Partagez
Aller en bas

andrea ✕ there's a fine line between wrong and right and you're performing a balancing act


http://www.loveiscomplicated.com/t12004-andrea-there-s-a-fine-line-between-wrong-and-right-and-you-re-performing-a-balancing-act
Andrea Gianniotti
Andrea Gianniotti
( nothing matters, only freedom )

andrea ✕ there's a fine line between wrong and right and you're performing a balancing act NPWHJka6_o
( if you lost your way, i will leave a light on )
andrea ✕ there's a fine line between wrong and right and you're performing a balancing act PLjgSzJ
I could fight in a war, it’s not something I would choose but it’s something I could prove to you and I would fight on a wall, even though I’d fall and bruise. It’s still something I would do for you. A subtle changed in the wind, and the fire burns with great desire as the stories start to flow. I know something’s going to move, something I could never blame on you. Well I should find someone else, they say people come in two but no ones is like you it’s true. Give it all away and find the words tonight to show them what you mean. To show them what you see. A line in the sand to show them that I need you.
›› Los Angeles since : 22/07/2016
›› Pseudo : fakementine (clémentine)
›› It's crazy, I look like : jake perfect gyllenhaal
›› Credit made by : fakementine (avatar) » fakementine (crackships)
›› I have a doppelgänger with : elias danvers (ben too much perfection barnes) ∷ andrea gianniotti (jake badass gylenhaal) ∷ ludmila romanov (amber queen heard) ∷ nicholas singh (chris irresistible evans) ∷ niels jönsson (richard dangerous madden) ∷ stan pietrowski (richard blue eyes armitage)
›› Availability : the cleaner is free to have a little talk so you can ask for him » lien rp (en cours) ✕
›› Love letters written : 234
›› Damn ! I'm old, I'm : l'âge ne compte pas, les années ne sont qu'une succession de moments éphémères, de jours, de semaines, de mois qui s'écoulent, qui le font avancer dans le temps. des années où il a erré pour chercher sa place, avant de la trouver. des années où il a dû se battre pour survivre, pour obtenir ce qu'il voulait. à mesure que les battements d'aiguille se sont enchaînés, que les nuits se sont ajoutées les unes aux autres, il a fini par atteindre l'âge de trente-neuf ans. il marche vers cette quarantaine qui d'après les mythes est effrayante, mais qui chez lui ne représente rien.
›› Sexual orientation : les créatures parfaites qu'il entraîne dans sa chambre après sont toujours des femmes. il ne s'est jamais demandé s'il pouvait regarder les hommes avec désir, cela ne lui paraît pas naturel, quand dans son pays, les hommes sont des charmeurs. il ne déroge pas à la règle, il est un don juan, un charmeur latin qui use de son accent et de cette aura séductrice pour attirer dans ses filets les femmes.
andrea ✕ there's a fine line between wrong and right and you're performing a balancing act DHHFYYX
andrea ✕ there's a fine line between wrong and right and you're performing a balancing act CS0UDqx0_o

›› Occupation : il n'a jamais eu l'ambition de prétendre à un métier important. il ne voulait pas être chef d'entreprise. il ne voulait pas être vu et reconnu pour sa position dans le clan familial. il n'avait pas la même prétention. il était rebelle, il était libre, il n'aimait pas l'école. rapidement, il a eu de mauvaises fréquentations, il a parlé aux mauvais truands, leur offrant ses services. pour eux, il a fait tout ce qu'on lui demandait. il a fait passer des armes, il a ramené de la drogue dans la rue, il l'a fait sans jamais hausser un sourcil. sans une once de remord ou de dégoût à son égard, satisfait de voir les billets se multiplier à ses côtés, de pouvoir manger à sa faim sans manquer de rien. petit à petit, il a continué, multipliant ses relations et les gangs pour lesquels il travaillait. toujours silencieux, et de confiance, il faisait tout ce qu'on voulait de lui sans se rebeller, sans déjouer l'autorité des hommes pour qui il nettoyait les problèmes. éloigné de son clan familial, des gianniotti qui inspirent la peur à tous, il s'est fait une réputation. il est celui que chacun appelle quand il doit se débarrasser d'un corps, quand il doit menacer un ennemi. il est celui qui gère les problèmes de manière définitive, employant des méthodes loin de celles conseillées par les lois. peu lui importe, cela lui convient. parce qu'il se dit qu'il est doué pour cela. et s'il ne se voit pas comme un homme bon, convaincu de ne pas l'être, il peut s'endormir sereinement chaque soir. il continue d'offrir ses services à ceux qui le veulent, plus particulièrement à alaric scarbrough pour qui il fait le ménage lorsque les menaces surviennent.

andrea ✕ there's a fine line between wrong and right and you're performing a balancing act DHHFYYX
andrea ✕ there's a fine line between wrong and right and you're performing a balancing act S4Mu30Um_o

›› for better or for worse ♡ : les femmes l'attirent, elles sont son eldorado, celles dans lesquelles il vient se perdre, les nuques qu'il caresse avec finesse, les peaux qu'il embrasse avec passion. il vénère les créatures d'eve, il leur offre des nuits passionnées, il se noie auprès d'elle, mais il les idolâtre trop pour les épouser. pour les aimer comme elles le méritent, car il sait qu'il n'est pas assez bien, qu'elles valent mieux. alors ils se contentent de ces moments de plaisir, de cette ivresse des retrouvailles charnelles depuis qu'il a succombé la première fois. il les retrouve et il repart, il se complaît dans la simplicité de sa vie sans attache. il aime toutes les femmes, il passe ses nuits avec toutes, peu importe qu'elles soient riches, pauvres, qu'elles soient des filles de joie. il ne cherche que son plaisir. et il le trouve dans leurs bras, au creux de leurs reins. il pensait pareil quand sa route a croisé celle d'arabella lors d'une soirée de débauche. il pensait qu'il allait la séduire et l'oublier. qu'elle partirait aussitôt qu'elle était arrivée. mais elle est la flamme la plus envoûtante qu'il ait pu connaître. une flamme orangée dansant face à lui et l'appelant depuis qu'il a pu goûter à son parfum hypnotique. elle ne devait être qu'une femme de plus, mais elle semble déjà devenir plus. pourtant, elle est partie, et il a retrouvé la californie, mais elle reste dans un coin de sa tête. elle s'ancre dans son esprit, et les baisers des autres ne suffisent pas à oublier l'effet des caresses brûlantes de la brune sur son épiderme. au contraire, il aimerait y goûter de nouveau, plonger dans ses prunelles où il a perçu cette lueur de verre brisé. il aimerait lui offrir plus qu'une nuit, la ramener dans la lumière quand il a l'impression qu'elle se perd dans les ténèbres.
›› We're having a baby : comment serait-il possible pour cet homme ne connaissant que l'éphémère d'avoir des enfants ? comment pourrait-il choisir la voie de la paternité ? c'est impossible, parce qu'il ne laisse aucune possibilité aux femmes de devenir quelque chose. de ne pas être que des créatures avec lesquelles il passe de bons moments. alors forcément il n'est pas père et il lui semble quasi impossible de le devenir.
›› We are made of stars : les armes à feux ✕ les pays du sud ✕ avoir le pouvoir sur les autres ✕ le souvenir de sa nuit avec arabella ✕ les montres luxueuses qu'il met à son poignet fièrement ✕ la nicotine et toutes les cigarettes qu'il fume ✕ écouter, analyser, tout savoir des affaires en cours dans les cartels et les gangs ✕ nettoyer les traces des autres, peu importe si cela est vraiment sale ✕ l'argent, les sommes que certains sont prêts à payer pour obtenir ses services ✕ manipuler les autres ✕ la vieille photographie de sa famille dans son portefeuille ✕ les costumes hors de prix des créatures ✕ se moquer de l'accent d'alaric à n'importe quel moment ✕ appeler sa mère et entendre sa voix ✕ parler italien n'importe quand ✕ observer arabella et la protéger ✕ retourner en italie ✕ avoir le pouvoir sur les autres ✕ essayer de montrer à alaric les charmes de la californie ✕ les femmes, toutes les femmes, qu'il aime, qu'il vénère ✕ frapper les hommes irrespectueux ✕ faire la cuisine pour les dîners qu'il lui arrive d'organiser.
andrea ✕ there's a fine line between wrong and right and you're performing a balancing act DHHFYYXandrea ✕ there's a fine line between wrong and right and you're performing a balancing act TjpU9RS5_o


andrea ✕ there's a fine line between wrong and right and you're performing a balancing act Empty
MessageSujet: andrea ✕ there's a fine line between wrong and right and you're performing a balancing act andrea ✕ there's a fine line between wrong and right and you're performing a balancing act EmptyVen 9 Aoû - 20:33


andrea gianniotti
( good, or bad, it's all a matter of perception )

prénom/nom: certains noms sont puissants, certains noms sans histoire. certains hommes sont pauvres. certains hommes sont riches. certains admirent les rayons du soleil, d'autres se noient sous des averses acides. les Gianniotti ne sont pas n'importe qui, ils ne sont pas des rois sur un plateau d'échec, ils ne sont pas associés aux riches de la planète, ils sont associés à l'obscurité, aux attentats dans les rues italiennes, aux crimes violents dans des ruelles mal éclairées. ils sont ceux capables de tuer pour un regard de travers. ils ne sont pas une famille sans histoire, ils sont de ceux inspirant les histoires de mafia dans tous les livres. et même si désormais Andrea se détache totalement de ce nom chantonnant cela ne change guère les faits, ou le destin. toutefois cela convient bien à Andrea de se camoufler, qui n'aime pas la lumière et qui préfère l'ombre des sous sol. il se sent bien caché, se faufiler là où il le souhaite, aussi souvent attiré par les flammes pour réchauffer son épiderme que pour se brûler. ce n'est pas sans raison, c'est de là d'où vient son patronyme. Andrea est le feu ce n'est pas lui qui le dit mais l'origine latine de son prénom. un prénom venant tout droit de son pays d'origine, de cette terre lointaine, perdu de l'autre côté de l'océan.   âge/lieu de naissance: l'âge ne compte pas, les années ne sont qu'une succession de moments éphémères, de jours, de semaines, de mois qui s'écoulent, qui le font avancer dans le temps. des années où il a erré pour chercher sa place, avant de la trouver. des années où il a dû se battre pour survivre, pour obtenir ce qu'il voulait. à mesure que les battements d'aiguille se sont enchaînés, que les nuits se sont ajoutées les unes aux autres, il a fini par atteindre l'âge de trente-neuf ans. il marche vers cette quarantaine qui d'après les mythes est effrayante, mais qui chez lui ne représente rien. comme tous les siens avant lui, dans la logique de ses origines, il ne pouvait naître que sur le sol colombien et c'est plus précisément à Naples, sa ville originelle, berceau des vieilles mafias, que sa mère a lutté pour sa vie et pour celle de l'enfant qu'elle portait. des heures de bataille, aidée par des voisines pour donner la vie à son deuxième enfant, sous une chaleur insupportable. le soleil était au zénith le 20 août 1979, lorsque le combat a pris fin, que la mère et le bébé étaient libérés de cet enfer.  nationalité/origines: il serait difficile de l'imaginer avec un sang de la patrie de l'oncle sam, de croire qu'il a toujours foulé le sol californien. son accent toujours présent, la couleur hâlée de son teint ne trompent pas, et le renvoie sur la terre de ses ancêtres. la terre qui a été sienne avant qu'il ne la quitte. la terre qu'il porte dans ses cellules et qui lui rappelle constamment qu'il est italien, que toute la culture latine coule dans ses veines. il ne le niera jamais, il assume d'où il vient, même s'il est rare de l'entendre parler de son enfance et de celle de son frère. ses relations avec la délinquance californienne lui ont permis d'obtenir de manière illégale ce papier précieux, de le transformer en citoyen américain pour qu'il détienne cette nationalité américaine. toutefois dans sa veste, il garde précieusement son passeport italien.  occupation/situation financière: il n'a jamais eu l'ambition de prétendre à un métier important. il ne voulait pas être chef d'entreprise. il ne voulait pas être vu et reconnu pour sa position dans le clan familial. il n'avait pas la même prétention. il était rebelle, il était libre, il n'aimait pas l'école. rapidement, il a eu de mauvaises fréquentations, il a parlé aux mauvais truands, leur offrant ses services. pour eux, il a fait tout ce qu'on lui demandait. il a fait passer des armes, il a ramené de la drogue dans la rue, il l'a fait sans jamais hausser un sourcil. sans une once de remord ou de dégoût à son égard, satisfait de voir les billets se multiplier à ses côtés, de pouvoir manger à sa faim sans manquer de rien. petit à petit, il a continué, multipliant ses relations et les gangs pour lesquels il travaillait. toujours silencieux, et de confiance, il faisait tout ce qu'on voulait de lui sans se rebeller, sans déjouer l'autorité des hommes pour qui il nettoyait les problèmes. éloigné de son clan familial, des gianniotti qui inspirent la peur à tous, il s'est fait une réputation. il est celui que chacun appelle quand il doit se débarrasser d'un corps, quand il doit menacer un ennemi. il est celui qui gère les problèmes de manière définitive, employant des méthodes loin de celles conseillées par les lois. peu lui importe, cela lui convient. parce qu'il se dit qu'il est doué pour cela. et s'il ne se voit pas comme un homme bon, convaincu de ne pas l'être, il peut s'endormir sereinement chaque soir. il continue d'offrir ses services à ceux qui le veulent, plus particulièrement à alaric scarbrough pour qui il fait le ménage lorsque les menaces surviennent. peu à peu les dollars se sont accumulés, ont prospéré. un argent sale qu'il ne devrait pas utiliser, et qu'il ne met même pas sur des comptes en banque. au contraire, il les garde dans des coffres sécurisés pour ne pas se faire voler. et aujourd'hui, il a largement assez pour vivre confortablement, sans s'inquiéter du jour d'après ($$$$$). orientation sexuelle/statut civil:  les créatures parfaites qu'il entraîne dans sa chambre après sont toujours des femmes. il ne s'est jamais demandé s'il pouvait regarder les hommes avec désir, cela ne lui paraît pas naturel, quand dans son pays, les hommes sont des charmeurs. il ne déroge pas à la règle, il est un don juan, un charmeur latin qui use de son accent et de cette aura séductrice pour attirer dans ses filets les femmes. les femmes l'attirent, elles sont son eldorado, celles dans lesquelles il vient se perdre, les nuques qu'il caresse avec finesse, les peaux qu'il embrasse avec passion. il vénère les créatures d'eve, il leur offre des nuits passionnées, il se noie auprès d'elle, mais il les idolâtre trop pour les épouser. pour les aimer comme elles le méritent, car il sait qu'il n'est pas assez bien, qu'elles valent mieux. alors ils se contentent de ces moments de plaisir, de cette ivresse des retrouvailles charnelles depuis qu'il a succombé la première fois. il les retrouve et il repart, il se complaît dans la simplicité de sa vie sans attache. il aime toutes les femmes, il passe ses nuits avec toutes, peu importe qu'elles soient riches, pauvres, qu'elles soient des filles de joie. il ne cherche que son plaisir. et il le trouve dans leurs bras, au creux de leurs reins. il pensait pareil quand sa route a croisé celle d'arabella lors d'une soirée de débauche. il pensait qu'il allait la séduire et l'oublier. qu'elle partirait aussitôt qu'elle était arrivée. mais elle est la flamme la plus envoûtante qu'il ait pu connaître. une flamme orangée dansant face à lui et l'appelant depuis qu'il a pu goûter à son parfum hypnotique. elle ne devait être qu'une femme de plus, mais elle semble déjà devenir plus. pourtant, elle est partie, et il a retrouvé la californie, mais elle reste dans un coin de sa tête. elle s'ancre dans son esprit, et les baisers des autres ne suffisent pas à oublier l'effet des caresses brûlantes de la brune sur son épiderme. au contraire, il aimerait y goûter de nouveau, plonger dans ses prunelles où il a perçu cette lueur de verre brisé. il aimerait lui offrir plus qu'une nuit, la ramener dans la lumière quand il a l'impression qu'elle se perd dans les ténèbres. à los angeles depuis:  il n'a pas choisi la voie facile pour creuser son trou aux etats-unis. il avait des envies d'ailleurs, ne supportant plus sa famille. il voulait autre chose, il rêvait de mieux. alors il a été le chercher. il s'est associé aux personnes les moins fréquentables des rues, il leur a promis la lune s'ils lui offraient la liberté. et de cette manière, il a pu rentrer aux etats-unis, aller jusqu'en californie. c'est dans un bateau qu'il a fait le premier voyage. le premier d'une série interminable. et si cela était il y a plus de vingt ans, il a définitivement choisi de mener sa vie dans la cité des anges, il y a quinze ans maintenant. une fois qu'il avait commencé à prouver aux hommes des cartels et des gang qu'il pouvait être un homme utile.  traits de caractère: violent  ✕ protecteur  ✕ secret  ✕ charmeur  ✕ manipulateur  ✕ borné  ✕ possessif  ✕ explosif  ✕ colérique  ✕ imprévisible  ✕ minutieux  ✕ froid  ✕ cynique  ✕ sanguin  ✕ peu loquace  ✕ dévoué  ✕ loyal  ✕ dur ✕ sévère ✕  persévérant ✕ insaisissable. groupe: shape on you.


 ♡ I FOUND LOVE WHERE I WAS NOT SUPPOSED TO BE

( ✕ 1 ) sa terre natale est le berceau de la mafia, de celle faisant les gros titres des journaux du monde entier. il a grandi dans cet univers où la poudre blanche faisait partie du décor, où les armes étaient possédées par tout le monde, où les crimes étaient quotidiens. il a été élevé dans ce climat de violence, où les enfants n'auraient pas dû être. mais c'est là-bas qu'il a passé toute son enfance et son adolescence, comme tous les Gianniotti avant lui. alors il n'a jamais eu le loisir d'être aussi innocent que les enfants américains, que ceux évoluant dans une bulle dorée. parce qu'il est né chez les siciliens, chez ceux ayant instauré la règle des mafias, longtemps par le passé. ( ✕ 2 ) malgré l'opulence dans laquelle il a vécu et grandi, il a toujours été un peu à part. dans un autre monde, n'aiment pas les trônes et toutes les obligations qui en résultent. il n'a jamais trop écouté les conseils de son père ni les envies que celui-ci avait pour lui. ( ✕ 3 ) le benjamin Gianniotti n'a jamais vraiment écouté les règles, il a toujours préféré se créer les siennes. suivre son instinct et ses désirs. turbulent depuis toujours, il allait là où il ne fallait pas. et à l'âge de la rébellion adolescente, il a commencé à se rapprocher des mauvaises personnes. notamment les ennemis de la famille. des ennemis des parrains de la mafia italienne. ceux qu'il aurait dû éviter, que son père lui aurait conseillé de fuir. ceux qui n'étaient pas fréquentables. pas bons pour les affaires. mais il s'en fichait totalement. ( ✕ 4 ) à dix sept ans, il a commencé à prendre une route sinueuse. il s'est transformé, arrêtant d'être un fils modèle. il a volé de la nourriture dans les magasins, il a commis des petits délits pris dans cette adrénaline grisante qui le réveillait. pour se sortir de l'éducation familiale. toujours entouré de truands, il s'est embarqué sur ce chemin incessant qui ressemblait à une route directe vers le paradis. il se fichait totalement des interdits, des risques qu'il pouvait prendre. tant que de cette manière il pouvait ramener de la nourriture aux siens. ( ✕ 5 ) la mort de son père a été un électrochoc. le signal d'alarme pour lui. il a compris ce qu'il ne désirait pas. il ne voulait pas prendre la suite, devenir le chef.. car même s'il était fier de lui, il ne voulait de cette place. c'est ce qui l'a poussé à s'en aller. à disparaître. et il est devenu le paria de tout un clan de sicilien. laissant son frère tout gérer à sa place. il s'est embrigadé auprès des truands ayant besoin de soldats. il est devenu leur passeur. il a commencé en bas de l'échelle. par des vols sans importance puis ensuite par les voyages entre les etats-unis et la colombie, apportant la poudre blanche sur la côte ouest, dissimulant des armes pour franchir la frontière. il s'est perdu dans ce cercle vicieux qui lui rapportait de l'argent et qui provoquait des sensations enivrantes dans toutes ses cellules. et il ne s'est plus jamais arrêté. la drogue et les armes n'étaient que le commencement. au fur et à mesure du temps, il a offert d'autres services. il a envoyé des messages à des ennemis des gangs pour les obliger à payer, il a caché des corps pour ne pas attirer les soupçons, il a nettoyé les traces de ses employeurs, il a fait tout ce qu'on lui demandait. sans jamais refuser, le visage froid et impassible, insensible à ce qu'il faisait. aux crimes qu'il commettait. la liste s'est allongée. les meurtres se sont rajoutés, ses mains se sont salies avec les années, ses méthodes se sont perfectionnées et ses tarifs ont augmenté aussi. mais il n'a plus jamais su s'arrêter. pour rien au monde, il y penserait aujourd'hui. il est un criminel, il le comprend, toutefois, il n'en a pas honte. toujours vu comme quelqu'un de mauvais, il a fini par s'en convaincre lui aussi. et par accepter cette idée. ( ✕ 6 ) toute sa loyauté est tournée vers lui-même et vers les hommes qui le paient pour qu'il fasse les mauvais boulots. il n'a pas un seul clan qu'il soutient, un homme qu'il défend particulièrement. cela ne lui ressemble pas. ( ✕ 7 ) il a essayé de se défaire de son accent italien, mais il n'y arrive pas, ayant la vieille habitude de s'exprimer dans sa langue natale avec ceux qui le comprennent. il jure en italien, il s'énerve en italien, il garde les mots chantants de son pays d'origine comme moyen de communication préféré. assumant avec une fierté de lion ses origines. c'est aussi pour cela qu'il ne s'est jamais défait de son passeport italien et de sa nationalité italien. sa terre d'origine montre à tout le monde qu'il est un dangereux truand, un parrain dans cet univers de requins. cette origine lui donne accès à tout en un claquement de doigts, et il ne se verrait pas se passer de tous les avantages qu'il a acquis dans le sud du continent. ( ✕ 8 ) Il n'a jamais eu aucun mal à faire le sale boulot pour ceux qui lui demandent. Ce n'est pas qu'il ne fait pas la distinction entre le mal et le bien, il voit toujours cette ligne invisible mais même quand il s'en approche, il ne ressent rien à part du vide. Alors il continue encore et toujours.  Il ne s'arrête pas, il avance en regardant froidement les corps sur le sol. cela lui convient totalement. ( ✕ 9 ) sa nouvelle vie lui permettant, il a un look soigné, il aime être élégant, ne pas ressembler à un vulgaire délinquant sans aucune classe. il a des costumes taillés sur mesure qu'il porte tous les jours, des chaussures vernies qu'il sort lors de grands événements, aimant la stature que les tenues classes lui donnent. toutefois chaque fois qu'il enfile son uniforme d'homme de main, il délaisse les chemises aux coupes parfaites pour des choses ne craignant pas les tâches. ( ✕ 10 ) Alaric Scarbough. cet homme à l'accent différent du sien, venu d'une île pluvieuse. un homme aux allures princières dans cet univers de voyou. au début, il l'a vu arriver en californie avec cet oeil inquisiteur, prêt à attaquer, à toucher sa jugulaire s'il cela devenait nécessaire. sauf qu'en peu de temps, ces deux hommes que tout oppose, ces deux hommes aux enfances en tout point dissemblables, ils se sont rapprochés. ils sont devenus amis. et ils ont beau ne pas se le dire, les sentiments étant interdits dans ce monde, Alaric est ce qui se rapproche le plus d'un meilleur ami aux yeux d'Andrea. il lui est loyal et dévoué pour les affaires, mais il le retrouve aussi pour lui faire découvrir les plaisirs californiens, pour l'ouvrir à cette culture si différente des manoirs anglais. ( ✕ 11 ) même si cela n'est pas facilement visible, il peut avoir un bon fond, quand il tient à quelqu'un. la preuve en est avec sa mère qu'il protège de toutes les tempêtes. pour qui il est prêt à tuer une armée sans difficulté. il lui donne tout. il pourrait même leur donner sa vie s'il le fallait. constamment il appelle Maria, continue de lui envoyer d'aller la voir depuis vingt-ans et il ne se verrait pas l'abandonner. quand il le peut, il va la voir, la fait venir à Los Angeles. c'est de cette manière qu'il lui prouve son amour de fils envers sa mère. ( ✕ 12 ) il voyage souvent, connaît tous les pays d'Amérique du Sud où il a ses accès privilégiés même s'il n'est pas un enfant de là-bas, va même parfois de l'autre côté de l'océan pour voyager, pour retourner sur cette terre natale. il a appris un peu le russe, même s'il n'aime guère cette langue froide et tranchante, plus habitué à la chaleur de son italien natal. ( ✕ 13 ) il a beau avoir longtemps participé à divers trafics de drogues, il n'y touche pas. il y a goûté plusieurs fois par le passé. il en a consommé un peu avec certains. mais plus maintenant. il ne veut pas. il s'y refuse, car il sait les ravages que cette substance peut faire. les dégâts provoqués par la poudre blanche. c'est cette merde qui lui a enlevé l'un de ses premiers amis faits sur le sol californien. alors il ne souhaite plus que cela arrive. c'est peut-être aussi ce qui explique cette envie protectrice inexplicable qu'il a quand il aperçoit le regard d'Arabella. ( ✕ 14 ) des femmes il en a connu, il en a charmé pleins, il a pris du plaisir avec elles avant de disparaître. mais il aurait dû comprendre en regardant Arabella pour la première fois qu'elle ne serait pas comme toutes les autres. Elle lui semblait plus torturée, un peu brisée à l'intérieur de son coeur, et il voulait la réchauffer et la ramener près de lui. c'est ce qu'il a fait, chavirant par l'effet de ses baisers, par la douceur de soie lorsqu'elle caressait sa peau. elle a été une sorcière, elle l'a charmé, elle l'a hypnotisé sans qu'il ne s'en rende compte, et il ne parvient plus à oublier les heures qu'ils ont passé ensemble. elles se sont immiscées dans sa tête et ne disparaissent plus. ( ✕ 15 ) malgré ses crimes, il tente d'avoir de bonnes manières et de bien se comporter, surtout avec les femmes. il les respecte, il les vénère, et c'est pour cette raison qu'il lui arrive de rappeler à l'ordre les hommes aux mauvaises manières avec la gente féminine, refusant les hommes violents et dégoûtants, il n'a aucun mal à leur faire passer l'envie de recommencer une pareille attitude, trouvant son intérêt dans ce service qu'il lui offre.  ( ✕ 16 ) il fréquente des hommes puissants, il connaît les chefs de cartel, les parrains de la mafia, comme sa propre famille par exemple. il n'est pas effrayé par eux et il ne les envie pas. il ne veut pas leur place, préfère la sienne, plus facile à gérer. et n'aime pas les responsabilités des boss, de ceux que tous rêveraient de voir mort ou de déposséder de leur trône doré. il n'envie personne et il ne souhaite pas être à la place d'Alaric non plus.  ( ✕ 17 ) il a le caractère sanguin des hommes latins, il est le feu qui s'embrase à l'approche d'une minuscule étincelle. il peut s'énerver trop vite, s'emporter et perdre le contrôle de son âme en un claquement de briquets. et pourtant, il se contrôle nettement plus que par le passé. il sait comment se calmer. toutefois, cela ne l'empêche pas d'user de ses poings régulièrement, quand on le provoque, quand on le menace, quand on ose tenter d'approcher l'un des siens. ( ✕ 18 ) il ne raconte pas particulièrement son histoire. il n'aime pas parler de lui, évoquer son enfance, se remémorer de là d'où il vient et ce qu'il a pu connaître. rappeler à tous qu'il a tourné le dos au clan familial. il est l'homme mystérieux qui parle uniquement quand cela s'avère obligatoire. et il ne se confie pas. pas quand on ne le connaît pas. pas quand on n'a pas réussi à aller en dessous de la surface. peu peuvent se vanter de le connaître réellement, savoir qui il est et ce qu'il aime. ( ✕ 19 )  Il n'a que peu d'amis, n'aimant pas se lier aux autres, il n'est pas connu pour être très sociable... Cela ne lui ressemble absolument pas. Il n'en a pas besoin, c'est ce qu'il se dit depuis toujours. Il a des connaissances et il a quelques personnes qu'il peut considérer comme des amis, des alliés. Ceux qu'il viendrait défendre contre des forces maléfiques. Ceux qui pourrait l'appeler à tout moment et qu'il ne repousserait jamais. Alaric est l'un d'entre eux. ( ✕ 20 ) Il s'est retrouvé à quelques reprises dans de mauvaises postures et il a des cicatrices qui le prouvent. Il essaie autant que possible d'éviter des situations pareilles mais parfois l'imprévu s'invite au rendez-vous. Pourtant, minutieux il prend toujours ses précautions, il est vigilant mais cela ne suffit pas toujours. Et il se souvient de l'effet agréable des doigts d'Arabella sur la cicatrice qui longe son abdomen.

EN VRAC:
✕ il a toujours une arme sur lui, cachée à la ceinture de son pantalon elle ne le quitte pas et il ne s'en défait jamais, pour sa propre sécurité. ✕ il boit de la tequila depuis l'adolescence, il va jusqu'à aller la chercher en amérique du sud pour goûter la meilleure ✕ il sait cuisiner et il aime bien préparer des plats italiens quand il en a la possibilité, même si cela tranche nettement avec le personnage ✕ il aime le fait d'inspirer la crainte chez les autres, c'est une satisfaction assez enivrante pour lui ✕ avant qu'il parte de sa nuit avec Arabella il lui a donné son numéro, sans savoir pourquoi. Peut-être pour qu'elle n'oublie pas, pour qu'elle le contacte en cas de besoin, si elle était en danger. Ou simplement si elle le désirait. et une partie de son esprit attend qu'elle le fasse. ✕ sa personnalité est froide mais il aime sourire malgré tout ✕ il n'est pas très amateur de technologie. il sait utiliser les smartphones quand il en a besoin, mais les réseaux sociaux ne l'intéressent pas. ✕ il garde toujours sur lui une vieille photographie familiale de ses parents ✕ il se moque régulièrement du nom de famille d'Alaric qui lui semble imprononçable.


 ♡ CAN YOU LOVE ME LIKE I DO ?


♡ QUELLE EST LA CHOSE LA PLUS IMPORTANTE POUR TOI ? continuer ce qu'il fait jour après jour sans jamais s'arrêter. ne pas se préoccuper du reste à part ça. parce qu'il ne considère pas la famille comme importante, ni réellement autre chose donc il trace sa route jour après jour sans penser au reste. ♡ QUEL EST TON PLUS GRAND RÊVE ? il n'est pas un idéaliste, il n'est pas de ces gens perdus dans les étoiles, il a les pieds sur les terres, parce qu'il sait que les rêves ne sont de toute façon pas faits pour être réalisés non ? ♡ PENSES-TU QUE L'AMOUR SOIT NECESSAIRE POUR ÊTRE HEUREUX ? peut-être ou peut-être pas. il n'aime pas confier son coeur à qui que ce soit, mais après l'effet étrange qu'Arabella commence à produire sur lui le trouble plus que de raison.  par contre il ne le dira absolument jamais.



 ♡ YOU'RE IN MY HEAD. ALWAYS.

pseudo/prénom: fakementine. âge: 26 longues années. d'où viens-tu? france always type de personnage: de base un scénario de mon caribou. comment as-tu connu le forum? grâce à internet. un dernier mot: force et honneuri.
Revenir en haut Aller en bas
andrea ✕ there's a fine line between wrong and right and you're performing a balancing act
Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
A kiss to build a dream on
 :: one in a million :: walking on a dream
-
Sauter vers: