Partagez

Spin the bottle (Ezio)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ i choose my own destiny
Owen Austen
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
just the way you are
›› Los Angeles since : 29/11/2016
›› Love letters written : 165
›› It's crazy, I look like : brandon hotness flynn
i swear we were infinite

( shooting the moon )
› relationships :
Spin the bottle (Ezio) Vide
MessageSujet: Spin the bottle (Ezio) Spin the bottle (Ezio) EmptyMar 26 Fév - 15:07


"be who you are and say what you feel, because
those who mind don't matter, and those who matter don't mind."
☾ ☾ ☾
∾ with Ezio ∾

Cette soirée promettait d’être une fête de folie. La moitié du lycée était invité à la soirée de Éliane Smith, cheerleader populaire. C’était la soirée à laquelle il fallait être vu pour voir sa côte de popularité augmenter. Bien entendu, en tant que capitaine de l’équipe de basket, mon invitation était obligatoire. Et puis, peut-être que depuis quelques semaines, Éliane et moi avions également une relation un peu plus qu’amicale. Il nous arrivait très souvent de coucher ensemble pour son plus grand plaisir et mon plus grand désarroi. Mais coucher avec l’une des filles les plus populaires du bahut était particulièrement bon pour ma réputation et surtout pour faire taire les quelques rumeurs qui aurait pu courir sur mon orientation sexuelle. Mais sans savoir pourquoi, alors que je me préparais pour cette soirée je ne pouvais pas m’empêcher d’avoir un mauvais pressentiment. Au fond de moi, je savais qu’il ne fallait pas que je m’y rende. Je sentais qu’un événement allait se passer et qu’il modifierait certainement le cours de ma vie. Cependant, je devais me rendre à cette fête, je ne pouvais pas me permettre de manquer la soirée de l’année, encore moins quand elle était organisée par la richissime et sublime Éliane Smith. Ne tenant pas compte de ce ressenti, je m’étais préparé et m’étais rendu à cette soirée. J’étais loin d’être le premier sur les lieux mais encore bien des personnes se bousculeraient pour entrer après mon arrivée. Après avoir jeté un coup d’œil dans les alentours, j’étais allé saluer l’hôtesse de la soirée avant de me diriger vers le bar et de me faire servir une bière. Mon verre en plastique rouge bien en main, j’avais cherché pendant un moment les mecs de l’équipe de basket pour rester avec mes potes. Il était hors de question que je danse ou quoi que ce soit avant d’être un minimum éméché. Et me voici donc, cinq heures après, complétement bourré à cause de toute la bière et des alcools bien plus forts que j’ai pu ingurgiter tout au long de la soirée. Je pense que je suis aussi légèrement défoncé à cause du joint que j’ai fumé y a pas si longtemps avec un mec dont j’ai carrément oublié le nom. Je suis en train de danser une danse plutôt collé-serré avec Éliane et je peux dire qu’à la manière dont elle s’accroche à mon corps, dont ses lèvres cherchent les miennes qu’elle pense déjà finir la nuit dans sa chambre en ma compagnie. Mais moi, je n’en ai pas du tout envie. C’est donc avec soulagement que je m’éloigne d’elle quand je sens une main d’un gars de l’équipe de foot du lycée venir me tapoter l’épaule. « Austen, on fait un action ou vérité ou un jeu de la bouteille, on sait pas encore, avec les filles de l’équipe de gym et les cheerleaders, ramène ton cul vieux, on attend plus que toi ! Et amène Smith aussi » me balance-t-il avant de partir en direction d’un cercle assez grand formé uniquement par les mecs de mon équipe mais aussi des potes à moi comme Ezio. Je lâche donc Eliane qui me regarde avec une mine boudeuse. Mais je lui glisse à l’oreille « Viens jouer bébé, peut-être que l’on pourra reprendre ça plus tard ». Au plus profond de moi, j’espère que ça ne sera pas le cas. Je m’installe dans le cercle et j’apprends qu’entre temps, ils ont tous décidé mutuellement de se faire un jeu de la bouteille mais version pimentée. Il faut rouler un gros patin à la personne désignée par la bouteille et limite se tripoter sinon c’est un gage. Au départ, je trouve le principe plutôt marrant. Mais après plusieurs tours, la bouteille finit par s’arrêter sur moi. Par chance, je suis tombée sur une jolie fille et je me prête au jeu sans grande volonté mais j’ai l’habitude de ça sous les grognements mécontents d’Eliane. Faudrait peut-être que je pense à lui faire comprendre que l’on ne forme pas un couple et que c’est juste un plan cul d’ailleurs. Elle commence à devenir un peu trop collante et jalouse à mon goût. Je pense que mon interprétation a été convaincante parce que lorsque nos bouches se séparent, les cris des mecs et les sifflements résonnent dans mes oreilles. Un sourire satisfait prend place sur mon visage alors que je lance la bouteille. Mais, ce sourire disparait bien vite quand je relève la tête pour voir sur qui le goulot s’est arrêté. Et soudainement, je ne trouve plus ce jeu drôle du tout. Je le trouve même stupide. En face de la bouteille, se trouve Ezio, un de mes meilleurs potes et surtout un mec sur qui je suis en gros crush depuis quelques temps à mon plus grand désespoir. Putain de merde Owen. Pourquoi fallait-il que ça tombe sur toi. Je me sens blanchir et je déglutis avec difficulté. Je n’ai aucun moyen d’y échapper. Je ne peux pas refuser ou alors ça serait suspect. Je vais devoir embrasser un mec qui m’attire genre grave beaucoup alors que je vais tout depuis des mois pour convaincre mon corps et mon cerveau que ce n’est pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas
❉ friends with benefits
Ezio Oaks
friends with benefits

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
just the way you are
›› Los Angeles since : 02/09/2018
›› Love letters written : 186
›› It's crazy, I look like : noah centineo
i swear we were infinite

( shooting the moon )
› relationships :
Spin the bottle (Ezio) Vide
MessageSujet: Re: Spin the bottle (Ezio) Spin the bottle (Ezio) EmptyMer 27 Fév - 20:47


with @Owen Austen



Éliane Smith n’est pas une fille à qui l’on peut dire non. Certains ont essayé par le passé, ils s’en sont mordu les doigts. Capitaine des cheerleaders pendant deux ans, parents ultra riches, popularité au top, au sommet de la chaine alimentaire au lycée. Cette jeune femme a tout pour réussir, si ce n’est la modestie. Comme chaque année à cette période, Éliane organise une énorme soirée où les invitations sont distribuées aux plus chanceux, ceux qui sont jugés suffisamment dignes d’intérêt pour prendre part à l’une de ces fêtes qui restent dans les annales. On peut lui accorder ce crédit, ses soirées sont toujours très réussies, elles marquent les esprits à travers des ambiances savamment pensées, des surprises en tout genre et des thèmes qui permettent à chacun de s’amuser d’une manière ou d’une autre. Certains de nos camarades de classe tueraient pour obtenir le Graal, une invitation que je suis, de mon côté, assuré d’obtenir comme à chaque fois. Ne pas inviter l’un des sportifs les plus prometteurs du lycée, ce serait commettre une faute immense, surtout quand celui-ci vient de qualifier son équipe aux sélections d’une compétition nationale. La jeune femme n’a pas été spécifique sur le dress code, je pars donc du principe qu’il n’est pas question d’impressionner tout le monde en dégainant le plus beau costume. Je débarque donc fringué à l’image de mon humeur du soir : détendu. Un jean craqué au niveau des genoux, des baskets blanches, un t-shirt noir sobre suffisamment ajusté pour mettre en avant mes atouts musculaires sans pour autant me faire passer pour un mec à l’égo surdimensionné qui a besoin de se prouver qu’il est beau et bien musclé en exhibant sa musculature aux yeux de tous. Je me fiche clairement de l’avis et du regard de toutes les personnes présentes dans cette baraque… Du regard de tout le monde en général, il y a bien longtemps que j’ai arrêté de me préoccuper de ce genre de choses. A la recherche d’une âme suffisamment sobre pour délirer un petit peu, loin de toute cette viande saoule qui terminera la nuit en baignant dans son propre vomi, je me retrouve finalement près de cette immense piscine que certains invités ont déjà choisi d’investir. L’ambiance ne redescend pas, sauf peut-être pour moi qui reste là, sans rien dire. La musique est bonne, j’hoche plusieurs fois la tête, tenté d’aller donner le change sur la piste de danse en balançant mes meilleurs mouvements mais… Tout seul ce n’est jamais vraiment marrant. Tifenn ne sera pas de la partie ce soir, trop occupé à préparer une énième compétition et Kane… J’aurais peut-être dû lui proposer de se joindre à moi, mais ça aurait été sacrément bizarre de le ramener ici. Déjà parce que lui et moi… Ouais, je ne sais même pas ce que nous sommes, ni même si un nous peut-être employé pour nous qualifier de quelque manière que ce soit. Aussi parce qu’il aurait fait tâche dans le paysage, la moyenne d’âge étant relativement peu élevée. « Oaks, ramène ton cul ! » Je me retourne, ma seule et unique bière de la soirée à la main. « Pour ? » Mon pote se montre plus insistant et me fait signe de le rejoindre sans en dire plus. Je me retrouve très rapidement installé aux côtés d’une dizaine de lycéens en chaleur. Ce doit être cela qui fait monter la température, l’alcool n’est clairement pas une excuse pour moi après tout. Je les observe tous, ils tournent la bouteille les uns après les autres, se roulent des pelles, celles que l’on voit dans les films, les patins vont et viennent tandis que je n’analyse discrètement chacun de mes camarades. Mes yeux s’arrêtent forcément sur lui, sur Owen. Il est l’une des personnes que je connais le mieux ici, sur ce cercle. Il y a bien mon pote de tout à l’heure, mais je le connais finalement très peu, on se côtoie uniquement à la salle de sport. Owen est différent… On est dans la même classe depuis des années, on a traversé énormément de bons moments, toujours été très solidaires l’un vis-à-vis de l’autre. Je l’ai vu grandir, il m’a vu grandir… Rien de plus à dire, si ce n’est que je le trouve très différent en ce moment, quelque chose a changé chez lui, est-ce lié à ce que Tifenn m’a raconté l’autre jour ? Il était étonnamment peu bavard, lui aussi, j’ai pu lui tirer quelques mots, suffisamment pour me faire une idée de ce qu’il me cachait sans pour autant l’entendre explicitement de ses lèvres. Le doute est forcément permis quand je le vois rouler la pelle du siècle à cette demoiselle, lorsque ses yeux se posent sur elle et que tout ceci se met à puer le sexe à plein nez. J’ai cru comprendre qu’il couchait très régulièrement avec Éliane depuis quelque temps, c’est en tout cas ce que raconte la fille à ma droite à sa copine… Pas très discrètes les demoiselles. Tout le monde s’arrête instantanément de parler et la tension semble soudainement palpable sans que je sache trop dire pourquoi. Tous les regards sont tournés vers moi, mais également vers Owen et… Oh… Le goulot de la bouteille est tourné dans ma direction, on sait tous les deux ce que cela veut dire. On sait également tous les deux qu’il s’apprête à embrasser l’un des mecs les plus transparents sur sa sexualité, le genre qui n’a pas hésité à se travestir pour soutenir un jeune transgenre qu’on emmerdait au bahut et qui en a profité pour faire son coming-out « bisexuel ». Je n’ai peur de rien, de personne, et encore moins d’être moi-même. Peut-on en dire autant d’Owen ? Je suis tenté de répondre négativement, mais tout ce mélange dans ma tête et il est bien trop tard pour que je parvienne à réfléchir correctement à tout cela. « J’sais bien que j’suis pas taillé comme Éliane… Ou comme la demoiselle que tu as eu l’honneur de palucher tout à l’heure mais bon… J’essaierai de t’en donner pour ton argent quand même, promis ! » Je lui adresse un petit clin d’œil tandis qu’un sourire mutin étire mes lèvres. Je me redresse pour pouvoir me pencher et réduire la distance entre nous deux. Il semble coincé, tellement raide qu’il pourrait ne jamais parvenir à se détendre à nouveau. Alors je ne le lui laisse pas le choix, je prends les devants pour qu’on ne puisse pas laisser la moindre petite brèche où s’engouffrer pour faire ressurgir de quelconques rumeurs sur sa sexualité, sur tout ce qui pourrait l’inquiéter. Je suis le seul coupable à bord, celui qui dégoutera le petit hétéro en lui roulant la pelle de sa vie. Je ferme les yeux, effleure son nez un bref instant du mien et me lance à la conquête de ses lèvres. Elles ont un goût encore plus succulent que je n’osais l’imaginer. Mes doigts remontent le long de ses mâchoires et plus rien ne semble avoir d’importance autour de nous, je reste figé dans l’instant, le temps s’est-il arrêté ? Je frissonne alors que nos langues se rencontrent pour la première fois, timides et étrangement avides d’exploration.
Revenir en haut Aller en bas

Spin the bottle (Ezio)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Triangle platinum :: Triangle platinum residence
-