Partagez

Very bad trip (Sofia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ i choose my own destiny
Jamie Hanson
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
just the way you are
›› Los Angeles since : 07/08/2016
›› Love letters written : 90
›› It's crazy, I look like : jared god padalecki
i swear we were infinite
Very bad trip (Sofia)  Vide
MessageSujet: Very bad trip (Sofia) Very bad trip (Sofia)  EmptyMer 13 Mar - 15:17

Very bad trip (Sofia)  Tumblr_nxxkapBUaZ1u8egwco3_250 Very bad trip (Sofia)  Tumblr_nxxkapBUaZ1u8egwco6_250
 « Very bad trip» ❖ Sofia & Jamie


Et boum, boum, boum. Le coeur cogne fort, de ces bruits sourds qui vous martèlent les tempes lors du réveil d'un lendemain de débauche. Séquelles d'un alcool dont le degré vous a surpassé ou de toute autre substance qui ne fait de vous que le pantin désarticulé de son vice qui laisse parfois choir les plus faibles dans leur propre pisse. Boum, boum, boum. Je me réveille sur un sol à la fois dur et soyeux, un tapis sûrement, surplombé de vitraux qui laissent ce putain de soleil percer. Il me caresse l'épiderme qui frissonne, mais m'embrase les pupilles que je m'empresse de recouvrir de mon bras, non sans un grognement. J'ai mal au dos. J'ai mal au crâne. J'ai mal partout et la nausée aux tripes. Lentement, engourdi, je me retourne sur le flanc. Le monde tournoie ; il part en vrilles. Bon sang, quelle sensation désagréable, elle s'apparente à ma première cuite, en pire. Bien pire. Les paupières s'ouvrent à nouveau, sur une silhouette qui me semble à la fois étrangère et vaguement familière. Celle d'une femme sans pour autant arriver à y mettre un nom puisque son visage m’est caché ou alors mon oeil encore un peu troublé ne distingue pas très bien. Je ne me souviens d’hier que d'un échange concernant des promesses d'illusions, d'euphorie et de toute puissance. Un sourire qui m'invite à me laisser tenter par cet arc-en-ciel et ma faiblesse d'y céder. Mon envie, brûlant, de me déconnecter non plus partiellement mais totalement de cette réalité qui en vérité me laisse chaque jour un peu plus suffoquer. Le prix à payer était peut-être un tantinet trop élevé... 


D'instinct, je me redresse et tangue violemment jusqu'à me raccrocher à l'accoudoir du canapé sur lequel je prends place en m'affalant comme la loque que je suis à cet instant. Merde, c'est mon mobilier que j'observe partout autour de moi pendant que ma lucidité refait surface. Je me suis montré stupide au point de laisser entrer n'importe qui dans mon propre appartement ? Cette drogue doit être phénoménale ! Les questions fusent puis s'effacent au vu de mon mal de crâne. Je n'ai plus le moindre souvenir et aucune envie de faire la clarté sur ce qu'il s'est passé. Je sens la peur qui s'insinue, cette chienne que j'abhorre, que je ne parviens jamais à éradiquer complètement. Non pas celle de mes actes en eux-mêmes, étrangement ils me laissent de marbre - et ce quoi que j'ai pu faire d'ailleurs -, mais de leurs conséquences. Je redoute ce que je pourrais trouver ou plutôt ce que j’aurais pu dire, parce que je redoute le châtiment qui pourrait en découler. Ma vie est un merdier monstre enrobé de milles mensonges et j’ai bien peur que l’état dont j’étais hier a pu permettre certaines informations de sortir.



J'ai besoin de nicotine, et vite. Ca tombe fort bien, des cigarettes jonchent la table basse, dont certaines sont à moitié consumées. J'en allume une que je porte à mes lèvres, pendant qu'une angoissante conclusion s'impose : nous avons passé du temps ici, avant de nous laisser sombrer dans l'inconscience au beau milieu de mon salon clinquant - beaucoup trop pour un printanier de nature d'ailleurs. Ces mégots m'en fournissent la certitude. « Pas vu pas pris » que je me chuchote avant d'inhaler un peu de fumée pour me rassurer. Effectivement vu l’état dont je me trouve, j’imagine que mon intrus sera dans le même état et puis sans preuve et juste des dires ne m’accablent en rien. 

Des griffes claquent sur le parquet, parvenant de la cuisine. Une tête de chien de berger s'installe sur mon genou, c'est mon fidèle Zeus. Mon malinois au poil sombre. Je passe ma main dans son pelage ; geste qui me calme quelque peu. Perplexe, je m'empare du cendrier puis m'approche de mon invitée. Je pose le récipient au sol, mon fessier, puis la dévisage en silence, le temps que la Belle au bois dormant daigne enfin délaisser ce bon Morphée. Jusqu’à que je reconnais le corps : la belle Sofia. Un sourire casanier fait surface « Zeus, réveille-moi ça tu veux qu’on embête un peu la belle au bois dormant ». Et le chien se met à lécher cette invitée d'infortune sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas

Very bad trip (Sofia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Echo park :: Echo park residence
-