Partagez|

MILO - Between the beast and human being

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
❉ home is where the  heart is
avatar
home is where the heart is

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 11/09/2018
›› Love letters written : 7
›› It's crazy, I look like : julian hot morris
MessageSujet: MILO - Between the beast and human being Mar 11 Sep - 21:46


Milo Moretti

MONSTERS ARE REAL, AND GHOSTS ARE REAL TOO.
THEY LIVE INSIDE US, AND SOMETIMES, THEY WIN.

nom : Moretti. Rien n’est mélodieux à l’oreille, et leur présence auprès de vous n’est en rien une douce mélodie non plus. Il vomit ce nom chaque nuit avec un dégoût incommensurable. prénoms :Comme une abnégation à la connerie, l'on attribua le prénom de Milo. Quand d'aucuns étaient affublés de Ryan, John, ou autres Franck, autant d'appellations encensant l'esprit étriqué des gens de sa banlieue, sa mère voulut s'ériger comme la détentrice du savoir de ce monde frelaté jusqu'à la lie. Elle trouvait ça beau, Milo. Cette femme à la beauté banale, à l'intelligence émoussée mais à la volonté de paraître plus puissante encore que ses inepties d'ouvrière de bas étage. Et la génitrice de ne lui attribuer qu'un seul prénom ; sans doute trouva-t-elle la force d'ébrécher son cerveau à trop se triturer les méninges. Ça l'a usée, cette salope.  Date | lieu de naissance : : Le beau brun est né le 25 mars 1989 par un soir glacial, comme si l'hivers se refusait à partir. Dans le vieil hôpital de son quartier malfamé. Si sa mère n'hésite pas à lui rappeler que sa grossesse fut merveilleuse pour sa benjamine, elle ne manque pas non plus d'indiquer qu'elle a été catastrophique pour lui. Que les choses ont été plus compliquées et donc plus douloureuses. Il ne sait pas exactement si cette anecdote lui apporte une fierté certaine à l'idée de l'avoir faite souffrir ou si définitivement, il est éreinté d'elle et de ses manières. Âge : Cela fait vingt-huit années qu'il foule le monde. Des années au goût d'amertume. Nationalité | origines : Milo est né d’un père italiano-américain et d'une mère irlandaise. Son passeport est pourtant bien américain.À los angeles depuis : Depuis toujours. Statut civil : : Si son côté mauvais garçon peut plaire à la gente féminine, pour lui pas besoin de s’emmerder avec ces conneries. Il y a des choses plus importantes dans la vie que de se lécher la truffe. Mais loin d'être pur et chaste, il compte parmi ses conquêtes passagères quelques dizaines de midinettes sans intérêt. Un jour, peut-être qu'il rencontrera une femme différente. Il est donc célibataire même si une gamine farouche a tendance à l'user psychologiquementOccupation : A 21 ans, il se retrouve à poser pour un photographe soi-disant en vogue, qui est de passage en ville. Ça à durer six mois et ça payait excellemment bien... enfin pas assez bien pour qu’il évite de se faire virer. Viré pour avoir été un petit con irrespectueux, flemmard, et avoir sauté son assistante sur toutes les surfaces à peu près plates de son studio. En sortant de prison, son casier judiciaire ne l’aide aucunement à trouver un boulot. Il avait beau posé des CV dans de nombreuses compagnies pour faire des petits boulots minables, personne ne voulait de lui. Mais il a pu compter sur Jason, comme toujours. Il avait toujours tout fait pour lui et encore une fois, il était là pour le sauver. Il continue à faire ce qu’il sait si bien faire et pour quoi il est parti en prison mais cette fois-ci, il le fait pour Jason. Il est l’un de ses dealer attitré mais aux yeux de tous, il n’est qu’un petit barman sans histoire de Los Angeles au sein du Viper. Orientation sexuelle : Hétérosexuel, totalement. On ne peut pas dire que sa famille prône l'ouverture d'esprit.  Quartier | type de résidence : Echo park. Un petit appartement bien cosy qu’il partage avec sa sœur. Dès qu’il a eu les moyens de la faire sortir de la misère dont ils ont vécus pendant des années, il lui a proposé de venir vivre avec lui.  Statut familiale : Gamin grimaçant sous les coups de son père. Gamin d’une mère alcoolique et dépressive. Gamin ayant un petit ange comme petite sœur. Gamin espérant ne jamais voir une demoiselle débarquer chez lui pour lui annonçait être papa, chose qui ne serait pas surprenant vu le nombre de filles qu’il s’est tapé. Situation financière : Il ne roule pas sur l'or mais n'a pas à se plaindre depuis qu’il travaille pour Jason. Votre foi en l'amour : 30%. Caractère : Il est l’arrogance même. Il est sarcastique et use de beaucoup d’humour souvent noir pour parler des choses les plus graves. Son langage est souvent cru, car il considère qu’il n’y a pas mieux que de dire les choses telles qu’elles sont pour aller de l’avant. D’une nature franche, il n’aime pas que l’on tourne autour du pot, et par-dessus tout que l’on puisse tenter de lui mentir. Protecteur envers sa sœur, elle est ce qui lui est le plus cher à ses yeux, ce qu’il ne voudrait jamais ô grand jamais perdre. S’il est franc par nature, il sait aussi grâce à sa curiosité sans faille prêcher le faux pour obtenir le vrai et être un fin manipulateur quand il le désire. Groupe : Big spender.

your heart is made from gold ♡
UN. Fils de Los Angeles, fils de personne. Milo n'est pas né dans de beaux draps, avec la cuillère en argent dans le bec et le pedigree qui vont de paire – loin de là. Mais comme sa soeur, il a su faire avec. Pas le choix de toute façon. Et même s'il a grandi entassé avec sa soeur dans une chambre aux allures de placard, s'il a connu le secours populaire et la misère, on ne l'a jamais entendu se plaindre. DEUX. L'ensemble de son corps est parsemé de cicatrices, dues à ses magouilles qui ne finissent pas toujours bien, et les violences perpétrées en prison TROIS. Depuis tout petit, Milo s'est montré exigent envers lui même. Peut-être même trop. Ce qui, au début, n'était qu'un moyen de se faire aimer par son père en donnant le meilleur de lui même, est finalement devenu un trait de caractère à part entière. Peut importe ce qu'il fait, il aura toujours l'impression que ce ne sera pas assez bien et si possible, il recommencera jusqu'à ce qu'il s'améliore. QUATRE. Si Milo était prêt à tout pour acquérir l'amour de son père lorsqu'il était plus jeune, ce n'est désormais plus le cas. Au contraire. Il hait l'homme qui lui a servi de père de tout son être et ne rêve que d'une chose ; gâcher sa vie comme lui a gâché son enfance et adolescence. CINQ. Son cœur est noir. Il détruit tout ce qu'il touche. Il s'en est convaincu, à force de preuve. Sa soeur a été blessé, à cause de lui. Eileen, n'a connu que la douleur, à cause de lui. Sa famille, n'a pas manqué de le châtier. Ce n'est pas un homme bon. Il n'a pas besoin de se l'entendre dire. Il connaît cette vérité. Agit comme tel. Fait en sorte qu'on ne l'approche plus. Qu'on ne l'aime plus. Qu'on le déteste. Il détruit, plus encore. SIX. Il a été accroc à la drogue durant presque trois années. Trois années d'un enfer sans fin à ses yeux. Ses poignets sont encore marqués par les piqûres de seringues contenant sa dose. Il a du se sevré de force lorsqu'il a été enfermé en prison. Il se souvient du calvaire qu'il a vécut ; n'être qu'au bord du précipices, n'être que l'ombre de soi-même. Et depuis qu'il a reprit son boulot de dealer, il a cédé à la tentation. Car Milo c’est qu’un pauvre lâche. Camé. Drogué. Dépendant. Accroc. Foutu. SEPT. Il ne le dit à personne mais c'est un excellent cuisiner. Il maîtrise certains plats pour le plus grand bonheur de sa soeur HUIT. Il n'est jamais tombé amoureux. Il sait pas trop ce que c'est l'amour. Il aime pas ça. Enfin depuis qu'il connait Eileen, sa vision s'est assombrie. Elle est entrée dans sa vie telle la délicatesse d'un troll. Une chieuse. Une gamine farouche. Une nana abusée par la vie et des mains dégueulasses. Maintenant, il est même pas capable de savoir ce que ce qu'il ressent à son égard. NEUF. La prison l'a métamorphosé, et même s'il n'a rien perdu de son arrogance et son sens de la provocation, il est devenu une tout autre personne. DIX. Il ne supporte plus les espaces clos et confinés, commençant à développer une claustrophobie.


♡  i sell my feelings on ebay
 01. Comment définiriez vous votre conception de l'amour ? L’amour. Cela ne veut rien dire. Ce n’est qu’un concentré de paroles mielleuses et de regards pseudo-romantiques. Mais ni l’amour ni le romantisme n’existent. Ce sont des inventions de l’homme pour justifier la nécessité de la paix, des sentiments que l’humain s’invente pour se détacher des animaux. Et c’est avec cela qu’il croit se différencier d’eux et s’élever plus haut que n’importe qui. Quand on aime, paraît-il, on est dans les nuages. On n’a jamais faim, on sourit, on est d’humeur joviale – du moins quand l’amour est réciproque. On se déifie presque. Mais ce sont que de stupides badineries d’enfants. Ainsi pour Milo l’amour n’existe pas vraiment. Le charme qu’il dégage est un véritable bouclier contre les sentiments, mais il y a bien quelques ressens enfouis au fond de lui qui ne demandent qu’à s’en échapper. Il enchaîne les femmes comme on enchaînerait les verres d’alcool, s’enfermant progressivement dans un brouillard envoûtant. Et il n’existe que pour cette vie volage qui recharge en adrénaline une petite part de sa joie. Il croit son cœur de pierre mais c’est lui-même qui l’a scellé par peur de le voir brisé. Et ce qui fait son charme, c’est qu’on ressent ce qu’il essaie misérablement de blottir : c’est un cœur dont la chair est à vif et qui a besoin d’être écouté. Et il n’y a qu’Eileen qui pourrait le délester de sa personnalité hypocrite. Elle est cette victime à part, cette brebis qu’il a capturée en jouant le boa et en l’étouffant doucement dans une ultime étreinte tout en la mordant passionnément au paroxysme de l’envie. Mais elle est proie à part, qui a su répondre aux morsures et se défaire des bras enjôleurs de Milo. La seule qui est rester aussi longtemps dans ses draps et la seule qui puisse le frémir à la simple écoute de son prénom. Elle est différente des autres parce qu’elle lui plaît. Indéniablement. Et ce n’est pas seulement l’extraordinaire sex-appeal dont elle est pourvue qui l’attire. C’est autre chose. Quelque chose de vraiment différent. Il ne le sait pas – il ne veut pas l’avouer – mais il l’aime. C’est la seule preuve qui démontre que sa théorie de l’amour est fausse. Il voit en elle, pour le moment, une proie a brisé, une cible à atteindre. Il n’a pas encore trouvé de flèche assez saillante pour pouvoir viser le milieu de cette cible, mais il y travaille assidûment. Il préfère la blessée plutôt que de s’avouer qu’il ressent quelque chose. Car ressentir, c’est avouer sa défaite et sa fragilité, et c’est mal. Un homme comme lui ne doit éprouver aucune crainte. Lorsqu’il voit Eileen, il est comme avec toute autre femme : impassible. Il suffirait pourtant de trois mots, trois petits mots. Mais il ne veut pas les dire, ce serait assumer d’être comme tout le monde : un pion qu’on déplace, dont on manie les fils de l’âme. Et cette vision lui est insupportable. Lui, Milo, ne peut être déplacé sans qu’il le veuille. Autant dire qu’il faudra beaucoup de temps à Milo pour être enfin un être « normal » qui accepte, non comme une fatalité mais comme une chance inouïe, de posséder en lui des sentiments. 02. Quel est votre meilleur et pire souvenir lié à une relation ? A vrai dire la question reste compliqué car il fuit les relations amoureuses comme la peste doublée du choléra réunis. Il craint l’enfermement d’une relation. Disons que sa volonté à éviter toute forme d’engagements peut être excessive ainsi il ne reste jamais bien longtemps avec la même demoiselle, à vrai dire s’il certains demoiselles peuvent se vanter d’avoir eu le titre de petites-amies, c’était seulement car il estimait qu’un corps comme les leurs ne pouvaient trouver que bon acquéreur. Ainsi, lorsque ses relations se finissaient, c’était loin d’être une peine de cœur à son égard. Du moins, jusqu’à Eileen. Loin d’avoir subi le syndrome du « cœur brisé » par son départ, c’est plutôt une question d’appartenance. Elle lui appartient et ça jusqu’à qu’il décide le contraire. Il ferait bien de réfréner la tournure morbide que prend sa relation avec Eileen au risque de se nuire lui-même.  03. Comment s'est passé votre première fois ? En gardez-vous un bon souvenir ? Sa première fois n’était pas comme il l’avait imaginé. Un gamin de quinze ans, extrêmement maladroit, qui n’y connaissait pas grand-chose. Sa première fois c’est passé assez rapidement, une jeune fille tout aussi inexpérimentée que lui, sans aucun noble sentiment ne fasse battre son cœur. Plusieurs diront qu’une première fois se doit d’être avec une personne spéciale, qu’on n’oublie jamais son dépucelage mais un surplus d’hormones et un désir à combler et il l’avait fait avec la première fille venue, à l’arrière d’une voiture. Mais malgré tout cette première fois lui avait donné la piqûre pour le sexe.   04. Comment imaginez-vous votre futur ? Grande question ! Milo n'est pas le genre de type à planifier sa vie, loin de là. Bien qu'il soit organisé dans son travail, chose très important en étant dealeur, dans sa vie privée c'est une véritable pagaille. Il n'aime pas que tout soit ordonné, vivant au jour le jour pour le moment. Comme il aime être surpris, il laisse donc la vie suivre son cours en saisissant les opportunités qui lui sont offertes. Alors l’avenir n’est clairement pas sa première préoccupation, il a du mal à se projeter, il n’a aucune envie de grandir et d’avoir des responsabilités. La maison, la femme, les gosses et le golden retriever, c’est pour une autre vie.


Pseudo | prénom • fshrrrr, je suis ton père, fshrrrr. Âge • quelques siècles au compteur, mais promis, j'ai pas besoin de dentier. Pays | Région • au pays du soleil et des chameaux Comment avez-vous connu le forum ? • ça fait un bout de temps que j'y suis    Célébrité • Julian MorrisScénario | Pré-lien | inventé ? • celui de la belle Eileen    Autres comptes ? • Cassandre Mills, Julia Grant et Jamie Hanson.  Fréquence de connexion ? • variable, mais le plus possible. Un dernier commentaire ? •    

Code:
<pris>Julian Morris</pris> <pseudobottin>▸ @"Milo Moretti"</pseudobottin>


Dernière édition par Milo Moretti le Sam 29 Sep - 15:10, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ home is where the  heart is
avatar
home is where the heart is

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 11/09/2018
›› Love letters written : 7
›› It's crazy, I look like : julian hot morris
MessageSujet: Re: MILO - Between the beast and human being Mar 11 Sep - 21:46

You will forever be my always

citation ce que vous voulez mais assez courte

«beaucoup m'apprécient sans me connaître. Si ça se trouve, je suis un salaud »
Quelle ironie. Assis sur les marches de l’église. Dealer assis devant l’édifice de dieu. Adolescent dépravé ayant cessé de croire que y avait quelqu’un là-haut. C’est un mythe. Dieu, il existe pas. Dieu, il vient pas sauver les pauvres pêcheurs. Dieu, c’est qu’un bâtard. Et c’est sûr ces pensées que je tire sur ma clope. Je sens la nicotine qui me fait picoter mes lèvres meurtries par quelques gerçures. Maudit hiver glacial. Maudit froid aspirant le peu de chaleur humaine dont je dispose encore. Mes godasses râpent le béton des marches. Les lumières illuminent le grand sapin de la place centrale. Noël. Période où l’hypocrisie devient reine. Réunions de famille à deux balles. Tout le monde se retrouve autour d’un bon repas. Tout le monde vient claquer quelques compliments pour mieux vous ignorer le reste de l’année. Famille. Mot inconnu dans mon vocabulaire. Je ne sais pas ce que c’est une famille. Ma mère n’est qu’une traînée. Je ne me souviens même pas d’une fois où elle s’est pas faite sauter vulgairement par un inconnu. Mon père, lui, c’est ce pauvre mec. Alcoolique. Mauvais mécano. C’est ce mec qui cracherait à la gueule de son fils. C’est ce mec qui a jamais aimé son gosse. Une erreur. Une putain d’erreur. C’est ce qu’il ne cesse de me répéter, c’est ce que j’incarne à ses yeux ; une erreur. J’en ai conscience. Et quand je n’étais qu’un pauvre gamin, je chialais le soir dans ma chambre. Ça me faisait mal. Ça me faisait saigner le coeur. Ça me tuait. Et c’est tous les coups physiques et verbaux de mon père qui m’ont amené dans la rue. C’est parce que je veux rendre chaque coup maintenant. Je veux blesser ; manipuler ; détruire. Et le pire, c’est que j’y arrive parfaitement. Il n’y a que Rory qui compte. Ma petite sœur. Un ange tombé du ciel comme je m’amuse à dire. Je sais que ça fait rougir les joues légèrement creusées de la demoiselle et j’aime voir son sourire. Ses fossettes sublimées par son teint de pêche. Rory, c’est ma princesse. C’est mon essentiel. C’est celle pour qui parfois je voudrais arrêter les conneries. Pourtant, je continue. Je continue pour elle. Quelle putain d’ironie rien que d’y penser. Je gagne de l’argent. Des billets salis par des mains perverses. Mais c’est pour elle. Je veux qu’elle ne manque de rien. Enfant abandonnée dans cet appartement miteux. Obligée de supporter l’influence de parents castrateurs. Je veux qu’elle s’en sorte. C’est le cas. Etudiante sérieuse. Rêvant de faire de grandes études. Elle veut quitter ce monde de brute. Elle veut vivre avec moi. Je lui ai promis que ça arriverait. Un jour lointain. Quand j’aurai assez de couilles pour habiter ailleurs que dans la rue ou dans des chambres d’un motel insalubre. Je finirais par la sauver. Promesse faite y a quelques mois quand je suis parti. Elle était sur le seuil de la porte, larmes aux yeux. M’abandonnes-pas qu’elle avait soufflé, la voix brisée. Je l’avais pas fait. Je m’étais simplement éloigné. Mais on se voyait. Régulièrement. La preuve en était. Je suis là à l’attendre. Un paquet à ses côtés. Un petit collier avec un pendentif. Elle l’avait vu dans une boutique. Son regard avait fini par s’émerveiller. Alors je me suis démerdé pour bosser et obtenir un peu d’argent propre afin de lui acheter. Parce que c’est ma sœur. Et que si je pouvais, je lui offrirais le monde à ses pieds. Finalement, la brune arrive. Silhouette fine. Elle porte une doudoune et un bonnet recouvrant sa longue chevelure. Ses joues sont rougies par le froid. Elle se frotte les mains en s’approchant. Je souris. Comme un con. Comme un grand frère raide dingue de sa cadette. Je l’aime plus que ma propre vie. Elle arrive et se baisse pour déposer un baiser sur sa joue. « Tu m’as manqué Milo. » Trois semaines sans la voir. J’étais pas en état. Trop mal. Trop drogué. Trop à bout. Bien sûr je lui ai menti. J’ai prétendu avoir trop de travail. Comme bien souvent. Je détestais lui mentir. Mais c’est pour son bien. C’est ce que je veux croire en tout cas. « Toi aussi p’tite soeur. » Je souris. Je passe un bras autour de ses épaules pour l’amener vers moi et mes lèvres se déposent contre son front. Puis j’attrape le fameux paquet. Elle laisse un sourire enfantin entrouvrir sa bouche. En découvrant le contenu de la petite boîte, ses yeux commencent à briller. Et rien que pour cette vision, ça en valait la peine. Elle semble même gênée. J’attrape enfin le bijou et lui attache autour de son cou. Elle sourit et un voile de fumée blanchâtre quitte sa bouche. « Fallait pas me l’acheter, ça a dû te coûter un bras. » Rory était comme ça. Elle s’en fichait bien d’avoir des cadeaux hors de prix. Elle voulait simplement que je sois à ses côtés. Je hausse les épaules en guise de réponse comme si ce geste était banal. Ça l’était au fond. Parce que Rory en valait la peine. « Je voudrais qu’on passe noël ensemble. » Je la fixe. Je sais que ça va être compliqué. « J’vais faire mon possible. » Encore un mensonge. Milo, t’es qu’un pauvre menteur. Je le sais. Si ma conscience cherche à me rappeler à l’ordre, c’est pas la peine. Je me dégoûte. Je voudrais tellement arrêter de la faire souffrir. Alors pour changer de sujet, je me lève et j’attrape sa main pour la guider vers le stand de crêpes au loin. On se tient la main en s’éloignant. On revit à deux le temps de quelques heures. Parce que t’es foutu au fond Milo. L’emmènes pas dans ta chute. Elle le mérite pas.


« murderer's trial - je ne l'ai pas tué, il a arrêté de respirer. »
« Allez mec, j’te le dis. C’est la meilleure dope que tu trouveras à LA. Puis si t’en refiles à ta nana, j’te promets qu’elle va s’occuper de toi comme jamais. » Je suis là, devant un type en manque. Je me veux bon commercial. Conneries. Je ne suis qu’un adolescent qui vend de la drogue pour survivre. Mes frasques montent crescendo. Au départ, c’était des petits vols à l’étalage. C’était des crachats devant les vieilles aux culs serrés. C’était des insultes balancées à la gueule d’agents de police. Mais depuis quelques semaines, l’engrenage est lancé. J’ai fait une rencontre. Sohen. Un dealer. Le propriétaire d’une boîte de strip-tease au centre-ville. Le genre d’endroit où la luxure et le pêché sont en haut de l’affiche. C’est le genre d’endroit où Milo se perd entre les cuisses expertes de catins bonnes qu’à baiser. Et le pire, c’est que ça lui plaît. Sohen a une influence sur Milo. Une très sale influence. Le genre d’influence dont il ne décroche plus. Quand il a rencontré l’homme, c’était derrière le club. Milo était assis sur les marches, clope aux lèvres à insulter un passant. Sohen avait souri. Pas un sourire tendre. Pas un sourire amusé. Non, le genre de sourire qui disait : Une nouvelle proie à user. C’est ce qu’il fait au quotidien. Sohen ordonne ; Milo s’exécute. Sohen gueule ; Milo baisse les yeux. Sohen dicte ; Milo se soumet. Le bourreau et la victime. Le dominant et le dominé. Putain, ta vie est misérable Milo. Alors il a plongé. Ça a commencé par un coup de seringue dans le creux de son coude. Ça a continué avec de la poudre blanche s’infiltrant dans ses narines. Et maintenant, c’est son présent. Il consomme plusieurs fois par jours. Il ne peut pas s’arrêter. Putain que la drogue va le détruire. C’est le cas déjà. La violence monte d’un cran aussi chez lui. Parfois, Sohen lui demande de battre un pauvre sdf jusqu’au sang. Paraît que c’est un moyen de le tester. Et là encore, Milo s’exécute. Comme hier soir. Quand ses pieds s’écrasaient dans le ventre d’un pauvre clochard. Quand ses poings lui cognaient lui visage. Quand il a craché sur ce type dont le corps n’était plus rien. Milo t’est devenu un monstre. Pauvre valet au service du roi. Le mec en face finit par accepter. Il sort une liasse de billets et se casse. Milo sourit. Gagné. Va crever dans ton coin avec ta dope merdique. Il se met à rire. Ce que c’est facile d’appâter de pauvres âmes en manque. Il remet sa capuche sur la tête. Ses mains s’enfoncent dans les poches de son sweat. Il commence à marcher en direction du club. Il ne sait pas encore que quelques années plus tard il n’aura pas évolué. Il sera toujours à vendre de la drogue pour un propriétaire d’une boite strip-tease. La seule chose qui changera c’est Sohen. Après ses années de prison, Sohen c’était fait éjecté, il ne gérait plus les affaires. Il ne devait pas être assez coriace et c’était fait mangeait en voulant nager dans le grand bassin. Et heureusement. Sohen c’est transformé en Jason. Il deal pour lui. Et il négociait l’héro comme il négociait les filles allant et venant dans son lit, du pur trading spéculatif en somme. Un vrai businessman en devenir dans l’âme. Et si Jason avait également une influence sur lui, il n’était pas ce patin qu’il était avec Sohen. C’était autre chose, une influence assez positive en soi, malgré qu’il revendait pour Jason ces saletés à des shootés en manque. Les coups durs de la vie avaient fait en sorte de les rapprochés au point de se considérer comme des frères aujourd’hui.


« Je ne crois pas au coup de foudre. Je crois aux coups de reins. »
« Tu as deux heures de retard ... » A peine avait-il eu le temps de passer le seuil de la porte de son appartement, que déjà la voix pleine de réprimande d'Eileen s'était abattue sur lui. Le visage impassible, se moquant bien de du regard noir qu’elle lui lance, ses yeux noisette dévient sur la pendule murale affichant dix-huit heures tapantes. Posant ses clés sur une petite table d'appoint et s'avançant dans le salon tout en ôtant sa veste, sa voix suave s'élève tel un murmure. « Deux heures ce n'est plus du retard. C'est de l'oubli... ou du je m'en foutisme. » Eileen avait réprimé un hoquet offusqué, tandis qu’il entendait ses talons claquer furieusement sur le sol, s'approchant dès lors vers lui. Il pouvait lire toute la rage, la colère et la peine dans ses yeux émeraudes, quand bien même il gardait pour lui cet éternel sourire, malgré ses mots froids et cruels. Il savait ce qu'elle allait lui reprocher : son retard bien sûr, l'oubli de leur rendez-vous romantique à aller squatter un cinéma seulement pour fricoter dans une salle noire face à un film pseudo fleur bleue, mais bien plus encore. Il ne peut s’empêcher de lâcher un soupir las et agacé, arquant les sourcils pour l'engager à continuer sur sa pensée. « Je ne supporte plus cette situation Milo. J'en ai marre de t'imaginer dans les bras de tous ses mannequins, dans les bras des autres femmes alors que je ne peux me donner qu'à toi. Je ne suis pas ton objet. Je fais ce que je veux et j'en ai marre. Je vais moi aussi m'amuser maintenant » La voix de la douce Eileen tressaillit ; de colère et de tristesse elle laissa ses yeux verts s'embuer de larmes qu'elle s'efforçait de retenir par fierté. Alors que de son côté ses poings s'étaient refermés, et ses ongles s'enfonçant dans ses paumes ne voulaient signifier qu'une seule chose : il se retenait de déverser sa rage. Il avait beau être un salaud notaire, le roi des enfoirés avec elle, il l’aimait tout de même. Et cette vérité l’effraie. L’agace aussi. Et il est ce monstre d’égoïsme qui veut tout avoir ; sa liberté et elle. Son amour, pour la jeune femme, est malsain, il s'en rend compte, alors qu'ils succombent, s'offrent l'un à l'autre. Milo, lui fait découvrir l’alcool, la drogue, l'entraîne dans la débauche et elle lui offre son cœur, son corps ? Ça n'avait rien de saint. Rien de beau. Rien de magique. Ses yeux sombres la détaillèrent à l'en mettre mal à l'aise avant de l’attraper par le bras, tandis qu’il laisse le silence s'imposer pour que sa sentence n'en soit que plus assimilée. « Tu es à moi Eileen et à personne d'autre. Personne n'a le droit de te toucher à part moi » Car s'il avait compris une chose, c'est qu'il ne pourrait jamais s'éloigner d'elle. Leurs chemins, finissaient toujours par se croiser, à nouveau. Par refaire naître, ce qui les lier. Cet amour, assaisonné par la haine. « C'est ce que l'on va voir » Face à sa fougue rageuse, il ne put malgré lui qu'esquisser un sourire diablement amusé. Il pouvait tout autant être le bon ami fêtard et chaleureux que le pire salaud cruel que la terre puisse porter. Ce soir, il s'autoproclamais le roi des enfoirés en laissant planer le silence dans un regard pétillant et un rire léger s'échappant de ses lèvres. Ces mêmes lèvres qu'elle chérissait lors de leurs étreintes, celles-là même qui tant de fois avaient parcouru son corps dans des baisers brûlants, se faisaient couperet par le biais de ses paroles tranchantes. « Tu es à moi. Tu es ma petite poupée chancelante. Et tu le resteras jusqu’à que je décide le contraire » Elle était déjà partie, n'avait pas entendu ces mots, pleins d'arrogance, mais lui, savait à quoi s'en tenir.


« Roi aux pays des rêves brisés  »
Jour sacré, jour loué, Milo redevenait enfin un homme libre, après deux ans d'incarcération. Deux ans de trop. Et même si deux ans, c'était bien trop long à ses yeux, il n'allait pas s'en plaindre puisqu'il sortait enfin de prison. Sauf que le Milo qui y était entré n'avait rien à voir avec celui qui, aujourd'hui, en sortait. Le petit con avait laissé place à l'homme, et la différence se ressentait ostensiblement. Il était toujours aussi arrogant et provocateur, mais bien plus froid et manipulateur. Plus cruel, plus cynique, plus redoutable. Un petit con dans toute sa splendeur. Puisqu'au fond, c'était tout ce qui lui restait. Sa sœur avait beau être toujours présente, c'était lui qui n'était plus vraiment là, trop changé pour que tout soit comme avant. Trop abîmé par la prison, et le reste. Eileen était au abonnée absente, et il ne savait même plus où ils en étaient. Il ne savait pas si elle avait coupé les ponts parce qu'elle ne l'aimait plus, parce qu'elle voulait l'oublier, il en savait rien. Il était simplement certain qu'elle ne s'était pas mise avec quelqu'un d'autre, sinon sa sœur le lui aurait dit. Mais il voulait la récupérer, à tout prix. Il était prêt à tout pour y parvenir car elle était sienne tant qu’il n’avait pas décidé autrement. Elle était à lui et rien qu’à lui. Et puis dans le fond, il ne lui restait vraiment pas grand-chose. La drogue. Sa sœur. Jason. Sa rage de vaincre. Sa soif de vengeance. Ses questions sans réponses. Ses souvenirs. Ses cauchemars. Et ses cicatrices. Trop de cicatrices. Mais il n'avait pas l'intention de laisser transparaître quoi que ce soit, qu'il s'agisse des marques physiques ou psychologiques. Ses tourments, ses doutes, ses peurs et ses regrets. Autant de choses qui devaient rester sagement enfouies, cachées derrière son masque d'homme qui maîtrise la situation. C'était ce qu'il faisait. C'était ce qu'il se devait de faire. Cette libération marquait son grand retour. Et il ne ferait certainement pas les choses à moitié. Oui, Milo avait beaucoup de démons à étouffer, beaucoup de points à éclaircir. C'était même à se demander où était la vraie prison. Derrière les barreaux, ou simplement dans sa vie ?



Dernière édition par Milo Moretti le Mar 25 Sep - 18:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
❉ fifthy shades of you
avatar
fifthy shades of you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 17/07/2017
›› Love letters written : 1473
›› It's crazy, I look like : chris orgasmic wood
MessageSujet: Re: MILO - Between the beast and human being Mar 11 Sep - 22:00



Je te le dis et re-dis mais je l'aime Milo et j'aime nos liens surtout sous Jason j'ai juste trop hâte autant je vais t'adorer sous Jason que te haïr sous Jace Welcome back my jerk here j'aime que tu sois si faible puis Juliaaaaaaan tu sais que je meurs devant ce choix
Revenir en haut Aller en bas
❉ fifthy shades of you
avatar
fifthy shades of you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 20/01/2018
›› Love letters written : 861
›› It's crazy, I look like : rachel mcadams.
MessageSujet: Re: MILO - Between the beast and human being Mer 12 Sep - 5:53

welcome back home, rim
Revenir en haut Aller en bas
❉ i choose my own destiny
avatar
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 08/08/2018
›› Love letters written : 192
›› It's crazy, I look like : bradley cooper
MessageSujet: Re: MILO - Between the beast and human being Mer 12 Sep - 6:01

rebienvenue chez toi mademoiselle avec ce choix de malade
JULIAN EST JUSTE CANOOOON
Revenir en haut Aller en bas
❉ friends with benefits
avatar
friends with benefits

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 12/02/2016
›› Love letters written : 2733
›› It's crazy, I look like : Jamie hot Dornan.
MessageSujet: Re: MILO - Between the beast and human being Mer 12 Sep - 8:01

Ce pseudo + ce gars !!!
Welcome back! et bon courage pour la fiche
Revenir en haut Aller en bas
❉ fifthy shades of you
avatar
fifthy shades of you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 08/08/2018
›› Love letters written : 54
›› It's crazy, I look like : eiza gonzález reyna
MessageSujet: Re: MILO - Between the beast and human being Mer 12 Sep - 15:37

Rebienvenue chez toi avec ce personnage canoooonnissime !!
Revenir en haut Aller en bas
❉ fifthy shades of you
avatar
fifthy shades of you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 12/04/2018
›› Love letters written : 483
›› It's crazy, I look like : emeraude goddess toubia
MessageSujet: Re: MILO - Between the beast and human being Mer 12 Sep - 17:55

re-bienvenue et bon courage pour ta fiche!
Revenir en haut Aller en bas
❉ home is where the  heart is
avatar
home is where the heart is

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 11/09/2018
›› Love letters written : 7
›› It's crazy, I look like : julian hot morris
MessageSujet: Re: MILO - Between the beast and human being Mer 12 Sep - 21:08

Merci mon tout beau, j'adore cet élan d'amour tu sais bien que j'adore ton Jason mais surtout notre lien Milo/Jason, on va faire des tueries avec ces deux là T'en fais pas je serais me faire aimer par Jace -ou pas- Et puis c'est pas une question de faiblesse, c'est juste toi qui peut faire vendre des crayons à un manchots   tu as un talent de persuasion et c'est pas très bon pour moi, my bitch

Pippa, Jalen, merci beaucoup les filles Et que dire de ton perso, Bradley Cooper est cusefheri. enfin comme tout tes DC, ils sont tous orgasmiques

Bash Mais c'est quoi ce gif si canon de Jamie LET ME LOVE YOU Je viendrais surement t'embêter pour un petit lien avec la jolie soeur Campbell

Jazmin, Arabella merci à vous deux vous êtes adorables
Revenir en haut Aller en bas
❉ fifthy shades of you
avatar
fifthy shades of you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 07/09/2018
›› Love letters written : 153
›› It's crazy, I look like : Dita Von Teese
MessageSujet: Re: MILO - Between the beast and human being Jeu 13 Sep - 4:04

Rebienvenue mon cher.

Je sens qu'on va bien s'amuser avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
❉ fifthy shades of you
avatar
fifthy shades of you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 21/07/2018
›› Love letters written : 173
›› It's crazy, I look like : cody christian
MessageSujet: Re: MILO - Between the beast and human being Jeu 13 Sep - 5:51

(re)bienvenue chez toi Rim
& bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
❉ i choose my own destiny
avatar
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 29/03/2018
›› Love letters written : 316
›› It's crazy, I look like : iain de caestecker
MessageSujet: Re: MILO - Between the beast and human being Jeu 13 Sep - 7:53

WAIT.WHAT?
J'étais pas prête
Quel choix, (re)bienvenue à la maison ma belle
Revenir en haut Aller en bas
❉ fifthy shades of you
avatar
fifthy shades of you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 29/11/2016
›› Love letters written : 145
›› It's crazy, I look like : theo hotness james
MessageSujet: Re: MILO - Between the beast and human being Jeu 13 Sep - 19:21



Tu sais déjà ce que je pense de tout ça
Revenir en haut Aller en bas
❉ home is where the  heart is
avatar
home is where the heart is

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 16/07/2018
›› Love letters written : 237
›› It's crazy, I look like : Selena hot Gomez
MessageSujet: Re: MILO - Between the beast and human being Ven 14 Sep - 6:08

Bienvenue par ici ! cor:
Très bon choix de scénario + avatar !
Revenir en haut Aller en bas
❉ you belong with me
avatar
you belong with me

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 01/05/2018
›› Love letters written : 194
›› It's crazy, I look like : ana de armas, la sweetie.
MessageSujet: Re: MILO - Between the beast and human being Ven 14 Sep - 22:09

le beau julian quoi. très sous-côtée, mais très heureuse de le voir ici.
re-bienvenue chez toi d'après ce que j'ai pu comprendre. et bon courage pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


MessageSujet: Re: MILO - Between the beast and human being

Revenir en haut Aller en bas

MILO - Between the beast and human being

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: one in a million  :: walking on a dream
-