait pas, il penserait sans doute que je lui racontais une grosse connerie et que c'était simplement pour qu'il arrête de m'en vouloir et passe l'éponge. Et je ne voulais pas de ça, je préférais qu'il m'en veuille, c'était même légitime. Mais ça me faisait mal qu'il pense que je lui en voulais encore, j'en avais marre de vivre avec ça et de lui faire du mal. « Je suis désolée Hunter, je ne voulais pas te faire du mal. Ce n'était vraiment pas mon intention. Je sais que tu ne me pardonneras sans doute pas et c'est pas grave, je peux comprendre, j'ai passé ces quatre dernières sans toi, je peux patienter encore un peu. » Je ne savais pas vraiment pourquoi j'avais dit ça et surtout de cette façon-là. Mais dans un sens j'avais juste besoin qu'il comprenne que ces quatre dernières années avaient peut-être été horrible pour lui, mais j'avais souffert, souffert comme jamais, parce que malgré tout, vivre loin de lui m'arrachais le coeur, mais cette fois je n'avais pas le droit d'être égoïste, je n'avais pas le droit de le retenir, il avait peut-être besoin de vivre une nouvelle histoire, peut-être même que c'était déjà le cas et je ne devais plus faire partie du paysage, il en avait déjà assez bavé par ma faute. Je me levais de ma chaise, regardant l'heure sur ma montre, le procès n'allait pas tarder à recommencer et je devrais sans doute y retourner, même si je n'étais pas réellement la bienvenue dans cette salle. Je me penchais et posais une de mes mains sur la table, à quelques millimètres de la sienne. « Ne cherche pas à me pardonner si ça peut t'aider à avancer. Mais moi, je t'ai pardonné, depuis très longtemps. » Après notre divorce et mon avortement j'étais resté des jours entiers chez moi sans sortir de mon lit, je ne voyais pas l’intérêt de sortir, la vie n'avait plus vraiment de goût, voyant la dépression pointer le bout de son nez, j'avais pris la décision d'aller voir quelqu'un, de me faire aider et c'était avec un naturel incroyable qu'elle avait réussi à me sortir de tout ce merdier et surtout m'aider à lui pardonner, même si en sa présence, ma fierté reprenait à chaque fois le dessus, m'obligent à être horrible avec lui. Et j'étais fatiguée de tout ça, il ne le méritait pas vraiment, parce qu'au fond je savais qu'il m'avait aimé.
Revenir en haut Aller en bas

- your presence is a liberating pain ( Hunter )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: South l.a :: south police station
-