Partagez|

(sasha) tell me how to breathe in and feel no hurt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ fifthy shades of you
Thaïs Calloway
fifthy shades of you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
just the way you are
›› Los Angeles since : 14/12/2018
›› Love letters written : 71
›› It's crazy, I look like : diego barrueco.
i swear we were infinite
MessageSujet: (sasha) tell me how to breathe in and feel no hurt Sam 12 Jan - 22:57

tell me how to breathe in and feel no hurt
Sasha & Thaïs


Il est vingt heures et je suis allongé sur mon lit, les yeux grands ouverts. Je suis incapable de dormir depuis deux jours. Dès que je ferme les yeux, les mêmes images s’amusent à tourner en boucle dans mon esprit. J’ai l’impression de devenir dingue. J’entends de nouveau la dernière connerie que j’ai pu dire à Gabriel, je revois son regard dans l’autre voiture qui me suppliait de le suivre sur ce coup-là et je revois ce camion qui emboutit complètement la voiture de mon meilleur ami. J’entends de nouveau ce bruit horrible, les battements de mon cœur s’accélèrent et d’un seul coup, j’ai envie de hurler. Envie de hurler au monde entier que j’aurais dû être dans cette voiture avec lui, que j’aurais dû le sauver, que j’aurais dû prévoir sa connerie et surtout ne pas y répondre. Mais de toute façon à quoi ça pourrait bien servir ? Me rendre encore plus coupable, me faire culpabiliser un peu plus ? Je crois que ce n’est pas la peine, je m’en veux déjà assez comme ça. Et pourtant, cette envie ne me quitte pas. Tout ce mélange dans ma tête. Je pense bien évidemment à Sasha et au fait qu’au fond elle m’en voudra toute ma vie d’avoir tué son frère. Et puis je pense à mon Gabriel. Je revois son sourire idiot, ça démarche de pseudo bad boy et son rire résonne à mes oreilles. Dans la pénombre, mon regard se pose sur un cadre contenant une vieille photo de lui et moi adosser au mur du Lycée, habillé comme des beaux gosses, les lunettes de soleil sur le nez. On avait le sourire aux lèvres. Cette période de ma vie me manque d’une façon que je ne saurais expliquer. Après tout, mon petit frère avait sûrement raison, je suis mort en même temps que Gabriel ce jour-là. J’ai voulu me foutre en l’air il y a de cela un mois, et même cela j’ai réussi à le chier. Alors, je continue à me torturer l’esprit avec mes souvenirs et mes regrets. Encore et toujours. Une seule chose, ne cesse de tourner dans mon esprit embrumé. Le fait que j’aurais pu sauver mon meilleur ami. Que j’aurais pu sortir Sasha plus rapidement de la voiture et que j’aurais eu le temps de revenir pour lui. Que j’aurais pu essayer tout du moins. Et d’un seul coup, la culpabilité ne cesse de monter en moi. Dans un accès de colère ou de je ne sais quoi, je me lève et jette ce foutu cadre à travers la pièce avant de me diriger vers le tiroir de ma table de nuit. J’attrape quelques pilules d’ecstasy et les jette sur ma langue. Comme toujours, il ne faudra que quelques minutes pour que je ressente les premiers effets. Je me sens déjà un peu mieux, un peu plus détendu. Prêt à me fumer un joint avant de boire pour finir par m’endormir complètement défoncer, comme souvent. Je me dirige vers ma cuisine pour prendre une bière lorsque la sonnette de mon appartement me fait sursauter. Personne ne sonne jamais chez moi. Je n’ai jamais de visites. J’hésite un instant à aller ouvrir, mais la personne insiste. Je respire un grand coup et me frotte les yeux espérant que cela va effacer mes pupilles dilatées. Espère encore Thaïs. J’ouvre la porte et manque de m’écrouler en voyant la personne qui s’existe sur ma sonnette. « Sa… Sasha ?! » Mais qu’est-ce qu’elle fait là. J’hallucine ? « Wow, elle était puissante cette pilule. » dis-je en riant presque comme un idiot. « J’imagine Sasha maintenant. » Oui, je parle tout seul. J’en suis arrivé là. Pathétique. En même temps, jamais Sasha ne viendrait sonner chez moi.
Revenir en haut Aller en bas
❉ friends with benefits
Sasha Thomson
friends with benefits

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
just the way you are
›› Los Angeles since : 06/01/2019
›› Love letters written : 19
›› It's crazy, I look like : Charly Jordan
i swear we were infinite
MessageSujet: Re: (sasha) tell me how to breathe in and feel no hurt Dim 13 Jan - 0:53

tell me how to breathe in and feel no hurt
Sasha & Thaïs


A croire que la vie de la jeune Sasha allait enfin prendre une tournure différente, elle était en plein renouveau et elle était finalement en train d'être secourue et pêchée de cette tristesse qui l'avait envahie pendant une longue année. Pourtant, aujourd'hui, elle avait l'impression de revenir en arrière, elle était une seconde fois en train de se plonger dans son lourd passé alors qu'elle venait à peine de remettre un pied à Los Angeles. Cette ville lui évoquait énormément de choses. Elle s'était préparée longuement à ce jour mais finalement se dire qu’elle était prête à tout affronter toute seule n'était qu'une illusion. C'est trop dur d'être loin de lui, c'est trop dur de revenir et se rendre compte qu'il n'est plus, c'est trop dur d'avouer les choses et c'est encore plus dur de les encaisser et les accepter. Elle se sentait faible et impuissante, comme si son corps ne tenait qu'à un fil et qu'elle pouvait s'évanouir à tout moment. Cependant, elle n'était pas simplement de retour pour recommencer une nouvelle vie et tourner la page, elle était ici pour une bonne raison et c'est cet objectif qu'elle s'était mis dans la tête qui lui évitait de s'effondrer à tout moment.

Les pieds de la jeune blonde avançaient tout doucement, son corps tremblait mais elle continuait d'avancer. Elle avait peur de revoir cette réalité en face mais elle ne reculait tout de même pas. Arrivée à destination, Sasha regarda cette porte d'appartement qu'elle connaissait trop bien et resta plantée devant sans bouger. Elle devait sonner ou au moins frapper à la porte mais ses mains refusèrent de réagir. Elle resta alors ainsi pendant quelques minutes tout en essayant de faire des exercices de respiration pour se donner du courage. A un certain moment, sa main d'elle-même se dirigea vers la sonnette et appuya dessus. Le cœur de la jeune femme battait la chamade mais cela ne l'empêcha pas de sonner une deuxième fois étant donné que personne ne s'était précipité pour ouvrir. Puis la porte s'ouvrit, laissant apparaître Thaïs bien à l'ouest. Le revoir après tout ce temps fit frissonner la jeune femme de la tête au pied, ce dernier était bien surpris de la revoir mais c'est à peine s'il différenciait entre l'illusion et le réel. Il était pathétique. Son frère n'avait donc pas exagéré les faits lorsqu'il lui avait tout raconté par téléphone. Sasha se tait. Elle ne dit rien mais continue d'observer cet homme qui avait autrefois fait battre son cœur. Elle resta silencieuse jusqu'à ce que sa main droite se lève d’un seul coup et se colle directement contre la joue gauche du jeune homme en face d'elle. Elle était là pour l'aider à s'en sortir de la merde où il s'était plongé mais il fallait qu'elle commence par cette gifle car, à son avis, il le méritait amplement. "C'est bien moi, est ce que tu le vois maintenant où est-ce que tu as besoin d'une autre pour te réveiller ?" Elle le regarda une dernière fois et sans lui laisser le temps de répondre, elle s'introduit dans son appartement qui était plus devenu un local poubelle qu'un endroit habitable. Des bières traînaient par ci et par là, ainsi que des restes de nourritures et autres pourritures qui permettent à Thaïs de se droguer. Là c'était la goutte en trop. Elle se retourna pour le regarder bien en face. C'est donc à ça que se résume ta vie maintenant ? Tu passes tes journées cloué dans cet appartement qui pue la mort et tu te drogues ? T'es vraiment un crétin Thaïs et je te déteste pour ça ! Tu crois qu'il aurait aimé te voir dans cet état ? Tu crois qu'il serait fier de ce que tu es en train de faire ? Si tu penses que te faire du mal va le soulager alors tu te trompes complètement !" Elle n'en pouvait plus, il fallait que ça sorte car tout cela lui pesait énormément sur le cœur. Elle était elle-même à deux doigts de verser des chaudes larmes mais il ne fallait pas qu'elle flanche devant lui, il fallait qu'elle reste forte car aujourd'hui elle était venue le raisonner lui et non pas elle. Elle n'avait cependant pas encore fini son discours mais elle voulait qu'il soit sobre pour le lui dire. Elle ne voulait pas qu'il oublie tout le lendemain.
Revenir en haut Aller en bas
❉ fifthy shades of you
Thaïs Calloway
fifthy shades of you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
just the way you are
›› Los Angeles since : 14/12/2018
›› Love letters written : 71
›› It's crazy, I look like : diego barrueco.
i swear we were infinite
MessageSujet: Re: (sasha) tell me how to breathe in and feel no hurt Dim 13 Jan - 19:29

tell me how to breathe in and feel no hurt
Sasha & Thaïs


Sasha. Sasha. Sasha. C’est comme si une alarme venait de se déclencher dans mon cerveau, hurlant à tout-va le prénom de la jeune blonde. Ce n’est pas possible. Elle ne peut pas être en face de moi. Pas maintenant. Pas après une si longue année de silence. J’ai essayé de la joindre pendant des semaines, des mois même, mais elle ne m’a jamais répondu. Du jour au lendemain, je n’ai plus jamais entendu parler d’elle. En l’espace d’une semaine, j’avais perdu mon meilleur ami et cette fille qui sans le savoir m’aidait déjà à tenir. Je n’ai pas pu la voir à l’hôpital, jamais. En fait, la dernière image que j’ai d’elle, c’est inerte dans mes bras. Cette image qui me hante mes nuits sans sommeil. Alors, non, c’est impossible. Elle ne peut pas être sur le pas de ma porte. Je dois être en train d’halluciner, j’ai pris une pilule il y a peu, ça doit être cela. Ça ne peut-être que la seule explication. Jamais Sasha ne viendrait me voir de son plein gré, elle me déteste. Pourtant, la jeune femme en face de moi semble bien réelle et il ne lui faudra que quelques secondes pour me mettre une gifle monumentale. Son geste est tellement puissant que je recule quelque peu. Cela a le mérite de me remettre les idées en place. Cette voix, je la connais par cœur. Je pourrais la reconnaître les yeux fermés. Alors, je ne rêve pas. Ce n’est pas mon cerveau qui me joue des tours, Sasha est bel et bien là. Je n’en reviens pas. Elle semble énervée comme si elle venait me reprocher l’accident une année plus tard. Sur ce ton plein de sarcasme elle me demande si je veux une autre gifle et comme un gamin pris la main dans le sac, je secoue la tête pour dire non. « Non… » dis-je doucement pour être sûr qu’elle ne me frappera pas à nouveau. Scotché sur place, je la regarde entrer dans mon appartement sans même dire quoique ce soit. Hébété, je referme la porte d’entrée et me tourne pour observer la blondinette. Sasha est dans mon appartement. Elle est là et je ne sais absolument pas quoi lui dire. Soudainement, j’ai envie de fondre en larmes, de me mettre à genoux et de lui demander pardon. Je sens la crise d’angoisse monter sournoisement en moi. Petit à petit, le dégoût se dépeint sur le beau visage de Sasha. Puis elle explose. Tout simplement. Ses mots se répercutent en moi, tous plus blessant les uns que les autres. Tout ce que je ne veux pas en entendre, tout ce qu’il ne faut absolument pas me dire. Encore sous l’emprise de la drogue et souhaitant la faire taire, je la bouscule un peu trop brutalement. « Tais-toi ! » hurlais-je dans sa direction tout en la plaquant contre le mur, mes mains sur ses épaules. « Ne parle pas de lui ! » Je fais le gros dur depuis des mois. Je me cache derrière ma carapace, mes yeux noirs et mes airs de dealer, mais dans le fond, je ne suis qu’un gamin fragilisé par la vie. Gabriel est ma faiblesse. Le sujet qu’il ne faut pas évoquer en ma présence. Mon sujet tabou. Personne ne peut me dire ce qu’il aurait aimé pour moi. Je ne mérite absolument pas ce genre de chose. Il est mort à cause de moi après tout. Alors je ne mérite pas que l’on fasse attention à moi, que je fasse attention à moi. Ne voulant pas l’effrayer et surtout ne voulant pas lui faire mal, je relâche ma prise sur ses épaules. Mon souffle se fait de plus en plus rapide, je suis incapable de le contrôler. Je ne voulais pas parler de cela. Soudainement, je voudrais qu’elle s’en aille. Pourtant, elle reste planter face à moi, forte et fière. L’image que j’aime tant chez elle. « Je ne mérite même pas d’être encore vivant. » dis-je tout doucement. Comme un aveu que j’aurais du mal à faire. Me faire du mal ne va pas le ramener, je le sais parfaitement. Mais me faire du mal me permet de ne pas perdre la face. « Me faire du mal, c’est tout ce qu’il me reste. T’es parti Sasha. Tu nous as abandonnés, t’as pas de leçon à me donner. » Il faut que je me calme avant de faire une véritable crise d’angoisse. « Je suis juste trop lâche pour le rejoindre. » Je pense à ma tentative de suicide ratée. J’aurais aimé que Priam n’arrive jamais ce jour-là. J’aurais vraiment aimé en finir.
Revenir en haut Aller en bas
❉ friends with benefits
Sasha Thomson
friends with benefits

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
just the way you are
›› Los Angeles since : 06/01/2019
›› Love letters written : 19
›› It's crazy, I look like : Charly Jordan
i swear we were infinite
MessageSujet: Re: (sasha) tell me how to breathe in and feel no hurt Mer 16 Jan - 22:15

tell me how to breathe in and feel no hurt
Sasha & Thaïs


Le revoir après tant d'année fut un grand choc pour la jeune femme. D'un seul coup, énormément de souvenirs refirent surface, elle ne savait plus trop si elle allait tenir, elle était encore plus fragile que lui mais elle ne voulait pas se laisser abattre. C'est exactement ce qu'elle a appris pendant cette dernière année passée, elle a appris à accepter ce qui c'était passé, à faire la part des choses et ne pas s'emporter à cause d'une haine qui la hante depuis belle lurette. Malgré tout cela, elle mit une bonne gifle à Thaïs car il était arrivé au bout des hallucinations, il était incapable de discerner ce qui se passait devant lui et c'était clairement une mauvaise chose. C'était une mauvaise habitude qu'il avait prise et Sasha comptait bien y remédier. Elle est consciente qu'elle n'a pas agi de la manière la plus douce mais elle n'avait plus le choix là. Elle entra par la suite dans l'appartement sans laisser au jeune homme le temps d'en placer une, puis, ne pouvant plus supporter ce silence et l'état dans lequel se trouvait Thaïs, elle explosa. Sasha se rendait compte de toute la réalité. Son frère n'était plus de ce monde mais il ne voudrait clairement pas voir son meilleur ami dans cet état. Elle cracha tout son venin en regardant le jeune homme mais ce dernier lui ordonna sèchement de se taire. Elle était tout de même une vraie tête brûlée quand elle le voulait alors elle continua son discours sans se soucier des paroles du jeune homme en face. Ses paroles étaient blessantes mais elle s'en rendit compte que lorsqu'elle se retrouva plaquée contre le mur et emprisonnée par les bras musclés de Thaïs. Elle grimaça légèrement lorsque son dos cogna le mur mais elle ne réagit pas à cette douleur. Elle continua donc de regarder Thaïs dans les yeux, s'efforçant de garder tout le courage qui lui restait. Malgré ceux-là ses paroles lui brisèrent le cœur. "Arrête Thaïs...Ne dis pas ça..."  Mais lorsqu'il évoqua le fait qu'elle les a lâchement abandonné, Sasha ne sait plus quoi dire. Elle se sentait en manque d'oxygène alors elle se libéra de cette proximité qui les unissait. Elle évita de croiser son regard car après tout il avait raison. Elle lui en avait tellement voulu qu'elle n'a pas pu rester à ses côtés. Elle les avait abandonnés son frère et lui mais à ce moment-là elle en a voulu au monde entier. Elle ne supportait pas cette perte alors elle avait décidé de s'enfermer, elle était devenue un ermite évitant tout contact avec le monde extérieur. Il était donc difficile de lui expliquer qu'elle n'avait pas fui pour aller vivre sa vie ailleurs, mais qu'au contraire, elle n'avait fait que s'enfoncer lorsqu'elle était loin de lui. Ce n'était pas une année facile pour elle non plus mais elle avait réussi à sortir du gouffre, c'est également pour cette raison qu'elle était de retour. Elle ne voulait pas qu'il continue sa vie en vivant dans le remord. C'était le cas pour elle mais on l'avait aidé à s'en sortir, on l'avait aidé à voir la vie autrement et c'est ce qu'elle comptait faire, elle n'allait pas baisser les bras aussi facilement. Elle tourna finalement le regard vers Thaïs et s'approcha de lui. "Oui je suis parti, j'ai été lâche et je vous ai abandonné, oui je t'ai détesté pendant très longtemps de m'avoir sauvé la vie et oui j'ai moi-même voulu le rejoindre plusieurs fois et je me suis blâmée d'être encore en vie alors que lui pas. Mais je suis là Thaïs, je me suis rattachée à la vie et je ne me suis pas laissée abattre car tu m'as sauvé la vie. Tu te rends compte Thaïs ? Si je suis ici c'est grâce à toi. Alors à cette soirée tu n'as pas tué une personne mais tu en as sauvé une." Sasha se rapprocha de lui et mit ses mains sur ses joues pour qu'il la regarde dans les yeux. "Tu n'as pas le droit de le rejoindre tu me comprends ? Tu n'as pas le droit de me laisser ici toute seule alors que tu m'as sauvé. Si tu voulais devenir une loque humaine pour t'en aller aussi alors il ne fallait pas me sortir de cette voiture ! Il fallait me laisser mourir avec lui ! Il fallait me laisser fucking crever à ses côtés merde !!". Les mots étaient trop durs à supporter, plus elle prononçait une phrase de plus et plus une larme coulait de ses yeux. Elle n'était même plus sûre de ce qu'elle racontait, elle criait et pleurait en même temps car en parler avec lui était beaucoup trop dur. Elle ne savait plus si elle essayait de le convaincre lui ou de s'en convaincre elle-même. Ses jambes finirent par la lâcher et elle tomba par terre où elle retrouva refuge pour déverser toutes les larmes de son corps.
Revenir en haut Aller en bas
❉ fifthy shades of you
Thaïs Calloway
fifthy shades of you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
just the way you are
›› Los Angeles since : 14/12/2018
›› Love letters written : 71
›› It's crazy, I look like : diego barrueco.
i swear we were infinite
MessageSujet: Re: (sasha) tell me how to breathe in and feel no hurt Mar 22 Jan - 22:36

tell me how to breathe in and feel no hurt
Sasha & Thaïs


Jamais je n’aurais cru revoir Sasha un jour. Jamais. J’ai passé une semaine à attendre dans les couloirs de l’hôpital. Je voulais juste qu’elle accepte de me voir quelques secondes pour que je puisse parler avec elle. Tout ce que je voulais, c’est la voir, m’assurer qu’elle allait bien, au moins physiquement. Je n’ai jamais eu cette occasion et cela a concrètement été le début de ma descente en enfer. C’est à l’hôpital que l’on m’a clairement fait comprendre que tout était ma faute. Je me souviendrais toujours de ce que son père a pu me dire ce jour-là… Ses mots hantent encore mes nuits sans sommeil. Alors revoir Sasha est un véritable choc. Autant que la claque qu’elle vient de me mettre. Je la méritais celle-là, alors je ne dis rien. Cela a au moins eu le mérite de me faire redescendre quelque peu. Je sens encore les effets de la pilule que j’ai avalé avant son arrivée, mais le début de notre conversation me renvoie violemment sur terre. Je n’étais pas prêt pour une telle confrontation. Absolument pas. Pourtant, Sasha ne me laisse pas le choix. Au moins, elle n’a pas changé sur ce point-là. Toujours aussi pleine de fougue ma Sasha. Après tout, c’est ce qui m’avait fait craquer à l’époque. Incapable d’encaisser ce qu’elle a à me dire, je m’en prends à elle. Je n’ai jamais été un homme violent et jamais je ne lèverai la main sur une femme même avec les idées embrouillées par la drogue. Je voudrais juste qu’elle se taise. Elle n’a pas à me dire ce que Gabriel aurait aimer pour moi. Il est mort par ma faute, il ne voudrait absolument rien pour moi. J’en suis convaincu depuis plusieurs mois désormais et je crois que personne ne pourra me faire changer d’avis désormais. Alors je crie sur Sasha pour qu’elle se taise. Je lui fais comprendre que cela ne sert à rien de se battre pour moi. Je suis une cause perdue. Il n’y a plus rien à faire pour moi. « Laisse-moi tranquille Sasha. » dis-je tout en prenant soin d’éviter son regard. Je n’ai pas besoin de sa pitié, vraiment pas. « Je suppose que c’est Priam qui t’a appelé. » Je soupire et me promets d’engueuler mon frère quand je finirais par le revoir. « Franchement c’est pas la peine, je me suis raté comme une merde. Pas de quoi en faire toute une histoire. » J’aurais vraiment mieux fait de ne pas me rater ce soir-là. Quelle idée de prendre des cachets aussi… J’aurais mieux fait de me taillader les veines. « Tu voulais quoi ? T’assurer que le connard qui a tué ton frère est toujours vivant ? » Je lève les bras en souriant comme un abruti fier de sa connerie. « Désolé de te décevoir. » Sasha semble surprise et s’éloigne rapidement de moi. Je vois le conflit dans ses yeux. Elle ne sait probablement plus ce qu’elle est venue faire ici et stupidement, j’attends qu’elle s’en aille. Debout dans mon salon, l’esprit encore complètement enfumé par la drogue, j’attends la fin de cette belle illusion. Alors que le silence s’allonge, je prends le temps de l’observer du coin de l’œil. Elle est toujours aussi belle. Magnifique même. L’espace d’un instant, j’aimerais tout oublier, revenir en arrière. J’aimerais la prendre dans mes bras, lui dire à quel point elle m’a manqué, à quel point j’ai besoin d’elle surtout. Mais tout cela est impossible. Je reste scotché sur place, à la regarder se torturer. Perdu dans mes pensées, je ne la vois pas vraiment s’approcher de moi. Je sursaute presque lorsqu’elle reprend la parole enchaînant les phrases comme des coups-de-poing violents. J’ai du mal à la suivre. Elle me remercie presque de l’avoir sorti de cette voiture, mais quelques secondes plus tard elle me reproche de ne pas l’avoir laissé mourir avec son frère. Je suis perdu et alors que ses mains se posent sur mes joues, je fais tout pour ne pas croiser son regard. Je ne suis pas prêt à la regarder dans les yeux, pas alors qu’elle me reproche tout cela. Subitement, je me demande ce qu’on a bien pu lui raconter sur cette nuit de cauchemar. Je n’ai pas le temps de lui poser la question. Sasha s’énerve, s’emporte et soudainement fond en larmes. Sans que je n’aie le temps de contrôler quoique ce soit, elle s’effondre sur le sol, les larmes ravageants son visage. Soudainement, je sens la crise de panique monter en moi. Je ne supporte pas de la voir dans cet état. Je ne l’ai pas sorti de la voiture pour qu’elle soit aussi détruite. Elle devait vivre. Depuis son départ, je me suis persuadé qu’elle vivait pleinement sa vie ailleurs, sans nous. Jamais je ne l’ai imaginé aussi brisée. Jamais je n’avais pu penser qu’elle pouvait être dans un état similaire au mien. Cette fois, ses larmes me font brutalement redescendre sur terre. Je ne suis plus défoncé. Juste triste. Immensément triste. Ne supportant pas de la voir dans cet état, et même si je m’attends à une nouvelle claque, je m’approche doucement d’elle. Sans un mot, je viens m’asseoir à ses côtés et très lentement passe mes bras autour de son corps frêle pour la prendre contre moi. Tout simplement. Comme son grand frère l’aurais fait. Je la serre contre moi et m’installe de manière a ce qu’elle se retrouve entre mes jambes, blotties contre mon torse. « Je suis désolé. » Je le répète en boucle pendant plusieurs longues secondes. « Je suis désolé Sasha. » C’est tout ce que je peux lui dire après tout. C’est tout ce qu’il me reste, être désolé pour elle. Pour ce que j’ai pu faire, pour tout. Je passe une main dans ses cheveux comme j’ai vu Gabriel le faire un million de fois. Pour la rassurer, pour apaiser ses pleurs. Mon souffle se fait de plus en plus rapide, mais je tente de ne pas plonger dans la panique en repensant à cette soirée, au choix que j’ai dû faire malgré moi. « Je… Je sais pas ce qu’on t’a dit sur cette soirée, mais… » Un instant, je ferme les yeux, tentant de contrôler mes tremblements et surtout ma respiration. « Il… Il y avait plus rien à faire pour lui. » Je suis incapable de prononcer le prénom de mon meilleur ami. Les larmes commencent à me monter aux yeux et je me mords les lèvres presque jusqu’au sang. « Je pouvais pas le sortir, c’était pas possible, mais toi… Tu m’as appelé… J’étais là et t’as dit mon nom et… Il fallait que je te sorte de là. Tu t’es évanoui après, mais je suis retourné à la voiture, je voulais essayer pour lui. La voiture a… J’ai pas pu. J’ai pas eu le temps. » Et une nouvelle fois, le cauchemar de cette voiture qui explose défile devant mes yeux clos.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


just the way you are
i swear we were infinite
MessageSujet: Re: (sasha) tell me how to breathe in and feel no hurt

Revenir en haut Aller en bas

(sasha) tell me how to breathe in and feel no hurt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: South l.a :: South l.a residence
-