Partagez|

(joey) il était une fois une aile, et l'aile s'envola...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
❉ i choose my own destiny
Joey Matthews
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
just the way you are
›› Los Angeles since : 17/11/2017
›› Love letters written : 275
›› It's crazy, I look like : Rachael Taylor
i swear we were infinite
MessageSujet: Re: (joey) il était une fois une aile, et l'aile s'envola... Sam 2 Fév - 12:19


Il était une fois une aile, et l'aile s'envola ...
Joey est agacée, elle est déjà fatiguée de sa nuit et des nombreuses gardes qu'elle a du faire cette dernière semaine, et il joue avec ses nerfs, encore. Elle est fatiguée la blonde, elle passe sa main sur son visage, elle voudrait pouvoir dormir un peu, mais elle ne le peut pas, elle a encore quelques heures devant elle. La blonde tente de garder son calme, mais son air menaçant prend place sur son visage, parce qu'elle en a assez de lui et de sa façon de lui tourner autours. Elle est médecin bordel et cet hôpital n'est pas un speed dating. Faut croire qu'il a pas l'habitude qu'on lui dise non le brun, mais au fond, ça ne l'étonne pas vraiment hein. Elle secoue la tête, elle lance un peu moqueuse cette fois-ci:

-C'est comme ça que vous séduisez les femmes ? Ça doit pas vraiment marcher non ?

Oui, elle se moque impunément de lui, elle le provoque parce qu'il la cherche depuis tout à l'heure et qu'elle en a assez de perdre son temps avec lui. Il se permet de l'embrasser, de lui voler un baiser et elle est en colère Joey, ça y'est, il a réellement réussit à la mettre en pétard cette fois-ci. Pour qui il se prend ? Il croit quoi qu'elle va le laisser faire impunément en se pavanant devant lui ? Jamais de la vie. Oui ça lui a fait quelque chose, une sacrée décharge dans le corps, mais elle ne le lui montrera pas. Jamais.

-Vous vous permettez peut être de faire ce que vous voulez avec les femmes, mais je ne fais pas partit de ces filles là. Non, ça ne m'a pas plu. Vous êtes prétentieux, mesquin, et trés franchement impossible à vivre. Alors maintenant tenez vous tranquille ou je vous injecte un calmant.

Au moins c'est clair cette fois et, si elle a blessé son ego surdimensionné et bien, elle s'en fiche.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
❉ i choose my own destiny
Pavel Salvatore
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
just the way you are
›› Los Angeles since : 30/09/2018
›› Love letters written : 181
›› It's crazy, I look like : shiloh orgasmic fernandez
i swear we were infinite
MessageSujet: Re: (joey) il était une fois une aile, et l'aile s'envola... Mer 6 Fév - 15:18

 «  il était une fois une aile, et l'aile s'envola...» joey matthews & pavel salvatore


Pavel Salvatore n’est pas un homme qui se laisse facilement berner par un joli minois, ou un sourire enjôleur. Le docteur avait beau vouloir le remettre à sa place, elle tentait par tous les moyens de lui faire comprendre qu’il ne devait sous aucun prétexte dépasser la limite. Pavel est loin d’être dupe et sait l’effet qu’il lui procure juste par un vulgaire regard, par un sombre contact visuel. Elle frissonne, elle aime ça, il le lit dans son regard. Et ne risque pas de changer de méthode car il ne s’est jamais fait prendre. Il aime bien trop ça lui, jouer. Et quand elle tente de le remettre à sa place après ce petit baiser, il sait le nombre de points qu’il vient de gagner sans avoir rien fais, ou quasiment rien. Personne ne reste insensible à son charme. Personne… « C'est comme ça que vous séduisez les femmes ? Ça doit pas vraiment marcher non ? » Avoue t’elle, jouant avec le mexicain comme elle le pouvait. Le provoquant directement. Ne voulant pas lui montrer qu’elle avait été directement touchée, alors Joey tente de jouer les gros bras, les grandes gueules pour ne pas le voir victorieux. Elle sait que face à ce type d’homme, mieux vaut mettre la barre très haute tout de suite histoire juste d’impressionner. Et c’est ce qu’elle compte faire. « Vous vous inquiétez pour moi docteur ? » Demande t’il au médecin d’une voix amusée, mielleuse. Presque touché par ce qu’elle vient de lui dire, oubliant cet air satisfait sur le visage de la demoiselle. Oubliant sa provocation pure et dure ! Elle met ses mains contre sa taille, avant de lui faire face, et de lui ajouter, « vous vous permettez peut être de faire ce que vous voulez avec les femmes, mais je ne fais pas partit de ces filles là. Non, ça ne m'a pas plu. Vous êtes prétentieux, mesquin, et trés franchement impossible à vivre. Alors maintenant tenez vous tranquille ou je vous injecte un calmant. » Restant immobile face à lui, le docteur le regarde coucher dans le lit, reprenant peu à peu sa prestance, ne voulant pas qu’il voit une lueur de satisfaction dans son regard. Et elle ne lui laissait rien paraître. Rien. Quand elle se retourna pour sortir de la chambre, elle s’attendait à ce qu’il réplique, à ce qu’il la voit encore se débattre en elle pour sauver son honneur mais rien. Là non plus, elle ne fît rien, la laissant quitter la chambre d’hôpital. (…) Le jeune homme avait finis par s’endormir quelques heures, mais la lumière du jour vient lui rappeler soudainement dans quelle pièce il était. Les plateaux de petits déjeuners n’étaient pas encore distribués, trop tôt sans doute. Le jeune homme semblait vouloir se lever à présent et il comptait bien faire chier son monde jusqu’à ce qu’on le libère. Il ne pouvait compter que sur lui-même, décidant de sortir par ses propres moyens, avec une espère de robe de chambre aussi laide que cet endroit, il arpentait difficilement le couloir. Personne à l’horizon, étrange se dit-il. Mais il voulait avancer le plus vite possible, et alors qu’il venait de grimper dans le premier ascenseur du couloir, il entend une infirmière, « Docteur Matthews, le patient Salvatore est dans l’ascenseur. » Appuyant frénétiquement sur le bouton de la porte de l’ascenseur pour que celui-ci se referme, Pavel soupira bien volontiers quand il vit l’ombre du docteur arrivait. « Quelle surprise docteur… » Debout dans l’ascenseur, il ne comptait pas sortir de là ! Elle devra venir le rejoindre si elle ne voulait pas qu’il lui échappe, une fois de plus…
Revenir en haut Aller en bas
❉ i choose my own destiny
Joey Matthews
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
just the way you are
›› Los Angeles since : 17/11/2017
›› Love letters written : 275
›› It's crazy, I look like : Rachael Taylor
i swear we were infinite
MessageSujet: Re: (joey) il était une fois une aile, et l'aile s'envola... Mer 13 Fév - 17:06


Il était une fois une aile, et l'aile s'envola ...
Dire que joey est hors d'elle serait un euphémisme. Pour qui se prend il ? Si il y a bien une chose que la jeune femme déteste c'est les hommes qui se pensent tout permis. Ceux qui prennent en pensant qu'ils s'en sortiront toujours. Mais elle, elle ne laisse pas passer ce genre de chose. Jamais. Parce qu'elle refuse d'être réduite à un vulgaire objet qu'on jette ou qu'on prend lorsque l'on a envie. Alors elle lui fait savoir, ses yeux bleus le fusillant du regard. Un sourire moqueur au visage, elle se demande d'où ce type débarque et sur quelle planète il vit. Pas la sienne en tout cas et elle va rapidement l'en faire sortir et le renvoyer sur la lune ou quelque part dans l'espace. 

 -Pour votre santé mentale oui.

Pour le reste, elle n'en avait rien à cirer. Elle tourne le dos après une énième remontrance et, elle est presque soulagée lorsqu'il ferme la bouche pour une fois. Il ne réplique pas et la jeune femme peut rapidement retourner s'occuper d'autres patients. La nuit est agitée et les traits de la jeune femme sont tirés. Elle est fatiguée, c'est évident, épuisée de se débattre pour sauver des vies. Parfois en échouant, parfois en réussissant. Son biper sonne à maintes reprises et la voix d'une infirmité y résonne. Bordel il a encore fait des siennes, elle qui le pensait endormi. Elle arpente les couloirs, la blouse à moitié ouverte, les cheveux en vrac il suffit de la regarder pour savoir que sa limite a été atteinte. La blonde se glisse dans l'ascenseur avant qu'il ne se referme, bien décidé à ne pas le laisser s'en sortir aussi facilement sans réellement se rendre compte qu'elle est enfermée avec lui. Le poussant légèrement, elle oscille entre rage et colère.

 -Vous vous foutez de moi ? Vous croyez que j'ai que ça a faire vous courir après alors que des patients sont entre la vie et la mort ?.

Sa poitrine se soulève à un rythme saccadé. Elle est tellement en colère qu'elle a l'impression qu'elle ne pourra jamais se calmer.

 -La vie ce n'est pas un jeu ! Vous êtes capable de le comprendre ça où c'est trop compliqué pour vous cerveau inexistant ?

Une secousse. Deux. Ascenseur en panne. Elle a envie d'hurler. Bordel c'est vraiment pas sa soirée.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


just the way you are
i swear we were infinite
MessageSujet: Re: (joey) il était une fois une aile, et l'aile s'envola...

Revenir en haut Aller en bas

(joey) il était une fois une aile, et l'aile s'envola...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Downtown L.A :: Ronald Reagan medical center
-