Partagez|

[DIANA] I want to breaking my heart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ fifthy shades of you
avatar
fifthy shades of you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 05/02/2018
›› Love letters written : 352
›› It's crazy, I look like : Ryan Reynolds
MessageSujet: [DIANA] I want to breaking my heart Jeu 24 Mai - 8:08


Brett Andrews and Diana Cavalletti
Mademoiselle chante le blues.
---------------✭---------------

Un donneur s’était présenté à lui. Il regroupait toutes les caractéristiques recherchées et Brett terminait de lui faire passer les examens médicaux nécessaires afin de s’assurer qu’il serait la bonne personne pour une greffe de moelle épinière destinée à un enfant. Matt avait retenu l’attention du pédiatre pendant de longues semaines, ce petit être luttant entre la vie et la mort pour s’en sortir, si petit mais déjà si résistant, il avait fait des pieds et des mains pour sauvegarder la vie de cet enfant. Les parents du nourrisson étaient passés par toutes les phases possibles, il les avait vu blêmir, la douleur se lisant dans leur yeux, il avait vu l’espoir renaître sur les traits de leur visage, la colère et l’amertume balayant bien vite l’éclat qui venait de renaître. Cette fois-ci, ils touchaient au but, peut être la fin d’un long calvaire, tant pour Matt que pour ses parents. Posant la dernière fiole de sang sur son bureau, il intima à l’homme en face de lui qu’il le recontacterait une fois que les analyses seraient effectuées. Sauver la vie d’un enfant, n’étais-ce pas la plus belle chose qu’un homme puisse accomplir ?

Le pédiatre était euphorique, peut être trop, posté sur une planète connu de lui seul, il se sentait invincible, tout puissant, comme souvent dans ces moments là, lorsque la solution apparaissait claire comme de l’eau de roche et où les choses semblaient rentrer dans l’ordre. Peut être étais-ce son ego qui lui parlait lorsqu’une petite voix lui soufflait que tout ça c’était grâce à lui, ou bien peut être étais-ce simplement l’image qu’il voulait montrer, ce personnage qu’il jouait depuis si longtemps maintenant. Sortant de son bureau, il inspira pleinement l’air qui l’entourait, conscient qu’aujourd’hui serait certainement une bonne journée, et une femme allait le lui confirmer. Il la remarqua de suite, probablement parce qu'il ne l'avait pas vu depuis longtemps et puis parce qu'il fallait être réaliste, Diana Cavalletti était l'une des plus belles femmes de l'hôpital. La belle brune avait ce quelque chose que la plupart des femmes n'avaient pas et il devait avouer qu'il avait tenté maintes et maintes tentatives avec elle, mais Diana était en couple et il avait finit par lui laisser un peu de répits. Si une femme devait incarnée la beauté c’était bien elle, et en homme chanceux qu’il était, elle était également sa collègue de travail. Se posant derrière elle, s’appuyant contre le mur, un sourire prit naissance sur son visage « « Tiens, voilà la plus belle fille de l'hôpital » » S’avançant derrière elle, il ne pu s’empêcher de jouer avec une de ses mèches de cheveux, souriant légèrement : « « Ca faisait longtemps que je ne t'avais pas croisé, où étais-tu passé ?. » »
Revenir en haut Aller en bas
❉ i choose my own destiny
avatar
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 15/05/2018
›› Love letters written : 179
›› It's crazy, I look like : Sarah Shahi
MessageSujet: Re: [DIANA] I want to breaking my heart Lun 11 Juin - 17:25


Men are motivated when they feel needed while women are motivated when they feel cherished. 


Diana était une bosseuse acharnée. Elle avait sacrifié sa vie au services des autres sans jamais se plaindre. Une version amélioré et modernisé de mère Teresa, c’était du moins comme ça qu’elle se voyait. Elle était persuadée que son bonheur ne pouvait exister qu’à travers les autres. Elle aimait rendre ses petits patients heureux et se battait chaque jour pour améliorer leurs conditions de vie. Depuis son retour de Somalie, les choses étaient différentes puisque docteur sourire avait perdu sa joie de vivre, elle ne pouvait s’empêcher de penser aux enfants qu’elle avait laissé mourir de l’autre côté de l’océan. Certes, elle n’y était pour rien, seulement elle avait eu le cœur brisé de ne rien pouvoir faire pour alléger leur peine. Le manque de soin, la pauvreté, la famine et la sécheresse avaient eu raison de ces pauvres enfants qui attendaient tous la mort avec impatience. Avant de partir, elle ne s’était pas préparé suffisamment à ce qu’elle allait trouver sur place. Toute sa vie on l’avait préparé à voir des horreur, seulement elle ne l’avait jamais réellement vécu. Plus tôt dans la matinée, elle avait engueulé un parent de patient. Elle se sentait usé de devoir expliquer à certains crétins qu’il y avait des doses à respecter de médicaments. Et puis, elle avait fait appel aux assistantes sociales en soupçonnant qu’un père battait son fils de douze ans. Elle ne dormait pas à sa faim et ne réussissait plus à avaler grand chose. La jeune femme était sous pression, légèrement nerveuse après son quatrième café de la journée. « S’il te plait Samantha ! Vérifie encore… » elle perdait patience avec son infirmière, l’accusant cette fois d’avoir perdu l’un de ses dossiers. Tapotant machinalement du pied, tout en se penchant sur le bureau de réception. « Ah le voilà ! » s’écria soulagée la jolie blonde avant de tendre le document à la pédiatre.

Alors qu’elle s’engouffra dans l’un des long couloir d’hôpital, une voix familière vint l’arracher de ses pensées. « Tiens, voilà la plus belle fille de l'hôpital » son regard se posa sur le beau Brett. Elle ne put s’empêcher de sourire pour la première fois de la journée suite à son compliment. C’était un beau parleur, elle le savait et en avait fait les frais plus d’une fois. Seulement elle appréciait passer du temps avec son homologue qui savait lui remonter le moral malgré lui. « Ca faisait longtemps que je ne t'avais pas croisé, où étais-tu passé ?. » elle lui retira néanmoins sa main, vérifiant que personne n’avait relevé ce petit contact qu’elle préférait garder secret. « Pas ici ! » lui ordonna t-elle, tandis qu’elle lui fit signe de la tête de la suivre. Sa journée avait été pénible et elle espérait égoïstement que cette petite rencontre ne vienne lui faire un peu de bien. Elle pénétra dans l’une des salles réservées aux médecins pour se reposer et lorsqu’elle remarqua que le champs été libre elle sauta dans les bras du Brett. Depuis sa séparation avec Adem, elle n’avait pas cherché à refaire sa vie. Elle espérait reconquérir son ex-fiancé mais dés lors elle ne disait pas non à passer un peu de temps avec son collègue. « Je dois encore aller voir un petit patient qui a avalé des pièces de monnaie à aller voir, on lui a fait une intubation ce matin au bloc… l’horreur… Je reviens d’une semaine de congé et je cours déjà dans tout les sens…» soupira t-elle, persuadée qu’il était le mieux placer pour la comprendre. « J’ai encore dix bonnes minutes avant que pour nous. » arrêta t-elle de se plaindre avant de lui adresser un petit sourire charmeur. Elle s’en fichait de passer pour une fille facile, elle n’était de toute façon pas dans une approche de séduction avec lui, dés le départ elle avait été claire sur ses intentions …


Revenir en haut Aller en bas
❉ fifthy shades of you
avatar
fifthy shades of you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 05/02/2018
›› Love letters written : 352
›› It's crazy, I look like : Ryan Reynolds
MessageSujet: Re: [DIANA] I want to breaking my heart Jeu 21 Juin - 10:53


Brett Andrews and Diana Cavalletti
Mademoiselle chante le blues.
---------------✭---------------

Brett avait mit du temps à trouver sa voie, ce qu'il avait vraiment envie de faire. Devenir pédiatre était le comble de l'ironie lorsqu'on le connaissait, sachant qu'il ne se voyait pas être père un jour ni avoir des enfants. Les mioches ça pleurais, ça criais et il les aimait de loin, dans le noir et en photo de préférence. Pourtant à l'hôpital c'était différent, il prenait plaisir à discuter avec eux, à soigner leurs maux, à leurs yeux il était un super héros, le genre de personne prête à tout pour les sauver et ils plaçaient tellement d'espoirs en lui, le voyant tel Superman et ne manquant jamais de lui faire des éloges. Ils étaient son moteur, la raison pour laquelle il se levait travailler avec plaisir tous les matins. Brett voulait bien faire, les aider du mieux qu'il le pouvait parce qu'il en était capable et qu'il se battait jusqu'au bout pour ses patients. C'était une qualité qu'on ne pouvait lui enlever, il avait beau être un beau parleur, un Don Juan des temps modernes courant aprés les infirmières dans les couloirs de l'hôpital, il savait rester professionnel lorsqu'il se trouvait en présence des enfants et ne manquait jamais de faire son travail correctement. C'est ce qui faisait qu'il était aujourd'hui responsable du service pédiatrie, ses compétences n'étant plus à prouver. Il avait terminé de faire le tour de ses petits patients et il déambulait dans les couloirs de l'hôpital lorsqu'un silhouette se dessina au loin. Diana Cavalletti, de retour parmi eux, celà faisait un moment qu'il ne l'avait pas vu et si il y'avait bien une femme capable de lui faire perdre les pédales et d'éloigner Anna Morello de son esprit c'était bien elle.

Non seulement d'être une bonne pédiatre, elle était aussi une excellente amante. Brett l'interpella alors ne manquant pas de lui lancer un compliment au passage, aprce que ça faisait toujours plaisir et parce que c'était sincère, Diana était une belle femme et il fallait être fou pour oser prétendre le contraire. Il s'approcha d'elle, visiblement heureux de la retrouver se demandant bien où elle avait pu passer sans donner de nouvelles pendant tout ce temps. Néanmoins, il n'était pas su genre à courir aprés une femme, ni à harceler et il ne lui avait donc pas envoyer une tonne de message, elle ne lui devait rien et c'était trés bien comme ça. Le pédiatre ne pu s'empêcher de sourire en voyant la jeune femme jeter des regards à droite et à gauche visiblement inquiète qu'on puisse les voir ainsi. Brett n'était pas inquiet, ça ne le dérangeait nullement, peut être parce qu'il était un peu kamikaze sur les bords et que l'interdit l'attirait indéniablement. Lorsque la belle pédiatre lui fit signe de le suivre, il le fit sans broncher, se demandant bien où elle pouvait l'emmener. Rapidement, il comprit qu'ils seraient plus tranquille ici et qu'elle avait visiblement envie de se changer les idées et ça, il ne fallait pas le lui dire deux fois parce que ça n'entrait pas dans l'oreille d'un sourd. Alors qu'elle refermait la salle de repos derrière elle, Diana lu isauta dans les bras tandis qu'il capturait ses lèvres dans un baiser fougueux. L'adrénaline du moment ne fit qu'accroître l'envie qu'il avait d'elle et Brett lâcha doucement ses lèvres tandis qu'elle lui parlait de son dernier patient. « Je me demande parfois ce qu'ils peuvent bien avoir dans la tête. » Ils en avaient vu des cas improbable, le dernier en date de Brett: un enfant qui s'était mit une perle dans les oreilles, il avait fallut l'enlever à coup de pince à épiler. « On va en profiter alors. » Murmura t-il tandis que ses mains déboutonnaient doucement la blouse blanche de la jeune femme. Taquin, Brett demanda alors:« Je parie sur des sous-vêtements noirs, les rouges c'est moi qui les ai. »
Revenir en haut Aller en bas
❉ i choose my own destiny
avatar
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 15/05/2018
›› Love letters written : 179
›› It's crazy, I look like : Sarah Shahi
MessageSujet: Re: [DIANA] I want to breaking my heart Jeu 21 Juin - 16:33


Men are motivated when they feel needed while women are motivated when they feel cherished. 


Entre les deux pédiatres tout reposait sur une histoire de sexe. Si longtemps, elle avait été réticente, voire même agacer par le tempérament dragueur de son collègue, elle avait fini par s’y faire. Pire encore, elle était tombée dans les bras du Don Juan alors qu’elle avait jugé toute celle qui étaient passé par là avant elle. Brett n’était pas porté sur les sentiments et tant mieux d’ailleurs parce que depuis sa séparation avec Adem, la jeune femme ne cherchait qu’à se faire du bien. Une fois certaine qu’ils étaient à l’abri des regards, elle sauta sur son chef, lui réclamant un peu d’affection. À trente-sept ans, elle voyait doucement sa vie défiler sous ses yeux sans être parvenu à construire l’essentiel. Elle n’avait plus de maison, plus d’hommes et n’avait pas eu d’enfants. Son départ en Somalie l’avait fait vieillir de quelques années alors même qu’elle rendait plusieurs femmes jalouse de ne pas faire son âge. Le plus triste restait très probablement son amour et son dévouement pour un homme qui n’en avait que faire d’elle. Elle était incapable d’oublier Adem malgré tout ce qui s’était passé entre eux. Naïvement, elle espérait retrouver son homme et reprendre là où ils s’étaient arrêter. Leur bonheur avait eu une fin tragique, trop brusque pour qu’elle ne l’accepte vraiment.

Depuis, sa vie n’était que bricolée, prenant ce qui lui venait alors que ses espoirs étaient ailleurs. Elle laissa tomber au sol sa blouse, répondant aux baisers fougueux de son collègue avec plus de passion. « Il voulait qu’un arbre à sous lui pousse dans le ventre. » répondit-elle presque lassée par tout ce que ses patients pouvaient lui raconter. Elle avait toujours rêvé d’être mère et si elle avait choisi ce métier c’était surement parce qu’il combinait le fait qu’elle pouvait travailler avec des enfants et les aider à aller mieux. Ne perdant pas de temps, elle vint à son tour déboutonner le pantalon de son collègue. « T’as intérêt à être rapide. » le taquina t-elle ajoutant une dose de stresse supplémentaire. Ce qu’elle s’était tenu de lui dire jusque là, c’était qu’elle avait revu son ex-fiancé et que leur rencontre ne s’était pas aussi bien passé que ce qu’elle avait espéré. Elle ne voulait pas l’embêter avec tout ces problèmes. Elle rigola lorsqu’il paria sur les sous-vêtement qu’elle portait. Contrairement à beaucoup de femmes, Diana n’avait pas beaucoup de vêtements, elle ne les achetait jamais en fonction de la mode mais plutôt par nécessité. Brett avait eu le plaisir de voir la petite valise rouge du médecin et s’était rendu compte qu’en terme de lingerie elle était assez pauvre. Il avait craqué sur cet ensemble rouge qu’elle possédait, qu’elle avait à l’époque acheté pour plaire à Adem et qui aujourd’hui provoquait le même effet chez le beau gosse en blouse blanche. Elle vint lui susurrer à l’oreille « je n’en porte pas… » n’ayant eu d’autres choix que de les mettre à la machine. Elle pouvait d’ailleurs se le permettre, n’ayant pas une poitrine généreuse, Diana pouvait facilement faire l’impasse sur le soutien-gorge. Quant à sa culotte, on repassera. Elle espérait que Brett soit moins regardant sur ses culottes en coton de grand-mère. Elle les acheté par boite de sept en grande surface, les mettant au cours de la semaine et les lavant au fur et à mesure. D’un geste plutôt brusque mais calculé, elle l’aida à retirer son jean, se retrouvant bientôt en tenue légère tandis que ses lippes dansaient avec les siennes. « Au fait, j’ai besoin que tu me signe un papier chef ! » dit-elle, alliant travail et plaisir. Dans leur monde, chaque minute était précieuse et s’il fallait combiner les deux ça ne lui posait pas problème.




Revenir en haut Aller en bas
❉ fifthy shades of you
avatar
fifthy shades of you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 05/02/2018
›› Love letters written : 352
›› It's crazy, I look like : Ryan Reynolds
MessageSujet: Re: [DIANA] I want to breaking my heart Mar 17 Juil - 22:17


Brett Andrews and Diana Cavalletti
Mademoiselle chante le blues.
---------------✭---------------

Faire tomber les barrières de Diana Cavalletti n'avait pas été une mince affaire, comme les gaulois, elle avait résisté encore et toujours à l'envahisseur jusqu'à ce que finalement, un beau jour, elle lui cède. Il étai à peu prés sûre qu'elle n'avait jamais regretté cette nuit ensemble puisque depuis ils ne manquaient jamais d'en partager d'autre lorsque leur emploi du temps le leur permettait. Pas de sentiments entre eux, juste du sexe et ça lui convenait parfaitement, lui qui n'était pas homme à s'attacher à une femme. Ils se jetaient des regard en coin au détour du couloir de l'hôpital, se tournaient souvent autours mais cette fois-ci, la demoiselle semblait bien plus farouche que d'accoutumée. Brett ne connaissait pas le passé de la belle pédiatre, hormis qu'elle avait commencé à lui céder certainement lorsque rien n'avait plus tourné rond avec son mari, car, jusqu'à présent, elle n'avait jamais voulu de ses avances, bien trop amoureuse de son mari. La donne semblait avoir changé, mais il n'avait jamais évoqué le sujet avec elle, premièrement parce que ça ne le regardait pas et parce que Diana passait du bon temps avec lui pour se changer les idées, pas pour étaler ses déboires amoureux sur le tapis. Heureusement, car Brett n'était pas doué pour ce genre de conversation.

Il sourit légèrement à la remarque de la jeune femme, nulle doute qu'elle ferait une mère formidable, il en était sûre. Il frotta doucement son nez contre le sien, répondant alors:  « Je crois plutôt qu'il l'a fait exprés, il espérait sûrement que ce serait une jolie pédiatre qui le soignerait. » Elle déboutonna son pantalon et un sourire espiègle se dessina sur le visage du grand brun, Diana était étonnante, envoûtante et incroyablement imprévisible et c'est ce qu'il aimait chez elle. Lui mordillant délicatement le lobe de l'oreille il laissa ses mains vagabonder sur la taille de la jeune femme: « Habituellement je préfère prendre mon temps mais je peux bien faire une exception pour cette fois. »Pour avoir squatté plusieurs fois chez lui, il savait que la belle brune ne roulait pas sur l'or et si à maintes reprises il lui avait proposé son aide, elle n'en avait pas voulu, estimant qu'elle pouvait se débrouiller seule. Alors, à défaut d'accepter son argent, il lui prêtait volontiers son appartement, car en plus de partager des nuits torrides, Diana était une femme agréable, ainsi, lorsqu'ell débarquait à l'improviste chez lui, elle ne le dérangeait jamais. La réponse de la jeune femme lui plu, ça l'excitait même davantage. Imprévisible une fois de plus, certainement le deuxième prénom de la pédiatre. Il ne savait pas ce qui avait pu se passer entre elle et son mari mais ce qui était sûre c'est qu'à ses yeux celui-ci était un idiot, idiot d'avoir laissé filé une femme pareille. Il l'aida à faire glisser son pantalon et, alors que ses lèvres capturées les siennes dans un baiser passionné, il se retrouva rapidement en caleçon, sa blouse étant tombée depuis bien longtemps déjà. La portant contre le mur, la plaquant contre le mur tandis qu'il l'incitait à passer ses cuisses autours de sa taille, il sourit alors: :« Tout ce que vous voulez mademoiselle Cavalletti. » A ce moment là, il était prêt à lui signer n'importe quoi pour peu qu'il puisse encore profiter d'elle. Alors, tandis que ses mains agrippaient les fesses de la jeune femme, rapprochant davantage son bassin contre le sien, il demanda alors:« C'est quoi ce fameux papier ? »
Revenir en haut Aller en bas
❉ i choose my own destiny
avatar
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 15/05/2018
›› Love letters written : 179
›› It's crazy, I look like : Sarah Shahi
MessageSujet: Re: [DIANA] I want to breaking my heart Lun 30 Juil - 11:31


Men are motivated when they feel needed while women are motivated when they feel cherished. 


La pédiatre adorait les moments partagés avec son collègue bien qu’elle préférait que cette relation ne s’ébruite pas. Elle savait combien c’était mal vu ce genre d’histoire dans leur service et elle ne voulait pas servir d’appât aux ragots de couloir. L’interdit l’excitait, le fait de devoir ruser pour se retrouver ne serait que quelques minutes lui plaisait, d’autant plus qu’ils leur arrivaient de prendre des risques entre deux consultations. Les moments passés avec Brett lui faisaient oublié Adem quelque fois. Assez pour qu’elle en redemande encore et encore. Son ex-fiancé la hanté, il vivait dans un coin de sa tête et à chaque fois qu’elle se retrouvait nue devant un autre homme elle pouvait le voir froncer les sourcils. C’était ridicule, elle le savait. Cela faisait quelques mois qu’il n’avait pas donné signe de vie, l’occasion pour la pédiatre de refaire sa vie mais elle en était incapable. Elle ne pouvait s’empêcher de penser à lui, pire encore, elle espérait qu’il retrouve ses esprits et qu’il lui revienne enfin. Elle avait quitté son Italie natal pour lui, de sacrifices en sacrifices elle ne pouvait accepter que ça se termine de cette manière. Au côté de son collègue, elle arrivait à se déconnecter quelques instants de son quotidien. Il était plutôt doué pour lui faire oublier son entourage, des années d’expériences probablement. Elle était plus ou moins au courant de son tableau de chasse impressionnant et elle n’ignorait pas qu’elle n’était probablement qu’un nom parmi d’autre.

Brett n’était et ne serait très certainement jamais l’amour de sa vie. D’une part parce qu’en dehors de leur métier et de leur moment passé au lit, il était à peu prêt tout ce qu’elle ne supportait pas chez un homme. Éternel dragueur, elle ne se laissait pas impressionner par ses belles paroles, persuadée qu’il répétait les même aux autres femmes qu’il fréquentait. Aussi, il n’était pas le roi du romantisme, elle qui appréciait qu’on redouble d’attention à son égard. Ceci dit, il savait la faire rire, ce qui était plutôt un bon point pour lui. « Il a cinq ans et demi ! » plaisanta t-elle en défaisant son pantalon, ne voulant pas perdre une miette de l’instant. Tandis que ses lèvres titillaient le coup de son amant. « Tu pourras prendre ton temps ce soir, si tu n’es pas de garde non plus. » proposa t-elle tandis qu’elle posa une main sur l’objet de convoitise, lui adressant un de ses plus beaux sourires en se rendant compte qu’il était réceptif à ce qui se tramait. Elle appréciait passer du temps chez lui, depuis son retour de Somalie, elle n’était plus rentrée chez elle. Sa maison était encore à son nom et celle d’Adem mais elle n’osait pas le croisé. Elle se laissa porter, tandis qu’elle roula ses jambes autour de sa taille. Porter par les va-et-viens de son partenaire, elle ferma un instant les yeux, forçant la méditerranéenne en elle de ne pas crier. Diana était de ces femmes qui avaient besoin d’exprimer leur enthousiasme pendant l’acte mais l’endroit n’était pas approprié. Entre deux soupirs elle répondit finalement : « des formalités administratifs. » n’ayant aucune idée de la nature des documents que lui avait donné plus tôt une infirmière. Alors qu’elle était entrain d’apprécier le moment, son attention se porta sur la porte d’entrée qui se déverrouillait. Ni une, ni deux, elle tira son partenaire vers le sol, de peur d’être aperçu ensemble. Ce n’était pas correct et surement contraire à la politique de l’établissement. Elle coupa un instant sa respiration mais par chance la personne repartit aussitôt. Bien qu’elle eut un peu peur, elle ne put s’empêcher d’éclater de rire lorsque son regard croisa celui de son partenaire.


Revenir en haut Aller en bas
❉ fifthy shades of you
avatar
fifthy shades of you

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 05/02/2018
›› Love letters written : 352
›› It's crazy, I look like : Ryan Reynolds
MessageSujet: Re: [DIANA] I want to breaking my heart Ven 7 Sep - 10:04


Brett Andrews and Diana Cavalletti
Mademoiselle chante le blues.
---------------✭---------------

Brett se foutait de ce qu'on pouvait penser de lui, il avait eu tout le loisir d'avoir plusieurs infirmières dans son lit, et, à présent, c'était sa jolie collègue qui partageait son quotidien lors de quelques moments volés. Au côté de Diane, il oubliait ses tracas quotidien, se sortait Anna de la tête aussi, le soucis lorsque la fille qui vous hante travail avec vous c'est que votre esprit n'a jamais réellement de répit. Diana Cavalletti était une belle femme, pleines de surprises aussi et, elle n'hésitait jamais à prendre des initiatives, comme à ce moment précis. C'était excitant de se tourner autours sur leur lieu de travail, d'échanger des moments torrides entre deux patients. Ca rendait le travail nettement plus productif et bien plus excitant. Avide de sensation forte, avec la jolie pédiatre il était servit. A présent, en plus d'admirer son travail, il admirait aussi son corps. Brett était un beau parleur, il n'était pas romantique, ne promettait jamais monts et merveilles et prenait plaisir lors d'une nuit avant de passer à autre chose. A quoi bon s'attacher ? Il connaissait bon nombre de personne autours de lui malheureuse en amour, à commencer par son ami Ezra, au bord du divorce avec sa femme, ou bien encore Esmée, détruire par la mort de son fils. Il ne voulait pas de tout ça: pas de femmes, pas d'enfant, juste du plaisir. Il voulait les avantages sans les inconvénients.

 « Et alors, il n'y a pas d'âge pour apprécier d'être soigné par une jolie femme. » Cinq ans, et alors ? Il valait mieux être soigné par une princesse que par une momie non ? Il n'était pas de garde, en voilà une chance pour lui et une soirée qui promettait bien des soupirs. « On file chez moi lorsque tu as fini alors. »Habituellement, en tant que chef de servce, il terminait plus tôt si il n'y avait pas d'intervention urgente dans la journée ou s'il n'était pas de garde, il aurait le temps de faire un brin de ménage avant que Diana ne le rejoigne. Il avait prit l'habitude de la voir squatter son appartement, il préférait largement la voir chez lui que dans un hôtel. La pénétrant alors d'un profond coups de reins, le jeune homme ne pu que soupirer de plaisir, le moment était propice au rapprochement c'était indéniable. Pourtant, il fut surprit lorsqu'elle les bascula à terre, entendant la poignée de la porte se baisser. Finalement, ils n'eurent pas à attendre plus longtemps, la personne semblant avoir changer d'avis et faire demi tour. La jeune femme se mit à rire et lui avec:« On à éviter de se donner en spectacle. » Ils n'avaient plus beaucoup de temps, alors, il accéléra davantage ses coups de reins, mordillant doucement le cou de la demoiselle alors que dans les micros de l'hôpital, on entendait: "Monsieur Andrews est demandé dans le bloc numéro 9."
Revenir en haut Aller en bas
❉ i choose my own destiny
avatar
i choose my own destiny

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
›› Los Angeles since : 15/05/2018
›› Love letters written : 179
›› It's crazy, I look like : Sarah Shahi
MessageSujet: Re: [DIANA] I want to breaking my heart Mer 17 Oct - 10:37


Men are motivated when they feel needed while women are motivated when they feel cherished. 


Toute sa vie, Diana avait pensé qu’Adem serait l’unique homme à pouvoir la toucher. Il avait été sa première fois et elle s’était vue mourir à ses côtés. Il allait être son époux et le père de son enfant et elle s’était imaginée que rien ni personne ne pouvait les séparer. Elle n’avait jamais douté de son amour pour lui, ni du sien pour elle persuadée qu’ils étaient faits l’un pour l’autre. La jolie brune avait eu beaucoup de mal à se remettre de leur séparation. Le fait est qu’elle le voyait errer dans les couloirs de leur maison sans qu’il n’ait jamais un geste de tendresse à son égard la blessait. Elle s’était rendue malade de la situation. Elle aurait voulu l’aider après la mort de sa mère et elle s’était donné les moyens pour le faire. Seulement, elle avait fini par se retrouver confronter à une impasse et la décision de partir était inévitable. Les mois avaient défilé à une vitesse extraordinaire et son départ pour la Somalie l’avait changé. Bien qu’elle continuait à penser jour et nuit à son ex-, elle s’était résolue à ne plus vivre ainsi. Elle ne pouvait plus se contenter de l’attendre alors qu’il n’y avait peut-être plus aucun espoir entre eux. Et malgré que son cœur continuait de lui appartenir, elle se forçait à rencontrer de nouvelles personnes. La première fois qu’elle avait couché avec un autre qu’Adem ça lui avait fait bizarre. D’une part ça lui avait fait du bien d’être de nouveau apprécié et aimé et d’un autre, elle avait l’impression de le tromper. Cependant, elle avait fini par s’habituer aux bras de son collègue et l’idée qu’entre eux il n’y ait rien d’autre que des petits moments volés lui plaisait. Elle aimait le jeu risqué qui se jouait entre eux. Les regards échangés pleins de sous-entendus qu’elle faisait mine de ne pas comprendre en public. Brett ne la laissait pas indifférent et ce qu’elle appréciait le plus c’était son corps d’Apolon qu’il prenait sûrement des heures à entretenir.

Le pédiatre était certainement le mieux placé pour la comprendre. Au fond, il n’était pas différent à commencer par leur métier qu’il aimait comme elle. Avec lui, elle ne se sentait pas obligée d’utiliser des pincettes et le fait qu’ils n’attendent rien l’un de l’autre était probablement la chose dont elle avait le plus besoin. En amour, elle avait assez donné et elle ne se sentait pas capable de repasser par ces mêmes étapes une nouvelle fois. Écrasée par le corps de son collègue, elle avait eu quelques sueurs froides lorsque la porte s’ouvrit, mais une fois le danger éloigné, elle ne put s’empêcher d’éclater de rire. C’était sûrement cette petite part de risque qu’elle prenait entre deux consultations qui la faisait encore plus vibrer. Aussitôt, elle s’empara de la bouche de Brett pour y déposer un long baiser fougueux tandis qu’il continuait son jeu de rein. L’Italienne se forçait à garder le contrôle de son âme, bien que ses gémissements témoignaient du plaisir qu’elle ressentait à ce moment. Ils furent contraints de terminer leur affaire rapidement après l’appel au micro pour Andrews. « Putain ! » jura t-elle. Ni l’un, ni l’autre n’eurent le temps de reprendre son souffle, dans un geste quasiment simultanée, ils se rhabillèrent tandis qu’ils s’échangeaient quelques sourires de satisfaction : « On n’en a pas fini tous les deux. Ce soir, deuxième mi-temps. » Dit-elle se rapprochant de nouveau de lui pour un dernier échange lèvre contre lèvre, empoignant par la même occasion les fesses de son collègue. « Je t’ai à l’œil ! » Dit-elle avant de le laisser filer en premier…



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


MessageSujet: Re: [DIANA] I want to breaking my heart

Revenir en haut Aller en bas

[DIANA] I want to breaking my heart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOWN WITH LOVE :: 
 :: Downtown L.A :: Ronald Reagan medical center
-