Partagez
Aller en bas

you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric)


http://www.loveiscomplicated.com/u525 http://www.loveiscomplicated.com/u525
Ludmila Romanov
Ludmila Romanov
( nothing matters, only freedom )

you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) FbW8xuxy_o
( we are the king and the queen of hell )
CAN WE FIGHT EVERY WAR TOGETHER?
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) PLjgSzJ
it starts quiet the burning rage inside us but darling, don’t hold it in for too long. because don’t you know that we are dangerous, that we are conquerors, not the conquered, that we are hurricane, that we are here to change the world. because we’ve had to fight to do things that are as natural as the sunset, that are as necessary as water and don’t you know, that makes freedom more precious. don’t you know, all our hearts are barely contained volcanos. and it’s restless this type of longing, this need of power, it tugs at contentment, like the tide drawing rocks in the sea and it’s ours . these steel spines, these held hands, these broken hearts, we can turn them into destruction, we can turn them in constellations, we can burn the kingdom down. we can rebuild the shattered pieces of this universe into our universe. and nobody will never be able to take that away, because we are the ones who have the power, we have something that made us impervious to the flame. darling, that rage, that hope, that kingdom those are ours.
›› Los Angeles since : 29/07/2015
›› Pseudo : fakementine (clémentine)
›› It's crazy, I look like : amber ♡ queen ♡ heard
›› Credit made by : bonnie (avatar) ♡ fakementine (crackship) ♡ tumblr (gifs)
›› I have a doppelgänger with : elias danvers (ben too much perfection barnes) ∷ andrea gianniotti (jake badass gylenhaal) ∷ ludmila romanov (amber queen heard) ∷ nicholas singh (chris irresistible evans) ∷ niels jönsson (richard dangerous madden) ∷ stan pietrowski (richard blue eyes armitage)
›› Availability : the princess of ice is free to have a little talk so you can ask for her » milaric
›› Love letters written : 3622
›› Damn ! I'm old, I'm : elle n'en porte pas les traces, son corps n'est pas marqué et son visage a la douceur d'un ange, qui laisserait croire qu'elle est toujours une enfant. qu'elle n'a pas vieilli depuis les années où elle aimait se rouler dans la neige à Moscou. toutefois, elle a fait une partie de la route, elle est passée de l'enfance à l'adolescence, puis elle est devenue adulte. avec toutes les difficultés que cela peut impliquer, tous les obstacles qu'elle a dû traverser. elle se sent déjà heureuse d'être âgée de trente-et-un ans désormais. car elle sait que sa vie aurait pu s'arrêter plus tôt, qu'à plusieurs reprises elle a frôlé la mort. alors elle fait de son mieux pour profiter de chaque jour, pour savourer, consciente d'avoir une menace constante au dessus de sa tête.
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) 180311020317984040
[img][/img]

›› Sexual orientation : elle est trop indomptable pour accepter de respecter des convenances, pour accepter de s'arrêter avant une ligne rouge. elle n'écoute qu'elle-même et ses envies. ses désirs profonds, même quand ils peuvent la pousser à sentir le parfum fleuri d'une femme près du sien. elle ne s'encombre pas des protocoles et elle aime au contraire faire parler d'elle avec sa sexualité débridée et inconstante. elle n'a jamais su jusqu'alors se fixer, se limiter à une personne, que celle-ci soit un homme ou une femme. elle préfère suivre le vent et se laisser guider là où il l'emporte. elle n'a aucune limite, plus rebelle qu'une grande partie de sa famille ou des hommes du clan de son père, elle n'aime pas porter une étiquette, même si cela déplaît fortement aux siens qui ne voient pas sa sexualité assez dépravée d'un bon oeil. malgré tout, elle assume totalement sa bisexualité, appréciant les heures douces avec les femmes et le sexe passionnel avec les hommes. elle ne sait pas choisir..
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) 180311020317984040
[img][/img]

›› Occupation : il y a l'officiel et l'officieux, il y a la lumière et il y a la nuit. il y a cette destinée qu'elle porte dans son sang, qui est un héritage indéniable. un héritage dont jamais elle ne pourra se défaire. son nom lui incombait un destin, digne héritière du maître des russes. de cet homme froid faisant trembler tous les esprits, aimant torturer les âmes avant de prendre la vie. cet homme froid qui est son père, qui a voulu la transformer pour qu'elle devienne comme lui. pour qu'un jour elle soit à sa place, au sommet du monde. peu importe si elle paraît chétive, si elle ressemble à une poupée que les vents peuvent emporter, elle a supporté toutes les épreuves, tous les obstacles imposés par ce numéro un l'éduquant comme un soldat. elle n'a jamais pu être une petite fille innocente, elle n'en avait pas le droit. elle connaît les horreurs de sa famille et de son nom depuis sa plus tendre enfance. elle sait tout le sang versé par les siens, par les hommes sujets de son père. elle en a conscience, et elle a fini par prendre place dans les rangs. usant de son regard de biche et de ses paroles flatteuses pour convaincre les hommes de travailler avec les romanov. elle réchauffe les coeurs, elle rend la russie et son froid sibérien attrayant, elle marchande avec les ennemis, elle pervertit les innocents, elle rapproche davantage les alliés. elle est l'atout charme de son clan. elle tient ce rôle important dans cette machine glaciale. elle n'hésite pas à s'associer à d'autres quand elle a besoin, offrant sa confiance à peu, elle préfère majoritairement se reposer sur jason hollister. son activité affichée aux yeux de tous lui permet de faire grandir son carnet d'adresse. elle rencontre les plus grands, les plus riches, les plus célèbres lors des soirées qu'elle organise. elle leur rappelle à quel point les russes sont de bons amis. elle se plaît dans cette vie effrénée. elle sait les menaces qui pèsent sur elle, les ennemis qui aimeraient l'abattre pour ce qu'elle représente, elle a déjà été leur victime par le passé, elle a senti le canon d'une arme sur sa tempe, elle a senti la frayeur s'immiscer dans sa tête. et elle comprend que sa nouvelle alliance avec alaric rend les ouragans plus violents. mais étrangement sa nouvelle présence rassurante près d'elle la fait se sentir plus protégée qu'auparavant.

›› for better or for worse ♡ : les hommes partent, les hommes reviennent. les sentiments sont une faiblesse, un artefact à éviter. des tourments à éliminer de l'équation. dans le froid russe, on lui a toujours enseigné à ne pas se laisser avoir. à ne pas être aussi vulnérable que les êtres les plus faibles. alors les hommes, elle aime les charmer, les ramener dans sa toile. elle aime les posséder quand ils voudraient l'avoir pour l'éternité. elle ne leur accorde que quelques heures avant de les repousser pour que jamais ils ne puissent atteindre son coeur. parce qu'elle refuse qu'il l'affaiblisse, qu'il fa rende vulnérable. elle ne peut pas se le permettre. elle reste forte, elle se complaît dans les plaisirs de la chair, elle envoûte avant de les renvoyer dans le noir. elle manipule avec son sourire enjôleur, avec ses courbes hypnotisantes. mais jusqu'alors, elle n'a jamais eu la possibilité de sentir son organe vital s'animer dans la poitrine. elle ne s'est jamais laissée toucher profondément. pourtant, l'empereur russe aimerait la savoir liée, que sa digne héritière se retrouve enchaînée à un homme qu'il aurait choisi. à un allié arrangeant. dans sa liberté incessante, dans ses rêves sauvages, elle s'est transformée en panthère sibérienne, choisissant sa propre route. elle s'est sauvée, elle a pris la fuite, maîtresse de son existence. et elle a fait tout ce qu'on ne désirait pas d'elle. elle a retrouvé cet ennemi juré, cet homme qui avec ses traits froids parvient à rendre fou le grand tsar romanov. cet homme contre qui la guerre est froide, et avec qui l'armistice a toujours semblé inenvisageable. mais moins innocente que son visage angélique ne le laisse imaginer à tous ses adversaires, la princesse russe l'a envoûté, elle lui a proposé le marché le plus intéressant dans le monde des mafieux. elle lui a promis de devenir sienne. elle lui a offert la possibilité de la posséder pour contourner les voeux de son paternel. alors elle s'est alliée pour les affaires au chef de cette mafia du royaume uni alaric scarbrough, ce mafieux aux pratiques et au sang de noble anglais. ils se sont embarqués dans ce faux couple devant devenir mariage pour les rendre plus puissants, prêts à marcher près des dieux. et même si son regard continue de s'arrêter sur les hommes qui rêveraient la caresser, si elle ne refuse pas leur compagnie, elle sent cette tension grandir quand alaric et elle se retrouvent, quand sa froideur polaire se confronte à ses prunelles bleutées. quand il la repousse, quand il s'éloigne sans jamais se rapprocher. quand il lui résiste là où tous les autres succombent. petit à petit, elle vacille, prise dans ce tourbillon qu'elle a déclenché.

you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) 180311020317984040
[img][/img]

›› We're having a baby : l'horloge tourne, le compteur avance, alors elle pourrait songer à donner la vie, à offrir à sa famille une succession, un futur héritier capable de récupérer ce monde sibérien. elle sait qu'un jour elle le devra, si elle ne veut pas causer la perte des siens. cela n'est toujours pas arrivé. elle fait tout pour l'éviter, ne voulant pas porter l'enfant d'un homme qui ne compte pas. d'un homme sans valeur, uniquement là pour satisfaire ses envies. elle le sait, elle y pense, elle comprend l'importance de sa position et elle a conscience que son lien avec alaric va accélérer cette machine infernale du temps. elle préfère juste ôter ce songe de sa tête. pour le moment en tout cas, ne sachant pas comment devenir mère, comment offrir un amour moins féroce que celui que son père lui a accordé.

you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) Empty
MessageSujet: you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) EmptyDim 14 Avr - 19:55

your scars are a warning to monsters of the hell you have survived
( hollywood hills residence — with alaric scarbrough & ludmila romanov )


they say he stole her, as if persephone were only something to be coveted and not a goddess in her own right,  as if she were not as feared in their realm as he. they say that he corrupted her, that hades’s flower wilted under the stench of his death but they forget that spring is rebirth, that if anyone could be touched by the underworld and flourish, that it would be her. they say that he tricked her, that she did not want to stay. but they forget how the winter drags on, how each year it creeps in sooner, leaving bones aching for a hint of her warmth,  and it is not because he will not let her leave it is because she does not want to go ❊


Elle espérait infiniment, comme une petite fille ayant des rêves immenses, telle une enfant attendant impatiemment sans être persuadée de ce qu’elle allait pouvoir trouver à la fin de la route. La lumière ou les ténèbres. Elle était perdue dans le flou, naviguant dans un brouillard épars, sans réaliser si le chemin viendrait à s’arrêter bientôt ou dans de longues semaines. Comme une accusée attendant le verdict d’un procès, elle était la reine sur l’échafaud avant le jugement dernier, sans savoir si la lame du bourreau allait finir par lui ôter la vie. Pour l’instant les nuages ne s’étaient pas manifestés dans son monde, le ciel demeurait éclatant et d’un bleu attirant, mais elle avait cette impression étrange logée dans sa poitrine. Ce sentiment inconfortable qui ne la quittait pas. Où qu’elle allait, chaque fois qu’elle sortait, ses yeux scrutaient l’horizon à la recherche d’un signe, d’une hérésie qui sortirait du cadre, qui lui prouverait qu’elle avait raison ou qu’elle se trompait. Mais elle ne pouvait pas croire en ce calme plat, en cette absence de vagues dans l’océan. Cela ne ressemblait pas à l’empereur Romanov, ce n’était pas sa manière d’agir. Jamais il ne restait sans réaction, jamais il acceptait la défaite aussi aisément, jamais il consentait à être malmené de la sorte. Et encore moins une trahison immense de la part d’un membre de son clan. A plusieurs reprises autrefois, elle l’avait vu torturer des hommes pour des rébellions plus minimes. Il avait coupé des doigts, cassé des os pour des mots prononcer d’une voix trop forte. Il avait massacré des familles entières pour des soldats ayant trahi le royaume russe. Pourtant cette fois rien ne venait à se produire, tandis qu’elle commettait l’acte le plus répréhensible pour une princesse des glaces. Elle avait choisi l’union ennemie, elle était la Juliette russe se perdant dans les bras d’un Roméo anglais. Elle s’était détournée de son paternel, manipulant les pièces du plateau d’échecs comme elle le désirait. Elle y avait pensé, elle y avait réfléchi longuement avant de plonger sous la banquise, consciente des risques qu’elle encourait en sortant les armes. Elle avait déclaré la guerre, oublié les liens du sang et quelque part elle savait tout ce que cela signifiait. Elle reniait son propre père. Andreï Romanov le terrible, l’homme effrayant les mafieux les plus invulnérables. Parce qu’il n’était pas n’importe quel truand, il n’était pas seulement un mafieux parmi tous les autres, un de plus dans cet univers noir, il était l’incarnation du mal. L’incarnation du diable, ressemblant parfois à la réincarnation d’Attila, celui dont il aimait s’inspirer et peut-être d’ailleurs en était-il un descendant. Il y ressemblait, le barbare partant à la conquête de tous les royaumes, incapable de s’arrêter et n’acceptant pas l’hypothèse d’être déchu de son trône. Elle savait comment il agissait, que son silence n’était pas normal. Le mal allait se répandre, la foudre allait frapper c’était une certitude, cependant elle ne savait pas quand, perdue dans une mer incertaine et mal éclairée, elle pouvait simplement se préparer au pire. A une tempête d’atrocité dont elle ne serait pas la première victime. Il lui était impossible de la tuer ou de la blesser, elle était sa fille, son sang et sa chair, celle qu’il avait élevée, celle qu’il avait formée, celle qu’il désirait voir porter sa couronne dans quelques années. C’était envers son nouvel allié que ses angoisses se portaient. Peu importe s’il lui avait répété régulièrement qu’il n’était pas vulnérable, qu’il était protégé et peu importe si elle lui faisait confiance sur ce point. Il n’était pas inébranlable. Il n’était pas un dieu immortel pouvant survivre au tir des balles ou à la lame d’un couteau. Et plus elle passait du temps à ses côtés, plus elle découvrait certaines parties de son âme, plus elle le laissait s’infiltrer dans son esprit, plus un semblant de protection naissait dans sa tête. Même si elle le niait quand Teddy s’en amusait, n’assumant pas un possible attachement, les réactions qu’elle avait à son encontre montraient qu’il n’était pas un homme quelconque, qu’il n’était pas comme les amants de passage qu’elle oubliait au petit matin en ouvrant les yeux. Il était différent, suffisamment pour éveiller de l’intérêt dans sa boîte crânienne, pour provoquer de la chaleur dans son abdomen, pour troubler le rythme de ses pulsations cardiaques. Sauf qu’elle se taisait, barricadant son organe vital vers une muraille plus épaisse, se démenant à écouter les sensations logées dans son être pour travailler plus durement. Pour préparer son plan avec davantage de précision. Parce qu’elle devait battre son père, elle ne pouvait pas se permettre d’échouer, pas maintenant qu’elle avait entraîné Alaric dans les flammes de l’enfer avec elle, provoquant une tornade autour de lui. Elle était venue perturber son existence, il lui était donc impossible de perdre et elle passait chacune de ses journées à y songer, se concentrant sur son objectif ultime. Heureusement elle savait qu’elle avait des alliés, des âmes prêtes à aller sur le champ de bataille en lui tenant la main. Jason était présent et il n’était pas l’unique personne. Et tandis qu’elle finissait son appel à l’homme de main, le bruit de la porte l’incita à se rendre à l’entrée de sa bâtisse luxueuse. Reconnaissant le visage apparaissant devant elle, elle sourit instantanément, sentant des papillons délicats dans ses entrailles. « Tu m’avais pas dit que tu devais passer », elle ne s’attendait pas à le voir aujourd’hui et posant quelques secondes ses yeux sur ses iris bleutés, elle fut déstabilisée par son regard qui la troublait intensément et chaque fois qu’ils se voyaient. Dès qu’il se trouvait dans son sillage et dans son champ de vision, une réaction chimique se produisait dans son organisme, son cœur s’emballait sans qu’elle ne puisse le nier. Elle n’était pas neutre, même si elle aurait préféré rester une statue de glace. Le laissant rentrer, elle attendait quelques secondes, étonnée qu’il ne dise toujours rien et au lieu de lui répondre, il lui tendit la boîte qu’il tenait entre ses mains. Surprise elle l’attrapa, fronçant les sourcils, ne sachant pas s’il lui offrait un cadeau ou si elle devait être inquiète. Elle leva les yeux vers lui, tentant de trouver une réponse dans ses iris ou une information sur les traits de son visage. « Tu sais que c’est inutile de me faire un cadeau Alaric ? », elle le murmura malicieusement, essayant une once d’humour même si son pressentiment était mauvais. Et elle pouvait apercevoir dans l’attitude glaciale du prince des ténèbres qu’elle ne se trompait probablement pas. Elle s’activa alors pour ouvrir la petite boîte ressemblant à celle refermant les plus beaux cadeaux, toutefois ce fut l’exact opposé qui se produisit lorsque ses yeux s’arrêtèrent sur ce qu’elle contenait. Ne pouvant retenir son haut de cœur, elle recula de plusieurs centimètres, dégoutée par cette vision désagréable. Elle l’avait su, à l’instant même où elle avait pris cette décision que son paternel allait désapprouver. Elle l’avait senti quand elle s’était dressée contre lui, quand elle avait osé le faire dans son dos et quand elle s’était détournée de lui. Il allait se défendre et lancer une contrattaque. Elle avait provoqué le roi des enfers et il montrait sa rage à sa manière. Ne parvenant pas à détacher ses yeux des doigts coupés et elle ne put s’empêcher de s’en vouloir. De se sentir coupable. « Tu as reçu ça quand ? », elle jeta un regard soucieux en direction de l’anglais, ne pouvant ralentir la cadence de son cœur dans sa poitrine. Et tandis que le silence les englobait pendant plusieurs secondes, elle attrapa la petite note manuscrite en dessous des membres découpés, reconnaissant l’écriture sans l’ombre d’un doute. Il paraît que les félicitations sont de rigueur. Avec mes vœux les plus sincères. C’était risible. Enervant. Tout son père. Elle arqua un sourcil, laissant transparaître sur son visage de porcelaine tout son agacement. « Je suis désolée…. Tu sais où sont tes hommes à qui les doigts appartiennent ? », d’un geste vif de la main elle posa le cadeau plus loin pour l’éloigner de sa vue et amorça une approche vers le britannique, déposant une main solidaire sur son épaule, peu importe s’il lui tournait le dos.  Ce fébrile contact suffit à la transcender, à provoquer des frissons dans ses vaisseaux sanguins. « On va s’occuper de ça », elle le promettait. Ils s’étaient alliés pour combattre le diable, pour devenir les maîtres de l’univers et ce n’était pas cet obstacle qui allait les empêcher de continuer leur conquête.  




Dernière édition par Ludmila Romanov le Sam 10 Aoû - 23:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Alaric Scarbrough
Alaric Scarbrough
( life's been good to me so far )

you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) SkDOOyHo_o
( une jolie petite phrase par ici )you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) X8txj61E_o
une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici.
›› Los Angeles since : 08/01/2019
›› Pseudo : Childish Light
›› It's crazy, I look like : Matthew Goode
›› Credit made by : morigan
›› I have a doppelgänger with : iris gilmore (jenna-louise coleman)▼alaric scarbrough (matthew goode)▼ teddy rousseau (jessica stroup) ▼arabella henderson (elizabeth olsen) ▼emalee callaghan (jessica chastain)
›› Love letters written : 33
›› Damn ! I'm old, I'm : l'enfance est aussi loin que les rêves d'enfants qui n'existent plus, que l'époque où son père et lui s'entraînaient à l'escrime dans le jardin familiale parce que le petit garçon insistait. aux yeux de l'aristocrate, l'âge n'est rien d'autre qu'un nombre sans grande importance, un ramassis d'années qui ne défini pas une personne, ou du moins, bien moins que les expériences de vie qu'un individu peut vivre avec ces mêmes années. à ses yeux, un homme peut être aussi mûr à l'âge de vingt ans que de soixante ans, dépendant des expérience et des épreuves que la vie a mis sur son chemin. mais il n'a plus vingt ans. en effet, il s'approche dangereusement de la quarantaine, avec ses trente-neuf ans, bien que cela lui importe bien peu, qu'il ne se soucis pas vraiment des années qui défilent devant lui et il se contente de vivre un jour à la fois sans trop se soucier du prochain jour.
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) X8txj61E_o
[img][/img]

›› Sexual orientation : il ne croit pas qu'il s'est un jour posé la question, peut-être parce qu'il n'en a jamais vraiment vu l'utilité, parce qu'il sait que philosophiquement, l'attirance et le désir est une preuve de la faiblesse humaine qui témoigne de l'insignifiance de l'homme dans toute sa grandeur. après tout, le désir est seulement une preuve que l'homme ne peut avoir la science infuse, parce que désirer veut dire être faible, être égalitaire à l'animal qui désir s'accoupler, tuer, manger, dormir. le désir est cette chose primitive au même titre que la peur, quelque chose dont il est conscient. alors non, il ne s'est jamais demandé s'il désirait les hommes ou les femmes, refoulant du mieux qu'il le peut ces vagues d'attirances qui le ronge parfois, notamment devant les courbes gracieuses de la gente féminine. alors oui, il est possible de considérer alaric comme étant hétérosexuel, cela n'a même jamais fait un doute pour ses propres, bien que c'est moins défini pour lui-même.
›› Occupation : il n'y jamais eu de choix à faire, de décision à prendre. tout fut fait pour lui dès sa naissance, parce que c'est dans son sang, dans ses veines, parce que sa naissance est noble, parce qu'il fait partie de ces gens qui sont né sous une bonne étoile. alaric est l'héritier d'un titre de noblesse, faisant de lui le marquis de Marlborough, un lord anglais qui a de la prestance, du charisme, qui est l'un des célibataires les plus convoités de la haute société britannique, bien qu'il se doute que ça à plus à voir avec son titre qu'avec lui-même. ce titre, cette vie choisit pour lui, lui a quand même permis plusieurs choses, notamment de faire de hautes études en littérature et en philosophie, bien qu'il sait que ces connaissances ne sont pas d'une grande utilité sinon d'agacer les gens par des références complexes. de l'autre côté de sa famille, il est l'héritier du crime organisé britannique, cette organisme menaçant qui oeuvre dans l'ombre et qui rampe dans les ténèbres. depuis la mort de son cousin, il est parrain de la mafia du royaume-uni, un titre beaucoup moins noble, pour lequel il a dû faire ses preuves jusqu'à devenir aussi respecter qui quiconque dans sa position, menaçant dans son rôle de leader froid et glaciale, petit prince des ténèbres.
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) X8txj61E_o
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) F2EFGmGO_o

›› for better or for worse ♡ : pour lui, le mariage est une institution dans laquelle on ne saute pas à pieds joints sans être convaincu du bien fondé de ses sentiments, de la sincérité de ceux-ci, de la certitude absolue que les sentiments ne jugent pas la raison, parce que celle-ci est beaucoup plus importante que le reste aux yeux du marquis. on s’attend néanmoins de lui qu’il se mari, qu’il choisit l’une de ces lady aux cheveux d’or, de ces jeunes filles bien élevées qui ont été présenté à la cours comme si le monde a cessé d’évoluer et que son monde à lui a resté coincé des décennies plus tôt. on s’attend à ce qu’il choisisse une épouse, à ce qu’il ai des enfants, des héritiers pouvant prendre sa place le temps venu, quand son temps à lui ne sera rien d’autre qu’une partie d’histoire dans le mémoire collective. c’est l’un des fardeaux d’avoir un titre, autant celui de noblesse que celui de l’enfant des ténèbres qui règne sur un royaume de violence et d’ombres. cependant, jamais alaric n’a songé à se marier pour plaire aux gens, ne voyant l’utilité de s’embarrasser d’une alliance qui ne veut rien dire, qui n’a aucune signification que l’espoir d’avoir un héritier mâle avec quelqu’un qu’il n’aime pas. parce qu’il s’agit de cela; d’amour. alaric n’a jamais aimé, personne, pas une âme n’a réellement attiré la sienne. il ne parle pas de désir, ici, de cette chose animal et primitive qu’il a parfois pour certaines femmes qui croisent son chemin, mais de ce sentiment qui fait naître le meilleur et le pire chez une personne. du moins, ce fut le cas avant que cette créature se glisse dans sa vie, dans son bureau, lui proposant une alliance relevant des plus grandes manigances de la royauté possible, de ce monde antique qu’il a étudié si souvent, dont il est issu, aussi. cette sirène lui promettant une alliance inimaginable, autant pour son clan que pour le sien, une alliance difficile à accepter, même si cela rime avec mariage. c’est un mariage de raison qui se profile à l’horizon, bien que plus qu’il passe du temps en présence de la princesse russe, plus il s’attache, qu’il se retrouve coincé dans ses filets, tout en faisant de son mieux pour garder ses distances, pour jouer les princes froids et intouchables alors qu’elle fait naître une chaleur qu’il ne comprend pas au creux de sa poitrine. ludmila romanov est une faiblesse qu'il ne peut s'expliquer.
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) X8txj61E_o
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) ISPsji5V_o

›› We're having a baby : l’idée d’avoir des enfants ne l’a jamais vraiment dégoûté, bien qu’il n’a jamais vraiment aimé la présence des enfants, trouvant bien souvent que les parents ne les élèvent pas comme il se doit. il juge les enfants d’aujourd’hui gâtés, élevés par des appareils mobiles plutôt que par leurs parents, n’ayant aucun intérêt pour les livres ou pour la découverte si cela ne vient pas d’un écran de téléphone. il ne déteste pas les enfants pourtant, juste la société qui fait des enfants de petits robots accro à la technologie. s’il n’a pas d’enfants à lui, il se doute que ce jour viendra, parce qu’il doit passer le flambeau à quelqu’un, à sa progéniture, à quelqu’un assurant la survie des siens et cela demande un enfant. son alliance avec la princesse russe ne fait que solidifier cette certitude que ce jour viendra plus tôt qu’il ne peut se l’imaginer.
›› We are made of stars :
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) X8txj61E_o
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) 8gcJLN9H_o


you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) Empty
MessageSujet: Re: you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) EmptyLun 6 Mai - 22:19

your scars are a warning to monsters of the hell you have survived
( hollywood hills residence — with alaric scarbrough & ludmila romanov )


they say he stole her, as if persephone were only something to be coveted and not a goddess in her own right,  as if she were not as feared in their realm as he. they say that he corrupted her, that hades’s flower wilted under the stench of his death but they forget that spring is rebirth, that if anyone could be touched by the underworld and flourish, that it would be her. they say that he tricked her, that she did not want to stay. but they forget how the winter drags on, how each year it creeps in sooner, leaving bones aching for a hint of her warmth,  and it is not because he will not let her leave it is because she does not want to go ❊



L’endroit est calme, particulièrement calme. Quelque part dans les multiples pièces de ce qui ressemble plus à un manoir qu’à une maison, on peut entendre le chuchotis léger d’une pièce de musique classique bien difficile à reconnaître tant le bruissement est léger. Loin de l’endroit où il se trouve, quelque part au deuxième étage sans doute. Malgré la grandeur des lieux, Alaric se sent presque à l’étroit, bien qu’il y vît seul, si ce n’est que de la femme de charge qui s’occupe de la maison, qui s’assure de la propreté des lieux et que tout soit impeccable. Une femme d’un certain âge invisible à ses yeux, non parce qu’il la dédaigne, mais parce qu’elle met un point d’honneur à être la plus discrète possible, au point qu’il lui arrive plus souvent qu’autrement d’oublier qu’elle est quelque part dans cette demeure. Pour beaucoup, le mode de vie du petit prince anglais est loin d’être dans la norme, c’est quelque chose de ridicule et d’inutile et pourtant, à ses yeux, sa vie a quelque chose de modeste, en Amérique. Principalement parce que contrairement à l’endroit où il a grandi, cette villa est loin du château luxueux dans lequel il a passé les premières décennies de sa vie. Ce luxe surfait qui vient avec la noblesse de sang et les droits qui viennent avec. Alaric est né avec une cuillère d’argent dans la bouche, il ne le nie pas, il ne l’a jamais nié et la scène qui se déroule chez lui en ce moment même en est la preuve. Lentement, il porte la tasse de porcelaine travaillée à ses lèvres, laissant le liquide amer de son thé caresser ses lèvres avant de la déposer de nouveau dans sa soucoupe. L’homme doit faire des efforts pour se concentrer sur le roman qu’il essaie de lire, sur les mots écrit par Jean-Jacques Rousseau des années avant sa naissance, dans un style poétique et philosophique qui vous pousse à vous posez des questions sur chaque phrase dites avec normalité, avec une simplicité désarmante. Si la philosophie est quelque chose qu’il apprécie en général, s’il a toujours été un grand lecteur, aimant se perdre pendant des jours et des jours dans des mondes bien loin du sien, aujourd’hui, c’est presque difficile de se concentrer sur les mots imprimés qui noircissent le roman qu’il tient entre ses mains. Son esprit ne cesse de vagabonder, çà et là, cherchant sans cesse à se soustraire aux réflexions philosophiques pour se concentrer sur quelque chose de moins hypothétique. Il lui est difficile de ne pas réfléchir à la situation dans laquelle il se trouve avec la jeune princesse russe. Les mariages arrangés et les alliances faites par unions matrimoniales ne sont pas rares dans son monde, dans ce monde d’aristocrates qui utilisent le mariage comme moyen de s’élever dans la société et non par amour qu’on pourrait le penser. Non que ça ne se fait pas, mais c’est plus rare et il est encore plus rare que les aînés de famille puissent avoir cette possibilité. Alaric n’a jamais réfléchi à la femme avec qui il voulait passer le reste de ses jours. Principalement parce qu’il ne s’attendait pas à avoir un choix quelconque dans cette décision, mais aussi parce qu’il était loin d’être prêt à franchir le cap de la vie familiale parfaite. Il est conscient qu’il ne fait pas partie du même monde que ces gens qu’il fréquente depuis l’enfance. Si à un certain moment, il a cru qu’il aurait une vie similaire à Robert Darenberg, le gamin avec qui il partageait ses après-midis d’été, ce n’est plus le cas depuis bien longtemps. Il sait que la double vie qu’il mène est bien différente de celle de Robert. Il est aussi un prince de l’ombre, un homme devant faire des actes immondes et répréhensible aux yeux de la loi, sans réellement savoir pourquoi ou en avoir le choix. C’est ainsi et c’est tout. Ce qui le conduit irrémédiablement vers Ludmila Romanov. Cette femme qui lui a offert la plus risqué des alliances. Non seulement parce qu’il s’agit d’allier deux camps qui ne s’entendent pas depuis la nuit des temps ou parce que le père de la jeune femme est un monstre incapable de bon sens et de logique, mais aussi au niveau personnel. S’il a déjà eu quelques conquêtes, des femmes qu’il aime retrouver aux coucher du soleil pour oublier la réalité de son monde, jamais une femme n’a autant jouer avec son muscle cardiaque que la princesse russe. Jamais il n’a eu autant envie de posséder quelqu’un ou de protéger une femme de son existence et quelque part, c’est effrayant. Effrayant, parce qu’il sait que rien ne sera facile et que tout cela est probablement qu’un jeu pour elle. C’est sur cette idée qu’il entend la sonnette de la porte d’entrer sonner et les pas discrets de Mrs Lang sur le parquet ciré. Il lui faut quelques minutes avant que la vieille femme n’arrive dans la pièce où il se trouve, un sourire timide sur ses lèvres. « Désolée de vous déranger, Lord Scarbrough, mais vous avez un colis. » Alaric lève les yeux vers elle, ses propres lèvres s’étirant en un sourire alors que la femme dépose le petit paquet sur la table basse, près de sa tasse de thé. « Merci, Mrs Lang. Et combien de fois dois-je vous répéter que vous pouvez m’appeler Alaric ? », il n’a qu’un sourire poli en guise de réponse. Il sait qu’elle ne le fera jamais, qu’elle n’osera jamais, venant d’un temps ancien où ce genre de manière ne se fait pas. Elle s’efface finalement, retournant à ses occupations alors qu’il attrape la petite boîte pour l’ouvrir. Son cœur rate un battement avant de sombrer dans le fond de sa poitrine à la vue des doigts sectionnés qui se trouvent dans la boite cadeau. Ignorant la rage qui bouille lentement dans son estomac, il s’extirpe de son fauteuil, ses pas le menant vers la sortie du manoir et après quelques mots échangés avec Mrs Lang, il se retrouve derrière le volant de sa voiture de luxe, s’enfonçant dans le trafic de Los Angeles en direction de la demeure de sa princesse. Il ignore exactement comment il s’est rendu à bon port, mais ça n’a pas d’importance. Il gare sa voiture devant la maison luxueuse de la jeune femme, s’extirpe du véhicule, la boite dans les mains, rageant toujours silencieusement, muré dans un silence qui perdure jusqu’au moment où la porte s’ouvre devant lui. « Tu m’avais pas dit que tu devais passer », aucun mot de franchie la barrière de ses lèvres, il reste silencieux devant elle, s’enfonçant dans la maison après y avoir été invité. Alaric peut sentir son regard sur lui, perçant des trous dans son dos. Lentement, il lui tend la boite en guise de réponse, unique réponse qu’il est en mesure de lui donner. « Tu sais que c’est inutile de me faire un cadeau Alaric ? », il ne dit toujours rien, la regardant ouvrir la boite. Notant comment son expression change de la malice au dégoût en l’espace de quelques secondes alors qu’elle repousse les doigts coupés loin d’elle, dans un geste qui trahit ses sentiments. Il l’observe, silencieux, attendant qu’elle comprenne la réalité de la situation, la vérité derrière ce qui se produit. « Tu as reçu ça quand ? », il enfonce ses mains dans ses poches alors qu’elle prend le temps de lire le petit mot qui accompagne cette  surprise horrifiante. Il ne la quitte pas des yeux une seule seconde, l’observant avec attention avant de répondre. « Il y a environs une heure. », il se détourne finalement d’elle, s’approchant de la fenêtre, observant la vue qu’elle pouvait avoir de sa cuisine. Il sent la main de la jeune femme se poser sur son épaule et il réprime l’envie de se tourner vers elle pour l’enfermer dans ses bras. « Je suis désolée…. Tu sais où sont tes hommes à qui les doigts appartiennent ? », la question, bien que logique, est loin d’être évidente. Il sent plus boule se former dans le creux de sa gorge alors qu’il réfléchie lentement à la question. « L’un deux appartient à Louis, son alliance porte les initiales de sa femme. Pour les autres, aucune idée. », son ton est froid et plat, aussi stoïque qu’il peut l’être lui-même en ce moment. Une partie de son cerveau se met en marche, lui chuchotant qu’il devra éventuellement aviser Anna que son mari est porter disparu, qu’il est fort probable qu’elle n’a qu’un doigt à enterrer de l’homme qu’elle aime. « On va s’occuper de ça » C’est lentement qu’il se tourne vers elle, plantant ses prunelles dans les siennes, l’observant avec une rage froide et calme, une colère effrayante par son contrôle. « Et comment, Ludmila ? Tu sais aussi bien que moi que ça ne fera qu’aller de mal en pis. », son ton a quelque chose de ténébreux, d’inquiétant. Alaric n’est pas un enfant de chœur, il n’est pas un homme d’une bonté absolu et en ce moment même, c’est les ténèbres qui effacent la lumière, l’orage qui éclipse le soleil.

Revenir en haut Aller en bas

http://www.loveiscomplicated.com/u525 http://www.loveiscomplicated.com/u525
Ludmila Romanov
Ludmila Romanov
( nothing matters, only freedom )

you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) FbW8xuxy_o
( we are the king and the queen of hell )
CAN WE FIGHT EVERY WAR TOGETHER?
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) PLjgSzJ
it starts quiet the burning rage inside us but darling, don’t hold it in for too long. because don’t you know that we are dangerous, that we are conquerors, not the conquered, that we are hurricane, that we are here to change the world. because we’ve had to fight to do things that are as natural as the sunset, that are as necessary as water and don’t you know, that makes freedom more precious. don’t you know, all our hearts are barely contained volcanos. and it’s restless this type of longing, this need of power, it tugs at contentment, like the tide drawing rocks in the sea and it’s ours . these steel spines, these held hands, these broken hearts, we can turn them into destruction, we can turn them in constellations, we can burn the kingdom down. we can rebuild the shattered pieces of this universe into our universe. and nobody will never be able to take that away, because we are the ones who have the power, we have something that made us impervious to the flame. darling, that rage, that hope, that kingdom those are ours.
›› Los Angeles since : 29/07/2015
›› Pseudo : fakementine (clémentine)
›› It's crazy, I look like : amber ♡ queen ♡ heard
›› Credit made by : bonnie (avatar) ♡ fakementine (crackship) ♡ tumblr (gifs)
›› I have a doppelgänger with : elias danvers (ben too much perfection barnes) ∷ andrea gianniotti (jake badass gylenhaal) ∷ ludmila romanov (amber queen heard) ∷ nicholas singh (chris irresistible evans) ∷ niels jönsson (richard dangerous madden) ∷ stan pietrowski (richard blue eyes armitage)
›› Availability : the princess of ice is free to have a little talk so you can ask for her » milaric
›› Love letters written : 3622
›› Damn ! I'm old, I'm : elle n'en porte pas les traces, son corps n'est pas marqué et son visage a la douceur d'un ange, qui laisserait croire qu'elle est toujours une enfant. qu'elle n'a pas vieilli depuis les années où elle aimait se rouler dans la neige à Moscou. toutefois, elle a fait une partie de la route, elle est passée de l'enfance à l'adolescence, puis elle est devenue adulte. avec toutes les difficultés que cela peut impliquer, tous les obstacles qu'elle a dû traverser. elle se sent déjà heureuse d'être âgée de trente-et-un ans désormais. car elle sait que sa vie aurait pu s'arrêter plus tôt, qu'à plusieurs reprises elle a frôlé la mort. alors elle fait de son mieux pour profiter de chaque jour, pour savourer, consciente d'avoir une menace constante au dessus de sa tête.
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) 180311020317984040
[img][/img]

›› Sexual orientation : elle est trop indomptable pour accepter de respecter des convenances, pour accepter de s'arrêter avant une ligne rouge. elle n'écoute qu'elle-même et ses envies. ses désirs profonds, même quand ils peuvent la pousser à sentir le parfum fleuri d'une femme près du sien. elle ne s'encombre pas des protocoles et elle aime au contraire faire parler d'elle avec sa sexualité débridée et inconstante. elle n'a jamais su jusqu'alors se fixer, se limiter à une personne, que celle-ci soit un homme ou une femme. elle préfère suivre le vent et se laisser guider là où il l'emporte. elle n'a aucune limite, plus rebelle qu'une grande partie de sa famille ou des hommes du clan de son père, elle n'aime pas porter une étiquette, même si cela déplaît fortement aux siens qui ne voient pas sa sexualité assez dépravée d'un bon oeil. malgré tout, elle assume totalement sa bisexualité, appréciant les heures douces avec les femmes et le sexe passionnel avec les hommes. elle ne sait pas choisir..
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) 180311020317984040
[img][/img]

›› Occupation : il y a l'officiel et l'officieux, il y a la lumière et il y a la nuit. il y a cette destinée qu'elle porte dans son sang, qui est un héritage indéniable. un héritage dont jamais elle ne pourra se défaire. son nom lui incombait un destin, digne héritière du maître des russes. de cet homme froid faisant trembler tous les esprits, aimant torturer les âmes avant de prendre la vie. cet homme froid qui est son père, qui a voulu la transformer pour qu'elle devienne comme lui. pour qu'un jour elle soit à sa place, au sommet du monde. peu importe si elle paraît chétive, si elle ressemble à une poupée que les vents peuvent emporter, elle a supporté toutes les épreuves, tous les obstacles imposés par ce numéro un l'éduquant comme un soldat. elle n'a jamais pu être une petite fille innocente, elle n'en avait pas le droit. elle connaît les horreurs de sa famille et de son nom depuis sa plus tendre enfance. elle sait tout le sang versé par les siens, par les hommes sujets de son père. elle en a conscience, et elle a fini par prendre place dans les rangs. usant de son regard de biche et de ses paroles flatteuses pour convaincre les hommes de travailler avec les romanov. elle réchauffe les coeurs, elle rend la russie et son froid sibérien attrayant, elle marchande avec les ennemis, elle pervertit les innocents, elle rapproche davantage les alliés. elle est l'atout charme de son clan. elle tient ce rôle important dans cette machine glaciale. elle n'hésite pas à s'associer à d'autres quand elle a besoin, offrant sa confiance à peu, elle préfère majoritairement se reposer sur jason hollister. son activité affichée aux yeux de tous lui permet de faire grandir son carnet d'adresse. elle rencontre les plus grands, les plus riches, les plus célèbres lors des soirées qu'elle organise. elle leur rappelle à quel point les russes sont de bons amis. elle se plaît dans cette vie effrénée. elle sait les menaces qui pèsent sur elle, les ennemis qui aimeraient l'abattre pour ce qu'elle représente, elle a déjà été leur victime par le passé, elle a senti le canon d'une arme sur sa tempe, elle a senti la frayeur s'immiscer dans sa tête. et elle comprend que sa nouvelle alliance avec alaric rend les ouragans plus violents. mais étrangement sa nouvelle présence rassurante près d'elle la fait se sentir plus protégée qu'auparavant.

›› for better or for worse ♡ : les hommes partent, les hommes reviennent. les sentiments sont une faiblesse, un artefact à éviter. des tourments à éliminer de l'équation. dans le froid russe, on lui a toujours enseigné à ne pas se laisser avoir. à ne pas être aussi vulnérable que les êtres les plus faibles. alors les hommes, elle aime les charmer, les ramener dans sa toile. elle aime les posséder quand ils voudraient l'avoir pour l'éternité. elle ne leur accorde que quelques heures avant de les repousser pour que jamais ils ne puissent atteindre son coeur. parce qu'elle refuse qu'il l'affaiblisse, qu'il fa rende vulnérable. elle ne peut pas se le permettre. elle reste forte, elle se complaît dans les plaisirs de la chair, elle envoûte avant de les renvoyer dans le noir. elle manipule avec son sourire enjôleur, avec ses courbes hypnotisantes. mais jusqu'alors, elle n'a jamais eu la possibilité de sentir son organe vital s'animer dans la poitrine. elle ne s'est jamais laissée toucher profondément. pourtant, l'empereur russe aimerait la savoir liée, que sa digne héritière se retrouve enchaînée à un homme qu'il aurait choisi. à un allié arrangeant. dans sa liberté incessante, dans ses rêves sauvages, elle s'est transformée en panthère sibérienne, choisissant sa propre route. elle s'est sauvée, elle a pris la fuite, maîtresse de son existence. et elle a fait tout ce qu'on ne désirait pas d'elle. elle a retrouvé cet ennemi juré, cet homme qui avec ses traits froids parvient à rendre fou le grand tsar romanov. cet homme contre qui la guerre est froide, et avec qui l'armistice a toujours semblé inenvisageable. mais moins innocente que son visage angélique ne le laisse imaginer à tous ses adversaires, la princesse russe l'a envoûté, elle lui a proposé le marché le plus intéressant dans le monde des mafieux. elle lui a promis de devenir sienne. elle lui a offert la possibilité de la posséder pour contourner les voeux de son paternel. alors elle s'est alliée pour les affaires au chef de cette mafia du royaume uni alaric scarbrough, ce mafieux aux pratiques et au sang de noble anglais. ils se sont embarqués dans ce faux couple devant devenir mariage pour les rendre plus puissants, prêts à marcher près des dieux. et même si son regard continue de s'arrêter sur les hommes qui rêveraient la caresser, si elle ne refuse pas leur compagnie, elle sent cette tension grandir quand alaric et elle se retrouvent, quand sa froideur polaire se confronte à ses prunelles bleutées. quand il la repousse, quand il s'éloigne sans jamais se rapprocher. quand il lui résiste là où tous les autres succombent. petit à petit, elle vacille, prise dans ce tourbillon qu'elle a déclenché.

you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) 180311020317984040
[img][/img]

›› We're having a baby : l'horloge tourne, le compteur avance, alors elle pourrait songer à donner la vie, à offrir à sa famille une succession, un futur héritier capable de récupérer ce monde sibérien. elle sait qu'un jour elle le devra, si elle ne veut pas causer la perte des siens. cela n'est toujours pas arrivé. elle fait tout pour l'éviter, ne voulant pas porter l'enfant d'un homme qui ne compte pas. d'un homme sans valeur, uniquement là pour satisfaire ses envies. elle le sait, elle y pense, elle comprend l'importance de sa position et elle a conscience que son lien avec alaric va accélérer cette machine infernale du temps. elle préfère juste ôter ce songe de sa tête. pour le moment en tout cas, ne sachant pas comment devenir mère, comment offrir un amour moins féroce que celui que son père lui a accordé.

you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) Empty
MessageSujet: Re: you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) EmptyMer 19 Juin - 21:59

your scars are a warning to monsters of the hell you have survived
( hollywood hills residence — with alaric scarbrough & ludmila romanov )


they say he stole her, as if persephone were only something to be coveted and not a goddess in her own right,  as if she were not as feared in their realm as he. they say that he corrupted her, that hades’s flower wilted under the stench of his death but they forget that spring is rebirth, that if anyone could be touched by the underworld and flourish, that it would be her. they say that he tricked her, that she did not want to stay. but they forget how the winter drags on, how each year it creeps in sooner, leaving bones aching for a hint of her warmth,  and it is not because he will not let her leave it is because she does not want to go ❊

Elle n’était une âme noire. Elle n’était pas une âme blanche. Elle n’était pas le diable. Elle n’était pas un ange. Elle n’était pas noircie par la colère. Elle n’était pas baignée dans l’amour. Constamment dans la nuance, dans cet équilibre entre deux univers, elle oscillait perpétuellement entre la lune et le soleil, entre son froid natal de Sibérie et la chaleur délicieuse de la Californie. Elle était une enfant de deux mondes. De deux continents. Mais surtout de deux univers. Celui des ténèbres démoniaques et celui des flashs retentissant des appareils photographiques des journalistes aimant la tracer dans tous ses pas. Depuis toujours, elle était tout ceci à la fois et elle s’en accoutumait. Elle n’avait guère le choix. Elle ne pouvait pas se permettre d’être quelqu’un d’autre. De s’évader dans une autre galaxie. D’aller se fermer dans une bulle où tout disparaîtrait. Pourtant parfois elle en rêvait. Elle en avait envie de s’en aller, de se téléporter ailleurs là où personne ne pourrait l’atteindre. Là où le chaos ne viendrait pas régner pour tout détruire. Là où la violence de son père ne se répandrait pas dans des flaques ensanglantées pour inonder le bitume californien. Parce qu’elle n’était pas comme lui, c’était ce qu’elle tentait de se répéter en boucle mentalement dans son esprit. Elle n’était pas une femme sans âme, contrairement à lui. Elle avait des sentiments. Elle avait des émotions. Elle ne se transformait pas en reine des enfers pour agrandir son pouvoir, elle ne s’asseyait pas sur son trône enflammé chaque matin et chaque soir. Elle voulait croire qu’elle était meilleure que lui. Mais elle en doutait. Chaque fois qu’elle faisait appel à des hommes de main, qu’elle savait ce qu’ils faisaient pour elle,  elle réalisait que peut-être son coeur avait été gangréné par l’obscurité, que la flaque noire s’était répandue entre ses veines pour atteindre son organe vital. Après tout, elle était la princesse de l’ombre. Elle était la future reine de l’empire gelé. Il était dans sa destinée d’être aussi froide qu’autoritaire, aussi intransigeante que violente. Et elle pouvait l’être quand les conditions le demandaient, quand elle était forcée de prouver qu’elle n’était pas aussi fragile que de la porcelaine fine, quand les attaques des ennemis venaient à menacer ses murailles de protection. Dans ces moments, elle rappelait qui elle était, quel coeur de lionne pouvait se cacher sous sa poitrine, quelle guerrière se dissimulait derrière son look impeccable. Elle le faisait. Elle déclenchait les tornades dans un claquement de doigts, elle battait des sourcils pour pénétrer sur le champ de bataille. Car elle refusait les défaites. Elle n’acceptait pas d’être vulnérable. Même quand l’adversaire était plus puissant, plus expérimenté qu’elle. Même quand l’homme se tenant en face prêt à porter le coup fatal était son père. Non. Elle ne craquait pas. Elle ne reculait pas pour rebrousser chemin. Au contraire, elle affirmait sa position combative, telle une conquérante voulant repousser tous les assauts. Elle ne pouvait pas le laisser gagner. Il n’avait pas le droit. Pas tandis qu’elle avait l’impression d’avoir trouvé quelque chose. D’avoir découvert ce qu’elle n’avait jamais connu jusqu’alors. Ce quelque chose que lui-même ne lui avait jamais apporté. Il n’avait pas su lui donner. Il n’avait pas voulu lui offrir ce cadeau unique. Cette montagne émotionnelle qu’il jugeait inutile. Et destinée aux faibles d’esprits. Ce qu’il n’était pas à ses yeux. Pas lui le grand Andrei Romanov. Pas lui l’homme incapable de prononcer un simple je t’aime à sa propre fille et à son épouse. Désormais cela ne lui importait plus. Arme à la main, elle avait pressé la détente, enclenché la bombe, prête à prendre tous les risques à mesure qu’elle se noyait dans l’océan bleuté des prunelles d’un anglais, prince des ténèbres. Son prince des ténèbres. Celui qu’elle avait choisi. Celui qui ne devait être qu’un allié avantageux mais qui s’avérait peu à peu devenir autre chose. Bien plus qu’elle ne l’imaginait. Bien plus qu’elle savait réellement gérer. Et cela était aussi agréable qu’effrayant. Prise dans le tourbillon, elle ne comprenait pas les accélérations de son muscle cardiaque, elle n’assimilait pas l’étrange chaleur dans ses entrailles dès lors qu’il apparaissait face à elle. Mais surtout il était devenu important. Il comptait pour elle, quand normalement elle se refusait à s’attacher. Elle était connectée à lui, comme si un lien invisible se tissait entre eux et dès que quelque chose l’atteignait c’était une lame qui se plantait aussi dans sa chair. Alors quand sa vision s’ancra sur le paquet offert par son paternel, son coeur se contracta et une vague de colère atteignit ses veines. Elle se fichait bien de savoir qu’elle était en partie responsable de cadeau désagréable. Elle savait qu’elle avait provoqué Satan et que c’était sa manière de se venger. Sa réponse à l’attaque. Et pour cela elle s’en voulait. Se sentant coupable d’avoir entraîné Alaric dans cet océan tumultueux.  Dans cette mer déchaînée où ils avaient choisi de se perdre tous les deux. Néanmoins elle refusait de s’attarder là-dessus, préférant reporter son torrent de rage à l’encontre de l’homme derrière ce massacre. De l’homme qui s’amusait à faire souffrir les âmes innocentes. Cela lui plaisait, elle en était persuadée, elle pouvait presque entendre son rire satisfait jusqu’à ses tympans, tandis qu’elle percevait l’affliction dans l’attitude du noble anglais. Il avait perdu certains de ses fidèles soldats et elle ne pouvait que se douter de l’effet dévastateur sur lui. C’était une attaque frontale dans ses fondations. Et l’observant de loin, elle ne savait pas comment apaiser les sentiments qui devaient l’envahir.  Elle se sentait impuissante face au carnage et face à la douleur que l’impitoyable Andreï avait engendré.  « Il y a environs une heure. », le crime était récent, il était une réponse directe aux photographies où elle apparaissait aux côtés d’Alaric. Tel un enfant mécontent, son père avait répondu de la manière la plus atroce qu’il connaissait. Il avait ôté la vie. Il avait tué sans ménagement, sachant pertinemment que c’était l’unique moyen de la faire réagir. De la pousser à l’abandon. Il la connaissait bien sa créature à la chevelure lumineuse, sa douce Ludmila accueillant les chiens errants et continuant à croire en l’humanité, son héritière à qui il avait sans cesse répété de s’endurcir. Vainement. Jusqu’à aujourd’hui. Parce qu’il avait réussi. Sa volonté était devenue plus solide que l’acier et elle n’allait pas tomber. Elle n’allait pas faiblir malgré l’ennemi colossal. Loin de là. Elle se le promettait et elle le promettait aux propriétaires de ses membres découpés. « L’un deux appartient à Louis, son alliance porte les initiales de sa femme. Pour les autres, aucune idée. », un nom et des inconnus tombés dans un combat qu’ils n’avaient pas cherché. Le coeur vaillant et s’accélérant dans sa cage thoracique, elle affirma sa position conquérante, nullement prête à ce que son père remporte le duel aussi aisément.  Ses yeux rencontrèrent la froideur glaçante du regard d’Alaric et elle se figea plusieurs secondes, notant toute la colère qui ravageait l’intérieur de son âme. Une haine légitime. Et peu importe si cela pouvait en effrayer certains, elle n’était pas tout le monde. Elle n’était pas comme les autres. Au contraire, elle était prête à se tenir près de lui. A repousser davantage la lumière pour retrouver la nuit sans étoile, bien décidée à marcher dans l’ombre avec lui. « Et comment, Ludmila ? Tu sais aussi bien que moi que ça ne fera qu’aller de mal en pis. », il n’avait pas tort, mais il n’était pas des innocents. Ils n’étaient pas des âmes apeurées par l’orage, ou n’arrivant pas à marcher dans le noir. Doucement elle posa sa main sur la joue froide de l’homme et accentua son regard comme pour le convaincre. « On va trouver comment. Mais on ne va pas laisser mon père faire ça à tes hommes sans réagir. C’est hors de question. », parlant d’une voix déterminée, elle rappelait qu’elle n’allait pas le laisser faire, qu’elle était cette femme rêvant de devenir la reine d’un royaume. Elle n’était pas la proie, elle était la prédatrice prête à bondir, la louve défendant le territoire de sa meute, préparée à tuer pour sauver son loup. « On connaissait les risques c’est vrai. Mais il va payer Alaric. C’est promis.  », souffla-t-elle certaine de sa décision, parce que dans sa tête elle avait un plan. Et elle allait actionner ses pions les uns après les autres, avancer doucement pour l’obliger à capituler. Pour l’inciter à rendre les armes devant elle. « On va faire tomber mon père. J’irais jusqu’au bout. J’en suis capable. », son ton calme tranchant nettement avec les mots qu’elle venait de prononcer, avec l’annonce qu’elle faisait. C’était la guerre qu’elle déclarait. Le combat final.


Revenir en haut Aller en bas

Alaric Scarbrough
Alaric Scarbrough
( life's been good to me so far )

you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) SkDOOyHo_o
( une jolie petite phrase par ici )you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) X8txj61E_o
une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici. une citation par ici.
›› Los Angeles since : 08/01/2019
›› Pseudo : Childish Light
›› It's crazy, I look like : Matthew Goode
›› Credit made by : morigan
›› I have a doppelgänger with : iris gilmore (jenna-louise coleman)▼alaric scarbrough (matthew goode)▼ teddy rousseau (jessica stroup) ▼arabella henderson (elizabeth olsen) ▼emalee callaghan (jessica chastain)
›› Love letters written : 33
›› Damn ! I'm old, I'm : l'enfance est aussi loin que les rêves d'enfants qui n'existent plus, que l'époque où son père et lui s'entraînaient à l'escrime dans le jardin familiale parce que le petit garçon insistait. aux yeux de l'aristocrate, l'âge n'est rien d'autre qu'un nombre sans grande importance, un ramassis d'années qui ne défini pas une personne, ou du moins, bien moins que les expériences de vie qu'un individu peut vivre avec ces mêmes années. à ses yeux, un homme peut être aussi mûr à l'âge de vingt ans que de soixante ans, dépendant des expérience et des épreuves que la vie a mis sur son chemin. mais il n'a plus vingt ans. en effet, il s'approche dangereusement de la quarantaine, avec ses trente-neuf ans, bien que cela lui importe bien peu, qu'il ne se soucis pas vraiment des années qui défilent devant lui et il se contente de vivre un jour à la fois sans trop se soucier du prochain jour.
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) X8txj61E_o
[img][/img]

›› Sexual orientation : il ne croit pas qu'il s'est un jour posé la question, peut-être parce qu'il n'en a jamais vraiment vu l'utilité, parce qu'il sait que philosophiquement, l'attirance et le désir est une preuve de la faiblesse humaine qui témoigne de l'insignifiance de l'homme dans toute sa grandeur. après tout, le désir est seulement une preuve que l'homme ne peut avoir la science infuse, parce que désirer veut dire être faible, être égalitaire à l'animal qui désir s'accoupler, tuer, manger, dormir. le désir est cette chose primitive au même titre que la peur, quelque chose dont il est conscient. alors non, il ne s'est jamais demandé s'il désirait les hommes ou les femmes, refoulant du mieux qu'il le peut ces vagues d'attirances qui le ronge parfois, notamment devant les courbes gracieuses de la gente féminine. alors oui, il est possible de considérer alaric comme étant hétérosexuel, cela n'a même jamais fait un doute pour ses propres, bien que c'est moins défini pour lui-même.
›› Occupation : il n'y jamais eu de choix à faire, de décision à prendre. tout fut fait pour lui dès sa naissance, parce que c'est dans son sang, dans ses veines, parce que sa naissance est noble, parce qu'il fait partie de ces gens qui sont né sous une bonne étoile. alaric est l'héritier d'un titre de noblesse, faisant de lui le marquis de Marlborough, un lord anglais qui a de la prestance, du charisme, qui est l'un des célibataires les plus convoités de la haute société britannique, bien qu'il se doute que ça à plus à voir avec son titre qu'avec lui-même. ce titre, cette vie choisit pour lui, lui a quand même permis plusieurs choses, notamment de faire de hautes études en littérature et en philosophie, bien qu'il sait que ces connaissances ne sont pas d'une grande utilité sinon d'agacer les gens par des références complexes. de l'autre côté de sa famille, il est l'héritier du crime organisé britannique, cette organisme menaçant qui oeuvre dans l'ombre et qui rampe dans les ténèbres. depuis la mort de son cousin, il est parrain de la mafia du royaume-uni, un titre beaucoup moins noble, pour lequel il a dû faire ses preuves jusqu'à devenir aussi respecter qui quiconque dans sa position, menaçant dans son rôle de leader froid et glaciale, petit prince des ténèbres.
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) X8txj61E_o
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) F2EFGmGO_o

›› for better or for worse ♡ : pour lui, le mariage est une institution dans laquelle on ne saute pas à pieds joints sans être convaincu du bien fondé de ses sentiments, de la sincérité de ceux-ci, de la certitude absolue que les sentiments ne jugent pas la raison, parce que celle-ci est beaucoup plus importante que le reste aux yeux du marquis. on s’attend néanmoins de lui qu’il se mari, qu’il choisit l’une de ces lady aux cheveux d’or, de ces jeunes filles bien élevées qui ont été présenté à la cours comme si le monde a cessé d’évoluer et que son monde à lui a resté coincé des décennies plus tôt. on s’attend à ce qu’il choisisse une épouse, à ce qu’il ai des enfants, des héritiers pouvant prendre sa place le temps venu, quand son temps à lui ne sera rien d’autre qu’une partie d’histoire dans le mémoire collective. c’est l’un des fardeaux d’avoir un titre, autant celui de noblesse que celui de l’enfant des ténèbres qui règne sur un royaume de violence et d’ombres. cependant, jamais alaric n’a songé à se marier pour plaire aux gens, ne voyant l’utilité de s’embarrasser d’une alliance qui ne veut rien dire, qui n’a aucune signification que l’espoir d’avoir un héritier mâle avec quelqu’un qu’il n’aime pas. parce qu’il s’agit de cela; d’amour. alaric n’a jamais aimé, personne, pas une âme n’a réellement attiré la sienne. il ne parle pas de désir, ici, de cette chose animal et primitive qu’il a parfois pour certaines femmes qui croisent son chemin, mais de ce sentiment qui fait naître le meilleur et le pire chez une personne. du moins, ce fut le cas avant que cette créature se glisse dans sa vie, dans son bureau, lui proposant une alliance relevant des plus grandes manigances de la royauté possible, de ce monde antique qu’il a étudié si souvent, dont il est issu, aussi. cette sirène lui promettant une alliance inimaginable, autant pour son clan que pour le sien, une alliance difficile à accepter, même si cela rime avec mariage. c’est un mariage de raison qui se profile à l’horizon, bien que plus qu’il passe du temps en présence de la princesse russe, plus il s’attache, qu’il se retrouve coincé dans ses filets, tout en faisant de son mieux pour garder ses distances, pour jouer les princes froids et intouchables alors qu’elle fait naître une chaleur qu’il ne comprend pas au creux de sa poitrine. ludmila romanov est une faiblesse qu'il ne peut s'expliquer.
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) X8txj61E_o
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) ISPsji5V_o

›› We're having a baby : l’idée d’avoir des enfants ne l’a jamais vraiment dégoûté, bien qu’il n’a jamais vraiment aimé la présence des enfants, trouvant bien souvent que les parents ne les élèvent pas comme il se doit. il juge les enfants d’aujourd’hui gâtés, élevés par des appareils mobiles plutôt que par leurs parents, n’ayant aucun intérêt pour les livres ou pour la découverte si cela ne vient pas d’un écran de téléphone. il ne déteste pas les enfants pourtant, juste la société qui fait des enfants de petits robots accro à la technologie. s’il n’a pas d’enfants à lui, il se doute que ce jour viendra, parce qu’il doit passer le flambeau à quelqu’un, à sa progéniture, à quelqu’un assurant la survie des siens et cela demande un enfant. son alliance avec la princesse russe ne fait que solidifier cette certitude que ce jour viendra plus tôt qu’il ne peut se l’imaginer.
›› We are made of stars :
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) X8txj61E_o
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) 8gcJLN9H_o


you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) Empty
MessageSujet: Re: you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) EmptyMar 13 Aoû - 19:40

your scars are a warning to monsters of the hell you have survived
( hollywood hills residence — with alaric scarbrough & ludmila romanov )


they say he stole her, as if persephone were only something to be coveted and not a goddess in her own right,  as if she were not as feared in their realm as he. they say that he corrupted her, that hades’s flower wilted under the stench of his death but they forget that spring is rebirth, that if anyone could be touched by the underworld and flourish, that it would be her. they say that he tricked her, that she did not want to stay. but they forget how the winter drags on, how each year it creeps in sooner, leaving bones aching for a hint of her warmth,  and it is not because he will not let her leave it is because she does not want to go ❊

Il a trouvé confort dans la philosophie, dans le monde théorique qui observe le monde réel avec un œil critique et qui essaie de décortiquer les actions et les pensées de l’Homme, cette créature qui se veut différente des autres créatures vivantes tout en agissant de la même façon que les animaux desquels il se voit supérieur. Il a toujours trouvé amusant de voir les gens aux gants blancs et aux nœuds papillon parfaitement noués parler de leur dernière chasse au renard comme s’il s’agissait d’une activité récréative aussi inoffensive qu’une partie d’échecs alors qu’ils dédaignent les crimes dont on parle à la télévision. Il ne peut s’empêcher de sourire légèrement devant l’absurdité de tels faits, essayant de ne pas partir un débat interminable sur le fait que tuer un animal sans défense face à une arme à feu n’est pas plus glorieux ou moins violent que celui qui commet un meurtre lors du braquage d’une banque parce que son enfant est malade et dont les soins hospitaliers sont exorbitants. Il n’arrive pas à croire que l’homme puisse croire ses actes plus explicables quand il s’agit d’assassiner une pauvre bête par sport, pour avoir une fourrure décorative qui prend la poussière quelque part dans un manoir trop grand. Il s’amuse de voit comment l’homme se croit supérieur aux autres créatures parce qu’il est doté de réflexion et de pensées rationnelles, bien qu’en y pensant, il n’est pas certain que ce soit le cas. Il suffit d’ouvrir un journal ou la télé quelques minutes pour se rendre compte que le monde ne tourne pas rond et que l’être humain n’est pas aussi intelligent qu’il le prétend. Cependant, Alaric est loin de s’en faire avec cela. Il a grandi dans un monde de gens bien éduqués qui pensent tout savoir parce qu’ils ont le loisir de lire plus de livres que la moyenne et d’aller dans les grandes écoles du monde pour leur plaisir. Des gens qui n’ont pas besoin de travailler pour vivre plus confortablement que la moitié de l’humanité parce qu’ils sont nés sous une bonne étoile. Pendant des années, il s’est amusé à discuter avec eux, découvrant des points de vus différents sur des auteurs qu’il apprécie, sur des théories philosophiques méconnues, des conversations qui n’ont lieu qu’avec des sourires surfaits et des manières impeccables. Un monde bien différent de celui qu’il a connu plus tard dans son existence en devenant le prince de l’ombre dans un monde de lumière. Non qu’il croie avoir changé, sa personnalité a toujours été calme et calculatrice, mais il regarde maintenant les frasques de la haute société avec amusement. Il sait que le monde se résume à plus que les ouvrages lus et sa capacité à réciter Shakespeare sur demande, à sa façon de s’exercer au piano ou de parler de politique. Il sait que les gens avec qui il a passé son enfance ne pourraient survivre une seule journée dans le monde obscur de la mafia, dans ce monde qu’il a appris à comprendre et à manipuler avec la précision d’un marionnettiste. Le Marquis de Marlborough a appris que le monde ne se résume pas au savoir cumulé par les livres, mais aussi par notre vision du monde tel qu’il est. Ce monde qui est moins parfait qu’on le prétend du haut d’une tour de pierre, une coupe de cristal remplie d’un champagne hors prix dans la main en débattant du meilleur roi entre Henry XIV et Henry XVI. Avec le temps, Alaric avait croisé les déchets de l’humanité, ceux qu’il a longtemps dédaignés, les voyant comme des créatures infâmes qui ne méritent pas de fouler cette terre. Il leur a parlé, il a eu des soirées en leur compagnie, discutant de la vie, de la réalité des gens hors du cercle doré dans lequel il a grandi. Il a vu la misère de certains qui ne désiraient pas faire de mal aux autres, mais qui n’avaient pas de choix pour survivre. Il a vu la réalité de ces gens qui croient fortement faire le bien parce qu’ils ne croient pas que la société dans laquelle ils vivent est dans le droit chemin. Il s’est surpris à avoir du respect pour ces gens, de l’affection aussi pour certains d’entre eux. Maintenant, quelqu’un osait menacer ces gens qui font partie de son clan de faire du mal aux siens sans qu’il puisse bouger le petit doigt pour les aider parce que la femme qui lui fait face est trop importante pour lui. Il n’est pas idiot, il sait ce qu’il risque en étant vu avec Ludmila à son bras, il sait comment est Sir Romanov dans toute sa hargne et son penchant pour la cruauté gratuite. C’est sans doute là, la raison pour laquelle il est toujours réticent à avoir une relation avec elle, malgré qu’elle l’attire comme un aimant, comme les phares d’une voiture attirent le cerf sur la route. Maintenant dans la cuisine de la nymphe, il se montre d’un froid absolu, d’un contrôle effrayant qui vibre d’une colère sourde. Ses hommes savent qu’il n’y a rien de plus dangereux que lorsqu’il est dans cet état de froide colère et de contrôle sur ses émotions, mais la jeune femme ne le connaît pas encore suffisamment. « On va trouver comment. Mais on ne va pas laisser mon père faire ça à tes hommes sans réagir. C’est hors de question. », il pose les yeux sur elle, l’observant avec calme alors qu’une petite voix dans sa tête lui souffle qu’il doit avisé l’épouse d’un des siens que son mari ne reviendrait pas à la maison. Pas aujourd’hui, pas demain, jamais. « Ce sont mes hommes, pas les tiens. Si je ne peux les protéger, comment ferais-je pour te protéger toi ? Ou cette petite chipie qui semble te suivre partout? », rétorque-t-il froidement, sa colère n’étant pas dirigé vers elle, mais bien vers la situation. Il ne se sent pas non plus responsable de la brune qui joue un rôle important dans la vie de la femme qui lui fait face, mais il se doute que cette Theodora est importante pour Ludmila et la voir souffrir est la dernière chose qu’il désire. « On connaissait les risques c’est vrai. Mais il va payer Alaric. C’est promis. », là est une myriade de promesse plus difficile à tenir les unes que les autres. Là est une ribambelle de mots prononcés sous le coup de l’émotion. Il le sait. Il ne fait que l’observer tranquillement, curieux, agacé, fébrile aussi. Il ne sait quoi dire sans briser des promesses plus anciennes, sans briser quelque chose de fragile et d’irréparable. « On va faire tomber mon père. J’irais jusqu’au bout. J’en suis capable. », le sourire triste qui naît sur les traits de l’anglais témoigne des prochains mots qui vont s’échapper de ses lèvres. Elle est belle, avec cette détermination féroce sur ses traits angéliques. Elle est belle avec cette flamme brûlante dans le creux de ses prunelles. Elle n’a jamais été aussi belle que dans cette colère flamboyante et dans cette indignation enfantine. Il s’approche finalement d’elle, ses paumes se posant de part et d’autre de sa silhouette, la coinçant entre l’îlot de la cuisine et lui, son visage tout près du sien, si près qu’il peut sentir son souffle frôler ses lèvres. « Il vaut peut-être mieux s’éloigner l’un de l’autre, Lady Mila. Le temps que ton père se calme, le temps qu’il baisse sa garde. », susurre-t-il à son oreille, ses lèvres frôlant à peine sa peau. Ce qu’il lui propose, ce n’est pas de briser leur alliance, c’est de prendre du temps pour préparer un coup d’état, jouer la carte du retrait avant de frapper plus fort encore.

Revenir en haut Aller en bas

http://www.loveiscomplicated.com/u525 http://www.loveiscomplicated.com/u525
Ludmila Romanov
Ludmila Romanov
( nothing matters, only freedom )

you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) FbW8xuxy_o
( we are the king and the queen of hell )
CAN WE FIGHT EVERY WAR TOGETHER?
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) PLjgSzJ
it starts quiet the burning rage inside us but darling, don’t hold it in for too long. because don’t you know that we are dangerous, that we are conquerors, not the conquered, that we are hurricane, that we are here to change the world. because we’ve had to fight to do things that are as natural as the sunset, that are as necessary as water and don’t you know, that makes freedom more precious. don’t you know, all our hearts are barely contained volcanos. and it’s restless this type of longing, this need of power, it tugs at contentment, like the tide drawing rocks in the sea and it’s ours . these steel spines, these held hands, these broken hearts, we can turn them into destruction, we can turn them in constellations, we can burn the kingdom down. we can rebuild the shattered pieces of this universe into our universe. and nobody will never be able to take that away, because we are the ones who have the power, we have something that made us impervious to the flame. darling, that rage, that hope, that kingdom those are ours.
›› Los Angeles since : 29/07/2015
›› Pseudo : fakementine (clémentine)
›› It's crazy, I look like : amber ♡ queen ♡ heard
›› Credit made by : bonnie (avatar) ♡ fakementine (crackship) ♡ tumblr (gifs)
›› I have a doppelgänger with : elias danvers (ben too much perfection barnes) ∷ andrea gianniotti (jake badass gylenhaal) ∷ ludmila romanov (amber queen heard) ∷ nicholas singh (chris irresistible evans) ∷ niels jönsson (richard dangerous madden) ∷ stan pietrowski (richard blue eyes armitage)
›› Availability : the princess of ice is free to have a little talk so you can ask for her » milaric
›› Love letters written : 3622
›› Damn ! I'm old, I'm : elle n'en porte pas les traces, son corps n'est pas marqué et son visage a la douceur d'un ange, qui laisserait croire qu'elle est toujours une enfant. qu'elle n'a pas vieilli depuis les années où elle aimait se rouler dans la neige à Moscou. toutefois, elle a fait une partie de la route, elle est passée de l'enfance à l'adolescence, puis elle est devenue adulte. avec toutes les difficultés que cela peut impliquer, tous les obstacles qu'elle a dû traverser. elle se sent déjà heureuse d'être âgée de trente-et-un ans désormais. car elle sait que sa vie aurait pu s'arrêter plus tôt, qu'à plusieurs reprises elle a frôlé la mort. alors elle fait de son mieux pour profiter de chaque jour, pour savourer, consciente d'avoir une menace constante au dessus de sa tête.
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) 180311020317984040
[img][/img]

›› Sexual orientation : elle est trop indomptable pour accepter de respecter des convenances, pour accepter de s'arrêter avant une ligne rouge. elle n'écoute qu'elle-même et ses envies. ses désirs profonds, même quand ils peuvent la pousser à sentir le parfum fleuri d'une femme près du sien. elle ne s'encombre pas des protocoles et elle aime au contraire faire parler d'elle avec sa sexualité débridée et inconstante. elle n'a jamais su jusqu'alors se fixer, se limiter à une personne, que celle-ci soit un homme ou une femme. elle préfère suivre le vent et se laisser guider là où il l'emporte. elle n'a aucune limite, plus rebelle qu'une grande partie de sa famille ou des hommes du clan de son père, elle n'aime pas porter une étiquette, même si cela déplaît fortement aux siens qui ne voient pas sa sexualité assez dépravée d'un bon oeil. malgré tout, elle assume totalement sa bisexualité, appréciant les heures douces avec les femmes et le sexe passionnel avec les hommes. elle ne sait pas choisir..
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) 180311020317984040
[img][/img]

›› Occupation : il y a l'officiel et l'officieux, il y a la lumière et il y a la nuit. il y a cette destinée qu'elle porte dans son sang, qui est un héritage indéniable. un héritage dont jamais elle ne pourra se défaire. son nom lui incombait un destin, digne héritière du maître des russes. de cet homme froid faisant trembler tous les esprits, aimant torturer les âmes avant de prendre la vie. cet homme froid qui est son père, qui a voulu la transformer pour qu'elle devienne comme lui. pour qu'un jour elle soit à sa place, au sommet du monde. peu importe si elle paraît chétive, si elle ressemble à une poupée que les vents peuvent emporter, elle a supporté toutes les épreuves, tous les obstacles imposés par ce numéro un l'éduquant comme un soldat. elle n'a jamais pu être une petite fille innocente, elle n'en avait pas le droit. elle connaît les horreurs de sa famille et de son nom depuis sa plus tendre enfance. elle sait tout le sang versé par les siens, par les hommes sujets de son père. elle en a conscience, et elle a fini par prendre place dans les rangs. usant de son regard de biche et de ses paroles flatteuses pour convaincre les hommes de travailler avec les romanov. elle réchauffe les coeurs, elle rend la russie et son froid sibérien attrayant, elle marchande avec les ennemis, elle pervertit les innocents, elle rapproche davantage les alliés. elle est l'atout charme de son clan. elle tient ce rôle important dans cette machine glaciale. elle n'hésite pas à s'associer à d'autres quand elle a besoin, offrant sa confiance à peu, elle préfère majoritairement se reposer sur jason hollister. son activité affichée aux yeux de tous lui permet de faire grandir son carnet d'adresse. elle rencontre les plus grands, les plus riches, les plus célèbres lors des soirées qu'elle organise. elle leur rappelle à quel point les russes sont de bons amis. elle se plaît dans cette vie effrénée. elle sait les menaces qui pèsent sur elle, les ennemis qui aimeraient l'abattre pour ce qu'elle représente, elle a déjà été leur victime par le passé, elle a senti le canon d'une arme sur sa tempe, elle a senti la frayeur s'immiscer dans sa tête. et elle comprend que sa nouvelle alliance avec alaric rend les ouragans plus violents. mais étrangement sa nouvelle présence rassurante près d'elle la fait se sentir plus protégée qu'auparavant.

›› for better or for worse ♡ : les hommes partent, les hommes reviennent. les sentiments sont une faiblesse, un artefact à éviter. des tourments à éliminer de l'équation. dans le froid russe, on lui a toujours enseigné à ne pas se laisser avoir. à ne pas être aussi vulnérable que les êtres les plus faibles. alors les hommes, elle aime les charmer, les ramener dans sa toile. elle aime les posséder quand ils voudraient l'avoir pour l'éternité. elle ne leur accorde que quelques heures avant de les repousser pour que jamais ils ne puissent atteindre son coeur. parce qu'elle refuse qu'il l'affaiblisse, qu'il fa rende vulnérable. elle ne peut pas se le permettre. elle reste forte, elle se complaît dans les plaisirs de la chair, elle envoûte avant de les renvoyer dans le noir. elle manipule avec son sourire enjôleur, avec ses courbes hypnotisantes. mais jusqu'alors, elle n'a jamais eu la possibilité de sentir son organe vital s'animer dans la poitrine. elle ne s'est jamais laissée toucher profondément. pourtant, l'empereur russe aimerait la savoir liée, que sa digne héritière se retrouve enchaînée à un homme qu'il aurait choisi. à un allié arrangeant. dans sa liberté incessante, dans ses rêves sauvages, elle s'est transformée en panthère sibérienne, choisissant sa propre route. elle s'est sauvée, elle a pris la fuite, maîtresse de son existence. et elle a fait tout ce qu'on ne désirait pas d'elle. elle a retrouvé cet ennemi juré, cet homme qui avec ses traits froids parvient à rendre fou le grand tsar romanov. cet homme contre qui la guerre est froide, et avec qui l'armistice a toujours semblé inenvisageable. mais moins innocente que son visage angélique ne le laisse imaginer à tous ses adversaires, la princesse russe l'a envoûté, elle lui a proposé le marché le plus intéressant dans le monde des mafieux. elle lui a promis de devenir sienne. elle lui a offert la possibilité de la posséder pour contourner les voeux de son paternel. alors elle s'est alliée pour les affaires au chef de cette mafia du royaume uni alaric scarbrough, ce mafieux aux pratiques et au sang de noble anglais. ils se sont embarqués dans ce faux couple devant devenir mariage pour les rendre plus puissants, prêts à marcher près des dieux. et même si son regard continue de s'arrêter sur les hommes qui rêveraient la caresser, si elle ne refuse pas leur compagnie, elle sent cette tension grandir quand alaric et elle se retrouvent, quand sa froideur polaire se confronte à ses prunelles bleutées. quand il la repousse, quand il s'éloigne sans jamais se rapprocher. quand il lui résiste là où tous les autres succombent. petit à petit, elle vacille, prise dans ce tourbillon qu'elle a déclenché.

you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) 180311020317984040
[img][/img]

›› We're having a baby : l'horloge tourne, le compteur avance, alors elle pourrait songer à donner la vie, à offrir à sa famille une succession, un futur héritier capable de récupérer ce monde sibérien. elle sait qu'un jour elle le devra, si elle ne veut pas causer la perte des siens. cela n'est toujours pas arrivé. elle fait tout pour l'éviter, ne voulant pas porter l'enfant d'un homme qui ne compte pas. d'un homme sans valeur, uniquement là pour satisfaire ses envies. elle le sait, elle y pense, elle comprend l'importance de sa position et elle a conscience que son lien avec alaric va accélérer cette machine infernale du temps. elle préfère juste ôter ce songe de sa tête. pour le moment en tout cas, ne sachant pas comment devenir mère, comment offrir un amour moins féroce que celui que son père lui a accordé.

you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) Empty
MessageSujet: Re: you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) EmptyJeu 22 Aoû - 16:53

your scars are a warning to monsters of the hell you have survived
( hollywood hills residence — with alaric scarbrough & ludmila romanov )


they say he stole her, as if persephone were only something to be coveted and not a goddess in her own right,  as if she were not as feared in their realm as he. they say that he corrupted her, that hades’s flower wilted under the stench of his death but they forget that spring is rebirth, that if anyone could be touched by the underworld and flourish, that it would be her. they say that he tricked her, that she did not want to stay. but they forget how the winter drags on, how each year it creeps in sooner, leaving bones aching for a hint of her warmth,  and it is not because he will not let her leave it is because she does not want to go ❊

Elle ne connaissait pas cette sensation exaltante des battements cardiaques s’emballant dans la poitrine, elle vivait dans un univers où ses pensées ne se tournaient jamais en direction d’une unique personne. Elle ne comprenait pas les règles liées aux sentiments. Aux émotions fortes capables d’emporter un coeur dans une autre galaxie. Dans l’univers de l’amour, elle était cette aveugle cherchant comment se repérer, perdue dans un brouillard épais où elle ne distinguait rien. Où tout était flou. Car elle ne comprenait pas le mécanisme des relations amoureuses. Elle ne savait pas comment elle devait agir, où poser le pied pour éviter de subir le venin du serpent le plus venimeux. Elle était douée dans des domaines variés, elle excellait dans des pratiques étranges, mais la normalité sociale l’effrayait, plus que les meurtres. Plus que les bagarres sanguinaires. Plus que les guerres entre deux empereurs combattant pour obtenir une place sur un trône. Et elle savait pourquoi. Parce qu’elle n’avait pas été élevée pour être la femme de quelqu’un. Pour s’oublier au profit de l’homme à ses côtés. Il n’était pas prévu qu’elle laisse son organe vital prendre toutes les décisions à sa place. Dans le plan programmé par les Romanov, elle avait un rôle. Une destinée précise et le mot amour n’était pas gravé dans cette toile éternelle. Il avait été volontairement effacé jusqu’à la fin des temps. Tout comme la possible présence de sentiments. Pour que jamais elle ne devienne faible et vulnérable. Car chaque personne qu’elle prenait le risque d’avoir auprès d’elle était un être qu’on pouvait lui retirer. Qu’on pouvait maltraiter pour briser son muscle cardiaque en de multiples morceaux incollables. Elle l’avait vécu une simple fois, cette nuit où la respiration de sa cousine s’était arrêtée, où elle avait aperçu son corps rencontrer violemment le bitume froid. Malgré les années, elle s’en souvenait, n’ayant jamais pu retirer cette image cauchemardesque de sa mémoire. Elle s’était imprimée dans sa boîte crânienne, elle s’était implantée dans chaque cellule musculaire et cardiaque pour lui rappeler ce qui pouvait se produire. Un jour subitement. Au détour d’une rue. Un banal accident pour assouvir des pulsions violentes. C’était son existence. Dans ce paysage qu’elle se levait tous les matins, avec cette épée de Damoclés au dessus de la tête. Et désormais le fléau demeurait plus grand. Plus imposant. Maintenant qu’elle avait lié son destin à celui de l’homme lui faisant face. Le prince des ténèbres à l’allure glaciale qui pourtant en un regard bleuté parvenait à faire fondre la glace protégeant ses vaisseaux sanguins. Il était insensé qu’elle le contemple avec cette flamme noyée dans les prunelles, qu’elle se sente envoûtée à chaque parole que sa voix prononçait suavement. Néanmoins cela se produisait constamment dernièrement. Il avait ce quelque chose d’attirant, d’hypnotique. Cette capacité à charmer un auditoire de nobles érudits ou de terroriser les esprits les plus terribles de l’humanité. Naviguant dans les deux galaxies avec élégance, il devenait peu à peu l’objet des songes profonds de la princesse russe. De la sirène qui ne cherchait qu’à s’allier avec lui par intérêt, par pur désir de rébellion. Cependant tout changeait progressivement. Et elle découvrait d’autres aspects de cette alliance qui la rendait plus agréable. Plus délicieuse même. Il n’était plus comme tout le monde pour elle. Il représentait désormais quelque chose. Il avait réussi à s’infiltrer dans sa tête, à se frayer ce chemin discrètement vers sa chair pour aller jusqu’à sa poitrine et elle ne savait plus comment le faire disparaître. Comment reprendre le total contrôle de ses pensées et cela était aussi effrayant que savoureux. Parce qu’elle savait qu’il devenait une cible, qu’il avait un point rouge en permanence sur sa tête. Elle avait réveillé la cruauté de l’empereur Romanov. Ils avaient réveillé sa fureur en se dévoilant ensemble. Provoquant la guerre froide entre deux clans d’ors et déjà ennemis. Et peu importe la place qu’elle devait normalement prendre, à côté de quel roi elle était supposée s’asseoir pour porter allégeance, elle préférait la désertion, devenir une adversaire. C’était en tout cas le choix qu’elle avait fait, sans éprouver le moindre regret. Elle ne voulait pas être comme son paternel, elle ne rêvait pas de se transformer en l’incarnation du Diable, être la fille de Satan. Paradoxale rêverie naïve. Elle deviendrait la reine un jour prochain. Néanmoins elle ne serait pas comme lui. Elle ne répandrait pas le liquide à la couleur carmin partout sur la pureté de la neige. Ses méthodes étaient moins violentes, moins assassines et plus réfléchies. Elle aimait le penser. Mais malgré tout à l’heure actuelle, se venger ne la dérangeait pas. Pour défendre ce qui lui importait, elle tendait les armes et se préparait à un combat sanguinaire où les pertes seraient nombreuses, elle n’en doutait pas. Même si son Nemesis n'appréciait pas ses pulsions vengeresses, elle ne comptait pas rester silencieuse. « Ce sont mes hommes, pas les tiens. Si je ne peux les protéger, comment ferais-je pour te protéger toi ? Ou cette petite chipie qui semble te suivre partout? », elle écoutait cette voix qui n’indiquait que la stricte réalité mais qu’elle refusait d’entendre pleinement. Elle n’était pas la princesse enfermée dans un donjon que l’on devait protéger du monde extérieur. Son pouvoir était plus grand et elle n’était pas vulnérable. Tout du moins, elle refusait de se taire. Qu’on la prenne pour une proie facile quand elle pouvait devenir une prédatrice affamée. « Je sais me protéger Alaric, j’ai des hommes pour ça. Ivan ne laisserait jamais personne me faire du mal », c’était véridique et elle ne cherchait pas à l’apaiser pour qu’il la suive sur ce chemin sinueux et inquiétant. « Et je doute que mon père cherche à tuer sa fille. Il est terrible, il pourrait me faire payer mon ingérence de bien des façons mais jamais il me blesserait », son ton légèrement moins assuré, elle aimait croire qu’il n’oserait pas blesser son chair et sa sang. Malheureusement ces derniers mois le doute s’était immiscé dans son crâne et elle refusait de le dévoiler à son prince. Refusant de lui offrir une raison de faire plusieurs pas en arrière. Elle était cette guerrière féroce partant en croisade et rien ne pouvait la stopper dans sa course. Continuant de fixer les traits gracieux de l'apollon devant elle, elle tenta d’y percevoir une réponse ou un signe d’approbation de sa part. Il s’approcha et réduisit les centimètres les séparant, leurs deux corps suffisamment proches pour qu’elle puisse sentir son souffle chaud contre sa peau de porcelaine. Pour que des pensées plus pécheresses viennent hanter sa tête. Chamboulée par cette proximité incandescente, elle ne réussit pas à faire taire les voix dans son esprit, ni la chaleur qui se répandit dans ses veines. « Il vaut peut-être mieux s’éloigner l’un de l’autre, Lady Mila. Le temps que ton père se calme, le temps qu’il baisse sa garde.», les mots en totale contradiction avec ses gestes, elle eut la plus grande difficulté à se focaliser sur ce qu’il lui racontait. Et désapprouvant totalement ses dires, elle fronça les sourcils. Elle n’acceptait pas l’échec, détestant les défaites. Elle n’allait pas renoncer à son plan. Pas renoncer à cette alliance et même si elle ne le disait pas ouvertement, c’était surtout à lui qu’elle ne désirait pas renoncer. « Si tu le dis… Mais cela ne l’arrêtera pas. Une fois qu’il a commencé, il ne s’arrête jamais, pas avant que son ennemi soit enterré.. C’est trop tard Alaric…. », elle souffla les phrases de sa voix charmeuse pour attirer l’homme auprès d’elle, consciente qu’il n’était pas une proie aisément dupable. « Tu es coincé avec moi. Et nous l’aurons ensemble. Je n'abandonnerai pas. », elle en faisait un pacte solennel. Une promesse à la valeur inestimable, rapprochant davantage son visage près du sien, les lèvres flirtant dangereusement avec les siennes. Et pour lui rappeler que sa parole était sacrée, elle scella leur accord dans un baiser charnel.



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) Empty
MessageSujet: Re: you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric) Empty

Revenir en haut Aller en bas
you have the power to tear me to pieces ♡ (milaric)
Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
There's no place like home
 :: Hollywood hills :: Hollywood hills residence
-
Sauter vers: