Partagez

what's going on with you? (silas & elena)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
Invité
Invité

all these memories seem so old


just the way you are
i swear we were infinite
what's going on with you? (silas & elena) Vide
MessageSujet: what's going on with you? (silas & elena) what's going on with you? (silas & elena) EmptyJeu 28 Fév - 20:16


   ≈ ≈ ≈
   { what's going on with you? }
   crédit/ tumblr  ✰ w/ silas
   
Vivre à Los Angeles rendait Elena tellement heureuse. Du moins, elle faisait de son mieux pour être réellement heureuse et non faire semblant, comme elle a souvent eu l’habitude de le faire, au courant des dernières années. Elena était encore plus heureuse de vivre avec Silas, son meilleur ami qui était également son roc. Sans lui, elle ne serait pas dans cette ville. Sans lui, Elena ne savait pas où elle serait. Bref, sans Silas, elle ne serait personne. Venir vivre dans la ville des Anges lui semblait être la meilleure solution. Tout comme son meilleur ami, elle avait besoin d’un nouveau départ et pensait que ça allait lui faire le plus grand bien. Oui, elle le pensait, parce que ce n’était pas toujours facile. Parfois, elle était heureuse et, parfois, elle ne l’était pas. Elena repensait à ce qui s’était passé et pensait à ce qu’elle aurait pu vivre, avec son défunt fiancé. Lorsqu’elle dormait, certaines images défilaient dans sa tête et ça la réveillait, pleurant alors à chaudes larmes. Il lui arrivait également de dormir paisiblement, mais c’était rare. La plupart du temps, c’était parce que Silas dormait auprès d’elle et la rassurait du mieux qu’il le pouvait. Elena aimait tellement cet homme et allait toujours l’aimer, peu importe les circonstances. Aujourd’hui, en se levant, elle n’entendait pas son meilleur ami dans le loft. En se rendant dans la cuisine, elle retrouva un petit message, lui indiquant qu’il était parti pour la journée. Après tout, il avait le droit de faire ce qu’il voulait et quand il le désirait. Elena n’était pas sa mère et n’allait pas contrôler sa vie personnelle. De toute manière, elle contrôlait déjà sa vie professionnelle en la dirigeant d’une main de fer. Ce n’était pas toujours facile, mais elle tenait sincèrement à ce travail. Il l’a aidé à sortir de sa coquille et à devenir une bonne personne, donc elle pouvait bien faire cela pour lui. Le fait que Silas lui faisait confiance avec sa carrière la rendait fière et heureuse. Il s’agissait d’une des seules personnes en qui elle faisait le plus confiance. En réalité, son meilleur ami était la personne en qui elle faisait le plus confiance. Avec lui, tout était vrai et elle ne lui mentait pratiquement jamais. En cette journée ensoleillée, Elena décida d’aller à la plage, même s’il ne faisait pas assez chaud pour se baigner. Elle enfila des vêtements et apporta un thermos rempli de café. Une fois prête, elle sortit du loft et se rendit à la plage. Ça ne lui pris pas beaucoup de temps, puisqu’elle vivait près de la plage. Il fallait dire que c’était un pur bonheur de vivre près de la plage. La vue était spectaculaire et le bruit des vagues l’apaisait. Durant une bonne partie de la journée, Elena resta sur la plage, sans penser au fait qu’elle avait faim. Elle n’avait pas besoin de discuter avec les gens présents, puisqu’elle aimait sa solitude, mais saluer des inconnus ne la dérangeait pas. En fin d’après-midi, elle retourna au loft et se prépara un bon dîner, en faisait également pour Silas. Il n’était pas encore de retour, mais Elena ne s’inquiétait pas pour autant. Il avait le droit à son indépendance, tout comme elle avait le droit à la sienne. Les heures passèrent et, quand Elena constata qu’il était vingt et une heure, elle commença sérieusement à s’inquiéter. Elle essaya de contacter Silas en l’appelant sur son téléphone portable, mais tombait directement sur sa boîte vocale. Elena soupira, se mettant alors à tourner en rond, ne sachant pas quoi faire. Ça ne servait à rien d’appeler la police, puisque son meilleur ami était un adulte et elle devait attendre quelques heures. Elena alla s’asseoir dans le salon et commença à se ronger les ongles, signe de nervosité. Il y avait quelque chose qui se passait et Elena n’aimait pas du tout la sensation qu’elle avait, en cet instant. S’il revenait, il allait être surpris de voir Elena en colère contre lui. Elle espérait que tout allait bien. Elena était sur le point d’appeler le frère de Silas, lorsqu’elle entendit quelqu’un ouvrir la porte. Elle courut jusqu’à la porte d’entrée et vit son meilleur ami dans un sale état. « Silas… qu’est-ce… qu’est-ce qui s’est passé? » Elena ne l’avait jamais vu comme ça. Il était blessé à la tête et ailleurs. « Pourquoi es-tu amoché? » Elena était complètement perdue. « Vas-tu finir par parler ou je dois deviner par moi-même? Je suis perdue… » Elle était non seulement en colère, mais également triste qu’il soit blessé.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

all these memories seem so old


just the way you are
i swear we were infinite
what's going on with you? (silas & elena) Vide
MessageSujet: Re: what's going on with you? (silas & elena) what's going on with you? (silas & elena) EmptyDim 24 Mar - 16:48

 what's going on with you ?

( aiport area residence — with elena ryder )

( one person you can count on for a lifetime )
I’m sitting here thinking of all the things I wanted to apologize to you for. All the pain I caused to you. Everything I put on you. Everything I needed you to be or needed you to say. I’m sorry for that. You helped make me who I am. I just wanted you to know, there will be a piece of you in me always. And I’m grateful for that. Whatever someone you become and wherever you are in the world, I’m sending you love. You never leave me, you stayed in me. 

CODAGE BY PSYCHOTIC BITCH

Les mains dans les poches, il fixe l’horizon à perte de vue, inspirant profondément pour lâcher un soupire avant de se laisser porter par la musique qui défile dans sa voiture. Malgré qu’on avait insisté à de nombreuses reprises à lui conseiller de ne pas rentrer chez lui par ses propres moyens, il n’avait écouté personne refusant catégoriquement de rester un jour de plus à l’hôpital qu’importe ce que provoquerait sa commotion, à ce moment précis, il n’en avait que faire. Silas savait pertinemment que sa réaction avait été celle d’un enfant à qui on avait accepté à contre cœur de le laisser faire ce qu’il désirait et cela même si les conséquences auraient pu lui être fâcheuse, mais il était incapable de rester dans cet hôpital, de lui faire face, de devoir lui parler, d’avoir cette discussion qui lui arracher complètement son âme pour le détruire une nouvelle fois. Il avait mis longtemps à cicatriser avant de constater parfaitement qu’il était bien loin de l’avoir fait ou même d’avoir pu avancer dans sa vie. Dès lors qu’il avait croisé le regard de Grace, il avait senti son muscle cardiaque se dérobait sans pouvoir contrôler quoique ce soit. Sa respiration, son sourire, ses lèvres bougées, l’avoir aussi près de lui alors qu’elle lui semblait si loin avait été une torture à laquelle il n’était plus capable de faire face assez pour finalement décider de partir et signer de foutu formulaire pour qu’on le laisser sortir et se retrouver à des kilomètres de l’hôpital d’elle pour se retrouver sur ses collines qui semblait l’apaiser. La solitude semblait pour beaucoup un vrai fardeau tout le contraire de Silas qui avait l’impression qu’ainsi il pouvait être lui-même, se laisser aller et ne plus devoir se montrer fort et d’une assurance qui se dégageait souvent de lui. Les médias ne cessaient de dire à quel point malgré les épreuves, il était tel un Phoenix à renaitre de ces cendres. Il aurait pu parfois s’étouffer dans un rire plein d’euphémisme quand la réalité était bel et bien à tout l’opposé de ce que l’on pouvait imaginer. Il n’était pas une force de la nature, juste un type qui avait avancé et qui souffrait en silence pour laisser sa faiblesse disparaître auprès des femmes qui se distinguait à se retrouver le temps d’une nuit dans ses bras où par ses pilules d’ecstasy qui au fil du temps ne semblaient pas lui suffire. Il détestait cette idée de se considéré comme un drogué plus encore qu’il avait vu durant de longues années son frère tombé dans cette déchéance jusqu’à presqu’en mourir, mais malgré cela, il avait été incapable de ne pas y toucher. Il avait cru être assez fort pour finalement être comme tout le monde, un être humain qui avait besoin d’une manière bien à lui d’oublier toute la douleur qu’il ressentait, le corps des femmes, la sensation qu’il ressentait à les posséder ne suffisait plus, les pilules semblaient marcher laissant oublier durant l’espace de quelques heures ce monde réel pour un univers plus léger et plus doux. Un mode presque utopique où tout semblait bonheur et loin de la douleur qu’il ressentait quand il avait conscience de sa propre vie qui était un funeste désastre. Les mains dans ses cheveux tenant en main ses pilules qu’il serre contre lui, il soupire pour finalement en avaler plus qu’il n’aurait dû. Au fond, il savait qu’il aurait dû rester à l’hôpital, mais il en était incapable, il ne voulait pas revoir le visage de Grace, que celle-ci se rende compte de la déchéance dans laquelle il était tombé, il ne voulait pas la regarder de peur également par lui dire ses choses qui l’explosait de l’intérieur. Il savait qu’une partie de lui en avait besoin, mais qu’une autre de la voir souffrir par sa faute était tout simplement impossible pour lui. Lorsqu’il observait au loin le panneau de Hollywood il se demandait réellement si revenir ici avait été une bonne idée, il n’en était moins certain, mais pourtant, il savait que Elena en avait besoin, que Cooper également avait besoin de lui autant qu’il avait besoin de retrouver un semblant de famille avec son frère, mais au fond tout lui hurlait de repartir, d’accepter un nouveau projet à des centaines de milliers de kilomètres de cette ville, d’elle sans être incapable de le faire. Il avait la sensation d’être paralysé maudissant cette ville autant qu’il pouvait apprécier cet instant. Tout était bien trop mélangeait dans sa tête pour savoir en réalité ce qu’il voulait, car au fond il n’en avait aucune idée. Cooper lui avait souvent dit de trouver un moyen à lui d’enterrer à sa manière cette relation pour avancer, mais le pouvait-il seulement ? Il n’en était pas certain et cela même si parfois il se laisser porter à croire que s’il laissé entrer Elena dans sa vie plus qu’elle l’était déjà, peut-être que les choses seraient différents. Elle était devenue une partie de sa vie, sa meilleure amie, sa confidente, celle qu’il l’avait vu au plus bas pour se relever grâce à elle et cela même si elle en avait pas été conscience pour finir par devenir des amants qui avait profiter de la douleur de chacun pour l’oublier dans les bras l’un de l’autre jusqu’à ce moment où il avait parfois l’impression qu’il y avait bien plus surtout lorsqu’il se montrait sans le vouloir à ressenti une pointe de jalousie. Elle était son roc, celle dont il avait besoin pour tenir le coup, il savait que si elle n’avait pas été dans sa vie durant toute ses années, il n’aurait peut-être pas pu tenir autant sur ses deux jambes qu’à cet instant. Pourtant, il savait que lorsqu’il lui ferait face, celle-ci lui en voudrait, elle n’accepterait pas qu’il l’est laissé de côté dans un moment où il avait besoin d’elle et cela même s’il ne l’admettait pas autant qu’elle aurait certainement voulu être là pour lui. Silas passe sa main sur son visage, ses pensées sont confus plus quand durant la même seconde, Elena tente de le joindre, un nouveau message sur son répondeur parmi les nombreux qui ont défilé remplissant au passage par ce message sa boite vocal. D’un geste il finit par écouter ce qu’elle lui avait laissé, sa voix tremblante brisé par l’inquiétude et la colère de son silence. Elle avait beau avoir l’habitude de voir Silas partir sans rien lui dire, il ne manquait pas de la prévenir quelques heures plus tard. Sauf que cette fois-ci c’était une journée, de trop assez pour savoir qu’il se devait de rentrer de la voir et lui expliquer ces choses dont lui même ne pouvait expliquer. Le moteur qui démarre, la musique qui l’emporte, il sent pourtant ce son qui le fait crisper laissant sa main libre se poser sur sa tête, il avait un mal de chien, il savait que c’était normal, entre sa commotion plus importante qu’il ne le disait et ce manque qui persistait en lui, toutefois, il tente de prendre sur lui fermant d’un geste les yeux pour les ouvrir une nouvelle fois, il fixe la route devant lui et démarre au feu vert pour finalement une trentaine de minutes plus tard se garer face au loft qu’il avait loué pour Elena et lui. C’était parfois étrange à quel point leur relation restait assez étrange pour beaucoup, il n’était pas un couple certes, mais ils n’étaient pas non plus de simples amis qui partageait une colocation, pas quand celle-ci passait plus son temps à dormir avec lui que dans son propre lit. Toutefois, il se doutait qu’une fois passé la porte, son ami et manager inquiet ferait place à une femme bien différente à laquelle il n’était pas certain de pouvoir y faire face, mais à laquelle il ne pouvait plus fuir et ne le souhaitait pas, car qu’il le voulait ou non elle lui manquait bien plus qu’il ne pouvait le dire. Dès l’instant où introduit la clé dans la serrure pour ouvrir la porte, il entend les pas de Elena venir rapidement pour l’entendre prononcé son prénom. Un soulagement se fait entendre dans sa voix. Cependant, Silas reste dos à elle profitant de ce moment sans questions avant devoir répondre à toutes ses demandes plus que légitimes.  « Hey.. » lâche-t-il finalement avant de se retourner vers elle et de la voir les deux mains sur son visage quand elle observe son état. Il n’avait pas besoin d’être surdoué pour savoir qu’il se passait quelque chose, pas quand son visage avait encore plusieurs hématome bien présent et pansement qu’il aurait eu envie d’arracher en vain. L’idée de pisser le sang pour devoir se retrouver une nouvelle fois au sein de l’hôpital cet endroit qui lui donnait des hauts les cœur sans façon, c’était un supplice la première fois, il ne comptait pas y retourner une nouvelle fois. « Silas… qu’est-ce… qu’est-ce qui s’est passé ? » la voix de Elena se brise, elle s’approche rapidement vers lui malgré son hésitation caresse légèrement la joue du jeune homme comme pour apaiser d’une manière presque cette douleur qu’il se retient de ne pas montrer. La main de Silas se pose à son tour sur la sienne comme pour lui assurer qu’il allait bien même si elle n’en semblait pas si convaincu que ça. « Ce n’est rien, c’est bien moins grave qu’il n’y paraît » il mentait, il n’aimait pas ça, pas avec Elena pourtant il ne peut pas faire autrement surtout quand il sait par toutes les douleurs qu’elle a dû passer ces dernières années. « Ma moto est dans un état bien pire que moi.. » il se doutait pertinemment que dire cela n’aiderait pas à la situation que face à cette révélation, Elena se douterait de l’étendu des dégâts. Légèrement, Silas avance tournant le dos à la jeune femme restant dans un silence qui laisse l’ambiance devenir presque glacial. Elle détestait cela qu’il lui tourne ainsi le dos il en a conscience pourtant, il est incapable de lui faire face et de lui avouer toute cette vérité qu’il lui devait et dont elle ne le laisserait pas s’en sortir. « Pourquoi es-tu amoché ? » au fond Silas savait que Elena connaissait la réponse à sa propre question, mais attendait de lui une réponse clair et nette, toutefois il reste silencieux mordant sa lèvres inférieur quand il sent une douleur presque le comprimé une nouvelle fois avant d’inspirer légèrement. « Vas-tu finir par parler ou je dois deviner par moi-même ? Je suis perdue… » La voix de Elena est mélangé par l’incertitude, la colère et la peur, il le ressent assez pour secouer la tête, il n’aimait pas cela, être celui qui la tourmentait alors qu’elle se remettait doucement de toute ces cicatrices. « J’ai eu un accident et j’ai dû aller à l’hôpital » il s’arrête un court instant quand il voit Elena légèrement paniqué où très vite il s’avance à nouveau vers elle posant ses mains sur les bras nues de la jeune femme, le contact avec sa peau force automatiquement la jeune femme à le regarder une nouvelle fois. « Je vais bien, j’irais bien je te le promets d’accord ? » il tentait dans une démarche difficile il s’en doutait pertinemment de la rassurer, mais il était loin d’être convaincant, pas avec cette allure et ses blessures qui l’avaient forcé à resté une journée à l’hôpital et plus encore inconscient durant de longues heures. « Je sais que j’aurai dû t’appeler, mais je ne le pouvais pas surtout que je sais à quel point cela aurait été difficile pour toi et je n’avais pas envie que tu me vois ainsi » il évitait soigneusement de parler de Grace, il n’avait pas envie de devoir s’expliquer sur cela ou même devoir se retrouver à l’évoquer quand il tentait d’oublier tout cela en vain. Il fixa Elena qui semblait bien trop troublé et en colère pour lui dire quoique ce soit, il se doutait qu’elle comprenait ce qu’il disait, mais ne semblait pas pour autant d’accord. Il ne la blâmait pas surtout quand lui-même aurait été dans le même état si ce n’est davantage si cela avait été elle. « Je suis désolé de pas t’avoir prévenu Elena vraiment, mais dis-moi quelque chose » il avait besoin de savoir qu’elle allait bien plus quand il pouvait remarquer les yeux de Elena s’humidifier où d’un geste automatique il tente d’arrêter les quelques larmes avec son doigt avant de la voir légèrement sourire même s’il se doutait que cela ne suffirait pas durant l'espace de quelques secondes, son muscle cardiaque vint à se réchauffer.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

all these memories seem so old


just the way you are
i swear we were infinite
what's going on with you? (silas & elena) Vide
MessageSujet: Re: what's going on with you? (silas & elena) what's going on with you? (silas & elena) EmptyLun 1 Avr - 16:39


   ≈ ≈ ≈
   { what's going on with you? }
   crédit/ tumblr  ✰ w/ silas
   
C’était rare qu’Elena soit inquiète pour quelqu’un. En général, elle se disait que tout allait bien se passer et qu’il ne fallait pas s’inquiéter pour aucune raison. Normalement, tout allait bien et elle ne vivait aucune crise d’angoisse, en pensant à une personne importante pour elle qui pouvait avoir des problèmes. Bref, Elena n’était pas comme ça. Du moins, la plupart du temps. Lorsqu’il s’agissait de Silas, c’était une autre histoire. Tout était différent et Elena n’y pouvait rien. Quand elle l’a rencontré, si on lui avait dit qu’elle s’attacherait autant à cet homme, elle aurait trouvé cela drôle. Au début, Elena ne l’aimait pas du tout. Il semblait arrogant et il aimait trop draguer les femmes. Toutefois, comme les gens le disent si bien, les apparences sont trompeuses. Du coup, elle fut surprise de constater qu’il n’était pas juste un homme charismatique. Elena avait appris plein de choses sur cet homme qui était maintenant quelqu’un de très important, voire le plus important dans son existence. S’il devait mourir, Elena ne serait plus elle-même. En réalité, elle ne pourrait pas vivre sans lui. Après tout, Silas était son meilleur ami, celui qui l’aidait à passer au-travers, celui qui la comprenait mieux que n’importe qui et celui qui était prêt à tout pour elle. Elena pouvait considérer Silas comme son âme-sœur. Il était sa personne et personne n’allait pouvoir changer cela. Même pas les femmes qui s’amusaient à flirter avec lui. Elena savait qu’elle était plus importante que ces idiotes qui n’étaient pas assez intelligentes pour avoir une conversation intéressante avec cet homme. Elena valait mieux que toutes ces femmes. Du moins, c’était ce que Silas lui avait dit. Du coup, lorsque Silas ne lui donnait pas des nouvelles et n’était pas revenu à la maison depuis plusieurs heures, Elena commença à s’inquiéter. Normalement, il la prévenait constamment qu’il allait arriver en retard et qu’elle n’avait pas besoin de s’inquiéter. Oui, normalement, il faisait cela. Toutefois, ce ne fut pas le cas, à cet instant et ça rendait Elena folle de rage. Mais elle ne ressentait pas seulement de la colère. Elle ressentait également de la tristesse. S’imaginer Silas mort était quelque chose d’épouvantable. Elena ne voulait pas y penser, mais qu’est-ce qu’elle pouvait faire d’autre, à cet instant précis? Elle aurait pu contacter la police, mais ils n’auraient pas fait grand-chose. Elena ne croyait pas réellement à la police, sachant que ça pourrait prendre du temps. Alors qu’elle était sur le point de quitter le loft, afin de chercher Silas, la porte s’ouvrit. Elle se rendit rapidement dans le hall d’entrée et vit son meilleur ami, blessé. Elena soupira, s’apprêtant à pleurer à chaudes larmes. Malgré tout, il fallait qu’elle soit forte. Du moins, pour le moment. Il lui dit que c’était moins grave qu’il n’y paraissait. Elena fit les gros yeux et s’apprêtait à crier, lorsqu’il en rajouta une couche. « C’est moins grave et ta moto et dans un pire état que toi? Tu te moques de moi? Crois-tu sincèrement que je vais accepter ces balivernes? Tu me connais mieux que ça. » Elena soupira à nouveau, passant une main dans ses cheveux. Il lui dit alors qu’il a eu un accident et qu’il est allé à l’hôpital. « Vu ton état, je ne suis pas surprise. Pourquoi ne m’as-tu pas appelé? Je croyais que j’étais la première personne à qui tu en parlerais. » Elena avait sérieusement envie de boire de l’alcool, mais elle en n’avait pas fini avec son meilleur ami. « Tu iras bien? Est-ce que tu essaies de me convaincre ou de te convaincre? » Après tout, elle n’était pas idiote. Elena voyait bien qu’il n’allait pas bien. Il ne pouvait pas la convaincre qu’il allait bien. « Oui, ça l’aurait été très difficile pour toi, mais j’aurais été présente. Tu sais que je suis prête à tout pour toi. » Depuis qu’elle avait perdu son fiancé, dans un accident de voiture, Elena avait peur d’avoir un accident ou qu’un de ses proches aient un accident. Du coup, savoir que Silas en avait eu un l’avait détruite de l’intérieur, mais autant cacher les apparences. Son meilleur ami lui dit qu’il était désolé de ne pas l’avoir prévenu et qu’elle devrait dire quelque chose. Elena pleurait légèrement et Silas le remarqua, puisqu’il tenta d’arrêter les larmes avec son doigt, ce qui la fit sourire. Du moins, durant dix petites secondes. « Je… je ne peux pas te perdre, tu comprends? Qu’est-ce que je ferais sans toi, Silas? Mon monde ne serait plus le même et je ne peux pas accepter cela. » Elle se mordilla la lèvre inférieure, signe qu’elle ne voulait pas se mettre à pleurer à chaudes larmes. « Ne me fait plus jamais ça, d’accord? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


just the way you are
i swear we were infinite
what's going on with you? (silas & elena) Vide
MessageSujet: Re: what's going on with you? (silas & elena) what's going on with you? (silas & elena) Empty

Revenir en haut Aller en bas

what's going on with you? (silas & elena)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Airport area :: Airport area residence
-