Partagez

because I care more about your feelings than mine. + nick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ i choose my own destiny
Hannah Walsh
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
just the way you are
›› Los Angeles since : 20/06/2018
›› Love letters written : 230
›› It's crazy, I look like : Keira cutie Knightley
i swear we were infinite
because I care more about your feelings than mine. + nick Vide
MessageSujet: because I care more about your feelings than mine. + nick because I care more about your feelings than mine. + nick EmptyVen 1 Mar - 21:47


Voilà maintenant quelques jours que je traînais dans mon appartement, cet appartement qui me paraissait terriblement vide, même si je vivais seule depuis que Nicholas était parti, je n'étais jamais vraiment seule, Matt venait tous les jours, il lui arrivait même de s'endormir lamentablement sur mon canapé, bien trop fatigué pour rentrer chez lui, mais aujourd'hui, il n'y avait plus que moi, moi, ma tristesse et ce canapé sur lequel je n'arrivais plus à m'asseoir comme avant, j'évitais même de le regarder, je savais que c'était ridicule et qu'il faudrait que je recommence à m'y poser, mais pas maintenant, je n'étais tout simplement pas prête. Je ne sortais plus beaucoup non plus, je devrais pourtant, puisque tout dans cet appartement me rappelait un moment avec mon ami partie trop tôt. Je devrais sans doute penser à changer d'appartement, me trouver un endroit où je n'avais pas tout ces souvenirs, tous les bons moments, mais aussi les mauvais. Il me restait toujours quelques affaires à Nicholas, des choses que je n'ai jamais pu jeter ou donner, resté dans un carton sous mon lit, je devrais sans doute penser à lui rendre. Je ne m'étais absolument pas attendu à ce que Nicholas m'envoie un message, mais je devais avouer que ça m'avait plaisir, plus que je n'aurais su le dire. Au moment où j'acceptais de boire un verre avec le beau brun je savais que je plongeais tête baissé dans quelque chose qui finirait par me faire du mal encore une fois, il ne fallait pas être devin pour savoir que Nicholas était ma plus grande faiblesse, celle sur laquelle il fallait appuyer pour me faire plier, pour me briser, je l'avais su à l'instant même où nous nous étions rencontrés. Mais aujourd'hui j'essayais de me persuader que tout ça ne pouvait pas m'atteindre, qu'il ne pourrait plus me faire du mal, même si c'était totalement faux. J'envoyais un nouveau message à Nicholas, lui indiquant la fameuse adresse du Bill's bar. J'étais pratiquement sûre qu'il ne connaissait pas cet endroit, tout simplement parce que j'y passais beaucoup de temps et je ne l'avais jamais vu là bas. C'était l'endroit parfait pour que je puisse continuer à chanter, même si je n'y avais pas mis les pieds depuis quelques jours, depuis Matt pour être exact. Je n'avais pas chanté depuis qu'il n'était plus là et je ne savais pas réellement pourquoi, mais recevoir ces messages de mon ex me fit croire que c'était le signe dont j'avais besoin, il fallait que je me reprenne en main, il revenait dans ma vie maintenant, je voulais croire que c'était un signe, je ne devrais peut-être pas croire au destin, mais là tout de suite, je n'avais plus grand chose à quoi me raccrocher. Et ça faisait juste du bien, même si je gardais une certaine rancune contre Nicholas, je ne savais pas encore si je pourrais lui pardonner, je voulais vraiment croire que c'était possible, seulement, je pensais que seul le temps nous aiderait et nous guiderais vers le chemin du pardon. J'attrapais mes affaires et partais en direction de cet endroit que j'affectionnais bizarrement, peut-être parce qu'il était aussi paumé que moi. J'arrivais tranquillement, ma guitare sur le dos et poussais la porte du petit bar mal éclairé, c'est ce que j'aimais dans cet endroit, il n'y avait jamais grand monde, pas de lumière vive, c'était intime, parfois glauque, mais ça ne me gênait pas, je pouvais venir ici, tranquillement, chanter quelques soirs par semaine et je n'en demandais pas plus. Ce soir, le bar n'était pas plus bondé que les autres et pourtant nous étions un samedi soir, mais non, ça restait calme. Quelques piliers de bar, bien trop imbibé pour se rendre compte de ce qui se passait autour d'eux. Je m'approchais doucement d'une petite table libre dans un coin plutôt tranquille, je savais que ça serait l'endroit parfait pour qu'on puisse se retrouver avec Nicholas, il était vraiment peu probable que des paparazzis le suivent jusque ici, du moins, je supposais plutôt qu'ils ne penseraient sans doute pas qu'il puisse aller dans ce genre de bar. Je commandais une bière en attendant l'arrivé de mon ex petit ami, la bière était un des rares alcools que je buvais encore, simplement parce que, ça me rappelait la maison, c'était sans doute bête comme résonnement, mais j'en avais besoin, l'Angleterre me manquait, souvent et c'était ma façon à moi de voyager et de rentrer chez moi. J'attendais mon verre, assez nerveusement je devais l'avouer, je ne savais pas si Nicholas allait venir ou pas, après tout, il ne me devait rien et si finalement il avait changé d'avis et préférait ne pas me revoir, je ne pourrais pas vraiment lui en vouloir, il ne me devait rien. Je laissais toutes ces questions me donner mal à la tête lorsque la porte du petit bar s'ouvrit, me faisant lever la tête par la même occasion et mon regard croisa le sien, ce regard azur que je connaissais par coeur, ce regard azur qui me perturbait toujours malgré les années. Il était venu.
Revenir en haut Aller en bas
❉ fifthy shades of you
Nicholas Singh
fifthy shades of you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
just the way you are
›› Los Angeles since : 16/10/2018
›› Love letters written : 123
›› It's crazy, I look like : chris irresistible evans
i swear we were infinite
because I care more about your feelings than mine. + nick Vide
MessageSujet: Re: because I care more about your feelings than mine. + nick because I care more about your feelings than mine. + nick EmptyMer 13 Mar - 19:08

i was getting kinda used to being someone you loved

( bill's bar — with hannah walsh )

Every little part of me is holding on to every little piece of you, is holding on to every drop of blood you drew. It's holding on to you and every waking hour I spend. I'm holding on for someone else to hold instead if every hope of you is dead. 'Cause every night since i cut and run, I feel like the only one who's ever been the lonely one trying to mend a heart that keeps breaking with every step that you're taking. 'Cause i've been running circles 'round. My mind, turning me inside out and I fell for you but hit the ground 'Cause the only love I've known is not here. Now you ain't here I'm sleeping rough and I pray but I can't pray enough to waking up without you is so tough. I find it hard to find my feet when I keep on stumbling over you and me but I keep on trying 'cause I know I need to outrun the memories. And every day I'm reminded of the way I let it come undone and I feel like the lonely one, the only one with time worth wasting well I still can't stop chasing  ❊

CODAGE BY PSYCHOTIC BITCH

Vider son esprit de toutes les pensées, se concentrer sur des choses positives, oublier toutes les sources de tourments, c'était ce qu'il tentait de faire jour après jour. Ce qu'il essayait de faire ces derniers jours. Ces dernières semaines. Ces derniers mois. Son unique façon de ne pas laisser les gouttes acides de l'averse mouiller toute sa peau dénudée. Mais ce n'était pas si facile. Parfois les photographies des journaux le renvoyaient là où il ne désirait pas être. Parce que sur ces images glacées, il apparaissait. Parfois seul, parfois accompagné.  Il voyait son propre visage, le reflet de ses yeux, il  pouvait tout noter sur cette minuscule seconde conservée éternellement par un appareil photo. Puis il devait supporter les rumeurs, les interrogations de tous ces semblants de journalistes désirant se satisfaire en apprenant davantage sur lui. Ils le voulaient tous. Savoir ce qu'il faisait. Savoir quand il allait revenir sur le devant de la scène. Savoir quelle femme posséder son cœur. Savoir s'il revoyait Maggie. Tant de questions qu'il détestait et à laquelle il détestait répondre. Oui il comprenait que cela faisait partie de son statut, qu'il lui était impossible d'éviter totalement la lumière, qu'il n'était pas qu'un homme inconnu se baladant dans la rue. Et il comprenait qu'il l'avait choisi, qu'il était celui ayant pris la décision d'emmener sa musique sur les sommets. De ne plus demeurer dans le noir. Il ne le regrettait même pas. Il était heureux du chemin parcouru, de ce qu'il avait réalisé ces dernières années, ayant porté sa passion dans les oreilles de bon nombre d'êtres humains. Il en était satisfait, il avait même cette frénésie inexplicable qui se distillait dans ses veines quand il se tenait sur scène en entendant les applaudissements du public. Ce même public venu uniquement pour l'écouter, pour partager avec lui ses chansons. Jamais il ne pourrait envisager d'avoir de possibles regrets quand il prenait le temps de regarder sa carrière. De constater ce qu'il était devenu, à quel point il pouvait avoir grandi depuis ses premières compositions timides dans sa chambre adolescente à Londres. Il n'était plus le même. Il avait changé. Et il rêvait parfois d'effacer certaines parties. D'occulter les zones ombragées et obscures. Des endroits salis par la couleur du charbon. Car il lui était impossible de ne pas ressentir un poids sur sa poitrine. De ne pas sentir son muscle cardiaque louper quelques battements lorsqu'il songeait à un visage en particulier. Le seul qui se dessinait dans sa tête. Le seul qui le hantait. Le seul qui ne l'avait jamais quitté. Et le seul qu'il avait perdu. Pas à cause du destin. Pas à cause des atrocités de l'univers. Seulement à cause de lui. Par sa faute. Il avait marqué le point final. Tracé la dernière ligne. Alors il n'avait pas le droit d'en vouloir à une autre personne, de détester une force supérieure, de s'en prendre à un inconnu. C'était son propre visage qui devait le dégoûter quand il le contemplait dans le miroir. Ce reflet qui devait lui faire honte chaque matin. Profondément c'était ce qu'il ressentait. Partout dans les pores de sa peau, au fond dans ses cellules cardiaques, dans ses muscles. C'était douloureux, une sensation chaude désagréable qui emplissait ses veines. Une affliction dont il n'arrivait pas à se défaire. Quelque part en lui, marchant dans la rue éclairée de la cité des anges, il n'arrivait même pas à comprendre comment elle pouvait accepter de passer quelques heures en sa compagnie. Comment elle réussissait à passer outre le mal qu'il lui avait causé. Car lui il n'y parvenait pas. Tout ce temps, il avait tenté, toutes ces années il avait caché cette culpabilité dans un coin discret de sa tête, il s'était focalisé sur sa musique, sur ses amis. Sauf qu'il n'avait rien oublié. Il n'avait rien effacé. Cela était resté présent comme une maladie incurable rongeant ses entrailles. Un mal qui ne disparaissait pas. Qui ne disparaîtrait jamais. Et il hésita plusieurs secondes avant de franchir le seuil du bar que son premier amour lui avait envoyé. Il inspira, ferma les yeux, réfléchit un moment avant de savoir s'il devait rentrer ou faire demi-tour en rebroussant chemin. Il n'avait pas le droit de lui faire cela, ne pouvait pas la décevoir comme par le passé. Elle méritait mieux. Mieux que le lâche qu'il avait été auparavant. La tête camouflée par sa casquette, il se dirigea dans l'établissement, le regard porté à l'intérieur pour chercher la silhouette qu'il devait retrouver. Leurs regards se croisèrent presque immédiatement et il resta immobile juste pour continuer de la contempler. Pour ne pas mettre fin à cette contemplation qui provoquait des picotements agréables dans son abdomen, qui accélérait le rythme de son organe vital. Sourire aux lèvres, il s'avança près d'elle, sentant son parfum chatouiller ses narines comme par le passé. « Je suis un peu en retard excuse moi. », il parla de sa voix douce, ne pouvant pas réellement lui expliquer pourquoi il avait traîné, toute l'hésitation qui l'avait gagné par crainte de réveiller chez elle de vieilles plaies cicatrisées. Il s'assit à ses côtés, tourna les iris dans sa direction. « T'as emmené ta guitare j'ai vu. Tu joues ici de temps en temps ? », demanda-t-il ayant rapidement noté la housse qui trônait tout près d'elle. Comme s'il s'agissait d'une pierre précieuse, de son bien le plus important. Et il savait que c'était véritablement le cas, qu'elle était comme lui, qu'elle tenait à cette guitare autant qu'à sa propre existence. « Comment tu vas ? » , nerveux il commença à jouer avec ses doigts, les faisant pianoter sur le pan de bois devant lui pour marquer le tempo au rythme de la musique qui se diffusait dans l'air. Ne cherchant qu'à apaiser toutes les multiples pensées qui le frappaient.

Revenir en haut Aller en bas
❉ i choose my own destiny
Hannah Walsh
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
just the way you are
›› Los Angeles since : 20/06/2018
›› Love letters written : 230
›› It's crazy, I look like : Keira cutie Knightley
i swear we were infinite
because I care more about your feelings than mine. + nick Vide
MessageSujet: Re: because I care more about your feelings than mine. + nick because I care more about your feelings than mine. + nick EmptyVen 22 Mar - 11:29


Je regardais l'heure comme une adolescente impatiente qui attendait son premier rendez vous qui n'arrivait pas, je savais qu'il allait venir, du moins je l’espérais réellement, je ne savais pas vraiment ce que j'attendais de ce tête à tête, je ne savais pas ce que je voulais, mais j'étais sûre d'une chose, j'avais besoin de le voir, besoin de lui dire tellement de choses, nous devions passer par là, nous en avions besoin, du moins s'il voulait qu'une quelconque relation puisse renaître entre nous, même si ce n'était qu'une histoire d'amitié. Je n'étais pas sûre que nous puissions arriver à avoir ce genre de relation, mais pourquoi pas. Il arriva enfin et je pus lire l'incertitude sur son visage, ce qui me blessa légèrement. Il ne voulait sans doute pas être là. Je ne savais plus vraiment comment il pouvait penser, réagir, même si j’espérais le connaître assez pour ne pas trop me tromper. Je fronçais doucement les sourcils, l'excuser de quoi, il était en retard, ce n'était pas bien grave, je haussais les épaules négligemment pour lui indiquer qu'il n'y avait pas de soucis, je pouvais comprendre, il avait des obligations, des choses qui étaient bien plus importantes qu'un rendez vous avec son ex dans un bar pas forcement bien fréquenté. Du moins je supposais que ce n'était pas le genre d'endroit qu'il devait fréquenter maintenant, mais j'aimais ce bar, j'aimais l’ambiance qui y régnait et je me suis dit sur le coup que c'était l'endroit parfait pour nous retrouver, ici personne ne viendrait l'embêter, les hommes qui étaient accoudés au bar étaient trop bourrés pour faire attention à nous et surtout je n'étais pas vraiment sûre qu'ils sachent qui étaient Nicholas. Ce qui était un avantage pour nous. Je le regardais s'asseoir et c'était terrible comme tout mon être était attiré par cet homme, je n'avais jamais pu oublier, mettre de côté ce que nous avions vécu, ce qui avait fait que nous étions nous, Nicholas était mon premier et seul amour et je ne voulais personne d'autre à cette place. Je posais mon regard sur mon étui à guitare avant de sourire doucement, oui je l'avais emmené, c'était bête, je ne savais même pas si j'allais m'en servir ce soir, mais ça devenait tout simplement une habitude, lorsque je venais ici, je l'emmenais, comme si c'était une évidence. « C'est, oui, l'habitude. Je joue souvent ici, j'aime bien cet endroit, personne ne fait attention à moi, j'ai juste l'impression de jouer pour moi, c'est assez agréable. » Je pourrais faire la même chose dans mon appartement, mais dans un premier temps je préférais éviter, juste pour les voisins et dans un second temps, c'était sûrement stupide, mais parfois j'avais l'impression qu'ils m'écoutaient, qu'ils m'entendaient, qu'ils devenaient attentifs à ce qui se passaient autour d'eux, même si ce n'était pas forcement le cas. J'avais juste l'impression de jouer pour quelqu'un et surtout pour moi, être dans mon petit monde et ça me plaisait. D'un geste lent mais sec je venais poser ma main sur celle de Nicholas, je le sentais stressé et du coup par la même occasion, il me stressait, je ne pensais pas que nous en serions là un jour, à ressembler à deux adolescents sortants pour la première fois, c'était ridicule, mais en même temps je comprenais son stress. Je n'étais pas plus fière que lui, je ne savais pas réellement comment réagir, que dire, mon coeur battait à tout rompre dans ma poitrine, me rappelant à quel point je pouvais être faible face à lui, face à cet homme que j'aimais au delà de la raison. « Je vais bien Nicholas. » Soufflais-je doucement, je retirais ma main de la sienne, ne voulant pas envahir son espace, j’espérais juste que ça l'aurais calmer un peu. « Et toi ? » Je savais que c'étaient les politesses d'usages et tout ça, mais j'avais l'impression que ce n'était pas naturel, qu'il y avait une barrière entre nous, une barrière qu'il n'y avait pas avant et je ne voulais pas de ça. « Si tu me disais ce que tu as en tête qu'on puisse passer à autre chose. » Je savais parfaitement que ça tournait à mille à l'heure dans cette tête et je voulais savoir à quoi il pensait, ce qui pouvait le stresser autant, nous étions là pour ça après tout, pouvoir parler, mettre cartes sur table et enfin essayer de passer à autre chose, du moins, je ne voulais rien d'autre. Juste tirer un trait sur ce passé qui nous avait fait terriblement souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
❉ fifthy shades of you
Nicholas Singh
fifthy shades of you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
just the way you are
›› Los Angeles since : 16/10/2018
›› Love letters written : 123
›› It's crazy, I look like : chris irresistible evans
i swear we were infinite
because I care more about your feelings than mine. + nick Vide
MessageSujet: Re: because I care more about your feelings than mine. + nick because I care more about your feelings than mine. + nick EmptyJeu 4 Avr - 19:04

i was getting kinda used to being someone you loved

( bill's bar — with hannah walsh )

Every little part of me is holding on to every little piece of you, is holding on to every drop of blood you drew. It's holding on to you and every waking hour I spend. I'm holding on for someone else to hold instead if every hope of you is dead. 'Cause every night since i cut and run, I feel like the only one who's ever been the lonely one trying to mend a heart that keeps breaking with every step that you're taking. 'Cause i've been running circles 'round. My mind, turning me inside out and I fell for you but hit the ground 'Cause the only love I've known is not here. Now you ain't here I'm sleeping rough and I pray but I can't pray enough to waking up without you is so tough. I find it hard to find my feet when I keep on stumbling over you and me but I keep on trying 'cause I know I need to outrun the memories. And every day I'm reminded of the way I let it come undone and I feel like the lonely one, the only one with time worth wasting well I still can't stop chasing  ❊

CODAGE BY PSYCHOTIC BITCH

Il était nostalgique de l'avant. Mélancolique de cette époque passée où l'odeur des bars comme le Bill's Bar venait fréquemment chatouiller ses narines. Il regrettait parfois cet ancien temps, cet autrefois où les choses étaient plus faciles. Où le courant de la mer ne s'était pas transformé comme pendant une tempête, où le calme plat était agréable et relaxant. De temps à autre, il regrettait de ne plus pouvoir pénétrer dans des lieux publics sans sentir les yeux se tourner dans sa direction et les chuchotements des habitués tout en l'observant. Parce qu'il n'était plus quelqu'un parmi tous les autres, il n'était plus un homme voulant profiter d'une bière en s'installant à un comptoir. Il n'était plus non plus un musicien appréciant de faire vibrer les cordes de sa guitare devant un public réduit. Il n'était plus cet adolescent qu'il pouvait être auparavant, il n'avait plus les mêmes rêves, les mêmes désirs de carrière et s'il ne regrettait pas réellement toutes les étapes franchies, la longue route traversée malgré les obstacles imposants, quand il rentra dans le bâtiment, il revint en arrière. Dix ans plus tôt.  Et une pointe se manifesta dans sa poitrine. Une douleur naquit près de son organe vital, comme pour lui rappeler tous les souvenirs qu'il gardait en mémoire, tous les instants précieux logés dans sa tête et qui n'avaient jamais disparu. Qui ne pouvaient pas disparaître. Il ne désirait pas oublier qui il avait été, ni qui il était devenu, refusant de devenir comme certains artistes se perdant dans les paillettes et dans la célébrité. En venant ce soir, il redevenait le chanteur anglais souhaitant percer dans l'industrie musicale, il n'était plus Nick Singh, il n'était plus le Don Juan décrit par de nombreux vulgaires journaux à scandales. Sauf qu'il ne pouvait pas oublier qui il était désormais. Tout ce que sa vie représentait, toute la frénésie qui le faisait avancer à grande vitesse. Alors malgré son envie omniprésente de retrouver son ancien amour, la peur l'irradiait, elle l'habitait de manière incandescente, angoissé de lui imposer la lumière aveuglante au lieu de la douce tranquillité qu'elle recherchait. Stressé et nerveux, il eut du mal à cacher sa gêne lorsqu'il vint s'installer à côté d'Hannah, le cœur battant trop rapidement dans sa poitrine et venant résonner contre ses tempes. Il se sentait tout petit, aussi minuscule qu'une poussière perdue sur le parquet ancien qui craquelait. Il avait affronté des sources de stress plus grandes, s'était retrouvé seul devant des milliers de personnes aux yeux tournés dans sa direction sans faiblir, mais aucun d'entre eux n'était la jeune femme. Aucun n'avait son importance et il n'en avait jamais aimé l'un d'entre eux. Pas comme elle. Pas comme la chaleur qu'elle anima sous sa peau lorsqu'elle lui adressa un sourire.  « C'est, oui, l'habitude. Je joue souvent ici, j'aime bien cet endroit, personne ne fait attention à moi, j'ai juste l'impression de jouer pour moi, c'est assez agréable. », elle n'avait pas changé, elle était toujours celle dont il était tombé amoureux quand il était cet adolescent timide. Et il aurait pu la reconnaître jusqu'à son dernier souffle. Les prunelles ancrées sur chaque centimètre de son visage, il l'observa tel un peintre prêt à dessiner une nouvelle toile, comme il le faisait lui-même avant d'entamer un tableau. Continuant de la contempler pour calmer sa respiration, pour atténuer cette étrange anxiété qui endolorissait sa boîte crânienne. « Je comprends. C'est agréable comme endroit et ça te ressemble je trouve. », elle n'était pas comme lui, elle n'avait jamais désiré devenir populaire, ou avoir le succès qu'il avait à l'heure actuelle. Elle ne rêvait pas de grandeur, elle était cette âme authentique qui depuis toujours le stabilisait. Sa fondation. Son pilier. Et encore aujourd'hui il ne comprenait pas pourquoi il avait décidé de s'éloigner de cette bulle protectrice qu'elle lui offrait. Pourquoi il s'était laissé séduire par une sirène asphyxiante quand elle était ses molécules d'oxygène. « Je vais bien Nicholas. », il l'espérait infiniment, ayant conscience de la souffrance qu'il avait provoqué. Ayant observé les fêlures de son cœur lorsqu'ils s'étaient parlés quelques semaines plus tôt. Dans ses yeux, il avait aperçu le trou gigantesque qu'il avait creusé à proximité de son palpitant et depuis il n'avait guère cessé de se détester. De laisser la haine envers lui-même grandir dans son esprit. « Et toi ? », elle ne méritait pas qu'il évoque tous ses états d'âme, que sur un coin du comptoir il étende tous les troubles obscurcissant l'horizon face à lui. Car dans ce monde idyllique pour les innocents, les nuages prédominaient, les averses ayant remplacé le soleil. Mais pourtant c'était réel, rien n'était parfait dans son univers, tout était brisé et il n'allait pas lui dire. Il allait rester silencieux. « Ca va ne t'en fais pas. », rétorqua-t-il en adressant un léger sourire pour rendre ce mensonge plus crédible. Pour la convaincre que ce bonheur affiché n'était pas qu'une illusion de façade. Un masque de surface. Sauf que ses gestes ne trompaient pas, ni le rythme de ses doigts tapotant le bois en rythme. Elle le connaissait. Mieux que personne. Même aujourd'hui, même après tout ce temps passé loin de l'autre. « Si tu me disais ce que tu as en tête qu'on puisse passer à autre chose. »  aussitôt il se figea, baissa légèrement le regard pour admirer le liquide dans son verre, préférant le silence à des mots maladroits. A des phrases qu'il lui était interdit de prononcer. Puis instinctivement ses yeux vinrent se perdre dans les siens plusieurs secondes. « Rien du tout... », sa voix était hésitante, sa réponse nullement convaincante et il le comprit quand il remarqua l'insistance des iris de cette femme capable de déceler chacune de ses émotions. « Je... C'est juste que je ne veux pas te faire de mal Hannah... Je ne veux pas perturber ta vie comme je l'ai déjà fait... Pas après ce que j'ai fait. Parce que je pense que tu mérites mieux que ça... Et je sais même pas comment tu fais pour rester assise ici avec moi, alors que je suis incapable moi-même de me pardonner... », malgré tous les essais, il n'avait jamais pu. Pas une fois il avait assumé son ancienne erreur. Pas une seconde, il s'était pardonné de cette souffrance éternelle qu'il avait fait naître chez elle et chez lui. Il en était incapable.

Revenir en haut Aller en bas
❉ i choose my own destiny
Hannah Walsh
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
just the way you are
›› Los Angeles since : 20/06/2018
›› Love letters written : 230
›› It's crazy, I look like : Keira cutie Knightley
i swear we were infinite
because I care more about your feelings than mine. + nick Vide
MessageSujet: Re: because I care more about your feelings than mine. + nick because I care more about your feelings than mine. + nick EmptyDim 14 Avr - 10:38


Tout était assez perturbé dans ma tête, je ne savais plus quoi penser, j'étais heureuse de le voir, c'était indéniable et en même temps ça me faisait tellement souffrir, parce que le voir me ramenait obligatoirement à une époque où tout allait bien où nous étions heureux, tout ce que je n'étais plus aujourd'hui et je supposais que c'était la même chose pour lui, je le voyais dans son regard, il n'y avait plus cette étincelle que je lui connaissais, celle qui faisait qu'il était lui. Malgré tout mon coeur battait à une vitesse folle à chaque fois que je me trouvais en sa présence, je me retrouvais à redevenir la Hannah qui finalement me manquait et de toute évidence, il n'y avait que lui qui pouvait me procurer ce genre de sensation. C'était aussi agréable que douloureux. Je relevais mon regard vers le serveur qui nous apportait nos consommations avant de lui adresser un léger sourire amical, c'était plus par habitude, juste parce que je devenais une habituée, je ne savais pas si c'était une bonne chose ou non, mais là tout de suite, je m'en fichais pas mal. Je regardais autour de moi avant de hausser doucement les épaules, il était vrai que cet endroit me ressemblait, surtout en ce moment, c'était sombre, intimiste, parfois désert, la solitude dans toute sa splendeur. « Tu peux venir chanter ici, si tu as besoin d’anonymat, d'un peu de calme ou je ne sais trop ce que tu recherches, quatre vingt dix pourcent du temps, il n'y a que des piliers de bar, trop bourrés pour se souvenir de leur propre prénom. » C'était sans doute pour ça que j'aimais venir ici, nous n'étions personnes, juste des âmes perdues cherchant la résilience. Je ne voulais pas être méchante avec lui, je ne voulais vraiment pas le blesser, mais au bout d'un moment nous devions nous dire ce qui n'allait pas pour pouvoir avancer, gérer et se pardonner, parce que sinon, nous allions rester dans cette souffrance encore des années, la tête au fond de l'eau sans pouvoir remonter à la surface. Et je ne voulais pas de ça, je n'en voulais plus. « Je crois que tu ne pourras pas me faire plus de mal que ce que tu m'as déjà fait. Mais en même temps, je ne sais pas comment réagir face à toi, je ne sais pas comment me comporter. » Je soupirais doucement avant de baisser la tête, je ne voulais pas lui faire de mal, ce n'était clairement pas mon intention, parce qu'il avait de toute évidence assez souffert, je le sentais, je le voyais dans ses yeux et ça me faisait mal de le voir dans cet état, mais je ne pouvais pas non plus oublier ma propre souffrance, laisser mes douleurs de côté. « J'aimerais que nous puissions repartir sur de bonnes bases, je ne sais pas ce que tu attends de moi, j'aimerais vraiment qu'on soit amis Nicholas, mais je ne sais même pas si c'est possible, je ne sais pas si nous pourrons retrouver ce que nous avons laissé derrière nous. » Je ne savais pas si nous pourrions un jour retrouver la complicité qui nous unissait avant que tout ne soit gâché, j'aurais aimé que ce soit le cas, seulement, je n'étais pas sûre d'en être capable, de pouvoir oublier, même si j'avais déjà plus ou moins pardonné, j'essayais du moins. Je n'avais tout simplement plus du tout envie de souffrir, je ne pouvais plus me laisser ce loisir-là. J'avais beaucoup trop donné. « Il faut que tu te pardonnes Nicholas, il faut que tu y arrives parce que tu ne pourras jamais avancer et passer à autre chose et je ne veux pas de ça pour toi, une vie de regrets ne mène à rien. » Je lui adressais un léger sourire, juste pour le rassurer, parce que même si j'avais souffert, que je l'avais maudit sur plusieurs générations, ce n'était pas à lui que j'en voulais, même s'il avait fait d'après moi un choix plutôt mauvais, il s'était retrouvé au milieu de personne lui indiquant le mieux pour lui, je ne pouvais pas lui en vouloir d'avoir voulu le meilleur pour lui, puisque c'était toujours ce que j'avais voulu. Aujourd'hui son entourage n'était plus le même et ce n'était vraiment pas plus mal. Ses choix devaient sûrement être différents. Je ne voulais plus voir la douleur dans ses yeux, parce que ça ne m'aidait pas à essayer d'aller mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


just the way you are
i swear we were infinite
because I care more about your feelings than mine. + nick Vide
MessageSujet: Re: because I care more about your feelings than mine. + nick because I care more about your feelings than mine. + nick Empty

Revenir en haut Aller en bas

because I care more about your feelings than mine. + nick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: South l.a :: Bill's bar
-