Partagez|

(olivia) “difficile de jouer sur le double sens quand les mots ne possèdent plus aucun sens.”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 02/02/2016
›› Love letters written : 1490
›› It's crazy, I look like : jesse lee soffer, le plus beau
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: (olivia) “difficile de jouer sur le double sens quand les mots ne possèdent plus aucun sens.” Jeu 17 Nov - 15:10



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
olivia odair & mason dunham
“difficile de jouer sur le double sens quand les mots ne possèdent plus aucun sens.”
Qu'est-ce qu'une réputation si elle n'est pas faite de vérité, et de mensonge ? Mason est par excellence la définition même d'une réputation. Forcément quand on est né et presque que vécu dans une même ville, et qu'on est le fils d'une homme riche à souhait, et populaire, cela attire forcément les foudres des autres. Ou l'admiration. Pour celui-ci on laissera l'avantage à son grand frère Nathan qui est dans la politique, et par conséquent est souvent admiré pour les mensonges et les caricatures qu'il représente à lui seul. Mason est resté plus discret sur sa vie, il tient moins à être devant les projecteurs. Il est beaucoup plus solitaire que son frère, totalement différent - presque l'inverse de lui. Pourtant le jeune chauffeur de taxi est sans aucun doute le plus passionné des deux. Sa journée était aussi pitoyable que sa vie en ce moment. Il venait de se faire plaquer par une femme qui avait été longtemps son amie, tout ça à cause des rumeurs, qui disent qu'il n'aimera jamais personne d'autre que Cassandre Mills, sa meilleure amie, mais aussi la femme de son cher frère. Autant vous dire, une situation compliquée à vivre et pourtant, il n'arrivait pas à renoncer à elle, malgré les reproches de certains de ses amis/famille. Mais certainement, que Georgiana avait aussi touché son ego et sa fierté - visiblement trop grande pour qu'il aille faire le premier pas vers elle. Il ne la voulait plus ni en amie, ni en amour. Il avait tiré un trait sur son amitié le jour où il a apprit qu'elle l'avait trompé avec d'autres hommes. Non pas qu'ils s'étaient promis quelque chose, mais c'était évident pour lui, qu'elle n'aille pas voir ailleurs si elle a la prétention de vouloir sortir avec Mason Dunham. Alors cette séparation a été d'une violence extrême dans les mots, sans doute d'ailleurs ne pensait-il pas le quart de ce qu'il lui a dit, mais il n'avait aucune intention de le lui faire part ou même ne serait-ce que d'aller s'excuser. Mason Dunham ne s'excuse jamais, ou vraiment si il le fait, c'est qu'on est quelqu'un d'important pour lui. Quelqu'un de spécial à ses yeux, et croyez moi il n'y en a pas tant que ça... Et puis, il avait recroisé une femme qui a été sans doute la seconde personne qu'il a autant aimé dans sa vie : Quinn McBride, avec qui il a failli passer le restant de sa vie. Il avait besoin de se changer les idées, besoin d'être seul ce soir. Finalement, il déposa sa voiture sur une place de parking avant de rentrer dans la boite de nuit, le karma lounge. Il n'y venait presque jamais, mais au moins ici il ne connaissait personne. Il ne risquerait aucune embrouille, car ses dernières semaines, il semblait les accumuler. En entrant dans la boite de nuit, il s'installa près du bar, en commandant un verre de wisky. Il ne buvait pas en principe. En principe car depuis son retour à Los Angeles, il ne pourrait véritablement dire le nombre de bouteilles qu'il avait pu descendre à lui seul. Pour oublier, pour se distraire, mais surtout pour éviter de penser à tout ce désastre autour de sa vie. Il baissa son regard sur ce verre que le serveur venait de lui servir, jusqu'à relever son regard vers la foule qui danser en face de lui. Cette foule déchaînée, mais Mason fût attiré assez rapidement par une femme. Une femme qui l'aurait voulu comprendre, une femme qui n'est autre que sa meilleure amie, sa confidente, son âme soeur. Une femme qui lui échappe toujours un peu plus, qui arrive à lui filer entre les doigts chaque jour de plus passé dans ce monde. Il n'en revenait pas, avait-elle oublier cette promesse faite devant toute sa famille et ses amis, ce jour où elle a épousé Nathan à l'église ? A la voir se déhancher avec cet homme, visiblement oui. Au fond de lui, la colère commençait à s'emparer de son corps, tandis qu'il ne détourna à aucun moment son regard. Il devait aimer se faire mal, ou il devait avoir un grain dans sa tête pour ne pas quitter ce lieu précisément. Pourtant, il était hors de question qu'il abandonne cette femme aussi facilement, après toute ses années. Il ne le voulait pas, ne l'acceptait pas. Elle était la seule à représenter tout pour lui, la seule pour qui il serait prêt à tuer juste pour ses yeux. Vous pouvez en être sur ! Il recommanda un second verre, les jambes tremblantes, mais son regard froid et d'une noiceur incomparable sur cette jeune femme qu'il pensait être Cassandre. La réalité est bien différente, même si il était à des kilomètres de s'en rendre compte. Elle s'approcha du bar, et donc de lui, tandis que l'homme avec qui elle avait danser partait dans une autre direction. Mason dévisagea l'homme de toute sa haine, avant de poser son regard méprisant sur cette femme qui s'adressait désormais au serveur. « C'est qui ce connard ? » A présent, elle se trouvait à côté de lui, son verre à la main, qu'il porta jusqu'à ses lèvres pour faire descendre le liquide d'une traite, tandis qu'il n'osait plus poser son regard sur elle. Il était à la fois en colère, à la fois troublé. Quand Cassandre allait-elle enfin arrêter de le faire souffrir ? Et surtout que faisait-elle ici ? Elle le blessait à chaque fois un peu plus...
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 09/08/2016
›› Love letters written : 243
›› It's crazy, I look like : sophia mygoddess bush
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: (olivia) “difficile de jouer sur le double sens quand les mots ne possèdent plus aucun sens.” Ven 18 Nov - 18:37

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
don't pretend you know me when you have no idea with who you talk

( when the past is coming back with another face )
mason dunham and olivia odair ※
How many people can you claim truly care about you ? I mean, not just the people in your life who are fun to hang out with, not just the people who you love and trust. But people who feel good when you are happy and successful, feel bad when you are hurt or going through a hard time, people who would walk away from their lives for a little while to help you with yours?


Depuis son retour à Los Angeles les choses s’étaient passé de façon raide, elle était même surprise de retrouvé aussi vite ses marques, partir de Los Angeles pour se retrouver dans un pays sans technologie où les avantages qu’elle pouvait trouvé ici était guère facile, elle s’était fait à l’idée d’une vie où téléphone, internet n’existait pas et où la communications entre les gens étaient importantes étrangement cela lui avait comprendre que lorsqu’elle était à Los Angeles où dans un pays aussi riche qui avait plus de ressources à quel point elle en  oubliait le reste du monde. Elle se souvient parfaitement de ses parents qui ne cessait de râler quand son frère et elle passait plus de temps le nez dans leur téléphone presque à s’y noyer c’était les mots de son père où auquel ne faisait attention, elle se rendait compte combien il n’avait pas tort. C’était un contraste différent, elle qui avait toujours été accroc à son téléphone et aux réseaux sociaux par sa vie personnelle que professionnelle lorsqu’elle s’était retrouvé en Afrique dans un monde à l’opposé de tout ce qu’elle avait vu et vécu et qui avait été bénéfique comme à ce moment dans son bureau ou plusieurs employés s’y trouvait, les réunions a l’époque où elle avait ouvert sa société se pliait à des réunions par conférence vidéos, par des facetime ou par téléphone c’était tellement rare qu’elle se retrouve à cette table ronde parmi ses employés et dirigeant qu’ils étaient assez surpris d’avoir une note leu précisant les changements. Qu’à présent les réunions se passerait face à face et de vive voix avec téléphone et tout gadget de la sorte éteint. Si au départ ils l’avaient tout vu comme quelqu’un de presque dingue qui oubliait dans l’époque où elle vivait la révélation avait été récompensé, les gens discutaient entre eux pire encore certain qui bossait côte à côte finissait par enfin connaître le nom de chacun et s’appréciait relativement l’expérience fut un véritable succès qu’elle remit à l’ordre chaque mois, cela ne l’empêchait pas non plus d’avoir toujours son nez sur ce qui se passait sur internet ou dans ses messages et mails qui ne cessait d’augmenter encore plus depuis son retour. Son assistante l’avait pas mal aidé à géré cela durant ses mois d’absences, c’était sa meilleure amie Lissa qui avait choisi la personne apte à la remplacer pour son congé en mission humanitaire, Lissa était doué pour trouvé la bonne personne, après tout si quelqu’un la connaissait mieux que quiconque c’était bel et bien elle. Elle savait qu’entre les mains de sa meilleure amie elle n’aurait eu aucun soucis à se faire et en voyant les réservations des soirées à diverses thèmes ou les recettes qui ne cessait d’augmenter avait été la meilleure décision qu’elle avait prise de lui faire confiance et même si elle adorait aider les autres, voyager et rencontrer des gens qui le plus souvent l’impressionner, elle n’était pas mécontente de revenir dans sa ville natale, elle savait pertinemment que Los Angeles avait ses défauts, mais cette ville était la sienne, elle la connaissait du bout des doigts, chaque recoin, elle avait vu le bon comme le meilleur au point qu’elle savait que quoiqu’il arrivait elle reviendrait ici c’était inévitable et si elle était rentrée plusieurs mois plus tôt que prévu c’était pour son frère qui ne lui avait pas demandé de façon officiel, mais par des mots, un manque auquel elle avait compris. Son frère avait besoin d’elle lui qui avait toujours été là dans les pires comme les meilleurs moments de sa vie, c’était à elle de lui rendre l’appareil. Ce jour-là son frère lui avait laissé un mot, il avait eu une mission dans l’urgence, elle n’était pas étonné son frère bossait pour le FBI cela la faisait toujours sourire de penser à cela, elle qui l’avait toujours vu en véritable héro en était devenu un vrai, mais comme tout héro elle savait que le voir n’était guère évident cela ne la gênait pas elle savait que son métier était ainsi et que c’était à elle de s’en arranger sauf que lorsqu’on est gérante de deux sociétés à fort succès, elle aussi avait des engagements à tenir. Ces derniers jours ils ne faisaient que se croiser, mais Braden avait toujours ce petit mot qui la faisait sourire pour la peine elle avait pensé qu’au lieu de rentrer chez elle après le boulot pourquoi pas aller se déhancher sur les pistes de danse. Elle ne se rappelait plus la dernière fois qu’elle était sortie et Lissa et elle avaient besoin de rattraper le temps perdu. D’ailleurs quand elle avait envoyé un sms à sa meilleure amie elle ne fut pas étonné de sa réponse plus que positif. Le reste de sa journée se passa rapidement et fructifiant, elle avait bougé un peu partout, dans on boulot elle ne restait jamais assise comme on pouvait l’imaginer. Elle avait toujours quelque chose à faire, voir, des idées qui lui passait par la tête. Olivia passait le plus clair de son temps à se trouver dans diverses lieu de Los Angeles pour préparer les évènements auxquels on payés des sommes incroyables voir astronomiques parfois il fallait de la patiente même si elle ne comptait pas le nombre de fois où elle aurait été prêtes a tuer certaines pour changer de thème quand tout été sur le point d’être terminé recommencer une nouvelle fois avec un même défaut était parfois mission impossible pour tout le monde sauf pour Olivia. Durant toute sa journée elle avait parcouru Los Angeles, les endroits à la mode, les clichés et également qui sortait de l’ordinaire pour offrir le meilleur de ses clients en rentrant à son bureau c’était avec des tas de clichés qu’elle parcourrait avec son bras droit, mais pas avant demain. Si elle adorait son métier, passionnée elle était chanceuse de faire partir de ses personnes qui avaient pu réussi à faire le boulot de leur rêve, elle n’était pas le genre à se tuer au boulot et à oublier de profiter de la vie bien au contraire. Elle avait profité de récupérer des vêtements qu’elle ramenait souvent au bureau quand elle n’avait pas le temps de rentrer chez elle et puis le club n’était pas très loin raison de plus pour elle de se changer dans son bureau ou se retrouva avec une robe dénudé noir qui la mettait parfaitement en valeur ainsi que sa silhouette, elle avait relâché ses cheveux délicatement bouclés et un brin de maquillage plus quelques bijoux qui donnait la touche parfaite et elle semblait prête à oublier cette journée pour danser et profiter comme elle savait si bien le faire. Elle n’avait pas mis longtemps à sortir et récupérer sa voiture au parking pour se retrouver au Karma Lounge, elle connaissait le club de nom, sa meilleure amie avait pensé pour une soirée entre filles était pas mal et puis elle savait que Lissa n’irait pas au Viper, pas quand Shane y bossait plus protecteur avec Lissa il n’y avait pas et le Karma était donc parfait pour deux jeunes femmes célibataire qui ne manquait pas d’audace et qui savaient faire la fête comme personne. A peine était-elle entrée dans le club qu’elle pu remarquer la foule et surtout sa meilleure amie en très bonne compagnie en train de danser avec un inconnu qui semblait faire son bonheur. Olivia ne pu s’empêcher de sourire encore plus quand Lissa l’a remarqua l’enlaça lui tendit un verre avec l’idée de passez une bonne soirée. Les filles fut vite entrainé par la musique, l’ambiance festive pour se retrouver à danser chacune avec un cavalier inconnu ou elle se déhanchait rapidement. Pendant un instant,  Olivia oublia le reste, elle souriait et profitait comme elle savait si bien le faire, cela faisait longtemps en réalité qu’elle n’avait pas pu s’amuser ainsi sans conséquence juste à rire, s’amuser sans qu’il y est à penser au lendemain en vérité à ce moment précis cela l’importait peu et ce type l’aidait parfaitement à ne pas y penser. Dès que la chanson fut arrêté elle sourit a cet inconnu qui reprit un chemin différent profitant pour aller chercher des boissons et se retrouva quelques minutes plus tard au bar où elle commande deux cocktails. « C'est qui ce connard ? » dans un premier temps Olivia n’avait pas fait attention que la question s’adressait à elle, elle avait pu remarquer à son arrivé que quelqu’un ne cessait de la fixer bien qu’elle avait imaginer devenir parano, mais là elle savait que ce n’était pas le cas et quand il se mit face à elle, elle comprit que la question était bel et bien pour elle. « Pardon tu viens de dire quoi là ? » elle fut dans un premier temps surprise de quel droit ce type qu’elle n’avait jamais vu de sa vie venait l’aborder en lui disant ça. « Je crois pas que ça te regarde en vérité ça ne te regarde pas  ! » elle avait un ton aussi froid qu’il pouvait avoir, il ne semblait pas vouloir bouger ou même la laissé passé « Tu essayes de jouer à quoi là ? J’aimerai passer merci ! » Olivia n’était pas le genre de femme à se laisser faire, elle ne comprenait pas ce qui se passait et dans ses souvenirs les plus loin elle ne se rappelait pas de lui et encore moins d’avoir eu une relation avec lui alors que lui voulait-elle !
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 02/02/2016
›› Love letters written : 1490
›› It's crazy, I look like : jesse lee soffer, le plus beau
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: (olivia) “difficile de jouer sur le double sens quand les mots ne possèdent plus aucun sens.” Sam 19 Nov - 22:39



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
olivia odair & mason dunham
“difficile de jouer sur le double sens quand les mots ne possèdent plus aucun sens.”
Pris à son propre piège, il ne savait plus désormais quoi faire pour la reconquérir. Il n'était plus vraiment certain qu'elle le voulait. Il n'était plus vraiment certain que ce jeu s'arrêtera un jour. Il en avait marre de ce jeu du chat et de la souri. Marre de faire semblant de jouer à son meilleur ami, confident, alors qu'en réalité ça crève les yeux : il ne voit qu'elle. Même toute ses nanas qui passent dans son lit pour tenter de l'oublier, elle; il n'en a rien à foutre. Son couple avec Georgiana n'avait été qu'un echec supplémentaire, car en réalité il ne voulait pas l'admettre, mais il était sorti avec elle pour rendre Cassandre folle de jalousie. Et ça avait marché car elle s'était retrouvée quelques jours plus tard à son appartement. Il le savait, elle était folle de jalousie de le savoir désormais dans d'autres mains. Jamais, elle ne lui avouera, mais il le savait. Il connaissait Cassandre mieux que quiconque. Et c'était peut-être ça qui jouait en sa défaveur. Il était venu ici pour se retrouver seul, sans penser qu'il tomberait sur elle. Los Angeles compte des centaines de milliers de personnes et il devait tomber sur elle. Coïncidence troublante. Il ne voulait plus se mentir. Plus lui mentir. Il avait besoin d'elle, besoin de sa compagnie. Besoin de ses paroles, et de ses sourires. Besoin de retrouver cette complicité hors norme qu'ils ont perdus depuis son départ en 2013 pour Londres. « Pardon tu viens de dire quoi là ? » Mason s'était relevé assez rapidement de sa chaise et il fixait désormais la jeune femme, lui bloquant le chemin. Il tentait de lire dans ses pensées, de savoir ce qu'elle pouvait ressentir pour lui à cet instant précis. Il la connaissait mieux que personne, et sentait à chaque fois qu'un truc n'allait pas. Mais la, il avait beau chercher, il avait beau plonger son regard brun remplie d'amerture dans son regard, il ne lisait rien. C'était le néant, le vide. Etait-il devenu à ce point deux étrangers ? Il ne pouvait pas l'admettre, pas l'accepter. Elle avait été autrefois son tout, son unique but dans la vie. Sa meilleure amie, celle pour qui il était prêt à tout. Et voir la distance qu'ils avaient prit tous les deux il ne pourrait pas le supporter une minute de plus. Son souhait le plus cher c'était qu'elle quitte son frère. « Je crois pas que ça te regarde en vérité ça ne te regarde pas  ! » En vérité, quelque chose cloche. Il ne comprenait pas vraiment, mais c'était comme si physiquement c'était Cassandre, et intérieurement une autre personne. Sa voix, son regard, son souffle, tout était différent de d'habitude. Il la contempla plusieurs secondes, sans bouger d'un millimètres. Il était juste devant elle, lui barrant le chemin. Mais quelque chose le dérangeait dans la manière de faire de son amie. Pourtant, cela ne pouvait pas être quelqu'un d'autre que Cassandre, bien que cela frôla ses pensées un quart de secondes. « Tu crois ou tu es sûre ? » Dit-il, sans aucun signe d'affection pour elle. Il cherchait à savoir ce qu'elle pensait au fond d'elle. Il cherchait à comprendre ce qui se passer dans sa tête à ce moment là. Mais c'était le néant, le vide total. Elle était comme une étrangère à ses yeux, comme une inconnue, et il soupira en baissant sa tête, lassé de son attitude. « Tu essayes de jouer à quoi là ? J’aimerai passer merci ! » Peu importe ce qu'elle pense, ou ce qu'elle dit, Mason voulait aller au bout des choses : autant qu'elle lui avoue qu'elle ne l'aime pas, mais il ne lâchera pas le morçeau aussi facilement. Elle devait faire son choix : Nathan ou Mason. A croire qu'il avait oublié que le choix, elle l'a déjà fais ses trois dernières années... Mais ce choix la, il ne voulait pas en entendre parler, ce n'était pas celui la dont il avait besoin. « C'est toujours la même chose avec toi... » Il lui tenait tête, de toute façon, il n'avait guère le choix. Sinon autant qu'il récupère ses affaires et se casse de la boite de nuit, chose dont il n'avait pas spécialement envie. Pas maintenant. « Quand je fais un pas vers toi, tu fais tout pour me repousser. Et quand je décide de tirer un trait, c'est toi qui revient... » Mason était en colère, en vérité, il ne voulait pas qu'elle le sache, pas qu'elle s'en rende compte, mais c'était déjà trop tard. Il avait parlé assez fermement, comme si il arrivait à saturation de leur histoire. Comme si Cassandre l'avait poussé à bout, et que tout ça ne résultait que de son entêtement. Toujours debout devant elle, elle ne pourrait pas passer facilement, en tout cas, elle serait obligée de lui passer sur son corps. Il avait l'avantage, il était bien plus grand et costaud qu'elle, même si il n'a jamais été ce genre d'homme. Il a toujours énormément très respecté Cassandre, c'est peut-être ça, qui a joué en sa défaveur. Il n'a jamais utilisé la force contre elle, pourtant, aujourd'hui il ne voulait pas qu'elle lui échappe. Il faut croire qu'elle préfère les connards, qui utilisent sans relâche les poings avant de parler. Il ne cessait de la fixer dans les yeux, et elle ne semblait pas comprendre. La jeune femme le dévisageait, sans forcément être ravie de le voir, ou de voir de la manière qu'il se comporte. Sa façon de faire ne ressemblait en rien à Cassandre, sensation étrange pour lui. Quelques secondes de silence, et le jeune Dunham ne savait plus vraiment ce qu'il devait faire, ou pas. Il s'avança d'un pas pour compléter les quelques centimètres avant de poser ses lèvres délicatement rosées sur celles de la jeune femme se tenant face à lui. C'était un baiser impulsif, et fougueux. Un baiser tendre, et délicat. Un baiser délicieux, et sensuel. Il ferma ses yeux pour faire durer le plaisir. Pourtant, il était différent des autres baisers qu'il a pu échanger avec Cassandre. Il ne pourrait pas expliquer pourquoi, mais il avait l'impression que c'était leur premier baiser échangé... Et il se laissa submerger par ce désir qu'il éprouve pour la jeune américaine, depuis toute ses années, comme si il était au courant qu'en se détachant de ses lèvres le monde autour de lui s'écroulerait. Comme si les cartes s'effondreraient comme un chateau de cartes.
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 09/08/2016
›› Love letters written : 243
›› It's crazy, I look like : sophia mygoddess bush
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: (olivia) “difficile de jouer sur le double sens quand les mots ne possèdent plus aucun sens.” Dim 20 Nov - 12:15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
don't pretend you know me when you have no idea with who you talk

( when the past is coming back with another face )
mason dunham and olivia odair ※
How many people can you claim truly care about you ? I mean, not just the people in your life who are fun to hang out with, not just the people who you love and trust. But people who feel good when you are happy and successful, feel bad when you are hurt or going through a hard time, people who would walk away from their lives for a little while to help you with yours?


Elle ne comprenait absolument pas ce qui était en train de se passer. Olivia n’avait cessé de le fixer tentant de chercher qui pouvait être ce type qui semblait le connaître. Il semblait en colère voir blessé assez pour qu’elle en reste malgré tout troublé. Elle n’avait bu que deux verres il lui en fallait davantage pour être saoul pourtant à ne pas se rappeler de lui elle se demandait si sa mémoire ne lui jouait pas des tours. Toutefois, quoiqu’elle faisait elle n’avait pas la moindre idée de qui il pouvait être. Elle soupira lasse de son regard de ses mots qu’elle n’avait guère apprécié. Elle avait tenté de se frayer un chemin, mais à chaque fois qu’elle faisait un pas, il la suivait ça en devenait presque exaspérant pour la jeune brune. Quand Lissa lui avait proposé de s’amuser elle n’avait pas hésité à dire oui, le besoin de se laissé allez le temps d’une soirée c’était exactement ce qui lui fallait. Ces temps-ci même si elle ne le disait pas beaucoup de choses l’a troublée. Elle s’inquiétait autant pour son frère qui malgré qu’il lui disait sans cesse qu’il allait bien ce n’était pas vraiment le cas et puis ajouté le retour dans sa vie sans l’être de Cassandre assurément qu’elle avait eu un grand besoin de faire le vide et de ne pas penser à quoique ce soit, parce qu’elle savait qu’à chaque fois qu’elle y pensait cela faisait un mal de chien, une douleur qu’elle n’avait jamais imaginé encore ressentir et pourtant le fait était là durant quelques secondes elle s’était perdue dans ses pensées avant de revenir à elle sentant quelqu’un doucement la poussée lui rappelant qu’elle se trouvait dans un club face ce type qui la regardait toujours avec une certaine colère. Elle était censée s’amuser oubliait tout ce qui l’a tracassé, mais évidemment là tout ce qu’elle faisait été le contraire.  Dans un premier temps elle avait été surpris par ses mots, il n’avait vraiment pas pris de gant à dire ce qu’il pensait et ça lui ressemblait aussi sauf qu’elle ne comprenait vraiment pas comment il pouvait se permettre de lui parler ainsi alors qu’ils ne se connaissaient pas et plus encore elle n’avait de compte à rendre personne. Elle était assez grande et complètement célibataire alors si elle voulait danser avec quelqu’un c’était son plus grand droit et elle lui avait fait bien comprendre qu’il n’avait pas à lui parler ainsi. Elle l’avait fixée tout comme il le faisait il en été même resté silencieux quelques secondes se disant peut-être qu’il se rendait compte qu’il avait fait une erreur, elle l’avait cru pendant un instant avant de relever sa tête vers lui quand il finit par sortir plusieurs mots encore plus fois qu’il le fut quelques minutes avant « Tu crois ou tu es sûre ? » Olivia fonça son regard sans comprendre vraiment tout ce qui se passait, elle ne savait pas vraiment pourquoi il agissait ainsi, elle passa une main dans ses cheveux fatigués de cette conversation qui menait absolument nulle part et plus elle le regardait plus elle pouvait sentir ce froid qu’il avait contre elle. « J’en suis même persuadée est-ce que c’est plus clair comme ça ? » elle avait employé le même ton que lui bien qu’elle tentait malgré tout de savoir si elle le connaissait, plus elle le regardait, plus elle avait une sensation bizarre qui l’a parcourait. Elle ignorait pourquoi, mais quelque chose ne collait pas dans tout cette histoire et plus elle se montrait froide avec lui et plus cette impression ne cessait de grandir en elle, mais comme souvent elle mettait ça sur le compte du fait qu’elle ne faisait guère confiance aux gens où surement qu’elle devenait parano. Elle n’avait pas envie de continuer plus loin cette conversation si on pouvait appeler cela ainsi. Elle avait envie surtout de profiter d’une soirée qui lui donnait plus envie de rentrer chez elle, mais il ne comprenait pas apparemment ce qu’elle venait de lui dire. Il ne cessait de se mettre à travers son chemin au point qu’elle n’en pouvait plus. « C'est toujours la même chose avec toi... »  Par ses quelques mots, Olivia releva sa tête vers lui assez troublée par ce qu’il venait de dire, il semblait la connaître et plus elle y pensait, plus elle avait vraiment la sensation de l’avoir déjà vu. Elle était certaine d’avoir déjà vu son visage quelques part sans savoir où et comment. Elle était restée silencieuse quelques secondes parce qu’en vérité elle était beaucoup plus perdue qu’elle ne le disait dans cette conversation qu’au fond qui aurait pu la rendre complètement dingue. « Quand je fais un pas vers toi, tu fais tout pour me repousser. Et quand je décide de tirer un trait, c'est toi qui revient... » elle pouvait facilement sentir qu’il était davantage blessé que en colère, son regard avait beau être dur elle pouvait voir qu’il avait quelque chose de différent. « Que je sache c’est bel et toi qui est venu m’accoster toi qui m’a hurler dessus je ne t’ai rien demandé si ce n’est de me laisser tranquille » elle ne savait pas vraiment pourquoi elle avait dit tout ça peut-être parce qu’elle voulait comprendre, elle savait que son visage lui disait quelque chose alors qui sait elle le connaissait, mais ne se rappelait plus de lui. « Je ne vois vraiment pas ce que tu cherches à faire à te comporter ainsi ou encore moins où ça va menait si ce n’est à mon avis nulle part » et c’était vrai selon elle cette conversation n’avait ni queue ni tête elle avait ce sentiment qu’il avait beau lui parlé, mais qu’il ne s’adressait pas à elle où alors vraiment elle avait bu beaucoup plus qu’elle ne se l’était imaginé. Elle avait soupiré blasée par ce qui se passait tout ce qu’elle voulait à ce moment précis c’était de rentrer chez elle et oubliait cette soirée qui devint de plus en pire. Bien évidemment pour sortir de cette situation il lui aurait fallu pour ça que ce type l’a laisse passé, mais encore et toujours il ne comptait pas le faire « Mais qu’est-ce que tu veux bon sang ?! » elle avait fini par elle-même hurler tentant par ce geste qu’il se décide à s’expliquer à faire quelque chose, mais surtout à l’a laissé tranquille, elle ne s’attendait certainement pas à le voir s’approcher aussi pris d’elle presque collé à son torse elle pouvait facilement sentir son souffle avant de soudainement eu la surprise de sentir ses lèvres contre les siennes. Elle avait dû mettre quelques secondes pour comprendre tout ce qui était en train de se passer il était doux et délicat dans d’autres événements bien différents, elle aurait pu facilement apprécié se baiser, mais là tout était confus dans sa tête, il l’avait à nouveau regardé sans qu’elle ne sache quoi dire, elle avait reculé d’un pas comprenant ce qui venait de se passer, il ne cessait de la regarder avant qu’elle ne laisse sa main se retrouver sur la joue de celui-ci, une gifle assez violente qui montrait parfaitement qu’elle n’avait pas forcément apprécié ce qu’il venait de faire. « Non mais qu’est-ce qui va pas chez toi tu peux me le dire ?! » elle avait hurlé se montrant plus en colère qu’auparavant, elle devait admettre qu’elle était aussi responsable de cette situation, elle aurait dû s’éloigner de lui quand elle l’avait vu s’approcher ainsi, mais son corps s’était complètement paralysé sur place sans trop savoir quoi faire. Elle avait toujours eu ce manque de confiance à comprendre les hommes, elle était du genre à être dur et froide loin de la femme qu’elle était, mais avec tout ce qu’elle avait vécu par son père, elle se montrait dur avec les hommes, elle ne leur faisait pas confiance, elle n’y arrivait pas.  « De quel droit tu t’es permis de faire ça ? » elle hurlait encore plus fort elle savait qu’elle devait se calmer mais à ce moment précis tout ce qu’elle voulait c’était hurler sur lui sans savoir ce qui lui avait pris de faire ça alors qu’elle ne le connaissait même pas.
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 02/02/2016
›› Love letters written : 1490
›› It's crazy, I look like : jesse lee soffer, le plus beau
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: (olivia) “difficile de jouer sur le double sens quand les mots ne possèdent plus aucun sens.” Dim 4 Déc - 22:42



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
olivia odair & mason dunham
“difficile de jouer sur le double sens quand les mots ne possèdent plus aucun sens.”
Mason n'était pas vraiment au courant dans quelle merde il s'était mit tout seul. C'était involontaire, et il n'avait absolument jamais eu comme echos la présence d'Olivia sur cette terre. Jamais, sa meilleure amie ne lui avait fais part de cette nouvelle, et peut-être que si cela avait été le cas, il se serait comporté différemment. Los Angeles étant une grande ville, il y avait peu de chance pour qu'il la croise, mais peut-être cela lui aurait mit la puce à l'oreille. En attendant, il n'était pas au courant de l'existence de cette jeune femme, qui ressemble comme à deux gouttes d'eau à Cassandre. A vrai dire, il ne serait pas prêt à lui pardonner aussi facilement cette cachoterie. Ils n'ont jamais eu de secret l'un pour l'autre, enfin ça c'est qu'il pensait. Mason et Cassandre ont toujours formés qu'un depuis qu'ils se connaissent, il y a peut-être une quinzaine d'années, voir une vingtaine. C'était elle et lui contre le monde entier, et c'est vrai qu'il vit assez mal le fait qu'elle se soit mariée à un autre que lui. En réalité, il ne pourrait jamais le supporter. Jamais l'accepter. « J’en suis même persuadée est-ce que c’est plus clair comme ça ? » Elle était bien décidée à se débarasser de lui. Elle était bien décidée à le quitter si rapidement qu'il ne pourrait même pas lui confier vraiment ce qu'il avait sur le coeur. Il avait le droit à la parole, il avait tellement besoin de lui confier ce qu'il avait sur le coeur. « Que je sache c’est bel et toi qui est venu m’accoster toi qui m’a hurler dessus je ne t’ai rien demandé si ce n’est de me laisser tranquille » Il hôcha la tête, il se doutait bien du réel problème. Sa jalousie et sa possessivité aura eu raison de son amitié avec elle. Il a un ego bien trop grand pour avoir la prétention de vouloir l'aimer comme il le devrait. Mais même si il la repousse le plus souvent, au fond de lui, il est éperdument amoureux d'elle. « Tu sais bien que ce n'est pas aussi simple que ça, on se connait par coeur non ? » Ajouta t'il, doucement en sa direction, comme pour tenter d'apaiser les choses. Mais malgré lui, il venait de réveiller la bête en elle. « Je ne vois vraiment pas ce que tu cherches à faire à te comporter ainsi ou encore moins où ça va menait si ce n’est à mon avis nulle part, » toujours au travers de son chemin, il ne comptait pas la laisser partir sans lui dire le réel problème, sans lui confier ouvertement son coeur, comme jamais il n'avait su le faire à quiconque. Mais Cassandre n'est pas n'importe qui pour lui, et ça elle devrait le savoir, le ressentir dans son regard. « Mais qu’est-ce que tu veux bon sang ?! » Lui hurla t'elle dessus, ce qui en première intention ne lui plaisait guère et il s'était rué dans un silence inaudible. Puis après plusieurs secondes, et à force de la fixer dans les yeux, il tenta une première explication. Il s'énervait à son tour comme si elle faisait semblant de ne pas comprendre. « Ce que je veux ? Putain, mais je t'aime, tu es la seule à ne pas le voir malgré notre baiser à mon appartement ou quoi ? » Sans même attendre de protestation, sans même attendre de réponse de sa part, il venait de poser ses lèvres sur celle de la jeune femme, prenant un réel plaisir à l'embrasser. Il n'y avait qu'elle qui lui faisait ressentir de tel sentiment, qu'elle depuis qu'ils sont adolescents. Elle fait battre son coeur depuis tant d'années, et jamais il n'avait voulu lui montrer un signe quelconque d'attirance. Il avait laissé son frère lui piquer sa place, mais leur éloignement aura eu raison de lui, car même son départ pour Londres n'a su jouer sur ses sentiments pour elle. Il ne pouvait pas expliquer cet amour, et encore moins son geste. Surtout qu'il ne s'adressait pas à la bonne personne. Il l'avait embrassé aussi pour ne pas entendre son refus ou son entêtement à ne pas vouloir voir qu'elle est faite que pour lui. Sans attendre, la jeune femme le gifla d'une violence à laquelle il n'était pas habitué. Surpris, il caressa sa joue, à l'endroit exact où la jeune Odair l'avait giflé. Il la fusilla du regard, mais cela aura au moins eu le privilège de le faire reculer d'un pas en arrière. Il avait du mal à la comprendre, du mal à savoir exactement ce qu'elle voulait. « Non mais qu’est-ce qui va pas chez toi tu peux me le dire ?! » Elle lui hurlait dessus, alors que tout ça paraissait être bien loin de lui. Il lui aura fallu plusieurs secondes pour réaliser son geste, et surtout reprendre ses esprits. Il devenait froid, et très menaçant dans ses paroles, trop pour paraître un amoureux transit. « Ne recommence jamais ce petit numéro » dit-il en la tenant fermement, pris dans un élan d'ego qu'il n'arrivait même pas à contrôler lui-même. Il était peut-être insistant, trop insistant même, mais il avait apprit à ses dépends à l'être avec elle pour obtenir ce qu'il voulait. Et il n'acceptait pas qu'on vienne lui donner une leçon de morale, pas elle. « De quel droit tu t’es permis de faire ça ? » La jeune femme semblait en colère, vexait comme si ce baiser ne lui avait pas plu. Il plongea son regard noisette dans celui de son interlocutrice pour tenter de savoir ce qui pouvait bien se passer dans sa tête. Il ne la comprenait définitivement pas. Il venait de lui faire part de ses sentiments, comme jamais auparavant il l'avait fais, et vous pouvez le croire : ce serait la dernière ! «  Ce n'est pas ce que tu disais il y a quelques jours... » Tentant-il, dans l'humour mais il semblait plus agacé qu'autre chose, « en réalité, ça me fait pas rire, Cassandre... » Son regard brun se posa délicieusement sur la jeune femme qui lui faisait face. Sans savoir démêler le vrai du faux, il allait sans doute réveiller un tsunami dans les prochaines secondes, tandis qu'il observa silencieusement celle qui pense être son amie...
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 09/08/2016
›› Love letters written : 243
›› It's crazy, I look like : sophia mygoddess bush
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: (olivia) “difficile de jouer sur le double sens quand les mots ne possèdent plus aucun sens.” Jeu 23 Fév - 3:27

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
don't pretend you know me when you have no idea with who you talk

( when the past is coming back with another face )
mason dunham and olivia odair ※
How many people can you claim truly care about you ? I mean, not just the people in your life who are fun to hang out with, not just the people who you love and trust. But people who feel good when you are happy and successful, feel bad when you are hurt or going through a hard time, people who would walk away from their lives for a little while to help you with yours?


Tout était beaucoup trop confus dans la tête de Olivia. Dès l’instant où il lui avait parlé, il avait réussi à brouiller son esprit, elle ignorait totalement tout ce qui se passait. Perdue, désorientée les mots étaient faibles en comparaisons de tout ce qu’elle ressentait. Il ne cessait de lui parler comme s’il la connaissait depuis toujours sauf qu’elle était persuadé que son visage ne lui disait rien. Elle avait beau tenté de le résonner, Olivia commençait à perdre patiente et elle était tout sauf une jeune femme qui avait un don pour cela bien au contraire, elle était souvent une vraie pile électrique à aimer avoir les réponses rapidement comme à cet instant où tout ce qu’elle voulait c’était mettre un nom à ce visage avant de finir par hurler plus qu’elle ne le faisait déjà. Manque de chance pour elle, il semblait aussi têtu que pouvait l’être Olivia. Elle passa d’un geste sa main dans ses cheveux tentant de reprendre son calme et d’essayer de faire le vide dans sa tête relevant la tête vers le visage de son interlocuteur qui ne semblait pas bouger d’un pouce, pire encore il n’arrêtait pas de la fixer assez pour la gêner et l’irrité au plus au point. Depuis toute petite et depuis ses années au foyer, elle ne supportait pas qu’on la fixe aussi longtemps qu’il le faisait, elle n’aimait pas cela lui rappelait beaucoup trop de choses douloureuse à laquelle elle ne voulait en aucun se souvenir. Elle avait inspiré profondément, il semblait savoir des choses sur elle qui lui faisait dire certainement qu’elle le connaissait. Avait-elle autant bu que ça pour en perdre la mémoire et ne pas se souvenir de lui ? Elle commençait presque à se poser la question. Elle avait tenté de lui expliquer comme elle le pouvait qu’elle n’était pas intéressée par lui que tout ce qu’elle voulait c’était qu’il la laisse passé, mais clairement Olivia se rendait compte qu’elle parlait à un mur. « Tu sais bien que ce n'est pas aussi simple que ça, on se connait par cœur non ? » Olivia le fixa haussant les sourcils avant de se rendre compte qu’il avait cet air sincère. Il semblait convaincu par ses propos. Olivia secoua la tête se demandant si elle ne se trouvait pas dans la quatrième dimension tellement tout ça en été ahurissant. « Tu me connais par cœur c’est ça ? Non mais dites mois que je rêve » Olivia s’était mordit sa lèvre inférieure avant de marcher quelques pas avant de s’arrêter face à lui qui la fixait sans dire quoique ce soit. « Tu ne me connais tu as compris ? Tu ne sais pas qui je suis alors arrête de penser pour je ne sais quelle raison que tu me connais par cœur, parce que crois-moi ça c’est impossible » et elle n’avait pas de doute là dessus autant qu’elle commençait à être certaine qu’elle ne l’avait jamais vu. S’il lui avait mis pendant quelques minutes le doute, ses derniers mots l’avait ramené à la réalité où elle était certaine que de toute sa vie elle n’avait jamais vu ce type. Il ne connaissait rien à sa vie, la seule personne qui pouvait se permettre de certainement lui dire cela était Anton avec qui elle avait vécu dans les foyers, plus encore quand sa sœur avait fini par l’effacer de sa vie, elle avait pu compter sur lui. Durant les années jusqu’à sa majorité, Anton avait été et était encore aujourd’hui sa famille, ce qui lui restait de plus cher dans ce monde. « Tu ne me connais pas ça je peux te l’assurer alors laisse-moi tranquille maintenant ! » elle n’en pouvait plus tout ce qu’elle voulait c’était qu’il s’écarte de son chemin et qu’elle puisse enfin rentrer chez elle et oubliez tout ce qui s’était passé, mais rien à faire il ne comprenait apparemment ce qu’elle lui disait pour qu’au final elle craque et lui demande ce qu’il voulait d’elle. Qu’est-ce qu’il attendait c’était une chose qu’elle aurait aimé savoir. « Ce que je veux ? Putain, mais je t'aime, tu es la seule à ne pas le voir malgré notre baiser à mon appartement ou quoi ? » Encore plus perdue elle avait mit un temps à comprendre tout ce qu’il venait de dire et avant même qu’elle puisse dire quoique ce soit, elle l’avait senti s’approcher de lui pour sentir ses lèvres contre les siennes. Olivia fut dans un premier temps surpris, se laissant presque faire avant de réaliser ce qui se passait et malgré qu’elle devait admettre que ce baiser n’était pas aussi désagréable qu’elle aurait pu l’imaginer elle s’était vite détaché de lui pour sans se retenir le gifler. On pouvait lire sur son visage de la colère, mais aussi combien elle pouvait être perdue. Elle avait pris quelques seconde pour elle pour se remettre les idées en place avant de le fixer voyant bien qu’il ne s’attendait pas à cette gifle. Olivia avait fini par hurler, il l’avait passé à bout, et elle s’était bel et bien demandé les raisons qui l’avait poussé à faire une chose aussi stupide. Elle avait reculé d’un pas quand celui-ci avait tenté d’avancé, un réflexe qu’elle avait toujours eu depuis toujours par la force de son père et avec tous les hommes qui tentait d’une façon ou d’une autre de s’approcher beaucoup trop près d’elle. « Ne recommence jamais ce petit numéro » Olivia n’avait guère aimé le ton employait qui l’avait ramené  à des années avant, son regard, ses paroles tout lui avait rappelé ce passé qu’elle tentait d’oublier, mais qui était toujours présent. « Et toi ne me parle plus jamais comme ça tu m’as bien compris, jamais … ! » Olivia était aussi ferme qu’il avait pu l’être. Elle ferma un instant les yeux pour tenter comme elle pouvait de reprendre ses esprits avant de finalement le regarder une nouvelle fois et lui demander les raisons qui l’avait poussé à agir ainsi. Elle avait besoin de le savoir sans qu’elle sache pourquoi, elle voulait une réponse clair et précise. «  Ce n'est pas ce que tu disais il y a quelques jours... » Olivia le regarda encore plus perdue qu’elle ne l’était. Elle était certaine qu’il la confondait avec une autre, mais c’était impossible. « Mais de quoi tu parles je comprends absolument rien là » et elle était vraiment plus sincère que jamais. « en réalité, ça me fait pas rire, Cassandre... » Olivia releva sa tête quand elle commença à réaliser tout ce qui se passait réellement encore plus quand il prononça ce prénom qu’elle avait oublié ou tenté de le faire depuis des années. Depuis que sa sœur l’avait effacé de sa vie et à voir ce type, elle avait comprit parfaitement qu’il ne devait pas savoir que Cassandre avait une sœur en l’occurrence elle. « Tu sais quoi ? Pour le coup je suis d’accord avec toi ça me fait bien rire tout ça en tout cas il vaut mieux en rire non ? » Elle ignorait son prénom ou en vérité elle ne s’en souvenait plus tout était beaucoup trop mélangé dans sa tête pour qu’elle se rappelle de quoique ce soit. Elle avait pu voir qu’elle avait eu toute son attention et qu’il semblait à son tour perdu et il y avait de quoi l’être. « Écoute… » elle mit quelques secondes à réfléchir sans même savoir ce qu’elle devait dire autant y aller direct de toute façon elle savait qu’il n’y avait pas deux poids de mesure que le dire d’un coup même s’il y avait davantage de chance qu’il la prenne pour une folle. « Tu vas trouver ça dingue, mais crois-moi tu fais erreur sur la personne, je ne suis pas Cassandre » Elle aurait souhaité plus que tout à ne pas devoir prononcer ce prénom, mais elle lui devait au moins quelques explications même si elle ne se l’avouait pas une part d’elle ne cessait de souffrir de se rendre compte à quel point elle avait toujours eu raison toute ses années. Sa sœur l’avait abandonné en refaisant sa vie sans l’inclure pas même à ce type qui semblait important à ses yeux. Malgré ce sentiment de colère et de tristesse, elle tenta de continuer à lui expliquer. « Je ne suis pas en train de jouer avec toi si c’est ce que tu crois, je m’appelle Olivia, Olivia Odair, je suis sa sœur jumelle » elle s’était arrêté un court instant voyant bien qu’il avait besoin de comprendre ce qu’elle disait. « Je sais que ça paraît complètement fou et pourtant c’est vrai, tu n’as qu’à regarder mon permis de conduire si tu veux, je ne m’appelle pas enfin je ne suis pas elle, je suis Olivia juste Olivia. » malgré que tout cette histoire aurait pu être difficile à avaler, elle espérait qu’en lui montrant son permis il la croirait, mais surtout qu’il comprendrait qu’il avait fait erreur sur la personne et que celle qu’il cherchait n’était pas là, car définitivement elle n’avait rien mise à part le physique de comparable avec sa sœur jumelle.
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 02/02/2016
›› Love letters written : 1490
›› It's crazy, I look like : jesse lee soffer, le plus beau
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: (olivia) “difficile de jouer sur le double sens quand les mots ne possèdent plus aucun sens.” Jeu 9 Mar - 12:43



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
olivia odair & mason dunham
“difficile de jouer sur le double sens quand les mots ne possèdent plus aucun sens.”
Le jeune Dunham n'est pas du genre à se confier aux autres. Encore moins concernant Cassandre Mills, celle qu'il désire depuis son adolescence. Renfermé, solitaire, orgueilleux, il n'a jamais réussi à mettre de mots sur ce qu'elle représente sincèrement pour lui. Il aurait tant souhaité n'avoir aucun sentiment pour elle, et arriver à se conduire comme un connard face à elle. A être tout simplement ce type "je m'en-foutiste" qu'il est en compagnie des autres. Mais depuis toujours Cassandre est davantage pour lui, elle n'est pas qu'une simple amie, ou qu'une vulgaire habitante de plus. Elle est spéciale à ses yeux, bien plus spéciale que toute les filles qui couchent dans son lit. Il aurait tant aimé envoyé balader cette histoire, son coup de coeur pour elle. Comme si bien Asher ou encore Ava lui disent. Aucun des deux jeunes Américains ne comprennent l'acharnement de Mason pour Cassandre. Ca en est même pas une obsession, juste une évidence. « Tu me connais par cœur c’est ça ? Non mais dites mois que je rêve » Mason la regarda de toute sa hauteur, presque dégoûté par la simple tournure que ça prenait. Pourquoi rien était aussi simple avec elle ? Pourquoi ne pouvait-elle pas mettre deux secondes sa putain de fierté de côté ? Juste une fois... « Tu ne me connais tu as compris ? Tu ne sais pas qui je suis alors arrête de penser pour je ne sais quelle raison que tu me connais par cœur, parce que crois-moi ça c’est impossible » Il s'en fichait complètement, son regard ne baissa à aucun moment, ses mains dans les poches montrait une certaine nervosité du jeune homme. Pourtant, personne ne pourrait en douter. Amer, irrité, fatigué par cette relation qui ne verra sans doute jamais le jour, il fixa la jeune femme avant de lui rétorqué, bouche crispée et visage fermé, « mais arrêtes, veux-tu ! On a grandi ensemble, toi et moi contre le monde entier tu t'en souviens pas ? » Prit dans une certitude à peine croyable, il avait don d'une fierté qu'elle ne pourrait pas comprendre. C'était ainsi entre Cassandre et lui depuis la nuit des temps, voila pourquoi ils ne se comprennent pas. Et si il doutait un seul instant qu'en face de lui, ce n'était pas Cassandre, cela pourrait susciter plus d'incompréhension qu'autre chose. «Tu ne me connais pas ça je peux te l’assurer alors laisse-moi tranquille maintenant ! » Ce baiser échanger avec son interlocutrice n'était pas pareil qu'avant. Ce n'était pas comme ceux échangés avec son amie. Il était différent, comme si ce n'était pas Cassandre en face de lui. Comme si Mason se doutait qu'il y avait eu un problème, une inversion. Aurait-il pu se tromper de personne ? Mais alors, pourquoi cette si flagrante ressemblance ? En réalité, cette pensée ne frôlait même pas sa pensée. On le prendrait pour fou sinon. Elle ressemble comme deux gouttes d'eau à son amie, alors elle ne pouvait pas être quelqu'un d'autre que mademoiselle Mills. «Et toi ne me parle plus jamais comme ça tu m’as bien compris, jamais … ! » Ce jeu sans fin, quelque part c'est lui qui l'a voulu. Il n'a jamais vu son amie se comportait de la sorte avec de simples inconnus. Chercherait-elle à se venger de ce qu'il lui fais, à chacune de ses sorties avec d'autres demoiselles qu'elle ? « Mais de quoi tu parles je comprends absolument rien là » Mason la dévisagea du regard, et une chose qui ne l'a pas échappé c'est ce changement de visage dès lors qu'il prononça le prénom "Cassandre". Mais il n'en fît pas davantage attention, pas à haute voix en tout cas. «Tu sais quoi ? Pour le coup je suis d’accord avec toi ça me fait bien rire tout ça en tout cas il vaut mieux en rire non ? » Blessé, sa moue légèrement boudeuse se fît ressortir, comme si on interdisait quelque chose à un enfant. Il croisa les bras, ne quittant pas le regard de la jeune femme en face de lui, certainement pas prêt à faire un pas en avant... « Parce que tu crois que je rigole ? » Lui répondit-il, presque tac o tac, sans prendre de pincette. Il n'était pas la pour rire, et il n'avait pas envie de supporter celle qu'il aime voir se déhancher avec des inconnus ! Très jaloux, sans doute bien trop possessif pour admettre qu'elle a ce droit. Il se bousillait de l'intérieur, en silence, trouvant le moindre prétexte pour se bagarrer avec n'importe qui, qui est trop proche d'elle aux yeux de Mason. « En tout cas, à voir comment tu t'es déhanché avec ce connard, je ne suis pas certain que mon frère accepte vraiment cela... Ton mari, quoi, tu te souviens de lui au moins ? » Cela était plus fort que lui, il sait combien parler de Nathan face à Cassandre la mettait mal à l'aise. Mais elle le coupa dans sa lancée d'ironisme, perdu dans une fierté et un ego encore trop ancré dans lui, c'est certain. « Écoute… » Elle attira son attention malgré tout, curieux de savoir quelle excuse allait-elle pouvoir lui sortir cette fois-ci, face à son mensonge. Cassandre est si détachée, et elle ne prête confiance en si peu de monde, Mason tombera de bien haut quand il découvrira que finalement leur amitié même, n'est que mensonge... « tu vas trouver ça dingue, mais crois-moi tu fais erreur sur la personne, je ne suis pas Cassandre. » Il poussa un rire froid et sec. Un rire nerveux, levant les yeux au ciel, prêt à tout entendre, sauf ça. Il s'était imaginé au pire, mais elle venait de dépasser les limites. « Je ne suis pas en train de jouer avec toi si c’est ce que tu crois, je m’appelle Olivia, Olivia Odair, je suis sa sœur jumelle » il avait voulu protester, ou dire quelque chose. Il aurait voulu émettre un son ou quelque chose du genre, mais aucun bruit ne sortit de sa bouche, comme tétanisé par ce qu'elle voulait lui faire comprendre, « je sais que ça paraît complètement fou et pourtant c’est vrai, tu n’as qu’à regarder mon permis de conduire si tu veux, je ne m’appelle pas enfin je ne suis pas elle, je suis Olivia juste Olivia. » Il plongea son regard brun dans les yeux de son interlocutrice, malgré la pièce opaque, et sombre. Comment avait-il pu en arriver la ? Comment avait-il pu être l'ami d'une personne pour qui il ne représente finalement rien ? « Sa soeur jumelle ? » Répéta-t'il, d'un ton moins sur de lui tout à coup. Il ne ressentait rien, il semblait déçu, et si il cherchait un quelconque réconfort dans les yeux de Olivia, il n'en trouva que du néant, du vide, rien d'habituel. Il ne voulait pas voir les choses en face, pourtant, son regard ,ne lui disait rien, son baiser n'avait pas été de la même intensité que celui envers Cassandre. Et il comprenait mieux pourquoi maintenant. « Olivia ?! » Il recula de quelques pas, le regard perdu et brumeux, avant de se laissé tomber de tout son corps, bien trop lourd pour lui à présent, sur la première chaise qui s'offre à lui. « Ce n'est pas possible... » Arrive t'il à dire, alors qu'il relève son regard sur Olivia un instant. Il n'avait pas besoin de preuve, tout s'éclaire à présent dans sa tête. « Pourquoi ne vous ais-je jamais rencontré auparavant ? » C'était indiscret, et puéril. Honteux, il baissa son regard aussitôt, ne s'attendant de toute façon pas à ce qu'elle lui réponde. Cela ne le regarde pas, mais il peine à comprendre ce qu'il se passe. Il peine à comprendre pourquoi lui a t'elle caché sa présence ? Il peine à comprendre vraiment toute l'histoire.
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 09/08/2016
›› Love letters written : 243
›› It's crazy, I look like : sophia mygoddess bush
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: (olivia) “difficile de jouer sur le double sens quand les mots ne possèdent plus aucun sens.” Dim 16 Avr - 2:15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
don't pretend you know me when you have no idea with who you talk

( when the past is coming back with another face )
mason dunham and olivia odair ※
How many people can you claim truly care about you ? I mean, not just the people in your life who are fun to hang out with, not just the people who you love and trust. But people who feel good when you are happy and successful, feel bad when you are hurt or going through a hard time, people who would walk away from their lives for a little while to help you with yours?


Depuis sa plus tendre enfance, Olivia avait appris à ses dépends à se méfier des gens, car elle savait de quoi été capable l’être humain, elle l’avait vu avec ses plus proches notamment son père, cet être qu’elle détestait plus que n’importe qui. Elle aurait pu penser que sa sœur aurait été la première personne qui lui serait venu en tête, mais en réalité, Cassandre avait été celle qui avait réussi surtout à la blesser, à lui faire comprendre combien elle ne pouvait s’octroyer le droit de laisser une personne s’approcher trop d’elle et surtout de son cœur au risque que celui-ci ne soit brisé. Anton avait mit longtemps d’ailleurs à avoir une place si spécial dans sa vie il connaissait tout d’elle autant il était le premier avoir vu combien voir sa sœur jumelle heureuse avec une nouvelle famille lui avait arraché le cœur en mille morceau, mais aussi combien elle avait par cette image apprit à ne plus laisser quiconque voir de trop près ses émotions. Olivia ne pleurait pas devant les gens, plus encore quand elle avait mal elle était le genre de femme à sourire. Prétexter que tout allait bien dans le meilleur des mondes sans pour autant avouer combien elle pouvait souffrir. Parce qu’elle ne voulait laisser personne lui donner ce sentiment de faiblesse qu’elle avait tant ressenti et cela durant de trop longues années d’abord par son père qu’elle maudissait pour tout le mal qu’il lui avait fait et par sa sœur qui l’avait abandonné et faillit à ses promesses passées. Sa mère n’avait pas été mieux en les laissant Cassandre et elle face à leur bourreau de peur et si Olivia avait toujours eu tendance à trop protéger les autres au final elle avait compris qu’à présent, la personne qu’elle devait protéger c’était elle au risque un jour de ne pas pouvoir se relever. Elle pouvait au yeux de certain avoir cette apparence de fille froide ou pire d’une femme au cœur de glace tellement elle accordait peu sa confiance aux gens, mais c’était à sa façon de se protéger, de ne plus laisser personnes la mettre en miette comme elle le fut si souvent et tandis qu’elle écoutant les mots qui sortaient de la bouche de ce type face à elle. Elle l’avait stoppé net quand celui-ci lui avait dit ou prétendu la connaître. Elle manqua presque de s’étouffer de rire ne comprenant pas comment il pouvait penser cela. En vérité il ne savait pas qui elle était et encore moins ce qu’elle ressentait, comment pouvait-il prétendre cela ? Olivia ne pu s’empêcher de se mettre en colère, l’agressivité de la jeune femme était sa façon de mettre une distance entre le jeune homme et elle, mais elle ne pouvait à cet instant ne cesser de penser aux choses du passé. Elle ne comprenait pas comment à la fois elle avait l’impression de voir un inconnu, mais à la fois il semblait la regarder d’un regard qui lui disait qu’il en savait plus sur elle qu’elle ne voulait le dire. Cela ne pu l’empêcher d’hausser le ton et remettre les choses en place au fait qu’il ne la connaissait pas et qu’il n’avait aucune idée de qui elle était. Olivia ne savait pas pourquoi elle restait face à lui plus encore par ses dires qui lui semblait de plus en plus tiré par les cheveux et pourtant une partie d’elle n’arrivait pas à bouger presque paralysé par les questions qui ne cessait de se répéter dans son esprit. « mais arrêtes, veux-tu ! On a grandi ensemble, toi et moi contre le monde entier tu t'en souviens pas ? » Olivia passa ses mains dans ses cheveux ce qu’il disait était insensé. Elle n’avait aucune idée de comment elle aurait pu le connaître encore moins quand sa mère était encore vie et qu’elle vivait avec ce type qui était son père ainsi que sa sœur où plus jeune Olivia ne pouvait alors que compter que sur sa sœur la seule personne qu’elle avait cru serait celle qui la connaitrait mieux que personne, mais elle s’était trompé. « T’es complètement malade mon pauvre ou alors t’as un peu trop bu si tu veux mon avis ! » d’un air sarcastiques, elle passa sa main sur son front avant de fermer les yeux durant quelques secondes pour finalement inspirer profondément une chose dont elle avait eu un besoin vital. Olivia avait été le plus calme qu’elle pouvait, un chose compliqué encore plus de tenir face à une discussion où l’un comme l’autre semblait buter dans leur propos invraisemblable. Elle avait insisté sur le fait qu’il ne la connaissait pas et si elle avait été calme face à lui elle ne le resta pas si longtemps quand celui-ci devint plus autoritaire dans ses propos des choses qu’elle ne supportait pas. Elle était libre de ses mouvements et comptait bien lui faire comprendre, même si comme à son habitude durant cette soirée qui avait pris un tournant la rendant presque folle, il avait réussi encore à l’intriguer par des sous entendus qui l’exaspérait au plus au point. La chose qu’Olivia lui demandait c’était de mettre les choses au clair ce qu’il fit quand enfin il prononça le mot, mais surtout ce prénom qu’elle n’avait plus entendu depuis presque une vingtaine d’années si ce n’est plus. Quand elle entendit ce prénom, elle cru dans un premier temps avoir rêvé, cela ne pouvait pas être possible et pourtant en y repensant à faire défiler chaque moment de cette soirée, les dires de ce type tout coïncidait. Il l’avait prise pour une autre et pas n’importe qui. Elle ne pu s’empêcher de rire, à vrai dire elle ne savait pas vraiment la réaction qu’elle devait avoir face à lui qui ne semblait pas aimé sa réaction et encore moins d’avoir cette sensation qu’elle se moquer de lui, une partie ne pouvait pas être mensongère. « Parce que tu crois que je rigole ? » Olivia tenta de reprendre ses esprits sans prendre au début la peine de répondre à ce qu’il venait de dire, elle pouvait parfaitement voir que sa réaction l’énervait, mais elle ne pouvait pas faire autrement. « Oh non j’en suis certaine que tu ne rigoles pas, c’est plutôt cette situation qui me fait rire tu vois » Olivia s’était doucement calmé reprenant le contrôle de ses émotions en laissant le silence s’installer. Elle ne pu dire quoique ce soit qu’il venait déjà de repartir sur ce qu’elle pensait être alors qu’il avait tort. Elle n’était pas la fille qu’il connaît bien au contraire. « En tout cas, à voir comment tu t'es déhanché avec ce connard, je ne suis pas certain que mon frère accepte vraiment cela... Ton mari, quoi, tu te souviens de lui au moins ? » Olivia ne pu s’empêcher de relever le regard vers lui assez surprise par ses mots ou dans sa tête ne défiler que le mot mari. Elle ne pu laisser échapper un rire étouffé tellement la situation et les révélations ne cessait de s’accroître. « Apparemment toi tu as oublier ton frère pour embrasser celle que tu penses que je suis alors oui tout ça me fait rire de te voir me faire la leçon alors que tu ne me sembles pas être mieux dans cette histoire » elle n’arrivait pas à croire que sa sœur était marié et plus encore au jeu dangereux qu’elle jouait, mais cela ne l’a regardait pas après tout elle ne la connaissait pas et n’en avait pas envie. Elle avait mis la main devant elle pour qu’il la laisse parler surtout qu’elle savait que ce qu’elle lui dirait certainement il pouvait facilement la prendre pour une folle, mais elle espérait qu’il se rende compte que tout cette situation de cette soirée semblait la plus logique. Elle avait tenté une première approche plus calme. Elle savait que si une personne entendait ce qu’elle lui dirait folle il y aurait cher à parier qu’on l’enfermerait et pourtant, tout était véridique le fait qu’elle était pas Cassandre cette femme qu’il pensait à s’adresser, elle était Olivia, Olivia Odair, une fille qui avait vécu une vie dur et qui avait au final eu de la chance d’être tombé dans une famille à son adolescence sur des gens qui avaient eu la patiente avec elle et lui donner une vie à laquelle elle pouvait sourire et chérir. Doucement, mais surement Olivia, lui avait expliqué qui elle était, lui avait montrer ses preuves qu’il avait saisi en fixant sa carte d’identité plus troublé que jamais et pour cela elle ne pouvait pas lui en vouloir. A cet instant, elle était dans le même état que lui. « Sa soeur jumelle ? » Olivia acquiesça uniquement de la tête, elle savait bien qu’il devait être en état de choc quoi de plus normal après cette révélation.  « Olivia ?! » Elle voyait bien que tout cela semblait énorme voir beaucoup à accepter. Elle l’avait regardé reculé pour au final s’asseoir. Les bras croisés, elle inspira une nouvelle fois pour marcher doucement vers lui. « C’est ça je suis Olivia » avait-elle doucement murmurer espérant qu’il se rende compte qu’elle disait la vérité. Après tout cela aurait été tordu d’inventer une histoire aussi dingue.  « Ce n'est pas possible... » Olivia fini par récupérer une chaise pas loin pour s’asseoir pas loin de lui. Elle resta silencieuse pendant quelques secondes, mordant sa lèvre inférieur sans trop savoir ce qu’elle devait dire. « Je sais que ça paraît dingue, mais je suis certaine qu’au fond en pensant à toute cette soirée cela ne l’es pas autant » sa voix était calme, plus encore quand elle pu remarquer le regard qui lui portait assez pour la déstabiliser, elle n’aimait pas qu’on la fixe ainsi, mais elle tenta de faire abstraction pour ce coup-ci. « Pourquoi ne vous ais-je jamais rencontré auparavant ? » Olivia se doutait bien qu’il aurait des tas de questions, elle ne pouvait pas lui en vouloir et encore moins quand elle entendit sa première question à laquelle elle aurait préféré évité. Elle baissa un court instant les yeux avant de quelques secondes plus tard relever son regard vers lui. « C’est compliqué enfin disons pour faire court que nos chemins se sont séparé il y a bien longtemps... » elle savait que cela ne ferait que l’intrigué et le rendre curieux encore plus, mais elle ne pouvait pas et ne voulait pas en dire plus. « ...Ca fait plus de vingt-cinq années ou dans ses alentours que Cassandre et moi et bien nous ne sommes pas revus pour le reste je crois que c’est à elle que tu dois parler pas à moi » elle ne voulait en aucun cas parler de Cassandre et encore moins repenser à ce passé beaucoup trop présent et dur pour elle. « J’imagine que tu as des questions même énormément, mais je ne pourrais pas t’aider davantage c’est à elle que tu dois parler pas à moi … » elle se rendait facilement compte combien il semblait perdu et à quel point que durant cette soirée assez bizarre elle ne savait même pas son prénom. « Je me rend compte que au final je n’ai aucune idée de comment tu t’appelles » cela semblait stupide et pourtant elle ne pouvait s’empêcher de vouloir le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
❉ i can't see you but I know you're there
avatar
i can't see you but I know you're there

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
your wildest dreams
›› Los Angeles since : 02/02/2016
›› Love letters written : 1490
›› It's crazy, I look like : jesse lee soffer, le plus beau
family don't end with blood

♡ A DROP IN THE OCEAN
›› Relationships :
MessageSujet: Re: (olivia) “difficile de jouer sur le double sens quand les mots ne possèdent plus aucun sens.” Jeu 20 Avr - 9:43



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
olivia odair & mason dunham
“difficile de jouer sur le double sens quand les mots ne possèdent plus aucun sens.”
Mason Dunham n'a jamais eu la vie difficile. Enfin, pas à proprement parler. Second d'une famille de trois enfants, ils n'ont jamais rien manqués de matériel. Tout ce qu'il désirait, il l'avait sans trop rechigné. Ca en était trop d'ailleurs, quand il voyait ses camarades dans sa classe, mais il a grandit ainsi. Ne côtoyant de toute façon que de grandes écoles, où ils se côtoyaient entre riches et enfants de bonnes familles. Que demander de plus ? Pourtant, ce monde il en était dégoûté. Et très vite il a prit Cassandre sous son aile, dès son adolescence. Elle, elle n'avait pas eu sa chance. Elle, elle était différente des autres. Et le garçon solitaire et discret sortait peu à peu de sa coquille grâce à cette fille. Il lui faisait d'une confiance aveugle, prêt au pire pour elle. C'était ainsi depuis toujours. Très vite, il s'échappait de chez lui pour passer le maximum de temps avec elle, laissant alors sa famille sans sa présence. Seule sa soeur pouvait en souffrir, les autres étaient déjà bien trop occupés pour vraiment s'en rendre compte. Tout ce qui pouvait contrarier son vieux père, Mason ne s'en privait pas ! Laissant à son frère Nathan, le choix d'être le favori, le préféré. Mason ne s'est jamais posé la question de savoir si Nathan en jouait : pour lui, ça en était une certitude ! Pour lui, Nathan est un manipulateur, qui sait parfaitement mener sa danse. Mais après, c'est ce que Mason pense, peut-être pas la simple vérité qui sait... « T’es complètement malade mon pauvre ou alors t’as un peu trop bu si tu veux mon avis ! » Clairement cette situation l'échappait. Il ne comprenait pas vraiment le comportement de la jeune femme. « Oh non j’en suis certaine que tu ne rigoles pas, c’est plutôt cette situation qui me fait rire tu vois » « Apparemment toi tu as oublier ton frère pour embrasser celle que tu penses que je suis alors oui tout ça me fait rire de te voir me faire la leçon alors que tu ne me sembles pas être mieux dans cette histoire » Le jeune Mason serra ses poings aussi fort que son corps se crispa en même temps. Son frère c'est un sujet tabou, interdit à ses yeux. Même Cassandre n'en parlait jamais avec lui, qui est pourtant l'un de ses meilleurs amis. Elle sait que depuis son enfance, ils se détestent, que Mason ne trouvera jamais la force de compatir pour lui. C'est son point sensible, il semblait mal à l'aise, pourtant il arriva à lui répondre d'un air dégoûté sur son visage, « mon frère ? La seule chose qui nous rassemble, c'est notre nom de famille, ok ?! » Mason était devenu d'une froideur et d'une noirceur qu'on verrait pratiquement jamais chez lui. Clairement, son frère est SON point sensible, il le déteste en tout point, il le hait plus que tout. Son pire ennemi, son démon, il est toujours la pour lui mettre des bâtons dans les roues, toujours la pour le remettre à sa place. Et il avait radicalement changé de visage et de timbre de voix, et même si il ne désirait pas le montrer à Olivia, il ne pouvait pas nier qu'en pensant à Nathan, il devenait le pire des frères qui puissent exister ! « C’est ça je suis Olivia. » Peu à peu, le rythme de son coeur cessa de s'emballer sans raison, il reposa son regard sur elle, après de longues secondes silencieuses, interminables. Il ne comprenait pas tout ses gens qui voulait faire de lui un frère gentil et aimable avec l'ainé de famille. Sa soeur lui suffisait ! « C’est compliqué enfin disons pour faire court que nos chemins se sont séparé il y a bien longtemps... Assis désormais sur la chaise, des questions il en avait des tas. Mais, à quoi bon lui poser, ce n'était pas à elle de le faire, alors il resta muet comme à son habitude, tout en l'écoutant attentivement, ...Ca fait plus de vingt-cinq années ou dans ses alentours que Cassandre et moi et bien nous ne sommes pas revus pour le reste je crois que c’est à elle que tu dois parler pas à moi.  » Assise désormais à côté de lui, il n'avait pas de mots pour décrire ce qu'il ressentait. Cassandre, avec qui il a tout partagé depuis ses quatorze ans, ne lui a jamais parlé de cette chose normalement si importante. Et après, elle tente d'apaiser les choses entre Mason et frère... Ca en est presque drôle. « J’imagine que tu as des questions même énormément, mais je ne pourrais pas t’aider davantage c’est à elle que tu dois parler pas à moi … » Après tout l'affrontement avec Mills sera compliqué, mais il n'avait pas le choix, au fond de lui il en avait conscience. « Je me rend compte que au final je n’ai aucune idée de comment tu t’appelles. » Avec tout ça, Mason avait complètement oublier de se présenter, et sans attendre il lui répondit, « oui excusez-moi, avec tout ça je ne me suis pas présenté, Mason Dunham, l'un de ses meilleurs amis... » Meilleur ami, vraiment ? Avec Cassandre, ils jouaient un jeu dangereux, et finalement aucun des deux n'arrivaient vraiment à l'accepter, et à le dire haut et fort. Mais c'était ainsi qu'il aimé parlé de Cassandre, sa meilleure amie. « J'aurai préféré d'autres circonstances pour une rencontre avec sa soeur jumelle... » Dit-il, d'une voix gêné, un sourire presque timide sur ses lèvres. Passant du chaud au froid, comme à son habitude. Il réalisa peu à peu l'absurdité de la chose, pourtant, il savait qu'elle ne lui mentait pas. « Oui je comprend, et vous avez raison. Ca ne me regarde pas, et surtout c'est à elle de m'en parler... » Toute façon que pouvait-il dire d'autre ? Elle avait raison c'est à Cassandre de dire la vérité, pas à sa jumelle de se confier au meilleur ami de celle-ci. Mason est pourtant le principal concerné pour savoir que Cassandre n'avouera jamais la vérité. Et qu'elle mentira, encore une fois. Il détourna son regard de celui d'Olivia. Il se sentait bête, et complètement con à l'heure actuelle.
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas

(olivia) “difficile de jouer sur le double sens quand les mots ne possèdent plus aucun sens.”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Airport area :: karma lounge
-