Partagez
Aller en bas

trileb ☾ a hard night


Anonymous
Invité
Invité


trileb ☾ a hard night Empty
MessageSujet: trileb ☾ a hard night trileb ☾ a hard night EmptyDim 25 Aoû - 20:43


( A HARD NIGHT )
w/ @Trina Taylor


Une énième soirée où Caleb était convié. Tout le monde disait ne pas apprécier sa présence mais tout le monde l’invitait aux soirées huppées de Los Angeles. Il n’avait pas dit non, évidemment que non. Connaissant l’organisateur, il s’attendait à une soirée correcte. Ce qui était le cas. Comme bien souvent dans ce genre de soirées, l’acteur était proche du bar. Il buvait, modérément, mais il buvait. Il était probablement déjà passé à son troisième verre de vin rouge. Cette soirée n’était pas des plus palpitantes mais elle avait le mérite d’avoir de bonnes boissons. Le point le plus important pour l’homme. Au bout d’un moment, en remarquant le regard un peu lourd de la barmaid, il fait semblant de regarder sa montre. Il n’était que vingt-deux heures mais il en avait déjà marre d’être là. Sans oublier cette demoiselle qui ne devait même pas avoir la majorité qui le regardait avec insistance, tellement qu’il ne savait plus où se mettre et pour autant, ce n’était jamais réellement un problème pour Caleb. Il remettait sa veste noire sur le dos pour quitter le lieu mais avant qu’il ne puisse le faire, une vague connaissance, un acteur déchu avec qui il a partagé l’écran dans un film ayant un petit succès. Un film dans lequel, sans réellement le vouloir, Caleb l’a évincé alors qu’il tenait le rôle principal. Ce n’est pas surprenant de savoir que depuis, il n’a que du mépris pour Caleb qui était au summum de sa carrière. En le voyant se mettre devant lui pour lui empêcher la sortie de l’établissement, le blond souffle son mécontentement. On lui donnait l’image d’un causeur de problèmes mais on le cherchait. Il essayait de rester calme. Un scandale de plus et c’est la fin, James. C’est ce que son agent lui avait dit. Il le croyait, contrairement aux autres, il arrivait à être convaincant. « J’aimerais passer, merci. » Ce jeu de regards hautains, ça ne l’amusait pas. Visiblement, à par une remarque déplacée quant à son caractère, l’acteur n’avait rien trouvé d’autre. Il était hors-de-question pour Caleb qu’il rebondisse dessus. Ça ne ferait rien que lui attirer des ennuis et une mauvaise presse demain au réveil. Il marche droit devant lui, ignorant les regards curieux et avides de ragots en tout genre pour quitter le lieu de la fête, saluant de loin ceux l’ayant invité. « La frangine James est plus chaleureuse que ça, les gars. » Avait-il dit suffisamment fort pour que Caleb réussisse à l’entendre malgré la musique. Il n’en faut pas plus pour déclencher la colère de Caleb. Sa petite-sœur, chasse gardée, surprotégée contre ce genre d’abrutis. Là, il n’en avait plus rien à faire des remontrances de son agent. La colère avait pris le dessus. Il n’avait même pas essayé de garder son calme. C’était peine perdue. Il retourne sur ses pas. Une fois en face de son ancien partenaire de cinéma, son poing fini sur sa mâchoire. Encore une fois, tous les regards sont posés sur eux. Le principal intéressé n’avait même pas le temps de s’en remettre que Caleb surenchérit son coup en le poussant violemment par terre. « C’est bon, c’est bon, King Kong, je m’en vais. » Devance Caleb en voyant l’homme musclé habillé tout en noir s’approcher de lui, l’air dur. En entendant les paroles de l’acteur, il revient sur ses pas. C’était sans compter sur cet ancien collègue vindicatif qui n’avait pas dit son dernier mot. Sans que Caleb ne s’en rende compte, il le pousse contre une de ces hautes tables au centre. Le blond arrive à se rattraper mais ce n’était pas sans séquelle, il sent une petite douleur en haut de sa joue droite. Il tâte l’endroit où il ressent cette douleur, il remarque du sang sur ses doigts. Décidément, il ne comprenait pas… Il était parti pour lui en refoutre une mais les gardes du corps ont pris la situation en main. C’est retenu par deux de ces personnes qu’il sort de force à cette fête. Comme bien souvent, d’ailleurs. « Attendez, c’est lui qui me cherche et c’est moi que vous virez ? C’est vraiment du foutage de gueule ! » Une fois amené à l’extérieur, il est assommé par les flashs des paparazzis et le bruit sourd de leurs appareils prenant des clichés de l’homme dans cet état si pitoyable. Il n’avait pas fière allure comme ça. Sans rien dire, sans broncher, sans répondre à la moindre question d’un de ces parasites, il marche rapidement jusqu’à son véhicule. Sa joue ensanglantée allait, à tous les coups, faire parler de lui dans les magazines demain… Evidemment ! Comme s’il avait besoin de ça. En à peine deux minutes, il rejoint sa voiture. Il s’y enferme. Dans le parking, il est tranquille. Aucun paparazzi n’est autorisé à rentrer. Il regarde son reflet sur le rétroviseur intérieur. Une catastrophe… Il allait se faire engueuler de tous les côtés avec une telle dégaine. Il faut dire qu’il a eu, certes, de la chance de s’être rattrapé sur cette table mais que le bord de cette dernière, il n'a pas pu l'éviter, malgré tout. « Putain. » Du bout de ses doigts, il essaye de se retirer le surplus de sang. Une catastrophe. Sans oublier la douleur qu’il ressent sur tout le côté droit de son visage. Il entend alors quelqu’un toquer à la vitre de sa portière du côté passager. Il reconnaîtrait entre mille le beau visage de Trina. Il déverrouille la porte pour qu’elle puisse rentrer dans la voiture. « Sur une échelle de un à dix, d’après toi, je suis dans la merde à quel point pour demain ? » Il ironisait la situation, comme il le faisait si souvent mais le cœur n’était pas tellement à la rigolade. Il n’arrivait même pas à faire ce sourire arrogant, sûr de lui. Non, pour le moment, il se préparait mentalement à la disparition de sa dignité. Un désastre sans nom, cette soirée…
Revenir en haut Aller en bas

Trina Taylor
Trina Taylor
( home is where the heart is )

trileb ☾ a hard night Tumblr_inline_o2ujfndQl21rifr4k_500
( Ne revivez le passé que s’il vous sert à construire le futur. )trileb ☾ a hard night PLjgSzJ
Au fur et à mesure que grandissent les filles, elles se font enseigner un tas de choses. Si un garçon vous donne un coup de poing c’est qu’il vous aime, n’essayez jamais de vous coupez vous même votre propre frange, un jour vous rencontrerez un gars merveilleux et vous vivrez alors votre propre conte de fée.
Tous les films que nous voyons, toutes les histoires qu’on nous raconte nous implorent d’attendre que ça nous arrive. Le coup de théâtre du 3e acte…la déclaration d’amour inattendu… l’exception qui confirme la règle. Mais nous sommes parfois si pressées de vivre notre conte de fée que nous n’apprenons pas à interpréter les signes. Comment faire la différence entre ceux qui sont intéressés par nous et ceux qui ne le sont pas ? Ceux qui resteront avec nous et ceux qui ne resteront pas ? Il se peut que parfois le gars merveilleux ne fasse pas partie du conte de fée, il se peut que ce soit… vous… toute seule… qui vous reconstruisiez et vous repartirez à zéro, vous vous rendrez ainsi disponible pour un meilleur avenir. Peut-être que le conte de fée c’est tout simplement… tourner la page… Ou peut-être que le conte de fée c’est le fait que en dépit de tous les appels retournés, les cœurs brisés… en dépit de toutes les gaffes et les signes mal interprétés… en dépit de tous les chagrins et les humiliations… vous n’ayez jamais, jamais perdu espoir.
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Pseudo : Heartkiller - Charlène
›› It's crazy, I look like : Blake Lively
›› Credit made by : bigbadwolf + tumblr + Bobby.
›› I have a doppelgänger with : Makeyla Pine (Emma Stone) + Andy Rosenbach (Alexandra Daddario) + Romy James (Emmy Rossum) + Harper Solano (kaya scodelario) + Tessa Carmichael (margot robbie) + Hannah Walsh (Keira Knightley) + Brie Larson (Dinah Brown) + Imbar Lavi (emily santiago)
›› Availability : 3/3, si besoin, je suis toujours là, un petit mp et on y va !!!
›› Love letters written : 400
›› Damn ! I'm old, I'm : Trente et un an et quelques mois, bon d'accord presque trente-deux. Mais déjà c'est pas très gentil de demander son âge à une femme et en plus ça ne veut plus rien dire aujourd'hui...
›› Sexual orientation : Hétérosexuelle, je ne suis pas vraiment une femme à femmes. J'ai déjà tellement de mal avec les hommes, je n'arrive pas à les comprendre ou peut-être que c'est moi qui est trop compliquée ? Peu importe, on ne va pas se rajouter des complications en plus.
›› Occupation : Actrice, d'abord dans des séries plus ou moins connues, qui ont eu leurs petits succès et maintenant pour le cinéma où là on peut vraiment dire que la notoriété est réellement au rendez-vous.
›› for better or for worse ♡ : Malheureusement célibataire, l'amour a dû mal à arriver, le fait d'être connue n'aide surement pas ou peut-être le fait que je n'ouvre pas mon coeur aux hommes, que je reste bloquée sur le passé, que je n'ose pas briser cette carapace qui m'empêche d'avancer et de laisser un peu d'espoir entrer dans ma vie !!
trileb ☾ a hard night Ns6LYWhS_o
I guess it's true i'm not good at a one night stand but i still need love 'cause i'm just a girl these nights never seem to go to plan i don't want you to leave me, will you hold my hand ? Oh won't you stay with me 'cause you're all I need this ain't love it's clear to see but darling stay with me. Why am I so emotional no it's not a good look, gain some self control deep down I know this never works but you could lay with me so it doesn't hurt.
›› We're having a baby : Nop, nop, nop. Je ne suis pas prête à avoir un enfant et avec qui ? De toute façon mon emploi du temps ne me le permet pas, je ne pourrais pas m'occuper d'un enfant, je n'arrive déjà pas à m'occuper de moi.
›› We are made of stars : trileb ☾ a hard night Tenor
Mon boulot que je ne changerais pour rien au monde + les tartes de maman, il n'y a qu'elle qui arrive à me faire succomber; aux desserts + Travailler avec Christopher, même si ce n'est pas facile à chaque fois et qu'au début ce n'était pas franchement ça, j'aime bosser avec lui; je ne lui dirais jamais, mais il me rend meilleure dans mon jeu d'actrice+ les latte du starbuck ou du petit café en bas de chez moi, il n'y a que là que j’achète ma petite drogue à base de caféine + Les vieux films en noir et blanc, ceux que je dois être la seule au monde à regarder + l'amour sous toutes ces formes, même si ça n'est pas flagrant, j'aime l'amour, j'aime aimer + faire des photos, de tout et de rien, juste immortaliser le moment + être à New-York l'hiver, pour la neige qu'on a pas ici à Los Angeles. + Ce petit restaurant français pas loin de chez moi, il fait des repas incroyables. + ma cousine qui est sans aucun doute la personne à qui je fais le plus confiance. + courir sur le sable frais, le matin

trileb ☾ a hard night Empty
MessageSujet: Re: trileb ☾ a hard night trileb ☾ a hard night EmptyLun 26 Aoû - 20:43




ça devait fait quelque chose comme une demie heure que je parlais à une femme que je connaissais vite fait, je l'avais déjà vu bien sûr, mais rien de bien fou, elle écrivait des scénarios et depuis des années elle tentait de m'en refiler un, en espérant sans doute que je tombe sous le charme, mais jusque là, rien ne m'avait tapé dans l'oeil et je ne savais pas comment lui dire, je n'arrivais pas à me résoudre de devoir lui briser le coeur, elle pourrait avoir un avenir dans ce domaine, mais il fallait tout reprendre depuis le début, il y avait trop d'incohérence, trop de choses qui n'allait pas et je n'arrivais pas à lui dire, peut-être que je devrais penser à envoyer Abby pour qu'elle s'en charge, c'était son boulot, non ? J'écoutais la jeune femme parler encore et encore lorsque des éclats de voix me firent tourner la tête, cette soirée était mortelle, mais de là à tout péter, il ne fallait pas abuser. Instinctivement et sans vraiment savoir pourquoi je m'approchais de la dispute et soupirais en voyant Caleb se prendre la tête avec un mec que je connaissais sans le connaitre, je savais qu'il était acteur, mais je m'intéressais tellement peu à tout ça, que j'aurais été incapable de dire comment il s'appelait. Mais ça n'avait pas d'importance, tout parti en vrille assez vite, je ne savais pas vraiment ce qu'ils s'étaient dit, mais de toute évidence ça avait mit Caleb dans un état de rage sans nom, ça devait donc le toucher personnellement. Une bagarre éclata et dans un instinct de survie je préférais rester en retrait, un mauvais coup pouvait partir si vite. Bien évidemment un vigile s'interposa stoppant tout et il fallait avouer que l'adversaire de Caleb n'avait pas bonne mine, je ne pus m'empêcher de sourire, c'était stupide de sourire dans ce genre de condition, surtout que je ne savais pas qui avait commencé, qui avait raison, qui avait tort, mais ça m'avait simplement fait sourire, le temps de sortir de mes réflexions je regardais à nouveau en direction de la bagarre, mais plus rien. Je regardais l'homme retourner vers sa petite troupe et cherchais Caleb du regard, il n'était plus dans mon champs de vision et je pensais sans doute à raison qu'on venait de le sortir sans ménagement de cette soirée. Je sortais par une petite porte et me dirigeait vers le parking, je n'avais clairement pas envie de me retrouver face aux photographes juste après la sortie très remarquée du beau blond. D'un pas décidé je me dirigeais jusqu'à ma voiture lorsque je vis celle de Caleb un peu plus loin, ni une ni deux, je m'approchais et toquais à la vitre, attendant qu'il m'ouvre pour venir m'installer à ses côtés. « Tu te sens comment ? » Je savais parfaitement que cette question était stupide, mais c'était plus par politesse qu'autre chose, j'avoue que je ne savais pas trop quoi lui dire, comment lui dire. Il devait avoir les nerfs, être sans doute sur le point d'exploser et je ne pouvais pas vraiment lui en vouloir, mais en même temps je ne savais pas trop pourquoi j'étais venue le voir, nous n'étions pas amis, mais j'avais senti le besoin d'aller le voir, de simplement savoir comment il allait. Je me tournais doucement vers lui et attrapais son menton pour voir les dégâts sur son visage avant de souffler doucement. Je caressais doucement sa joue avec mon pouce, tout en essayant de dégager le sang qui avait commencé à sécher. Je haussais les épaules ne sachant trop quoi répondre, pour l'instant ce n'était pas très beau, heureusement rien de bien profond, il n'avait pas besoin d'aller à l'hôpital, mais il fallait tout de même nettoyer tout ça et surtout, il aurait surement un beau bleu demain. « Jessy va te faire des miracles, t'inquiète pas, elle a un fond de teint incroyable. » J'en savais quelque chose, la jeune femme l'avait déjà utilisé sur moi et pour le coup, il était incroyable, il cachait la moindre trace. C'était une bonne chose dans le sens où ça nous éviterait un retard de tournage et tout ce genre de soucis, qui clairement nous mettrait le réalisateur à dos. Je lâchais son menton et posait ma tête contre le siège et regardait devant moi. « On rentre chez toi, je vais te nettoyer tout ça. Et tu vas m'expliquer ce qui t'es passé par la tête. » Je ne savais pas vraiment pourquoi j'avais dit ça, mais je le voyais mal se débrouiller seul et j'étais surement la seule personne à cette soirée qui s'était intéressé à son cas, je n'allais pas maintenant que j'étais là, rebrousser chemin et le laisser seul.

Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité


trileb ☾ a hard night Empty
MessageSujet: Re: trileb ☾ a hard night trileb ☾ a hard night EmptyMar 27 Aoû - 22:03


( A HARD NIGHT )
w/ @Trina Taylor


Il s’attendait à une meilleure soirée, ça, c’est sûr et certain. Caleb, il recommençait à se remettre en question avec ce nouvel agent qui s’en fichait pas mal de la réputation ou même d’un éventuel renvoi. Il lui avait très clairement dit que les choses pourraient, éventuellement, mal terminées s’il n’arrêtait de réagir aussi impulsivement, que sa mauvaise réputation allait prendre le dessus sur son talent qui est, malgré tout, indéniable. Ainsi que sa belle gueule qui l’avait sortie, de nombreuses fois, de sacrés pétrins dans lesquels il s’était fourré tout seul comme un grand. Cette soirée et cette incident qui, à tous les coups, faire les unes de tous les magazines people au petit matin, n’allait pas l’aider. Il sentait son téléphone portable vibrer à travers sa veste. Sans doute ce pauvre agent qui savait d’ores et déjà ce qui s’était passé. Caleb n’osait même pas jeter un regard. Au nombre de vibrations qu’il sentait, il devait très certainement se faire engueuler, encore un discours moralisateur sur son caractère bagarreur et son impulsivité, sans doute. Il n’en avait jamais assez, faut-il croire. La preuve, il n’avait toujours pas compris. La douleur qu’il ressent sur sa joue et sur son poing en est la preuve même. « Aussi bien que Bambi quand sa mère s’est fait tirer dessus. » Il préférait répliquer par l’humour, prendre les choses à la légère. Du Caleb James tout craché ! Prendre les événements au sérieux le ferait descendre de son petit nuage d’égoïsme et de confort qu’il s’est forgé au fur et à mesure. Il plante son regard sur le dos visage de Trina faiblement éclairé par la lumière de la voiture. Serait-ce un soupçon d’inquiétude qu’il a, pendant une fraction de secondes, aperçu ? Il aimait croire que c’était le cas. Un petit sourire en coin s’affiche sur sa belle gueule meurtrit par cet ancien acteur envieux quand elle lui adresse quelques douces caresses sur la joue. C’était une petite attention des plus futiles, en soit, mais venant de la jolie blonde, cette attention soudaine était très appréciable. « Tu as l’air de t’y connaître… » Ce n’était son genre d’être suspicieux mais avec son passif, son métier et les personnes qu’il a pu côtoyer dans sa vie, une personne ayant souffert auparavant, il le remarquait presque automatique. Trina n’avait pas fait exception à la règle. Il l’a tout de suite remarqué. Bien sûr, il n’avait rien dit, déjà qu’ils n’étaient pas amis, se permettre de parler de son éventuel souffrance n’aurait pas été le bienvenu. Mais il ne pouvait s’empêcher d’y voir un rapport. Ce n’est pas quelqu’un de stupide ou même volontairement naïf. Mais il n’est pas non plus intrusif, de ce fait, il ne relèvera pas plus que ça les dires de la jeune femme. Peut-être à une autre occasion, quand ils seront plus proches, si, toutefois, un jour, ils réussissent à atteindre le stade de l’amitié. « Tu es sûre de vouloir aller chez moi ? Tu sais ce qui arrive aux femmes qui vont chez moi, pourtant, non ? » Il faisait son petit sourire arrogant, un poil dragueur. Il se permettait ce genre de familiarités avec Trina maintenant qu’ils avaient le stade où ils pouvaient se taquiner, gentiment. Et puis, il n’y a pas à dire, il adore la taquiner sur un tout petit truc qu’elle disait. C’était devenu une sorte de passion. Il démarre la voiture en souriant une dernière fois à la blonde. Qu’elle soit aussi confiante quant au fait d’aller chez lui, ça sonnait pratiquement impossible. C’était une surprise. D’autant plus qu’elle était sûre de son choix. C’est ainsi que Caleb quitte le parking pour se mettre sur la route en direction de son appartement. « Qui l’aurait cru ? Toi et moi, dans une voiture, pour aller chez moi. Le plus magique dans tout ça c’est que je ne sois pas dans le coffre, en train d’agoniser et que tu m’emmènes dans mon appart’ pour cacher le corps. » C’est sur ses bonnes paroles qu’il se stationne dans sa place attribuée. « Enfin à la maison ! » Exclame-t-il avant de sortir du véhicule et de s’empresser d’ouvrir la portière à la jeune femme. Un des rares actes de politesse que lui a appris son père. Il le voyait très souvent agir de la sorte avec sa mère. A force, il a fini par prendre exemple sur lui. C’était bien la seule chose qu’il avait empreinte à son paternel des plus médiocres, du moins, il l’avait été avec lui. Ils rentrent dans l’immense bâtiment, un de ces grands buildings qui habitaient la ville de Los Angeles. « Tu préfères l’ascenseur ou tu veux monter cinq étages ? » Propose-t-il en faisant un clin d’œil. Il se doutait de la réponse et de toutes les façons, la soirée avait été bien trop mauvaise pour qu’il se tente à ce genre de petit jeu enfantin auquel aurait, volontiers, joué en temps normal. Une fois arrivé à l’appartement, il fonce presque immédiatement dans sa cuisine. « Mets-toi à l’aise. Fais comme chez toi. » De sa cuisine, Caleb prend un sachet de surgelés pour le mettre sur son poing qui était tout simplement en feu. Il revient au salon où se trouvait encore Trina. « Il a le visage dur, ce con. Ça doit être en parti à cause du botox. Déjà qu'il est pas gâté par la nature mais maintenant avec ces injections... Une catastrophe ! » Caleb débarrasse les affaires de la jeune femme en voyant qu’elle réussissait difficilement à se mettre à son aise. Ça changeait des femmes qu’il pouvait confier qui, le temps qu’il tourne le dos trois secondes, étaient déjà complètement nues. « Bon, de quoi a besoin le Dr. Taylor pour s’occuper de mon visage parfait ? » Drôle de question sachant que chez lui, il n'avait absolument aucun médicament, aucun pansement, rien du tout ! Quand il rentrait comme ça, il se mettait de l'eau sur le visage et espérait que tout cicatrise le lendemain. Naïf ? Non, plus optimiste, à vrai dire.
Revenir en haut Aller en bas

Trina Taylor
Trina Taylor
( home is where the heart is )

trileb ☾ a hard night Tumblr_inline_o2ujfndQl21rifr4k_500
( Ne revivez le passé que s’il vous sert à construire le futur. )trileb ☾ a hard night PLjgSzJ
Au fur et à mesure que grandissent les filles, elles se font enseigner un tas de choses. Si un garçon vous donne un coup de poing c’est qu’il vous aime, n’essayez jamais de vous coupez vous même votre propre frange, un jour vous rencontrerez un gars merveilleux et vous vivrez alors votre propre conte de fée.
Tous les films que nous voyons, toutes les histoires qu’on nous raconte nous implorent d’attendre que ça nous arrive. Le coup de théâtre du 3e acte…la déclaration d’amour inattendu… l’exception qui confirme la règle. Mais nous sommes parfois si pressées de vivre notre conte de fée que nous n’apprenons pas à interpréter les signes. Comment faire la différence entre ceux qui sont intéressés par nous et ceux qui ne le sont pas ? Ceux qui resteront avec nous et ceux qui ne resteront pas ? Il se peut que parfois le gars merveilleux ne fasse pas partie du conte de fée, il se peut que ce soit… vous… toute seule… qui vous reconstruisiez et vous repartirez à zéro, vous vous rendrez ainsi disponible pour un meilleur avenir. Peut-être que le conte de fée c’est tout simplement… tourner la page… Ou peut-être que le conte de fée c’est le fait que en dépit de tous les appels retournés, les cœurs brisés… en dépit de toutes les gaffes et les signes mal interprétés… en dépit de tous les chagrins et les humiliations… vous n’ayez jamais, jamais perdu espoir.
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Pseudo : Heartkiller - Charlène
›› It's crazy, I look like : Blake Lively
›› Credit made by : bigbadwolf + tumblr + Bobby.
›› I have a doppelgänger with : Makeyla Pine (Emma Stone) + Andy Rosenbach (Alexandra Daddario) + Romy James (Emmy Rossum) + Harper Solano (kaya scodelario) + Tessa Carmichael (margot robbie) + Hannah Walsh (Keira Knightley) + Brie Larson (Dinah Brown) + Imbar Lavi (emily santiago)
›› Availability : 3/3, si besoin, je suis toujours là, un petit mp et on y va !!!
›› Love letters written : 400
›› Damn ! I'm old, I'm : Trente et un an et quelques mois, bon d'accord presque trente-deux. Mais déjà c'est pas très gentil de demander son âge à une femme et en plus ça ne veut plus rien dire aujourd'hui...
›› Sexual orientation : Hétérosexuelle, je ne suis pas vraiment une femme à femmes. J'ai déjà tellement de mal avec les hommes, je n'arrive pas à les comprendre ou peut-être que c'est moi qui est trop compliquée ? Peu importe, on ne va pas se rajouter des complications en plus.
›› Occupation : Actrice, d'abord dans des séries plus ou moins connues, qui ont eu leurs petits succès et maintenant pour le cinéma où là on peut vraiment dire que la notoriété est réellement au rendez-vous.
›› for better or for worse ♡ : Malheureusement célibataire, l'amour a dû mal à arriver, le fait d'être connue n'aide surement pas ou peut-être le fait que je n'ouvre pas mon coeur aux hommes, que je reste bloquée sur le passé, que je n'ose pas briser cette carapace qui m'empêche d'avancer et de laisser un peu d'espoir entrer dans ma vie !!
trileb ☾ a hard night Ns6LYWhS_o
I guess it's true i'm not good at a one night stand but i still need love 'cause i'm just a girl these nights never seem to go to plan i don't want you to leave me, will you hold my hand ? Oh won't you stay with me 'cause you're all I need this ain't love it's clear to see but darling stay with me. Why am I so emotional no it's not a good look, gain some self control deep down I know this never works but you could lay with me so it doesn't hurt.
›› We're having a baby : Nop, nop, nop. Je ne suis pas prête à avoir un enfant et avec qui ? De toute façon mon emploi du temps ne me le permet pas, je ne pourrais pas m'occuper d'un enfant, je n'arrive déjà pas à m'occuper de moi.
›› We are made of stars : trileb ☾ a hard night Tenor
Mon boulot que je ne changerais pour rien au monde + les tartes de maman, il n'y a qu'elle qui arrive à me faire succomber; aux desserts + Travailler avec Christopher, même si ce n'est pas facile à chaque fois et qu'au début ce n'était pas franchement ça, j'aime bosser avec lui; je ne lui dirais jamais, mais il me rend meilleure dans mon jeu d'actrice+ les latte du starbuck ou du petit café en bas de chez moi, il n'y a que là que j’achète ma petite drogue à base de caféine + Les vieux films en noir et blanc, ceux que je dois être la seule au monde à regarder + l'amour sous toutes ces formes, même si ça n'est pas flagrant, j'aime l'amour, j'aime aimer + faire des photos, de tout et de rien, juste immortaliser le moment + être à New-York l'hiver, pour la neige qu'on a pas ici à Los Angeles. + Ce petit restaurant français pas loin de chez moi, il fait des repas incroyables. + ma cousine qui est sans aucun doute la personne à qui je fais le plus confiance. + courir sur le sable frais, le matin

trileb ☾ a hard night Empty
MessageSujet: Re: trileb ☾ a hard night trileb ☾ a hard night EmptyMar 27 Aoû - 23:04




Les choses évoluaient d'une façon que je ne comprenais pas, qui me dépassait, c'était sans doute fou, mais aujourd'hui j'avais de la peine pour Caleb, le voir dans cet état, si démunie, ça me faisait vraiment mal au coeur, alors que si toute cette situation était arrivée quelques semaines plus tôt ça ne m'aurait sans doute même pas touché, certain pourrait dire que c'est ce baiser qui avait tout changé entre nous, mais non, je savais parfaitement que ce n'était pas ça, qu'il y avait quelque chose de plus profond, quelque chose qui me ressemblait plus, je ressentais de l'empathie pour lui, et franchement, ça me perturbais. Mais j'étais assez douée pour ne rien laisser paraître. Sa petite phrase sur Bambi eu le don de me faire lever les yeux au ciel, étrangement elle ne m'étonnait même pas, je commençais à le connaître et cette réplique n'était que le pâle reflet de ce qu'il était, de toute évidence, tourner les choses compliquées à la dérision était son arme de combat. « Tu n'es pas obligé de jouer la carte de l'humour avec moi Caleb, tu as le droit d'être mal, de souffrir et de l'exprimer avec de vrais mots. » Je savais parfaitement qu'il n'y arrivait pas, que ce n'était sans doute pas dans ses habitudes, mais je voulais qu'il comprenne qu'il pouvait me faire confiance, enfin, qu'il pouvait se montrer vulnérable, je n'étais pas vraiment le genre de personne à le crier sous tout les toits. Parler de moi était une chose que je ne faisais pas, du moins pas de mon passé, pas de ce passé. Ma main se crispa malgré moi sur sa joue et je fermais les yeux quelques secondes avant de hausser les épaules. « Je euh...non, enfin, tu sais, un accident ça arrive, on trébuche, on se tape contre un mur, un accident quoi... » Soufflais-je légèrement, mal à l'aise, j'étais ridicule, je savais parfaitement que mon explication était bancal, mais j'espérais qu'il se contente de ça, du moins pour l'instant. Je m'installais confortablement et attachais ma ceinture de sécurité, il manquait plus que nous aillions un accident et là, nous aurions de vrais problèmes. « Qu'est-ce qu'ils leur arrivent ? Tu les tues, les découpes et les caches dans ton congélo pour les servir à tes invités ? Je savais que tu étais un sale psychopathe de tueur en série, avec ta belle gueule, elles se font avoir comme des idiotes, je suppose que tu sors tes belles paroles et paf elles courent comme du gibier. » Soufflais-je sans le regarder. « Ce n'est pas grave, je prends le risque de toute façon, je n'ai pas grand chose à perdre. » Je lui adressais un petit sourire et envoyais un message à ma cousine pour lui indiquer où je me trouvais, juste au cas où. Et surtout pour qu'elle ne s'inquiète pas de ne pas me voir chez moi. Je laissais un petit rire s'échapper d'entre mes lèvres avant de secouer la tête.
« S'il n'y a que ça pour te faire plaisir, nous pouvons réaliser ton fantasme mon beau, mais je ne suis pas sûre de réussir à porter ton gros corps. » Je me voyais mal porter son corps imposant jusque dans le coffre, mais j'avais entendu dire que l'adrénaline pouvait nous faire faire tout un tas de choses folles. Je me voyais mal monter cinq étages avec mes talons de douze centimètres, mais je n'osais pas le dire à Caleb, du coup, lorsque je le vis se diriger vers l'ascenseur je me sentis d'un coup soulagée. Si je devais être totalement honnête, je dirais que jamais je n'aurais cru venir un jour dans cet appartement, dans l'appartement de Caleb James, après tout, rien ne nous prédestinais à nous retrouver un jour ici, ensemble. C'était assez étrange, je ne savais pas vraiment quoi faire de mon grand corps, je ne me sentais pas à l'aise et j'étais clairement en train de me demander pourquoi j'avais eu cette idée étrange. « Un ancien ami à toi ? » De toute évidence ils se connaissaient et pas de simple connaissances, Caleb ne l'aurait pas frappé gratuitement, du moins j'osais le croire. Il ne pouvait pas être aussi...Imbuvable. Depuis notre "petit moment", je tentais de le voir autrement, de ne plus me fier au jugement des autres et c'était sans doute pour cette raison, que je lui laissais aisément le bénéfice du doute. Je regardais autour de moi, cet appartement, l'endroit dans lequel vivait le grand diable blond qui me faisait face et il était d'une simplicité incroyable. Je relevais mon regard vers Caleb et lui adressais un petit sourire pincé. « Compresse, eau chaude et du désinfectant. » J'espérais simplement que le beau blond dispose de tout ça, sinon, je ne savais pas vraiment comment j'allais faire, dans le pire des cas je pourrais toujours nettoyer à l'eau et advienne que pourra, pour le reste je supposais qu'ils pourraient peut-être faire des miracles demain avant de tourner, du moins, je l'espérais fortement. Je continuais de regarder autour de moi, la décoration de son appartement était plutôt simple, il n'y avait pas de folie, seulement une photo ou deux, je m'approchais doucement des fameuses photos, dessus se trouvait Caleb avec une jeune femme, sans doute un peu plus jeune que lui, elle était resplendissente et affichait un large sourire très communicatif. Je reposais le cadre et retournais à ma place attendant patiemment que Caleb revienne avec ce qui m'aiderait à le soigner, du moins faire en sorte qu'il ait moins de traces possible. Je le vis arriver avec dans les mains des choses qui pourraient au moins faire en sorte que je sauve un peu les meubles. Je lui prenais doucement des mains et le faisais s'asseoir sur le canapé, avant de poser mes fesses sur sa table basse pour me trouver face à lui. Je plongeais mon regard dans le sien, avant d'attraper son menton et de nettoyer doucement la plaie qui avait séché et qui heureusement ne semblait pas trop profonde. J'espérais juste ne pas lui faire mal, parce que si en plus il était douillet, on n'allait pas s'en sortir. Mes genoux étaient collés au sien et nous étions bien trop proches l'un de l'autre, mais c'était nécessaire. « Bien, maintenant tu vas m'expliquer ce qui s'est passé ? » Je continuais ma tâche, d'un air très concentré pour éviter de le regarder, du moins pour éviter de me perdre dans ce regard azur qui me perturbait un peu trop depuis quelque temps.



Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité


trileb ☾ a hard night Empty
MessageSujet: Re: trileb ☾ a hard night trileb ☾ a hard night EmptyMer 28 Aoû - 2:58


( A HARD NIGHT )
w/ @Trina Taylor


Ce que lui demandait Trina était déjà bien trop pour lui… Ne pas jouer la carte de l’humour ? Cesser de prendre les choses à légère pour devoir réellement les affronter ? Non. Jamais. En tout cas, plus maintenant. Il a déjà essayé de régler de sérieux problèmes. Dont celui de ses parents et de leur fermeture d’esprit. Ça n’a pas marché. A partir de ce moment, Caleb en a appris que ça ne servait plus à rien de montrer vraiment ce qu’il ressentait. Particulièrement si c’était pour que l’on rejette comme ses paternels ont pu le faire avec lui alors qu’il était juste un gamin avec des rêves ambitieux. Rêves ambitieux qui se sont réalisés et après ça ? Même pas un coup de fil de ceux qu’il ne considérait plus que comme ses généreux géniteurs. Mise à part sa sœur et son ex-petite-amie, personne n’avait réussie à bercer la barrière qu’il s’est forgé depuis ses quinze ans. « Je pensais déjà dire de vrais mots. » Il tourne sa tête en direction de la jolie blonde, content de sa connerie. Encore une fois, il faisait du grand Caleb. Il détourne son regard pour regarder devant lui et jouer nerveusement avec ses mains. « J’ai pas l’habitude de faire ça. Je ne suis pas un grand sentimental. Garder quelque chose pour soi, c’est parfois mieux. » Et de toute évidence, elle semblait être, de son côté, une experte dans ce domaine. Son explication et sa réaction avant ça l’avaient trahie en beauté. Elle qui est une si bonne actrice. Comme quoi, même avec les meilleurs talents d’acteur au monde, les failles ne peuvent se cacher. Après tout, Caleb, lui, de son côté enfouissait tout ça avec l’humour en espérant un jour ne ressentir plus aucune peine. Il n’était certainement pas celui qui allait juger la belle. « Tu n’es pas obligé de me mentir. Tu peux être honnête avec moi, Trina. Me donner de vraies explications. » Oui, il utilisait quelque peu ses mots à elle contre elle. Ou plutôt pour elle. C’est dur à croire, surtout venant d’une personne comme Caleb mais il gardait très, très bien les secrets. Il a été obligé de garder des secrets toute son enfance et adolescence à cause de sa famille. Et puis, même si on pouvait lui coller toutes les pires étiquettes au monde, celle d’étaler sa vie à n’importe quel moment n’en faisait pas partie. Même lors des interviews, quand les journalistes posent des questions trop personnelles, il n’y répond pratiquement jamais. Il reste très en surface sur beaucoup de sujets. N’allons pas détruire cette image de bad-boy. « Tu vois ? Plus facile à dire qu’à faire. » D’autant plus que sa confiance en Caleb, bien qu’en évolution ne devait pas non plus être relativement élevée. « J’espère que le mur va bien, quand même. » Bon, maintenant, avec les vagues et brouillons explications de la blonde, il était pratiquement sûr de savoir ce qui lui été arrivé. Cependant, bien loin l’idée de s’en mêler. Il le ferait si elle venait à lui en parler. Ce qui n’était pas le cas. C’est dingue comment deux personnes peuvent se taquiner constamment mais avoir cette méfiance, ce retrait à parler de leur passif. Des passifs peu glorieux dans les deux cas, faut-il croire. « Il n’y a pas à dire, mademoiselle Taylor, tu es très maligne. Du coup, comme tu as découvert mon secret : tu préfères être marinée à quelle sauce ? Tu dois être délicieuse avec toutes, c’est certain. » Il tourne son regard pendant un quart de secondes sur la blonde en voyant une lumière surgir. Elle envoyait très certainement un message à sa cousine. « Ne dis pas ça. Je pars du principe où quand on a de la famille, on a tout à perdre. Dans ton cas, tu as, au moins, ta cousine. Elle t’adore, tu sais ? Je le sais. Tout l’amour et la loyauté qu’elle a pour toi, je le subie de plein fouet, elle me déteste. D’ailleurs, vous avez le même rentre-dedans et la même répartie sanglante. C’est un plaisir de vous emmerder. » Avoue-t-il en lâchant un petit rire. Caleb aimait bien embêter un peu tout le monde mais il prenait un réel plaisir avec les gens ayant du répondant et n’ayant pas peur de riposter et dire ce qu’ils pensent. C’est tellement rare dans cette société hypocrite que, malheureusement, les célébrités sont les premières à subir ça. Cette répartie, elle en faisait encore usage en prétextant un éventuel fantasme de Caleb, ce qui ne manque pas de le faire rire à nouveau de vive-voix. « Gros corps ? Je dirais plus ce corps musclé et parfaitement sculpté. » Eh, oui, dans toute cette histoire, il fallait bien qu’il se complimente encore un petit peu. Le temps qui séparait ses auto-compliments allait s’élargir ce qui l’aurait, probablement, mis dans un certain niveau de stress. Un stress qui était déjà présent. Il appréhendait d’ores et déjà le lendemain. Toute cette foutue histoire l’avait mis, on peut le dire, dans une sacrée merde. Une merde noire dans laquelle on allait encore plus l’enfoncer au petit matin. Il n’osait même pas jeter un coup d’œil à son portable, sachant parfaitement que son agent ne l’avait pas épargné. « Ami ? Tu déconnes ? C’est comme un frère pour moi ! » Caleb, arrête d’ironiser. Il se devait d’arrêter. Trina était peut-être la seule personne qui voulait écouter sa version des faits. Connaissant l’acteur déchu, il va tout faire pour avoir l’attention sur sa personne et écraser le blond. « C’est une histoire débile. On était dans un film ensemble. Il était le rôle principal et j’étais le second rôle masculin. J’ai eu plus de succès que lui. Tout le monde m’a remarqué grâce à ce film. Les critiques me considéraient comme la révélation de ce film tandis qu’elles disaient de lui qu’il avait un balai dans le cul. » C’était probablement la première fois qu’il racontait cette histoire à quelqu’un. Sa carrière, il évitait de trop l’étaler avec sa sœur, il avait peur de l’embêter avec ses histoires, pas franchement des plus matures et intelligentes. Là, avec Trina, il avait l’occasion d’en parler et d’être compris. Ça lui faisait du bien de se sentir compris et écouté. « J’ai de l’eau chaude, du désinfectant mais les compresses… On va les faire avec du coton. » C’était déjà presque un miracle qu’il ait du désinfectant dans son armoire à pharmacie. Grâce à sa sœur qui prévoyait toujours tout pour lui. Il vit tout seul mais il est presque incapable de s’occuper de sa personne. Les mains chargées, il revient dans le salon et pose tout ça sur la table basse. « Ouais, mon appart’ est aussi stérile qu’une femme ménopausée. La décoration, ce n’est pas vraiment mon truc. » C’est vrai qu’en entrant, on tombe sur un large espace occupé par un largue canapé gris, deux fauteuils en face d’une grande télévision qu’il allume à peine, deux, trois meubles à tout casser sur lesquels il n’y a rien mise à part trois photographies et des fausses plantes et cactus qu’il a réussi à tuer. Il ne possède que le strict minimum. « C’est plus simple pour tout nettoyer. Ça me prend cinq minutes tous les jours, même pas. » Il s’installe sur le canapé en reposant son paquet de surgelés sur sa main endolorie. Il la laisse s’occuper de lui. Elle semblait savoir ce qu’elle faisait, en tout cas, il l’espérait parce que son visage, c’était son outil de travail. Sans cette belle gueule, sa carrière est certainement finie. Comme très souvent, maintenant, aussitôt il cherche et trouve son regard, elle s’empresse de le poser ailleurs. Ce baiser et ce rapprochement amical semblait l’avoir perturbé. Tout ça avait eu le même effet sur Caleb, c’est une certitude. Inutile de l’ignorer mais contrairement à la jolie blonde, il essayait de le comprendre mais elle, elle fuyait. Peut-être est-ce plus simple, après tout ? Pourquoi tout d’un coup prenait-il cela si personnellement ? A cause du visage angélique de Trina ? Non. Il refusait de croire qu’elle pouvait avoir un tel effet sur lui. Non, il a suffisamment donné ! Hors-de-questions que ça soit. Il doit avoir une autre explication. « Il a fait une réflexion d’ordre sexuel sur ma sœur. J’ai horreur qu’on touche à ma sœur. Je la protège encore plus que l’on peut protéger cette vieille peau de Reine Elizabeth. Donc, je me suis énervé, j’ai réagi au quart de tour et maintenant, j’ai une plaie sur mon visage et j’ai mal à ma main. Bizarrement, ça me donne encore plus envie de lui casser la tronche. » Caleb détestait se sentir aussi mal. Finir dans un état aussi pitoyable n’était pas franchement flatteur pour lui que ça soit physiquement ou même moralement. Il était encore sur les nerfs quant aux dires de l’acteur sur sa petite-sœur. Rien que d’y penser, il avait envie de tout faire valser. Il prenait les choses trop à cœur quand il s’agit de sa famille. Et pour cause, Romy est sa seule famille et on se permettait de dire du mal à son sujet. Ça le rendait malade. « Tu es très concentrée… » Constate-il avec un sourire amusé. Un sourire qu’il perd en disant : « C’est pour mieux m’éviter ? » Lance-t-il du tact au tact, sans filtre, sans barrière. C'était lancé. Il s'attendait, peut-être stupidement, à une réponse honnête de sa part.
Revenir en haut Aller en bas

Trina Taylor
Trina Taylor
( home is where the heart is )

trileb ☾ a hard night Tumblr_inline_o2ujfndQl21rifr4k_500
( Ne revivez le passé que s’il vous sert à construire le futur. )trileb ☾ a hard night PLjgSzJ
Au fur et à mesure que grandissent les filles, elles se font enseigner un tas de choses. Si un garçon vous donne un coup de poing c’est qu’il vous aime, n’essayez jamais de vous coupez vous même votre propre frange, un jour vous rencontrerez un gars merveilleux et vous vivrez alors votre propre conte de fée.
Tous les films que nous voyons, toutes les histoires qu’on nous raconte nous implorent d’attendre que ça nous arrive. Le coup de théâtre du 3e acte…la déclaration d’amour inattendu… l’exception qui confirme la règle. Mais nous sommes parfois si pressées de vivre notre conte de fée que nous n’apprenons pas à interpréter les signes. Comment faire la différence entre ceux qui sont intéressés par nous et ceux qui ne le sont pas ? Ceux qui resteront avec nous et ceux qui ne resteront pas ? Il se peut que parfois le gars merveilleux ne fasse pas partie du conte de fée, il se peut que ce soit… vous… toute seule… qui vous reconstruisiez et vous repartirez à zéro, vous vous rendrez ainsi disponible pour un meilleur avenir. Peut-être que le conte de fée c’est tout simplement… tourner la page… Ou peut-être que le conte de fée c’est le fait que en dépit de tous les appels retournés, les cœurs brisés… en dépit de toutes les gaffes et les signes mal interprétés… en dépit de tous les chagrins et les humiliations… vous n’ayez jamais, jamais perdu espoir.
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Pseudo : Heartkiller - Charlène
›› It's crazy, I look like : Blake Lively
›› Credit made by : bigbadwolf + tumblr + Bobby.
›› I have a doppelgänger with : Makeyla Pine (Emma Stone) + Andy Rosenbach (Alexandra Daddario) + Romy James (Emmy Rossum) + Harper Solano (kaya scodelario) + Tessa Carmichael (margot robbie) + Hannah Walsh (Keira Knightley) + Brie Larson (Dinah Brown) + Imbar Lavi (emily santiago)
›› Availability : 3/3, si besoin, je suis toujours là, un petit mp et on y va !!!
›› Love letters written : 400
›› Damn ! I'm old, I'm : Trente et un an et quelques mois, bon d'accord presque trente-deux. Mais déjà c'est pas très gentil de demander son âge à une femme et en plus ça ne veut plus rien dire aujourd'hui...
›› Sexual orientation : Hétérosexuelle, je ne suis pas vraiment une femme à femmes. J'ai déjà tellement de mal avec les hommes, je n'arrive pas à les comprendre ou peut-être que c'est moi qui est trop compliquée ? Peu importe, on ne va pas se rajouter des complications en plus.
›› Occupation : Actrice, d'abord dans des séries plus ou moins connues, qui ont eu leurs petits succès et maintenant pour le cinéma où là on peut vraiment dire que la notoriété est réellement au rendez-vous.
›› for better or for worse ♡ : Malheureusement célibataire, l'amour a dû mal à arriver, le fait d'être connue n'aide surement pas ou peut-être le fait que je n'ouvre pas mon coeur aux hommes, que je reste bloquée sur le passé, que je n'ose pas briser cette carapace qui m'empêche d'avancer et de laisser un peu d'espoir entrer dans ma vie !!
trileb ☾ a hard night Ns6LYWhS_o
I guess it's true i'm not good at a one night stand but i still need love 'cause i'm just a girl these nights never seem to go to plan i don't want you to leave me, will you hold my hand ? Oh won't you stay with me 'cause you're all I need this ain't love it's clear to see but darling stay with me. Why am I so emotional no it's not a good look, gain some self control deep down I know this never works but you could lay with me so it doesn't hurt.
›› We're having a baby : Nop, nop, nop. Je ne suis pas prête à avoir un enfant et avec qui ? De toute façon mon emploi du temps ne me le permet pas, je ne pourrais pas m'occuper d'un enfant, je n'arrive déjà pas à m'occuper de moi.
›› We are made of stars : trileb ☾ a hard night Tenor
Mon boulot que je ne changerais pour rien au monde + les tartes de maman, il n'y a qu'elle qui arrive à me faire succomber; aux desserts + Travailler avec Christopher, même si ce n'est pas facile à chaque fois et qu'au début ce n'était pas franchement ça, j'aime bosser avec lui; je ne lui dirais jamais, mais il me rend meilleure dans mon jeu d'actrice+ les latte du starbuck ou du petit café en bas de chez moi, il n'y a que là que j’achète ma petite drogue à base de caféine + Les vieux films en noir et blanc, ceux que je dois être la seule au monde à regarder + l'amour sous toutes ces formes, même si ça n'est pas flagrant, j'aime l'amour, j'aime aimer + faire des photos, de tout et de rien, juste immortaliser le moment + être à New-York l'hiver, pour la neige qu'on a pas ici à Los Angeles. + Ce petit restaurant français pas loin de chez moi, il fait des repas incroyables. + ma cousine qui est sans aucun doute la personne à qui je fais le plus confiance. + courir sur le sable frais, le matin

trileb ☾ a hard night Empty
MessageSujet: Re: trileb ☾ a hard night trileb ☾ a hard night EmptyMer 28 Aoû - 11:37



Je lui adressais un petit sourire et haussais les épaules, des mots il en disait, ça il n'y avait pas de soucis, il savait parler, il pouvait manier les mots comme personne, mais justement, il se cachait derrière et ce n'était pas forcement une bonne chose. « Si tu penses que parler de toi et de tes émotions te rends sentimental, tu te trompes, ça te rend juste humain. » Il fallait juste apprendre à faire la part des choses et de toute évidence Caleb avait du mal. Je ne pouvais pas lui en vouloir, ça faisait un moment que je l'avais cerné et plus grand chose ne m'étonnais venant de sa part. Par contre parler de moi n'était pas une option, pas que je ne le voulais pas, mais il y avait des choses qui se devait de rester cacher, enfouis, sans jamais ressortir. Je fermais les yeux une petite seconde et adressais un léger sourire au beau blond qui se trouvait à mes côtés. « Tu n'es pas prêt pour les vraies explications. Un jour peut-être. » Je ne voulais pas le vexer, je tentais simplement de me cacher et c'était bien mieux comme ça, je ne pouvais pas être vulnérable, pas devant lui. « Ne t'inquiète pas pour le mur, il est très bien là où il est. » C'était maintenant un mur de prison, que demander de plus. Nerveusement je me mordais l'intérieur de la joue, comme pour éviter de penser à tout ça, il fallait juste que je pense à autre chose et je pouvais compter sur Caleb pour ça, un large sourire étira mes lèvres. « N'importe quelle sauce, surprends-moi. » Une fois le message envoyé à Abby, je rangeais mon téléphone dans mon sac et regardais Caleb tout en fronçant les sourcils, bien évidemment que j'avais des choses à perdre, ma famille comptait plus que tout pour moi, je n'avais pas vraiment dit ça dans ce sens là. « Abby est surprenante, c'est une mini moi, ça doit être pour ça que je l'aime autant. Mais au delà du fait que c'est ma cousine, tu as raison, c'est la personne la plus loyale au monde. » Je savais que je pourrais faire n'importe quoi, la seule personne qui ne me lâcherait jamais, c'était clairement Abby, elle serait toujours là, elle est toujours là, dans les bons comme les mauvais moments, comme je l'espère l'être pour elle. « Vu la raclée que vous vous êtes mit ce soir tu devrais plutôt dire "c'était comme un frère". » Je mimais les guillemets et le laissais continuer de me parler de cet homme dont il avait été si proche, un jour. « Je vois et je suppose qu'aujourd'hui, il n'est plus grand chose, tandis que toi...tu es toi. » Ce n'était pas une mauvaise chose, au contraire, Caleb était un grand acteur, il avait réussi et ça c'était vraiment une bonne chose. Je me fichais un peu de la déco de son appartement, certes c'était rudimentaire, mais si ça lui plaisait, alors tant mieux, je n'étais pas le genre de personne qui jugeais et encore moins pour le plaisir, ça n'avait pas vraiment d'importance à mes yeux, de toute façon c'était chez lui, il pouvait décorer comme bon lui semblait. « Tu n'as vraiment pas à te justifier sur ta décoration Caleb, c'est chez toi, tu fais ce que tu veux et attends, tu fais le ménage toi même ? Tu n'as pas de femme de ménage, wow, je suis choquée. » Je posais une main théâtrale sur mon coeur, un air faussement choqué sur le visage, je le taquinais, mais je devais avouer que je l'avais imaginé habitant une garçonnière avec femme de ménage et tout le packaging. Comme quoi, les gens pouvaient nous surprendre. Je lui adressais un petit sourire pincé, je comprenais maintenant sa réaction, cet imbécile avait touché à la seule personne qui comptait réellement pour Caleb, alors le beau blond avait réagi au quart de tour, ce n'était pas forcement malin, mais je comprenais. « Je vois, on ne touche pas à la petite soeur James. C'est noté. » Je préférais détendre un peu l'atmosphère, tout simplement parce qu'il recommençait à s'énerver et clairement ça ne servirait à rien, nous étions seuls chez lui, l'autre idiot n'était pas là, alors autant laisser la pression retomber. « Je suppose que c'est elle sur la photo avec toi ? Elle est très belle. » Ce n'était pas de la fausse sympathie, loin de là, je trouvais vraiment sa soeur magnifique, elle dégageait un truc, ils semblaient tellement différents et en même temps très complémentaires. « Il le faut, si tu veux ressembler à quelque chose demain. » Je ne pensais pas qu'il terminerais sa phrase comme ça et pourtant nous y étions, je soupirais doucement, ne sachant pas trop quoi répondre, si je l'évitais vraiment, je ne serais pas là, je n'aurais pas pris le risque de monter dans sa voiture et de le suivre jusque chez lui, là où je n'ai clairement aucun moyen de replis, je n'avais même pas ma voiture avec moi, et pourtant, j'étais là, seule avec lui, essayant tant bien que mal de le soigner, parce que j'étais la seule personne qui s'était interessé à son cas. Je relevais mon regard pour le plonger dans le sien, un léger sourire au coin des lèvres. « J'ai des raisons de t'éviter Caleb ? » Répondre à une question par une autre question, c'était sans doute la meilleure façon d'esquiver les choses, mais ce n'étais pas non plus très intelligent. Je ne le lâchais pas du regard, mon petit sourire toujours au coin des lèvres, d'un geste d'une lenteur sans nom, je déposais le coton sur la table basse et regardais plus clairement les dégâts. « Ce n'est rien de bien méchant, demain tu auras un bleue, mais ça va aller, ton visage va survivre. » Soufflais-je tout en tapotant doucement son genou. Je supposais qu'il attendait une réponse et je ne savais pas vraiment quoi lui répondre, quoi lui dire, mais pour une fois, je pouvais être honnête avec lui, si nous voulions avancer dans cette relation étrange qui maintenant nous unissait, c'était sans doute le mieux à faire. « Je ne t'évite pas, du moins, pas intentionnellement, mais je dois avouer que le fait de t'avoir embrassé m'a un peu...perturbée. » Les mots étaient dits, maintenant plus de retour en arrière. Je me redressais un peu et m'éloignais de quelques centimètres, maintenant que j'avais soigné son visage, je n'avais plus aucune raison de rester si proche de lui. « Comprends moi bien, nous sommes censé nous détester toi et moi, et là, j'en sais rien, c'est le flou dans ma tête, sauf que je m'étais promis que ça n'arriverait plus, alors oui, tu vas pouvoir te pavaner, ça va faire du bien à ton égo, mais tu m'as retourné la tête avec un simple baiser. » Je passais une main tremblante dans mes cheveux, je me sentais ridicule et stupide, parce que jusque là j'avais fait en sorte d'esquiver tout ça, de l'esquiver lui, parce que depuis le début je le savais, Caleb James était dangereux pour moi, je ne voulais pas être comme toutes ses filles qui s'étaient abandonné à lui, au delà du respect que j'avais pour ma personne, je ne pouvais pas me laisser avoir si facilement. C'était sans doute pour cette raison que je m'étais montré si hostile à son égard, ça et le fait bien entendu qu'il n'a jamais vraiment été très agréable avec moi. « Tu devrais te reposer, je vais rentrer chez moi. » Je n'avais plus vraiment de raisons de rester ici et encore moins après tout ce que je venais de lui dire.


Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité


trileb ☾ a hard night Empty
MessageSujet: Re: trileb ☾ a hard night trileb ☾ a hard night EmptyMer 28 Aoû - 18:40


( A HARD NIGHT )
w/ @Trina Taylor


Il préférait rire des dires de la jeune femme. Être humain, s’ouvrir aux autres, il en a oublié la sensation, il a oublié comment procéder. Il faut dire qu’on ne lui demande que deux choses : d’être cette belle gueule et d’être bon acteur. Ni plus, ni moins. Du coup, il s’y est accommodé avec brio. C’est ce qui lui a donné cette réputation, après tout. « Attends, tu veux qu’avec ce corps et cette gueule digne d’un dieu grec, je sois humain ? N’as-tu donc aucune considération pour ma personne ? » Il savait que ce genre de réflexions exaspérait très certainement la jolie blonde. Il la voyait déjà lever les yeux au ciel, fatiguée que Caleb ne prenne rien au sérieux. Ça a aussi tendance à épuiser sa petite-sœur mais elle a droit un traitement de faveur, contrairement à Trina qui doit le supporter comme ça constamment, sans pause. « Je ne suis pas prêt pour les explications ou tu n’es pas prête à te montrer vulnérable ? Ce sont deux choses complètement différentes. Je suis pratiquement sûr d’être prêt à entendre tes explications mais je ne veux pas te forcer. Tu dis que je ne suis pas prêt, on va dire que je ne suis pas prêt. Je suis canon, c’est déjà ça. » Il la comprenait. Se montrer vulnérable, même envers une personne que l’on aime plus que tout, c’est compliqué, gênant, parfois blessant, un vrai calvaire. Il en faut du temps à Caleb pour s’ouvrir réellement à Romy, lui dire ce qu’il a sur le cœur. Au fond, presque malheureusement pour Trina, elle et Caleb se ressemblaient sur de nombreux aspects. « N’importe quelle sauce, hein ? Je te vois bien accompagnée d’une petite sauce hollandaise. J’adore la sauce hollandaise. Le mélange entre ma sauce préférée et ma blonde préférée est, évidemment, un mélange parfait. » Déclare-t-il en lui lançant un clin d’œil, un poil arrogant. Cette discussion tournant autour d’Abigail devrait le mettre mal à l’aise, sachant qu’ils avaient eu une relation d’une nuit, que le lendemain après ça a été un vrai cauchemar et que, de toute évidence, Trina n’en savait rien. Ça se voyait qu’elle ignorait toute cette histoire, ce qui était, en soit, une assez bonne chose. Il réussissait, malgré cette situation chaotique, à être complètement serein. Il se doutait que le jour où la vérité finirait par éclater, il allait être le premier à se prendre tout dans la tronche, ce qui serait plutôt normal. Alors, il profitait de ce calme, de ce beau temps avant la tempête. D’autant plus qu’il n’avait aucune idée de combien de temps cela allait être de la sorte. Ça pouvait durer des mois et des mois ou bien quelques jours. En tout cas, ce n’est Caleb qui crachera le morceau, c’est une certitude. Il avait peur de Trina et de ce qu’elle serait capable de lui faire si elle découvrait pour cette nuit. Puis, il appréciait bien trop cette trêve entre eux pour envenimer les choses. Il l’appréciait réellement, la jolie blonde. Elle était drôle, à l’écoute, attentionnée malgré le caractère de Caleb. C’était assez rare d’avoir une telle personne dans son entourage quand on est… Caleb Michael James. « C’est exactement ça, Barbie. Il a commencé par une guerre par les réseaux sociaux, ce dont je n’étais pas au courant parce que j’évite les réseaux sociaux comme la peste. Il m’en faisait voir de toutes les couleurs, sans filtres. Aucun scrupule. Tout s’est envenimé quand il a appris que j’avais eu le rôle pour la trilogie. Il a auditionné pour le rôle. Je lui volais encore une fois la vedette. Il a pété un câble. » Il faut dire que les critiques n’avaient pas torts, il a vraiment un balai dans le cul et ne sait dégager aucune émotion. Cependant, il se gardait bien de le dire. Il pouvait faire preuve d’une extrême immaturité mais il ne voulait pas être méchant gratuitement envers quelqu’un avec qui, pendant un temps, il a été un bon ami. A croire qu’il était destiné à n’avoir aucun ami, à être seul. « J’ai déjà essayé d’engager une de ces braves femmes mais elles n’utilisent pas les produits que je veux, elles déplacent les meubles, ne les remettent pas à l’endroit exact où ils étaient, je perds mes repères, je suis en hyperventilation et je pars du mauvais pied pour commencer ou terminer la journée. Je préfère me débrouiller tout seul, du coup. On est toujours mieux servi par soi-même. C’est pas ça le dicton ? » Bon, il exagérait, comme à son habitude, dira-t-on mais Caleb était attaché à ses habitudes. Qu’on les change ? Il le supportait très difficilement. « Même pas à une mèche. Ça m’a pris un temps fou pour la considérer comme une femme. D’ailleurs, j’ai encore un peu de mal. Je la traite comme une gamine, parfois. Ça l’énerve et ça me fait marrer. » Instinctivement, quand Trina parle de la photo, il tourne sa tête en sa direction. Une des rares photos qui décore son appartement vide d’une quelconque âme. « Elle tient du frangin, qu’est-ce que tu crois ? On est des dieux et déesses dans la famille James. » Voilà que Caleb n’a pas pu s’empêcher de parler de cette tension naissante entre eux. Une tension qui n’avait rien à voir avec celle qui les unissait au début du tournage. Celle-ci était complexe, visiblement, aucun des deux n’arrivaient à mettre de nom dessus. C’était une tension particulière, encore inconnue à Caleb, lui qui pensait avoir tout vu avec la gente féminine. Il devait se préparer à avoir une exception avec la sublime blonde. Mais il fallait reconnaître ce petit quelque chose qui s’était installé entre eux. Suffisamment pour qu’il se rapproche d’elle, se permettant un sourire en voyant le sien s’étirer. « Il y en a peut-être quelques-unes, oui. Après, est-ce qu’elle te concerne, je n’en sais rien. » Il avait bien remarqué qu’elle avait esquivée la question, telle une pro. Cependant, cette esquive n’était pas méconnue de Caleb, il l’utilisait fréquemment. Souvent pour rejeter, en douceur, le sexe opposé, d’ailleurs. C’est alors que, contre toute attente, alors qu’il pensait qu’elle ne dirait rien, elle passe aux aveux, disant ce qu’elle ressent. Il a été rassuré que de constater qu’il n’est pas le seul à être chamboulé par ce baiser. Il aurait dû le prévoir, Trina Taylor aime se compliquer la vie sans le vouloir, et complique la vie des autres par la même occasion. Du moins, elle a compliquée la vie de Caleb qui n’avait pas besoin de cela. Elle parlait alors du fait qu’en apprenant ça, son égo serait revigoré, ce qui n’était pas totalement faux, en soi. Mais là, il s’en moquait pas de mal de cet égo. Là, ce qui comptait réellement était ce qu’elle lui confiait. Après tout, elle lui avait fait le même effet, qu’il veuille reconnaître ou non. Alors qu’elle commençait doucement à se rendre vers la sortie, à prendre ses affaires pour sortir de l’appartement, Caleb s’empresse de se pointer devant elle, tremblante, intercepter son départ imminent en prenant ses affaires des mains, les jetant négligemment sur le canapé. Il creuse l’écart entre eux qu’elle persistait à garder. Ne quittant pas son regard, comme hypnotisé par ce visage aux traits si parfaitement dessinés, il caresse du bout des doigts sa douce peau. Il était délicat dans ses gestes, il avait presque peur de la casser, de briser ce visage de poupée. « Peut-être un deuxième baiser arrangerait tout ? Je t’en dois un, après tout. » Ou peut-être qu’il rendrait les choses encore plus floues, inexpliquées mais tant pis. L’envie a pris le dessus sur l’acteur qui n’a pas pu se retenir de l’embrasser. Un baiser qui n’avait rien en commun avec le premier qu’ils avaient échangé. Il était… Intense. Cette tension qu’ils ressentaient dorénavant l’avait rendu de la sorte.
Revenir en haut Aller en bas

Trina Taylor
Trina Taylor
( home is where the heart is )

trileb ☾ a hard night Tumblr_inline_o2ujfndQl21rifr4k_500
( Ne revivez le passé que s’il vous sert à construire le futur. )trileb ☾ a hard night PLjgSzJ
Au fur et à mesure que grandissent les filles, elles se font enseigner un tas de choses. Si un garçon vous donne un coup de poing c’est qu’il vous aime, n’essayez jamais de vous coupez vous même votre propre frange, un jour vous rencontrerez un gars merveilleux et vous vivrez alors votre propre conte de fée.
Tous les films que nous voyons, toutes les histoires qu’on nous raconte nous implorent d’attendre que ça nous arrive. Le coup de théâtre du 3e acte…la déclaration d’amour inattendu… l’exception qui confirme la règle. Mais nous sommes parfois si pressées de vivre notre conte de fée que nous n’apprenons pas à interpréter les signes. Comment faire la différence entre ceux qui sont intéressés par nous et ceux qui ne le sont pas ? Ceux qui resteront avec nous et ceux qui ne resteront pas ? Il se peut que parfois le gars merveilleux ne fasse pas partie du conte de fée, il se peut que ce soit… vous… toute seule… qui vous reconstruisiez et vous repartirez à zéro, vous vous rendrez ainsi disponible pour un meilleur avenir. Peut-être que le conte de fée c’est tout simplement… tourner la page… Ou peut-être que le conte de fée c’est le fait que en dépit de tous les appels retournés, les cœurs brisés… en dépit de toutes les gaffes et les signes mal interprétés… en dépit de tous les chagrins et les humiliations… vous n’ayez jamais, jamais perdu espoir.
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Pseudo : Heartkiller - Charlène
›› It's crazy, I look like : Blake Lively
›› Credit made by : bigbadwolf + tumblr + Bobby.
›› I have a doppelgänger with : Makeyla Pine (Emma Stone) + Andy Rosenbach (Alexandra Daddario) + Romy James (Emmy Rossum) + Harper Solano (kaya scodelario) + Tessa Carmichael (margot robbie) + Hannah Walsh (Keira Knightley) + Brie Larson (Dinah Brown) + Imbar Lavi (emily santiago)
›› Availability : 3/3, si besoin, je suis toujours là, un petit mp et on y va !!!
›› Love letters written : 400
›› Damn ! I'm old, I'm : Trente et un an et quelques mois, bon d'accord presque trente-deux. Mais déjà c'est pas très gentil de demander son âge à une femme et en plus ça ne veut plus rien dire aujourd'hui...
›› Sexual orientation : Hétérosexuelle, je ne suis pas vraiment une femme à femmes. J'ai déjà tellement de mal avec les hommes, je n'arrive pas à les comprendre ou peut-être que c'est moi qui est trop compliquée ? Peu importe, on ne va pas se rajouter des complications en plus.
›› Occupation : Actrice, d'abord dans des séries plus ou moins connues, qui ont eu leurs petits succès et maintenant pour le cinéma où là on peut vraiment dire que la notoriété est réellement au rendez-vous.
›› for better or for worse ♡ : Malheureusement célibataire, l'amour a dû mal à arriver, le fait d'être connue n'aide surement pas ou peut-être le fait que je n'ouvre pas mon coeur aux hommes, que je reste bloquée sur le passé, que je n'ose pas briser cette carapace qui m'empêche d'avancer et de laisser un peu d'espoir entrer dans ma vie !!
trileb ☾ a hard night Ns6LYWhS_o
I guess it's true i'm not good at a one night stand but i still need love 'cause i'm just a girl these nights never seem to go to plan i don't want you to leave me, will you hold my hand ? Oh won't you stay with me 'cause you're all I need this ain't love it's clear to see but darling stay with me. Why am I so emotional no it's not a good look, gain some self control deep down I know this never works but you could lay with me so it doesn't hurt.
›› We're having a baby : Nop, nop, nop. Je ne suis pas prête à avoir un enfant et avec qui ? De toute façon mon emploi du temps ne me le permet pas, je ne pourrais pas m'occuper d'un enfant, je n'arrive déjà pas à m'occuper de moi.
›› We are made of stars : trileb ☾ a hard night Tenor
Mon boulot que je ne changerais pour rien au monde + les tartes de maman, il n'y a qu'elle qui arrive à me faire succomber; aux desserts + Travailler avec Christopher, même si ce n'est pas facile à chaque fois et qu'au début ce n'était pas franchement ça, j'aime bosser avec lui; je ne lui dirais jamais, mais il me rend meilleure dans mon jeu d'actrice+ les latte du starbuck ou du petit café en bas de chez moi, il n'y a que là que j’achète ma petite drogue à base de caféine + Les vieux films en noir et blanc, ceux que je dois être la seule au monde à regarder + l'amour sous toutes ces formes, même si ça n'est pas flagrant, j'aime l'amour, j'aime aimer + faire des photos, de tout et de rien, juste immortaliser le moment + être à New-York l'hiver, pour la neige qu'on a pas ici à Los Angeles. + Ce petit restaurant français pas loin de chez moi, il fait des repas incroyables. + ma cousine qui est sans aucun doute la personne à qui je fais le plus confiance. + courir sur le sable frais, le matin

trileb ☾ a hard night Empty
MessageSujet: Re: trileb ☾ a hard night trileb ☾ a hard night EmptyMer 28 Aoû - 21:31



Je croisais mes bras sous ma poitrine et levais les yeux au ciel, cet homme était tellement imbu de sa personne, je savais qu'on ne pourrait rien faire contre ça, même si c'était agaçant, ça restait Caleb, il était comme ça, et voilà, on faisait avec ou pas. Je secouais doucement la tête malgré moi avant de sourire, ce type aurait clairement ma peau, mais je ne savais pas encore si j'allais apprécier ou non. « Excuse moi Zeus, je ne savais pas à qui je parlais, ce que je peux être sotte parfois, mais il ne faut pas m'en vouloir, je ne suis qu'une pauvre humaine. » Il voulait jouer à ça alors bien, j'allais jouer avec lui, de toute façon, même si je n'oserais pas le dire à voix haute, tout ça m'amusais grandement. Je ne savais pas trop quoi répondre à sa question, non je n'étais pas prête à lui parler de moi, lui dire ce qu'il m'était arrivé, tout simplement parce que c'était une partie de mon passé qui devait rester enfoui au plus profond de mon pauvre petit coeur, je n'étais clairement ni prête, ni capable d'en parler, parce que je n'étais pas encore sure d'avoir cicatrisé, ça restait malgré les années, beaucoup trop frais et même si je tentais d'oublier, de passer à autre chose, les cauchemars étaient là pour me rappeler à l'ordre, foutue vie de merde. « Caleb ! » Je lui adressais un petit sourire, au moins il savait comment tourner une situation compliqué au comique et c'était un très gros avantage. « Un jour, si tu arrives à me rendre assez soûle pour que je sois vulnérable, alors peut-être que ce jour là je pourrais te parler. » L'alcool était sans doute la seule chose qui "m'aidait" à me débrider et je le regrettais souvent, mais parfois ça pouvait aider. Je devais avouer que je n'aurais pas cru que cette soirée catastrophique aurait pris un tel tournant, je me retrouvais dans une voiture avec Caleb à parler de la sauce à laquelle monsieur allait me bouffer, c'était réellement très ironique comme situation. Je croisais mes bras sous ma poitrine et levais les yeux au ciel, cet homme était tellement imbu de sa personne, je savais qu'on ne pourrait rien faire contre ça, même si c'était agaçant, ça restait Caleb, il était comme ça, et voilà, on faisait avec ou pas. Je secouais doucement la tête malgré moi avant de sourire, ce type aurait clairement ma peau, mais je ne savais pas encore si j'allais apprécier ou non. « Ta blonde préférée ? Et je peux savoir où elle se trouve et qui s'est ? » Soufflais-je taquine, j'osais croire qu'il ne parlait pas de moi, tout bêtement parce que ça ne pouvait pas être le cas, il y avait encore quelques jours il souhaitait ma tête sur un plateau et aujourd'hui il me sortait son baratin, c'était un peu gros, même pour moi. Je ne connaissais pas l'homme avec qui Caleb s'était battu, en même temps je m'en fichait pas mal, mais malgré ça, je trouvais dommage d'en arriver là, à une époque, ils étaient amis, voir plus que ça et aujourd'hui ils ne pouvaient pas passer un instant dans la même pièce sans se mettre sur la tronche, c'était franchement dommage, un vrai gâchis. « Barbie ? Sérieusement ? Si tu parles comme ça à toutes les personnes qui sont un peu sympa avec toi, ça ne m'étonnes pas qu'on t'en mette plein la tête. » Je soufflais un brin agacée, c'était ridicule d'en arriver à se vexer pour ça, mais ce surnom était tellement réducteur, et ça partait du principe que, parce que j'étais blonde, j'étais stupide, pathétique. Je devais avouer que savoir que Caleb n'avait pas de personnel pour son ménage, ça m'avait fait légèrement rire, il était tellement hautain et prétentieux, que le voyais bien assis sur son canapé à donner des ordres aux gens comme s'ils n'étaient que de vulgaires insectes. « Tu sais que les produits tu peux les acheter toi même, pour le reste, je comprends ce que tu veux dire, je me vois mal engager quelqu'un pour faire le ménage chez moi et puis j'aurais trop peur que la personne fouille. » Je n'avais rien à cacher, loin de là, mais je n'aimais tout simplement pas qu'on mette son nez dans mes affaires et en plus le fait d'être connue n'aidait clairement pas ma parano à se calmer. Parler de sa soeur changeait complètement le beau blond, il devenait quelqu'un d'autre, il était différent et j'aimais beaucoup ça. « Je comprends, je n'ai pas de soeur, mais une Abby et c'est tout comme, je ne supporterais pas qu'on lui fasse du mal. C'est ma soeur d'une autre mère. » Au moins nous partagions le même sang, ça aidait terriblement, tout autant que le fait d'avoir grandis ensemble, d'avoir été élevés ensemble, nous ne sommes pas soeurs aux yeux de la loi, mais pour moi c'était tout comme. J'avais l'impression de manquer de souffle en sa présence, lorsque nous étions trop proche l'un de l'autre, c'était sans doute pour cette raison que je décidais de rentrer chez moi, du moins jusqu'à ce que Caleb en décide autrement, je me retrouvais face à lui, mes affaires avaient eu le droit à un petit vol sur le canapé et clairement je n’eus pas le temps de dire ouf que ses lèvres s'étaient emparés des miennes, pour nous offrir un baiser terriblement intense, je n'avais jamais vécu ça avec personne et c'était sans doute ce qui me faisait peur. « Je ne peux pas faire ça Caleb. » Soufflais-je doucement contre ses lèvres. C'était fou, insensé, je fermais les yeux et reculais d'un pas, juste histoire de m'éloigner un peu. Je venais déposer les paumes de mes mains contre son torse pour instaurer un peu de distance entre nous. « J'aimerais le faire, lâcher prise et m'abandonner dans tes bras, je ne peux même pas te dire que j'en ai pas envie, mais je ne peux pas, parce que je ne pourrais plus travailler avec toi en sachant que je n'ai pas fait mieux que toutes les filles qui se laisse berner par tes belles paroles. » Je ne voulais pas me blesser, il savait parfaitement quel genre d'homme il était avec les femmes et je ne voulais pas être rien de plus qu'un nom ajouté à la liste. « Je suis désolée, mais tu ne pourras pas m'apporter ce don j'ai besoin et je ne pourrais jamais être qu'une fille de passage. » Je fermais les yeux avant de laisser mes bras retomber le long de mon corps, j'aimerais rester avec lui, mais là, deux humiliations dans la même soirée, c'était beaucoup trop pour ma pauvre personne.



Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité


trileb ☾ a hard night Empty
MessageSujet: Re: trileb ☾ a hard night trileb ☾ a hard night EmptyJeu 29 Aoû - 0:46


( A HARD NIGHT )
w/ @Trina Taylor


Oh, Caleb se savait parfaitement insupportable. Il aimait particulièrement se comporter de la sorte avec Trina. A savoir pourquoi. Peut-être aimait-il la voir lever les yeux au ciel, tout en ayant, dorénavant, ce petit sourire au coin des lèvres. Il est faussement arrogant, dans ce genre de situations, peu pourrait le deviner. Après tout, il se comportait de cette façon tous les jours, tout le temps. Seulement et uniquement sa sœur reconnaissait quand il jouait la carte de l’arrogance pour son propre avantage dans une conversation. Puis, ce piquant, cette répartie… C’est officiel, Caleb ne peut pas s’en passer. Qu’est-ce qu’il aimait piquer la jeune femme pour qu’elle le pique en retour. « Tu sais, l’une des maîtresses de Zeus était une simple humaine. Alcmène. » S’il pouvait se servir de ses connaissances historiques pour draguer, volontairement lourdement, la jeune femme, il n’allait pas louper cette occasion, clairement pas. Puis ces petites taquineries, contrairement au début, ça n’avait rien de méchant, il ne cherchait pas à la blesser, à lui faire du mal, à se montrer vexant et insultant. Là, il était tout simplement le Caleb arrogant mais avec lequel il est possible, malgré tout, de passer un bon moment. Il faut juste le supporter lui et sa modestie. Ce que la blonde faisait avec brio. Il avait rarement vu quelqu’un aussi patient et aussi taquin, à son tour, avec lui. C’était un jeu. Ils se comportaient comme des gamins, à défaut de ne pas être honnête l’un avec l’autre pour s’auto-protéger. « Oh, non, je ne veux pas te rendre soûle volontairement. Je préfère encore que tu ne dises rien à ce sujet. Après tout, ça te regarde toi et seulement toi. Je suis curieux mais pas de façon mal-placée. On a tous son jardin secret. Je respecte le tien. Je comprends que l’on veuille cacher certaines choses. » Il tourne son regard trois petites secondes sur Trina. « Oui, sous cette couche d’arrogance, d’égoïsme, de narcissisme se cache une personne avec… du cœur ? C’est bien le terme que l’on utilise, non ? » Ironise-t-il. Elle ne serait pas la première à voir qu’il n’a pas que de mauvais côté. Généralement, quand les autres constatent qu’il peut avoir du cœur, qu’il peut être compréhensif, ils sont tout simplement choqués. « Elle est morte, assassinée. Marylin Monreo. La première femme dont je suis tombée amoureux. Depuis, j’ai toujours eu un penchant pour les blondes. » De base, le terme de sa blonde favorite, il l’avait désigné pour Trina. Après tout, il ne connaissait pas énormément de blondes mise à part elle. Son ex-petite-amie ? Non, elle faisait partie du passé et rien de repenser à elle lui faisait un mal de chien. Puis, il s’amusait bien avec sa collègue, il rigolait, il la taquinait, elle lui répondait sans gêne et elle savait, malgré tout, se montrer attentionnée et attentive. Il n’a aucune raison de la détester. Bien sûr, ce n’est pas son cas à elle, elle a toutes les raisons du monde de le mépriser, de le haïr, il avait, d’ailleurs, du mal à croire qu’elle était là. Prêt de lui, à être au petit soin. Il ne l’aurait jamais cru. Il n’aurait même pas osé le rêver. Elle non-plus, c’était une certitude. Personne ne l’aurait cru. Absolument personne. D’habitude, quand ils se trouvaient dans une même pièce, ils s’entretuaient verbalement et celui qui gagnait était celui qui criait le plus fort. Maintenant, ils étaient là, chez lui, en train de discuter calmement. « Non, Trina, tu vas pas me dire que tu vas être vexée pour ce surnom à la con ? Je t’ai dit mille fois pire. Je t’ai donné des surnoms bien plus affreux que ça. Troisième jour de tournage, on s’est engueulé pour la première fois parce que je t’ai insulté de troll. Tu préfères peut-être le surnom de troll ? C’est comme tu veux, mon petit troll blond. » Il s’en amuse en rigolant pendant deux petites secondes avant de se reprendre. « Je m’excuse. Je ne voulais pas te blesser. » Il le pensait sincèrement. Ce petit jeu d’acteur monstrueux devenant sympa pour que la jolie blonde reste au sein du film avait dépassé des limites qu’il ne pensait pas atteignable, au point qu’il pense réellement ses excuses. « J’achetais mes produits mais elles étaient têtues et voulaient utiliser les leurs. Malheureusement pour elles, je suis encore plus têtu. » Bon, ce n’était clairement pas la nouvelle de l’année. Qui mieux que Trina pour en juger ? Elle l’a subi de plein fouet. « Je n’ai pas grand-chose à cacher. Fouiller, c’est le cadet de mes soucis mais visiblement, ce n’est pas le cas de tout le monde, dis-donc. » Conclut-il avec un clin d’œil. Ce qu’il a pu constater et analyser de la jeune femme, c’est qu’elle n’était pas le genre de personne à avoir un nombre incalculable d’effet personnel. Être détaché de toute sorte de choses, c’est ce qu’il y avait de mieux, pour se protéger d’une quelconque souffrance. D’ailleurs, c’est exactement ce qu’elle faisait, en rejetant Caleb et en écourtant ce baiser qui, au vue de sa passion aurait duré bien plus longtemps. La suite de ces dires n’avait eu que le mérite de le blesser. Il ne l’avait pas volé, bien au contraire. C’était mérité. Tous ses faits et gestes, il les payait d’un coup, d’un seul. Peut-être est-ce son égo qui était blessé ou peut-être cela dépassait cette barrière qu’il s’était, justement, forgé pour éviter de se sentir aussi mal. Il retourne sur ses pas, va chercher les affaires de la jeune femme sur le canapé et le lui tend. « Tu as raison, je suis qu’un connard. » Il ouvre la porte d’entrée et le fait en grand et continue. « C’est tout bonnement impossible que je suis puisse ressentir quelque chose de mon côté, aussi. Et tu me dis d’être plus humain, après. » Il rigole faussement, c’était un rire des plus hypocrites. Il ne faisait jamais un tel rire en dehors du tournage, du moins, c’était avant. « Qui est celui berne les autres avec ses belles paroles, après, hein ? Bonne soirée, surtout. » Elle avait à peine mis les pieds en dehors de l’appartement, elle venait tout juste de rejoindre le couloir de l’étage que Caleb lui claque aussitôt la porte au nez. Lui qui pensait que la soirée ne pouvait pas être pire, il faut croire que si, elle pouvait nettement l’être. Seul dans son appartement, il se laisse aller au plaisir réconfortant que peut avoir l’alcool. Une bonne bouteille de whisky, entière, n’allait pas lui faire de mal. En tout cas, pas après une telle soirée.
Revenir en haut Aller en bas

Trina Taylor
Trina Taylor
( home is where the heart is )

trileb ☾ a hard night Tumblr_inline_o2ujfndQl21rifr4k_500
( Ne revivez le passé que s’il vous sert à construire le futur. )trileb ☾ a hard night PLjgSzJ
Au fur et à mesure que grandissent les filles, elles se font enseigner un tas de choses. Si un garçon vous donne un coup de poing c’est qu’il vous aime, n’essayez jamais de vous coupez vous même votre propre frange, un jour vous rencontrerez un gars merveilleux et vous vivrez alors votre propre conte de fée.
Tous les films que nous voyons, toutes les histoires qu’on nous raconte nous implorent d’attendre que ça nous arrive. Le coup de théâtre du 3e acte…la déclaration d’amour inattendu… l’exception qui confirme la règle. Mais nous sommes parfois si pressées de vivre notre conte de fée que nous n’apprenons pas à interpréter les signes. Comment faire la différence entre ceux qui sont intéressés par nous et ceux qui ne le sont pas ? Ceux qui resteront avec nous et ceux qui ne resteront pas ? Il se peut que parfois le gars merveilleux ne fasse pas partie du conte de fée, il se peut que ce soit… vous… toute seule… qui vous reconstruisiez et vous repartirez à zéro, vous vous rendrez ainsi disponible pour un meilleur avenir. Peut-être que le conte de fée c’est tout simplement… tourner la page… Ou peut-être que le conte de fée c’est le fait que en dépit de tous les appels retournés, les cœurs brisés… en dépit de toutes les gaffes et les signes mal interprétés… en dépit de tous les chagrins et les humiliations… vous n’ayez jamais, jamais perdu espoir.
›› Los Angeles since : 15/08/2016
›› Pseudo : Heartkiller - Charlène
›› It's crazy, I look like : Blake Lively
›› Credit made by : bigbadwolf + tumblr + Bobby.
›› I have a doppelgänger with : Makeyla Pine (Emma Stone) + Andy Rosenbach (Alexandra Daddario) + Romy James (Emmy Rossum) + Harper Solano (kaya scodelario) + Tessa Carmichael (margot robbie) + Hannah Walsh (Keira Knightley) + Brie Larson (Dinah Brown) + Imbar Lavi (emily santiago)
›› Availability : 3/3, si besoin, je suis toujours là, un petit mp et on y va !!!
›› Love letters written : 400
›› Damn ! I'm old, I'm : Trente et un an et quelques mois, bon d'accord presque trente-deux. Mais déjà c'est pas très gentil de demander son âge à une femme et en plus ça ne veut plus rien dire aujourd'hui...
›› Sexual orientation : Hétérosexuelle, je ne suis pas vraiment une femme à femmes. J'ai déjà tellement de mal avec les hommes, je n'arrive pas à les comprendre ou peut-être que c'est moi qui est trop compliquée ? Peu importe, on ne va pas se rajouter des complications en plus.
›› Occupation : Actrice, d'abord dans des séries plus ou moins connues, qui ont eu leurs petits succès et maintenant pour le cinéma où là on peut vraiment dire que la notoriété est réellement au rendez-vous.
›› for better or for worse ♡ : Malheureusement célibataire, l'amour a dû mal à arriver, le fait d'être connue n'aide surement pas ou peut-être le fait que je n'ouvre pas mon coeur aux hommes, que je reste bloquée sur le passé, que je n'ose pas briser cette carapace qui m'empêche d'avancer et de laisser un peu d'espoir entrer dans ma vie !!
trileb ☾ a hard night Ns6LYWhS_o
I guess it's true i'm not good at a one night stand but i still need love 'cause i'm just a girl these nights never seem to go to plan i don't want you to leave me, will you hold my hand ? Oh won't you stay with me 'cause you're all I need this ain't love it's clear to see but darling stay with me. Why am I so emotional no it's not a good look, gain some self control deep down I know this never works but you could lay with me so it doesn't hurt.
›› We're having a baby : Nop, nop, nop. Je ne suis pas prête à avoir un enfant et avec qui ? De toute façon mon emploi du temps ne me le permet pas, je ne pourrais pas m'occuper d'un enfant, je n'arrive déjà pas à m'occuper de moi.
›› We are made of stars : trileb ☾ a hard night Tenor
Mon boulot que je ne changerais pour rien au monde + les tartes de maman, il n'y a qu'elle qui arrive à me faire succomber; aux desserts + Travailler avec Christopher, même si ce n'est pas facile à chaque fois et qu'au début ce n'était pas franchement ça, j'aime bosser avec lui; je ne lui dirais jamais, mais il me rend meilleure dans mon jeu d'actrice+ les latte du starbuck ou du petit café en bas de chez moi, il n'y a que là que j’achète ma petite drogue à base de caféine + Les vieux films en noir et blanc, ceux que je dois être la seule au monde à regarder + l'amour sous toutes ces formes, même si ça n'est pas flagrant, j'aime l'amour, j'aime aimer + faire des photos, de tout et de rien, juste immortaliser le moment + être à New-York l'hiver, pour la neige qu'on a pas ici à Los Angeles. + Ce petit restaurant français pas loin de chez moi, il fait des repas incroyables. + ma cousine qui est sans aucun doute la personne à qui je fais le plus confiance. + courir sur le sable frais, le matin

trileb ☾ a hard night Empty
MessageSujet: Re: trileb ☾ a hard night trileb ☾ a hard night EmptyJeu 29 Aoû - 2:23



Caleb était vraiment très cultivé, je n'en doutais pas, mais à ce point, je devais avouer qu'il me surprenait réellement, j'étais pratiquement sûre que d'avoir des conversations avec lui devait être très enrichissant. Malgré tout, je fronçais doucement les sourcils, je voulais me donner un air sévère, malgré le sourire au coin de mes lèvres. « Serais-tu en train de me draguer ? » Si ce n'était pas le cas, ça y ressemblait beaucoup, du moins j'en avait l'impression, sinon, j'étais ridicule et rouillé, mais connaissant un peu le jeune homme à mes côtés, je ne pensais pas avoir trop tord et étrangement je trouvais ça plutôt flatteur. N'importe quelle femme, même la plus réticente, pouvait avouer que ça restait plaisant d'être dragué, surtout par un homme aussi beau que Caleb. Je ne savais plus quoi dire, cet homme était réellement surprenant, dans tous les sens du terme, il me retournait le cerveau sans même s'en rendre compte et je ne savais plus comment réagir. Jusque là j'étais resté loin de lui et ça m'avait plutôt bien réussi, maintenant que nous avions une sorte de relation plus ou moins amicale, je me retrouvais à réfléchir, à penser, ça me fatiguais, mais j'apprenais aussi à me remettre en question et à revoir ma façon de penser sur certaine chose, ce qui dans le fond n'était pas plus mal. « Je t'ai déjà dit à quel point tu étais surprenant ? » J'avais l'impression de me répéter, mais il arrivait à me choquer et ça c'était un gros exploit. Parler de mon histoire ne m'enchantait pas des masses, je l'avais dit à trop de personnes, encore et encore, franchement je n'étais pas prête, mais si nous continuions sur cette voie, alors oui, un jour je serais sans doute capable de lui parler. Pourquoi pas. « Bien évidemment que tu as un coeur Caleb, même si tu tentes par tous les moyens de le cacher, je pense que je commence à le voir et je te promets que ce n'est pas une mauvaise chose. » Il avait tellement l'air de penser le contraire, qu'il fallait bien que quelqu'un lui dise que ce n'était pas le cas, que montrer aux autres qu'on avait un coeur n'était pas forcement une mauvaise chose. Je ne pensais pas du tout que Caleb ait pu avoir un coup de coeur pour la grande Marylin, mais dans un sens, je trouvais ça plutôt mignon. « Du coup, je suppose que je suis ton type de femme alors ?! » Ce n'était pas vraiment une question, mais plus une affirmation. Je soupirais d'un air las et haussais négligemment les épaules, bien évidemment que j'étais vexée par ce surnom stupide, je savais bien qu'il ne l'avait sans doute pas sortie pour être méchant, sans doute par habitude, mais ça m'avait blessée. « Le problème il est là Caleb, aujourd'hui nous n'avons plus cette relation-là, du coup, je pensais que ce genre de surnoms stupides n'étaient plus de la partie, mais je ne t'en veux pas, les mauvaises habitudes on la vie dure. » Ce n'était pas grand chose, j'avais sans doute tendance à me vexer pour pas grand chose, surtout lorsqu'il s'agissait de Caleb, mais je commençais à faire un travail sur moi-même, juste pour éviter de partir au quart de tour pour rien. L'entendre parler de ses femmes de ménage me fit rire, je ne l'imaginais pas si consciencieux. Je ne pus m'empêcher de taper son épaule avec le dos de ma main, il semblait se moquer de moi, mais ça m'amusait. « Je ne voudrais pas que l'une d'elles tombent sur ma chambre secrète, ça serait gênant pour tout le monde. » Je pouffais de rire comme une ado avant de secouer la tête, bien évidemment il n'y avait rien de tout ça chez moi, mais plutôt des papiers et autres choses que je gardais précieusement et qui devait rester bien cachées, ça n'avait pas grand intérêt, mais c'était juste personnel et puis mon appartement n'était pas très grand alors pas de quoi se prendre la tête pour le ménage. Après cet agréable moment, tout passa très vite, il m'embrassa et pleins de mots étaient sortis de ma bouche, jusqu'au moment où les siens me firent plus de mal que je ne l'aurais cru, j'aurais voulu lui parler, m'excuser, lui expliquer, mais il ne m'en laissait pas le temps, en deux en trois mouvements, je me retrouvais dehors, la porte de son appartement fermée devant mon nez. Je me sentais bête, j'étais bête, de toute évidence j'avais blessé Caleb et de la pire des manières, j'avais blessé son égo, bien évidemment je m'en voulais parce que ce n'étais pas ce que je cherchais à faire, loin de là, mais j'aurais simplement voulu qu'il me comprenne, qu'il se mette deux petites minutes à ma place et qu'il se rende compte que pour moi aussi cette situation pouvait être blessante, parce qu'au final, je ne le connaissais pas, il ne me connaissait pas et nous étions sans doute deux idiots. J'étais toujours plantée comme une idiote dans son couloir, les larmes aux yeux et ma main bloqué sur ma bouche, j'étais choquée, perdue et surtout terriblement mal. Les larmes coulaient sans que je ne m'en rende réellement compte. J'attrapais mon téléphone et commandais un uber pour rentrer chez moi, je ne pensais même plus à ma voiture qu'il faudrait tout de même que je pense à récupérer, peut-être que je pourrais envoyer Abby le faire demain, ma Abby, elle allait me passer le savon du siècle une fois que je lui dirais ce qui s'était passé ce soir, ce que j'avais fait et en même temps, devais-je lui dire ? Je n'en étais même pas sûre. Parce que même si ce n'était pas le cas, je me sentais comme quelqu'un qui venait de se faire plaquer et je ne devais pas ressentir ce genre d'émotions. Une fois arrivée devant l'entrée, je me calais contre le mur et attendais avec plus ou moins d'impatience que mon chauffeur vienne me chercher. Je n'osais même pas me regarder dans la vitre de la voiture qui était garée en face de moi, parce que je savais déjà que j'avais sans doute l'air minable, c'était horrible et frustrant de penser qu'après avoir fait un pas de géant en avant nous venions d'en faire dix en arrière. Je fermais les yeux et soupirais doucement, tout en relevant la tête à chaque fois qu'une voiture arrivait, espérant enfin voir celui qui m’emmènerait loin de cette horrible humiliation que je venais de vivre.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


trileb ☾ a hard night Empty
MessageSujet: Re: trileb ☾ a hard night trileb ☾ a hard night Empty

Revenir en haut Aller en bas
trileb ☾ a hard night
Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
There's no place like home
 :: Triangle platinum :: Chateau marmont
-
Sauter vers: