Partagez

sorry seems to be the hardest word (shelby)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ you belong with me
Adrian Blackwell-Kors
you belong with me

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
just the way you are
›› Los Angeles since : 19/06/2016
›› Love letters written : 1539
›› It's crazy, I look like : charlie (cutie) cox.
i swear we were infinite
sorry seems to be the hardest word (shelby) Vide
MessageSujet: sorry seems to be the hardest word (shelby) sorry seems to be the hardest word (shelby) EmptyJeu 16 Mai - 19:45


≈ ≈ ≈
{ sorry seems to be the hardest word }
crédit/ psychotic bitch ✰ w/ @shelby blackwell-kors

Adrian n’a jamais pensé qu’un jour, il ferait parti de ces hommes qui fuient et qui font preuve de lâcheté parce qu’ils ont peur d’affronter la réalité. Pourtant, il l’a fait. Au même titre qu’il se pensait incapable de tromper sa femme, Shelby. Il a déserté le domicile familial pendant deux jours. Il a coupé son téléphone et s’est exilé, dans une maison appartenant à ses parents, à une cinquantaine de kilomètres de Los Angeles, pour réfléchir. Réfléchir à quoi ? A son avenir, aussi simplement soit-il, avec sa femme. En effet, celle-ci lui a ouvert les yeux sur l’état de leur relation : fanée. Pendant plusieurs mois si ce n’est même quelques années, Adrian s’est leurré à croire qu’ils étaient heureux et à penser que ce bébé, leur fils d’un an, résoudrait leur problème. Or, un bébé n’est pas un pansement et ne panse aucune plaie, surtout pas celle qui blesse des parents.

Sans grande fierté, conscient de son attitude lamentable, Adrian pousse la porte d’entrée. Il est accueilli, comme toujours, par les deux élégants dalmatiens du couple qui eux, semblent heureux de le revoir. Il ne les négligent pas et les saluent tout en regardant autour de lui. Rien n’a changer. De toute façon, qu’est-ce qui aurait pu changer dans cette parfaite maison témoin où la moindre chose est à sa place ? Même les fleurs dans le vase semblent toujours aussi fraiche. Il inspire une grande bouffée d’air puis ouvre la bouche pour appeler sa femme. Elle est là, il s’en doute, car son véhicule est garé dans la cour et la poussette d’Adam, devant la porte. Puis, il se rétracte, reste silencieux. Que lui dire ? Comment se justifier ? Il n’en sait rien. Puis finalement, Adrian prend son courage en main et appelle Shelby. Simplement, par son prénom. Il entend le craquement significatif d’une des marches, qui bloque. Il lève la tête pour la regarder, sans se savoir où se mettre. Avec juste l’envie de disparaître. Oh non, ça, il l’a déjà fait les 48 dernières heures.
Revenir en haut Aller en bas
❉ you belong with me
Shelby Blackwell-Kors
you belong with me

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
just the way you are
›› Los Angeles since : 20/02/2017
›› Love letters written : 206
›› It's crazy, I look like : shantel vansanten
i swear we were infinite

( shooting the moon )
› relationships :
sorry seems to be the hardest word (shelby) Vide
MessageSujet: Re: sorry seems to be the hardest word (shelby) sorry seems to be the hardest word (shelby) EmptySam 18 Mai - 23:29


C’était le drame, la catastrophe. Shelby et Adrian avaient complètement déraillé et étaient à la limite de mettre fin à tout ce qu’ils avaient partagés. La blonde n’était pas habituée à ces situations de conflit, qu’ils avaient évité pendant la quasi-entièreté de leur relation. Dix ans sans aucun différent qui ne duraient plus d’une journée. Cette fois-ci, cela faisait deux jours. Deux jours que le couple ne s’était pas vu. Adrian avait dû partir chez ses parents. Shelby, elle, était restée chez elle. Du moins depuis hier. Elle était rentrée tard l’avant-veille, après leur dispute, puisqu’elle avait passé une bonne partie de la soirée et de la nuit avec Lysandre. Le jeune homme l’avait réconfortée mais il l’avait surtout sauvée d’elle-même puisque la jeune femme avait décidé que l’alcool ne serait pas une menace ce soir-là. Elle n’avait pas pris conscience du fait qu’avant même de partir de chez elle, elle était presque ivre. Arrivée en ville, elle avait continué à boire comme si de rien était et comme si elle ne risquait rien, ce qui était, évidemment, faux.

La jeune femme ne savait pas quoi faire. Elle ne voulait pas appeler Adrian, ne sachant pas vraiment où il en était. Étant donné que cette situation était totalement inédite pour eux, elle était totalement désemparée. Mais elle se disait, malgré tout, que des disputes dans les couples, cela pouvait arriver et s’ils n’étaient plus sur la même longueur d’onde sur certaines choses, elle savait néanmoins que leur couple était encore fort d’amour et de projets. Mais cela ne suffirait peut-être plus ? Elle se torturait l’esprit sans s’arrêter depuis la veille. Tournant et retournant le problème dans sa tête, se débattant avec ses sentiments faiblissants pour Adrian. Mais la jeune femme se débattait aussi avec autre chose. Quelque chose de différent, de neuf. Une pointe d’affection, sortie de nulle part pour quelqu’un qu’elle n’aurait pas dû approcher, de base. Quelqu’un qui aurait dû rester un étranger.  

Avec la présence de Lysandre deux soirs avant, la jeune femme s’était rendu compte qu’elle ne savait pas si le regard qu’elle portait sur le policier n’était qu’amical. Elle était horrifiée d’en arriver à se poser cette question mais il lui fallait se rendre à l’évidence. Shelby n’avait que très peu été seule dans sa vie et autant que la solitude lui faisait peur, elle devait bien admettre que Lysandre lui plaisait plus de raison. Tournant et retournant le problème dans sa tête, elle se rendit très vite compte que si elle venait à se rendre compte de ce genre de choses, c’était que ses sentiments pour Adrian étaient en train de s’affaiblir, si ce n’est de s’évanouir.

Jamais, au grand jamais, par le passé, la jeune femme ne se serait permise d’envisager poser les yeux sur un autre homme. Mais le brun ténébreux avait su attirer sa curiosité et cela ne manquait pas de piquer la jeune femme.

Mais, au fur et à mesure que cheminaient les sentiments dans son esprit, elle pensait également à Adam. Ce choix, égoïste, d’infliger à un enfant une vie instable, elle ne pouvait pas non plus le faire pour le moment. Elle savait qu’elle ne pouvait pas non plus laisser la situation avancer comme ceci. Que dirait-elle à son enfant plus tard, s’ils restaient ainsi ? « Maman, pourquoi papa et toi vous n’arrêtez pas de vous disputer ? Je croyais qu’il ne fallait pas se disputer. » « Maman, pourquoi papa et toi, vous ne faîtes pas d’activités ensemble ? » Puis, plus tard : « Pourquoi vous faites chambre à part avec Papa ? » « Pourquoi tu ne viens jamais aux réunions de famille chez mamie ? »

Était-ce vraiment la vision de l’amour qu’elle voulait donner à son enfant ? Non, elle en était sûre. Alors qu’elle réfléchissait, en rangeant les derniers vêtements passés au sèche-linge, la jeune femme entendit la porte d’entrée s’ouvrir et les dalmatiens se précipiter en aboyant légèrement pour gratifier l’hôte de la maison. Elle jeta le vêtement qu’elle tenait dans la panière et s’empressa de descendre rejoindre Adrian. Adam était à la sieste et cela donnerait une raison au couple de ne pas crier. La jeune femme baissa la tête à la vue de son mari et elle continua de descendre les marches, avant de s’approcher de lui. Elle ne savait pas quoi dire, alors elle lui proposa : « Tu veux un café ? »
Revenir en haut Aller en bas

sorry seems to be the hardest word (shelby)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Triangle platinum :: Triangle platinum residence
-